Version classiqueVersion mobile

Archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace (XIIe-XVe siècle)

 | 
Yves Henigfeld
, 
Amaury Masquilier

Études monographiques

Molsheim (Bas-Rhin)1

Yves Henigfeld et Jacky Koch

Texte intégral

1. PRÉSENTATION GÉNÉRALE ET ÉTAT DE LA RECHERCHE (Y. H.)

1.1. Contexte géographique et géologique

  • 1 Nous tenons à remercier chaleureusement Grégory Oswald, Conservateur au Musée de la Chartreuse de M (...)

1L’agglomération viticole de Molsheim est localisée au pied des collines sous-vosgiennes, à une vingtaine de kilomètres à l’ouest de Strasbourg, au croisement de deux axes de communication. Elle se trouve en effet sur la route du piémont (ancienne Bergstrasse) et à proximité du débouché de la vallée de la Bruche, qui relie l’Alsace à la Lorraine.

2Le site se développe au contact d’une colline, le Molsheimerberg, premier contrefort du massif vosgien et du cône alluvial de la Bruche, dans une boucle de la rivière (Montavon, 1984 : 5202) (fig. 102).

3La ville est installée sur un lambeau de terrasse alluviale de la fin de la première glaciation. Le toit du substrat est, en l’occurrence, constitué d’alluvions sablo-caillouteuses rapportées par la Bruche.

1.2. Historique des recherches

  • 244 Cette étude correspond à la publication d’une maîtrise en Histoire soutenue, en 1984, à l’Universit (...)

4Outre un article paru en 1984 dans l’Encyclopédie de l’Alsace (Metz, 1984), dans lequel B. Metz propose un historique des fortifications médiévales à partir des sources écrites, la principale étude consacrée au système défensif de Molsheim a été publiée en 1994 par G. Oswald dans un annuaire du Bulletin de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Molsheim et Environs (Oswald, 1994a). Dans cet essai de synthèse, il retrace l’histoire des fortifications du xiie au xviie siècle en partant des sources écrites, iconographiques et archéologiques. Il propose notamment, à partir de l’analyse des plans anciens et du plan cadastral actuel, un essai de restitution de l’espace urbain et de ses fortifications à la fin du Moyen Âge qui permet de nuancer le plan publié dans l’Atlas des villes médiévales d’Alsace, réalisé par J.-F. Himly en 1970 (Himly, 1970 : 89). Parallèlement, la publication, par le même auteur, d’un ouvrage consacré à Molsheim offre un éclairage complémentaire sur l’histoire de la ville et sur le développement topographique de l’espace urbain à la fin du Moyen Âge (Oswald, 1994b244).

1.3. État des connaissances

5Les premières traces d’occupation à Molsheim sont peut-être liées à la présence supposée, à défaut d’avoir été observée, d’une voie antique (la Bergstrasse) traversant la ville selon un axe nord-sud. Il s’agit, pour l’essentiel, de vestiges funéraires du Bas-Empire et de l’époque mérovingienne (Oswald, 2000).

1.3.1. Le contexte historique d’après les sources écrites

6La plus ancienne mention de Molsheim apparaît dans une notice rédigée autour de l’an 1000 évoquant les donations des évêques strasbourgeois en faveur du chapitre de Saint-Thomas à Strasbourg (Oswald, 1994b : 19). Vers 820, l’évêque Adaloch aurait cédé au chapitre des terres et des vignes situées in marcha Molleshemero (Wiegand, 1879 : 43, no 52, cité dans Oswald, 1994a : note 9).

  • 245 Cette courte présentation du contexte historique a été rédigée à partir des travaux référencés de B (...)
  • 246 Le terme de “réparation” est utilisé dans le privilège de 1254.

7La rivalité opposant l’évêque de Strasbourg à l’empereur du Saint-Empire romain germanique est probablement à l’origine de la construction de l’enceinte et de l’émergence de Molsheim en tant que ville245. Il est vraisemblable que l’évêque possédait à Molsheim, dès le haut Moyen Âge, une cour domaniale et l’église Saint-Georges. De son côté, l’empereur tenait l’avouerie (Vogtei) en fief épiscopal. En 1198, les troupes du prétendant au trône impérial Philippe de Souabe assiègent et incendient Molsheim, les défenseurs étant réduits à se réfugier dans le périmètre du cimetière fortifié abritant, entre autres, l’église paroissiale. À la fin du conflit, le duc de Souabe renonce à ses fiefs épiscopaux (Kirchenlehen) au profit de l’évêque jusqu’au début du règne de Frédéric II (1212-1250), lequel reprend possession de la ville et accorde des franchises à ses habitants (cives de Mollesheim). En 1246, la position des Stauffen en Alsace s’effondre et l’évêque recouvre le plein contrôle de la ville. Dans une charte du 13 juin 1252, l’agglomération de Molsheim est, pour la première fois, mentionnée en tant qu’oppidum, autrement dit comme ville fortifiée. En 1254 et en 1262, les évêques Henri de Stahleck et Walter de Geroldseck confirment un privilège accordé par leur prédécesseur Berthold de Teck (1223-1244), en autorisant les bourgeois à utiliser la taxe sur le vin (Ungeld) pour la construction246 des fortifications. B. Metz et G. Oswald en déduisent que la première enceinte en pierre, succédant peut-être à un système défensif en terre et en bois, est antérieure à 1252. D’autres sources plus récentes attribuent cette construction à l’évêque Johann de Dirpheim (1306-1323). Cette thèse est rejetée par B. Metz, qui estime que le principal effort a probablement eu lieu dans les années 1250-1260. G. Oswald émet, quant à lui, l’hypothèse d’un agrandissement du périmètre urbain vers le sud-est en se référant à l’acte de fondation de l’hôpital de Molsheim, daté de 1318, qui situe l’établissement hors de la ville alors qu’il est clairement localisé, vers le milieu du xve siècle, intra muros. C’est au même évêque que l’on attribue la construction du château de Molsheim, à côté de l’hôpital. B. Metz suppose que la première résidence épiscopale se trouvait vraisemblablement au sein du cimetière fortifié, à l’emplacement de l’actuelle place du Marché, longtemps appelée le Fronhof (cour seigneuriale).

Fig. 102. Molsheim. Contexte géographique, échelle 1/25 000. DAO : M. Werlé/INRAP.

8Au xviiie siècle, le fossé, devenu inutile, fut en partie comblé et loué à des particuliers pour être converti en jardins. À la fin du xviiie siècle, le mur d’enceinte était pratiquement préservé dans son intégralité, comme le suggère un document rédigé en juin et en juillet 1779, conservé aux Archives municipales de Molsheim. Ce dernier correspond à un procès-verbal de la visite extérieure et intérieure du mur d’enceinte, avec la liste des propriétés qui y étaient adossées (Oswald, 1994a : 38-40).

Fig. 103. Molsheim. Localisation du site (passage Charles-Mistler) sur un extrait du plan de Molsheim attribué aux années 1610-1615, dessin anonyme conservé à la Bibliothèque nationale universitaire de Strasbourg. DAO : Y. Henigfeld/INRAP, d’après Oswald, 1994b.

1.3.2. Essai de restitution du développement topographique des enceintes

9Dans son essai de restitution du développement topo-chronologique de la ville médiévale de Molsheim, G. Oswald s’appuie, entre autres, sur plusieurs documents graphiques, parmi lesquels il convient de mentionner un plan de la ville, réalisé par une main anonyme vers 1610-1615 (fig. 103), une gravure de Matthäus Merian de 1643 (fig. 104), un dessin de Jean-Jacques Arhardt de 1644 (fig. 105) et plusieurs gravures du xviiie siècle. Il utilise par ailleurs le cadastre de 1819 et le plan cadastral actuel pour effectuer un travail de restitution graphique fondé sur des informations parcellaires. Son analyse repose par ailleurs sur les sources écrites précédemment évoquées et sur les vestiges conservés en élévation.

10G. Oswald distingue trois entités spatiales :

  • la première (fig. 106, tracé A) correspond au périmètre supposé du cimetière fortifié attesté en 1198, date à laquelle il est assiégé par Philippe de Souabe ; d’après B. Metz et G. Oswald, il devait abriter outre l’église Saint-Georges (détruite au début du xixe siècle), la chapelle Saint-Michel et la cure, la résidence de l’évêque (avant qu’elle ne soit transférée au sud-est) et les maisons de ses chevaliers ; en l’absence d’informations archéologiques, les limites de l’extension du cimetière restent toutefois très approximatives ;

  • la deuxième (fig. 106, tracé B) correspond au périmètre fortifié au milieu du xiiie siècle sous l’impulsion des évêques Heinrich de Stalhleck et Walter de Geroldseck (1250-1262) autorisant les bourgeois à utiliser la taxe sur le vin pour la construction des fortifications ; le tracé de l’enceinte est incertain, notamment au niveau de sa limite sud-est, restituée par G. Oswald à partir de l’analyse du parcellaire récent ;

  • la troisième (fig. 106, tracé C) correspond à l’ultime extension de l’enceinte médiévale attribuée à l’évêque Johann de Dirpheim (vers 1318-1325), qui déplace le centre de gravité de l’agglomération vers le sud-est et qui y fait élever son château.

  • 247 Données inédites calculées à partir du plan à 1/5 000 (fig. 106).
  • 248 Cf. infra étude de J. Koch.

11Les fortifications du début du xive siècle, d’une longueur totale de 2,2 km, enserraient un espace approximativement quadrangulaire de 28,78 ha247 (600 x 500 m). L’enceinte, pourvue de plusieurs tours, était percée d’au moins quatre portes : la porte des Forgerons (Schmiedtor) ou porte de Strasbourg, la porte de la Montagne (Bergtor) ou porte de Saverne, une ancienne porte dite Linschenturm et la porte des Tanneurs (Gerbertor) ou porte du Moulin (Mühltor). Les vestiges d’une cinquième porte médiévale, probablement plus tardive (xve siècle), localisée sur le front sud-ouest de la ville, ont récemment été mis en évidence à l’emplacement de la tour d’artillerie du début du xviie siècle dite Pulverturm248.

Fig. 104. Molsheim. Vue de la ville en 1643 par M. Merian. 1. Porte des Forgerons (Schmiedtor) ; 2. Chapelle de l’hôpital de la Vierge ; 3. Clocher de l’église Saint-Georges ; 4. Donjon du château épiscopal ; 5. Tour dite Linschenturm. DAO : Y. Henigfeld/INRAP, d’après Oswald, 1994b.

Fig. 105. Molsheim. Vue de la ville en 1644 par Jean-Jacques Arhardt. 1. Porte de la Montagne (Bergtor) ; 2. Tour dite Linschenturm ; 3. Porte des Forgerons (Schmiedtor) ; 4. Tour aux poudres (Pulverturm).

Fig. 106. Molsheim. Proposition de tracé de l’enceinte sur fond de plan cadastral actuel, échelle 1/5 000. DAO : M. Werlé/INRAP.

12L’alimentation des fossés a nécessité l’aménagement d’un canal dérivé de la Bruche, long de 1 400 m. Parallèle à la rivière, il amenait l’eau dans le fossé à la hauteur du château des évêques de Strasbourg détruit en 1677. Il rejoignait la Bruche en aval de la porte des Tanneurs et alimentait plusieurs moulins ce qui lui a valu le nom de Mühlbach. Le fossé (Stadtgraben) était précédé, à la base du mur d’enceinte, d’un terre-plein et d’un mur de fausse-braie (Zwinger), visibles sur le dessin de J.-J. Arhardt (fig. 105).

1.3.3. Les vestiges conservés en élévation

13Il ne reste aujourd’hui de l’enceinte fortifiée que la porte des Forgerons, les vestiges de l’ancienne porte à l’emplacement du Pulverturm, des vestiges de tourelles, ainsi que plusieurs tronçons de courtine conservés sur une longueur totale d’environ 1,5 km (fig. 106). Sur le flanc nord de l’enceinte, le mur, partiellement remanié, est actuellement conservé sur une hauteur de 7 à 9,50 m et une épaisseur moyenne de 1,20 m à sa base. Doté d’un chemin de ronde et d’un système de crénelage aujourd’hui obturé et garni d’embrasures de tir, il est principalement constitué de moellons en calcaire et de blocs en grès. Le mur de contrescarpe est, quant à lui, partiellement conservé sur le front nord-est de la ville.

2. LES TRAVAUX RÉCENTS

14Les travaux récemment réalisés sur les enceintes de Molsheim se résument à un diagnostic archéologique localisé passage Charles-Mistler et à une étude de bâti réalisée sur les vestiges de l’ancienne porte sud-ouest de la ville, à l’emplacement de la tour dite Pulverturm (fig. 106).

2.1. Le diagnostic archéologique du “passage Charles-Mistler” (Y. H.)

2.1.1. Présentation du site

2.1.1.1. Circonstances de l’intervention

15L’intervention a été motivée par un projet immobilier prévoyant la construction d’un bâtiment (Maison des Élèves) et d’un plateau d’évolution sportive. Ce diagnostic archéologique, confié à une équipe de l’INRAP, a eu lieu en février 2003 (Henigfeld, 2003a).

2.1.1.2. Localisation

16L’opération portait sur un terrain localisé dans la partie orientale de l’agglomération de Molsheim (fig. 106). Les parcelles concernées par le projet d’aménagement sont situées dans un secteur bordé au sud, par le passage Charles-Mistler et, à l’est, par le canal de la Bruche (fig. 107). La problématique consistait à mesurer le potentiel archéologique d’un terrain susceptible de livrer des vestiges du système défensif médiéval et de ses abords immédiats, à un emplacement situé au nord du château des évêques de Strasbourg et au sud de la porte des Tanneurs (fig. 106). La présence du mur d’enceinte, attesté sur le plan cadastral de 1819 (fig. 108), était également prévisible en raison de la conservation en élévation de vestiges de la courtine sur une parcelle localisée au nord du terrain (fig. 107). L’objectif de la fouille était, par ailleurs, d’étudier le fossé et de vérifier la présence d’aménagements intra muros. Le plan anonyme attribué aux années 1610-1615 montre, en effet, une construction se développant à l’ouest du mur d’enceinte, à un emplacement susceptible d’être touché par les travaux (fig. 103).

2.1.1.3. Type de vestiges observés

17Les sondages ont mis en évidence des vestiges appartenant au système défensif médiéval (mur d’escarpe, fausse-braie, fossé et contrescarpe), ainsi que des aménagements intra muros. Le diagnostic a par ailleurs révélé la présence d’une structure en creux comportant des aménagements en bois, localisée à l’est du fossé défensif.

2.1.1.4. Superficie et longueur observées

18Le projet d’aménagement recouvrant une superficie totale de 5 000 m2, le diagnostic archéologique a été réalisé sous la forme de trois tranchées perpendiculaires au système défensif, orientées selon un axe est-ouest (fig. 109).

19D’une longueur comprise entre 31 m et 73 m, les tranchées ont été excavées sur une profondeur maximale de 1,85 m. Une remontée d’eau liée à la proximité du canal de la Bruche a partiellement gêné la progression du diagnostic. Les trois sondages, qui recouvrent une superficie totale de 348,75 m2, ont permis d’étudier le système défensif, dont la longueur restituée est de 45 m.

2.1.1.5. État de conservation des vestiges

20Les vestiges sont dans un état de conservation variable. Des pieux et des piquets en bois, relativement bien conservés, ont pu être prélevés dans la structure aménagée à l’est du fossé défensif.

2.1.1.6. Nombre de phases identifiées

21Les vestiges attribuables à l’époque médiévale sont scellés par des niveaux modernes et ponctuellement perturbés par des aménagements récents.

2.1.2. Présentation des vestiges par phases chronologiques

2.1.2.1. Le système défensif (début xive-xviiie siècle ?)

22L’agencement du système défensif est identique dans les trois sondages (fig. 109, 110 et 111). Le mur d’enceinte est protégé par un mur de fausse-braie qui borde le fossé délimité à l’est par un mur de contrescarpe.

- La courtine

23Les données structurelles. Le mur d’enceinte (1004, 2004 et 3006) se développe selon un axe nord-sud, sur une longueur restituée de plus de 45 m. Il est préservé sur une hauteur d’environ 1 m et son épaisseur moyenne est de 1,10 m. Dans le sondage 3, sa base n’a pas été atteinte en raison de la remontée du niveau d’eau.

24Les matériaux de construction et leur mise en œuvre. Le mur est fondé en tranchée étroite sur une profondeur d’environ 50 cm à partir d’une interface correspondant au toit du substrat (fig. 110, US 1016, 2013 et 3008).

25La maçonnerie, montée en moyen appareil, est composée de plusieurs assises de moellons en calcaire blanc de dimensions variables associés à quelques galets (fig. 111). Le liant est formé d’un mortier de chaux fortement sableux comportant des granules. Plus profonde, la fondation du mur d’enceinte observée dans la tranchée 3 présente, côté ouest, une reprise en sous-œuvre, comme en témoignent les moellons en calcaire consolidant la partie basse du mur (US 3005). Côté est, la courtine est pourvue d’un ressaut de fondation d’une dizaine de centimètres (fig. 110).

Fig. 107. Molsheim. Passage Charles-Mistler. Plan de localisation du projet d’aménagement sur le plan cadastral, échelle 1/1 000. En gris foncé : emprise du projet d’aménagement. En trait noir gras : mur d’enceinte conservé en élévation. DAO : P. Girard, M. Werlé/INRAP.

- La fausse-braie

26Les données structurelles. Parallèle au mur d’enceinte, le mur de fausse-braie (US 1006, 2009 et 3009) se développe selon un axe nord-sud, à environ 3 m de la courtine (fig. 109, 110 et 111). Son épaisseur moyenne et sa hauteur minimale sont respectivement de 80 et de 30 cm. Les deux murs sont séparés par un remblai formant un terre-plein (US 1005, 2005 et 3007) recouvrant le substrat, provenant vraisemblablement du creusement du fossé et de la tranchée de fondation du mur d’enceinte. Il s’agit, en l’occurrence, d’un sédiment sablo-graveleux, compact et homogène incluant quelques fragments de matériaux de construction.

27Les matériaux de construction et leur mise en œuvre. Le mur de fausse-braie est composé, côté fossé, d’au moins deux assises de blocs de grès rose, montés en moyen appareil et liés avec un mortier très sableux et faiblement chaulé. Il comprend, dans la tranchée 2, quelques moellons de grès jaune.

- Le fossé

28Le fossé se développe selon un axe nord-sud. Il est bordé, à l’ouest, par le mur de fausse-braie et, à l’est, par le mur de contrescarpe (fig. 109 et 110). Creusé sur une largeur d’environ 10,50 m et une profondeur maximale de 1,30 m, il est tapissé par un sédiment sablo-argileux de couleur grise comportant, en forte proportion, des matériaux organiques d’origine végétale (US 1009 et 2012). Cette couche est scellée par une séquence de comblement (US 1008, 2011 et 3010) incluant des matériaux provenant de la destruction des murs de fausse-braie et de contrescarpe.

Fig. 108. Molsheim. Passage Charles-Mistler. Plan de localisation du projet d’aménagement sur un extrait du plan cadastral de 1819, échelle 1/1 250 (Archives municipales de Molsheim). DAO : P. Girard/INRAP.

Fig. 109. Molsheim. Passage Charles-Mistler. Plan des vestiges archéologiques, échelle 1/750. Topographie : E. Pierrez et M.-D. Waton/SRA Alsace ; DAO : M. Werlé/INRAP.

Fig. 110. Molsheim. Passage Charles-Mistler. Coupes septentrionales des tranchées 1, 2 et 3, échelle 1/300. Relevés : Y. Henigfeld et O. Zumbrunn ; DAO : Y. Henigfeld et M. Werlé / INRAP.

Fig. 111. Molsheim. Passage Charles-Mistler. Vues du système défensif. 1. Vue d'ensemble du sondage 1 prise de l'est ; au premier plan : le fossé et le mur de fausse-braie ; au second plan : le mur d'enceinte ; 2. Détail du parement ouest du mur d'enceinte (sondage 3) ; vue prise de l'est. Clichés : Y. Henigfeld/INRAP.

- Le mur de contrescarpe

29Le mur de contrescarpe n’a été observé que très ponctuellement dans le sondage 1 (fig. 109 et 110). Épais de 35 cm, il est composé, comme pour le mur de courtine, de moellons en calcaire blanc de modules variables liés par un mortier très sableux. Conservées sur une hauteur supérieure à 20 cm, les deux assises sont montées en petit appareil.

- Les indices de datation

30La fouille du système défensif n’a livré aucun indice de datation. Tout au plus peut-on se référer à l’hypothèse émise par G. Oswald, selon laquelle la ville aurait fait l’objet d’une extension vers le sud-est au début du xive siècle, sous l’impulsion de l’évêque Johann de Dirpheim.

  • 249 D’après une information émanant de l’ancien propriétaire du terrain.

31La destruction des murs de fausse-braie et de contrescarpe ainsi que le comblement du fossé remontent probablement au xviiie siècle, époque à laquelle ces aménagements, devenus inutiles, sont convertis en jardins loués à des particuliers (Oswald, 1994a). Le mur d’enceinte a, quant à lui, été détruit dans la seconde moitié du xxe siècle, peut-être dans les années 1960249.

2.1.2.2. Les aménagements à l’est du système défensif (xiiie -xviiie siècle ?)

32Présente dans le sondage 1, la structure en creux 1015 a été observée à environ 5 m à l’est du mur de contrescarpe, sur une largeur de 22,50 m et une profondeur de 1,30 m (fig. 109 et 110). Il s’agit, de toute évidence, d’un aménagement hydromorphe comme l’atteste une couche sablo-argileuse de couleur grise comprenant des matériaux organiques qui tapisse le fond de la structure (US 1013). Cette structure pose des problèmes d’interprétation. Il peut s’agir d’un ancien fossé défensif, d’un ancien cours d’eau (bras de la Bruche ?), ou d’une mare. Elle a, en outre, pour particularité d’inclure deux alignements de pieux et de piquets orientés selon un axe nord-sud (fig. 112).

Fig. 112. Molsheim. Passage Charles-Mistler. Plan de la structure 1015 et des alignements de pieux et de piquets 1017 et 1018, échelle 1/200. Topographie : E. Pierrez et M.-D. Waton/SRA Alsace ; DAO : Y. Henigfeld, O. Zumbrunn et M. Werlé/INRAP.

33L’alignement 1017 comprend deux rangées espacées d’environ 0,80 m, composées chacune de quatre pieux appointés d’un diamètre moyen de 0,10 m et d’une longueur maximale de 1,62 m. Sur les huit pieux observés, six bois ont pu être prélevés.

34L’alignement 1018, qui se développe sur une largeur d’environ 1,20 m, est composé de plusieurs piquets disposés dans un ordre apparemment incohérent. Ces éléments ont un diamètre moyen de 5 cm pour une longueur maximale de 45 cm. Sur les dix-sept piquets recensés, dix ont été prélevés.

35Ces installations sont peut-être à mettre en relation avec la présence d’une pêcherie ou d’un vivier, ou avec une activité de type artisanal. La proximité du moulin épiscopal, en aval du site, est peut-être à mettre en rapport avec cette installation.

- Les indices de datation
  • 250 Archéolabs réf. ARC 04.R2657D/2.
  • 251 Référence du laboratoire Archéolabs : ARC 2369.
  • 252 Référence du laboratoire Archéolabs : ARC 2371.

36La chronologie de la structure repose sur celle des pieux, datés par dendrochronologie et par 14 C. Trois pieux en chêne provenant de l’alignement 1017 ont été attribués, avec réserves, aux années 1242-1244250. Un échantillon daté par le radiocarbone provenant du même alignement est attribué, avec un coefficient de fiabilité de 93,7 %, à une fourchette chronologique allant de 1180 à 1295251. Un second échantillon calibré à 95,4 % provenant de l’alignement 1018 remonte, quant à lui, aux années 1040-1255252.

Fig. 113. Molsheim. Passage Charles-Mistler. Vues du puits (sondage 3). 1. Vue d'ensemble du puits, prise de l'est ; 2. Détail d'un élément architectural réutilisé dans le cuvelage du puits, pris du sud. Clichés : Y. Henigfeld/INRAP.

37Ces aménagements en bois seraient par conséquent sensiblement antérieurs au système défensif. En revanche, la présence de rares fragments de céramique des xviie-xviiie siècles provenant du colmatage supérieur de la structure 1015 (US 1012) suggère qu’elle a été comblée en même temps que le fossé défensif.

2.1.2.3. Les aménagements intra muros (xive-xixe siècle ?)

38Les structures médiévales et/ou post-médiévales localisées à l’ouest du mur d’enceinte sont au nombre de trois. Il s’agit de deux semelles de fondation parallèles au mur d’enceinte et d’un puits.

- Les semelles de fondation

39Les semelles de fondation 1002 et 2002, conservées sur une hauteur maximale de 20 cm, sont respectivement localisées dans les tranchées 1 et 2 (fig. 109 et 110). Disposées selon un axe nord-sud, elles se développent à une distance moyenne de 9 m par rapport au mur d’enceinte. Leur épaisseur est comprise entre 65 cm (US 1002) et 80 cm (US 2002).

40L’US 1002 est composée d’une assise de moellons de calcaire blanc liés par un sable faiblement chaulé. Moins bien conservé, le mur 2002 est, quant à lui, constitué de quelques vestiges de même nature et d’un mortier comparable à celui de l’US 1002. Les deux maçonneries, installées à partir des niveaux 1016 et 2013, entaillent très faiblement le substrat. Elles sont légèrement désaxées l’une par rapport à l’autre.

41Bien que difficilement vérifiable, un lien peut éventuellement être établi avec la construction représentée sur le plan anonyme de 1610-1615 (fig. 103).

- Le puits
  • 253 Cet élément a été prélevé et déposé au Musée de la Chartreuse de Molsheim.

42Le puits 3011 est installé à 11,50 m à l’ouest du mur d’enceinte (fig. 109). Sa largeur externe est de 1,20 m pour un diamètre interne de 0,80 m. Son cuvelage est formé d’assises de blocs de grès rose soigneusement appareillés (fig. 113). Un élément correspond apparemment à une base de colonne engagée de la fin du xiie ou du début du xiiie siècle, utilisée en réemploi253. Le comblement supérieur de la structure, fouillé sur une profondeur de 30 cm, a livré du mobilier moderne.

Fig. 114. Molsheim. Pulverturm. Plan chronologique du premier et du deuxième niveau, échelle 1/50. DAO : J. Koch/INRAP, G. Oswald.

- Les indices de datation

43Les deux semelles de fondations ont été installées à partir du niveau utilisé pour asseoir le mur d’enceinte (US 1016 et 2013), ce qui permet de les attribuer au bas Moyen Âge. Le seul indice de chronologie absolue éventuellement utilisable pour préciser la datation correspond à la découverte, dans la semelle de fondation 1002, d’un tesson de céramique rouge à glaçure verte sur engobe blanc, dont la production est attestée, dans le nord de l’Alsace, à partir du xive siècle (Henigfeld, 2005b).

44Le comblement supérieur du puits a livré du mobilier attribuable aux xviiie-xixe siècles. Sa date de construction ne peut, en revanche, être précisée.

2.1.2.4. Les perturbations récentes

45Deux fosses, observées en coupe, correspondent apparemment à des perturbations récentes (fig. 110). Localisée à l’est du mur d’enceinte 2002, la fosse 2006 est postérieure à la destruction du mur de fausse-braie. Elle a une largeur de 3 m pour une profondeur de 0,85 m. La fosse 3004 se développe, quant à elle, à l’ouest du mur d’enceinte (US 3006). Elle entaille les niveaux inférieurs sur une profondeur supérieure à 0,80 m et une largeur de 1,80 m.

46Le comblement de ces deux fosses est scellé par un niveau de terre végétale (US 2000 et 3000) qui couvre l’ensemble du site.

2.2. La tour dite Pulverturm (J. K.)

2.2.1. Présentation du site

2.2.1.1. Circonstances de l’intervention

47L’étude de l’ancienne “tour aux Poudres” de la ville de Molsheim a été engagée à l’occasion de la découverte de jambages d’une porte de la ville antérieure à l’ouvrage d’artillerie. Cette découverte, due au hasard, se fit lors d’une reconnaissance des différentes composantes visibles de cette enceinte urbaine. Le travail réalisé dans le courant de l’année 2003 se limite à un levé en plan et à une couverture photographique des deux niveaux conservés de l’édifice. Cette étude a notamment révélé une entrée dans la ville qui était tombée dans l’oubli, remettant ainsi en perspective un certain nombre d’informations sur la topographie urbaine.

2.2.1.2. Localisation

48La tour a été construite dans l’angle sud-ouest de l’enceinte urbaine de Molsheim (fig. 105, no 4 et fig. 106). À cet emplacement, le front méridional et le front occidental sont liés par un angle arrondi. La dénomination de “tour aux Poudres” est contemporaine de la dernière fonction affectée à ce bâtiment avant la Révolution. Cet élément a été intégré dans le tracé de la muraille considérée comme édifiée au début du xive siècle.

2.2.1.3. Type de vestiges observés

49La tour, actuellement assise sur l’angle de l’enceinte, est un ouvrage d’aspect moderne (canonnières à l’étage), jumelé avec le premier niveau d’une tour-porte dont les ouvertures ont été murées (fig. 114). Cette disposition est inhabituelle dans la mesure où l’édifice de passage initial est localisé, sans toutefois y être associé, dans un angle de l’enceinte urbaine. L’ouverture du passage était aménagée dans le front occidental du mur. Les deux ouvrages ont subi un dernier remaniement lors du second conflit mondial pour être transformés en abri anti-aérien.

2.2.1.4. Superficie et longueur observées

50L’ensemble de l’édifice occupe une surface de quelque 165 m2, dont un peu plus de la moitié (85 m2) correspond à celle de la tour-porte initiale. La hauteur conservée est celle du front de l’enceinte dans ce secteur, soit près de 7 m.

2.2.1.5. État de conservation des vestiges

51L’ouvrage est préservé sur deux niveaux. La stabilisation de l’ensemble a été implicitement renforcée par la gangue de béton armé construite à l’intérieur de l’abri. Le mur oriental est complètement masqué par un contre-mur en béton appartenant à cette dernière structure. Aucune mesure de protection au titre des Monuments Historiques n’existe à ce jour.

2.2.2. Présentation des vestiges par phases chronologiques

2.2.2.1. La tour-porte sud-ouest (xve siècle)

52Les données structurelles. Légèrement trapézoïdal, ses angles étant situés aux points cardinaux, le premier bâtiment est perpendiculaire à l’enceinte nord-ouest. L’ouvrage rectangulaire mesure dans les axes 9,70 m x 8,63 m. Il n’en est conservé que le premier niveau sur une hauteur maximale de 5 m environ. Les deux murs latéraux, d’une épaisseur identique de 1,70 m, encadrent la largeur du passage.

53Les matériaux de construction et leur mise en œuvre. Les murs ont été construits avec des moellons dégrossis de calcaire blanc, comme les deux tronçons adjacents de courtine. Sur la façade externe alignée sur l’enceinte, le parement présente les deux montants d’une porte construits avec des blocs à bossage dégrossis dont certains ont été posés en délit. Ces reliefs rustiques sont entourés par des ciselures périphériques épaisses de 35 à 70 mm. Certains éléments présentent des trous de levage dans la partie supérieure de la face visible. Ce type de chaînage se distingue sur la face opposée, à l’intérieur de la ville, grâce à l’observation de blocs à bossage de grès rose, placés aux extrémités des murs latéraux.

Fig. 115. Molsheim. Pulverturm. Vue des jambages externes de la tour-porte du xve siècle, prise du nord-ouest. Cliché : G. Oswald/Ville de Molsheim ; DAO : J. Koch/INRAP.

54Les aménagements spécifiques. Les deux montants de porte présents sur la façade externe sont écartés de 5,12 m (fig. 115). Ces jambages sont conservés sur une hauteur de 3,20 m au nord et de 4,50 m au sud. Cette ouverture a une largeur similaire à la partie externe de la porte des Forgerons. Les arêtes des deux montants sont chanfreinées. L’épaisseur de l’encadrement est de 70 cm. Il est impossible de préciser si ce cadre maintenait une herse ou les vantaux de la porte, les parties arrière étant masquées par la maçonnerie du bouchage.

55À l’opposé, le mur arrière du volume s’ouvrait vers la ville. Cette partie de l’ouvrage étant masquée par un contre-mur en béton extérieur, il n’est pas possible de restituer la forme de l’encadrement du passage.

2.2.2.2. L’enceinte

56Les données structurelles. L’angle arrondi de l’enceinte urbaine est placé à une distance de 5,50 m de la tour. Sur ce côté, l’enceinte a une épaisseur de 1,45 m. Le tracé de ce mur est amorcé sur l’angle nord de l’ouvrage, mais, à 3 m de là, une inflexion réoriente son tracé en direction du nord-est. L’épaisseur de ce segment est de 1,60 m.

57Les matériaux de construction et leur mise en œuvre. L’appareil de la construction est identique à l’ouvrage voisin, construit majoritairement avec des moellons de calcaire blanc. Les parements qui intègrent des moellons de grès ont été appareillés irrégulièrement. La cohésion de la maçonnerie a été assurée par l’emploi de mortier très chaulé de couleur blanche. Le blocage du mur est construit avec des éclats de calcaire et des galets.

58Les aménagements spécifiques. L’accès était contrôlé par le coude de l’enceinte construit dans le côté nord-ouest. Cette simple inflexion créait une avancée susceptible de protéger la porte. Mais la reprise du couronnement lors de la réfection effectuée au début du xviie siècle et le percement d’une porte au xviiie siècle ont effacé les traces d’aménagements spécifiques éventuels (meurtrières, créneaux…).

2.2.2.3. Les indices de datation

59Les indices typo-chronologiques permettant de proposer une datation de l’édifice sont peu nombreux. En considérant la structure d’ensemble, nous constatons que l’ouvrage a été construit avec un matériau identique (calcaire blanc en gros moellons) aux sections voisines de l’enceinte urbaine et que sa façade extérieure est incluse dans le tracé de celle-ci. La tour-porte appartiendrait donc au second dispositif fortifié du début du xive siècle. Le plan de l’ouvrage se distingue cependant des autres portes de la ville. La tour des Forgerons est un édifice rectangulaire de plan barlong, saillant de l’enceinte, qui est attribué au premier quart du xive siècle.

60La facture des blocs à bossage des chaînages d’angle du site est courante à la fin du xive siècle et permet donc de proposer une datation dans cette période. Quelques faces préservées des blocs de l’encadrement présentent des trous de pince de levage situés en partie supérieure, détail permettant de proposer une datation plus récente que celle fournie par le format des blocs eux-mêmes. Le trou de levage de chaque élément a été taillé en limite de l’arête supérieure du bossage et cette position haute est, en effet, plus courante dans le courant du xve siècle (Rudrauf, Bouzama, 2001). Nous serions donc en présence d’une porte construite tardivement par rapport à l’époque supposée de construction de l’enceinte du début du xive siècle.

2.2.2.4. Les abords : la relation de la tour-porte avec le tissu urbain

61L’existence d’un espace vide entre cette tour et l’angle de l’enceinte s’explique peut-être par une raison technique. Il était en effet plus simple de créer une tour en plaçant l’encadrement de porte sur une section longiligne de l’enceinte.

62Cette porte était en relation avec une rue périphérique, la Berggasse (rue de la Montagne) située intra muros, en face d’un chemin venant de Mutzig, et le souvenir du pont qui enjambait le fossé existe sur le cadastre napoléonien, où figure une parcelle de largeur identique à celle de la porte. Par ailleurs, sa construction créait un point de passage à une distance intermédiaire entre la Porte Haute (Bergtor) au nord et la porte des Forgerons (Schmiedtor) à l’ouest.

Conclusion (Y. H., J. K.)

63L’intervention archéologique réalisée “Passage Charles-Mistler” apporte des informations inédites sur le front sud-est de l’enceinte et sur ses abords immédiats. Outre la mise en évidence d’une occupation intra muros, elle a notamment permis de préciser l’agencement du système défensif. L’occupation médiévale est notamment caractérisée par la présence d’un mur d’enceinte protégé par un fossé bordé par une fausse-braie et une contrescarpe. L’hypothèse d’un mur de fausse-braie qui, jusqu’alors, était envisagée grâce à l’analyse des sources iconographiques, a ainsi pu être vérifiée. Les sondages ont par ailleurs révélé une occupation structurée à l’ouest du mur d’enceinte, marquée par la présence de deux murs médiévaux parallèles à ce mur et d’un puits attribuable à l’époque médiévale et/ou postmédiévale.

64Même si elle reste pour l’instant inexpliquée, la découverte à l’est du système défensif, d’une structure en creux pourvue d’aménagements en bois, ne fait que renforcer l’intérêt de cette intervention, certes réduite, mais riche en informations.

Fig. 116. Molsheim. Essai de restitution du développement topographique des enceintes, échelle 1/10 000. 1. Cimetière fortifié (avant 1198) et église paroissiale ; 2. Première enceinte (milieu du xiiie siècle) ; 3. Deuxième enceinte (début du xive siècle).
DAO : Y. Henigfeld/INRAP, M. Werlé/INRAP.

  • 254 Dans la Reconnaissance de la situation des murs de la ville, rédigée en 1779 à la demande du consei (...)

65Par ailleurs, la découverte des vestiges d’une porte située dans la tour dite Pulverturm nous renseigne sur un élément majeur de la topographie urbaine, tombé dans l’oubli depuis quelques siècles comme cela est suggéré dans l’inventaire de 1779254. Une datation archéologique précise reste cependant soumise à une étude détaillée du monument. L’ouvrage doit probablement sa “disparition” à un abandon précoce puis à sa transformation en poudrière, lors de la reconstruction consécutive à la Guerre des Deux Évêques en 1592. Son identification dans les sources écrites reste délicate et nécessite une nouvelle lecture des archives locales.

66Même si ces deux interventions apportent des informations nouvelles sur les enceintes de Molsheim, ces dernières sont cependant ponctuelles et une étude archéologique approfondie du système défensif reste à faire. L’essai de restitution du développement topo-chronologique des enceintes de Molsheim montre jusqu’à quel point le tracé des enceintes antérieures au xive siècle est incertain (fig. 116).

Notes

244 Cette étude correspond à la publication d’une maîtrise en Histoire soutenue, en 1984, à l’Université des Sciences Humaines de Strasbourg.

245 Cette courte présentation du contexte historique a été rédigée à partir des travaux référencés de B. Metz (1984) et de G. Oswald (1994a), auxquels on se référera pour de plus amples informations.

246 Le terme de “réparation” est utilisé dans le privilège de 1254.

247 Données inédites calculées à partir du plan à 1/5 000 (fig. 106).

248 Cf. infra étude de J. Koch.

249 D’après une information émanant de l’ancien propriétaire du terrain.

250 Archéolabs réf. ARC 04.R2657D/2.

251 Référence du laboratoire Archéolabs : ARC 2369.

252 Référence du laboratoire Archéolabs : ARC 2371.

253 Cet élément a été prélevé et déposé au Musée de la Chartreuse de Molsheim.

254 Dans la Reconnaissance de la situation des murs de la ville, rédigée en 1779 à la demande du conseil de la ville (Oswald, 1994a : 38-40), une “porte de sortie condamnée de la largeur de deux toises et cinq pieds” est mentionnée entre la Chartreuse et le Pulverturm. La désignation comme sortie en faisait une simple poterne, mais fermée depuis assez longtemps pour être oubliée.

Notes de fin

1 Nous tenons à remercier chaleureusement Grégory Oswald, Conservateur au Musée de la Chartreuse de Molsheim, qui nous a consacré du temps et qui a généreusement mis à notre disposition la documentation nécessaire à la rédaction de cette notice.

Table des illustrations

Légende Fig. 102. Molsheim. Contexte géographique, échelle 1/25 000. DAO : M. Werlé/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12760/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 103. Molsheim. Localisation du site (passage Charles-Mistler) sur un extrait du plan de Molsheim attribué aux années 1610-1615, dessin anonyme conservé à la Bibliothèque nationale universitaire de Strasbourg. DAO : Y. Henigfeld/INRAP, d’après Oswald, 1994b.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12760/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Fig. 104. Molsheim. Vue de la ville en 1643 par M. Merian. 1. Porte des Forgerons (Schmiedtor) ; 2. Chapelle de l’hôpital de la Vierge ; 3. Clocher de l’église Saint-Georges ; 4. Donjon du château épiscopal ; 5. Tour dite Linschenturm. DAO : Y. Henigfeld/INRAP, d’après Oswald, 1994b.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12760/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende Fig. 105. Molsheim. Vue de la ville en 1644 par Jean-Jacques Arhardt. 1. Porte de la Montagne (Bergtor) ; 2. Tour dite Linschenturm ; 3. Porte des Forgerons (Schmiedtor) ; 4. Tour aux poudres (Pulverturm).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12760/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 106. Molsheim. Proposition de tracé de l’enceinte sur fond de plan cadastral actuel, échelle 1/5 000. DAO : M. Werlé/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12760/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende Fig. 107. Molsheim. Passage Charles-Mistler. Plan de localisation du projet d’aménagement sur le plan cadastral, échelle 1/1 000. En gris foncé : emprise du projet d’aménagement. En trait noir gras : mur d’enceinte conservé en élévation. DAO : P. Girard, M. Werlé/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12760/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Légende Fig. 108. Molsheim. Passage Charles-Mistler. Plan de localisation du projet d’aménagement sur un extrait du plan cadastral de 1819, échelle 1/1 250 (Archives municipales de Molsheim). DAO : P. Girard/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12760/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Légende Fig. 109. Molsheim. Passage Charles-Mistler. Plan des vestiges archéologiques, échelle 1/750. Topographie : E. Pierrez et M.-D. Waton/SRA Alsace ; DAO : M. Werlé/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12760/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Légende Fig. 110. Molsheim. Passage Charles-Mistler. Coupes septentrionales des tranchées 1, 2 et 3, échelle 1/300. Relevés : Y. Henigfeld et O. Zumbrunn ; DAO : Y. Henigfeld et M. Werlé / INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12760/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 111. Molsheim. Passage Charles-Mistler. Vues du système défensif. 1. Vue d'ensemble du sondage 1 prise de l'est ; au premier plan : le fossé et le mur de fausse-braie ; au second plan : le mur d'enceinte ; 2. Détail du parement ouest du mur d'enceinte (sondage 3) ; vue prise de l'est. Clichés : Y. Henigfeld/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12760/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Légende Fig. 112. Molsheim. Passage Charles-Mistler. Plan de la structure 1015 et des alignements de pieux et de piquets 1017 et 1018, échelle 1/200. Topographie : E. Pierrez et M.-D. Waton/SRA Alsace ; DAO : Y. Henigfeld, O. Zumbrunn et M. Werlé/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12760/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 113. Molsheim. Passage Charles-Mistler. Vues du puits (sondage 3). 1. Vue d'ensemble du puits, prise de l'est ; 2. Détail d'un élément architectural réutilisé dans le cuvelage du puits, pris du sud. Clichés : Y. Henigfeld/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12760/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende Fig. 114. Molsheim. Pulverturm. Plan chronologique du premier et du deuxième niveau, échelle 1/50. DAO : J. Koch/INRAP, G. Oswald.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12760/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig. 115. Molsheim. Pulverturm. Vue des jambages externes de la tour-porte du xve siècle, prise du nord-ouest. Cliché : G. Oswald/Ville de Molsheim ; DAO : J. Koch/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12760/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Fig. 116. Molsheim. Essai de restitution du développement topographique des enceintes, échelle 1/10 000. 1. Cimetière fortifié (avant 1198) et église paroissiale ; 2. Première enceinte (milieu du xiiie siècle) ; 3. Deuxième enceinte (début du xive siècle).DAO : Y. Henigfeld/INRAP, M. Werlé/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12760/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 133k

© ARTEHIS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search