Version classiqueVersion mobile

Archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace (XIIe-XVe siècle)

 | 
Yves Henigfeld
, 
Amaury Masquilier

Études monographiques

Liverdun (Meurthe-et-Moselle)

René Elter et Gérard Giuliato

Texte intégral

1. PRÉSENTATION GÉNÉRALE ET ÉTAT DE LA RECHERCHE (G. G.)

1.1. Contexte géographique et géologique

1À 15 km à l’ouest de Toul, Liverdun s’accroche au versant qui domine le cours de la Moselle. Cette rivière qui coulait primitivement vers l’ouest, change de cours à partir de Toul et s’écoule vers le nord-est pour rejoindre la Meurthe (fig. 73). Au passage, elle entaille profondément le plateau de Haye composé de calcaire jurassique du Bajocien supérieur par une vallée anaclinale, étroite et sinueuse qui dessine un double méandre à Liverdun. La rive gauche de celui-ci est dominée par un éperon rattaché au plateau par un isthme large de 35 m qui s’évase vers le sud où il devient un promontoire de forme trapézoïdale atteignant dans ses plus grandes dimensions 300 m de côté et couvrant près de 4,5 ha. La partie principale présente une surface plane (255 m) tandis que le secteur sud-ouest correspondant au bord du talus amorce une déclivité marquée (233 m). Il domine d’environ 50 m le fond de la vallée par une falaise abrupte à l’ouest et à l’est par un talus moins raide en raison de l’abondance des dépôts de pente, perturbé à son extrémité par des carrières contemporaines. Le site offre un terroir propice à la forêt et à la vigne complété par les ressources de la rivière sans oublier une aptitude à la défense. Toutefois, si Liverdun contrôle le trafic de batellerie et une route secondaire, elle est éloignée de 7 km de la grande voie antique reliant Toul à Metz.

1.2. Historique des recherches

2L’histoire de la ville et de sa topographie a donné lieu à des observations figurant dans différentes publications depuis le xixe siècle. Le premier à s’y être intéressé fut Étienne Olry en 1871 (Olry, 1871 : 302-312) mais il faut attendre l’article de Lucien Geindre en 1959 (Geindre, 1959) pour disposer d’un premier essai d’analyse mené à partir d’observations de terrain. Le même auteur approfondit ses recherches et publia une monographie détaillée de Liverdun en 1989 (Geindre, 1989).

1.3. État des connaissances

1.3.1. Le village

3Un peuplement rural aggloméré au pied du coteau à proximité d’un franchissement de la rivière apparut dès l’époque mérovingienne comme l’atteste la présence de deux nécropoles (Hamm, 2004 : 271). L’habitat se groupa autour de l’église paroissiale dédiée à saint Martin (fig. 74), centre d’une grande paroisse comprenant les villages de Pompey, Saizerais et Rosières-en-Haye. Entrée très tôt dans la manse épiscopale, elle fut donnée par l’évêque Gauzelin à l’abbaye de Bouxières-aux-Dames puis à l’abbaye de Rangéval en 1184. L’édifice était entouré d’un cimetière mais, laissée à l’abandon, l’église disparut en 1586. En 1178, le village est qualifié de suburbio. L’abbaye de Rangéval y bâtit une maison et un four banal auxquels s’ajouta un marché en 1264, à l’extérieur un moulin, un pont mentionné en 1178 puis remplacé par un bac et un hospice pour pèlerins déplacé en 1422 qui complétaient l’équipement. Le cadastre de 1832 montre que le village dessinait un quadrilatère de 170 m de long sur une largeur passant de 85 à 145 m. Des gravures de M. Guibal datées de 1843 confirment qu’il était pourvu d’une enceinte flanquée de deux tours quadrangulaires aux angles sud. La courtine sud, précédée d’un fossé, disposait d’une tour porte dont ne subsiste qu’un montant droit inclus dans le mur d’une maison puisque tout ce secteur fut bouleversé à la fin du xixe siècle par des constructions nouvelles. À l’intérieur, l’habitat se disposait le long de trois axes nord-sud dont deux aboutissent à l’église.

1.3.2. La ville haute

4Le toponyme Liber-dunum laisse à penser que dès la Protohistoire, les hommes mirent à profit les aptitudes défensives du site. Il faut attendre les invasions hongroises du milieu du xe siècle pour que le site soit réoccupé. L’évêque Gauzelin fit déplacer les reliques de saint Euchaire conservées dans la nécropole de Pompey et les mit en sûreté dans une petite chapelle construite à cet effet sur l’éperon et qui devint un lieu de pèlerinage. Il entreprit également des travaux de mise en défense dont on ignore la nature précise.

Fig. 73. Liverdun. Contexte géographique, échelle 1/25 000. DAO : H. Duval et É. Rouger/INRAP.

5Un nouveau contexte politique changea la situation à partir du milieu du xiie siècle. Les possessions épiscopales se trouvèrent menacées par les empiétements du duc de Lorraine qui s’empara de Gondreville qui contrôlait le passage sur la Moselle. De plus, les conflits avec les bourgeois de Toul obligeaient les prélats à disposer d’une résidence sécurisée hors de la cité. Pierre de Brixey (1165-1191) prit l’initiative de relever les fortifications de Liverdun qui avaient totalement disparu. Habilement, il racheta les biens et les droits de petits seigneurs locaux puis s’assura de l’accord des princes voisins. Le plus difficile à convaincre fut le comte de Bar qui accepta à condition d’être associé à la construction et de pouvoir utiliser la forteresse pour ses propres besoins. En contrepartie, il s’engagea à intervenir si la place était assiégée ou menacée. En 1178, l’empereur Frédéric Ier Barberousse donna son accord à l’entreprise et y ajouta le droit d’ouvrir un atelier monétaire. Le prélat promulgua une charte de franchise vers 1178 (Collin, 2004), confirmée à plusieurs reprises, avec pour but d’attirer une nouvelle population.

6La formule in ipso castro désignait la nouvelle fondation dotée d’une enceinte qualifiée tantôt de muri castri tantôt de muri burcorum dont l’entretien et la garde incombaient à frais communs aux bourgeois et à l’évêque vers 1178. Les monnaies émises par l’évêque représentent une porte flanquée de deux tours crénelées ou bien une tour à deux niveaux avec l’inscription Novicastri, preuve supplémentaire de l’existence de la fortification (Flon, 2002 : vol. 1, 245-246).

7En 1184, l’évêque fonda une collégiale avec un cimetière autour de la chapelle Saint-Eucaire. Il en subsiste une belle église caractéristique du premier âge gothique lorrain (Burnand, 1990 : 27-30). Les chanoines résidaient dans des maisons individuelles toutes proches.

1.3.3. La résidence épiscopale

8L’évêque fit construire une demeure fortifiée qualifiée turre predicti castro en 1177-1178 et “d’hostel” en 1337 placée sous l’autorité d’un châtelain. Placée dans la partie nord, elle verrouille efficacement l’isthme. Les occupants pouvaient utiliser la collégiale comme chapelle castrale et se faire inhumer à côté, comme les chanoines. Les archives de l’évêque y furent déposées.

  • 217 AD MM 5F29.

9La région eut à souffrir des affrontements entre le comte de Bar et le duc de Lorraine au xive siècle. Entre 1330 et 1332, la ville fut occupée alternativement par une armée puis l’autre et les fortifications furent mises à rude épreuve. Finalement, l’évêque parvint à racheter les droits que le comte de Bar détenait sur l’utilisation de la forteresse depuis les origines. Le souci de conserver cette liberté retrouvée et les incertitudes du moment poussèrent les évêques à reconstruire l’enceinte vers 1350217 qui joua son rôle quand la région connut les passages des Grandes Compagnies à partir de 1360.

10L’histoire de Liverdun ne connut plus de véritables menaces jusqu’en 1467. À cette époque, l’évêque Antoine de Neufchâtel laissa Liverdun et ses autres places fortes à ses frères en guerre contre le duc de Lorraine à propos d’Épinal. L’armée lorraine, bien équipée en artillerie, assiégea Liverdun pendant douze jours, s’en empara et incendia la ville et le château puis endommagea les fortifications.

Fig. 74. Liverdun. Proposition de tracé des enceintes sur fond de plan cadastral actuel par G. Giuliato/Université Nancy 2, échelle 1/5 000. 1. Tour de la résidence épiscopale ; 2. Porte Haute ; 3. Tours de l’enceinte urbaine ; 4. Structure circulaire ; 5. Porte en Mi ; 6. Porte Basse ; 7 Hôpital. DAO : H. Duval/INRAP.

11Au milieu du xvie siècle, l’évêché passa sous le contrôle des Français et des fortifications furent aménagées. Liverdun devint une position surveillant les possessions lorraines. Elle fut épargnée par les ravages de la Guerre de Trente Ans mais perdit son rôle militaire quand Nancy fut occupée en 1634.

2. LES TRAVAUX RÉCENTS

12Un relevé topographique (fig. 75) de l’ensemble du site réalisé en 2001, des relevés architecturaux en 2005 et une intervention archéologique portant sur une partie de la porte Haute en 1993 ont contribué à enrichir la documentation.

Fig. 75. Liverdun. Micro-topographie et tracé supposé des enceintes, échelle 1/3 000, par G. Giuliato/Université Nancy 2 et Cl. Voignier. A. Fossé ; B. Résidence épiscopale ; C. Ville haute ; D. Bourg primitif ; E. Carrières xixe siècle. DAO : H. Duval et É. Rouger/INRAP.

2.1. Relevés topographiques et architecturaux (G. G.)

2.1.1. La résidence épiscopale

13Elle occupe une position de barrage en verrouillant la racine de l’éperon et contrôle la porte Haute vers le plateau. Ruinée au xve siècle, elle ne fut pas reconstruite mais ses limites restent visibles. Au nord, elle correspond à la courtine et à une tour circulaire. Il convient de compléter ces observations par l’analyse des murs en élévation qui dessinent une tour trapézoïdale. Le mur nord (long. 8,50 m ; ép. 2 m ; haut. 4 m) et le mur ouest (long. 150 m ; ép. 1 m) présentent un parement un moyen appareil régulier. La face intérieure se compose d’une première partie maçonnée grossièrement sur 1,60 m de haut correspondant à un niveau peut-être remblayé à l’origine. Le mortier qui compose cette maçonnerie comporte de nombreuses inclusions de charbon de bois.

14La résidence étendait son emprise sur une surface longue de 75 m et large de 20 à 40 m. Sa limite avec la ville, côté sud, reste sujette à discussion, tandis que le côté ouest correspond à un mur haut de 4 m reconstruit récemment. Heureusement, le côté, construit en bordure de talus, est en partie visible et en partie masqué par les éboulis. En son milieu, il s’appuie sur une tour circulaire (diamètre 9 m) dont la base présente un moyen appareil soigneusement assisé identique à celui de la courtine et de la tour nord. Il n’a pas été possible d’identifier la structure circulaire repérée en prospection au milieu du terrain. Une prospection géophysique permettrait certainement de comprendre le plan de cet ensemble.

2.1.2. L’enceinte de la ville haute

15Les équipements collectifs de ce secteur comprenaient, outre la collégiale, un hôpital fondé en 1422, un four banal et des halles. Les maisons, incendiées en 1467, ne présentent plus d’éléments médiévaux mais un ensemble très homogène de maisons reconstruites au xvie siècle témoigne d’une population de vignerons, de chanoines et d’agents au service de l’administration épiscopale.

16Les vestiges de l’enceinte dont le périmètre atteignait 1 065 m sont conservés inégalement selon les secteurs.

17La partie ouest, longue de 350 m environ surplombant la falaise, offre un tracé irrégulier où le mur disparaît au profit de l’arrière des maisons. La courtine prend appui contre la tour rectangulaire (5,50 x 5 m) de la porte Haute construite au début du xviie siècle. La section sud, rectiligne et longue de 310 m, se compose d’une courtine de 1,20 m flanquée de plusieurs tours.

  • 218 Cf. infra notice de R. Elter sur la porte Haute, M4 et M5.

18L’angle sud-ouest présente une tour demi-circulaire de 8 m de diamètre. Lors de sa restauration en 2002, on a pu observer une archère à étrier bouchée et de petites ouvertures circulaires pour mousquet comme celles de la tour de la porte Haute218, percées dans un mur non appareillé.

19La tour suivante, construite sur la terrasse inférieure, est un ouvrage de 9,50 m de diamètre. La partie inférieure présente une maçonnerie de revêtement en moyen appareil réglé conservée sur une hauteur de 6 m. Son profil se caractérise par un empattement dont la transition avec le reste de l’élévation est marquée par une retraite talutée aménagée sur quatre assises. Des postes de tir y étaient aménagés comme le rappellent les deux archères à étrier triangulaire encore visibles (fig. 76). Leurs caractères techniques conduisent à dater la construction du xive siècle comme sur l’enceinte du bourg de Mousson.

20Les parties supérieures des tours sont construites en moellons équarris et crépis, percés de trous à mousquet. Comme la courtine, elles ont été englobées dans le château de style troubadour édifié par Eugène Corbin au début du xxe siècle.

21L’enceinte était percée par la porte en Mi dont il ne reste qu’un montant droit depuis sa destruction et celle d’une autre tour en 1888 au profit d’une école. Les trois tours suivantes ont des diamètres identiques (8 m) et une partie inférieure appareillée mais les parties supérieures ont disparu ou sont trop modifiées pour fournir des éléments de datation.

22La partie est de l’enceinte, longue d’environ 370 m, vient rejoindre celle de la résidence épiscopale et se prolonge vers l’ouest sur environ 35 m. La tour intermédiaire (diamètre 8 m), très amoindrie, présente une base appareillée identique à celle de la tour nord (diamètre 9 m), bien conservée sur 6 m de haut.

2.1.3. L’enceinte de la ville basse

23La courtine n’a pas laissé de traces bien visibles en raison des bouleversements survenus depuis le milieu du xixe siècle. À l’ouest, la poterne menant vers le moulin existe toujours. À l’est, ne subsiste qu’une tour demi-circulaire ouverte à la gorge (diamètre 4 m), aux murs de 1 m construits en moellons équarris liés à la chaux. Elle traduit une construction tardive faite sans grands moyens. En tenant compte de l’architecture de la porte Basse dessinée en 1843, on peut dater l’enceinte du xve siècle.

Fig. 76. Liverdun. Tour Corbin. Profil de la tour et archères, échelles 1/50 et 1/20. DAO : I. Ferraresso/Université Nancy 2.

2.2. La porte Haute (R. E.)

2.2.1. Présentation du site et de l’ensemble architectural

2.2.1.1. Circonstances de l’intervention

24Les travaux de restauration et de mise en valeur dirigés par Thierry Algrin, architecte en chef des Monuments Historiques, sur l’ensemble architectural de la porte Haute ont impliqué une surveillance archéologique de travaux. L’intervention, réalisée pendant six semaines, entre les mois de décembre 1992 et janvier 1993 par l’AFAN avait pour objectif d’accompagner les excavations menées à l’intérieur de la tour et les éventuelles modifications des structures bâties et sols environnant le projet (Elter, 1993).

2.2.1.2. Localisation

25Le site se développe au nord-ouest de la ville haute et barre l’éperon naturel. Les vestiges du système fortifié et de la porterie dominent d’une cinquantaine de mètres, à flanc de coteau, la Moselle et le lieu-dit “Les Vannes”. Ils marquent l’angle nord-ouest de la partie encore visible de l’enceinte urbaine (fig. 74 et 75).

2.2.1.3. Type de vestiges observés

26Seule la partie est du système de défense de la porterie a été observée (fig. 74). La tour circulaire (fig. 77), la fausse-braie et la courtine sont donc les sujets de cette étude.

Fig. 77. Liverdun. Porte Haute. Tour pendant les travaux de restauration, vue de l’est. Cliché : R. Elter/INRAP.

  • 219 Cf. infra notice de G. Giuliato relative aux relevés topographiques de la résidence épiscopale.

27En marge de l’intervention, une tour de plan trapézoïdal, pouvant appartenir à la résidence épiscopale219, a été partiellement relevée en plan (bâtiment B). Elle se situe dans l’angle nord-est de l’enceinte, à moins d’une dizaine de mètres de la tour circulaire.

2.2.1.4. Superficie et/ou longueur observées

28L’emprise du chantier est équivalente à une longueur d’environ 25 m sur une largeur comprise entre une dizaine de mètres au droit de la tour, à quelques mètres à l’extrémité orientale de la fausse-braie.

2.2.1.5. État de conservation des vestiges

29Avant l’intervention de restauration et mise en valeur, la tour était ouverte sur plus d’un tiers de sa circonférence, du côté du corps de place. Elle servait de remise et de hangar. La fausse-braie en partie éventrée au droit de la tour était totalement noyée sous le lierre et les ronces. La courtine en partie enfouie et confondue avec la maçonnerie du mur nord du bâtiment B était également recouverte par une végétation luxuriante. À l’intérieur du bâtiment B, un appentis avait été aménagé. En fort mauvais état, il n’en finissait pas de s’y écrouler.

30Depuis la campagne de travaux menés par les Monuments Historiques, l’ensemble architectural a été pris en charge par les services municipaux de la ville de Liverdun. La tour est fermée et sert de salle de réception. Cependant, le bâtiment B est resté dans l’état de délabrement observé lors de l’intervention archéologique de 1992-1993. Au-delà des limites du chantier, l’enceinte formée de courtines et de tours circulaires est largement encore en élévation. Elle limite de nombreux jardins sur le front est de la ville.

2.2.1.6. Nombre de phases identifiées

31L’intervention de surveillance archéologique a révélé quatre phases d’évolution pour cette partie du système défensif de l’entrée nord de la ville haute de Liverdun (phases A à D).

2.2.2. Présentation des vestiges par phases chronologiques

2.2.2.1. Phase A

- La courtine nord

32D’une orientation est-ouest, la courtine nord barre l’éperon naturel et le ferme dans sa partie septentrionale (fig. 75). À l’ouest, du côté de la Moselle, l’angle qu’elle formait avec la courtine ouest a disparu (fig. 78). Cet angle est cependant lisible sous la forme d’une empreinte en négatif. En effet, l’ouvrage a été moulé par le remplissage de la tour construite durant la phase B (fig. 79). Quelques blocs encore en place renforcent le marquage de cette empreinte. À l’extrémité est, la courtine se dirige vers le sud et se poursuit au-delà de la zone étudiée, limitant ainsi la ville sur son pourtour oriental. Posée à même le banc rocheux, la construction a été adaptée au relief du site. La fondation, épaisse de 2,80 m, est constituée d’une maçonnerie peu soignée de moellons et blocs calcaires assemblés au mortier de chaux. L’élévation, de 2,40 m d’épaisseur, est d’aplomb. L’élévation de la courtine nord est conservée sur moins d’un mètre de hauteur dans l’emprise du chantier. Au-delà de cette limite, à l’est, elle se confond avec le mur nord du bâtiment B (fig. 78). Là, elle atteint plus de 4 m de hauteur. Sa maçonnerie est constituée d’un parement en moyen appareil réglé, soigné, et d’une fourrure en moellons liés au mortier de chaux comportant de nombreux charbons de bois. Les pierres calcaires assemblées au mortier de chaux présentent un jointoiement plein (fig. 80).

Fig. 78. Liverdun. Porte Haute. Phase A, échelle 1/200. Relevé : R. Elter ; DAO : H. Duval et S. Siafi/INRAP.

Fig. 79. Liverdun. Porte Haute. Empreinte de l’angle de la courtine (phase A, pointillé) dans la tour (phase B, trait plein), vue verticale. Cliché : R. Elter/INRAP.

Fig. 80. Liverdun. Porte Haute. Courtine à gauche (phase A) et tour en arrière-plan (phase B), vue du sud. Cliché : R. Elter/INRAP.

- Le fossé

33Un fossé linéaire d’une vingtaine de mètres de largeur, vraisemblablement utilisé encore dans les phases suivantes, a été aménagé au pied de la courtine à même le rocher. Peu profond, il était sec. Il bordait et marquait cette partie de l’enceinte (fig. 75).

- Le mur A

34Situé à l’est du système de porterie moderne, le mur A forme un angle de 74o avec la courtine nord. Au sud de cette dernière, les maçonneries de la courtine nord, du mur A et du bâtiment B sont chaînées et leur appareil et matériaux identiques (fig. 78). Le mur A forme la limite ouest du bâtiment B.

- Les indices de datation
  • 220 Datations 14 C réalisées en 2007 par le Centrum voor Isotopen Onderzoek de Groningue (Pays-Bas). Ré (...)

35L’analyse radiocarbone de deux échantillons de charbons de bois prélevés en 2006 dans le mur A (fig. 78) permet de proposer une date de construction comprise entre juste avant le milieu du xie siècle et le tout début du xiiie siècle220. C’est le seul indice de datation absolue pour cette phase, aucun mobilier archéologique n’ayant été prélevé lors de l’investigation. Compte tenu de cette donnée, l’observation de bâtiments présentant les mêmes caractéristiques constructives et architecturales en ville haute permet d’envisager des rapprochements chrono-typologiques. Dans le cas de Liverdun, la collégiale Saint-Euchaire (fig. 75) semblerait convenir. Les blocs constituant les maçonneries de l’édifice sont semblables, dans leur module et leur architectonique, à ceux de la courtine. La collégiale, contemporaine de l’épiscopat de Pierre de Brixey à la fin du xiie siècle, semble un bon élément référent de datation.

2.2.2.2. Phase B

- La courtine nord

36Pendant cette phase, la courtine nord garde sans aucun doute sa physionomie précédente. Elle est cependant flanquée d’une tour circulaire installée dans l’angle formé avec la courtine ouest.

- La tour

37La tour domine la vallée de la Moselle et contrôle une éventuelle entrée nord aujourd’hui remplacée par l’ensemble de la porterie moderne (fig. 81). L’ouvrage a été adapté au terrain. Sa maçonnerie est posée sur et devant le rocher formant ponctuellement une sorte de chemisage du relief naturel. Elle n’est pas liée à celle des courtines. Cet artifice, déjà préconisé pendant l’Antiquité (Vitruve), assure la pérennité des courtines en cas d’effondrement d’une tour lors d’un siège ou suite à un glissement naturel du rocher. Cependant, l’appareil et le matériau utilisé pour sa construction sont similaires à ceux des courtines. Le profil général de la tour est d’aplomb mais présente une retraite talutée de 15 cm qui marque un changement de nu entre le soubassement et l’élévation. La retraite talutée est réalisée d’un lit de blocs dont les faces apparentes sont obliques (fig. 82). Ainsi, le diamètre passe de 7,60 m pour la fondation à 7,30 m pour l’élévation. L’épaisseur des parois du soubassement, adaptée au relief rocheux, varie entre 60 m et 80 cm. La tour, aujourd’hui uniquement conservée au droit des courtines nord et ouest sur quelques mètres de longueur, a été fortement arasée lors d’une destruction de nature indéterminée.

- Les indices de datation
  • 221 Cf. infra notice sur la résidence épiscopale.

38Les critères morphologiques de la tour, hérités de l’architecture philippienne (plan circulaire, empattement et retraite talutée), permettent de situer sa construction de façon large au xive-xve siècle, postérieurement à la courtine datée par radiocarbone et à laquelle elle n’est pas chaînée. La construction de cette tour pourrait être mise en relation avec la reconstruction du système défensif de Liverdun qui interviendrait, selon l’historiographie locale221, vers 1350. Sa disparition pourrait, quant à elle, intervenir à la suite du siège de 1467.

2.2.2.3. Phase C

- La fausse-braie

39Surplombant le fossé, la fausse-braie a été installée à 2,20 m en avant de la courtine nord, à même le massif rocheux. L’orientation de son tracé est similaire à celle de la courtine (fig. 83). Elle est structurée par un mur de soutènement côté fossé et un terre-plein appelé remparement le long de la courtine. L’appareil du mur est grossier, voire médiocre par endroits, constitué de moellons, tuiles, briques assemblés au mortier de chaux. Élevée d’aplomb, son épaisseur moyenne est de 55 cm. Le remparement est composé de matériaux hétérogènes dits “de tout venant”, c’est-à-dire des débris de pierre noyés dans une matrice terreuse. Son épaisseur est de 2,20 m. La fausse-braie est conservée sur une hauteur de 3 m du côté du fossé et de 1 m du côté du corps de place. Cette différence de hauteur est en partie due au chemisage du rocher à l’extérieur du côté du fossé.

40

Fig. 81. Liverdun. Porte Haute. Phases A et B, échelle 1/200. Relevé : R. Elter ; DAO : H. Duval et S. Siafi/INRAP.

Fig. 81. Liverdun. Porte Haute. Phases A et B, échelle 1/200. Relevé : R. Elter ; DAO : H. Duval et S. Siafi/INRAP.

Fig. 82. Liverdun. Porte Haute. Appareil de la tour (phase B) et profil de la retraite talutée (pointillé), vue du sud. Cliché : R. Elter/INRAP.

- La tour

41Installée dans le prolongement de la fausse-braie, une nouvelle tour a été reconstruite à l’emplacement de la tour de la phase B. Posée sur le rocher, son installation a entraîné l’excavation et l’ajustement du remplissage de l’ouvrage initial (phase B). Cette tour se raccroche à la porte d’entrée nord de la ville. À l’est, la paroi est partiellement posée sur les vestiges de la tour de la phase précédente (phase B). Elle ne couvre cependant pas la totalité du périmètre de la première construction (fig. 83-84). À l’ouest, la paroi s’interrompt au droit du mur B (phase D).

  • 222 Cette baie, d’aménagement tardif, est contemporaine de l’utilisation de la tour comme appentis aux (...)

42Cette tour reconstruite est de même nature que le mur de soutènement de la fausse-braie. L’épaisseur et l’appareil sont similaires. Son diamètre extérieur est de 7,50 m. Elle a une élévation moyenne extérieure de 10 m du côté du fossé (y compris le rocher) et intérieure conservée de 3,50 m. Cependant, la hauteur totale de l’ouvrage n’est pas connue. En partie inférieure, le chemisage du rocher prend l’aspect d’un empattement taluté. Plusieurs fenêtres de tir et une porte d’accès au portail plus tardive (phase D) ont été aménagées dans sa maçonnerie. Le parement extérieur est marqué par l’introduction ponctuelle d’un boulet en pierre évoquant le bossage en miche. Le parement est localement perturbé par des restaurations plus tardives. Une grande baie quadrangulaire vraisemblablement tardive perce la paroi du côté du fossé222.

Fig. 83. Liverdun. Porte Haute. Phase C, échelle 1/200. Relevé : R. Elter ; DAO : H. Duval et S. Siafi/INRAP

- Les meurtrières

43Le suivi de travaux de cette partie de l’ensemble architectural a révélé quatre meurtrières contemporaines de cette phase. Elles sont réparties sur deux niveaux. Les meurtrières M2 et M3 ont été installées au premier niveau – niveau bas – et la meurtrière M7 au second – niveau supérieur. Le sol du niveau bas n’a pas été révélé par la fouille. Il a vraisemblablement disparu lors de la phase suivante, voire dans une période plus proche de nous. Le plancher du niveau supérieur est encore inscrit dans l’appareil intérieur de l’élévation de la tour par les arrachements de sa poutraison.

  • 223 Les hauteurs des allèges sont de 1 m pour M2 et 1,50 m pour M3.

44Les meurtrières du premier niveau (M2 et M3). La meurtrière M2 (fig. 85) couvre le fossé au nord tandis que la meurtrière M3 (fig. 86) flanque la fausse-braie en enfilade. Ces meurtrières sont spécifiquement conçues pour des armes à feu épaulées, de type mousquet à silex, comme l’indiquent leur faible ébrasement et la hauteur des allèges223. La mise en œuvre de pierres dressées de chant pour constituer les joues et la recherche empirique d’un plan de feu suggère pour ces deux meurtrières une construction vernaculaire.

Fig. 84. Liverdun. Porte Haute. Tour - phase B (en bas, retraite talutée en pointillé) et phase C (en haut), vue du sud-est. Cliché : R. Elter/INRAP.

  • 224 Ce type de fenêtre est également visible en Lorraine à Vry (Moselle) et au château de Louppy-sur-Lo (...)

45La meurtrière du deuxième niveau (M7). La meurtrière M7 (fig. 87) couvre le fossé plus à l’ouest que la meurtrière M2. C’est une ouverture de tir pour arme à feu, à embrasure à trémie rectangulaire. En usage à partir des Guerres de Religion224, l’ouverture très évasée permet d’accroître le champ de tir et d’éviter le coup dit “d’embrasure” par ricochet dans les joues. À l’origine, elle était constituée de deux blocs, l’un inférieur et l’autre supérieur. Ce dernier a disparu lors de l’arasement du sommet de la tour.

Fig. 85. Liverdun. Porte Haute. Meurtrière M2, phase C, échelle 1/20. Relevé : R. Elter ; DAO : H. Duval et S. Siafi/INRAP.

Fig. 86. Liverdun. Porte Haute. Meurtrière M3, phase C, échelle 1/20. Relevé : R. Elter ; DAO : H. Duval et S. Siafi/INRAP.

Fig. 87. Liverdun. Porte Haute. Meurtrières M7 et E1, phase C, échelle 1/20. Relevé : R. Elter ; DAO : H. Duval et S. Siafi/INRAP.

- Les indices de datation
  • 225 Nous remercions Nicolas Faucherre, professeur à l’Université de Nantes, pour l’aide qu’il a apporté (...)
  • 226 Fenêtres éventuelles du début du xvie siècle.

46De type vernaculaire, l’appareil et la structure de la tour n’ont aucune prétention à arrêter un siège, tout au plus à limiter les incursions ou les coups de main de bandes organisées225. Il est vraisemblable que cette partie de l’enceinte a été reconstruite dans le courant de la première moitié du xvie siècle sans véritable projet défini. Les différentes meurtrières le montrent. Elles ont presque toutes été aménagées pour une arme bien spécifique dont les datations s’étalent du milieu du xvie siècle au premier tiers du xviie siècle (phase D). De plus, l’appareil de médiocre qualité architecturale, facilement transformable et perturbé par plusieurs restaurations et consolidations, n’a pas gardé la trace de l’emplacement d’éventuelles fenêtres de tir plus anciennes226. S’il n’est pas faux d’attacher la phase C au xvie siècle, la limite avec la phase suivante est quasiment inexistante comme le prouve la typologie des meurtrières et des armes : il y a continuité et chevauchement pour ces deux phases (C et D). Les fenêtres de tir M2 et M3 en sont de bons exemples.

2.2.2.4. Phase D

- Le mur B

47Le mur B ferme la tour sur une partie de sa gorge, au sud et partiellement à l’est (fig. 88). À la jonction avec l’appareil de la tour (phase C), la rupture entre la maçonnerie des deux états est très nette. Le tracé du parement intérieur du mur est courbe sur moins de 2 m de longueur au droit des vestiges du premier état de la tour (phase B) puis linéaire sur 4 m de longueur en suivant une direction ouest-est. Il se dirige ensuite vers le nord en s’appuyant sur le premier état de la courtine (phase A). La maçonnerie est constituée d’un appareil grossier de petits moellons hétéroclites (pierres, briques, tuiles) assemblés au mortier de chaux. Un enduit à la chaux recouvrait la maçonnerie. Un âtre de cheminée limité par deux jambages était encore en place, ainsi que des niches et des arrachements de poutres. Ce dernier état est sans doute contemporain de la construction du portail à pont-levis à flèches, durant le premier tiers du xviie siècle.

  • 227 Le linteau a été déposé chez M. François Boura de Liverdun.

48Le parement extérieur du mur, du côté de la ville haute, révèle la construction d’un bâtiment plus tardif accroché à la tour. Il est percé d’une porte bouchée couverte d’un linteau en bois. Ce dernier, à arc segmentaire délardé, était retourné227. Cette forme, caractéristique du xviiie siècle dans la région, donne un terminus post quem pour la construction du bâtiment accolé à la tour.

  • 228 Ce dispositif à escaliers impose le ricochet dans les joues.

49Dans le bouchage de la porte a été mis en évidence un bloc appelé E1 (fig. 87) provenant d’une meurtrière récupérée lors de l’arasement supérieur de la tour. Il s’agit d’un bloc dans lequel a été aménagé un demi-orifice de tir ovalaire à trémie228 s’évasant vers l’extérieur. La situation du bloc dans la composition de la meurtrière était en position supérieure à l’origine. La datation est contemporaine de la meurtrière M7, c’est-à-dire le dernier quart du xvie siècle, donc de la période C. Ce réemploi comme élément de bouchage montre que l’arasement de la tour s’est fait tardivement. Du fait de son arasement, il n’est pas possible de déterminer la nature et la forme d’origine de la partie supérieure de la tour, ni de sa couverture.

Fig. 88. Liverdun. Porte Haute. Phase D, échelle 1/200. Relevé : R. Elter ; DAO : H. Duval et S. Siafi/INRAP.

Fig. 89. Liverdun. Porte Haute. Meurtrière M1, phase D, échelle 1/20. Relevé : R. Elter ; DAO : H. Duval et S. Siafi/INRAP.

Fig. 90. Liverdun. Porte Haute. Meurtrières M4, M5 et M6, phase D, échelle 1/20. Relevé : R. Elter ; DAO : H. Duval et S. Siafi/INRAP.

- Les meurtrières

50À l’identique de la phase précédente, les meurtrières au nombre de quatre sont réparties sur deux niveaux. La meurtrière M1 au premier niveau complète le système défensif des meurtrières M2 et M3. Au deuxième niveau, à l’étage, la puissance de feu des armes de la phase précédente a été complétée par les meurtrières M4, M5 et M6.

  • 229 Physionomie et aménagement de la niche.

51La meurtrière du premier niveau (M1). Il s’agit d’une fente de tir à plongée et à niche avec une allège de 0,55 m de hauteur (fig. 89). Elle est installée dans l’angle rentrant formé par la tour et la porterie. Le biaisement de son ébrasement gauche permet de flanquer la porte Haute et de battre le fossé en même temps. La physionomie de cette meurtrière indique également l’emploi d’une arme épaulée pour gaucher229 permettant un tir en négatif. Comme précédemment dans le cas de M2 et M3 il s’agit d’une arme de type mousquet à silex.

52Les meurtrières du deuxième niveau (M4, M5 et M6). Les deux orifices de tir M4 et M5 (fig. 90) appelés également “trous de serrure” ou “canardières” sont spécifiquement conçus pour des armes à feu de petit calibre. Ils percent la paroi de la tour à l’ouest vers l’intérieur de la ville haute. Ils offrent une visée aléatoire et restent très discrets. La meurtrière M4 est constituée de deux blocs superposés et entaillés par un demi-cylindre, tandis que la meurtrière M5 est formée de cinq blocs. Dans ce dernier cas, le bloc inférieur est entaillé et forme la tablette d’appui pour le tir. Ces meurtrières connues pendant les Guerres de Religion sont spécifiques de la fin du xvie siècle au début du xviie siècle.

53La fenêtre de tir M6, à plongée, a les mêmes caractéristiques que la meurtrière M1 (fig. 90). Elle n’est cependant pas équipée d’une niche. Installée à l’aplomb de M1, elle flanque également le système de porterie vers l’extérieur de la ville haute.

- Les indices de datation

54Pendant cette période, le renforcement de la défense par l’intégration de nouvelles meurtrières a essentiellement été mené au droit de la porterie après sa modernisation par l’installation d’un portail à pont-levis à flèche. L’emploi de mousquets épaulés permet le tir en négatif, sous l’horizontalité. Cette arme se généralise après 1630. Elle permet de battre le fossé le long de la porte. La phase D peut donc être considérée comme contemporaine de la Guerre de Trente ans et du renforcement de la place pendant cette période.

  • 230 Aucune trace d’accroche pour ce type d’arme n’a cependant été conservée.

55Pour conclure sur les phases C et D, nous sommes en présence d’une construction modernisée mais restant cependant vernaculaire. L’hétérogénéité des meurtrières créées en fonction de l’armement disponible ne fait pas référence à des modèles mais à une recherche du plan de feu maximum, l’armement employé étant autant des armes modernes à silex que, sans aucun doute, des haquebutes à croc et à mèche plus anciennes230. Ces deux phases successives (C et D) montrent donc un ensemble sommaire sans prétention de résister à un siège. La multiplicité des types de meurtrières et d’armes, le caractère médiocre des maçonneries de la tour et de la fausse-braie montées à la hâte révèlent un contexte bien ancré dans les périodes incertaines et conflictuelles des Guerres de Religion et de Trente ans. Cette multiplicité des formes, ajouts et transformations se révèle architecturalement dans l’élévation d’une tour carrée construite à l’ouest de la porterie, dans l’angle nord-ouest de l’enceinte face à la tour circulaire. Cependant, les meurtrières qui y sont installées sont du xvie siècle. Là encore il peut s’agir d’une réponse a un armement de fortune, obsolète, mais faisant partie de l’arsenal alors existant à Liverdun. La tour est sûrement plus tardive d’une trentaine d’années et contemporaine de la modernisation du portail. Faute de documents d’archives, le débat reste ouvert.

Conclusion (G. G.)

56Au terme de cette enquête, on constate que les courtines de la ville haute ne présentent pas de caractères architecturaux susceptibles de fournir une datation précise. La tour trapézoïdale au nord et l’enceinte attenante ont pu être datées par la méthode radiocarbone entre juste avant le milieu du xie siècle et le tout début du xiiie siècle. À l’inverse, les tours circulaires présentent une partie basse soigneusement appareillée datable du xive siècle en raison de leurs archères. Les parties supérieures construites en simples moellons peuvent être datées de la même période même si elles furent repercées de petites ouvertures de tir pour armes à feu au xvie siècle. L’enceinte de la ville basse construite avec moins de moyens financiers et vraisemblablement avec les seules ressources villageoises se situe dans la même fourchette chronologique.

Notes

217 AD MM 5F29.

218 Cf. infra notice de R. Elter sur la porte Haute, M4 et M5.

219 Cf. infra notice de G. Giuliato relative aux relevés topographiques de la résidence épiscopale.

220 Datations 14 C réalisées en 2007 par le Centrum voor Isotopen Onderzoek de Groningue (Pays-Bas). Réf. GrA-33926 Liverdun porte Haute 2 : 905 ± 30 BP et GrA-33929 Liverdun porte Haute 3 : 890 ± 30 BP. Après calibration avec Calib 5.0.2., à 95,4 % de probabilité, le premier échantillon est daté entre 1039 et 1208 ap. J.-C., le second dans l’un des intervalles suivants, 1042-1107 ou 1117-1216. Pour les deux échantillons, on note des pics de probabilité autour de 1060-1075, 1130, 1160 et, dans une moindre mesure, 1205. La mesure portant sur des charbons de bois, la datation doit être considérée comme un terminus post quem.

221 Cf. infra notice sur la résidence épiscopale.

222 Cette baie, d’aménagement tardif, est contemporaine de l’utilisation de la tour comme appentis aux xixe-xxe siècles. Elle a été bouchée lors de l’intervention de restauration menée par les Monuments Historiques.

223 Les hauteurs des allèges sont de 1 m pour M2 et 1,50 m pour M3.

224 Ce type de fenêtre est également visible en Lorraine à Vry (Moselle) et au château de Louppy-sur-Loison (Meuse).

225 Nous remercions Nicolas Faucherre, professeur à l’Université de Nantes, pour l’aide qu’il a apportée à la datation de l’ensemble des meurtrières de cet article.

226 Fenêtres éventuelles du début du xvie siècle.

227 Le linteau a été déposé chez M. François Boura de Liverdun.

228 Ce dispositif à escaliers impose le ricochet dans les joues.

229 Physionomie et aménagement de la niche.

230 Aucune trace d’accroche pour ce type d’arme n’a cependant été conservée.

Table des illustrations

Légende Fig. 73. Liverdun. Contexte géographique, échelle 1/25 000. DAO : H. Duval et É. Rouger/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12745/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Fig. 74. Liverdun. Proposition de tracé des enceintes sur fond de plan cadastral actuel par G. Giuliato/Université Nancy 2, échelle 1/5 000. 1. Tour de la résidence épiscopale ; 2. Porte Haute ; 3. Tours de l’enceinte urbaine ; 4. Structure circulaire ; 5. Porte en Mi ; 6. Porte Basse ; 7 Hôpital. DAO : H. Duval/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12745/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 75. Liverdun. Micro-topographie et tracé supposé des enceintes, échelle 1/3 000, par G. Giuliato/Université Nancy 2 et Cl. Voignier. A. Fossé ; B. Résidence épiscopale ; C. Ville haute ; D. Bourg primitif ; E. Carrières xixe siècle. DAO : H. Duval et É. Rouger/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12745/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Légende Fig. 76. Liverdun. Tour Corbin. Profil de la tour et archères, échelles 1/50 et 1/20. DAO : I. Ferraresso/Université Nancy 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12745/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 77. Liverdun. Porte Haute. Tour pendant les travaux de restauration, vue de l’est. Cliché : R. Elter/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12745/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Fig. 78. Liverdun. Porte Haute. Phase A, échelle 1/200. Relevé : R. Elter ; DAO : H. Duval et S. Siafi/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12745/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 79. Liverdun. Porte Haute. Empreinte de l’angle de la courtine (phase A, pointillé) dans la tour (phase B, trait plein), vue verticale. Cliché : R. Elter/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12745/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 80. Liverdun. Porte Haute. Courtine à gauche (phase A) et tour en arrière-plan (phase B), vue du sud. Cliché : R. Elter/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12745/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12745/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 81. Liverdun. Porte Haute. Phases A et B, échelle 1/200. Relevé : R. Elter ; DAO : H. Duval et S. Siafi/INRAP.
Légende Fig. 82. Liverdun. Porte Haute. Appareil de la tour (phase B) et profil de la retraite talutée (pointillé), vue du sud. Cliché : R. Elter/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12745/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 83. Liverdun. Porte Haute. Phase C, échelle 1/200. Relevé : R. Elter ; DAO : H. Duval et S. Siafi/INRAP
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12745/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 84. Liverdun. Porte Haute. Tour - phase B (en bas, retraite talutée en pointillé) et phase C (en haut), vue du sud-est. Cliché : R. Elter/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12745/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 85. Liverdun. Porte Haute. Meurtrière M2, phase C, échelle 1/20. Relevé : R. Elter ; DAO : H. Duval et S. Siafi/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12745/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 86. Liverdun. Porte Haute. Meurtrière M3, phase C, échelle 1/20. Relevé : R. Elter ; DAO : H. Duval et S. Siafi/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12745/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 87. Liverdun. Porte Haute. Meurtrières M7 et E1, phase C, échelle 1/20. Relevé : R. Elter ; DAO : H. Duval et S. Siafi/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12745/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 88. Liverdun. Porte Haute. Phase D, échelle 1/200. Relevé : R. Elter ; DAO : H. Duval et S. Siafi/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12745/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 89. Liverdun. Porte Haute. Meurtrière M1, phase D, échelle 1/20. Relevé : R. Elter ; DAO : H. Duval et S. Siafi/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12745/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 90. Liverdun. Porte Haute. Meurtrières M4, M5 et M6, phase D, échelle 1/20. Relevé : R. Elter ; DAO : H. Duval et S. Siafi/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12745/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 102k

© ARTEHIS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search