Version classiqueVersion mobile

Archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace (XIIe-XVe siècle)

 | 
Yves Henigfeld
, 
Amaury Masquilier

Études monographiques

Neufchâteau (Vosges)

Ivan Ferraresso, Gérard Giuliato et Amaury Masquilier

Texte intégral

1. PRÉSENTATION GÉNÉRALE ET ÉTAT DE LA RECHERCHE (G. G., A. M.)

1.1. Contexte géographique et géologique

1La ville est située dans la plaine sous-vosgienne, à l’extrémité sud-ouest de la Lorraine, au contact de la Champagne. Elle se trouve au carrefour de trois axes majeurs : la voie antique Lyon-Trèves, la vallée de la Meuse et la route de l’Alsace à la Champagne par le col de Bussang.

  • 255 Calcaires sublithographiques et oolithes miliaires supérieures, J1c3. Carte géologique de la France (...)

2Neufchâteau occupe un petit plateau calcaire du Bajocien supérieur255 (300 m) délimité par un méandre du Mouzon (282 m), peu avant sa confluence avec la Meuse. Les pentes du plateau, abruptes à l’est et au sud, sont inclinées en pente plus douce au nord et à l’ouest en direction de la Meuse (fig. 117 et 118).

1.2. Historique des recherches

3Neufchâteau, comme beaucoup de villes lorraines, n’a fait que tardivement l’objet de recherches archéologiques. Les connaissances sur la topographie ancienne de la ville et sur les enceintes sont longtemps restées le résultat de travaux d’historiens, au premier rang desquels la monumentale monographie que P. Marot a consacrée à Neufchâteau au Moyen Âge en 1932, mais aussi un mémoire de maîtrise soutenu à l’Université de Nancy 2 en 1978 par C. Pizzato (Marot, 1932 : 14-50, P. J. no I-X, pl. I-VIII ; Pizzato, 1978). Il faut attendre, en 1984-1992, l’établissement d’un Dossier d’inventaire topographique (inédit) par le service régional de l’Inventaire général des Monuments et des Richesses artistiques de la France, pour que des vestiges d’enceinte conservés en élévation soient enfin recensés. En 1997, les premières observations archéologiques sur les fortifications urbaines sont réalisées par J.-P. Bertaux lors d’une surveillance de travaux d’assainissement réalisée dans les rues Sainte-Marie et des Jardiniers. Des murs mis au jour sont assimilés de façon hypothétique à la barbacane située au-devant de la poterne du Mouzon (Bertaux, 1999a et b).

1.3. État des connaissances

1.3.1. Du xie siècle au début du xiiie siècle

1.3.1.1. Un bourg castral

  • 256 Dans le second article, l’auteur révise sa première analyse.

4Il est vraisemblable qu’une première fortification castrale vit le jour au début du xie siècle. En effet, la haute vallée de la Meuse se trouva menacée par la politique d’expansion d’Eudes, comte de Blois-Champagne qui y encouragea les implantations castrales légales comme à Reynel et Joinville ou illégales comme à Vaucouleurs. Cette implantation se fit par le truchement de vassaux parmi lesquels Étienne de Novo Castello dont le surnom peut être mis en relation avec la construction d’un point fortifié qui devint Neufchâteau. La défaite et la mort d’Eudes en 1037 puis le décès d’Étienne suivi de celui de son fils Joffroy en 1049 sans héritier mâle permirent au duc de Lorraine de récupérer ce domaine (Matthieu, 1992 et 1999256). Il jeta son dévolu sur le promontoire qui domine le Mouzon, à l’est de l’église Saint-Christophe. Celle-ci desservait un modeste village au nord duquel se trouvait celui de Rouceux et, au sud, celui de Noncourt. Dans l’un et l’autre, des lignages de chevaliers sont attestés au xiie siècle (Parisse, 1976 : 262-263).

  • 257 Elle confirme la donation d’une pièce de terre sise apud Novum Castrum par un habitant de la parois (...)
  • 258 Un certain Otton donne à l’abbaye Saint-Mansuy de Toul des biens situés à Neufchâteau : cum quarter (...)
  • 259 homines […] qui in novo burgo manerent (Marot, 1932 : 246, P. J. no 1).

5La plus ancienne mention de Neufchâteau sous la forme Novum Castrum figure dans une charte de l’évêque de Toul Pibon datée de 1094257. Une autre charte évoque son suburbium dès 1103258, tandis qu’une troisième charte mentionne, pour la première fois en 1123, le nouveau bourg (novus burgus)259. L’église Saint-Nicolas à laquelle furent rattachés les habitants du nouveau bourg fut fondée, du temps de l’évêque Pibon (1070-1108) et du duc de Lorraine Thierry II (1070-1115), entre 1070 et 1094.

Fig. 117. Neufchâteau. Contexte géographique, échelle 1/25 000. DAO : H. Duval/INRAP.

Fig. 118. Neufchâteau. Micro-topographie (sur fond cadastral, Services techniques de Neufchâteau) et tracé supposé des enceintes (G. Giuliato/Université Nancy 2), échelle 1/5 000. DAO : H. Duval et F. Verdelet/INRAP.

Fig. 119. Neufchâteau. Proposition de tracé des enceintes sur fond de plan cadastral actuel par G. Giuliato/Université Nancy 2, échelle 1/5 000. 1. Château ; 2. Porte Saint-Christophe ou porte de France ; 3. Porte Verdunoise ; 4. Porte du Mouzon ; 5. Porte de la Rue Neuve ; 6. Hôpital Saint-Jean de Jérusalem ; 7. Couvent des Clarisses ; 8. Prieuré Notre-Dame ; 9. Couvent des Cordeliers ; 10. Chapelle Saint-Pierre. DAO : H. Duval et F. Verdelet/INRAP.

  • 260 À titre de comparaison, le suburbium de castro de Spinalo est cité en 1140. Il s’agirait, selon M. (...)

6Le terme castrum évoque la présence concomitante d’un château et d’une agglomération particulière distincte du village (Parisse, 1990 : 155-156). En effet, l’agglomération est désignée par le terme burgus, que l’on peut opposer au suburbium260 interprété comme le village implanté autour de l’église Saint-Christophe. Les deux noyaux de peuplement furent rapidement réunis en une seule entité puisqu’en 1123, on parlait déjà de l’église Saint-Christophe de Novo-castello.

7Implanté le long d’importants axes de communication, ce bourg castral sut favoriser très tôt la venue de marchands qui marquaient une halte ou commerçaient au sein de ce portus, selon l’expression de P. Marot. Comme c’est souvent le cas, c’est bien l’association des fonctions castrale, économique (portus, atelier monétaire, marché) et religieuse (église paroissiale Saint-Christophe reconstruite en 1124, église et prieuré Saint-Nicolas, prieuré Notre-Dame fondé en 1131) qui favorisa l’essor du bourg devenu rapidement un maillon important du second réseau urbain en Lorraine.

1.3.1.2. L’enceinte du bourg : une hypothèse

8Si le château et le prieuré Saint-Nicolas sont parfaitement localisés au point le plus élevé du promontoire à l’est de la ville, le bourg n’est pas précisément situé. D’après l’organisation du réseau viaire actuel, on peut poser comme hypothèse qu’il s’est développé au pied du château du sud-est au nord-ouest. Le terme castrum pourrait laisser supposer que le bourg était doté d’une enceinte contemporaine (fin xie siècle) du château, ou légèrement postérieure (début xiie siècle). Mais, malgré la présence d’un pan de mur servant de soubassement à l’église Saint-Nicolas (Chéron, 1922), les preuves archéologiques manquent (fig. 119).

1.3.2. Une période de croissance : début xiiie siècle-première moitié du xive siècle

1.3.2.1. Un fort développement socio-économique

  • 261 Marot, 1932 : 252-259, 261-271, P. J. nos IV (1225), V (1231) et IX (1256).

9Neufchâteau devint mouvante des comtes de Champagne vers 1220 puis des rois de France, mais n’en demeura pas moins lorraine. Cette date marque le début des tentatives d’intrusion champenoise, puis française, en Lorraine dont les bourgeois surent habilement tirer profit pour défendre leurs intérêts et renforcer leurs institutions municipales naissantes. En effet, en 1225, le duc Mathieu II (1220-1251) confirma aux Neufchâtelois “les libertés dont ils jouissaient depuis longtemps” ; d’autres chartes, datées de 1231, font référence à la charte de commune accordée par Mathieu II. Enfin, la charte de 1256 entérina la suprématie du droit marchand sur le droit féodal, fait encore assez exceptionnel en Lorraine à cette époque261.

  • 262 Sur les activités artisanales, Marot, 1932 : 218-222.

10Les faubourgs se sont développés autour d’établissements conventuels (les Cordeliers en 1260, fig. 119, no 9), d’accueil (Maison-Dieu dès 1191 en rive gauche du Mouzon) ou dans des secteurs à fonction artisanale comme les draperies entre la muraille et la rive droite du Mouzon : les teinturiers, foulons, tondeurs et tanneurs y travaillaient la laine et la peau de mouton. Il existait également un moulin à foulon sur le ban de Rouceux262.

1.3.2.2. L’enceinte

  • 263 Traduction G. Giuliato.

11L’enceinte est mentionnée pour la première fois dans la charte de franchise de 1225 accordée par le duc. Son article 18 évoque la situation en ces termes : “En outre, s’il arrive qu’avec l’aide de Dieu Neufchâteau vienne à s’agrandir et dans la mesure où 4 jurés nommés à cet effet considéreraient que cet accroissement rende nécessaire la fortification de la ville, nous concédons que l’argent qui devait être perçu pour la construction du pont continue à l’être après son achèvement pour servir à la fortification de la ville jusqu’à l’achèvement de celle-ci” (Marot, 1932 : 41 ; 255-256, P. J. no IV, art. 18)263.

12Le pont mentionné pourrait être celui qui, venant du château, permettait de franchir le Mouzon et donnait accès à Noncourt avant de rejoindre la route de Langres. Le pont aboutissant à la porte Saint-Christophe en passant devant le moulin n’existait vraisemblablement pas en 1225.

13Le texte nous apprend que le duc laissait aux bourgeois le soin de décider de la nécessité de construire une enceinte capable de protéger l’ensemble de l’agglomération alors en pleine croissance. Le financement devait être assuré par la perception d’un impôt particulier complétant celui qui servait déjà à payer la construction du pont.

Fig. 120. Neufchâteau. Carte de 1583, AD Meurthe-et-Moselle, B 835 (publiée dans Guillaume, COING, 1994 : 5) ; à droite, le moulin de Mureau sur le Mouzon.

14Compte tenu de l’existence d’un suburbium en 1103 et d’un burgus en 1123, on peut penser que la ville s’était développée au-delà de ces limites, au nord vers le bourg Notre-Dame, et, à l’ouest en direction de l’église Saint-Christophe, en raison du réseau viaire formé de rues parallèles qui évoque un lotissement caractéristique des villeneuves du Bassin parisien (Higounet, 1975).

  • 264 AN J 579 (Lorraine no 1). Marot, 1932 : 43, note 1 ; 183. La duchesse autorise les bourgeois à gard (...)

15Le texte confirmerait le projet de construction d’une enceinte sans évoquer ni infirmer l’existence d’une fortification d’agglomération antérieure, réduite au seul bourg accolé au château. Néanmoins, il permet de conclure que la grande enceinte est postérieure à 1225. Contrairement à ce que l’on a pu supposer jusqu’à maintenant (Giuliato, 1993a : 184, fig. XX ; Kraemer, 2000 : 54-55), le faubourg Notre-Dame serait contemporain de cette enceinte. Les portes de la ville étant achevées en 1252264, il y a peu de risque d’erreur à situer la construction de l’enceinte dans le quart de siècle qui sépare ces deux dates.

16En 1256, tout bourgeois de Neufchâteau possédant au moins 20 livres devait avoir une arbalète et 50 carreaux (Marot, 1932 : 209 ; 268, P. J. no IX, art. 18 ; Giuliato, 1993a : 158). En 1290, le duc de Lorraine accorda au maire et aux jurés la recette d’impôts sur les boissons et les passages pour “refaire les pons, les chauciés et les fermetéz de la ville” (Marot, 1932 : 272-273, P. J. no X ; Giuliato, 1993a : 166).

  • 265 Données inédites calculées à partir du plan à 1/5 000 (fig. 119).
  • 266 Marot, 1932 : pl. VII ; Giuliato, 1993a : 184, fig. XX ; carte reprise et modifiée par Kraemer, 200 (...)

17Le tracé de cette enceinte (péri. 1 893 m, superf. 16,57 ha265) peut être restitué par report des vestiges de fortification encore en élévation et par l’analyse du parcellaire ancien (fig. 119)266. Actuellement, ne subsistent que quatre tours en moyen appareil attribuables au xiiie -xive siècle (Chéron, 1922). Les tours sont situées rue de France (tour Rouyer), rue Henriette de Vaudémont, rue Neuve et rue Gohier près du Mouzon. La tour Rouyer tire son nom de l’un des propriétaires au xixe siècle. Elle est également appelée tour de Mureau par l’abbé Chéron.

  • 267 Tous les deux publiés en couleur dans Guillaume, Coing, 1994 : 5, 9. P. Marot (1932 : pl. IV) avait (...)

18En ce qui concerne les sources iconographiques, il faut citer deux plans anciens267. Le premier est en fait une carte de 1583 représentant la ville de Neufchâteau et ses environs (fig. 120). Très schématique, elle montre six tours et une porte. La tour Rouyer et le moulin de Mureau sur le Mouzon sont bien identifiables au premier plan sur la droite. Le second document est le plan de la ville de Neufchâteau de 1764 dressé par J.-L. Deklier-Dellile. Il constitue un document incontournable pour la connaissance topographique de Neufchâteau et peut être comparé au plan cadastral de 1810 et au plan d’alignement de 1829, tous deux conservés en mairie.

1.3.3. Le déclin : seconde moitié du xive siècle et xve siècle

19Après 1284 et l’acquisition de la Champagne par la France, le roi continua de soutenir les bourgeois, mais, entre 1346 et 1387, ce soutien fit place à une volonté de contrôle qui échoua. La ville, jouant des rivalités de ses deux seigneurs, conserva son autonomie. De 1388 à 1435, appauvris par la crise et oubliés du roi, les bourgeois retombèrent sous l’autorité ducale, aggravée en 1465 quand Louis XI renonça à l’hommage du duc. Les occupations bourguignonnes, de 1432 à 1446, puis de 1473 à 1477, n’améliorèrent pas la situation (Marot, 1932 : 115-135 ; Contamine, 2002 : 16-18). Avec la disparition des foires de Champagne, au cours du xve siècle, la ville déclina rapidement au plan économique.

20Les transformations des systèmes défensifs ne concernent guère que le château. Sa garde par les bourgeois ne dura pas puisqu’en 1388, pour se prémunir des représentants du duc et asseoir leurs prérogatives, les bourgeois édifièrent une muraille et des tours entre le château et la ville. Après un compromis et la destruction des éléments défensifs édifiés par les bourgeois, le duc fortifia le château du côté de la ville avec tours, fossés et pont-levis et affirma, en 1394, qu’il en avait bien la garde (Marot, 1932 : 80-94). À partir de 1412, le duc y effectua des séjours réguliers (Marot, 1932 : 183-186). Lorsque les Bourguignons investirent la ville pour la deuxième fois, les habitants firent promettre au duc de Bourgogne, “selon les anciens usages”, d’entretenir “à ses propres frais et depens les murs et portes de la dite ville” (Marot, 1932 : 132).

1.3.4. L’Époque moderne : xvie siècle-xviiie siècle

21La ville a connu deux périodes actives d’expansion : le xvie siècle et le xviiie siècle. Elle conserve encore des hôtels particuliers de ces époques, symboles d’une certaine prospérité (Guillaume, Coing, 1994 : 6, 68-96).

22En 1631, lors de l’occupation de la Lorraine par la France, le gouverneur militaire M. de Chantemelle ordonna la démolition des fortifications. Celle-ci débuta en 1651 par un marché passé avec Jean Leroi, Claude Henri et Jean Lamoisson, et se poursuivit sur ordre du maréchal de Créqui, en 1657 et 1671. Seuls subsistèrent une tour et des ponts. Les fossés et les corps de garde furent acensés en 1707. En 1771, la porte du faubourg de France dite de Saint-Georges et de Notre-Dame, au nord, ainsi que la porte de la Mothe furent démolies.

2. LES TRAVAUX RÉCENTS

23Les premières recherches archéologiques sur les fortifications urbaines ne sont pas antérieures aux années 1999-2000 avec le sondage suivi de la fouille du site du Trait-d’Union (fig. 119). Deux relevés de tours de l’enceinte construite au xiiie siècle ont également été réalisés en 2006.

2.1. Le Trait-d’Union – 14-16, rue Verdunoise et 69, rue de France (A. M.)

2.1.1. Présentation du site

2.1.1.1. Circonstances de l’intervention

  • 268 Site inventorié 88.321.0045 à la Carte Archéologique de Lorraine. Cadastre (1999) AH 215, 396, 397, (...)

24Dans le cadre du projet municipal de construction d’un pôle culturel baptisé le Trait-d’Union, le Service régional de l’Archéologie de Lorraine a prescrit un diagnostic archéologique réalisé en décembre 1999 et janvier 2000 (Masquilier, 2000b). Ce dernier a confirmé la conservation en élévation d’une partie de la tour Rouyer. Une opération d’archéologie préventive a donc été réalisée par une équipe de l’Association pour les Fouilles archéologiques nationales (AFAN), en mars et avril 2000, alliant les méthodes d’investigation en sous-sol et en élévation (Masquilier, 2002c) sur la totalité de l’emprise du site268.

Fig. 121. Neufchâteau. Trait-d’Union. Emprise des fouilles (fond parcellaire cadastral), échelle 1/1 000. DAO : INRAP.

2.1.1.2. Localisation

25Situé en limite occidentale de la vieille ville, en rive droite du Mouzon, le site se déploie sur une frange de plaine alluviale, non loin de l’ancienne porte Saint-Christophe (ou porte de France). Il est limité au nord par la rue Verdunoise, au nord-ouest par la rue Regnault percée dans les années 1950, à l’ouest par l’avenue De-Gaulle (anciennement rue de France), au sud par le Mouzon et à l’est par les parcelles 212 et 213 (fig. 121).

2.1.1.2. Types de vestiges observés et état de conservation

26La campagne de diagnostic archéologique de 1999 et la fouille de 2000 ont permis d’étudier les vestiges du système défensif médiéval, dont 39,30 m de courtines et la tour ronde Rouyer, conservées jusqu’à 7,50 m d’élévation, et qui contenait encore deux étages à la fin du xixe siècle ou au début du xxe siècle comme en témoignent des cartes postales anciennes (fig. 122). Le moulin de l’abbaye de Mureau, fondé entre 1157 et 1180 et construit extra muros sur une île du Mouzon, a été appréhendé sur une surface de seulement 30 m2. Enfin, l’habitat intra muros a pu être analysé en détail sur une superficie de 350 m2 et une stratigraphie maximale, après décapage, de 1,50 m. La totalité de l’opération couvre une superficie d’environ 1 000 m2.

Fig. 122. Neufchâteau. La vieille tour du Mouzon, carte postale, cachet du 27/02/1901 (collection particulière).

2.1.1.3. Nombre de périodes et de phases identifiées

27La synthèse des sources écrites et iconographiques, de la bibliographie et des données archéologiques et architecturales autorise un découpage chronologique du site en six périodes successives, scindées ou non en phases.

28Si le bourg de Neufchâteau remonte au xie siècle au moins (période 1), aucune forme d’urbanisation structurée n’apparaîtrait, dans ce quartier, avant la construction de l’enceinte durant le deuxième quart du xiiie siècle (période 2, phase A). À cette époque, un ensemble architectural parfaitement synchrone est construit : tour et courtines de l’enceinte de ville, grand bâtiment intra muros accolé à la muraille et mur de protection du moulin appartenant à l’abbaye de Mureau. Des modifications sont apportées à la tour et au bâtiment intra muros au cours du XIIIe siècle (phase B). La tour est entièrement reconstruite à la fin du xiiie siècle ou au début du xive siècle. Le bâtiment intra muros profondément modifié abrite des baquets en bois dont la fonction précise demeure incertaine (période 3). L’îlot semble désaffecté à la fin du Moyen Âge (période 4, phase A) avant de connaître une nouvelle phase d’urbanisation au début de l’Époque moderne (phase B). La tour est déclassée au milieu du xviie siècle et le moulin, détruit à la Révolution, n’apparaît donc plus sur le cadastre de 1810. Au xixe siècle, une fabrique de chaînes aurait occupé l’île, tandis qu’un grainetier, M. Rouyer, occupe la pointe de l’îlot jusqu’au pont. Sous le second Empire, des fondeurs de cloches itinérants s’installent sur l’île. Le site, à l’exclusion de la propriété Rouyer, est reconverti vers 1920 en fabrique de capsules de bouteilles puis en différents commerces.

2.1.2. Présentation des vestiges par période et phase

2.1.2.1. Période 1

- Des vestiges pré-urbains

29Les données archéologiques antérieures à la construction de l’enceinte sont peu nombreuses. Il s’agit de deux creusements et de colluvions. Le creusement 2179 (fig. 123), été observé sur environ un mètre de long, se terminait par un éventuel trou de poteau. Son remplissage est constitué d’une argile brune incluant des nodules de mortier blanc et des concentrations de charbons. Quant à l’US 2289 (fig. 123), elle correspond à un creusement en cuvette, large de 1,60 m, formant un coude à angle droit. Elle est remplie d’une argile limoneuse bleutée incluant du charbon de bois, des déchets organiques et de la céramique. Ces excavations, implantées parallèlement au pied du coteau, dans l’étroite bande de terrain avant la rivière, pourraient être les témoins d’une occupation pré-urbaine de nature indéterminée (murs récupérés, fossés parcellaires ?). Elles sont recouvertes par des colluvions limoneuses avec différents composants : nodules de chaux, gros cailloutis ou plaquettes calcaires, charbons de bois et céramique (fig. 124, coupes 1 et 2, 2023, 2286).

- Les indices de datation

30La datation de cette période repose sur la mise en séquence des données stratigraphiques et sur l’étude du mobilier céramique.

31Par leur position, les niveaux de la période 1 sont antérieurs à la construction de l’enceinte de ville et à l’urbanisation de ce quartier. Ils seraient à mettre en relation avec la paroisse Saint-Christophe.

Fig. 123. Neufchâteau. Trait-d’Union. Période 1, échelle 1/500. DAO : INRAP.

32Les couches archéologiques de la période 1 ont livré 26 fragments (NdR) de céramiques à pâte dite “mixte” représentant un minimum de trois individus (NMI). Ce groupe technique est constitué d’une céramique assez grossière dont la pâte renferme des inclusions de calcaire broyé (inférieures à 1 mm). Les bords et les surfaces externes et internes des récipients présentent des traces de régularisations réalisées à la tournette sous la forme de fines stries de lissage. D’après une étude quantitative de la céramique des fouilles du Palais de Justice d’Épinal, ce groupe technique représente sur ce site la quasi-totalité des formes du viiie à la fin du xiiie siècle. Corrélativement, on y note à cette époque une très faible représentation de la céramique tournée et de la céramique à glaçure plombifère (Henigfeld, 2002a : 290).

33La période 1 est comprise entre la plus ancienne occupation médiévale attestée à Neufchâteau (paroisse de Saint-Christophe citée au xie siècle) et la construction de l’enceinte durant le deuxième quart du xiiie siècle.

2.1.2.2. Période 2

34Cette période est divisée en deux phases. La première (A) débute avec la construction du système défensif formé d’une tour et de deux courtines (fig. 125). Intra muros, le site est occupé par un grand bâtiment appuyé sur la courtine sud et, extra muros, un mur de protection est construit en amont du moulin de Mureau. Durant la seconde phase (B), l’intérieur de la tour est exhaussé, le grand bâtiment intra muros est reconstruit au même emplacement suite à un incendie et l’espace compris entre la courtine ouest et ce bâtiment réaménagé (fig. 126).

Fig. 124. Neufchâteau. Trait-d’Union. Coupes 1 à 4, échelle 1/100. DAO : INRAP.

Fig. 125. Neufchâteau. Trait-d’Union. Période 2 (phase A), échelle 1/500. DAO : INRAP.

Fig. 126. Neufchâteau. Trait-d’Union. Période 2 (phase B), échelle 1/500. DAO : INRAP.

- Les courtines

35Les données structurelles. Deux courtines, situées de part et d’autre de la tour, ont été étudiées. La courtine sud, orientée nord-ouest/sud-est, s’étend sur 42,50 m de longueur. Elle se décompose en deux segments rectilignes. À l’ouest, le mur 109, conservé sur une hauteur de 1,30 m depuis la base, mesure 6,50 m de longueur et 1,60 m d’épaisseur. À l’est, le mur 145, dont seul le parement extérieur est encore visible, est conservé sur une hauteur de 3 m depuis la base et mesure 15,30 m de longueur (fig. 127).

36La courtine ouest (mur 148), orientée nord-sud, s’étend sur 17,50 m de longueur. Pour cette période, le mur est conservé sur une hauteur maximale de 1,40 m depuis la base. Son épaisseur varie de 1,95 m en fondation à 1,60 m en élévation.

37Les matériaux de construction et leur mise en œuvre. Les matériaux de construction utilisés sont, pour les parements, des pierres de taille en calcaire et, pour la fourrure, des cailloux et moellons calcaires liés avec une argile limoneuse.

38La portion de courtine 109 (fig. 124, coupes 2 et 3 ; fig. 127, relevés des parements) repose sur des dalles (mur 155) d’un peu moins d’un mètre de longueur. Un sondage profond a infirmé l’hypothèse de pieux de fondation. Les parements sont constitués de pierres de taille en moyen ou grand appareil réglé (jusqu’à 40 cm de longueur), montées en assises de 15 à 30 cm. Les assises du parement extérieur 2068 sont chaînées avec la tour 147, celles du parement 2261 avec le mur 154 du moulin. Plus à l’est, la portion de courtine sud 145 montre des décrochements d’assises, de fait de hauteurs variables, formées de pierres de taille en moyen ou grand appareil. Ces ruptures peuvent être interprétées comme des arrêts de chantier ou liées à des contraintes d’approvisionnement en pierres de taille de calibres différents.

39Une coupe réalisée dans la courtine ouest (mur 148) illustre sa technique de construction (fig. 124, coupe 1 ; fig. 127, relevé du parement extérieur). Une tranchée étroite (2294), creusée sur un terrain plat, reçoit la fondation, exempte de pieux de soutènement. Elle est formée de deux parements de gros moellons équarris, disposés sur trois assises, et d’une fourrure de cailloux et moellons liés avec une argile limoneuse (2296). La fourrure de l’élévation (2297) est identique à celle de la fondation. Si seulement trois assises d’élévation sont visibles sur le relevé de la coupe, cinq étaient conservées lors de l’examen du parement extérieur (2298). Ce dernier est constitué de pierres de taille en moyen ou grand appareil réglé disposées en assises de hauteurs différentes qui plongent vers le sud du fait de l’instabilité du terrain. On note l’absence de fossé en avant de la courtine.

Fig. 127. Neufchâteau. Trait-d’Union. Relevé des élévations, échelle 1/200. DAO : INRAP.

  • 269 Cf. infra, Les abords.

40Les aménagements spécifiques. Outre les sols de construction de la tour et de la courtine ouest (2022 : mortier de chaux et fragments calcaires), des sols d’occupation sont associés à la phase A. Le sol 2014 a été localisé entre la courtine ouest 148 et un bâtiment qui occupe l’espace intra muros. Il s’agit d’un limon très argileux brun incluant quelques petits fragments calcaires et de rares micro-fragments de charbons de bois. Un autre niveau d’occupation matérialisé par un limon argileux a été observé à la surface de la couche de construction 2022 (fig. 124, coupe 1). Après la reconstruction du bâtiment intra muros269, l’espace compris entre ce dernier et la courtine ouest (mur 148) est régulièrement exhaussé.

- La tour Rouyer

41Les données structurelles. Pour cette période, seul le niveau de soubassement de la tour 147 est conservé (fig. 124, coupe 3 ; fig. 127). L’empattement taluté (ou talus) qui le caractérise n’a pu être dégagé en totalité. Extérieurement, la tour dessine un arc de cercle de 230°, interrompu par les courtines adjacentes, de 7,90 m de diamètre à la base du talus et 7,60 m à son sommet. Intérieurement, c’est une tour ronde de 3,75 m de diamètre, ouverte à la gorge et de plan outrepassé. La largeur du passage au droit de la gorge mesure 1,60 m. La hauteur du talus est de 2,50 m, l’épaisseur du mur de 2,30 m à la base du talus et de 2 m en haut de ce dernier.

42Les matériaux de construction et leur mise en œuvre. Les matériaux de construction utilisés sont le calcaire pour la pierre à bâtir (cailloux, moellons ou blocs équarris, pierres de taille) et un limon argileux brun incluant des micro-fragments calcaires pour le liant (2273). Le remblai à l’intérieur de la tour (2277) est constitué d’un sable beige incluant quelques fragments calcaires, de rares blocs taillés et du mortier de chaux.

43Le soubassement taluté a été construit en plusieurs étapes. À l’ouest et au sud, la partie basse du soubassement (2275) présente un parement d’assises de hauteur variable, monté avec des blocs équarris ou des pierres de taille. La fourrure est faite de gros blocs calcaires calés dans une tranchée (2276) qui recoupe un remblai de construction (2277). À l’est, une fondation 155, commune avec la courtine sud 109, est formée de dalles qui assurent une certaine stabilité à l’ensemble. La maçonnerie (2273) qui surmonte ces deux ensembles en partie haute du soubassement est conservée sur six assises de moellons et blocs taillés en moyen ou grand appareil réglé dont la hauteur d’assise varie entre 15 et 30 cm.

44La différence d’altitude relevée entre la base des courtines et celle de la tour, d’environ 1,70 m plus basse, laisse supposer l’existence d’un petit fossé localisé uniquement devant la tour.

45Les aménagements spécifiques. Pour la phase A, aucune couche d’occupation ni aucun sol construit n’a été observé. Il paraît vraisemblable d’imaginer l’existence d’un vide sanitaire entre une superstructure de type plancher et les derniers remblais de construction 2271 (mortier de chaux incluant des déchets de taille) et 2272 (limon très argileux brun rouille incluant de petits fragments calcaires). Au cours de la phase B, le fond de la tour a été nivelé avec un remblai argileux brun incluant des cailloux (2270), dont le sommet ne semble pas avoir été foulé. Cette phase se termine par la couche 2290. Présente dans la moitié nord de la tour 147, elle se compose d’une matrice charbonneuse homogène, épaisse de 3 à 5 cm, incluant de nombreux fragments de céramique. Cette couche pourrait correspondre à l’incendie des planchers de la tour.

  • 270 Cf. infra, US 2130.

46Le remploi, dans les maçonneries de la période 3270, d’une pierre de taille appartenant à la base d’une ouverture de tir étroite permet de supposer l’existence d’une archère dès la période 2.

- Les abords

47Dans l’espace intérieur délimité par les courtines, un grand bâtiment de 10,60 x 12,20 m est adossé à la courtine sud 109 (fig. 124 à 127). Les murs qui le délimitent sur les trois autres côtés sont conservés sur six assises de moellons équarris, liés avec un mortier de chaux blanc à joints plats (murs 100, 152 et 111). Un mur axial (106) et un mur perpendiculaire à ce dernier, entièrement récupéré (2306), divisent le bâtiment. À l’est, un hypothétique passage est aménagé dans le mur 111 (2335). Il est constitué d’une fondation en grand appareil de pierres de taille calcaires, et de deux marches de 10 à 15 cm de haut, la plus élevée formant un retour. La longueur restituée de l’ensemble est de 2,10 m. Les sols du bâtiment contemporains de cette première phase (phase A) reposent sur le substrat sous-jacent. Localement, une fine pellicule de limon cendreux et charbonneux due à la circulation a pu se déposer et un dallage fruste a été aménagé. Les marches du passage (2335) étant peu usées (traces très bien conservées de ciseau et de marteau taillant), on peut supposer que la présence d’eau ambiante a sans doute précocement limité son usage.

48Si le mur 100, à l’ouest du bâtiment, n’est pas chaîné, mais simplement appuyé contre la courtine sud 109, les assises des deux murs (respectivement 2042 et 2068), de même hauteur, se prolongent l’une l’autre. Le bâtiment intra muros appartient donc, sinon à la même campagne de construction de l’enceinte, du moins à celle qui lui est immédiatement consécutive. Toutefois, les techniques de construction diffèrent par l’utilisation de mortier de chaux dans les maçonneries du bâtiment alors que le liant de la courtine est un limon argileux.

49Cette occupation est brutalement interrompue par un incendie dont on retrouve les traces à différents endroits. Elle est suivie par la reconstruction du bâtiment puis son remblaiement (phase B) comme le démontre bien la reprise en élévation du mur 100. Le relevé de son parement oriental (2342) montre des assises de blocs équarris en remploi tel que le seul bloc conservé de la chaîne d’angle nord-ouest du bâtiment. Sa face nord est dressée au pic de tailleur de pierre en taille pointée, la face ouest au pic et vraisemblablement au marteau taillant avec une taille layée oblique (Bessac, 1986 : 19, 47).

  • 271 Cf. l’étude monographique consacrée à Mirecourt.

50Plusieurs hypothèses peuvent être avancées pour interpréter cet édifice monumental (130 m2 au sol) : bâtiment militaire en liaison avec l’enceinte, grange ou habitat appartenant à l’abbaye de Mureau ? En Lorraine, il n’existe qu’un exemple analogue, celui du site de la rue du Docteur-Joyeux à Mirecourt271.

51Des vestiges du moulin que l’abbaye de Mureau détenait à Neufchâteau ont été mis au jour dans la partie sud de la fouille. D’après la carte de 1583 (fig. 120), le moulin était situé sur une île du Mouzon, en dehors de l’enceinte de ville. Le plan Deklier-Dellile de 1764 permet d’attribuer le mur 154 au moulin. Ce mur de 1,66 m d’épaisseur est conservé sur 2,40 m d’élévation (2245), hauteur à laquelle il faut ajouter un minimum de 1,40 m d’une fondation débordante de 50 cm à l’ouest (2338). Le mur possède une fourrure de moellons liés avec de la terre, tout comme les courtines. La tranchée de fondation, large de 30 cm à l’ouverture (2250), est uniquement présente à l’ouest du mur, ce qui signifie que le terrain était plus élevé de ce côté. Le débord de la fondation 2338, conjugué avec un terrain plus élevé à l’ouest, permet de localiser l’intérieur du moulin à l’ouest du mur 154. Ce dernier, faisant office de mur amont, se prolongeait sur une distance de 13,50 m jusqu’à la courtine 109 avec laquelle il était chaîné, montrant ainsi une parfaite contemporanéité des deux murs. On retrouve des traces de rubéfaction sur le parement oriental du mur 154 pouvant éventuellement avoir la même origine que l’incendie du bâtiment du secteur 2.

- Les indices de datation

52La datation de cette période repose sur la mise en séquence des données stratigraphiques, l’étude de la céramique, les caractères architecturaux de la tour et de l’enceinte corrélés avec les sources écrites.

  • 272 Cf. infra datation de la période 3.

53En ce qui concerne les données stratigraphiques, d’après l’examen des parements extérieurs, la tour 147 et la courtine sud 109 reposent sur un même mur de fondation 155 et l’angle extérieur rentrant montre une liaison parfaite des deux murs. Les chaînes d’angle de la gorge de la tour et les courtines attenantes sont aussi parfaitement chaînées. L’hypothèse d’une tour circulaire venant se greffer sur une enceinte préexistante doit donc être écartée. Par ailleurs, le mur du moulin 154 est chaîné à la courtine sud 109 et lui est donc contemporain. Enfin, le bâtiment intra muros présente une technique de construction et une stéréotomie identiques à la courtine sud. On peut donc affirmer que le mur du moulin, la tour, les courtines et le bâtiment intra muros forment un ensemble architectural construit d’un seul jet. Ce dernier subit d’importantes modifications au début du xive siècle, terminus ante quem de la période 2 d’un point de vue stratigraphique272.

54L’étude de la céramique a permis de comptabiliser, pour les deux phases de la période 2, 79 tessons de céramique (NdR) représentant quatre individus (NMI). La phase 2A comprend deux fragments de céramique tournée non couverte (céramique commune) et un bord réalisé en céramique mixte dont le profil est proche de certains pots attribués au xiiie siècle sur le site du Palais de Justice d’Épinal (phase C) (Henigfeld, 2002a : 266-270). Si la phase 2B reste encore majoritairement représentée par de la céramique mixte avec un NdR de 64 (84,2 %) et un NMI de 3 et, dans une moindre mesure, par de la céramique commune avec un NdR de 2 (2,6 %), on note l’apparition de céramique glaçurée avec un NdR de 10 (13,2 %). Les rares formes exploitables d’un point de vue chrono-typologique peuvent être mises en relation avec la céramique des phases C ou D des fouilles du Palais de Justice d’Épinal, soit les xiiie-xive siècles (Henigfeld, 2002a : 266-279), ou à Metz du milieu du xiiie au xve siècle (Gébus, 2001a).

  • 273 Cf. infra.

55Au plan architectural, la tour Rouyer est une tour ronde, talutée et ouverte à la gorge. La présence d’une base d’archère en remploi lors de la reconstruction de la tour en période 3273 suggère l’existence d’un poste de tir dès la période 2. Cet indice typologique, peu certain, ne peut être pris en compte. Ce type de tour se répand dans le domaine royal capétien sous le règne de Philippe-Auguste (1180-1223) avec la diffusion du château à plan quadrangulaire cantonné de quatre tours circulaires. Aucune tour de flanquement n’est connue en Lorraine avant le xiiie siècle tant en milieu castral qu’en milieu urbain, à l’exclusion notable des tours d’enceinte héritées de l’Antiquité comme à Toul ou Deneuvre en Meurthe-et-Moselle. Les premières tours circulaires médiévales avérées remontent au premier quart du xiiie siècle, dans les fortifications de Metz notamment, et perdurent jusqu’à la fin du Moyen Âge. La ville de Neufchâteau, aux marches du Royaume de France, pourrait avoir été influencée plus précocement que les autres villes lorraines par le vocabulaire architectural philippien. L’extrême fin du xiie siècle ou le début du xiiie siècle pourrait être proposé comme terminus post quem architectural.

  • 274 Hugo, 1734-1736 : t. II, preuves, col. clxviii, cité dans Iverneau, 1859-1860 : 2 et dans Marot, 19 (...)
  • 275 La tradition historiographique locale l’identifie à une rue parallèle à la rue Verdunoise et à l’en (...)

56Le moulin de Mureau appartenait à l’abbaye éponyme fondée avant 1157, très certainement dans le deuxième tiers du xiie siècle par des chanoines réguliers de l’ordre des Prémontrés (Parisse, 1981a : 78). Au Moyen Âge, elle possédait à Neufchâteau, outre son hostel cité dès 1255, différents biens dans la rue Verdunoise, un foulon, un pressoir et un four. Le moulin apparaît dans un acte de confirmation de donation à l’abbaye daté de 1180 : molendinum super Mosanam fluvium (Mouzon) apud Novum castrum, alors qu’il n’est pas cité dans un acte antérieur de même type daté de 1157274. C’est entre ces deux dates qu’a été fondé le moulin de Mureau. Par la suite, le duc de Lorraine Ferri III confirme en 1280 à l’abbaye tous les biens qu’elle a “au lieu du Neufchâtel” et notamment son moulin. En 1330, l’abbaye reçoit “8 solz de bons petits tournois, sur une maison qui lui a été donnée en 1256, et qui est située sous le Moustier St-Christophe, entre la voie sur laquelle on va de cette maison au moulin de Mureau”. Peut-être s’agit-il de la rue Flumoise citée dans les sources écrites dès 1261275. Quoi qu’il en soit, il importe de savoir si le mur de protection localisé en amont du moulin (mur 154) pourrait être contemporain du moulin construit entre 1157 et 1180. Dans l’affirmative, tour et courtines qui sont contemporaines du mur 104 seraient également datées de 1157-1180, datation beaucoup trop haute, tout juste contemporaine des premières manifestations du flanquement dans le centre et l’ouest de la France (Mesqui, 1991-1993 : t. 1, 260). Le mur 154 pourrait, dès lors, être interprété comme un renfort construit en amont du moulin primitif, en même temps que l’enceinte de la ville.

  • 276 Cf. supra, p. 194.

57D’après les critères typologiques architecturaux, la tour et les courtines ne peuvent avoir été construites qu’à partir de l’extrême fin du xiie siècle ou du début du xiiie siècle. Il est donc impossible d’interpréter les vestiges mis au jour comme ceux de l’enceinte ceignant le burgus depuis le xie-xiie siècle, mais a contrario comme ceux de l’enceinte dont la construction est envisagée en 1225 et achevée en 1252 au plus tard276.

58En conclusion, le terminus post quem de la période 2 est fixé au deuxième quart du xiiie siècle. Le terminus ante quem est le début de la période 3, soit la fin du xiiie siècle ou le début du xive siècle. Les deux phases (A et B) qui divisent cette période sont comprises dans cette fourchette chronologique, sans qu’il soit possible de préciser à quelle date l’on passe de l’une à l’autre.

2.1.2.3. Période 3

59Cette période est caractérisée par une reconstruction du système défensif en quasi totalité, un remaniement de l’espace intra muros et une protection accrue du moulin par l’adjonction d’un mur de protection (fig. 124 ; fig. 127 à 129).

- Les courtines

60Les données structurelles. La courtine ouest 148 a presque entièrement été reconstruite lors de la période 3. Seule la hauteur conservée diffère (7,50 m d’élévation en cumulant les périodes 2 et 3). En ce qui concerne la courtine sud 109, les dimensions générales sont les mêmes que celle de la période précédente. La courtine 145 semble quant à elle n’avoir subi aucune modification (fig. 128).

61Les matériaux de construction et leur mise en œuvre. Les assises inférieures de la courtine ouest 148 (période 2) montrent un basculement de la courtine vers le sud, à l’origine des désordres structuraux qui ont engendré la démolition des élévations de la tour et des courtines. Lors de la reconstruction en période 3 (fig. 127), les maçons ont rattrapé l’horizontalité des assises subsistantes au moyen d’assises de réglage (2200). La muraille a été poursuivie en moyen ou grand appareil réglé (2201). On a pu remarquer, dans une coupe, que les pierres des joints étaient liées avec de la terre. En revanche, le mortier semble avoir été utilisé pour le parement. Par rapport à la période précédente, on note une diminution des longueurs, autour de 70 cm à 50 cm.

62La courtine sud 109 a également subi de nombreuses réfections du fait d’un contre-fruit dû au basculement de la muraille vers le sud (fig. 127). L’analyse de la stratigraphie permet d’imputer sa reconstruction à la période 3. En effet, le parement 2322, visible sur le revers du mur 109, est liaisonné avec la reprise d’élévation 2263 contemporaine de la reconstruction de la tour. Le parement 2257, par le module de ses blocs, pourrait être une réfection partielle du parement extérieur de la courtine. Les pierres sont liées avec un mortier de chaux rosé à orangé.

Fig. 128. Neufchâteau. Trait-d’Union. Période 3, échelle 1/500. DAO : INRAP.

Fig. 129. Neufchâteau. Trait-d’Union. Tour 147, ouverture de tir 2130, échelle 1/100. DAO : INRAP.

- La tour

63Les données structurelles. Le relevé en plan de la tour 147 montre une nette reprise à partir du haut du talus (fig. 129). Si le diamètre extérieur de la tour reste inchangé à 7,60 m, l’épaisseur du mur qui s’élève à 1,90 m est légèrement moindre. Outre le niveau de soubassement, deux niveaux supplémentaires (rez-de-chaussée et 1er étage) ont été relevés en quasi-totalité, à l’exception de surfaces non décrépies pour des raisons de sécurité. Le plan intérieur est beaucoup plus ovale qu’à la période précédente et la largeur du passage au droit de la gorge mesure 1,75 m. La hauteur conservée pour la période 3 est de 5 m en plus du niveau de soubassement haut de 2,50 m.

64Les matériaux de construction et leur mise en œuvre. Extérieurement, la reprise de la tour (2263) est marquée par l’emploi plus systématique du mortier dans les joints de la maçonnerie. Une vingtaine d’assises en appareil réglé de moellons et blocs taillés sont dénombrées, avec parfois des décrochements d’assises.

65Le parement intérieur de la reconstruction est connu sur une faible hauteur : six assises de moellons calcaires (modules 25 x 12 x 20 cm) liés avec de la terre et du mortier de chaux en faible quantité. Il dessine en plan une forme de fer à cheval. Dans l’angle formé avec la courtine 109, la reprise 2263 est commune avec cette dernière (2322).

  • 277 Seules les pierres d’encadrement de la fente étaient conservées sur les trois autres.

66Les aménagements spécifiques. Les niveaux d’élévation sont soulignés par quatre ouvertures de tir (archères), deux par niveaux : 2129 et 2130 au rez-de-chaussée, et 2127 et 2128 au premier étage. D’après l’ouverture de tir la plus complète (2130)277, le type est à sifflet (ou à ébrasement), à coupe plongeante et à fente de tir simple. Il manque l’information sur le linteau intérieur, vraisemblablement sans coussinet. Les dimensions relevées sur l’ouverture de tir 2130 sont les suivantes : épaisseur du mur 1,90 m ; embrasure surélevée de 60 cm environ par rapport au sol ; la hauteur varie de 75 cm (restituée intérieurement) à 1,50 m sur le parement externe ; l’ouverture de 75 cm (le tireur ne s’engageait pas dans l’embrasure) à 8 cm formant un angle de tir réel de 19° environ, ou selon J. Mesqui, une ouverture pondérée de 10° par mètre (Mesqui, 1991-1993 : t. 2, 261). Cette faible valeur peut s’expliquer par le souci des concepteurs de ne pas amoindrir la solidité de la tour déjà fragilisée par la multiplication des embrasures. Les pierres d’encadrement des ouvertures sont travaillées au ciseau qui laisse des cavités à fond plat (Bessac, 1986 : 123-125).

67Les ouvertures de tir sont disposées en quinconce suivant deux registres superposés. Le registre du rez-de-chaussée est formé des ouvertures de tir 2129, dont seul le bord gauche est conservé, et 2130. Le registre du premier étage, tronqué, est souligné par les ouvertures de tir 2127 et 2128. L’ouverture de tir 2130 est située dans l’axe frontal de la tour. Elle marque de ce fait un centre de symétrie à l’aide duquel on pourrait restituer les ouvertures de tir manquantes : 3 au rez-de-chaussée et 4 au premier étage (fig. 129). Cette hypothèse serait une indication pour caractériser le programme défensif.

68Le sol du rez-de-chaussée de la tour n’est pas conservé pour la période 3.

- Les abords

69L’espace intra muros est occupé par de nouvelles constructions représentées par le mur 156 (fig. 124, coupe 2 ; fig. 128). Ce dernier forme une section droite orientée sud-ouest/nord-est sur laquelle viennent se greffer des petites portions de murs. L’ensemble est tronqué au nord par une perturbation et à l’est par les limites de fouilles. Ces constructions, dont on ne connaît pas l’extension exacte, sont associées à un sol d’occupation à base de limon argileux incluant des charbons de bois, reposant sur un niveau de circulation matérialisé par des plaquettes calcaires posées à plat.

70Deux baquets en bois (2323 et 2329) sont compris dans l’emprise de ce bâtiment. La fosse d’installation du premier affecte une forme ovale irrégulière de 90 x 74 cm pour une profondeur de 12 cm. Le fond est tapissé de mortier de chaux incluant des cendres et des charbons. Le fond du baquet en lui-même est formé d’au moins quatre planches en chêne (2323), larges de 10 à 18 cm et épaisses de 2 à 3 cm, posées à plat et jointives entre elles. Elles épousent la forme du creusement, ce qui permet d’envisager une forme générale ovale. Les douelles du baquet ont disparu. La fosse d’installation du second baquet affecte une forme circulaire de 78 cm de diamètre, terminée par un fond plat, pour une profondeur conservée de 6 à 8 cm. Seules deux planches en chêne (2329), de 14 cm de largeur et de 2 à 3 cm d’épaisseur, sont conservées. La trace en négatif des autres planches permet de restituer un fond circulaire de 75 cm de diamètre. Les bords étaient présents sous forme de charbons de bois (2334) mais ne pouvaient faire l’objet d’une étude plus approfondie. Le contenu du baquet était un sédiment blanchâtre fin et poudreux (cendre ou chaux) qui n’a pu être prélevé.

71Des comparaisons sont possibles avec des fouilles urbaines récentes. Le site du quartier Saint-Martin à Montbéliard a livré, en contexte d’habitat et à proximité de l’enceinte de ville, deux fonds de tonneaux de 42 à 50 cm de diamètre, et le fond d’un récipient ovale (tonnelet ou baquet) de 30 cm de diamètre, datés de la seconde moitié du xive siècle (Cantrelle et alii, 2000 : 109-111). Les fouilles du jardin du Caroussel à Paris ont livré, dans le comblement du fossé de l’enceinte de Charles V, un baquet de 66 cm de diamètre, daté fin XVIe - début xviie siècle (Van Ossel, 1998 : 168-170). Les usages de ces récipients, très répandus au Moyen Âge et à l’Époque moderne, sont très variés et parfois polyvalents. Sur le site du Trait-d’Union, les baquets pourraient être mis en relation avec une activité artisanale (mentions de teinturiers et de foulons proches du moulin et de la rivière).

72Sur l’île du moulin, le mur amont du moulin (mur 154) est renforcé par un autre mur (158) d’environ 0,90 m d’épaisseur pour une hauteur conservée de 1,12 m. Ce mur a été reconnu en coupe uniquement lors d’un sondage profond réalisé à la pelle hydraulique. Cette excavation a permis de recueillir des éléments de son platelage en chêne équarris, avec des encoches à mi-bois (2336).

- Les indices de datation

73La datation de la période 3 repose sur les caractères architecturaux de la tour, la mise en séquence des données stratigraphiques en corrélation avec les sources écrites, et l’étude de la céramique.

74Les ouvertures de tir de la tour Rouyer sont disposées en quinconce sur deux registres superposés. Cette multiplication des embrasures souligne avant tout la fonction dissuasive assignée à cette tour dont les bourgeois de Neufchâteau devaient assurer la garde. La tour a été construite à l’économie avec une faible épaisseur des murs liés avec du mortier de chaux très maigre. On retrouve ce type d’agencement dans la grosse tour Saint-Nicolas de Valenciennes (tour 25) dont la datation circa 1180 atteste de la diffusion précoce du modèle philippien dans certaines régions périphériques du Royaume de France (Salamagne, 1992 : 56, 58 (2ème colonne), 60-63). Faute d’autres comparaisons possibles, il paraît peu prudent de dater la tour sur ces critères de programme architectural.

75Les ouvertures de tir sont de type simple, sans sophistication. Des archères de type analogue, mais sans plongée, sont connues en Meurthe-et-Moselle à Lenoncourt dans les années 1300-1320 et à Rosières en 1318 (Giuliato, 1992 : 140-141, 200-201). Dans un cadre géographique élargi au Royaume de France, la typologie des archères permet de situer la reconstruction de cette tour entre la fin du xiie siècle et le début du xve siècle (Mesqui, 1991-1993 : t. 2, 251-300), avant l’apparition des premières bouches à feux, d’ailleurs absentes à Neufchâteau.

76La reconstruction des fortifications peut être mise en relation avec le texte de 1290 par lequel le duc de Lorraine accorda au maire et aux jurés la recette d’impôts sur les boissons et les passages pour “refaire les pons, les chauciés et les fermetéz de la ville”.

  • 278 Datations réalisées par Willy Tegel, Dendronet, Bohlingen, Allemagne. Réf. : NEUF001, septembre 200 (...)

77En ce qui concerne la réorganisation du secteur intra muros, la stratigraphie montre que les tranchées de reconstruction de la tour et des courtines attenantes ont détruit le mur occidental (mur 100) du grand bâtiment qui occupait cet espace lors de la période précédente et qui n’est donc plus en fonction. Il est néanmoins possible que le mur 100 perdure sous forme de limite parcellaire. La datation de l’habitat intra muros peut être envisagée par la dendrochronologie278 des planches en chêne des baquets 2323 et 2329. La date du baquet 2323 est donnée sur bois de cœur autour de 1323 ± 10 ans. Le baquet ne serait donc pas postérieur à la première moitié du xive siècle. Le baquet 2329 a été fabriqué après 1295 ± 10 ans. On suppose que la date d’abattage se situe au début du xive siècle puisque seuls quelques cernes de bois de cœur et d’aubier sont manquants.

78En ce qui concerne le moulin, une des poutres du platelage 2336 du mur 158 a été datée sur bois de cœur de 1252 ± 10 ans, mais il est difficile d’estimer le nombre de cernes manquants pour ce bois de construction. Cette datation n’indique qu’un terminus post quem pour l’abattage qui a pu intervenir au début du xive siècle, le renforcement du mur du moulin étant concomitant de celui des courtines.

79L’étude du mobilier céramique a montré qu’il est essentiellement représenté par de la céramique mixte avec un NdR de 305 (98,4 %) et un NMI de 7. La céramique glaçurée et la céramique commune ne sont respectivement représentées que par des NdR de 4 (1,3 %) et 1 (0,3 %). La plupart des céramiques de cette période ne se distinguent pas de la précédente. Il s’agit de fragments de pots montés en technique mixte datés des xiiie et xive siècles. L’un d’eux, retrouvé dans le comblement de la tranchée de reconstruction de la tour, se singularise par son décor formé de stries sur l’épaule et d’au moins six fleurs stylisées poinçonnées sur l’anse. Ce décor se retrouve encore à la fin du xve siècle au moins sur la fouille de la rue du Grand-Geoffroy à Vaucouleurs (Vosges) (Henrotay, Lansival, 1994b : 21-23).

  • 279 Cf. datation période 4.

80Le terminus post quem de la période 3 est fixé à la fin du xiiie siècle ou au début du xive siècle. Le terminus ante quem se situerait quant à lui au début de la période 4, soit le début du xve siècle279.

2.1.2.4. Période 4

81Deux phases sont distinguées au cours de cette période (fig. 130 et 131). Durant la phase A (début xve siècle-milieu xvie siècle), l’accès à la tour est modifié, l’espace central intra muros est divisé selon une nouvelle orientation nord-ouest/sud-est et le sol de l’île occupée par le moulin de Mureau est exhaussé. La phase B (milieu xvie siècle-milieu xviie siècle) voit l’ultime aménagement de la tour en tant que système défensif, la densification de l’habitat, notamment le long de la rue Verdunoise et la création d’un bâtiment avec sol de terre battue. Le secteur du moulin ne semble pas avoir subi, durant cette phase, de modification.

- La tour

82Durant la phase A, l’ouverture de la gorge de la tour est obturée par le mur 108. La fermeture de la tour est immédiatement suivie de la pose d’un dallage (2268) de pierres calcaires (jusqu’à 90 x 45 x 12 cm), qui remplace le plancher en bois des périodes précédentes (fig. 124, coupe 3 ; fig. 130 et 132). Ces modifications sont concomitantes de l’exhaussement du terrain le long de la courtine ouest. Plus tardivement (phase B), un pavage en moellons calcaires posés de chant (2265) est installé sur un remblai de préparation sableux qui recouvre le dallage préexistant (fig. 124, coupe 3 ; fig. 131).

- Les abords

83L’occupation du secteur intra muros est sporadique durant la phase A. Une fosse de 60 x 80 cm (2242), comblée avec un limon argileux gris incluant de gros blocs calcaires posés à plat, constitue la seule structure de ce secteur. Le mur 107 (fig. 124, coupe 2 ; fig. 130), épais de 68 cm et conservé sur trois assises de moellons et de blocs liés avec de la terre, délimite, quant à lui un espace de circulation large de 4 m le long de la courtine. Parallèlement à ce mur, une possible tranchée de récupération d’un mur de la période précédente témoignerait d’une certaine déprise de l’habitat (2063). Néanmoins, l’occupation n’est pas inexistante puisque des couches d’occupation et des niveaux de circulation ont été décelés lors de la fouille.

84L’îlot intra muros est de nouveau construit à partir de la phase B (fig. 131). Un bâtiment de 13 m de long donnant sur la rue Verdunoise, est élevé au nord-est de l’îlot. Il est délimité par les murs 102, 104 et 138. Compte tenu de la déclivité du terrain entre la rue Verdunoise et l’enceinte, les vestiges mis au jour sont ceux d’une cave de maison. Le mur 102 d’orientation nord-est/sud-ouest est dans l’alignement de la limite parcellaire formée par le mur 100. De la même façon, le mur 135, bien que séparé du mur sous-jacent 156 (période 3) par un important remblai, se superpose exactement à celui-ci, avec une épaisseur moindre. Ces observations démontrent une pérennité des limites parcellaires établies dès le xiiie ou xive siècle. Un sol en terre battue de limon argilo-sableux de couleur ocre jaune (2017) définit un espace couvert compris entre les murs 107, 135, 104 et, très certainement, de la limite formée par le mur 100. Il s’agit d’un second bâtiment ou d’un appentis adossé à la maison construite en bordure de la rue Verdunoise. Enfin, il est fort possible qu’un espace de circulation perdure entre la courtine 109 et le mur 107.

Fig. 130. Neufchâteau. Trait-d’Union. Période 4 (phase A), échelle 1/500. DAO :INRAP.

Fig. 131.Neufchâteau. Trait-d’Union. Période 4 (phase B), échelle 1/500. DAO :INRAP.

Fig. 132.Neufchâteau. Trait-d’Union. Vue du dallage 2268 à l’intérieur de la tour. Cliché A. George © Inventaire général de Lorraine, 2000.

85En ce qui concerne le secteur du moulin, le seul fait archéologique saillant est l’exhaussement de l’île par un apport de plaquettes calcaires noyées dans une matrice argileuse jaune. L’histoire du moulin à partir de cette date est mieux renseignée par les sources écrites. En 1605, sur requête de l’abbé de Mureau, un arrêt de la cour de Nancy confirma les biens de l’abbaye à Neufchâteau dont le moulin. En 1627, le “moulin de Mureau, anciennement dit Granion sis au Neufchâteau, avec le petit meix [jardin] du devant, et joindant icelui moulin la cour duquel se divisera de son long” [... suivent les confins], furent vendus à Louis de Lorraine, seigneur de Neufchâteau. On apprend par cet acte que la maison des religieux était séparée du moulin par une petite curtille. En très mauvais état, le moulin fut réparé et devint banal en 1633. Il fut acensé à perpétuité en 1730 à M. Foissey. À sa mort, en 1780, c’est son gendre qui reprit le cens (Iverneau, 1859-1860 : cinquième prime, 5-8).

- Les indices de datation

86Les critères de datation reposent sur l’étude de la céramique et la mise en séquence des données stratigraphiques replacées dans une perspective historique.

87L’étude de la céramique permet de comptabiliser pour la période 4 un NdR de 314 pour un NMI de 13. On note avant tout la diminution de la céramique de type mixte et l’apparition de formes et de glaçures nouvelles par rapport à la période précédente.

88Pour la phase 4A, on décompte un NdR de 154 (63,7 %) et un NMI de 5 pour la céramique mixte, un NdR de 78 (32,2 %) et un seul NMI pour la céramique commune et, enfin, un NdR de 10 (4,1 %) et 2 NMI pour la céramique glaçurée. Pour la phase 4B, on décompte un NdR de 46 (63,9 %) et 3 NMI pour la céramique mixte, un NdR de 19 (26,4 %) et 1 NMI céramique commune et, pour terminer, un NdR de 7 (9,7 %) et un seul NMI pour la céramique glaçurée. Les comparaisons chrono-typologiques permettent de situer la phase A aux xve-xvie siècles et la phase B aux xvie-xviie siècles.

89Les fourchettes chronologiques données par l’étude céramique autorisent une mise en perspective historique des données archéologiques. La disparition de l’habitat au cours de la phase A serait à mettre en relation avec la perte de dynamisme socio-économique que connaît la ville à partir du xve siècle en raison du déplacement des grands axes commerciaux. Cet état de fait est aggravé par les troubles que connaît la ville à la fin du Moyen Âge : occupations bourguignonnes, démêlés avec le duc de Lorraine. Le terminus post quem de la période 4 peut être fixé hypothétiquement au début du xve siècle. La transition entre les phases A et B pourrait être située au milieu du xvie siècle, époque à partir de laquelle s’opère une reprise de l’urbanisation à Neufchâteau illustrée encore de nos jours par les nombreux hôtels de la Renaissance et de l’Époque classique. Cette poussée de l’urbanisation est bien attestée sur le site du Trait-d’Union par la construction de maisons entre l’enceinte et la rue Verdunoise. Le terminus ante quem de la période 4 est fixé au milieu du xviie siècle lors de la destruction des fortifications de la ville ou de leur déclassement.

2.2. Analyse monumentale des tours d’enceinte du faubourg notre-dame (I. F.)

90Bien qu’elles soient en grande partie modifiées, deux des tours de l’enceinte de Neufchâteau subsistent en élévation. Au-delà des comparaisons avec la tour mise au jour à l’occasion des fouilles du Trait-d’Union, leur étude demeure intéressante car elles relèvent d’un système défensif commun, protégeant sur le front occidental le faubourg Notre-Dame.

2.2.1. La tour A

2.2.1.1. Présentation des vestiges

91Cette tour de plan circulaire (environ 5,20 m de diamètre extérieur à la base et 4,40 m en partie haute), réhabilitée en logis aux xviiie et xixe siècles, est conservée sur une hauteur maximale de 7,40 m (fig. 133). Elle s’appuie, sans chaînage cohérent, sur un mur construit en pierres de taille de provenances diverses, qui respecte probablement l’orientation initiale de la courtine. Elle présente un empattement taluté, dont l’assise supérieure, taillée d’un biseau, permet d’élargir le diamètre de la tour. Le mur en élévation, percé tardivement par deux fenêtres de logis, est épais d’environ 90 cm au rez-de-chaussée et 60 cm au premier étage.

92La maçonnerie de revêtement se compose d’un moyen appareil réglé sur 21 rangs, à l’exception d’une assise inférieure à 20 cm. Les pierres de taille sont liées par un mortier de chaux maigre contenant un mélange de terre et de cailloutis calcaire. Les blocs du parement présentent des marques d’outils tels que le pic ou la pointe à l’exception d’un à deux exemples, partiellement taillés à la laye.

93Une ouverture de tir est partiellement observable, au bas de la fenêtre du premier niveau. Conservée sur ses deux dernières assises (soit 55 cm), elle se situe au décrochement entre le fruit et le rang suivant. Cette archère possède un étrier triangulaire avec une fente de tir de 14 cm de large.

Fig. 133. Neufchâteau. Tours de l’enceinte urbaine. Profils et archère, échelles 1/5 et 1/20. Cliché et DAO : I. Ferraresso/Université Nancy 2.

- Les indices de datation

94L’archère à étrier apparaît comme le seul critère de datation. Elle permet de supposer, avec beaucoup de prudence, que la tour a pu être édifiée en l’état autour des xiiie-xive siècles, comparativement aux exemples connus à Mousson, Liverdun et Épinal (Koch, 1995a) (premier tiers du xiiie siècle).

2.2.2. La tour B

2.2.2.1. Présentation des vestiges

95Cette seconde tour, conservée en élévation sur 3,88 m, est aujourd’hui fortement dénaturée puisqu’elle est reconvertie en garage surmonté d’une terrasse. Son diamètre extérieur restitué est d’environ 6 m. Comme pour la tour A, l’élévation est marquée par un empattement taluté identifié sur trois assises et dont le rang supérieur est taillé d’un biseau (fig. 133).

96La maçonnerie de revêtement est composée de douze rangs en moyen appareil réglé. Les pierres de taille qui composent ce parement sont réalisées au pic ou au poinçon. Quelques traces de layes restent visibles. Les joints, fortement beurrés, ne peuvent être caractérisés.

- Les indices de datation

97La mise en œuvre, le traitement des blocs et le profil taluté, sensiblement équivalents à la tour A, plaideraient pour une construction datée aux alentours des xiiie et xive siècles.

Conclusion (A. M.)

  • 280 Données inédites calculées à partir du plan à 1/5 000 (fig. 119).

98Neufchâteau a connu au cours du Moyen Âge plusieurs phases de développement. Un bourg est fondé à la fin du xie siècle autour d’un castrum implanté sur le territoire d’une paroisse existante. Ce bourg castral était sans doute protégé par une enceinte, mais aucune des opérations archéologiques récentes ne permet de l’affirmer, et encore moins de la cartographier. La construction d’une enceinte maçonnée durant le deuxième quart du xiiie siècle intervient dans un contexte économique très favorable à la bourgeoisie commerçante de Neufchâteau. Ses quartiers de production artisanale et d’habitation sont alors protégés à l’intérieur de fortifications couvrant une superficie de 16,57 ha pour un périmètre de 1 893 m280, qui induisent, du même coup, un nouvel urbanisme.

99La fouille du site du Trait-d’Union a été l’occasion de mettre en lumière plusieurs points importants qui renseignent sur l’évolution d’un îlot situé à un point stratégique. Avant la construction de l’enceinte maçonnée, le site n’est pas urbanisé. La construction selon un programme architectural global, de l’enceinte, d’un grand bâtiment intra muros et d’un moulin appartenant à l’abbaye de Mureau sur une île située extra muros, sous-entend un véritable souci d’urbanisme. On peut poser comme hypothèse qu’un maître d’œuvre unique ait entrepris la construction de l’enceinte dans ce secteur de la ville, en même temps que les équipements urbains appartenant à l’abbaye. La reconstruction de l’enceinte et de la tour entre la fin du xiiie siècle et le début du xive siècle et la transformation de l’espace interne en aire artisanale (teinture, foulage ?) sont à mettre en relation avec un éventuel changement d’affectation de ce quartier. La disparition de l’habitat intra muros au xve siècle illustre le déclin de la ville à la fin du Moyen Âge. L’îlot ne sera rebâti qu’au xvie siècle. La fouille renseigne également sur l’architecture de l’enceinte (tour, ouvertures de tir, sol, techniques de construction, etc.) et l’occupation de ses abords (activités artisanales, habitat, circulation).

100L’étude des tours du faubourg Notre-Dame, avec archère à étrier et empattements talutés, datées par leur style du xiiie-xive siècle, montre qu’elles appartiennent à un même programme architectural. Le deuxième état de la tour du Trait-d’Union, avec archère simple et empattement taluté, est quant à lui très bien daté par la stratigraphie entre la fin du xiiie siècle et le début du xive siècle. Ainsi, toutes ces tours, aux formes architecturales pourtant sensiblement différentes, pourraient être contemporaines. Ces études complémentaires montrent la difficulté à appréhender correctement l’évolution de l’enceinte du xiiie siècle de Neufchâteau sans disposer de datations fiables et nombreuses. La tour du Trait-d’Union, bien datée par son contexte stratigraphique, pourra servir à l’avenir de référence pour l’établissement d’une chrono-typologie régionale.

Notes

255 Calcaires sublithographiques et oolithes miliaires supérieures, J1c3. Carte géologique de la France à 1/50 000 : Neufchâteau, XXXII-17. Orléans : BRGM, 1974.

256 Dans le second article, l’auteur révise sa première analyse.

257 Elle confirme la donation d’une pièce de terre sise apud Novum Castrum par un habitant de la paroisse Saint-Christophe (MAROT, 1932 : 17, note 2).

258 Un certain Otton donne à l’abbaye Saint-Mansuy de Toul des biens situés à Neufchâteau : cum quarterio suo et mansum infra suburbium (Marot, 1932 : 18, note 2).

259 homines […] qui in novo burgo manerent (Marot, 1932 : 246, P. J. no 1).

260 À titre de comparaison, le suburbium de castro de Spinalo est cité en 1140. Il s’agirait, selon M. Bur (1992 : 51), “d’un bourg agglutiné au pied du château” d’Épinal. À Saint-Mihiel, le terme suburbium désigne au XIe s. l’agglomération autour du monastère (Kraemer, 1993 : 200, note 37).

261 Marot, 1932 : 252-259, 261-271, P. J. nos IV (1225), V (1231) et IX (1256).

262 Sur les activités artisanales, Marot, 1932 : 218-222.

263 Traduction G. Giuliato.

264 AN J 579 (Lorraine no 1). Marot, 1932 : 43, note 1 ; 183. La duchesse autorise les bourgeois à garder “le chastelet dou Noefchastel et les portes de la vile”.

265 Données inédites calculées à partir du plan à 1/5 000 (fig. 119).

266 Marot, 1932 : pl. VII ; Giuliato, 1993a : 184, fig. XX ; carte reprise et modifiée par Kraemer, 2000 : 54. J. Guillaume et G. Coing (1994 : 12-13) proposent un tracé sensiblement différent.

267 Tous les deux publiés en couleur dans Guillaume, Coing, 1994 : 5, 9. P. Marot (1932 : pl. IV) avait auparavant publié la carte de 1583 (AD MM B 835 no 93, 15e pièce).

268 Site inventorié 88.321.0045 à la Carte Archéologique de Lorraine. Cadastre (1999) AH 215, 396, 397, 460, 461. Coordonnées Lambert (zone 1) : x : 848,720 ; y : 1078,100 ; z : 281 m.

269 Cf. infra, Les abords.

270 Cf. infra, US 2130.

271 Cf. l’étude monographique consacrée à Mirecourt.

272 Cf. infra datation de la période 3.

273 Cf. infra.

274 Hugo, 1734-1736 : t. II, preuves, col. clxviii, cité dans Iverneau, 1859-1860 : 2 et dans Marot, 1932 : 148, note 4.

275 La tradition historiographique locale l’identifie à une rue parallèle à la rue Verdunoise et à l’enceinte entre la tour de Mureau et la tour de La Mothe. Ces deux rues délimitaient le quartier Verdunois. La rue Flumoise aurait disparu lors d’une crue dévastatrice en 1740. Iverneau, 1859-1860 : cinquième prime, 16 et sixième prime, 1 ; Chéron, 1922 : 27-28.

276 Cf. supra, p. 194.

277 Seules les pierres d’encadrement de la fente étaient conservées sur les trois autres.

278 Datations réalisées par Willy Tegel, Dendronet, Bohlingen, Allemagne. Réf. : NEUF001, septembre 2000.

279 Cf. datation période 4.

280 Données inédites calculées à partir du plan à 1/5 000 (fig. 119).

Table des illustrations

Légende Fig. 117. Neufchâteau. Contexte géographique, échelle 1/25 000. DAO : H. Duval/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12766/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 118. Neufchâteau. Micro-topographie (sur fond cadastral, Services techniques de Neufchâteau) et tracé supposé des enceintes (G. Giuliato/Université Nancy 2), échelle 1/5 000. DAO : H. Duval et F. Verdelet/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12766/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende Fig. 119. Neufchâteau. Proposition de tracé des enceintes sur fond de plan cadastral actuel par G. Giuliato/Université Nancy 2, échelle 1/5 000. 1. Château ; 2. Porte Saint-Christophe ou porte de France ; 3. Porte Verdunoise ; 4. Porte du Mouzon ; 5. Porte de la Rue Neuve ; 6. Hôpital Saint-Jean de Jérusalem ; 7. Couvent des Clarisses ; 8. Prieuré Notre-Dame ; 9. Couvent des Cordeliers ; 10. Chapelle Saint-Pierre. DAO : H. Duval et F. Verdelet/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12766/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 120. Neufchâteau. Carte de 1583, AD Meurthe-et-Moselle, B 835 (publiée dans Guillaume, COING, 1994 : 5) ; à droite, le moulin de Mureau sur le Mouzon.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12766/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 912k
Légende Fig. 121. Neufchâteau. Trait-d’Union. Emprise des fouilles (fond parcellaire cadastral), échelle 1/1 000. DAO : INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12766/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 122. Neufchâteau. La vieille tour du Mouzon, carte postale, cachet du 27/02/1901 (collection particulière).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12766/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 123. Neufchâteau. Trait-d’Union. Période 1, échelle 1/500. DAO : INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12766/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 124. Neufchâteau. Trait-d’Union. Coupes 1 à 4, échelle 1/100. DAO : INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12766/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 125. Neufchâteau. Trait-d’Union. Période 2 (phase A), échelle 1/500. DAO : INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12766/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 126. Neufchâteau. Trait-d’Union. Période 2 (phase B), échelle 1/500. DAO : INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12766/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 127. Neufchâteau. Trait-d’Union. Relevé des élévations, échelle 1/200. DAO : INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12766/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende Fig. 128. Neufchâteau. Trait-d’Union. Période 3, échelle 1/500. DAO : INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12766/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 129. Neufchâteau. Trait-d’Union. Tour 147, ouverture de tir 2130, échelle 1/100. DAO : INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12766/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 130. Neufchâteau. Trait-d’Union. Période 4 (phase A), échelle 1/500. DAO :INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12766/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 131.Neufchâteau. Trait-d’Union. Période 4 (phase B), échelle 1/500. DAO :INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12766/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 132.Neufchâteau. Trait-d’Union. Vue du dallage 2268 à l’intérieur de la tour. Cliché A. George © Inventaire général de Lorraine, 2000.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12766/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig. 133. Neufchâteau. Tours de l’enceinte urbaine. Profils et archère, échelles 1/5 et 1/20. Cliché et DAO : I. Ferraresso/Université Nancy 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12766/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 571k

Auteurs

© ARTEHIS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search