Version classiqueVersion mobile

Archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace (XIIe-XVe siècle)

 | 
Yves Henigfeld
, 
Amaury Masquilier

Études monographiques

Kaysersberg (Haut-Rhin)

Jacky Koch et Francis Lichtlé

Texte intégral

1. PRÉSENTATION GÉNÉRALE ET ÉTAT DE LA RECHERCHE (J. K., F. L.)

1.1. Contexte géographique et géologique

1La ville de Kaysersberg est établie au débouché de la vallée de la Weiss dans la plaine d’Alsace (fig. 66). Cette entité fortifiée, dont le plan a adopté au cours des siècles la forme du méandre de la rivière, est dominée au nord par une imposante forteresse médiévale dotée d’une basse-cour qui s’enfonce légèrement dans le périmètre fortifié de l’enceinte urbaine. La ville est située à l’emplacement d’une route ancienne (peut-être antique) qui remontait le cours de la Weiss pour aboutir, par le col du Bonhomme, sur le versant lorrain, principalement en direction de Saint-Dié-des-Vosges. La Weiss, rivière à régime torrentiel, longe la limite méridionale de la ville, mais son lit initial se situait plus probablement à proximité du versant nord de la vallée. Cette rivière a taillé son cours dans un substrat de migmatites dites de Kaysersberg, roche métamorphique constituée par un amalgame de granite et de grauwacke.

1.2. Historique des recherches

2L’histoire des fortifications urbaines de Kaysersberg est très lacunaire puisque aucune étude archéologique n’a été consacrée à cette question. Les divers auteurs ayant approché le sujet l’ont fait par le biais des sources écrites ou de l’iconographie, notamment des plans anciens, dans le cadre d’études sur l’histoire de la ville et de son château. Auguste Scherlen publiait en 1926, dans un ouvrage plus généralement consacré à l’histoire des localités du vignoble colmarien, un ensemble de données issues des archives de la commune concernant le château en premier chef et renseignant sur quelques détails de l’enceinte urbaine (Scherlen, 1926). Il est vrai que l’étroite imbrication physique entre les deux entités facilite un aller-retour constant dans le domaine de l’analyse des sources écrites. Un travail d’étude des tracés d’enceintes à partir de cadastres anciens a été entrepris par François-Jacques Himly (Himly, 1970 : 80) et actualisé récemment, en raison de confusions entre limites d’enceintes et fossés, par Bernhard Metz et Thomas Biller (Biller, Metz, 2001). Le fonds des archives communales conserve des devis liés aux démolitions des portes étudiées par Francis Lichtlé (Lichtlé, 1995). Ces documents détaillent le plan des ouvrages défensifs protégeant les deux accès principaux (Nieder et Untertor) de la ville à la fin du xviiie siècle. Situés sur le front extérieur de l’enceinte urbaine, ces ouvrages étaient formés de tours de plan carré complétées par des ouvrages avancés. Le champ d’investigations archéologiques relatif aux différentes entités fortifiées constitutives de la ville reste donc largement ouvert.

1.3. État des connaissances

3Kaysersberg est l’illustration d’une ville née en même temps que son château, les deux étant issus d’une même volonté politique (Biller, Metz, 2001 ; Rapp, 1993 ; Wilsdorff, 1993) (fig. 67). Aux environs de 1227, le roi Henri VI, fils de l’empereur Frédéric II de Hohenstaufen, fit l’acquisition d’une parcelle des terres des comtes de Horbourg et des sires de Ribeaupierre et Woelfelin, grand bailli d’Alsace, et se vit chargé de la construction de l’ensemble. Le terrain destiné à cette fondation avait été acquis pour 250 Marcs d’argent avec la condition expresse de ne pas créer une ville dotée de franchises. Dès 1230, il est fait mention de bourgeois et d’un prévôt représentant l’empereur. Durant tout le xiiie siècle, l’agglomération restait sous la dépendance directe de l’autorité impériale et les premières libéralités ne furent accordées qu’en 1293 par Adolphe de Nassau, successeur de Rodolphe de Habsbourg qui avait construit le château sous sa forme actuelle entre 1264 et 1268. L’existence d’une enceinte dès la fondation est attestée par le terme oppidum qui désigne la ville dans une chronique faisant également référence au château (castello). Mais sa morphologie reste méconnue, dans la mesure où aucun témoin n’est préservé. Un tracé piriforme peut toutefois être supposé à partir de l’analyse du plan cadastral napoléonien.

Fig. 66. Kaysersberg. La ville dans son contexte géographique, échelle 1/25 000. DAO : J. Koch/INRAP.

4L’extension limitée de la surface urbaine eut lieu autour de 1370, avec la construction d’un mur en forme de croissant autour du faubourg occidental. Avec le rattachement de Kaysersberg à la Décapole créée en 1354, la ville réaffirmait ses prérogatives impériales ; Charles IV séjournait précisément au château au moment de cette création. L’archéologie récente du château (cf. infra) permet de proposer la date de 1380, grâce à la dendrochronologie, pour une campagne de travaux de grande ampleur sur l’ensemble fortifié.

  • 215 Donnée inédite calculée à partir du plan à 1/5 000 (fig. 67). Le périmètre maximal de la surface en (...)

5Une dernière campagne d’édification de murs de fortifications autour de deux faubourgs de plan quadrangulaire, un occidental et un oriental, est traditionnellement datée du xve siècle. Ces extensions furent rendues possibles par l’obtention de terrains en échange de la jouissance de droits forestiers par les habitants de Kientzheim, commune limitrophe à l’est. La muraille est renforcée par une série de tours élancées de plan circulaire ou carré, placées aux angles du polygone défensif. Ce système a été complété par des boulevards extérieurs garnissant les deux fronts d’entrée et de sortie de la vallée dans les premières décennies du xvie siècle, au plus tard. À cette phase appartient le célèbre pont fortifié établi dans la partie haute d’agglomération, qui contrôlait l’entrée de la Weiss dans la ville. Il est daté de 1511 par un cartouche apposé sur l’oratoire placé au centre de l’ouvrage. Au maximum de son extension, la surface urbaine fortifiée occupait la totalité du territoire dont elle disposait, soit une superficie de 13,79 ha215.

Fig. 67. Kaysersberg. Restitution du tracé des enceintes médiévales, échelle 1/5 000. 1. État en 1227 ; 2. État fin xiiie siècle ; 3. État en 1370-1380 ; 4. État en 1500. DAO : J. Koch/INRAP

2. LES TRAVAUX RÉCENTS (J. K.)

  • 216 Concernant les études archéologiques du château, se référer à Koch, 1996d, 2002a, 2003a et b.

6À ce jour, aucune étude archéologique n’a été menée sur le tracé des différentes enceintes, généralement établies dans la partie basse de la vallée. Des observations furent cependant possibles au contact entre les murs du front est de la ville et ceux de la basse-cour du château, lequel à fait l’objet d’investigations à l’occasion de sa restauration gérée par la Conservation régionale des Monuments Historiques. Elles furent accompagnées d’observations ponctuelles des élévations de l’enceinte urbaine, qui participèrent à l’établissement de la chronologie de l’ensemble216. D’une portée limitée, ces données ne peuvent qu’amorcer une réflexion à plus grande échelle sur la périodisation des différentes enceintes de Kaysersberg. Les murs décrits ci-dessous sont conservés sur toute leur élévation, au moins pour les phases initiales, ce qui n’est pas le cas des autres sections visibles dans la ville, en dehors de quelques tours de flanquement. Une approche archéologique de l’ensemble urbain fortifié pourra être facilitée par des études dendrochronologiques des boulins d’échafaudage ou du bois d’œuvre présents dans toutes les portions des enceintes urbaines conservées, y compris dans les tours, ce qui constitue un fait exceptionnel pour ce type de site en Alsace.

Fig. 68. Kaysersberg. Front nord-est de l’enceinte urbaine, élévation établie sur le fond photogrammétrique de Colas en 1990, échelle 1/200. DAO : J. Koch/INRAP.

2.1. L’enceinte au sud du château

2.1.1. Présentation du site

7Au sud-est, le mur d’enceinte de la ville adossé à celui de la basse-cour du château de 1264-1268 conserve des éléments de chemin de ronde identiques à ceux étudiés dans le détail et datés par dendrochronologie sur le châtelet supérieur. Sur ce front, le mur monte perpendiculairement à la pente en direction du château. Pour l’étude de cette partie, nous disposons de relevés photogrammétriques réalisés à l’occasion de l’étude préalable aux travaux de restauration du château en 1990, soit un développement de trente mètres linéaires à partir de l’angle formé par les deux murs (fig. 68).

2.1.2. Présentation des vestiges par phases chronologiques

2.1.2.1. Phase A : la liaison avec le château (2e moitié du xiiie siècle)

- Analyse descriptive

8Le front nord-est de l’enceinte de la ville a été adossé à faible distance de l’angle qui casse le tracé oriental du mur de la basse-cour du château achevé en 1268. À partir de là, il suit un tracé quasi-rectiligne vers l’est, jusqu’au niveau de la chapelle sur ossuaire dont la façade occidentale fut peut-être fondée sur ce mur. À cet endroit, il amorçait un retour vers le sud, marquant ainsi la première limite orientale de la ville.

9Au contact du château, comme sur le reste du tracé, le mur aveugle est conservé jusqu’à la base du parapet, démoli lors de la phase d’exhaussement postérieure, sur une hauteur de 2,80 m. Ce mur a une épaisseur constante de 1,60 m réduite par un ressaut intérieur qui souligne le parapet. Ce dernier, dont l’épaisseur est inconnue, ainsi qu’une partie de son crénelage, sont conservés à 20 m de l’angle de l’enceinte castrale où la hauteur totale atteint 3,70 m (fig. 69, no 1).

Fig. 69. Kaysersberg. Vues du mur d’enceinte au sud du château. 1. Vue de la jonction avec l’enceinte castrale (à droite) ; 2. Vue du parement extérieur (remarquer le créneau au milieu du cliché) ; 3. Vue du parement intérieur. Clichés : J. Koch/INRAP.

10La mise en œuvre de ce mur diffère légèrement de celle des murs du château. Le moellon dégrossi de grauwacke ou de granite a été utilisé pour les parements intérieurs et extérieurs, mais il a été débité sous des formats plus irréguliers. La cohésion de la maçonnerie a été assurée par du mortier de chaux beige incluant une forte proportion d’éclats de granite. Ce mortier présente de nombreux nodules de chaux de petite taille (<2 mm).

11La construction a été élevée en utilisant des échafaudages dont les boulins ont été noyés dans l’épaisseur du mur. Ils existent jusqu’à la base du parapet. Les pièces de chêne d’un diamètre moyen de 8 cm sont espacées irrégulièrement de 1,30 m, aux abords d’un angle, à 2,60-2,70 m en partie linéaire. Le premier niveau a été posé à 1,35 m au-dessus du socle rocheux, puis chaque niveau est séparé de 93 cm du suivant. Les boulins sont décalés verticalement de 60 à 70 cm d’un niveau à l’autre. Il y a donc lieu de penser que le système d’échafaudage à balancier fut préféré à un maintien par des perches verticales.

12À Kaysersberg, la défense active a été portée sur le seul niveau de chemin de ronde où le mur est généralement aveugle (fig. 69, no 2). Sa base est conservée dans le parement intérieur et le cheminement suit une pente régulière mais accentuée (25 %). La disposition d’ensemble suit la dénivellation du terrain (fig. 69, no 3) et les merlons forment un “escalier”. Longs de 1,75 m, ils encadraient un créneau de 92 cm d’ouverture. Le mode de circulation sur le chemin de ronde est inconnu puisque le mur a été exhaussé dans une seconde phase.

- Indices de datation

13La construction de cette première enceinte peut être datée en chronologie absolue par sa liaison avec le château adjacent. L’enceinte est de la basse-cour a été attribuée par dendrochronologie aux années 1264-1268 et le mur de la ville a été accolé à cette dernière. La technologie du mur (mise en œuvre, mortier, écartement des merlons…) est comparable à celle du château et, en l’absence de données plus précises, on admettra que sa construction lui est de peu postérieure et qu’elle se situe dans la seconde moitié du xiiie siècle.

2.1.2.2. Phase B : exhaussement du mur (autour de 1371-1380 ?)

- Analyse descriptive

14La seconde phase est marquée par la surélévation du mur initial de façon à obtenir un mur-écran (fig. 68 et 69, no 1). Protégé par des merlons de 2,50 m de haut, le chemin de ronde a été aménagé à 8,50 m au-dessus du niveau extérieur. L’épaisseur du mur a été réduite à 0,93 m. La pente du chemin de ronde reste identique à celle de la phase précédente.

15Les matériaux utilisés pour le surhaussement correspondent à des éclats de granite ou de grauwacke débités en plaquettes de petite taille (10 à 15 cm d’épaisseur), liés par un mortier incluant des granules comme celui utilisé en finition sur le front nord-ouest décrit dans les paragraphes précédents. La finition est absente de cette zone exposée aux rigueurs des intempéries hivernales.

16Le chemin de ronde était soutenu par des corbeaux saillants débités dans des plaques de grès rose. Ancrés sous l’épaisseur du parapet, ils débordent légèrement du parement extérieur du mur et surplombent le parement intérieur par un porte-à-faux de 45 cm. Les pièces sont posées avec un écartement de 60 cm. Un seul merlon a été partiellement conservé au contact du mur est du château. Haut de 1,40 m, il est chaîné sommairement à ses extrémités avec des moellons de granite.

17La nouvelle maçonnerie est percée par une série d’opes régulièrement espacées verticalement et horizontalement, selon un schéma orthonormé. Les ouvertures ont été maçonnées dans l’œuvre par l’aménagement d’un espace vide entre deux moellons de construction, puis surmontées par un moellon posé en linteau. Les formats des ouvertures varient de 23 x 20 cm à 36 x 40 cm. L’espacement varie de 1,10 à 1,35 m sur un même lit pour une différence constante de 0,95 m entre chaque niveau.

- Indices de datation

18En chronologie relative, l’exhaussement de l’enceinte sous sa forme définitive correspond à la dernière étape de construction. Les éléments postérieurs ne sont que des réfections ponctuelles. Certains critères architecturaux permettent de penser que cette phase est contemporaine des travaux de surélévation de l’enceinte castrale, particulièrement du bec entourant le donjon. Les consoles saillantes, taillées dans des plaques de grès de forme pointue, existent sur l’enceinte est du châtelet supérieur, notamment au-dessus du vestige de logis. Ce type de support est présent en continu sur tout le mur oriental de la basse-cour du château. Le mortier mis en œuvre dans la surélévation de l’enceinte urbaine est identique au matériau utilisé dans le mur évoqué pour le château.

19Ces analogies montrent la contemporanéité des deux chantiers, celui du château ayant été daté de 1380 par la datation dendrochronologique des boulins d’échafaudages.

2.1.2.3. Phase C : réfections du chemin de ronde (2e moitié du xve siècle)

20Une dernière phase de construction peut être analysée grâce aux relevés photogrammétriques réalisés sur ce front de l’enceinte urbaine. Elle concerne la reprise des merlons du chemin de ronde.

- Analyse descriptive

21Les merlons du parapet du chemin de ronde ont un format très allongé (de 4,50 à 5,50 m), plus important que les éléments antérieurs. L’écartement des créneaux est de 80 cm pour une hauteur d’ouverture de 1,30 m.

22Cette phase de travail se discerne très nettement par le matériau mis en œuvre. Des galets, des briques et des tuiles plates ont été utilisés pour la construction de chaque unité. L’ensemble est stabilisé grâce à un mortier de chaux blanc et un enduit de finition de couleur identique couvre le parement extérieur.

23La présente reconstruction est une réfection de la seconde phase du mur puisque la structure de l’enceinte n’a pas été modifiée. Les merlons sont percés par des fentes de tir verticales, placées au centre de chaque élément. L’ouverture a un écartement extérieur de 20 cm et une hauteur de 60 cm.

- Indices de datation

24En l’absence d’une observation directe, il est délicat d’apporter des éléments pour une datation précise de cette phase. La présence de tuiles plates et de briques de petit format tend à mettre cette phase en liaison avec les dernières transformations du château, effectuées dans la seconde moitié du xve siècle.

2.2. Le front défensif au nord de la basse-cour : extension de la ville vers le fond de la vallée

2.2.1. Présentation du site

25En partie nord, le front est de l’enceinte de la ville a été construit au sommet d’un abrupt rocheux, difficilement défendable (fig. 70 et 71, no 1). Le segment observé (88,80 m linéaires) est délimité au sud par son point d’appui sur l’angle chaîné avec des pierres à bossage qui casse le tracé rectiligne du mur occidental de la bassecour et, à l’ouest, par un retour à angle droit en direction du lit de la rivière. Sur ce front ouest, le vestige du rez-de-chaussée de la porte haute ou Obertor est conservé entre les maisons riveraines. Cette zone est située à mi-pente entre le donjon rond sommital et la zone urbaine établie dans le fond du vallon. L’enceinte de ville délimite la circulation sur le chemin d’accès (Zwinger) à la porte principale du château ; ce tronçon longeant le rebord de l’éperon rocheux a un niveau régulier. Cette zone et le phasage du mur d’enceinte ont été analysés à partir d’un relevé topographique, précédé par un débroussaillage au cours de l’été 1999.

2.2.2. Présentation des vestiges par phases chronologiques

2.2.2.1. Analyse descriptive

26L’extension urbaine, au nord, a donné lieu à la construction d’un nouveau mur d’enceinte dont le front oriental a été rattaché au château. Sa situation, en surplomb de falaises et en suivant une courbe de niveau dominant la ville, s’explique par l’existence, dans cette partie haute, du chemin d’accès à la porte principale du château. En effet, le mur de ville canalisait la progression dans un espace réduit, partiellement taillé dans le substrat granitique (Zwinger). Épais de 1,35 m, il suit un tracé rectiligne de 89 m depuis l’angle cassant le front ouest du château. Son extrémité occidentale est raccordée par un angle droit turriforme au mur occidental de la ville. Cette construction de 6 m de côté était plus épaisse (1,77 m). L’accès nord de la ville était défendu par une porte surmontée d’une tour quadrangulaire, localisée à la base de l’escarpement rocheux. Ces murs nord et est restent défendus depuis le seul chemin de ronde dont des créneaux installés postérieurement sont conservés sur son extrémité orientale. La hauteur externe totale de cette phase est de 3,90 m par rapport au sol actuel. La hauteur à l’intérieur de la ville n’a pas été mesurée.

27L’angle nord-est est renforcé par une construction turriforme de plan en angle droit, divisée en trois niveaux intérieurs (fig. 71, no 2). Une première séparation est constituée d’une poutre horizontale de section quadrangulaire ancrée en diagonale dans les extrémités des deux murs. Les niveaux suivants reposaient sur des consoles de grès (deux dans chaque face). La défense était restreinte à la partie sommitale de ce mur dont le parapet n’est pas conservé (hauteur extérieure actuelle : 9,60 m).

28L’ensemble, mur oriental et angle turriforme, a été construit d’un seul tenant avec des moellons éclatés de granite jaune de taille moyenne, appareillés irrégulièrement. La cohésion de la maçonnerie est assurée par un mortier pulvérulent de couleur beige incluant des nodules de granite et de chaux (> 3 mm).

29La partie turriforme plus épaisse placée sur le retour d’angle a été construite dans le même matériau. Les extrémités des murs de cette partie ont été chaînées avec des blocs de grès lisses de format allongé (63 cm à 1,12 m) et de section quadrangulaire (24 x 26 cm ou 32 x 30 cm) ou rectangulaire (16 x 24 cm). Un bloc d’angle à bossage a été réutilisé dans cette chaîne. Sur le tronçon nord (Mur 1), le chaînage a été posé sur le socle rocheux et augmente l’épaisseur du parement intérieur du mur alors qu’il a été amorcé sur le sommet du parement extérieur. L’extrémité méridionale du front est (Mur 2) a été chaînée aux deux angles depuis la base rocheuse tout en incluant l’amorce du mur qui la prolonge. Cette technique de harpage a permis de stabiliser cet élément sur le rebord de l’assiette granitique. À l’intérieur, la poutre quadrangulaire, dont les négatifs sont conservés aux extrémités de la construction, avait probablement un rôle de maintien puisqu’elle chaînait les deux murs en fermant un triangle. Cette solution pallie l’absence d’un angle symétrique présent dans une tour quadrangulaire et qui, pour des raisons techniques, n’a pu être appliquée sur le rebord de terrasse.

30La finition de cette maçonnerie a été faite avec un enduit de mortier de chaux gris clair incluant de nombreux granules. Elle a été appliquée à pierre-vue sur toute la surface extérieure des murs.

31La même technique d’échafaudage avec opes régulièrement disposées est présente dans ce dispositif et semble avoir été utilisée jusqu’au niveau des merlons. Les merlons aveugles ont été dotés de ces ouvertures, tandis que les boulins devaient traverser les embrasures des merlons ajourés.

Fig. 70. Kaysersberg. Plan de l’angle nord-est de l’enceinte urbaine, échelle 1/500. DAO : J. Koch/INRAP.

32La défense de la nouvelle enceinte occidentale et de l’exhaussement oriental reste cantonnée au chemin de ronde. L’observation du front nord-ouest montre une alternance régulière entre des merlons aveugles et des merlons ajourés par des embrasures verticales. Il n’a pas été possible de vérifier les dimensions de ces éléments.

Fig. 71. Kaysersberg. Vues intérieures du mur d’enceinte au nord du château. 1. Vue générale du mur nord ; 2. Détail de l’édifice turriforme. Clichés : J. Koch/INRAP.

2.2.2.2. Indices de datation

33Cette seconde partie du mur de la ville peut être mise en rapport avec le chantier du mur oriental du châtelet supérieur et de l’enceinte urbaine au sud du château par plusieurs éléments concordants.

34Le rapprochement entre les deux tronçons urbains est souligné par la similitude des techniques d’échafaudage puisque des normes identiques ont été mises en évidence dans les deux murs. La forme du merlon conservé dans le mur sud-est se retrouve sur le mur nord-est. Le mortier incluant des granules est présent sur les deux murs.

35La comparaison avec le bec de l’enceinte castrale est possible à plusieurs endroits. La conception générale de l’ouvrage construit dans l’angle nord-ouest (Murs 1 et 2) de l’enceinte de ville rappelle l’exhaussement turriforme placé à l’extrémité du château. La technique de chaînage d’angle se retrouve sous des formes similaires dans les deux édifices : formats allongés des éléments, hauteurs d’assises, disposition des chaînages.

36Ces différents caractères définissent une certaine unité de temps de construction entre les deux tronçons d’enceinte urbaine et le rehaussement du bec d’angle du châtelet supérieur. La datation de 1380 est proche de celle de 1371 proposée par certains auteurs pour dater la première extension fortifiée à l’ouest.

Conclusion (J. K.)

37Cette première approche des sections de l’enceinte urbaine conjointes au château de 1265-68 permet de dégager quelques traits généraux sur ce dispositif fortifié. La construction de murs aveugles est une caractéristique commune à toutes les époques. On peut noter sur les murs associés au château, mais également sur les tronçons conservés ailleurs en ville, qu’il n’existe pas d’ouvertures de tir formant un niveau inférieur au chemin de ronde. Ce critère démontre qu’à chaque période, les constructeurs, en faisant du linéaire, travaillaient à l’économie.

38Le château est resté une citadelle dominant la ville au nord jusque dans le troisième quart du xive siècle. Finalement, toute la zone périphérique du château a été englobée par les enceintes (fig. 72) ; mais chaque mur, à l’est comme à l’ouest, a dû être adapté à la topographie du site. L’endroit sépare un château de montagne d’une ville de fond de vallée. À l’est, le mur barre la pente et à l’ouest, il repose au sommet d’une falaise et est largement dominé par la colline. Il est permis de douter de son efficacité devant l’usage de machines de jet placées en hauteur. Dans les deux cas, les espaces délimités sont restés secondaires et n’ont pas pu être mis en valeur sur le plan urbanistique.

Fig. 72. Kayserberg. Essai de restitution du développement topographique des enceintes, échelle 1/10 000. 1. 1227 ; 2. Fin du xiiie siècle ; 3. 1371/1380 ; 4. 1500. DAO : J. Koch/INRAP.

Notes

215 Donnée inédite calculée à partir du plan à 1/5 000 (fig. 67). Le périmètre maximal de la surface enclose est de 1970 m.

216 Concernant les études archéologiques du château, se référer à Koch, 1996d, 2002a, 2003a et b.

Table des illustrations

Légende Fig. 66. Kaysersberg. La ville dans son contexte géographique, échelle 1/25 000. DAO : J. Koch/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12739/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende Fig. 67. Kaysersberg. Restitution du tracé des enceintes médiévales, échelle 1/5 000. 1. État en 1227 ; 2. État fin xiiie siècle ; 3. État en 1370-1380 ; 4. État en 1500. DAO : J. Koch/INRAP
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12739/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Fig. 68. Kaysersberg. Front nord-est de l’enceinte urbaine, élévation établie sur le fond photogrammétrique de Colas en 1990, échelle 1/200. DAO : J. Koch/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12739/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 69. Kaysersberg. Vues du mur d’enceinte au sud du château. 1. Vue de la jonction avec l’enceinte castrale (à droite) ; 2. Vue du parement extérieur (remarquer le créneau au milieu du cliché) ; 3. Vue du parement intérieur. Clichés : J. Koch/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12739/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Fig. 70. Kaysersberg. Plan de l’angle nord-est de l’enceinte urbaine, échelle 1/500. DAO : J. Koch/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12739/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 71. Kaysersberg. Vues intérieures du mur d’enceinte au nord du château. 1. Vue générale du mur nord ; 2. Détail de l’édifice turriforme. Clichés : J. Koch/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12739/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig. 72. Kayserberg. Essai de restitution du développement topographique des enceintes, échelle 1/10 000. 1. 1227 ; 2. Fin du xiiie siècle ; 3. 1371/1380 ; 4. 1500. DAO : J. Koch/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12739/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 188k

© ARTEHIS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search