Version classiqueVersion mobile

Archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace (XIIe-XVe siècle)

 | 
Yves Henigfeld
, 
Amaury Masquilier

Études monographiques

Mirecourt (Vosges)

Charles Kraemer, Philippe Kuchler et Cédric Moulis

Texte intégral

1. PRÉSENTATION GÉNÉRALE ET ÉTAT DE LA RECHERCHE (Ch. K., C. M.)

1.1. Contexte géographique et géologique

1Mirecourt est située à 30 km au nord-ouest d’Épinal, dans la plaine des Vosges, en bordure d’un petit affluent de la Moselle, le Madon (fig. 91). Ce cours d’eau a largement contribué à l’érosion des couches géologiques superficielles : grès infra-liasique et marnes irisées moyennes, l’une et l’autre exploitées comme matériau de construction. Il s’écoule désormais dans une plaine alluviale composée d’argiles, de sable et de graviers et soulignée, de part et d’autre, par des versants de faible pente qui culminent à 260/275 m d’altitude. Sur sa rive droite, le massif du “Haut de Chaumont” domine à 351 m d’altitude ; il est couronné par une couche de calcaire bleu foncé employé, lui aussi, pour la construction.

2C’est dans ce contexte géologique que Mirecourt s’est développée, sur la rive gauche du Madon, entre cette rivière et deux petits ruisseaux qui l’alimentent, à partir d’un château construit peut-être à la fin du xie siècle, plus vraisemblablement dans la première moitié du xiie siècle.

1.2. Historique des recherches

3Les premières études sur Mirecourt sont dues à M. Cornebois (Cornebois, 1862), C. Laprévote (Laprévote, 1877), F. Clasquin (Clasquin, 1911), et plus récemment A. Gaugué (Gaugué, 1971). Il faut attendre le milieu des années 1980 pour que des chercheurs s’intéressent à nouveau à ses enceintes, à l’échelle de la ville (Pierre, 1996 ; Prévot, Mourot, 1996 ; Moulis, 1997) ou d’un site particulier (Caumont et alii, 1996 ; Mourot, 1996 ; Masquilier, 2003b ; Kuchler, 2005 ; Kuchler et alii, 2004).

1.3. État des connaissances

1.3.1. La mise en place du peuplement et des cadres de commandement

  • 231 En 1137, une nouvelle confirmation des biens de l’abbaye de Bouxières reprend quasiment mot pour mo (...)

4Les indices ne manquent pas, quant à l’existence d’un peuplement antérieur aux xie-xiie siècles. Ainsi, outre des traces d’un diverticulum de la voie antique Langres-Strasbourg, des observations concernant l’époque gallo-romaine ont été réalisées au “Haut-de-Chaumont”, au lieu-dit “La fin du Murget”, et, plus au nord, à la confluence du Madon et du Val d’Ajol. Le peuplement se poursuit au haut Moyen Âge sur la rive droite, du côté de la chapelle de la Oultre, construite au xie siècle comme annexe à l’église paroissiale de Vroville, et, sur la rive gauche, à l’emplacement d’une curtis signalée par le toponyme résiduel “Miraucourt”. Ce nom, Mirecourt, apparaît entre 940 et 960, peut-être avant, en 815 et 877, à l’occasion d’une donation faite à l’abbaye de Bouxières-aux-Dames (Meurthe-et-Moselle)231.

5Il est vraisemblable que les comtes de Toul prennent pied dans ce secteur au cours du XIe siècle et il y a tout lieu de penser qu’ils sont à l’origine du développement de Mirecourt pour s’affirmer dans une région convoitée par d’autres seigneurs, notamment l’évêque de Toul, le comte de Vaudémont et le duc de Lorraine. Le premier, qui possède par le biais de Bouxières-aux-Dames des biens sur la rive droite du Madon, consolide son influence au milieu du xie siècle en fondant l’abbaye de Poussay sur la rive gauche, à quelques kilomètres au nord ; le second organise son territoire, dès 1072, autour de deux pôles, Vézelize/Vaudémont et Châtel-sur-Moselle, qu’il utilise pour contrôler la région, ce que cherche aussi le troisième, dès le xie siècle, avec ses deux châteaux voisins de Châtenois et Neufchâteau.

Fig. 91. Mirecourt. Contexte géographique, échelle 1/25 000. DAO : F. Verdelet/INRAP.

  • 232 AD MM B 811 no 119 ; B 380 no 2 ; B 419 fo 125 (Perrin, 1924 : 309-310, no 31 ; Moulis, 1997 : 60, (...)

6Ainsi, en dépit du flou qui règne autour de la construction du château, on peut légitimement penser qu’il existe déjà en 1165, lors de la première mention d’un prévôt à Mirecourt (Kraemer, 2000 : 62), tandis que l’enceinte urbaine semble exister lors de la guerre qui oppose le duc de Lorraine, Mathieu II, au comte de Bar, Henri II, en 1229-1230. Ce qui est sûr, c’est que la charte de franchise accordée en 1234 par Ferry V, comte de Toul, mentionne pour la première fois l’un et l’autre ; elle impose aux bourgeois un service de guet et l’entretien de l’enceinte232.

7Dès le début du xiiie siècle, le comte de Toul doit faire face à des problèmes financiers qui le contraignent à engager, puis finalement vendre, ses possessions de Mirecourt au duc de Lorraine. Dès 1280, Mirecourt devient chef-lieu d’un bailliage lorrain (Kraemer, 2000 : 62) et renforce son rayonnement, au cours du xive siècle, grâce à de nouveaux critères de centralité en particulier la fondation de l’église paroissiale, en 1303, la construction de la halle, en 1313, et l’agrandissement de l’enceinte urbaine, avant la fin du xive siècle. Entre le xve et le début du xviie siècle, la ville semble connaître une croissance constante tant sur le plan démographique qu’économique.

1.3.2. Une succession de systèmes de défense

1.3.2.1. Le château

  • 233 Ce four est évoqué pour la première fois dans la charte de 1234 (on parle d’un ou deux fours banaux (...)

8L’emplacement du château du xiie siècle reste méconnu même si l’on sait qu’en 1318 il sert de résidence épisodique à la duchesse de Lorraine et qu’en 1234, le four banal est situé dans son enceinte233. Trois propositions de localisation ressortent pourtant de l’historiographie. Ainsi, pour C. Laprévote et F. Clasquin (Laprévote, 1877 : 15 ; Clasquin, 1911 : 107), il aurait été bâti dans la prairie, au sud de la ville, au lieudit la “Marécageolle” situé en contrebas de la citadelle du xvie siècle. En revanche, M. Cornebois (Cornebois, 1862) le situe dans la partie la plus méridionale de la rue Haute, à l’emplacement de cette même citadelle, près du passage qui porte encore ce nom (fig. 92). Cette hypothèse est corroborée par un plan du xviie siècle de la nouvelle citadelle, publié en 1668 (Beaulieu, [1668]), sur lequel est mentionné un “Vieux corps du Château” (fig. 93). Plus récemment, C. Moulis (Moulis, 1997 : 38), en s’appuyant sur la lecture du cadastre, a observé, dans un quartier du bourg dit le “Labyrinthe”, une forme singulière évoquant le négatif d’un château rectangulaire de 50 sur 70 m de côté ; chacun des angles aurait été cantonné d’une tour et l’enceinte percée de trois portes ouvrant respectivement, à l’est, sur la basse-cour, au nord, sur la rue des Remparts et au sud, sur le canal d’alimentation du moulin Saint-Étienne. Il reste que les acensements des xve et xvie siècles privilégient l’hypothèse de la rue Haute, mais ces sources sont tardives et pourraient faire référence à un second château.

1.3.2.2. Les enceintes urbaines

9Si l’enceinte urbaine est clairement attestée en 1234, les bourgeois devant la garder et la réparer, son tracé reste relatif à l’une ou l’autre des hypothèses sur l’emplacement du château, mais dans tous les cas, elle protège une surface d’environ 2 ha. Ainsi, celle de M. Cornebois induit une enceinte urbaine plutôt circulaire, descendant du château jusqu’au canal, qu’elle longe sur quelques mètres avant de remonter en direction de la tour de l’Horloge, sans doute construite au xive siècle à l’emplacement d’une tour plus ancienne intégrée à la défense du bourg.

  • 234 F. Clasquin parle de la tour du souverain qui est une tour-porte, mais aucune mention de ce type n’ (...)

10Pour C. Moulis (Moulis, 1997 : 42) en revanche, l’enceinte primitive se serait développée le long du canal, vers le nord, sur 250 m environ. Elle ouvrait sur l’extérieur par la porte du Pont234 et enserrait une rue unique, la rue Basse, de part et d’autre de laquelle des maisons furent édifiées.

11Les registres de comptes des xve et xvie siècles évoquent une enceinte plus vaste, construite dans le courant du xive siècle. En fait, il s’agit d’une extension de la défense collective du faubourg qui s’est développé au nord de l’enceinte primitive et dans lequel fut édifiée en 1320, sur un terrain concédé en 1303, la nouvelle église paroissiale. La seconde mention de la muraille de la ville, après celle dans la charte de franchise, date de 1480. Elle est alors percée d’au moins trois portes :

  1. à l’est, la tour-porte Saint-Didier (ou Dizier), qui selon F. Clasquin, mais sans preuve, remplace au xve siècle celle dite du Souverain ; elle est renforcée par deux tours latérales (une grande et une plus petite) qui forment, face au Madon et au faubourg Saint-Vincent, la porte du Pont (appelée ainsi à partir de 1539) ;

  2. au sud, la porte de Mattaincourt, mentionnée pour la première fois en 1440 ; elle possède au xvie siècle deux entrées (une grande et une petite), un pont-levis et une poterne ;

  3. au nord, enfin, la porte de Poussay, signalée en 1497.

12S’il ne fait aucun doute que, dès le xive siècle, l’enceinte est flanquée de tours, celles-ci ne sont pas évoquées avant le xvie siècle. Ainsi, en s’appuyant sur les noms qui leur sont attribués, mais qui peuvent avoir changé dans le temps, F. Clasquin en dénombre 21 tandis qu’un document de 1623 en mentionne 12 seulement qui font l’objet de réparations. Certaines sont bien localisées, comme la tour Hussenot située à l’extrémité de la rue Denise, la tour en face de l’église paroissiale ou encore celle “céans derrière la maison Jean Philibert, près de la maison du bailli”.

13Les archives médiévales et post-médiévales ne renseignent pas sur l’étendue des enceintes successives, dont le dernier état englobe peut-être la halle, citée en 1313, plus sûrement l’église. Toutefois, la juxtaposition de divers plans partiels de la ville à l’Époque moderne permet de mieux en appréhender le périmètre. Le “Plan de la citadelle de Mirecourt” (fig. 93) renseigne sur l’existence, au sud de la ville, d’un ensemble bastionné enserrant un “Vieux corps du Château” ; cette citadelle, qui est signalée en 1639, semble avoir été démantelée en 1664 (Moulis, 1997 : 42). De même, des plans dressés entre 1743 et 1770, dont une vue cavalière anonyme, situent avec une relative précision les portes du Pont, de Poussay et de Mattaincourt. L’un d’eux renseigne aussi sur l’existence de quelques tours flanquant l’enceinte ouest.

Fig. 92. Mirecourt. Proposition de tracé des enceintes, échelle 1/2 500. 1. Château et enceinte castrale (xiie siècle) ; 2. Enceinte fin xiie siècle-1er tiers xiiie siècle ; 3. Enceinte xiiie-début xive siècle ; 4. Enceinte courant xive siècle. DAO : Ch. Kraemer/Université Nancy 2, F. Verdelet, Ph. Kuchler/INRAP.

Fig. 93. Mirecourt. Plan de la Citadelle de Mirecourt, édité par Beaulieu (1668). Cliché M. Lentz, Bibliothèque municipale de Nancy (réserve no 10541).

14Le report de ses informations sur le cadastre napoléonien, dont le parcellaire conserve encore le souvenir d’au moins deux tours de l’enceinte occidentale, a cependant permis d’établir un tracé, certes approximatif, de l’enceinte médiévale et moderne laquelle décrivait un grand quadrilatère d’environ 1 100 m de périmètre (L = 475 m ; l = 200 m) couvrant une superficie d’environ 6,8 ha (fig. 94).

15Si l’histoire, alimentée par les textes et l’iconographie, apporte son lot d’informations, il reste, on l’a vu, que de nombreux points sont encore dans l’ombre. L’approche archéologique paraissait donc essentielle.

2. LES TRAVAUX RÉCENTS

16Des travaux de réhabilitation ont été entrepris dans la rue Basse à partir de 1985 sous la direction de l’Architecte des Bâtiments de France. À cette occasion, de nombreuses maisons datables de la période moderne ont été déclarées insalubres et détruites. La démolition de l’une d’elles, accolée à l’ancien moulin le long du canal (actuelle rue des Tanneries) a permis d’observer la coupe en élévation de la courtine orientale.

17Depuis 1996, trois opérations archéologiques ont été réalisées à Mirecourt (fig. 92) : des sondages situés dans la ville basse, rue du Docteur-Joyeux, ont été suivis d’une importante fouille d’archéologie préventive au printemps 2002, à l’emplacement du futur musée de la lutherie et de l’archèterie ; un sondage sur le quai de la Barbacane, légèrement à l’écart du centre historique, où, après enlèvement de remblais stratifiés, sur plus de 5 m d’épaisseur, aucune structure ou aménagement ancien n’a été observé (Masquilier, 2003b) ; enfin, un relevé micro-topographique du centre historique de Mirecourt, réalisé en avril 2003.

2.1. Description de la coupe en élévation de la courtine orientale d’après une photographie de 1985 (C. M.)

18En 1985, la démolition d’une maison adossée à l’ancien moulin, rue des Tanneries, a permis d’observer la coupe en élévation de l’enceinte urbaine. Aucun relevé précis n’a pu être effectué. Toutefois, une photo (fig. 95) fournit des données intéressantes sur ce mur que l’on peut reconnaître comme étant un vestige de la courtine orientale située le long de l’ancien canal (fig. 96, no 4).

Fig. 94. Mirecourt. Tracé supposé des enceintes d’après le cadastre de 1834, échelle 1/2 500. DAO : Ch. Kraemer/Université Nancy 2 ; F. Verdelet, Ph. Kuchler/INRAP.

Fig. 95. Mirecourt. Photographie de l’élévation de la courtine est. Cliché : J.-P. Rothiot ; DAO : C. Moulis/LAMEst.

  • 235 Aucun autre document n’existant hormis cette photographie de Jean-Paul Rothiot, les mesures sont de (...)
  • 236 Cf. notice de Ph. Kuchler.

19Le vestige se présente sous la forme d’un arrachement. Il semble être conservé sur la totalité de son élévation, soit environ 5,50 m235. Aucun fruit, ressaut ou larmier n’a pu être observé. L’épaisseur de la courtine avoisine les 2 m sur l’ensemble de la hauteur. Cette donnée est à confronter avec les observations issues de la fouille de 2002 rue du Docteur-Joyeux236, qui, à proximité de cet emplacement mais plus au sud, a mis au jour une maçonnerie n’excédant pas 1,50 m d’épaisseur.

Fig. 96. Mirecourt. Micro-topographie et localisation des vestiges architecturaux, échelle 1/2 500. A. Plate-forme surélevée ; B. Fossé ? ; C. Fossé ? ; 1. Portion de tour ? ; 2. Portion de courtine ; 3. Mur de soutènement ; 4. Portion de courtine et chemin de ronde. DAO : Ch. Kraemer/Université Nancy 2 ; F. Verdelet, Ph. Kuchler/INRAP.

20Le mur photographié est composé soit de moellons, soit d’un petit appareil formé de pierres calcaires ébauchées, dont la hauteur d’assise varie de 10 à 15 cm. Il y a peu de différences entre les modules du parement et ceux composant la fourrure, qui semble elle-même relativement structurée, la grande majorité des pierres étant posées de chant.

  • 237 AD V AC Mirecourt, BB 1, fo 54. En juin 1612, on décide la fermeture des portes sur la muraille, no (...)

21Le cliché confirme l’existence d’un chemin de ronde au sommet de la courtine, au moins le long du canal. Son existence était déjà pressentie grâce à une mention dans le registre des comptes de la ville de 1612237. Il apparaît en négatif car il a été bouché vraisemblablement lors de la construction du moulin. Il se présente comme une gaine à ciel ouvert d’environ 85 cm de largeur et de 1,15 m de hauteur, protégée de part et d’autre par un muret épais d’environ 60 cm vers le canal et d’environ 50 cm vers la ville. Ce dernier est d’ailleurs légèrement plus haut que le premier.

22Il est tentant de reconnaître deux assises de réglage sur l’ensemble de l’élévation, la première à 2,10 m de hauteur et la seconde à près de 4 m qui pourrait d’ailleurs correspondre au niveau de sol du chemin de ronde. Mais en l’absence de relevé, cette observation est à prendre avec circonspection.

2.2. Études micro-topographique et architecturale (Ch. K.)

23Le relevé micro-topographique du centre historique de Mirecourt s’appuie naturellement sur l’urbanisme contemporain, notamment sur le réseau viaire et le pourtour des îlots d’habitations. Ainsi, il offre une image du relief actuel de la ville, laquelle s’étend sur la rive gauche du Madon selon un plan en longueur, de même orientation, nord-sud, que le cours d’eau et le petit relief de côte, de 7 m de dénivelé, qu’il a contribué à modeler. La ville s’étend donc de part et d’autre de cette “épine dorsale” incluant dans son périmètre le plateau à faible pendage ouest-est et la plaine alluviale. Outre les rares vestiges de courtine qui ont pu être cartographiés avec précision, le relevé a mis en évidence quelques aberrations topographiques.

2.2.1. Une plate-forme surélevée

24Dans la partie sud de la ville, à l’arrière d’une maison ouvrant sur la rue Chanzy, le jardin (parcelle no 230) qui surplombe la rue des Remparts, correspond à une plate-forme quasi rectangulaire de 17 x 13 m de côté, surélevée de 3 à 4 m par rapport au niveau général du quartier (fig. 96, A et no 3). Il est bien difficile d’expliquer ce remblai anthropique cerné de maisons et de murs de terrasse autrement qu’en le considérant comme un élément de fortification. La question reste de savoir s’il s’agit du vestige d’une motte sur laquelle fut dressé le donjon du xiie siècle ou celui d’un bastion moderne. Il pourrait être identifié, dans le premier cas, au “Vieux corps du Château” signalé sur le plan de la citadelle de Mirecourt, dressé au xviie siècle, ou au “Bastion du Costé de la Ville”, légendé B sur le même plan (fig. 93).

2.2.2. Des traces de fossés ?

25Les deux autres anomalies consistent en de faibles dépressions, de l’ordre de 50 cm, à peine visibles sur le terrain, qui pourraient être interprétées comme des traces de fossés après comblement. La première s’observe au sud, à la hauteur de la halle, entre les carrefours de la rue Chanzy avec les rues Frairin et Chantaire et pourrait correspondre à l’emprise du fossé qui, sur le plan du xviie siècle, sépare la citadelle de la ville (fig. 96, B). La seconde se trouve au nord, aux abords de la porte de Poussay, dans l’axe de la rue Lupot, autrement dit à l’intérieur de la ville si l’on s’en tient au tracé restitué de l’enceinte urbaine (fig. 96, C). Si cette hypothèse devait être vérifiée, il faudrait alors admettre que l’enceinte a connu une ultime extension postérieurement à celle du xive siècle.

2.2.3. Quelques vestiges en élévation

26Le relevé topographique a permis de cartographier avec précision les deux segments d’enceinte visibles, conservés dans le bâti. L’un est situé à l’arrière de la maison cadastrée 246 ouvrant sur la rue Chanzy et à proximité du passage de la Citadelle (fig. 96, no 2). Il s’agit d’un mur linéaire de 4,50 m de long, et 4 à 5 m de hauteur, d’une épaisseur de 2 m à la base qui se réduit sensiblement en élévation en raison d’un fruit conséquent. L’autre appartient au mur côté cour, de la maison cadastrée 293, bordant la rue Thiers, et correspond à moins d’un quart d’une probable tour de flanquement de l’enceinte ; son élévation n’a pas encore fait l’objet d’un examen détaillé (fig. 96, no 1).

27On rappellera ici que la destruction d’une bonne partie des habitations de la rue Basse, en 1985, a permis d’observer le mur d’enceinte sur au moins 10 m de long (fig. 96, no 4). Enfin, une photo du Service régional de l’Inventaire de Lorraine conserve le souvenir, le long du canal, d’une tour et d’un pan de muraille dans lequel on croit deviner une archère.

2.3. La fouille archéologique rue du Docteur-Joyeux (Ph. K.)

2.3.1. Présentation du site

28La fouille couvre une superficie d’environ 900 m2 (fig. 97 et 98). L’îlot concerné par le projet immobilier se trouve sur la rive gauche du Madon, au cœur de la vieille ville. Il est délimité au nord par une parcelle nouvellement bâtie, à l’ouest par les rues Vuillaume et du Docteur-Joyeux (ancienne rue Basse), au sud par la rue Saint-Georges et, à l’est, par la rue des Tanneries (ancien canal du Moulin). Réalisés en 1996, une étude documentaire (Mourot, 1996) et quatre sondages archéologiques (Caumont et alii, 1996), dont un seul est situé sur l’emprise de la fouille, ont montré le fort potentiel archéologique du secteur, avec, notamment, la présence d’une portion de l’enceinte urbaine.

29L’opération d’archéologie préventive a révélé la présence d’au moins trois états de l’enceinte urbaine matérialisée par des courtines maçonnées (Kuchler et alii, 2004). Si les abords immédiats des systèmes défensifs ont également été identifiés, aucun autre vestige à fonction défensive (fossé, talus, tour, bastion, porte, etc.) n’a été observé.

2.3.2. Présentation des vestiges par phases chronologiques

30Préalablement à la construction de l’enceinte, le site est vraisemblablement occupé de manière sporadique. L’activité anthropique est matérialisée par la présence de plusieurs alignements de trous de piquet, dont la plupart se développent selon un axe sud-est/nord-ouest. Un empierrement orienté nord-sud et deux trous de poteau sont associés à ces premiers aménagements. Ces derniers sont implantés directement dans le substrat argileux légèrement limoneux marron, marqué par un pendage prononcé ouest-est. De même, l’occupation du site est caractérisée par une accumulation de sédiments limono-argileux gris-noir incluant quelques matériaux anthropiques. Il pourrait s’agir d’un aménagement de berge, en bordure de la zone de divagation de la rivière.

2.3.2.1. La première enceinte (fin xiie-xiiie siècle)

- Les courtines

31L’extrémité nord-est de la première enceinte de la ville a été observée au cours de la fouille. Conservé sur une hauteur de 2,66 m (face externe) entre les côtes NGF 263 et 265,66 m, le mur septentrional (mur 5227) se développe sur une longueur supérieure à 12 m. D’une épaisseur moyenne de 1,10 m, il est soigneusement parementé en moellons calcaires et composé d’un fourrage lié avec du mortier maigre sableux associé à du limon argileux incluant quelques nodules de chaux. L’élévation repose sur une semelle de fondation en dalles calcaires, sans pieux battus et d’une hauteur d’au moins 0,50 m, qui ménage un empattement de 0,22 m (fig. 99). Dans un second temps, ce mur est doublé intra muros sur toute sa longueur par une maçonnerie de gros moellons calcaires ébauchés, montés en moyen appareil réglé et liés avec du mortier de chaux jaune-beige (mur 5008). L’épaisseur du mur d’enceinte nord atteint alors 1,75 m. Celui-ci forme un angle approximatif de 90o avec le mur oriental auquel il est chaîné (mur 5013). Il n’a véritablement été observé qu’en coupe en raison de son mauvais état de conservation. Épais de 92 cm, il a été reconnu sur une hauteur de 1,76 m, entre les cotes NGF 263,02 et 264,78 m. Ses parements sont constitués de gros moellons calcaires soigneusement équarris et assisés alors que sa fourrure est formée de moellons disposés sans organisation (fig. 100). L’ensemble est maintenu avec un liant similaire au mur 5227. Il est à noter l’absence de tour de flanquement à l’angle des murs d’enceinte.

- Les abords
  • 238 Plusieurs sites archéologiques au contexte topographique similaire à Mirecourt ont révélé la présen (...)

32Situé à 4,50 m à l’ouest du mur d’enceinte oriental, se développe, perpendiculairement à la muraille nord et sur une longueur restituée de 13 m à l’intérieur, un bâtiment reposant sur de larges fondations, entre 0,74 m (mur 5044 orienté ouest-est) et 1,08 m d’épaisseur (murs 5172 et 5179). Celles-ci sont composées de gros moellons calcaires montés en assises et liés avec de l’argile sablo-limoneuse marron, incluant parfois des éclats calcaires. La présence de deux trous de poteau (poteaux 5193 et 5194) adossés au mur oriental, d’un diamètre de 12 cm et espacés de 1 m, témoigne de l’utilisation d’un échafaudage. L’ensemble de ces indices archéologiques permet d’émettre l’hypothèse de la présence d’un établissement monumental à usage public ou religieux plutôt que privé238.

33À 4 m au sud de ce bâtiment se développe une série de trois trous de poteau (poteaux 5135, 5136 et 5146) dont deux alignés parallèlement au mur sud. D’un diamètre de 32 cm et d’une profondeur conservée d’environ 20 cm, ils sont caractérisés par la présence de pierres de calage. Cet alignement se prolonge à l’est par une maçonnerie (mur 5209) épaisse de 1,65 m et parallèle au mur d’enceinte septentrional. Observée sur une hauteur de 38 cm, elle est constituée de gros moellons calcaires plats (parements) et en moellons (fourrure) montés en assises et liés avec de l’argile limoneuse marron.

Fig. 97. Mirecourt. Localisation de la fouille Rue du Docteur-Joyeux sur fond de plan cadastral, échelle 1/500. DAO : Ph. Kuchler, P. Noguès et P. Sarazin/INRAP.

34Les résultats d’analyses géomorphologiques semblent indiquer une différence de sédimentation de part et d’autre des poteaux. Si le terrain proche du bâtiment monumental est caractérisé par la présence de quelques restes domestiques, la sédimentation localisée au sud des poteaux comprend, quant à elle, de nombreux déchets organiques phosphatés résultant, peut-être, de la paissance de bestiaux en aire ouverte ou de leur séjour dans une étable ou stabulation (Gebhardt, 2004). La présence de ce type de sédimentation témoigne d’une activité agro-pastorale pour la période considérée et peut, éventuellement, nous renseigner sur la fonction du bâtiment monumental.

Fig. 98. Mirecourt. Rue du Docteur-Joyeux. Plan de la fouille et localisation des enceintes urbaines et de leurs abords, échelle 1/300. DAO : Ph. Kuchler, P. Noguès et P. Sarazin/INRAP.

Fig. 99. Mirecourt. Rue du Docteur-Joyeux 2002. Les enceintes urbaines : face interne, échelle 1/50. DAO : P. Girard et Ph. Kuchler / INRAP.

Fig. 100. Mirecourt. Rue du Docteur-Joyeux 2002. Les enceintes urbaines : face externe, échelle 1/50. DAO : P. Girard et Ph. Kuchler/INRAP.

- Les indices de datation
  • 239 Cf. Introduction, État des connaissances.
  • 240 À Liverdun, l’angle nord-ouest de l’enceinte datée par radiocarbone entre juste avant le milieu du (...)

35Les principaux indices de datation proviennent des textes239 qui attestent de l’existence d’une enceinte urbaine en 1234. L’étude du mobilier archéologique, notamment la présence en faible proportion (25 % environ) de céramiques glaçurées, confirme une édification de l’enceinte au plus tôt au début du xiiie siècle. Toutefois, l’absence de tour de flanquement dans l’angle plaide pour une datation plus haute, vers la fin du xiie siècle240.

2.3.2.2. Le développement de l’enceinte urbaine (xive siècle)

- Les courtines

36Un nouveau front défensif à l’est (début xive siècle). Si le mur septentrional de la première enceinte est conservé, le mur oriental est, quant à lui, entièrement démantelé et remplacé par un nouveau front défensif situé plus à l’est (mur 5009). Observé sur une longueur d’environ 16 m, celui-ci est formé par des parements assisés et une fourrure en gros moellons et moellons calcaires liés avec du mortier de chaux mélangé à du sable vert. Épais de 1,40 m et conservé sur une hauteur de 2,40 m, ce nouveau mur d’enceinte est renforcé intérieurement dans l’angle nord-est par un blocage (mur 5014) formé par de gros moellons calcaires calés par des moellons liés avec du limon argileux marron. Au sud, la courtine semble marquer un décrochement perpendiculaire sur une longueur de 3,20 m (mur 5208) qui participe éventuellement à la défense d’une poterne non observée lors de la fouille.

37Le prolongement septentrional de la courtine (courant xive siècle). Observé sur une longueur supérieure à 18 m et une hauteur de 0,90 cm (face externe), le prolongement de la courtine orientale de l’enceinte urbaine (murs 5071, 5118 et 6012) se développe sur une épaisseur comprise entre 1,40 (zone 5) et 1,50 m (zone 6). S’appuyant contre l’angle externe de la précédente courtine, ce nouveau mur d’enceinte est constitué de parements en moellons calcaires équarris montés en assises et d’une fourrure en moellons calcaires liés avec de l’argile sableuse légèrement chaulée. Son édification a entraîné l’arasement de l’ancien mur d’enceinte septentrional devenu obsolète sur le plan défensif.

- Les abords

38La construction des nouvelles courtines est suivie d’une réorganisation spatiale des abords, avec l’émergence de nouvelles activités à fonction artisanale.

39Au sud, un bassin (bassin 5060) de plan trapézoïdal (95 x 60 à 70 cm), construit en moellons calcaires liés avec du limon sableux, parementé à l’intérieur et dallé au fond, est relié à une canalisation accusant une légère pente nord-sud. Celle-ci débouche sur une autre rigole d’évacuation en relation avec une structure d’équipement située plus à l’ouest (aménagement 5163). Cette dernière est formée par un mortier en calcaire caractérisé par d’éventuelles traces d’oxydation métallique au fond, prolongé par une canalisation en pierres calcaires et en dalles posées de chant (parois) ou à plat (fond). Celle-ci débouche sur une évacuation verticale, constituée d’une meule en réemploi, qui déverse des liquides dans un bassin (de décantation ?) situé en aval (bassin 5165). En raison de la mauvaise conservation des vestiges, le type d’activité artisanale n’a pas été identifié avec certitude. Cependant, il s’agit d’un artisanat dont les besoins en eau sont importants. L’hypothèse d’un atelier de tannerie peut alors, avec les précautions d’usage, être soulevée, d’autant plus que les sources documentaires mentionnent des tanneries le long du canal du Moulin (Mourot, 1996 : 25).

40Au nord, une structure de combustion (four 5114), un puits (puits 5127) et une rigole d’évacuation (caniveau 5113) ont été dégagés dans le secteur anciennement extra muros. Le four est compartimenté entre deux chambres de chauffe juxtaposées. La première, de plan ovoïde (1,22 x 1,15 m), est délimitée par une maçonnerie en moellons calcaires, conservée sur trois assises et liée avec du mortier de chaux gréseux. Elle est précédée par une chambre d’accès maçonnée de plan rectangulaire d’une longueur de 1,53 m et une largeur de 0,85 m. La seconde, de plan rectangulaire (1,70 x 0,82 m), est constituée de moellons calcaires et de poudingue liés avec du limon marron. Chacune des soles est formée par des dalles accusant, pour la seconde chambre de chauffe, une pente vers l’ouest. Les différences structurelles entre les deux chambres permettent d’envisager deux opérations distinctes : d’une part, la fusion des matières premières et d’autre part le recuit. En raison de l’absence d’artefacts archéologiques, aucune hypothèse précise sur l’utilisation de cette structure de combustion ne peut être émise.

41D’un diamètre interne de 75 cm, le puits est composé de moellons calcaires assisés et liés avec du mortier de chaux très compact. Il est associé à une rigole orientée ouest-est qui permet l’évacuation de liquides au-delà de la courtine orientale.

- Les indices de datation

42Les critères de datation reposent à la fois sur l’étude des sources écrites, du mobilier archéologique et sur les résultats d’analyses radiocarbone.

43L’étude des sources écrites indique une donation, en 1303, de terrains situés “en dehors de ladite bourgade Mirecourt” afin d’y construire l’église paroissiale. La première campagne de travaux semble débuter dans les années 1320 pour se terminer vers 1380 (Moulis, 1997 : 100). La courtine orientale ne peut donc avoir été érigée avant cette date, d’autant plus que la reconstruction plus au sud de l’enceinte, attribuée au début du xive siècle, lui est antérieure.

Fig. 101. Mirecourt. Essai de restitution du développement topographique des enceintes, échelle 1/10 000. 1. Château et enceinte castrale (xiie siècle) ; 2. Enceinte fin xiie-1er tiers XIIIe siècle ; 3. Enceinte xiiie-début xive siècle ; 4. Enceinte courant xive siècle. DAO : Ch. Kraemer/Université Nancy 2 ; F. Verdelet, Ph. Kuchler/INRAP.

  • 241 Datations 14 C réalisées par le Centrum voor Isotopen Onderzoek de Groningue (Pays-Bas). Réf. GrN-2 (...)

44Les datations radiocarbone réalisées sur les résidus charbonneux du four (US 5112) couvrent une fourchette chronologique comprise entre 1294 et 1408. Celles effectuées sur un remblai d’occupation localisé à l’est du four et interprété comme les vidanges successives de son foyer (US 5020) permettent d’affiner la datation puisque deux intervalles chronologiques se dégagent : 1312-1349 ou 1390-1403. En outre, les analyses radiocarbone réalisées sur le comblement charbonneux d’une rigole associée à l’atelier de tannerie (US 5107) donnent des fourchettes chronologiques équivalentes (1305-1359 ou 1382-1398)241. Ces datations archéométriques, confirmées par l’étude chrono-typologique du mobilier archéologique, permettent de penser que la partie septentrionale de la ville de Mirecourt est fortifiée avant 1400. Cette campagne de fortification témoigne, peut-être, des effets de la guerre de Cent Ans qui, à partir du milieu du xive siècle, entraînent, en Lorraine, la création, d’une part, d’une nouvelle série d’enceintes et, d’autre part, la réfection, l’extension ou la modernisation d’enceintes existantes (Giuliato, 1993a : 162-165).

45L’étude stratigraphique montre que les travaux de rénovation de l’enceinte au sud sont réalisés antérieurement, sans doute au début du xive siècle. Ils résultent vraisemblablement du transfert de la seigneurie des comtes de Toul aux ducs de Lorraine et de l’accession de la ville, à partir de 1280, au rang de chef-lieu de bailliage (Kraemer, 2000 : 62).

Conclusion (Ch. K.)

46En dépit des informations nombreuses livrées par les sources historiques et l’iconographie ancienne, nombre de questions concernant la topographie médiévale de Mirecourt, notamment la disposition des systèmes fortifiés, restaient en suspens. L’approche archéologique paraissait donc essentielle.

47Elle a permis de démontrer que le château primitif n’était, sans doute, pas localisé à l’emplacement de l’îlot dit du Labyrinthe, aucune occupation structurée du secteur n’y étant reconnue avant le xvie siècle (Caumont et alii, 1996) (fig. 101). En revanche, on peut proposer, suite à l’étude micro-topographique, qu’il se trouvait au sud de la ville, près de la porte de Mattaincourt, englobé dans la citadelle d’Époque moderne.

48Les fouilles préventives réalisées le long de la rue du Docteur-Joyeux ont, par ailleurs, permis d’esquisser les différentes étapes du développement topographique de la ville médiévale.

  • 242 Données inédites calculées à partir du plan à 1/2 500 (fig. 92, nos 1 à 3).
  • 243 Données inédites calculées à partir du plan à 1/2 500 (fig. 92, nos 1 à 4).

49Au xiiie siècle, le premier noyau urbain s’étend sur une superficie de 1,93 ha et un périmètre de 547 m, dans la partie méridionale de la ville242. Il est enclos d’une enceinte, rénovée de façon certaine sur son flanc oriental, peut-être dans la seconde moitié du xiiie siècle. Son tracé se surimpose encore, ponctuellement, au parcellaire actuel. Enfin, l’on peut convenir que la tour de l’Horloge (ainsi mentionnée, pour la première fois, en 1497) fut construite à l’emplacement d’une porte ménagée dans l’enceinte nord, démantelée avant 1400, lors de l’extension de l’enceinte fortifiée. 1 102 m de courtine protègent désormais 6,77 ha d’espace urbanisé243, dans lequel on retrouve toutes les structures relatives à la vie communautaire, église, halle, marché, hôtel de ville, hôpital, ce dernier probablement situé aux abords de la rue Haute avant d’être transféré vers la fin du xve siècle près du moulin Saint-Étienne (Moulis, 1997 : 73 ; Clasquin, 1911 : plan de la ville au xviie siècle). C’est aussi dans ce secteur, à proximité immédiate du mur d’enceinte oriental, le long du canal du Moulin, que s’établit un nouveau quartier artisanal aux activités sans doute diversifiées. Cette réorganisation spatiale témoigne éventuellement de la volonté de mettre à l’écart les activités polluantes et dangereuses.

Notes

231 En 1137, une nouvelle confirmation des biens de l’abbaye de Bouxières reprend quasiment mot pour mot la confirmation de 965. En 1163, Aigeline de Bourgogne, comtesse de Vaudémont, fait don à l’abbaye d’un alleu situé à Mirecourt. Nous ne savons pas ce que ces biens deviennent par la suite.

232 AD MM B 811 no 119 ; B 380 no 2 ; B 419 fo 125 (Perrin, 1924 : 309-310, no 31 ; Moulis, 1997 : 60, note 207). Charte publiée par Laprévote, 1877 : 165-167.

233 Ce four est évoqué pour la première fois dans la charte de 1234 (on parle d’un ou deux fours banaux), puis les revenus du four banal sont donnés en 1283 à Girard de Mirecourt, le bailli nouvellement en place : c’est son “salaire”. Enfin, en 1318, le duc Ferri IV fait de Girard son homme lige. Le document indique “ledit four ondit chastel” (AD MM B 335, fo l vo-2).

234 F. Clasquin parle de la tour du souverain qui est une tour-porte, mais aucune mention de ce type n’a été retrouvée dans la documentation.

235 Aucun autre document n’existant hormis cette photographie de Jean-Paul Rothiot, les mesures sont des estimations évaluées d’après le cliché et données à titre indicatif. Elles doivent donc être considérées comme de simples hypothèses.

236 Cf. notice de Ph. Kuchler.

237 AD V AC Mirecourt, BB 1, fo 54. En juin 1612, on décide la fermeture des portes sur la muraille, notamment entre la tour des Hans et la porte du Pont (soit le long du canal), empêchant ainsi la circulation sur l’enceinte et le déversement des immondices dans le canal.

238 Plusieurs sites archéologiques au contexte topographique similaire à Mirecourt ont révélé la présence de bâtiments monumentaux adossés au mur d’enceinte : celui du “Trait-d’Union” à Neufchâteau (Vosges) (cf. l’étude monographique sur Neufchâteau, notice d’A. Masquilier), celui de la probable résidence épiscopale à Liverdun (Meurthe-et-Moselle) (cf. l’étude monographique sur Liverdun, notice de R. Elter), et celui de la Velotte à Montbéliard (Doubs) où a été découvert un édifice à fonction publique (premier hôtel de ville, ancienne halle ?), voire religieuse (Tchirakadzé, Fuhrer, 1998 : 22).

239 Cf. Introduction, État des connaissances.

240 À Liverdun, l’angle nord-ouest de l’enceinte datée par radiocarbone entre juste avant le milieu du xie et le tout début du xiiie siècle ne possédait pas, à l’origine, de tour de flanquement (cf. l’étude monographique de Liverdun, site de la “porte Haute”). En revanche, la fouille du site du “Trait-d’Union” à Neufchâteau (88) a révélé l’existence, dès l’origine, d’une tour de flanquement de plan circulaire ouverte à la gorge, attribuée au deuxième quart du xiiie siècle (cf. l’étude monographique sur Neufchâteau). Plus généralement, la tour de flanquement apparaît en Lorraine, au plus tôt, à partir de la fin du XIIe ou du premier quart du xiiie siècle aux châteaux de Vic-sur-Seille (Giuliato, 1994a) et de Blâmont (Giuliato, 1998).

241 Datations 14 C réalisées par le Centrum voor Isotopen Onderzoek de Groningue (Pays-Bas). Réf. GrN-27283 (US 5020) : 595 ± 15 BP, GrN-27284 (US 5107) : 615 ± 15 BP et GrN-27285 (US 5112) : 620 ± 45 BP.

242 Données inédites calculées à partir du plan à 1/2 500 (fig. 92, nos 1 à 3).

243 Données inédites calculées à partir du plan à 1/2 500 (fig. 92, nos 1 à 4).

Table des illustrations

Légende Fig. 91. Mirecourt. Contexte géographique, échelle 1/25 000. DAO : F. Verdelet/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12754/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 92. Mirecourt. Proposition de tracé des enceintes, échelle 1/2 500. 1. Château et enceinte castrale (xiie siècle) ; 2. Enceinte fin xiie siècle-1er tiers xiiie siècle ; 3. Enceinte xiiie-début xive siècle ; 4. Enceinte courant xive siècle. DAO : Ch. Kraemer/Université Nancy 2, F. Verdelet, Ph. Kuchler/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12754/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Légende Fig. 93. Mirecourt. Plan de la Citadelle de Mirecourt, édité par Beaulieu (1668). Cliché M. Lentz, Bibliothèque municipale de Nancy (réserve no 10541).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12754/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Légende Fig. 94. Mirecourt. Tracé supposé des enceintes d’après le cadastre de 1834, échelle 1/2 500. DAO : Ch. Kraemer/Université Nancy 2 ; F. Verdelet, Ph. Kuchler/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12754/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Légende Fig. 95. Mirecourt. Photographie de l’élévation de la courtine est. Cliché : J.-P. Rothiot ; DAO : C. Moulis/LAMEst.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12754/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Légende Fig. 96. Mirecourt. Micro-topographie et localisation des vestiges architecturaux, échelle 1/2 500. A. Plate-forme surélevée ; B. Fossé ? ; C. Fossé ? ; 1. Portion de tour ? ; 2. Portion de courtine ; 3. Mur de soutènement ; 4. Portion de courtine et chemin de ronde. DAO : Ch. Kraemer/Université Nancy 2 ; F. Verdelet, Ph. Kuchler/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12754/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Fig. 97. Mirecourt. Localisation de la fouille Rue du Docteur-Joyeux sur fond de plan cadastral, échelle 1/500. DAO : Ph. Kuchler, P. Noguès et P. Sarazin/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12754/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende Fig. 98. Mirecourt. Rue du Docteur-Joyeux. Plan de la fouille et localisation des enceintes urbaines et de leurs abords, échelle 1/300. DAO : Ph. Kuchler, P. Noguès et P. Sarazin/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12754/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende Fig. 99. Mirecourt. Rue du Docteur-Joyeux 2002. Les enceintes urbaines : face interne, échelle 1/50. DAO : P. Girard et Ph. Kuchler / INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12754/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 100. Mirecourt. Rue du Docteur-Joyeux 2002. Les enceintes urbaines : face externe, échelle 1/50. DAO : P. Girard et Ph. Kuchler/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12754/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 101. Mirecourt. Essai de restitution du développement topographique des enceintes, échelle 1/10 000. 1. Château et enceinte castrale (xiie siècle) ; 2. Enceinte fin xiie-1er tiers XIIIe siècle ; 3. Enceinte xiiie-début xive siècle ; 4. Enceinte courant xive siècle. DAO : Ch. Kraemer/Université Nancy 2 ; F. Verdelet, Ph. Kuchler/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12754/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 102k

© ARTEHIS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search