Version classiqueVersion mobile

Archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace (XIIe-XVe siècle)

 | 
Yves Henigfeld
, 
Amaury Masquilier

Études monographiques

Ribeauvillé (Haut-Rhin)

Yves Henigfeld

Texte intégral

1. PRÉSENTATION GÉNÉRALE ET ÉTAT DE LA RECHERCHE

1.1. Contexte géographique et géologique

1Localisée en bordure des collines sous-vosgiennes, entre Colmar et Sélestat, la ville de Ribeauvillé est dominée au nord-ouest par les châteaux de Saint-Ulrich, du Girsberg et du Haut-Ribeaupierre (ou Hohrappoltstein) (fig. 134). L’agglomération se développe selon un axe nord-ouest/sud-est, au débouché de la vallée du Strengbach. Elle s’étend au nord de la rivière, qui à l’origine, devait traverser l’agglomération pré-urbaine. On suppose que ce cours d’eau a été dévié vers le sud à la fin du xiiie siècle, lors de la construction des fortifications. Au nord, la ville est délimitée par un affluent du Strengbach, le Lutzelbach.

2D’un point de vue géologique, le site de Ribeauvillé se trouve sur un socle de gneiss et de granite en bordure d’un champ de fracture auquel il a donné son nom. Le toit des niveaux substratiques est composé de galets, de blocs granitiques et de grès rose noyés dans une matrice sableuse d’origine alluviale.

1.2. Historique des recherches

  • 281 Voir notamment Bernhard, 1888 ; Faller, 1937 ; Jordan, 1991.

3Paradoxalement, alors que le système défensif de Ribeauvillé est en grande partie conservé en élévation, les enceintes urbaines n’ont, jusqu’à présent, guère retenu l’attention des chercheurs. La plupart des travaux historiques consacrés à la ville médiévale portent en effet sur le château urbain et/ou sur leurs possesseurs, les Ribeaupierre281. Ils reposent, en l’occurrence, sur un volumineux corpus de sources écrites, publié à la fin du xixe siècle (Albrecht, 1891-1898).

  • 282 Ce plan est inédit. Je remercie son auteur de m’avoir autorisé à l’utiliser.

4Le premier et le seul article de synthèse consacré aux fortifications de Ribeauvillé est publié en 1926 par Fernand Jaenger, qui propose notamment un plan du système défensif ainsi qu’une série de relevés effectués sur des vestiges en place (Jaenger, 1926). En 1970, François-Joseph Himly publie, dans son Atlas des villes médiévales d’Alsace, un nouveau plan de la ville médiévale, dont les principaux éléments sont empruntés à Jaenger (Himly, 1970 : 98-99). Ces données sont partiellement révisées puis complétées par Maurice Seiller qui, en 1974, propose une restitution des enceintes médiévales sur le plan cadastral de 1829 (fig. 135)282.

5Parmi les travaux plus récents, il convient de mentionner la thèse de Denis Gérardin sur l’histoire des hospices et les hôpitaux à Ribeauvillé, dans laquelle il fait une mise au point sur la chronologie des enceintes (Gérardin, 1995). Il faut également citer un article de Jacky Koch, qui apporte un éclairage inédit sur les origines de la ville de Ribeauvillé, grâce notamment à l’exploitation des résultats d’une fouille d’archéologie préventive réalisée en 1997 sur le site du Lycée, à l’emplacement du château urbain édifié au milieu du xve siècle (Koch, 2000).

1.3. État des connaissances

6Ces travaux apportent des éléments d’information que l’on peut brièvement présenter en deux parties respectivement consacrées aux origines de la ville entre le viiie et le xiiie siècle et à la mise en place du système défensif entre la fin du xiiie et le milieu du xive siècle.

1.3.1. Du viiie au xiiie siècle : les origines de la ville

  • 283 Ribeauvillé apparaît dans les textes sous les vocables de Ratbaldovilare (759), de Ratbertovillare(...)

7Si les premières mentions de Ribeauvillé remontent à la seconde moitié du VIIIe et à la fin du ixe siècle283, les premières formes d’occupation restent néanmoins imprécises. Les plus anciens vestiges médiévaux actuellement identifiés sont attribués à une période comprise entre la fin du ixe et le début du xiiie siècle. Mis en évidence en 1997 sur le site du Lycée (fig. 134), ils correspondent à des bâtiments en bois sur solins en pierres, localisés sur un promontoire rocheux sur lequel le futur château urbain va s’établir. Selon Jacky Koch, ces vestiges, qui pourraient correspondre à un enclos ecclésial, sont à l’origine de l’agglomération primitive (Koch, 2000 : 63).

Fig. 134. Ribeauvillé. Contexte géographique, échelle 1/25 000. 1. Haut-Ribeaupierre ; 2. Saint-Ulrich ; 3. Girsberg ; 4. Site du Lycée (château urbain). DAO : Y. Henigfeld, M. Werlé/INRAP.

Fig. 135. Ribeauvillé. Restitution des enceintes sur le plan cadastral de 1829, échelle : 1/7 500. DAO : Y. Henigfeld/INRAP, d’après un plan inédit de Maurice Seiller (1974).

Fig. 136. Vue de la ville de Ribeauvillé en 1663, par M. Merian.

1.3.2. De la fin du xiiie au milieu du xive siècle : la mise en place du système défensif

8Ce n’est qu’à partir de la fin du xiiie siècle, que l’agglomération est progressivement dotée d’un système défensif. La topographie urbaine de Ribeauvillé présente la particularité d’être constituée de trois, puis de quatre entités indépendantes, qui ont été fortifiées, pour les trois premières, avant 1290, puis, pour la dernière, à une date antérieure à 1341.

9Les travaux évoqués dans la partie historiographique permettent de cerner les principales étapes du développement topographique de la ville médiévale. Ils sont fondés sur des sources écrites, sur des observations de terrain et sur des sources iconographiques, dont les plus anciennes remontent au xviie siècle. Parmi celles-ci, une gravure de Matthäus Merian (1663) (Merian, 1663) offre une vue de la ville enserrée dans son système défensif, avec, au premier plan, le front oriental de la ville médiévale dominée, à l’arrière-plan, par le château urbain (fig. 136).

1.3.2.1. Les trois enceintes (avant 1290)

10L’agglomération est, pour la première fois, mentionnée en tant que ville dans un acte daté du 7 juin 1290 (Albrecht, 1891-1898). On peut, par conséquent, en déduire qu’elle était, à cette date, fortifiée.

11Si l’agglomération est, dès la fin du xiiie siècle, formée de quatre entités distinctes, seuls trois quartiers sont fortifiés (fig. 135 et 137). Ils sont mentionnés, dans un document du 19 août 1298, sous le vocable de stat (ville) :

  • la nidere stat (ultérieurement dénommée Unterstadt ou ville basse) qui correspond à la partie orientale de la ville ;
  • la alte stat (vieille ville, ultérieurement dénommée Altstadt), qui correspond à la partie centrale de l’agglomération ;
  • la nuwe stat (ville nouvelle), ultérieurement dénommée Mittelstadt (ville moyenne), à l’ouest de la alte stat.

12L’entité qui se développe à l’ouest de la ville neuve n’est, en revanche, pas fortifiée puisqu’elle est qualifiée de obere dorf, autrement dit de “village du haut”.

13L’hypothèse traditionnellement émise pour expliquer la division de l’agglomération en trois entités distinctes est celle qui consiste à supposer une volonté de faciliter le partage de la seigneurie entre héritiers mâles. Les noyaux étaient reliés entre eux par des portes intérieures dont seul subsiste le Metzgerthor (Porte des Bouchers), localisé entre la vieille ville et la ville neuve.

Fig. 137. Ribeauvillé. Proposition de tracé des enceintes sur fond de plan cadastral actuel, échelle 1/5 000. DAO : Y. Henigfeld, M. Werlé / INRAP.

  • 284 Ce canal a été asséché en 1969 pour des raisons de salubrité publique (Gérardin, 1995 : 10).

14Parmi les éléments structurants dans la topographie urbaine, le Stadtbach, qui se développe dans l’axe principal de l’agglomération, correspond à un canal qui emprunte le lit primitif du Strengbach, probablement détourné de son cours à la fin du xiiie siècle pour renforcer la protection du front sud de la ville284.

1.3.2.2. L’extension du système fortifié (dès 1341)

15Ce n’est qu’au début du xive siècle que la partie haute de la ville est intégrée à l’espace urbain par l’édification d’un nouveau mur d’enceinte (fig. 135 et 137). Un document de 1341 mentionne en effet l’existence, à cette date, de zwei obere Städte (deux villes supérieures dont l’ancien obere dorf) et de zwei untere Städte (deux villes inférieures). Les historiens ayant travaillé sur ce document ont supposé que les enceintes des deux villes basses ont, au même moment, été doublées, à l’est et au sud, par un nouveau mur d’enceinte.

  • 285 La Altstadt ou vieille ville correspond, apparemment, à la seule entité à ne pas être pourvue de p (...)

16Quatre portes pratiquées dans ce système défensif assuraient la communication avec l’extérieur (le Niderthor ou porte inférieure, le Jungfrauenthor ou porte des Pucelles, le Melkersthor ou porte des Vachers et le Oberthor ou porte supérieure)285.

  • 286 Donnée inédite calculée à partir du plan à 1/5 000 (fig. 137).

17À la fin du Moyen Âge, la superficie de la ville médiévale s’élevait à 2 377 m2, le périmètre maximal de la surface enclose étant de 2 599 m286.

18Ces constructions ont été démantelées à la fin du xviiie siècle et dans le courant du xixe siècle. Le château fut, quant à lui, détruit à la Révolution.

2. LES TRAVAUX RÉCENTS

  • 287 Il convient par ailleurs de mentionner une fouille préventive menée en 1996 sur le site du couvent (...)

19Les recherches récentes sur les enceintes de Ribeauvillé se limitent à une seule intervention archéologique réalisée sur le site de l’Hôpital du Diaconat, sis 5, rue du Temple (fig. 137)287.

2.1. L’hôpital du Diaconat – 5, rue du Temple

2.1.1. Présentation du site

2.1.1.1. Circonstances de l’intervention

20L’intervention archéologique, motivée par le projet d’extension de l’hôpital de Ribeauvillé, avait pour objectif de comprendre le développement topographique d’un secteur de la ville, pour lequel on ne disposait jusqu’alors d’aucun élément d’information archéologique (Henigfeld, 1998).

21Cette opération de sauvetage s’est déroulée du 23 février au 8 mars 1998 dans des conditions difficiles, dans la mesure où les trois-quarts du terrain étaient déjà excavés. La fouille a été confiée à une équipe d’archéologues de l’AFAN, épaulée par un réseau de bénévoles locaux.

2.1.1.2. Localisation

22Le site est localisé au sud du promontoire rocheux, surplombé par le château urbain (site du Lycée). Il se trouve dans la partie occidentale de l’agglomération, dans le secteur de l’ancien obere dorf, intégré à l’espace urbain dès 1341 (fig. 137). Le terrain s’étend à l’ouest du mur d’enceinte de la ville moyenne édifié avant 1290, dont le tracé correspond à la façade occidentale de l’Hôpital du Diaconat construit au xviiie siècle. Il est actuellement accessible par la rue du Lys (fig. 138).

23Le site se développe dans le prolongement nord d’une annexe de l’hôpital, dont la construction, en 1996, n’a malheureusement fait l’objet d’aucun suivi archéologique. L’emprise du projet, qui couvrait une superficie totale d’environ 1 000 m2, prévoyait la construction de deux corps de bâtiments disposés en L.

24D’un point de vue technique, seule l’aile sud du bâtiment devait générer des travaux d’excavation susceptibles de détruire des vestiges. En revanche, la construction de l’aile nord ne devait pas entraîner de destruction, à l’exception toutefois d’une tranchée axiale, dont le creusement menaçait le sous-sol sur une profondeur et une largeur moyennes de 2 m.

2.1.1.3. Type de vestiges observés

25L’intervention archéologique a permis de mettre en évidence des structures en creux antérieures à l’intégration du secteur à l’espace urbain, de révéler la présence d’un mur d’enceinte et d’un fossé ayant fonctionné de la fin du xiiie au milieu du xive siècle, et de préciser les modalités du processus d’urbanisation de la ville haute en révélant un habitat édifié entre la fin du Moyen Âge et l’Époque moderne.

Fig. 138. Ribeauvillé. Hôpital du Diaconat. Plan de localisation du projet d’aménagement sur le plan cadastral de 1983, échelle 1/1 000. En hachuré noir : emprise du projet d’aménagement (1998). En hachuré gris : bâtiment annexe de l’hôpital construit en 1996. En pointillé noir : tracé du mur d’enceinte de la ville moyenne. En pointillé gris : emprise du château urbain. DAO : P. Girard, Y. Henigfeld/INRAP.

2.1.1.4. Nombre de phases identifiées

26L’étude des données stratigraphiques a révélé six phases chronologiques qui couvrent une période globalement comprise entre les xie-xiie et la fin du xxe siècle. Parmi celles-ci, seule la phase B, qui correspond à la période durant laquelle le mur d’enceinte et son fossé ont fonctionné en tant que structures défensives, fait ici l’objet d’une présentation détaillée. Les phases antérieures et postérieures sont, en revanche, évoquées de façon plus succincte.

2.1.2. Présentation des vestiges par phases chronologiques

2.1.2.1. Phase A : les premiers indices d’occupation (xie-xiiie siècle)

27Les premiers indices d’installation humaine sont ténus, mais permettent de supposer une occupation sporadique du secteur avant l’aménagement du système défensif. Observée en coupe dans la tranchée réalisée dans la partie septentrionale du site, cette première occupation se présente sous la forme de deux petites fosses à fonction indéterminée d’une largeur moyenne de 50 cm et d’une profondeur de 20 cm environ (fig. 139).

28Outre leur position stratigraphique qui permet de les placer à une période antérieure à la fin du xiiie siècle, ces structures ont livré un type de céramique montée en technique mixte, attribué, dans le sud de la vallée du Rhin supérieur, à une période comprise entre le second tiers du xie et le début du xiiie siècle.

2.1.2.2. Phase B : l’aménagement d’un système défensif (avant 1290-milieu xve siècle)

29La seconde phase est marquée par la construction, en limite orientale du site, d’un mur d’enceinte bordé par un fossé, au fond duquel une cunette a été aménagée (fig. 139).

- Le mur d’enceinte

30 Les données structurelles. Le mur d’enceinte, qui se développe selon un axe nord-sud, a été observé sur une longueur de 23,70 m. Il est préservé, dans la partie septentrionale du site, sur une hauteur de 2,64 m et une longueur de 5,40 m. Son prolongement méridional, conservé sur une hauteur moyenne de 75 cm, a été partiellement détruit lors des travaux d’excavation réalisés avant le démarrage de l’opération archéologique. La présence d’un fruit externe de 20 cm sur une hauteur de 2,50 m s’est traduite par une différence entre l’épaisseur sommitale du mur, comprise entre 80 et 90 cm et l’épaisseur inférieure du mur, qui varie de 1 à 1,04 m (fig. 140).

31 Les matériaux de construction et leur mise en œuvre. Le mur, qui repose directement sur le substrat, a été édifié à partir du fond du fossé sur une à deux assises de galets qui forment la fondation marquée par un léger ressaut.

  • 288 Dimensions moyennes des pierres de parement : 30 cm x 22 cm x 16 cm.

32Dans sa partie la mieux conservée, la maçonnerie est formée de seize assises irrégulières montées en petit appareil. Les matériaux utilisés sont essentiellement composés de pierres et de galets de gneiss associés à quelques éléments en grès rose ou en granite non taillés, probablement récupérés lors du creusement du fossé. Ils sont liés avec un sable gréseux de couleur rose très légèrement chaulé qui constitue par ailleurs la matrice dans laquelle les éléments du blocage ont été noyés. Les pierres de parement sont variables dans leurs modules288 (fig. 141).

33La recherche d’une cohérence est néanmoins sensible, si l’on se réfère à la présence de pierres de calage et d’assises de réglage destinées à corriger les irrégularités liées à la diversité des gabarits et des matériaux utilisés. Il est par ailleurs possible qu’une rupture de maçonnerie, éventuellement décelable dans la partie basse du parement, corresponde à une seconde séquence de construction.

- Le fossé

34 Les données structurelles. Le fossé, observé en coupe, recoupe le substrat sur une profondeur observée de 1,20 m et une largeur moyenne de 11,40 m (fig. 140). Il s’agit d’une structure à fond approximativement plat dont la base a été rencontrée à une altitude moyenne de 257,30 m NGF.

35Le comblement inférieur du fossé (US 1014) est formé d’un limon argilo-sableux à dominante grise, homogène et compact, incluant quelques matériaux organiques, des graviers, des galets, des éclats de grès, des nodules de mortier et quelques fragments de céramique. L’épaisseur du sédiment est comprise entre 20 et 40 cm. Le parement occidental du mur ne présente pas de traces permettant de conclure à la présence d’eau dans le fossé. En revanche, l’hypothèse d’un système d’alimentation ponctuelle du fossé en amont du site n’est pas à exclure.

36 Les aménagements spécifiques : la présence d’une cunette. Le fossé à fait l’objet d’un aménagement spécifique qui se présente sous la forme d’une cunette observée dans la partie méridionale du site (fig. 139). Cette structure est néanmoins tardive puisqu’elle recoupe, à cet endroit, le comblement inférieur du fossé (US 1014). Elle n’est malheureusement que très partiellement conservée. Elle se développe dans l’axe du fossé, à environ 6 m à l’ouest du mur d’enceinte. Observée sur une longueur de 2,80 m et une profondeur de 17 cm, elle est recoupée à ses deux extrémités par des aménagements postérieurs et se poursuit vers le nord sur une longueur de 12 m et une largeur de 80 cm sous la forme d’une tranchée de récupération.

Fig. 139. Ribeauvillé. Hôpital du Diaconat. Plan de localisation des structures des phases A (en noir) et B (en gris), échelle 1/250. DAO : Y. Henigfeld/INRAP.

Fig. 140. Ribeauvillé. Hôpital du Diaconat. Coupe ouest-est du mur d’enceinte et du fossé, échelle 1/80. DAO : Y. Henigfeld/INRAP.

Fig. 141. Ribeauvillé. Hôpital du Diaconat. Plan et élévation de l’extrémité septentrionale du mur d’enceinte, échelle 1/40. DAO : Y. Henigfeld/INRAP.

37Cette cunette est composée de deux alignements de galets de gneiss associés à de rares pierres en granite (fig. 142). Ses largeurs interne et externe sont respectivement de 70 cm et de 25 cm. La structure est comblée par un sédiment limono-argileux gris-marron, compact et homogène, incluant du sable, des granules et des matériaux organiques associés à quelques fragments de terres cuites de construction et de céramique culinaire. Sa base accuse un léger pendage du nord au sud. Elle correspond probablement à un système de drainage destiné à évacuer les eaux pluviales vers le Stadtbach.

- Les indices de datation

38La datation du système défensif repose sur la chronologie des fortifications de la ville, elle-même fondée sur les sources écrites. Les structures observées sont en effet parallèles au mur occidental de la ville moyenne, localisé à 23 m à l’est de la limite de fouille. Dans la mesure où le site se trouve dans un périmètre intégré à l’espace urbain dès 1341, il paraît logique d’associer le mur et le fossé au système défensif de la ville moyenne édifié avant 1290. Cette hypothèse est corroborée par la présence du fossé qui n’aurait pas de sens dans un espace intra muros.

39Si l’on se réfère à ces données, la période de construction et de fonctionnement du mur d’enceinte et du fossé en tant que structure défensive est comprise entre la fin du xiiie siècle (avant 1290) et 1341. Cette datation est par ailleurs corroborée par l’étude du mobilier céramique issu du comblement inférieur du fossé (US 1014), composé, pour l’essentiel de céramiques tournées partiellement revêtues d’une glaçure plombifère appliquée à cru.

Fig. 142. Ribeauvillé. Hôpital du Diaconat. Plan et coupe de la cunette, phase B, échelle 1/40. DAO : Y. Henigfeld/INRAP.

40Cette courte séquence d’utilisation du système défensif est suivie par l’installation du système d’évacuation des eaux. Si l’on se réfère au mobilier céramique le plus récent issu du comblement et de la tranchée de récupération de la structure, sa période d’utilisation et d’abandon remonte, au plus tard, au milieu du xve siècle. Il s’agit, en l’occurrence, de céramiques rouges cannelées, le plus souvent glaçurées, associées à plusieurs fragments de céramiques de poêle à pâte rouge et à quelques tessons en grès et en céramique grise cannelée provenant du nord de l’Alsace.

2.1.2.3. Phases C à E : le développement de structures d’habitat (milieu xve siècle-fin xxe siècle)289

  • 289 Les trois phases postérieures à la phase B, comprises entre la fin du xve et la fin du xxe siècle, (...)

41Du milieu xve siècle à la fin xvie siècle (phase C), les efforts de viabilisation du secteur se poursuivent avec le comblement du fossé, l’installation des conduites 105 et 106 et la construction d’un mur de propriété perpendiculaire au mur d’enceinte (Mur 108, fig. 143).

42De la fin du xvie au début du xixe siècle (phase D), le site fait l’objet d’un ensemble d’aménagements parmi lesquels un mur de terrasse (Mur 109) muni d’un système d’accès marque la transition entre un espace non bâti et une zone dans laquelle se développent des structures d’habitat en bordure de l’actuelle rue du Lys. Parmi celles-ci, il convient notamment de mentionner la construction de deux bâtiments (Bâtiments 12 et 13) associés à des structures d’équipement (puits 10 et conduite 116).

43Entre le début du xixe et la fin du xxe siècle (phase E), le site est partiellement réaménagé avec l’installation, à l’arrière du bâtiment 12, d’une nouvelle construction (Bâtiment 11) et l’adjonction, sur le mur d’enceinte, d’une petite structure quadrangulaire à fonction indéterminée (Mur 123). C’est également à cette époque que l’on construit, à l’ouest de la rue du Lys, une glacière (Glacière 14).

2.2. Apports de la fouille

44La fouille du site de l’Hôpital du Diaconat a, en premier lieu, permis d’apporter des informations nouvelles sur l’occupation du secteur avant son intégration à l’espace urbain. Elle a, en second lieu, mis en évidence la présence inédite d’un mur d’enceinte et d’un fossé appartenant au système défensif de la ville moyenne. Elle a, en dernier lieu, permis de préciser les modalités du processus d’urbanisation de la ville haute, dans un secteur pour lequel on ne disposait, jusqu’alors, d’aucune information archéologique.

2.2.1. La mise en évidence d’une occupation pré-urbaine (xie-xiiie siècles)

45L’hypothèse d’une occupation antérieure à la fin du xiiie siècle est attestée par la présence de deux fosses comportant du mobilier des xie-xiiie siècles. Ces données sont toutefois insuffisantes pour faire de ce secteur un noyau préurbain. Il n’est cependant pas impossible que les travaux d’excavation réalisés lors de la construction du mur d’enceinte et de son fossé aient détruit des aménagements antérieurs.

2.2.2. La mise en évidence d’un système défensif inédit (fin xiiie siècle-1341)

46La découverte d’un mur d’enceinte et d’un fossé appartenant au système défensif de la ville moyenne correspond sans doute à l’un des principaux apports de l’intervention archéologique. Elle permet de renouveler l’état des connaissances sur le développement topographique de la ville haute et de réviser la chronologie des fortifications de la vieille ville (Altstadt) et de la ville basse (Unterstadt).

Fig. 143. Ribeauvillé. Hôpital du Diaconat. Plan de localisation de structures des phases C (en noir), D (en gris foncé) et E (en gris clair), échelle 1/250. DAO : Y. Henigfeld/INRAP.

47La partie orientale du site est en effet bordée, à l’est, par un mur d’enceinte conservé sur une hauteur maximale de 2,64 m et précédé par un fossé d’une largeur moyenne de 11,40 m.

48Si l’on reporte ces structures sur le plan cadastral de 1829, on observe que le mur est parallèle, à une distance de 23 m environ, au mur d’enceinte occidental de la ville moyenne (fig. 144). Le recours au plan parcellaire permet par ailleurs de restituer le tracé de l’ensemble du système défensif. Au nord, il se greffe sur le mur d’enceinte du château urbain. Un mur de terrasse orienté sud-nord, aujourd’hui disparu, en conserve le tracé. Au sud, il épouse apparemment le parcellaire, même si son extrémité orientale et sa relation avec le Stadtbach et la rue Principale restent hypothétiques.

49Les données topographiques permettent d’attribuer le mur d’enceinte et le fossé au système défensif de la ville moyenne édifié avant 1290. Or, le quartier situé à l’ouest des structures observées est intégré à l’espace urbain dès 1341. La période de construction et de fonctionnement du mur et du fossé en tant que structure défensive est, par conséquent, comprise entre la fin du xiiie siècle et 1341.

Fig. 144. Plan de localisation des enceintes de la partie occidentale de la ville de Ribeauvillé sur le plan cadastral de 1829 (révisé en 1908), après les fouilles de l’Hôpital du Diaconat, échelle : 1/4 000. DAO : P. Girard, Y. Henigfeld/INRAP.

50Le système de l’enceinte double est par ailleurs attesté sur les fronts est et sud des deux villes basses. Or, les historiens ayant travaillé sur les fortifications de Ribeauvillé établissaient, jusqu’à présent, un lien chronologique entre le doublement des murs d’enceinte et l’édification du mur occidental de la ville haute attestée en 1341. Compte tenu des résultats archéologiques, qui montrent que le système de défense de la ville moyenne a été doublé, on est tenté d’émettre l’hypothèse que le doublement du mur des deux villes inférieures (Altstadt et Unterstadt) n’est pas contemporain de l’édification du mur de l’Oberdorf, mais qu’il remonte à une période antérieure, comprise entre la fin du xiiie siècle (avant 1290) et 1341 (fig. 145).

51Sur le plan régional, l’étude du site de Ribeauvillé permet, par ailleurs, d’attirer l’attention sur la question du dédoublement des lignes défensives.

2.2.3. Le processus d’urbanisation du secteur (de 1341 à nos jours)

52Le dernier apport de l’étude porte sur les modalités du processus d’urbanisation de ce quartier après la désaffectation du système défensif rendu inutile par la construction des fortifications de la ville haute.

53Après une courte période durant laquelle on installe un système d’évacuation des eaux au fond du fossé, le terrain est rehaussé et divisé en deux zones séparées par des murs de propriété et/ou de terrasse marquant la limite entre l’espace castral et l’espace urbain (fig. 143). Au nord de ces murs se développe une zone non bâtie correspondant probablement aux propriétés des seigneurs de Ribeaupierre dont le château urbain a été édifié en amont du site au courant du xve siècle. Au sud de cette zone, se développe l’habitat urbain dont les structures, édifiées entre le milieu du xve et le xixe siècle, sont installées en bordure de la rue du Lys.

Fig. 145. Ribeauvillé. Essai de restitution du développement topographique des enceintes, échelle 1/10 000. 1. Enceintes avant 1290 ; 2. Enceintes avant 1342 ; 3. Enceintes au milieu du xve siècle. DAO : Y. Henigfeld et M. Werlé/INRAP.

Notes

281 Voir notamment Bernhard, 1888 ; Faller, 1937 ; Jordan, 1991.

282 Ce plan est inédit. Je remercie son auteur de m’avoir autorisé à l’utiliser.

283 Ribeauvillé apparaît dans les textes sous les vocables de Ratbaldovilare (759), de Ratbertovillare (768, 777) et de Ratpoldeswilare (896) (Albrecht, 1891-1898).

284 Ce canal a été asséché en 1969 pour des raisons de salubrité publique (Gérardin, 1995 : 10).

285 La Altstadt ou vieille ville correspond, apparemment, à la seule entité à ne pas être pourvue de porte donnant sur l’extérieur (observation de B. Metz).

286 Donnée inédite calculée à partir du plan à 1/5 000 (fig. 137).

287 Il convient par ailleurs de mentionner une fouille préventive menée en 1996 sur le site du couvent des Ermites de Saint-Augustin (Koch, 1996e), localisé dans l’angle nord-ouest de la vieille ville (Altstadt), à proximité de la tour des Bouchers. Un ensemble conventuel y fut construit à l’extrême fin du xiiie siècle, à l’emplacement de l’ancienne cour des sires de Ribeaupierre. Cette opération, qui n’a pas directement touché l’enceinte, apporte néanmoins des informations sur ses abords (cf. chap. 2).

288 Dimensions moyennes des pierres de parement : 30 cm x 22 cm x 16 cm.

289 Les trois phases postérieures à la phase B, comprises entre la fin du xve et la fin du xxe siècle, ont été mises en évidence grâce à l’analyse du processus de formation stratigraphique. Les datations absolues reposent, pour l’essentiel, sur l’étude des matériaux céramiques.

Table des illustrations

Légende Fig. 134. Ribeauvillé. Contexte géographique, échelle 1/25 000. 1. Haut-Ribeaupierre ; 2. Saint-Ulrich ; 3. Girsberg ; 4. Site du Lycée (château urbain). DAO : Y. Henigfeld, M. Werlé/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12772/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 135. Ribeauvillé. Restitution des enceintes sur le plan cadastral de 1829, échelle : 1/7 500. DAO : Y. Henigfeld/INRAP, d’après un plan inédit de Maurice Seiller (1974).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12772/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
Légende Fig. 136. Vue de la ville de Ribeauvillé en 1663, par M. Merian.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12772/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 719k
Légende Fig. 137. Ribeauvillé. Proposition de tracé des enceintes sur fond de plan cadastral actuel, échelle 1/5 000. DAO : Y. Henigfeld, M. Werlé / INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12772/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende Fig. 138. Ribeauvillé. Hôpital du Diaconat. Plan de localisation du projet d’aménagement sur le plan cadastral de 1983, échelle 1/1 000. En hachuré noir : emprise du projet d’aménagement (1998). En hachuré gris : bâtiment annexe de l’hôpital construit en 1996. En pointillé noir : tracé du mur d’enceinte de la ville moyenne. En pointillé gris : emprise du château urbain. DAO : P. Girard, Y. Henigfeld/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12772/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 555k
Légende Fig. 139. Ribeauvillé. Hôpital du Diaconat. Plan de localisation des structures des phases A (en noir) et B (en gris), échelle 1/250. DAO : Y. Henigfeld/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12772/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Légende Fig. 140. Ribeauvillé. Hôpital du Diaconat. Coupe ouest-est du mur d’enceinte et du fossé, échelle 1/80. DAO : Y. Henigfeld/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12772/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Fig. 141. Ribeauvillé. Hôpital du Diaconat. Plan et élévation de l’extrémité septentrionale du mur d’enceinte, échelle 1/40. DAO : Y. Henigfeld/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12772/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Légende Fig. 142. Ribeauvillé. Hôpital du Diaconat. Plan et coupe de la cunette, phase B, échelle 1/40. DAO : Y. Henigfeld/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12772/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 143. Ribeauvillé. Hôpital du Diaconat. Plan de localisation de structures des phases C (en noir), D (en gris foncé) et E (en gris clair), échelle 1/250. DAO : Y. Henigfeld/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12772/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Légende Fig. 144. Plan de localisation des enceintes de la partie occidentale de la ville de Ribeauvillé sur le plan cadastral de 1829 (révisé en 1908), après les fouilles de l’Hôpital du Diaconat, échelle : 1/4 000. DAO : P. Girard, Y. Henigfeld/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12772/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 145. Ribeauvillé. Essai de restitution du développement topographique des enceintes, échelle 1/10 000. 1. Enceintes avant 1290 ; 2. Enceintes avant 1342 ; 3. Enceintes au milieu du xve siècle. DAO : Y. Henigfeld et M. Werlé/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12772/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 283k

© ARTEHIS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search