Version classiqueVersion mobile

Archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace (XIIe-XVe siècle)

 | 
Yves Henigfeld
, 
Amaury Masquilier

Études monographiques

Haguenau (Bas-Rhin)

Richard Nilles et Bernhard Metz

Texte intégral

1. PRÉSENTATION GÉNÉRALE ET ÉTAT DE LA RECHERCHE

1.1. Contexte géographique et géologique

1Haguenau est une ville de plaine localisée au centre d’un complexe de cônes alluviaux édifiés par deux rivières, la Moder et la Sauer, débouchant des Vosges gréseuses après avoir traversé les collines sous-vosgiennes (fig. 52). Les formations alluviales reposent sur des argiles pliocènes et s’évasent vers l’est, tout en dominant la plaine rhénane d’une dizaine de mètres. Située en lisière de la vaste forêt communale connue pour ses sites funéraires protohistoriques, la ville médiévale est établie au cœur de la vallée de la Moder. Le cours d’eau est actuellement totalement canalisé, mais il est probable que de nombreux chenaux devaient auparavant marquer la topographie urbaine médiévale. Il est donc primordial de définir les traces de ces anciennes divagations si l’on veut comprendre aussi bien le choix du site initial qui, en l’état, barre tout le fond du vallon en créant un obstacle majeur à l’écoulement et en favorisant la présence de zones inondables, que les possibilités et les modalités d’extension urbaine au fil des siècles. Dans un tel contexte, marqué par l’omniprésence de l’eau dans la ville, la connaissance du réseau hydrographique ancien peut amener à mieux comprendre les choix de topographie défensive au cours du Moyen Âge.

1.2. État des connaissances

1.2.1. Historique des recherches

2L’histoire des fortifications de Haguenau n’a fait que récemment l’objet d’études à caractère synthétique traitant de l’évolution des ouvrages et associant données d’archives et archéologiques récentes. On citera en premier lieu l’étude de topographie historique réalisée par F. Reutenauer (Reutenauer, 2004) (fig. 53), mais aussi les articles publiés par A. Wagner qui tente de faire le point sur les fortifications haguenoviennes à partir des observations de l’auteur effectuées lors de travaux urbains non soumis à prescriptions archéologiques (Wagner, 1999 ; Wagner, 2001 : 145-173). En ce qui concerne les recherches plus anciennes, on retiendra principalement une première carte de restitution du tracé de la première enceinte établie par G. Gromer (Gromer, 1942), les recherches de R. Will sur le château impérial (Will, 1955), enfin, la carte de topographie historique établie par A.-M. Burg et publiée par F.-J. Himly (Himly, 1970). Ce dernier document, encore utilisé, propose un tracé pour chacune des enceintes de la ville, se fondant en partie sur les éléments construits existants, en partie sur des données cartographiques anciennes.

1.2.2. Les origines de Haguenau (B. M.)

  • 187 En dernier lieu Metz, 1998a, avec de nombreuses références aux sources.

3Les sources écrites à ce sujet sont rares et laissent beaucoup de place à l’interprétation187. On sait cependant que Haguenau naît avant 1125 d’un château implanté en pleine forêt, à l’endroit où une route de Strasbourg à Mayence franchit la Moder. On ne croit plus aujourd’hui que ce château remonte au xie siècle – il n’y a aucun argument sérieux en ce sens – mais plutôt qu’il a été bâti vers 1115-1120 par le duc de Souabe Frédéric le Borgne, père de Frédéric Barberousse (Burg, 1970). En 1143, l’église Saint-Georges du castellum Hagenowe est érigée en paroisse. Comme cette église n’est pas dans le château, le castellum est l’agglomération, qui semble donc déjà fortifiée d’une manière ou d’une autre. En 1164, Haguenau reçoit une charte de franchises qui qualifie la localité de villa, locus et civitas, ce qui ne permet aucune conclusion quant au type de fortification qui l’entoure ; cette charte est aussi la première à mentionner un second noyau de peuplement au nord de la Moder, autour de l’hôpital – dont l’église Saint-Nicolas devient paroissiale avant 1190.

Fig. 52. Haguenau. Contexte géographique, échelle 1/25 000. DAO : M. Werlé/INRAP.

1.2.3. La cité médiévale (B. M.)

  • 188 Superficies inédites calculées à partir du plan à 1/5 000 (fig. 53).
  • 189 Par exemple, Burg, 1976 : 32.

4Du xiiie au xve siècle, Haguenau, avec Colmar, est la plus grande ville d’Alsace après Strasbourg, mais il faut attendre 1262 pour avoir une mention sûre de sa première enceinte. Celle-ci se limitait à la rive droite de la Moder et entourait 8,78 ha188. Une seconde enceinte entoure environ 46,04 ha sur les deux rives, mais sa datation pose problème (Metz, 1998a et 2002a). Les arguments d’après lesquels on la situait autrefois vers 1232-35189 ne résistent pas à la critique. Il semble au contraire que le couvent des Augustins ait encore été extra muros en 1284 ; or, il est sur la rive gauche, à l’intérieur de la deuxième enceinte. Celle-ci n’est attestée avec certitude que depuis 1324 (ußere ringmure). La troisième enceinte – qui augmente le périmètre fortifié sur la rive gauche, incluant Saint-Nicolas, et porte la surface intra muros à 62,31 ha – est habituellement datée d’avant 1328, mais à cette date, c’est juste une de ses portes (Marstaltor) qui est citée ; or une porte peut être percée dans une enceinte de bois et de terre ; celle de pierre reste à dater (Metz, 2002a : 90).

  • 190 Il ne s’agit que d’une estimation très approximative.

5Depuis que la deuxième enceinte l’a privé d’un accès à l’extérieur, le château a perdu son importance militaire, mais il reste le siège du Grand Bailli impérial. Quant à la ville, sa population aurait atteint les 6000 âmes à la fin du Moyen Âge (Dollinger, 1970 : 143 ; Himly, 1970 : 15)190, mais il y reste place pour de grands jardins intra muros, notamment dans la dernière extension.

1.2.4. Topo-chronologie des enceintes

6Des problèmes majeurs de chronologie persistent pour les quatre enceintes, avec notamment la question de l’existence, dans chacun des cas, d’ouvrages en terre et en bois progressivement remplacés par des structures en dur. Des questions de topographie touchent par ailleurs plus spécifiquement le château et la première enceinte urbaine. Les deux autres tracés sont en revanche mieux connus, ces enceintes ayant longtemps fait partie du paysage urbain. De fait, les plans des xviiie et xixe siècles, ainsi que la préservation de plusieurs tours et portes et de quelques tronçons de la courtine de la deuxième enceinte urbaine, rendent la tâche plus aisée. De même une carte postale de 1906 permet de visualiser le front sud de la deuxième enceinte urbaine avant la création du boulevard Hanauer (fig. 54).

Fig. 53. Haguenau. Proposition de tracé des enceintes médiévales sur fond de plan cadastral actuel (d’après Reutenauer, 2004), échelle 1/5 000. A. Château impérial ; B. Première enceinte urbaine ; C. Deuxième enceinte urbaine ; D. Troisième enceinte urbaine. DAO : M. Werlé/INRAP.

Fig. 54. Haguenau. Carte postale datant de 1906 permettant de visualiser le front sud de la deuxième enceinte urbaine avant la création du boulevard Hanauer.

1.2.5. Données archéologiques

7En dehors de découvertes ponctuelles concernant spécifiquement le château impérial, l’archéologie a peu contribué à la connaissance des enceintes urbaines, avec une seule intervention réalisée avant 1989 (Burg, 1976). Dans un autre registre, aucune étude architecturale ou stylistique n’a été réalisée jusqu’à ce jour sur les tours et portes conservées appartenant aux deux dernières enceintes médiévales.

1.2.5.1. Les fouilles sur l’île impériale

  • 191 Analyse effectuée en 1969 sur un pieu de fondation, par le laboratoire du musée rhénan de Trèves. R (...)
  • 192 Analyses réalisées en même temps que celle du pieu de la chapelle (Reutenauer, 2004 : 9).

8Dans le cadre d’importants travaux de réaménagement opérés dans l’île impériale vers 1950, l’architecte R. Will a pu suivre les travaux et faire part d’un certain nombre d’informations (fig. 55). Une grande partie des données concerne cependant la chapelle impériale construite sous le règne de Frédéric Barberousse, datée par dendrochronologie vers 1172191, et qui a fait l’objet d’une publication détaillée. Une première enceinte castrale a été reconnue en trois endroits distincts des fronts sud, nord et est. Sur le front sud, des fondations importantes, de 2 m d’épaisseur, construites en moellons de calcaire et assises sur un radier en bois constitué de sablières et de pieux, ont été ponctuellement dégagées et datées par dendrochronologie de 1130 ± 6 ans192. Un doublement de l’épaisseur de la fondation, par l’ajout à l’avant d’une maçonnerie en briques, est signalé, mais n’est pas clairement élucidé. Sur le front nord, la muraille, épaisse de 2,20 m, également construite en moellons de calcaire, a été dégagée. Aucun soubassement en bois n’a par contre été observé. Topographiquement, ces découvertes montrent que l’île impériale de la fin du Moyen Âge n’avait de loin pas encore la surface qu’on lui connaît ; entre-temps, il y a donc eu un gain de terres conséquent sur la rivière qui faisait alors office de fossé. Du côté est, le gain est ainsi supérieur à 30 m.

9En 1973, une surveillance de travaux lors de la construction du magasin Mutant au nord-est de l’île (Kern, 1974) a livré quelques vestiges intéressants (fig. 55). Ainsi, une série de pieux a été découverte, approximativement dans l’axe restitué de la muraille du front est, mais n’a malheureusement pas été datée. Enfin, à moins de 15 m à l’est de cet alignement de pieux, un épais mur en briques et parement partiellement en grès, non daté, correspondrait à un quai intermédiaire entre la muraille du xiie siècle et le quai du xviiie siècle.

1.2.5.2. La découverte de la porte des Arbalétriers

10En 1963, lors d’une réfection de canalisation à l’entrée de la Grand’Rue face au no 31b, deux fondations en briques et moellons ont été découvertes de part et d’autre de la rue, à mi-chemin des rues Meyer et de Neubourg (Burg, 1964). Il s’agit des deux faces ouest et est de la porte des Arbalétriers, détruite en 1783 et orientée selon l’axe de la rue Meyer. De plan quadrangulaire, l’ouvrage présente une largeur est-ouest estimée à 9 m. Les maçonneries n’ont été que très ponctuellement reconnues dans la mesure où elles servent de fondations à des bâtiments actuellement en place.

Fig. 55. Haguenau. Rue du château. Plan des vestiges archéologiques, échelle 1/1 250. DAO : H. Duval et R. Nilles/INRAP.

2. LES TRAVAUX RÉCENTS

  • 193 Le site de la polyclinique Sainte-Odile (no 9) a la particularité d’être situé à la jonction nord-e (...)

11Entre 1989 et 2005, neuf interventions archéologiques ont touché les quatre enceintes médiévales de Haguenau : deux concernent l’enceinte du château, trois la première enceinte urbaine, trois la deuxième, deux enfin la troisième enceinte médiévale (fig. 53)193. Des fouilles préventives ont été programmées en 2006, à la suite de sondages effectués sur le parking du magasin Mutant, qui vont enrichir ainsi notre connaissance du site impérial. On citera encore, bien qu’il ne s’agisse pas d’une opération archéologique, le document de topographie historique réalisé en 2004 par F. Reutenauer, dans l’esprit des DEPAVF et sur commande de la DRAC Alsace, ouvrage qui a été particulièrement utile dans le cadre des recherches sur les enceintes urbaines.

2.1. Rue du Château

2.1.1. Présentation du site

2.1.1.1. Circonstances de l’intervention

12C’est dans le cadre de la construction, en 1999, d’une résidence avec parking souterrain, que ce diagnostic archéologique a été réalisé par l’AFAN (Munier, Rohmer, 1999). L’exiguïté du terrain et les contraintes techniques fortes n’ont permis la réalisation que de trois sondages (70 m2 en tout) et d’un suivi de travaux mené par A. Wagner. Les données restent lacunaires et assez mal datées.

2.1.1.2. Localisation

13Le site est localisé dans la partie sud-est de l’ancienne île impériale (fig. 53), entre la place Barberousse (à l’est), la rue du Château (à l’ouest) et la rue de la Moder (au sud).

2.1.2. Présentation des vestiges

  • 194 Archéolabs réf. ARC 99/R2125 D/3#.

14Concernant les fortifications de la résidence impériale, les sondages ont mis au jour, très ponctuellement, deux puissantes maçonneries dont l’une, en moellons de grès rose, localisée à proximité du quai du xixe siècle, est probablement un mur de quai de la période moderne. La maçonnerie qui pourrait nous intéresser est, quant à elle, localisée à moins de 10 m à l’ouest de cette structure et à 20 m à l’est du tronçon de mur d’enceinte découvert par R. Will et daté du xiie siècle (Reutenauer, 2004 : 9 ; Will, 1970 : 115-116). Il ne s’agirait pas d’un mur de quai, mais d’un état des fortifications de la résidence impériale, postérieur au xiie siècle. Le mur, d’une épaisseur minimale de 1,90 m, est très sommairement décrit par A. Wagner comme étant en briques “médiévales”. À 6 m en avant de ce mur, un quai en bois constitué de planches aménagées de chant et retenues par des pieux a été découvert. Une analyse dendrochronologique a conclu à une datation de l’aménagement vers 1300194.

2.2. Parking du magasin Mutant, angle des rues du Château et des Chaudronniers

2.2.1. Présentation du site

2.2.1.1. Circonstances de l’intervention

15Un projet municipal de réaménagement du secteur de la place Barberousse, portant sur 1,3 ha d’espace essentiellement non bâti, a fait l’objet, au cours de l’été 2005, d’une campagne de sondages réalisée par l’INRAP (Nilles et alii, 2005). Une des trois zones d’intervention concerne le site de la résidence impériale.

2.2.1.2. Localisation

16La zone qui nous intéresse mesure 250 m2 de superficie. Elle est localisée dans la partie nord de l’île impériale, entre la rue du Château et le magasin Mutant (fig. 53). Ce site devrait en principe faire l’objet d’une fouille de sauvetage préalable aux travaux d’aménagement.

2.2.2. Présentation des vestiges

  • 195 Les premiers résultats de la fouille réalisée en 2006 laissent supposer l’existence d’un habitat co (...)

17Une berge, inédite, a été mise en évidence du côté est du parking (fig. 55 et 56). Il s’agit d’un état de la rivière antérieur à la construction de l’enceinte castrale, datée par dendrochronologie vers 1130 (Reutenauer, 2004 : 9), localisé à 6 m à l’ouest de celle-ci (fig. 55). Cette découverte témoigne d’un déplacement de la rivière de l’ordre de 20 m à cet endroit par rapport au tracé du xixe siècle. Les dépôts alluvionnaires qui caractérisent la rive ont été approximativement datés (par le mobilier présent dans les sédiments) du xie ou du xiie siècle195. Dans l’hypothèse d’une configuration du site contemporaine ou postérieure à l’arrivée de Frédéric de Souabe vers 1115, il est possible d’envisager, antérieurement à cette date, l’absence d’une enceinte en dur autour du site castral. Les aménagements en bois, malheureusement non datés, découverts en 1973 à quelques mètres à l’est du site (Kern, 1974 : 5) pourraient être associés à la berge et témoigner d’une première série d’aménagements.

18Parallèlement à cette découverte, à 6 m au nord-ouest, un second sondage a mis au jour des vestiges d’un habitat en matériaux périssables, contemporain des aménagements que l’on vient d’évoquer.

Fig. 56. Haguenau. Diagnostic parking du magasin Mutant, angle des rues du Château et des Chaudronniers, coupe est-ouest montrant la berge datée du xie ou xiie siècle. Cliché R. Nilles/INRAP.

2.3. La cour du Raisin

2.3.1. Présentation du site

2.3.1.1. Circonstances de l’intervention

  • 196 Association pour le développement de l’Archéologie alsacienne.

19Une opération de fouille de sauvetage a été confiée à l’ADAA196 en mars 1989, dans le cadre d’un projet immobilier, sur un ancien terrain vague établi à l’arrière d’un front d’immeubles longeant la Grand’Rue (Mengus, 1989).

2.3.1.2. Localisation

20Le site, correspondant à d’anciens jardins récemment mis en friches, s’étend en bordure intérieure de la première enceinte urbaine de Haguenau et est de fait strictement délimité sur ses côtés ouest et sud par la courtine dont le tracé servait de limite parcellaire (fig. 53). L’ensemble correspond à l’angle sud-ouest du périmètre fortifié, établi à 40 m de distance maximale au sud de l’église paroissiale Saint-Georges.

2.3.1.3. Type de vestiges observés

21L’étude a porté exclusivement sur la courtine maçonnée de la première enceinte urbaine et de ses abords intra muros.

2.3.1.4. Superficie et/ou longueur observées

22Le tronçon étudié forme un angle obtus, d’une longueur totale de 51 m, dont 38,50 m d’orientation nord-sud.

2.3.1.5. État de conservation des vestiges

23L’ouvrage était enfoui sur une hauteur de 2,80 à 3,50 m de hauteur, dont 1,50 m correspondant aux fondations (fig. 57).

2.3.1.6. Nombre de phases identifiées

24Quelques indices ténus témoignent d’aménagements au xiie siècle. Concernant l’enceinte, la fouille a montré qu’il s’agit, pour ce tronçon du moins, d’une construction relativement homogène et non remaniée. Enfin, des vestiges bâtis correspondent à l’occupation, assez disparate, du site à partir de la fin du Moyen Âge jusqu’à sa transformation en jardins, au xviiie siècle.

2.3.2. Présentation des vestiges par phases chronologiques

2.3.2.1. Phase A : les vestiges antérieurs à la construction de la courtine

25Une fosse ovale de 1,20 m de diamètre, dotée au fond d’un assemblage en bois et briques formant une sorte de radier, était partiellement recoupée par le mur d’enceinte. En plus de ce vestige, l’intervention a mis en évidence une première séquence de remblaiement qui attesterait un exhaussement important (entre 1,50 et 2 m de hauteur) préalable à la construction de la fortification. Cette particularité n’a néanmoins été abordée que de manière succincte et reste sans interprétation solide. On peut en effet s’interroger sur la nature véritable des sédiments décrits, sableux à sablo-limoneux, qui, d’après notre connaissance du sous-sol de Haguenau, pourraient bien être naturels. On peut, dans ce cas, supposer que ces matériaux proviennent en fait du creusement d’un fossé pré-existant à la courtine maçonnée, ce qui conforterait l’hypothèse communément émise d’une première enceinte en terre et en bois.

Fig. 57. Haguenau. Cour du Raisin. Vue de la courtine maçonnée de la première enceinte urbaine. Cliché J. Koch/INRAP.

2.3.2.2. Phase B : la construction de la courtine

26- Les matériaux de construction et leur mise en œuvre. La fondation, d’une épaisseur à peu près constante de 1,70 m, présente un appareil homogène à assises régulières et bien horizontales (14 à 17 assises conservées), reposant directement sur une couche naturelle argileuse. L’absence d’observations sur le parement extérieur, côté fossé, ne permet pas de conclure à l’existence ou non d’un radier en bois et de pieux de fondation, ceux-ci n’étant en principe mis en œuvre qu’à l’avant du mur. À la base de la maçonnerie apparaît un ressaut irrégulier de 15 cm de profondeur constitué d’une assise de pierres de 35 cm de hauteur. Plusieurs ressauts intermédiaires sont ponctuellement mentionnés. La maçonnerie est constituée d’un appareil de pierres de dimensions variables (moyenne de 20 x 45 cm) et à débitage grossier. Le matériau dominant est un calcaire de type micrite, associé à de rares éléments de calcaire oolithique et de grès rose. Ponctuellement, sur 8 m de longueur, l’appareil est à arêtes de poisson. La fourrure de la maçonnerie, très hétérogène, est constituée de fragments de grès et de calcaire, ainsi que de fragments de briques et de tuiles (sans autres précisions). L’ensemble est maçonné avec un mortier de chaux très compact et présente des joints rentrants plutôt larges (2 à 3 cm). Au moins trois étapes de construction sont attestées mais malheureusement non détaillées dans le rapport de fouille : la fondation comprend deux parties accolées, la partie aérienne s’avère construite en un seul jet. Selon les données stratigraphiques, il semble que le mur présente une tranchée peu importante du côté du parement interne.

27- Les indices de datation

28Aucun élément de datation absolue n’est issu de cette intervention et seules les datations, par ailleurs non confirmées, de la fosse et des remblais recoupés par les fondations de la muraille sont à prendre en compte, sans pour autant apporter de précisions décisives par rapport à ce qui est connu. L’existence d’une levée de terre antérieure à la courtine maçonnée est envisageable et il s’agirait, dans cette hypothèse, d’une reconstruction. Dans une optique différente, on peut mettre l’accent sur l’appareil de moellons de calcaire que l’on rapprochera des observations faites au château impérial (chapelle et muraille), alors que les tronçons de mur observés place de Neubourg ainsi qu’au théâtre municipal se distinguent par l’utilisation dominante de la brique rouge. Dans ce cas de figure, le tronçon de la Cour du Raisin serait plus précoce, reléguant l’éventuelle fortification de terre et de bois à une date d’autant plus ancienne.

2.3.2.3. Phase C : l’occupation tardive du site

29Bien que le démantèlement de l’élévation du mur d’enceinte ne puisse être daté, l’impact durable de la fortification sur la topographie urbaine ne fait, quant à lui, aucun doute. En revanche, l’absence de vestiges d’une occupation intra muros antérieure, au mieux, à la fin du Moyen Âge, paraît étonnante, compte tenu que cette fortification est, en principe, rendue obsolète par la construction de la seconde enceinte. Les vestiges d’habitat dégagés correspondent à des murs, des piliers maçonnés, une salle souterraine, plusieurs puits, conduites et caniveaux, en grès, calcaire, briques ou même en bois, datés entre le xve et le xviie siècle.

Fig. 58. Haguenau. Place du Neubourg. Plan de situation du fossé de la première enceinte urbaine, échelle 1/500. DAO : R. Nilles/INRAP.

2.4. La place de Neubourg

2.4.1. Présentation du site

2.4.1.1. Circonstances de l’intervention

  • 197 A. Wagner.

30Le projet de construction, en 1998, d’un parking souterrain, est à l’origine d’une évaluation archéologique réalisée par l’AFAN (Nilles, 1998a) qui, pour diverses raisons, n’a pas donné lieu à une prescription de fouille. Les travaux d’excavation ont toutefois été suivis de manière ponctuelle et sans grands moyens par un amateur d’histoire locale197 qui a pu en tirer quelques enseignements.

2.4.1.2. Localisation

31Le site s’étend entre la rue Meyer et la rue du Maréchal Foch, à moins de 100 m à l’est du site de la Cour du Raisin et à 30 m de la Grand’Rue (fig. 53). Le tronçon de fortification découvert est situé sur le front sud-ouest de la première enceinte.

2.4.1.3. Type de vestiges observés

32Les observations, très succinctes, ont porté sur la courtine en briques ainsi que sur une partie du fossé (fig. 58).

2.4.1.4. Superficie et/ou longueur observées

33Les sondages ont permis de vérifier le tracé du mur d’enceinte et de constater qu’il servait de pignon à l’un des bâtiments démolis à la suite de l’intervention. L’analyse rapide du parcellaire entre ce site et le théâtre municipal, voire plus à l’est, montre que, dans ce secteur, plusieurs bâtiments ont été construits sur l’enceinte après son démantèlement.

2.4.1.5. État de conservation des vestiges

34Sur la majeure partie de la surface du site, non occupée par des bâtiments, les sondages ont montré que le mur d’enceinte avait été récupéré, mis à part la semelle de fondation en blocs de grès. Les rapides observations avant démolition des bâtiments ont permis de constater que le mur était conservé en élévation de la cave au plafond du premier étage, soit sur 8 m de hauteur et une largeur de pignon comparable.

2.4.1.6. Nombre de phases identifiées

35Plusieurs structures en creux, datées du xiie siècle, matérialisent la première occupation du site (A), potentiellement antérieure à la construction de la courtine en dur, et en liaison avec la proximité d’un cours d’eau dont une berge a été reconnue sur le site. La seconde phase (B) correspond à la construction de la fortification maçonnée. Quant à l’occupation civile, elle ne reprend a priori que tardivement, dans le courant du xviie siècle, à la suite du démantèlement du mur d’enceinte et du comblement du fossé.

2.4.2. Présentation des vestiges par phases chronologiques

2.4.2.1. Phase A : des vestiges d’habitat en bordure d’un cours d’eau

36Une berge a été reconnue à 2 m au nord du fossé défensif et atteste l’existence d’un cours d’eau naturel préexistant au fossé défensif, dont celui-ci reprend le tracé. Trois fosses, dont peut-être deux fonds de cabane, ont été découvertes. Elles étaient localisées à 15 m de distance à l’arrière de la muraille et parallèlement à la berge du cours d’eau.

2.4.2.2. Phase B : la construction de l’enceinte

- La courtine

37Les données structurelles. À sa base, le soubassement de grès sur lequel repose la maçonnerie en briques est d’une épaisseur d’environ 2 m. Dans sa partie enterrée, le mur possède une épaisseur maximale de 1,20 m. Dans sa partie aérienne, la maçonnerie n’a plus que 90 cm d’épaisseur.

38Les matériaux de construction et leur mise en œuvre. La semelle de fondation, sur laquelle repose ce mur, a été reconnue à 2 m sous le sol actuel. Elle comporte au moins deux assises de 30 cm de hauteur, constituées de gros blocs de grès rose et jaune, dont la longueur équivaut à l’épaisseur de la semelle de fondation. Aucune indication n’est malheureusement fournie sur la typologie des blocs, leur mode d’assemblage et l’existence ou non d’un radier en bois et de pieux de fondation. Le fossé quant à lui, amorce sa pente au droit de l’assise inférieure observée.

39La maçonnerie en briques apparaît homogène et de même facture de bas en haut, sans trace de reprise importante. Le mur est constitué de deux parements réguliers et d’un blocage central fait de briques fragmentées et de mortier de chaux. Il s’agit d’une maçonnerie à assises réglées réparties en carreaux et boutisses, irrégulière. Les briques sont de couleur orangée et d’un module moyen de 38 x 15 x 10 cm. Les joints, au mortier de chaux très compact, sont rentrants et épais en moyenne de 1 à 1,5 cm.

- Le fossé

40Le fossé n’a été observé que par portions, mais sa largeur peut raisonnablement être estimée à 20 m, la berge opposée se situant peu avant le mur de façade profil semble différer d’un point à un autre : en fond de cuvette sous le bâtiment, à fond plat dans les sondages réalisés sur le parking. Concernant son fonctionnement, des argiles grises à bleues, mêlées de matières organiques, révèlent le processus de décantation et témoignent de la présence à une période donnée, d’eau peu active et stagnante. L’épaisseur du dépôt, de l’ordre de 45 cm, témoigne d’une absence de curage au moins à partir de la fin du Moyen Âge, soit postérieurement à l’utilisation du fossé défensif. Des pieux en chêne de section carrée (10 x 10 cm), d’autres plus petits en sapin ainsi que des éléments évoquant des madriers ont également été découverts au fond du fossé, à proximité de la berge sud. Enfin, le comblement du fossé est massif et constitué de sable et de matériaux de démolition, dont une partie au moins proviendrait de la récupération du mur, sous la forme de fragments de briques inemployables et de blocs de mortier.

- Les indices de datation
  • 198 Archéolabs réf. ARC 98-R2125 D.

41Aucune datation ne peut être proposée, et ce n’est pas par le biais de la typo-morphologie des briques ni même de l’architecture de la muraille, dont on n’a pas assez de détails, que l’on peut espérer des précisions. Les seuls éléments de datation absolue connus concernent le fossé. Un des pieux prélevés au fond a en effet été daté par dendrochronologie entre 1391 et 1397198. Du mobilier prélevé dans la vase de fond du fossé daterait cet épisode du xive ou plus probablement du xve siècle. Enfin, le comblement définitif du fossé a été daté, également par du mobilier céramique, de la fin du xvie siècle ou du début du xviie siècle.

2.4.2.3. Phase C : l’occupation tardive du site

42Elle n’intervient, a priori, qu’après le démantèlement de l’enceinte, alors que la période médiévale semble marquée par une fréquentation sporadique du site ainsi que par des apports ponctuels de remblais entraînant un exhaussement peu important des abords de l’enceinte. À partir de la fin du xvie siècle, le sol est à nouveau exhaussé puis bâti. Les vestiges découverts (cave et aménagements de sols) témoignent d’une urbanisation ultérieure peu marquée, ce jusqu’à nos jours.

2.5. Le théâtre municipal

2.5.1. Présentation du site

2.5.1.1. Circonstances de l’intervention

  • 199 À l’instar de la place de Neubourg, A. Wagner a pu suivre ponctuellement les travaux.

43Ce diagnostic, réalisé en 2003 par l’INRAP dans le cadre d’une extension bâtie du théâtre municipal sur une emprise de 180 m2, devait permettre de vérifier le tracé de la première enceinte et d’atteindre la base de la muraille (Nilles, 2003). La présence de nombreux réseaux actifs ainsi que les contraintes techniques très fortes (exiguïté de la parcelle et profondeur de travaux de 4 m, obligeant la mise en place de parois moulées), ont réduit l’intérêt de cette intervention et contraint à renoncer à donner une suite au diagnostic199.

2.5.1.2. Localisation et type de vestiges observés

44Le site est localisé à 35 m à l’est de l’extrémité de la place de Neubourg (fig. 53). La courtine de la première enceinte urbaine a été très partiellement observée, de même que le fossé défensif.

2.5.1.3. État de conservation des vestiges

45Comme place de Neubourg, on constate la récupération quasi-complète de la courtine en briques, les vestiges conservés n’apparaissant qu’à partir de 3,50 m de profondeur.

2.5.1.4. Nombre de phases identifiées

46En dehors de l’ouvrage défensif, seuls des remblais contemporains de la construction du théâtre en 1840 ont été reconnus.

2.5.2. Présentation des vestiges

2.5.2.1. La courtine

47Le principal intérêt de l’intervention a été de confirmer le tracé de la courtine dans la continuité des observations faites place de Neubourg. La muraille présente ici une épaisseur sensiblement égale à celle du tronçon mis au jour précédemment. Elle se compose d’une maçonnerie de 1,10 m d’épaisseur, construite en briques orangées à jaunes d’un module moyen de 32 x 16 x 6,5 cm, assise sur une semelle en moellons de calcaire d’une épaisseur particulièrement importante, estimée par A. Wagner à 3,90 m. Aucune trace d’aménagements en bois n’a été observée sous la semelle.

2.5.2.2. Le fossé

48Les sondages montrent que sa largeur est sensiblement du même ordre que sur la place de Neubourg et n’excède pas 20 m. Son profil n’a pu être précisé en l’absence de coupe perpendiculaire à son tracé.

2.5.2.3. Les indices de datation

49En dehors d’un rapprochement évident avec le tronçon observé place de Neubourg, qui permettrait de conclure à la contemporanéité des deux segments de muraille, l’opération n’apporte aucun élément de datation absolue.

2.6. Institut Sainte-Philomène, boulevard Hanauer

2.6.1. Présentation du site

2.6.1.1. Circonstances de l’intervention

50Il s’agit d’une fouille d’évaluation réalisée en 1997 par l’AFAN préalablement à la construction d’une salle polyvalente et d’un parking souterrain (Étrich, 1997). Une modification du projet est intervenue, avec abandon du parking souterrain. Le percement d’un accès dans le mur de fortification présent du côté sud a cependant été maintenu.

2.6.1.2. Localisation

51Le site est implanté dans la partie sud de la ville, le long du boulevard Hanauer, et s’étend en profondeur vers le nord jusqu’en limite de la rue Neuve (fig. 53).

2.6.1.3. Type de vestiges observés

52L’opération s’est limitée à des observations sur le parement intérieur de la courtine appartenant au front sud de la deuxième enceinte urbaine et à une coupe stratigraphique, perpendiculaire à la fortification et traversant le site jusqu’aux abords de la rue Neuve. Elle a montré la présence de rares vestiges en creux et bâtis.

2.6.1.4. Superficie et/ou longueur observées

53Le tronçon étudié est rectiligne et mesure 26 m de longueur est-ouest. Le projet représente une surface intra muros supérieure à 2000 m2, la coupe relevée mesure 40 m de longueur.

2.6.1.5. État de conservation des vestiges

54La courtine est à cet endroit indemne de réaménagement et de toute destruction d’époque récente. La hauteur totale conservée est de 5,25 m, dont 3,25 m pour la fondation.

2.6.1.6. Nombre de phases identifiées

55Trois phases (A, B et C) se dégagent de l’étude. La première est antérieure à la construction de l’enceinte, mais n’est pas précisément datée. La seconde s’insère dans le bas Moyen Âge et/ou au début de l’Époque moderne. La phase C est datée des époques moderne et contemporaine.

Fig. 59. Haguenau. Institut Sainte-Philomène, boulevard Hanauer. Coupe restituée sud-nord et élévation ouest-est du parement interne de la deuxième enceinte urbaine, échelle 1/100. DAO : P. Girard/INRAP (d’après ÉTRICH, 1997 : fig. 5 et 6).

2.6.2. Présentation des vestiges par phases chronologiques

2.6.2.1. Phase A : les vestiges antérieurs à la construction de l’enceinte

  • 200 Découverte récente (A. Wagner) au no 14 Grand’Rue d’une fosse cuvelée en bois datée entre 1125 et 1 (...)

56Les seuls éléments témoignant de l’occupation sporadique du site antérieurement à la construction de l’enceinte consistent en des apports de remblais mais aussi en des dépôts alluviaux perturbés. Situé entre 70 et 120 m de distance au sud de la première enceinte (rue du Maréchal Foch), le site s’insère dans une zone qui n’a livré que très peu d’indices d’occupation antérieurs au bas Moyen Âge, et encore ceux-ci sont-ils situés à moindre distance et en marge immédiate de l’axe de sortie que prolonge l’actuelle “Grand’Rue”200. Pour résumer, il semble que les vestiges observés caractérisent plutôt une zone inondable et non urbanisée faisant occasionnellement office de dépotoir.

2.6.2.2. Phase B : le bas Moyen Âge et/ou le début de l’Époque moderne

- La courtine

57Les données structurelles. Observé partiellement en élévation ainsi qu’en fondation, le mur apparaît en l’état homogène et ne présente a priori pas d’interruptions importantes dans sa mise en œuvre, ni aucune modification majeure. Seul le percement d’une porte relativement petite (1,50 m de hauteur conservée pour une ouverture de 0,80 m de largeur) a été repéré et reste non daté. Enfin, le mur possède une épaisseur à la base ne dépassant pas 1,50 m.

58La fondation utilisée composée d’arcs de décharge maçonnés directement sur le terrain en place et reliés par des piles, nous renseigne sur la configuration du fossé qui est en fait détaché de la courtine (fig. 59). La présence, à la base du mur, de pieux apparemment sans lien avec celui-ci, laisse supposer l’existence d’un ouvrage défensif antérieur.

59Les matériaux de construction et leur mise en œuvre. La maçonnerie dans sa totalité (élévation et fondation) est réalisée quasi-exclusivement en briques jaunes à orange d’un module signalé comme homogène, de 35 x 16 x 6 cm. L’appareil est régulier et les briques disposées généralement en boutisse. Le liant est décrit comme homogène et consiste en un mortier beige très sableux et relativement peu compact. Quelques pierres de taille utilisées en remploi ( ?), apparaissent en différents endroits de la maçonnerie. Il pourrait s’agir d’éléments destinés à renforcer la maçonnerie. On note aussi la présence de quelques gros blocs de calcaire jaune utilisés pour les arcs de décharge, ainsi que l’emploi de dalles de grès rose surmontant des baies ébrasées vers l’intérieur interprétées par le responsable d’opération comme des meurtrières.

60Concernant l’élévation, deux alignements de trous de boulin ont été repérés, l’un dans l’alignement de la base des meurtrières, le second à 70 cm seulement au-dessus. Il s’agit d’ouvertures de 30 sur 20 cm de côté en moyenne, distantes de 1,50 à 2 m en moyenne. D’autres ouvertures isolées assimilables à des trous de boulin ont été identifiées mais apparemment sans organisation cohérente et compréhensible.

61Les particularités de ce mur sont, d’une part, un système de fondation constitué d’arcs de décharge et, d’autre part, la présence de meurtrières.

62Trois arcs de décharge sur les sédiments en place ont été mis au jour, reliés par des piliers trapézoïdaux de 1,20 à 1,30 m de côté. La hauteur totale des fondations est de 2,50 m, la largeur maximale des ouvertures étant relativement constante, de l’ordre de 2,40 m. De longs pieux, dont l’un prélevé, de section carrée (12 à 22 cm de côté), mesurait 1,70 m de hauteur, étaient disposés à la base et autour des piliers. Ils pourraient appartenir au coffrage des puits de fondation creusés préalablement à la construction. Il pourrait également s’agir de pieux de fondation appartenant à un ouvrage défensif antérieur.

63Sept meurtrières, aménagées à 1,50 m du sol contemporain intra muros, sont espacées régulièrement de 3,40 m. Leurs dimensions sont sensiblement identiques, 65 cm de hauteur et 55 cm de largeur d’ouverture sur le parement intérieur, et 10 cm de largeur d’ouverture sur le parement extérieur. Dans chaque baie, des encoches latérales de section carrée ont été repérées (fig. 59) qui correspondent vraisemblablement à des butoirs utilisés pour le tir à l’arquebuse (Koch, 2003a : 306).

- Les abords

64L’occupation médiévale avérée reste apparemment timide, mais intervient en tout cas dans un contexte d’arrêt de la sédimentation naturelle d’origine alluviale. La première mainmise sur le site ne peut être interprétée comme une tentative d’occupation permanente, mais est caractérisée par plusieurs creusements, dont au moins un fossé ainsi qu’une petite fosse à détritus. Le fossé a pu être observé en détail : d’orientation est-ouest, il est situé à 5 m à l’arrière du mur d’enceinte, et est relativement large (plus de 3,10 m), peu profond (60 cm) et à fond plat. En l’absence de vestiges contemporains pouvant être mis en relation, la responsable d’opération propose de l’interpréter comme un fossé de drainage ou de parcellaire.

- Les indices de datation

65L’expertise dendrochronologique du pieu en bois prélevé le long d’un des piliers de fondation n’ayant pu être réalisée, aucun autre indice concernant tant les matériaux utilisés que des techniques de construction n’est suffisamment pertinent pour asseoir une datation correcte et précise du tronçon de mur dégagé. Même la présence de meurtrières ne peut être prise en compte dans la mesure où on ne peut affirmer qu’il s’agisse bien d’aménagements contemporains de la construction. Les encoches dans les ouvertures, vraisemblablement liées à l’usage d’arquebuses, militent en faveur d’une utilisation du mur vers le xve-xvie siècle.

  • 201 L’hypothèse défendue par le responsable de l’intervention est qu’il pourrait en fait s’agir de la r (...)

66Il pourrait s’agir, à l’instar de la maçonnerie observée plus à l’ouest (site no 7), d’un tronçon construit vers la fin du Moyen Âge en remplacement d’une ligne de défense plus ancienne marquée par les pieux de fondation. On retrouve cette dernière de part et d’autre du Kleffertor récemment découvert à l’entrée de la rue Stiegelmann et daté du xiiie siècle201.

  • 202 À titre d’exemple, au château de Lichtenberg, le bâtiment de cuisine érigé selon cette technique à (...)

67La technique de fondation sur arcs de décharge est attestée en Alsace à partir du xviie siècle pour des constructions civiles ou militaires édifiées sur des terrains instables202.

2.6.2.3. Phase C : les vestiges d’Époque moderne et contemporaine

68En dehors d’exhaussements multiples et non synchrones, les vestiges datés des périodes moderne et contemporaine consistent en des maçonneries qui témoignent de l’existence d’un bâtiment. Leur mauvais état de conservation ne permet malheureusement pas d’en dire plus. L’auteur met en relation, à titre d’hypothèse, un important niveau de décombres présent sur une grande partie du site et daté du xviie siècle, avec les destructions occasionnées par les troupes françaises en 1635 ou 1677.

69Concernant les aménagements postérieurs à la construction d’origine et sans liaison avec la fonction défensive du mur, on note la présence de briques industrielles dans la partie supérieure de ce mur, qui, à ce moment-là, fait office de mur de clôture le long du boulevard. En dernier lieu, l’ouverture percée tardivement dans la muraille aura été rebouchée à l’aide de briques et de petits moellons de grès rose.

2.7. Boulevard Hanauer - Rue Neuve

2.7.1. Présentation du site

2.7.1.1. Circonstances de l’intervention

70La construction, en 2005, d’un ensemble immobilier de logements et de locaux professionnels, suite à la démolition de l’ancien cinéma Odéon, a donné lieu à un sondage destiné à vérifier la présence et l’état de conservation du mur d’escarpe du front sud de la deuxième enceinte urbaine, en principe conservé sous la façade du cinéma en bordure du boulevard Hanauer (Nilles, 2005a). L’intention finale était d’assurer la conservation de l’ouvrage dans le cadre du projet immobilier.

Fig. 60. Haguenau. Boulevard Hanauer. Front de rue. Cliché R. Nilles/INRAP.

Fig. 61. Haguenau. Boulevard Hanauer, 2005. Parement de la courtine de la deuxième enceinte urbaine. Cliché R. Nilles/INRAP.

2.7.1.2. Localisation

71Le projet est situé à 240 m à l’ouest du site de l’institut Sainte-Philomène (fig. 53). Il s’étend, depuis le Boulevard Hanauer, sur une surface de 1 068 m2 jusqu’à hauteur de la rue Neuve au nord (fig. 60).

2.7.1.3. Type de vestiges observés

72L’intervention a permis d’étudier ponctuellement le parement intérieur jusqu’à la base du mur de la deuxième enceinte urbaine. L’état du terrain après démolition et la présence de secteurs déjà excavés n’ont pas autorisé de compléments stratigraphiques intra muros. Quelques observations ont cependant été possibles à la base et sous le mur d’enceinte.

2.7.1.4. Superficie et/ou longueur observées

73Le parement relevé et photographié mesure 9 m de longueur est-ouest (fig. 61).

2.7.1.5. État de conservation des vestiges

74Le mur de défense, existant sur toute la longueur du site, soit 35 m linéaires, présentait un certain nombre de perturbations liées à la construction du cinéma, notamment plusieurs piliers en béton ancrés dans la maçonnerie. Le petit tronçon étudié est en fait sur l’un des rares segments conservés sans modification notable. L’ensemble est arasé à hauteur de l’actuel trottoir et atteint une hauteur totale de 3,50 m, comprenant 2,10 m de fondation et 1,40 m d’élévation d’origine (avant exhaussement du niveau de la rue).

2.7.1.6. Nombre de phases identifiées

75Deux séquences d’activité antérieures à la construction du mur d’enceinte sont reconnues stratigraphiquement (phase A). Concernant l’enceinte (phase B), aucun aménagement postérieur à la construction, en dehors de ceux qui sont liés à la construction du cinéma, n’a été mis en évidence.

2.7.2. Présentation des vestiges par phases chronologiques

2.7.2.1. Phase A : l’occupation antérieure à la construction de l’enceinte

76Les deux premières séquences appartiennent à la période médiévale, sans que l’on puisse apporter plus de précisions. La première n’est, en fait, composée que d’apports alluviaux sableux et tourbeux faiblement anthropisés et renvoie à une configuration étroitement associée à la présence d’eau et à une occupation extrêmement sporadique. La seconde séquence correspond à la mise en place d’un puissant remblai sablo-graveleux dont l’épaisseur excède 1,40 m. Pour l’essentiel, on retrouve les caractéristiques mises en évidence à Sainte-Philomène, permettant de démontrer qu’il s’agissait, antérieurement à l’extension fortifiée, d’une zone trop éloignée du premier noyau urbain du xiie siècle pour être habitée.

2.7.2.2. Phase B : la construction de la courtine

- La courtine

77Les données structurelles. Dans la continuité de Sainte-Philomène, le tronçon est ici entièrement rectiligne et correspond au front sud de l’enceinte. Aucune particularité structurelle n’a par contre été mise en évidence. L’absence d’informations sur le parement extérieur du mur ne permet qu’une estimation relative de l’épaisseur de la maçonnerie au sommet, qui sous le trottoir dépasse 1,50 m. Enfin, et contrairement à Sainte-Philomène, le parement extérieur en relation avec le fossé n’a pu être observé.

78Les matériaux de construction et leur mise en œuvre. La partie arrière du mur d’enceinte semble former un tout (fondation et élévation) de conception homogène. Il est simplement constitué d’un appareil de briques à assises régulières. En fait, seule la mise en œuvre du mortier de chaux permet de distinguer la fondation, plaquée contre la paroi de la tranchée, de l’élévation. Enfin, et contrairement au tronçon de Sainte-Philomène assis sur un système d’arcs de décharge, aucun élément de renforcement n’est ici présent. La stabilité de l’encaissant naturel, où alternent des sables et des argiles, justifie peut-être cette sobriété technique.

79Concernant le parement, il se compose de briques maçonnées généralement en boutisse et quinconce. Des mesures portant sur un échantillon de 48 briques montrent un module homogène moyen de 33 x 16 x 8 cm, différent, mais néanmoins proche du format moyen reconnu à Sainte-Philomène (35 x 16 x 6 cm). D’importantes variations de couleur des briques, allant du jaune au rouge, sont également à noter.

- Les indices de datation
  • 203 Archéolabs réf. A-05-27-02-TL.

80Alors qu’aucun indice morphologique ou stratigraphique ne permettait de dater la maçonnerie, une analyse par thermoluminescence d’un lot de cinq briques prélevées à la base du mur203 conclut à l’homogénéité des terres cuites et situe la période de construction entre 1360 et 1480, soit bien après la date traditionnellement attribuée à la deuxième enceinte urbaine (1228-1235). S’il s’agit effectivement d’un tronçon entièrement construit au xive ou xve siècle, aucun indice ne permet toutefois d’identifier matériellement une éventuelle ligne de défense plus ancienne.

2.8. Boulevard Hanauer : voirie

2.8.1. Présentation du site

2.8.1.1. Circonstances de l’intervention

  • 204 Ces observations ont été effectuées par A. Wagner.

81Il ne s’agit pas d’opérations archéologiques à proprement parler, mais d’observations disparates lors de travaux de réfection de voirie et de déviation de réseaux sur le boulevard Hanauer en 1997 et 1998204. Parmi les diverses indications fournies, deux trouvailles datées par dendrochronologie (A et B) concernent le front sud de la deuxième enceinte urbaine.

2.8.1.2. Localisation

82Les vestiges A ont été retrouvés approximativement dans l’axe médian du boulevard Hanauer, dans l’axe du front est de la rue Stiegelmann, soit à 120 m du site de l’institut Sainte-Philomène et à 130 m du site “Hanauer – rue Neuve” précédemment présenté (fig. 53).

83Les vestiges B sont quant à eux localisés à l’autre extrémité et sur le front nord de l’avenue, soit à 140 m vers l’est de l’institut Sainte-Philomène.

2.8.1.3. Type de vestiges observés

84Il s’agit, dans les deux cas, de fondations lacunaires assises sur des pieux en chêne. L’importance des massifs de maçonnerie et leur localisation permettent de penser qu’il s’agit, pour A de vestiges d’une des portes de l’enceinte, le Kleffertor (Wagner, 2001 : 129), et pour B d’une tour appelée Mäuseturm (Wagner, 2001 : 145).

2.8.2. Présentation des vestiges

2.8.2.1. La porte dite Kleffertor (A)

85Les matériaux de construction et leur mise en œuvre. A. Wagner signale un massif de briques d’une épaisseur qu’il estime entre 1,70 et 2 m, reposant sur des pieux fichés dans l’argile naturelle. L’un des pieux prélevés, de section carrée (28 cm de côté), mesurait 1,75 m de hauteur. D’axe nord-sud et dans l’alignement du front est de la rue Stiegelmann, on suppose, dans l’optique d’un ouvrage placé dans la continuité de la rue, qu’il s’agit des fondations de la façade orientale de la tour.

  • 205 Archéolabs réf. 98/R21/25D.

86Les indices de datation. L’un des pieux a été daté par dendrochronologie entre 1256 et 1260205. Sa provenance reste imprécise.

2.8.2.2. La tour dite Mäuseturm (B)

87Les matériaux de construction et leur mise en œuvre. L’auteur évoque très succinctement un massif de briques correspondant à l’angle sud-est d’un ouvrage quadrangulaire situé à environ 7 m du front de rue actuel. La maçonnerie, épaisse d’au moins 2 m, est arasée à 2,50 m de profondeur par rapport au niveau de chaussée actuelle. Un pilotis très dense de pieux en chêne fichés dans de l’argile bleutée a été observé sous la fondation. Un pieu prélevé est de section quadrangulaire (15 cm de côté) et mesure 1,50 m de hauteur.

  • 206 Archéolabs réf. 98/R225D.

88Les indices de datation. L’expertise dendrochronologique du pieu de fondation laisse supposer qu’il a été mis en place en 1447 ou peu après206.

2.9. Polyclinique Sainte-Odile, rue des Prémontrés

2.9.1. Présentation du site

2.9.1.1. Circonstances de l’intervention

89La construction de la polyclinique Sainte-Odile, sur un terrain situé à la jonction des deux dernières enceintes de la ville, a été précédée d’un décapage exhaustif de l’ancien terrain vague et d’une étude des fortifications (fig. 62). L’intervention a été réalisée par l’AFAN en 1990 (Keller, Waton, 1990).

2.9.1.2. Localisation

90Affecté à des bâtiments et hangars avant d’être transformé en terrain vague, le site est établi dans la partie nord de la vieille ville, à l’angle de la rue des Prémontrés et de la rue de la Vieille-Fayence et à moins de 100 m à l’est de la Grand’Rue (fig. 53).

2.9.1.3. Type de vestiges observés

91Les vestiges mis au jour sur ce site se rapportent à trois thématiques urbaines : l’hydrographie médiévale, avec la découverte d’un chenal ponctuellement aménagé, les fortifications avec des éléments appartenant aux deux dernières enceintes urbaines (escarpes successives, fossé, aménagements hydrographiques et contrescarpe appartenant à la deuxième enceinte), et enfin l’habitat (caves) pour les périodes plus récentes.

2.9.1.4. Superficie et/ou longueur observées

92La surface totale du site excède 4 000 m2, autorisant ainsi des observations et le dégagement en plan de 105 m de courtine, dont 60 m appartiennent à la deuxième enceinte urbaine. En ce qui concerne cette dernière, seul le parement intérieur a fait l’objet de relevés ponctuels sur une longueur globale de 38 m. Le parement extérieur de la troisième enceinte urbaine a été relevé sur 45 m de longueur (fig. 63). Des relevés ponctuels du parement intérieur complètent la documentation.

93Le fossé de la deuxième enceinte n’a été que succinctement dégagé et n’a fait l’objet d’observations stratigraphiques que pour la partie supérieure de son comblement. La maçonnerie de contrescarpe qui l’accompagne n’était conservée que sur seulement 5,20 m de longueur.

2.9.1.5. État de conservation des vestiges

94Concernant la première escarpe, la hauteur maximale conservée était de 3,70 m, dont 2 m d’élévation. La seconde présentait en moyenne 3,50 m de parement, dont 1,80 m d’élévation. On notera que le projet d’aménagement a pris en compte et conservé en l’état une partie des maçonneries. D’autre part, le tracé des deux enceintes a été restitué sous forme d’un marquage mis en place à l’intérieur du parking souterrain de la clinique.

Fig. 62. Haguenau. Polyclinique Sainte-Odile. Plan des vestiges mis au jour (d’après Keller, Waton, 1990), échelle 1/500. DAO : M. Werlé / INRAP.

Fig. 63. Haguenau. Polyclinique Sainte-Odile. Élévation du parement oriental du mur de la troisième enceinte urbaine (phase C) et du mur avec arcade fermant le fossé nord du premier agrandissement (phase D) (d’après Keller, Waton, 1990), échelle 1/100. DAO : M. Werlé / INRAP

2.9.1.6. Nombre de phases identifiées

95Cinq phases principales sont reconnues (A à E) : la première correspond au xiiie siècle et aux premiers aménagements hydrographiques ; les phases B, C et D concernent les aménagements fortifiés successifs. Enfin, la phase E inclut les structures d’habitat d’Époque moderne et du xixe siècle.

2.9.2. Présentation des vestiges par phases chronologiques

2.9.2.1. Phase A : les premiers aménagements hydrographiques

  • 207 Échantillons 91 à 94, expertises dendrochronologiques Archéolabs, par Ch. Orcel et Ch. Dormoy, 23 j (...)

96Un réseau de vingt-trois piquets répartis sur 10 m de longueur, parallèlement à l’axe sud-est/nord-ouest des fortifications construites ultérieurement, a été relevé à environ 18 m à l’arrière de la première muraille. Des observations stratigraphiques attestent qu’il s’agit vraisemblablement d’un aménagement (passerelle, gué) mis en place au terme de l’existence d’un chenal déjà bien envasé. Les piquets ont probablement été installés après 1248 (fig. 62)207.

2.9.2.2. Phase B : construction de la deuxième enceinte urbaine

- La courtine

97Les données structurelles. La portion présente sur le site correspond à l’angle obtus de la fortification, la majeure partie, d’orientation sud-est/nord-ouest, appartenant au front est de l’enceinte. Elle n’a été que ponctuellement dégagée jusqu’à sa base, son épaisseur moyenne au sommet est de 1,40 m. Aucun aménagement spécifique n’a été reconnu et seules des réfections ponctuelles viennent rompre l’homogénéité de la maçonnerie.

98Les matériaux de construction et leur mise en œuvre. D’après le rapport de fouille, il semble que les parties observées non remaniées aient été entièrement constituées de briques, au moins en ce qui concerne le parement intérieur. Les remaniements, apparemment nombreux, ont, semble-t-il, rendu l’étude difficile. Au moins trois modules de briques jaunes ou rouges sont ainsi reconnus (29 x 15 x 7 cm, 36 x 17 x 8 et 38 x 18 x 7 cm), sans que l’on sache celui qui domine dans la construction d’origine. Cette hétérogénéité typologique ne se retrouve pas dans la pose qui est toujours signalée en boutisse.

99L’examen de la documentation photographique semble indiquer que les assises d’élévation sont régulières et présentent des joints rentrants d’épaisseur sensiblement équivalente. Concernant la fondation, l’aspect de sa maçonnerie, noyée dans un mortier blanc à rosâtre très dur, permet de penser qu’elle a été construite en tranchée étroite. Ponctuellement, le coffrage en bois de la tranchée, au moins trois planches en chêne superposées, a été dégagé, confirmant l’hypothèse d’une maçonnerie épousant la paroi de la tranchée.

- Le fossé

100La partie observée, bien que très succinctement, correspond au front nord de l’enceinte, le front est étant hors emprise et situé sous la rue des Prémontrés.

  • 208 La structure a été suivie sur 18 m de longueur. Sa largeur est importante mais très variable, passa (...)

101Les données structurelles. On sait de ce fossé qu’il mesure 18,20 m de largeur et qu’il est délimité par un mur d’enceinte dont la partie inférieure fait office d’escarpe, et d’une contrescarpe. Son alimentation en eau est probablement en partie connue par le biais d’une fouille réalisée à 200 m au nord-ouest du site, rue des Cultivateurs. Celle-ci a montré la présence d’un cours d’eau dont le tracé rejoindrait le fossé à moins de 20 m de l’angle de l’enceinte208.

102Les matériaux de construction et leur mise en œuvre. Le mur de contrescarpe, très ponctuellement conservé, correspond à une maçonnerie en briques jaunes, comportant des inclusions de grès (moellons et fragments) et dont le parement côté fossé comprend, à la base, deux assises de blocs de grès de 0,35 m de hauteur. Il est probable que ces assises en pierres témoignent du niveau d’eau lors des périodes d’activité du fossé. Comme autre élément technique, on peut noter la découverte, à 2,20 m du mur, d’une planche en bois posée de chant et maintenue par des pieux. Le fouilleur propose d’y voir un élément de coffrage de la tranchée de fondation équivalente dans ce cas à la limite extérieur du creusement du fossé.

103Pour ce qui est de la morphologie du fossé, notamment de son profil central, la coupe relevée sur seulement 1 m de hauteur n’apporte pas d’informations. Elle concerne seulement le remplissage terminal de la structure, où alternent couches de remblais incluant des matériaux de construction et couches de terre végétale.

- Les indices de datation
  • 209 Échantillons 31 à 33, 61 à 63, expertises dendrochronologiques Archéolabs, par Ch. Orcel et Ch. Dor (...)

104Des analyses dendrochronologiques concordantes effectuées sur les trois planches de coffrage de la tranchée de fondation de l’escarpe, ainsi que sur la planche et deux pieux pouvant appartenir au coffrage extérieur du fossé, donnent une date de construction égale ou postérieure à 1338209.

Fig. 64. Haguenau. Polyclinique Sainte-Odile 1990. Détail de l’arche de la phase D vu depuis l’est. Cliché M. Keller/INRAP.

2.9.2.3. Phase C : construction de la troisième enceinte urbaine

- La courtine

105Les données structurelles. La fouille a montré que le mur d’escarpe constitutif de la troisième enceinte de la ville était situé dans l’alignement de la portion d’escarpe orientale datée de 1338 et ne démarrait qu’au niveau de sa portion de contrescarpe orientée est-ouest. Cette particularité témoigne de la sorte du maintien en activité de la partie nord du fossé de la deuxième enceinte urbaine (fig. 53 C), qui pouvait ainsi contribuer à l’alimentation en eau du nouveau système fossoyé, étant relié à un chenal encore actif.

106Épais de 1,30 m au sommet, le mur apparaît très homogène et de conception soignée, avec comme particularité la présence d’arcs de décharge enterrés rappelant la mise en œuvre observée à Sainte-Philomène (fig. 63 et 64).

107Les matériaux de construction et leur mise en œuvre. Cet ensemble homogène est entièrement constitué de briques digitées dont la couleur varie du jaune au rouge, et d’un module unique de 34 x 18 x 8 cm. Les assises sont régulières et les briques maçonnées principalement en boutisse et à joints larges. Seules les briques constitutives des arcs de décharge sont posées de chant, disposées en claveau.

108Six arcs de décharge maçonnés de forme semi-circulaire reposant directement sur les terres en place ont été relevés sur les 36 m de maçonnerie dégagée. Leur ouverture est relativement variable et va de 1,80 à 2,50 m, pour une hauteur intérieure moyenne de 1 m. Distants de 2,40 à 3,30 m, ils retombent sur des piles de largeur sensiblement équivalente et dont la profondeur n’excède pas celle des ouvertures.

- Le fossé

109Celui-ci n’a pas été, à proprement parler, découvert et étudié. Seul un aménagement indéterminé mis au jour au pied du mur d’enceinte, et à moins de 8 m de la contrescarpe de la deuxième enceinte urbaine, lui serait associé. Comme on l’a déjà évoqué, la présence d’arcs de décharge en fondation de la muraille laisse à penser que l’enceinte est séparée du fossé par un talus. Le maintien en place d’un tronçon de la première contrescarpe à la jonction des deux fossés matérialise l’extrémité sud de ce terre-plein.

- Les indices de datation
  • 210 Échantillons 11, 12 et 13, expertise dendrochronologique Archéolabs, par Ch. Orcel et Ch. Dormoy, 2 (...)

110Les indices morphologiques et architecturaux suffisamment précis faisant défaut, il faut se référer aux analyses dendrochronologiques réalisées sur l’aménagement en bois situé au pied du mur dans le fossé. Les trois échantillons datés situent l’agencement aux alentours de 1400, mais rien en l’état n’empêche de penser qu’il s’agisse d’un aménagement postérieur à la courtine210.

2.9.2.4. Phase D : construction d’une arche sur le fossé daté de 1338 – Des réfections diverses concernant les deux enceintes

- La construction d’une arche

111Les données structurelles. La jonction entre les deux enceintes (fig. 53 C et D), qui, jusque-là, étaient séparées par le fossé nord du premier fossé, sera dorénavant matérialisée par une maçonnerie incluant une arche permettant de maintenir l’alimentation en eau depuis le cours d’eau découvert rue des Cultivateurs. Un recalibrage du fossé du front nord de la première enceinte, bien que non identifié archéologiquement, apparaît cependant probable.

112L’ouvrage intermédiaire entre les deux courtines mesure 18,20 m (soit la largeur du fossé), et comprend une arche de 4 m d’ouverture située à 10 m au nord de la première enceinte.

113Les matériaux et leur mise en œuvre. Les maçonneries mises en œuvre de part et d’autre de l’arche présentent un traitement sensiblement comparable et semblent être relativement hétérogènes en termes de matériaux utilisés. L’ensemble du dispositif est renforcé du côté ouest par trois contreforts en briques jaunes, quadrangulaires et très irréguliers.

114La répartition des matériaux est approximativement la même des deux côtés, avec, pour schématiser, un parement en pierres dans la partie inférieure protégeant une maçonnerie construite en briques jaunes disposées très irrégulièrement. Le parement en pierres est constitué de blocs à bossage en grès rose, de longueur variable (50 cm à 1,15 m). Il comporte, du côté extérieur, cinq assises vers le sud, quatre dans la partie nord, de hauteur variable (40 cm à 0,65 m). Dans cette dernière partie, des blocs de grès délimitent également l’angle de la maçonnerie jusqu’à son niveau d’arasement.

115L’arche proprement dite a été relevée du côté extérieur (fig. 63). Comportant une ouverture de 2,50 m de hauteur, elle est constituée de seize blocs de grès rose sans traitement de surface et de dimensions variables, mais qui ne dépassent que rarement 50 cm de côté (44 à 53 cm de hauteur, 20 cm de largeur moyenne). Plusieurs pieux de soutènement sont également à signaler à 1,20 m de l’arche, côté fossé à l’ouest, que le fouilleur attribue aux travaux de construction (mise en place d’un batardeau ?).

  • 211 Échantillon 41, expertise dendrochronologique Archéolabs, par Ch. Orcel et Ch. Dormoy, 23 juillet 1 (...)

116Les indices de datation. Construit postérieurement aux tronçons de muraille, l’aménagement ne présente pas d’homogénéité architecturale permettant une datation précise. Un des pieux fichés à l’arrière du mur a par contre été daté (avec réserves) de 1530211.

- Des réfections diverses

117Divers réaménagements ont été identifiés, dont certains, notamment des réfections des parements en briques, n’ont eu qu’un impact très ponctuel sur les différents ouvrages.

118Quelques travaux se démarquent cependant, par leur importance, de l’ensemble du dispositif. Ainsi, un renforcement des fondations de la seconde enceinte est caractérisé par le bouchage en briques, d’au moins trois arcs de décharge initialement maçonnés sur les terres en place.

  • 212 Une assise de 40 cm de hauteur puis deux autres de 25 cm de hauteur.

119La seconde intervention notable a trait à l’arche, qui a été obturée, et au système d’alimentation en eau du fossé qui se réduira à une canalisation insérée dans le bouchage (fig. 64), avec comme conséquence évidente une réduction importante du débit d’eau. La réfection se compose, de haut en bas, d’une série de six assises de briques jaunes maçonnées sur un radier en bois, surmontées de trois assises de blocs de grès rose à bossage212 puis à nouveau d’assises de briques jaunes. Une conduite formée d’un tronc de chêne évidé et équarri, de forme trapézoïdale (l. : 35 et 44 cm ; H. : 42 cm), est intégrée dans la partie inférieure en briques et déborde de part et d’autre de la maçonnerie. Elle est en liaison, côté intra muros, avec un conduit quadrangulaire de 1,35 m de largeur extérieure, construit en moellons de grès de 45 cm d’épaisseur, le tout surmonté d’une couverture en dalles de grès. Une série de cinq pieux de section carrée, fichés parallèlement et à 3 m de distance de la maçonnerie, pourrait peut-être appartenir à un batardeau exigé pour la réalisation des travaux.

- Les indices de datation
  • 213 Échantillon 51, expertise dendrochronologique Archéolabs, par Ch. Orcel et Ch. Dormoy, 23 juillet 1 (...)

120Un lien direct entre l’envasement progressif du chenal observé rue des Cultivateurs, avec comme conséquence une réduction dans les mêmes proportions du volume d’eau disponible, et la pose d’une canalisation semble évident. La datation dans le xvie siècle des couches supérieures du chenal est à prendre en compte. Cependant, l’analyse dendrochronologique d’un des pieux appartenant au possible batardeau conclut à une date plus tardive, se situant vers 1604213.

Conclusion

  • 214 Seules les interventions de la Cour du Raisin et de la Polyclinique Sainte-Odile sont relativement (...)

121Quoiqu’il ne s’agisse le plus souvent que d’interventions qui s’apparentent à des fouilles d’évaluation et à de la surveillance de travaux214, des résultats inédits sont malgré tout acquis, essentiellement dans le domaine de la topo-chronologie des enceintes de Haguenau (fig. 65).

122Alors que la datation dendrochronologique vers 1130 de la muraille en calcaire observée par Robert Will mériterait d’être confirmée, la découverte sur le front est du château d’une berge de la Moder, non aménagée et antérieure à ce premier aménagement en dur, relance la problématique de défense du château au moment de sa fondation. Des fouilles complémentaires permettront à l’avenir de valider l’hypothèse d’une première enceinte en bois et en terre rapidement abandonnée, mais aussi de préciser par ce biais la chronologie de la fondation du site impérial. L’intérêt de la découverte, ce qui vaut également pour le quai médiéval découvert plus au sud (site no 2), est aussi d’ordre topographique et environnemental. On peut de la sorte apprécier la mainmise sur le cours d’eau, transformé en fossé défensif, mais aussi les gains de terres opérés successivement au détriment de la puissance de la rivière.

Fig. 65. Haguenau. Essai de restitution du développement topographique des enceintes (d’après Reutenauer, 2004), échelle 1/10 000. 1. Enceinte castrale (xiie siècle) ; 2. Première enceinte (xiie siècle) ; 3. Deuxième enceinte ; 4. Troisième enceinte. DAO : M. Werlé/INRAP.

123Des précisions topographiques ont par ailleurs été apportées sur les fronts ouest et sud de la première enceinte urbaine, mais il reste malheureusement de nombreuses zones d’ombre, notamment du côté nord-ouest dont le tracé habituellement évoqué depuis F.-J. Himly, en liaison avec un bras disparu de la Moder, reste entièrement à démontrer. Chronologiquement, l’apport des fouilles récentes est relativement décevant en termes de datation fine de l’enceinte. Deux phases de travaux, de part et d’autre de la porte des Arbalétriers, ont cependant été identifiées sur le front sud à partir des matériaux utilisés, moellons de calcaire à l’ouest et briques de terre cuite à l’est. La mise en œuvre du tronçon en calcaire (Cour du Raisin) n’est pas sans rappeler celle utilisée pour la chapelle et le mur d’enceinte le site du château impérial. Il serait tentant d’y voir une certaine continuité et d’attribuer dans ce cas le mur en briques à un second temps de la construction de l’enceinte. Ceci reste dans l’immédiat une hypothèse de travail que seules de futures interventions archéologiques pourraient valider.

124C’est certainement pour la deuxième enceinte urbaine que les innovations topo-chronologiques sont les plus marquées grâce à l’apport de plusieurs datations absolues permettant de proposer des scénarios de construction inédits. L’hypothèse soutenue à partir des données récentes remet en question la tradition d’un ensemble homogène construit vers 1230 et tend vers un échelonnement des travaux de fortification. La datation, vers 1256-1260, d’une des portes du front sud, permet d’envisager, en partant du principe d’un aménagement préalable des accès, que le projet d’enceinte pourrait n’avoir vu le jour qu’avec quelques décennies de retard sur la chronologie habituellement proposée. En tenant compte de la datation très tardive du mur d’enceinte en briques, vers la fin du xive siècle, voire dans le cours du xve siècle, du site Boulevard Hanauer/Rue Neuve, il n’est pas interdit de concevoir un dispositif initial constitué, pour le front sud au moins, d’ouvrages en dur, notamment les portes, associés à des tronçons en terre et en bois maintenus tels quels jusqu’à une date avancée. La datation également tardive du tronçon d’escarpe de la polyclinique Sainte-Odile, vers 1338, semble montrer qu’un processus identique est à l’œuvre sur le front nord.

Notes

187 En dernier lieu Metz, 1998a, avec de nombreuses références aux sources.

188 Superficies inédites calculées à partir du plan à 1/5 000 (fig. 53).

189 Par exemple, Burg, 1976 : 32.

190 Il ne s’agit que d’une estimation très approximative.

191 Analyse effectuée en 1969 sur un pieu de fondation, par le laboratoire du musée rhénan de Trèves. Rapport conservé aux archives municipales de Haguenau (Reutenauer, 2004 : 9).

192 Analyses réalisées en même temps que celle du pieu de la chapelle (Reutenauer, 2004 : 9).

193 Le site de la polyclinique Sainte-Odile (no 9) a la particularité d’être situé à la jonction nord-est des deux dernières enceintes urbaines. Il n’a pas été possible d’intégrer une dixième opération, réalisée en 1992 par J.-L. Isselé et M.-D. Waton, rue des Dominicains (cf. supra Les opérations récentes en Alsace).

194 Archéolabs réf. ARC 99/R2125 D/3#.

195 Les premiers résultats de la fouille réalisée en 2006 laissent supposer l’existence d’un habitat contemporain.

196 Association pour le développement de l’Archéologie alsacienne.

197 A. Wagner.

198 Archéolabs réf. ARC 98-R2125 D.

199 À l’instar de la place de Neubourg, A. Wagner a pu suivre ponctuellement les travaux.

200 Découverte récente (A. Wagner) au no 14 Grand’Rue d’une fosse cuvelée en bois datée entre 1125 et 1200. Analyse dendrochronologique par Archéolabs, réf. ARC04/R3095D.

201 L’hypothèse défendue par le responsable de l’intervention est qu’il pourrait en fait s’agir de la reconstruction du front sud de l’enceinte mentionnée par les textes à la suite du siège de 1677. Il ne s’agirait alors plus vraiment d’un mur à vocation défensive. L’épaisseur relativement faible de l’élévation pourrait militer en faveur de cette option.

202 À titre d’exemple, au château de Lichtenberg, le bâtiment de cuisine érigé selon cette technique à la fin du xviie siècle, lorsque Vauban fit reconstruire la forteresse (information : J. Koch).

203 Archéolabs réf. A-05-27-02-TL.

204 Ces observations ont été effectuées par A. Wagner.

205 Archéolabs réf. 98/R21/25D.

206 Archéolabs réf. 98/R225D.

207 Échantillons 91 à 94, expertises dendrochronologiques Archéolabs, par Ch. Orcel et Ch. Dormoy, 23 juillet 1990.

208 La structure a été suivie sur 18 m de longueur. Sa largeur est importante mais très variable, passant de 29 à 20 m. Ce chenal atteignant 1,50 m de profondeur possède un fond plat et n’a apparemment jamais été aménagé. Il commence à être envasé au xiiie siècle, processus qui se poursuivra lentement, les couches supérieures recelant un mobilier attribuable au début du xvie siècle. Nilles, 1996 : 8 à 10, plan no 5 et planche no 5.

209 Échantillons 31 à 33, 61 à 63, expertises dendrochronologiques Archéolabs, par Ch. Orcel et Ch. Dormoy, 23 juillet 1990.

210 Échantillons 11, 12 et 13, expertise dendrochronologique Archéolabs, par Ch. Orcel et Ch. Dormoy, 23 juillet 1990.

211 Échantillon 41, expertise dendrochronologique Archéolabs, par Ch. Orcel et Ch. Dormoy, 23 juillet 1990.

212 Une assise de 40 cm de hauteur puis deux autres de 25 cm de hauteur.

213 Échantillon 51, expertise dendrochronologique Archéolabs, par Ch. Orcel et Ch. Dormoy, 23 juillet 1990.

214 Seules les interventions de la Cour du Raisin et de la Polyclinique Sainte-Odile sont relativement extensives.

Table des illustrations

Légende Fig. 52. Haguenau. Contexte géographique, échelle 1/25 000. DAO : M. Werlé/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12733/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Légende Fig. 53. Haguenau. Proposition de tracé des enceintes médiévales sur fond de plan cadastral actuel (d’après Reutenauer, 2004), échelle 1/5 000. A. Château impérial ; B. Première enceinte urbaine ; C. Deuxième enceinte urbaine ; D. Troisième enceinte urbaine. DAO : M. Werlé/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12733/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Légende Fig. 54. Haguenau. Carte postale datant de 1906 permettant de visualiser le front sud de la deuxième enceinte urbaine avant la création du boulevard Hanauer.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12733/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 55. Haguenau. Rue du château. Plan des vestiges archéologiques, échelle 1/1 250. DAO : H. Duval et R. Nilles/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12733/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 406k
Légende Fig. 56. Haguenau. Diagnostic parking du magasin Mutant, angle des rues du Château et des Chaudronniers, coupe est-ouest montrant la berge datée du xie ou xiie siècle. Cliché R. Nilles/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12733/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 513k
Légende Fig. 57. Haguenau. Cour du Raisin. Vue de la courtine maçonnée de la première enceinte urbaine. Cliché J. Koch/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12733/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 435k
Légende Fig. 58. Haguenau. Place du Neubourg. Plan de situation du fossé de la première enceinte urbaine, échelle 1/500. DAO : R. Nilles/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12733/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende Fig. 59. Haguenau. Institut Sainte-Philomène, boulevard Hanauer. Coupe restituée sud-nord et élévation ouest-est du parement interne de la deuxième enceinte urbaine, échelle 1/100. DAO : P. Girard/INRAP (d’après ÉTRICH, 1997 : fig. 5 et 6).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12733/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Légende Fig. 60. Haguenau. Boulevard Hanauer. Front de rue. Cliché R. Nilles/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12733/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende Fig. 61. Haguenau. Boulevard Hanauer, 2005. Parement de la courtine de la deuxième enceinte urbaine. Cliché R. Nilles/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12733/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 529k
Légende Fig. 62. Haguenau. Polyclinique Sainte-Odile. Plan des vestiges mis au jour (d’après Keller, Waton, 1990), échelle 1/500. DAO : M. Werlé / INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12733/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Fig. 63. Haguenau. Polyclinique Sainte-Odile. Élévation du parement oriental du mur de la troisième enceinte urbaine (phase C) et du mur avec arcade fermant le fossé nord du premier agrandissement (phase D) (d’après Keller, Waton, 1990), échelle 1/100. DAO : M. Werlé / INRAP
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12733/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Légende Fig. 64. Haguenau. Polyclinique Sainte-Odile 1990. Détail de l’arche de la phase D vu depuis l’est. Cliché M. Keller/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12733/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende Fig. 65. Haguenau. Essai de restitution du développement topographique des enceintes (d’après Reutenauer, 2004), échelle 1/10 000. 1. Enceinte castrale (xiie siècle) ; 2. Première enceinte (xiie siècle) ; 3. Deuxième enceinte ; 4. Troisième enceinte. DAO : M. Werlé/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12733/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 279k

© ARTEHIS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search