Version classiqueVersion mobile

Archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace (XIIe-XVe siècle)

 | 
Yves Henigfeld
, 
Amaury Masquilier

Études monographiques

Épinal (Vosges)

Jacky Koch, Charles Kraemer, Philippe Kuchler, Amaury Masquilier et Hélène Duval

Texte intégral

1. PRÉSENTATION GÉNÉRALE ET ÉTAT DE LA RECHERCHE (Ph. K., Ch. K.)

1.1. Contexte géographique et géologique

1Préfecture du département des Vosges (88), la ville d’Épinal se développe en limite des reliefs cristallins et gréseux vosgiens et des plateaux calcaires lorrains. Le sous-sol est constitué par les premières assises sédimentaires du Bassin parisien, lesquelles ont subi d’importants mouvements tectoniques qui se sont traduits par un réseau de failles orthogonales entraînant la formation d’un horst (Horst d’Épinal), percé par la Moselle jusqu’au soubassement granitique.

2La dynamique fluviale a profondément modelé le paysage en creusant ses propres couches alluviales et un épais dépôt de grès rose. Le site d’Épinal (fig. 37) est caractérisé par un relief tabulaire et des terrasses en gradins dont les altitudes sont comprises entre 324 et 436 m NGF. Le point le plus élevé se trouve sur un éperon effilé, découpé dans le plateau gréseux, sur la rive droite de la Moselle, par deux petits affluents orientés du nord-est au sud-ouest. L’éperon surplombe un cône de déjections formé par la Moselle, les ruisseaux d’Ambrail, de Poissompré et un troisième cours d’eau, aujourd’hui disparu, mentionné dans un texte du xive siècle : le ru de Xaitegney. Le site d’Épinal s’est développé au sein de ce réseau hydrographique, surplombé, à l’est, par cet éperon rocheux.

3Ces conditions géologiques ont conduit au morcellement de la ville en trois entités distinctes, avec d’est en ouest :

  • l’éperon, découpé dans le plateau, sur lequel est construit le château médiéval ;

  • la zone au pied de l’éperon, progressivement colmatée par les alluvions fluviatiles de la Moselle, où s’est développé le bourg ;

  • l’île, enfin, formée par un méandre recoupé par un bras de la rivière, où s’installe le quartier de Rualménil.

4Ces espaces de dimensions modestes forment une barrière naturelle sur l’axe nord-sud de la vallée de la Moselle. L’étranglement de la vallée, l’escarpement de la colline du château, le réseau de ruisseaux et la Moselle offrent des conditions favorables à la création d’un site défensif médiéval qui contrôle les axes de communication reliant la Lorraine, l’Alsace et la Bourgogne et participe au développement de l’agglomération.

1.2. Historique des recherches

5La question du développement des enceintes urbaines d’Épinal a, en grande partie, été traitée dans des travaux plus généraux sur la topographie historique de la ville médiévale. Le premier ouvrage évoquant l’enceinte est publié dès 1844 par Ch. Chanzy (Chanzy, 1844). Au début du xxe siècle, d’autres auteurs s’intéressant à l’histoire de la ville médiévale et moderne évoquent succinctement les fortifications.

6En 1970, B. Houot traite, dans un mémoire de maîtrise, de la topographie de la ville d’Épinal au Moyen Âge, et aborde l’enceinte fortifiée par le biais des sources écrites et iconographiques (Houot, 1970). Ce travail a servi de base à deux articles de synthèse sur les origines de la ville (Houot, 1976 et 1983) et à la monographie publiée dans la collection Atlas des villes de France, où l’auteur propose un nouveau plan des vestiges médiévaux et modernes reportés sur la feuille cadastrale de 1809 (Houot, 1993).

7Auparavant, plusieurs articles ou notices présentaient les observations résultant du dégagement d’une portion de l’enceinte, au nord de la rue Aristide-Briand (Grasser, 1984) et d’une partie de la tour du Vieux-Moulin et de la courtine adjacente, rue Poincaré (Grasser, 1988). L’ensemble de ces données de terrain a été intégré dans 375 une synthèse sur la topographie historique par périodes chronologiques et le potentiel archéologique de la cité spinalienne. Ce travail réunit, pour la première fois, les conclusions des multiples études historiques publiées depuis le xixe siècle et les résultats des interventions archéologiques réalisées récemment dans cette ville (Kuchler, 1998a).

Fig. 37. Épinal. Contexte géographique, échelle 1/25 000. DAO : H. Duval/INRAP.

8Parmi les travaux plus récents, il convient de mentionner l’article de Ch. Kraemer, qui réactualise les informations historiques et archéologiques concernant les origines de la ville et son développement topographique au Moyen Âge (Kraemer, 2000). On citera enfin l’ouvrage de M. Bur sur le château d’Épinal et, plus particulièrement, sur son enceinte et sa position centrale dans la défense de la ville (Bur, 2002).

1.3. État des connaissances

1.3.1. Les origines de la ville

  • 166 Les sources écrites officielles évoquant les origines de la ville d’Épinal sont au nombre de trois  (...)
  • 167 Le culte de saint Maurice s’est propagé, dans la région, dans le courant des vie-viie s.

9Si l’on se réfère aux sources écrites166, la ville d’Épinal est née à la fin du xe siècle, de la décision de l’évêque de Metz, Thierry de Hameland († 984), cousin germain de l’empereur Otton Ier, d’établir, sur un de ses domaines du sud de la Lotharingie, un château, un marché et un monastère. L’église abbatiale, qui semble avoir été bâtie à l’emplacement d’une première chapelle déjà dédiée à saint Maurice167, devient rapidement le centre d’une paroisse regroupant cinq manses de la rive droite de la Moselle, Avrinsart, Villers, Spinal, Rualménil et Grennevau (fig. 37), détachés de la paroisse primitive de Dogneville.

Fig. 38. Épinal. Tracé et emprise supposés des enceintes et du premier noyau urbain d’après la vue cavalière de N. Bellot (1626) et le plan cadastral de 1809, échelle 1/5 000. DAO : Y. Henigfeld et Ph. Kuchler/INRAP, d’après Houot, 1970 et 1993.

10La localisation du premier château d’Épinal reste méconnue, faute d’informations archéologiques. Toutefois, les fouilles programmées dirigées par Michel Bur de 1984 à 1992 sur le sommet de l’éperon rocheux n’ont pu révéler d’occupation du site avant l’édification du château de l’évêque Jacques de Lorraine, dans la première moitié du xiiie siècle. C’est pourquoi le château primitif est traditionnellement localisé, relativement à l’interprétation du texte de fondation de Thierry de Hameland (in dorso devexo sui), à l’extrémité de l’éperon qui domine la plaine alluviale, précisément à l’emplacement de la tour du Voué dont l’appellation aurait gardé le souvenir d’une construction plus ancienne (Bur, 2002 : 124).

11Concernant la localisation du noyau pré-urbain, deux hypothèses ont été émises :

  • la première le place dans la basse-cour du château ;

  • la seconde le situe au pied de l’éperon rocheux (Grand Bourg), dans un secteur délimité par les deux ruisseaux (Houot, 1983 : 12).

  • 168 Mais, en l’absence de mention dans les sources documentaires d’une enceinte primitive protégeant le (...)

12La découverte, sur l’îlot du palais de justice, de structures d’habitat en matériaux périssables en marge d’une zone marécageuse, attribuées aux xe-xiie siècles, tend à corroborer la seconde hypothèse (Henigfeld, 1996 et 2002a ; Kuchler, 2000a ; Kuchler et alii, 2001), suggérée par un texte de 1140 qui mentionne un suburbium de castro de Spinalo, c’est-à-dire un bourg aggloméré au pied du château (Bur, 1992 : 51)168 (fig. 38).

13Si l’on se réfère aux résultats de la fouille de sauvetage urgent effectuée en 1989 place des Vosges, ce noyau pré-urbain ne s’étendait pas, à l’ouest, au-delà de cet endroit qui reste marécageux jusqu’au xiiie siècle (Kraemer, 1994).

14En résumé, le bourg primitif d’Épinal occupe sans doute un espace restreint, au mieux palissadé, situé au pied de l’éperon rocheux, entre le château primitif, à l’est, l’église Saint-Maurice, le marché et l’abbaye, à l’ouest (Bur, 1992 : 45-59 ; Kraemer, 2000 : 51). La permanence de zones humides, régulièrement inondées, dans la partie septentrionale de l’îlot du palais de justice, sur la rive droite de la Moselle et peut-être au nord du ruisseau d’Ambrail, limite vraisemblablement son développement, du moins jusqu’à la construction de l’enceinte urbaine, dans le courant du xiiie siècle.

Fig. 39. Épinal. Vue cavalière de la ville d’Épinal en 1626, par N. Bellot. Coll. Musée de l’Image © Musée de l’Image/H. Rouyer.

1.3.2. La mise en place du système défensif

  • 169 Un plan “des anciennes fortifications des villes et château d’Épinal”, dressé en 1748, dont un fac- (...)

15Peu de temps après l’octroi de pouvoirs politiques aux spinaliens par une charte de franchise accordée vers 1225-1226, l’évêque de Metz Jacques de Lorraine (1239-1260)169 fait construire une enceinte autour des quartiers du Bourg (ou grande ville) et de Rualménil (ou petite ville). Ces travaux de fortification auraient duré jusqu’au milieu du xive siècle (Bur, 1992 : 49).

16Pour la fin du Moyen Âge, la topographie de la ville peut être partiellement restituée à partir du plan en perspective cavalière peint par N. Bellot en 1626 (fig. 39). Elle comprend quatre unités distinctes, reliées par un réseau de ponts en bois et de rues (fig. 38 et 40) :

  • à l’ouest, le Petit Rualménil forme une sorte de barbacane avec l’établissement, à la croisée des chemins, des portes Bresson, de Crotté et Halmoinin. Si l’on se réfère aux sources écrites, le secteur abritait, dès le xive siècle, des auberges, des tanneries et plusieurs fermes ;

  • immédiatement à l’est, le Grand Rualménil est inclus dans son propre système défensif. Il correspond à un quartier artisanal avec des activités de blanchiment de la toile de chanvre dans sa partie septentrionale et de tannerie dans sa partie méridionale ;

  • sur la rive droite de la Moselle, le Grand Bourg correspond au centre économique et politique de l’agglomération. Deux indices de variations topographiques sont attribuables à la fin du Moyen Âge : le transfert du marché sur la place du Poiron (actuelle place des Vosges) dans le courant du xve siècle et la construction du bâtiment du Poids en 1444, derrière le chevet de l’église ;

  • l’ensemble castral (château et châtelet), bâti sur l’éperon dominant le Grand Bourg, présente un système complexe d’enceintes successives renfermant divers bâtiments dont l’architecture évolue jusqu’à leur destruction, en 1670. Cette année-là débute aussi le démantèlement des fortifications de la ville (Houot, 1993 : 2).

Fig. 40. Épinal. Proposition de tracé des enceintes, échelle 1/5 000. 1. Château xiiie-xviie siècle ; 2. Châtelet ; 3. Tour du Voué ; 4. Le Grand Bourg ; 5. Rualménil ou Petit Bourg ; 6. Tour Jacques. DAO : H. Duval/INRAP, Ch. Kraemer/Université Nancy 2.

Fig. 41. Épinal. Tour Jacques (localisation fig. 40 no 6). Relevés P. Debouige et G. Huot-Marchand, échelles 1/200 et 1/50. 1. Archère – canonnière ; 2. Archère. DAO : H. Duval/INRAP et I. Ferraresso / Université Nancy 2.

1.3.3. Le château

17Les différentes campagnes de fouille dirigées par Michel Bur ont permis de préciser l’existence, à partir du xiiie siècle, d’un ensemble castral au sommet de l’éperon rocheux (Bur, 2002). Il comprend, à l’origine, un donjon quadrangulaire, un logis et une chapelle, organisés autour d’une place d’armes et défendus par une courtine, dont l’angle sud-est est flanqué postérieurement d’une tour ronde, la tour Saint-Georges. Durant le premier quart du xvie siècle, le logis est abandonné au profit d’une rampe d’artillerie et un corps de garde est construit dans la cour, contre le donjon. À la même époque, le système défensif est renforcé, à l’est, par l’établissement d’un boulevard d’artillerie gagné sur la pente. Vaste espace fortifié séparé du château par un large fossé, le châtelet, pourvu d’une enceinte comportant onze tours, est occupé à la fin du xvie siècle par des maisons des drapiers, des granges et des écuries. Très tôt, l’entrée par la ville dans cette sorte de basse-cour est protégée par la puissante tour carrée du Voué.

1.3.4. L’enceinte du Grand Bourg

18D’une longueur approximative d’un kilomètre, l’enceinte du Grand Bourg est percée de cinq portes et flanquée, au sud et à l’ouest, de tours de plan quadrangulaire, circulaire, demi-circulaire, en fer à cheval et ovale. De même qu’une portion des courtines sud et nord de l’enceinte, certaines d’entre elles ont fait l’objet, dans les années 1980, d’observations archéologiques, complétées en 2004 par une équipe du LAMEst (fig. 41).

1.3.4.1. Le quartier du Chapitre

19Entre l’actuelle rue Aristide-Briand, la rue Claude-Gellée et le quartier du Chapitre, des travaux d’aménagement, réalisés entre 1978 et 1984, ont permis de suivre 130 des 260 m de l’enceinte urbaine située entre la porte d’Arches et celle d’Ambrail. Au total, les observations archéologiques ont porté sur quatre tours dont deux sont encore inscrites dans le paysage urbain, sur 30 m de courtine, et sur le fossé en auge qui la précède, d’une largeur à l’ouverture estimée, par un sondage électrique, à 12 ou 13 m, et autrefois alimenté par le ruisseau d’Ambrail, canalisé au xixe siècle.

20L’analyse architecturale, qui renseigne autant sur le choix des matériaux et leur mise en œuvre que sur les aménagements militaires et fonctionnels, montre qu’il s’agit d’un ensemble homogène et cohérent. Les murs d’une épaisseur comprise entre 2 et 2,30 m (hormis ceux de la tour Evrard qui n’excèdent pas 1,60 m) présentent (sauf sur 5 m de longueur à l’ouest de la tour Bazoilles où le profil est totalement vertical) un profil taluté sur 1,35 m de hauteur qui épaissit la base de 25 cm. Les parements, interne et externe, sont maçonnés en grès rose local, taillé en moyen appareil réglé (hauteur max. : 30 cm, longueur max. : 45 cm) et lié au mortier de chaux.

  • 170 Datations sur bois de cœur réalisées par Willy Tegel et Roswitha Schweichel (Dendronet, Bohlingen, (...)

21La courtine, entre la tour du Chapitre et la tour Bazoilles (mais peut-être aussi tout l’ensemble, ce que la fouille n’a pas montré), repose sur un radier de fondation et des pieux en bois datés par14 C des années 1220-1230 (Grasser, 1984 : 29), la date d’abattage de ces derniers étant, selon la dendrochronologie, postérieure à 1150170. La partie observée, entre la tour Bazoilles et celle du Chapitre, conserve une chaîne d’angle qui a fait penser à l’existence d’une poterne ouvrant dans le fossé mais qui, compte tenu de sa situation, en partie immergée, peut correspondre au vestige d’un aqueduc ou d’un égout en lien avec le bourg. Par ailleurs, deux étriers (hauteur : 14 cm, largeur à la base : 22 cm) d’archères, situés à environ 2 m au-dessus des fondations, appartiennent à un premier niveau de défense qui s’observe également dans les tours et qui se trouvait quasiment au ras de l’eau du fossé fossilisé par une usure horizontale de la maçonnerie.

22Les tours, espacées d’une trentaine de mètres (entre 28 et 35 m), sont en saillie d’environ 5 m par rapport à la courtine ; elles dessinent un plan semi-circulaire ou en léger fer à cheval d’un diamètre moyen de 8 à 8,50 m (6,70 pour la plus petite et 10,20 pour la plus grande). Les mieux conservées (la tour du Chapitre et la tour Evrard), sur près de 9 m de hauteur, présentent deux rangées d’archères superposées, la plus basse étant au niveau de celles observées dans la courtine, la plus haute à 7,50 m au-dessus. Les archères, dont certaines ont été transformées en canonnières à la française à la fin du xvie ou au début du xviie siècle, sont toutes du même type : en sifflet avec une niche de tir à l’intérieur et une fente sur l’extérieur d’1,20 m de hauteur, 8 à 10 cm de largeur, surmontant un étrier triangulaire de 14 cm de hauteur et 22 de largeur à la base (fig. 41).

23Outre ces aménagements défensifs, l’ensemble présente quelques éléments d’architecture fonctionnelle, notamment un puits percé dans la courtine, à l’intérieur, à proximité de la tour du Chapitre, quelques évacuations d’eau en pierre et, dans la tour Bazoilles transformée en habitation vers la fin du xve siècle, un escalier en vis desservant au moins trois niveaux, le premier ouvrant sur une ruelle (Grasser, 1987 : 93), le second comportant une baie gothique et le troisième une cheminée.

1.3.4.2. L’îlot Lormond

  • 171 Dans son article, J. Grasser date ces vestiges du xiie siècle, en signalant toutefois leur contempo (...)

24En 1986, des travaux d’aménagement de l’îlot Lormont, au nord de la ville, ont permis d’observer la partie basse de la tour dite du “Grand-Moulin” ainsi qu’une portion de la muraille adjacente. D’un diamètre extérieur d’environ 9,50 m, la tour se développe selon un plan circulaire, fermée à la gorge par un mur plat. D’une épaisseur comprise entre 2 et 2,40 m, la courtine a été reconnue sur une hauteur maximale de 11,45 m. Ces fortifications sont munies de plusieurs archères (à étrier triangulaire sur la tour et à simple fente sur la courtine ?), permettant de dater l’ensemble du xiiie siècle (grasser, 1988 : 95)171.

1.3.5. L’enceinte du Grand Rualménil

25En l’absence d’études archéologiques sur la rive gauche de la Moselle, seules les sources écrites et iconographiques nous renseignent sur l’enceinte du Grand Rualménil. De plan oblong, elle se développe sur environ 800 m et est munie de trois portes et de sept tours, dont les tours de Brenel, Collinet et du Pertuis-Aubert. L’alimentation en eau du fossé occidental est régulée par un système de vannes disposé en amont de la poterne Aubert.

2. LES TRAVAUX RÉCENTS

26Depuis 1992, quatre opérations archéologiques inédites ont porté sur les enceintes et le château d’Épinal (fig. 40) :

  • un sondage d’emprise réduite à l’angle des rues Lormont et Raymond-Poincaré ;

  • une fouille d’archéologie préventive au 34, rue Entre-les-Deux-Portes et au 37, rue de la Maix ;

  • une fouille d’évaluation archéologique sur le flanc nord du château et son châtelet ;

  • un relevé micro-topographique et architectural.

2.1. Le sondage à l’angle des rues Lormont et Raymond-Poincaré (Ch. K.)

2.1.1. Présentation du site

27Le sondage a été réalisé en août 1992 à l’entrée de la rue Lormont, du côté de la rue Raymond-Poincaré, à l’occasion de réfections de conduites souterraines (Papazzoni, 1992 et 1993b). Son emprise réduite, environ 20 m2, a été déterminée par rapport à la découverte fortuite de la muraille et de façon à observer ses relations avec la stratigraphie environnante (fig. 42 et 43). La fouille a été réalisée sur une profondeur qui a permis d’atteindre la base des parements, soit 1,40 m au sud et 2,60 m au nord. La courtine d’environ 2 m d’épaisseur a été reconnue sur environ 5,50 m de longueur et se développe selon un axe nord-est/sud-ouest en direction de la tour des Vieux-Moulins. L’amorce d’une tour circulaire a été observée à l’extrémité occidentale du sondage. En dépit des nombreux aménagements réalisés dans ce secteur postérieurement à la réalisation du plan Groslin en 1748, notamment le percement dans la première moitié du xixe siècle de la rue Lormont et le creusement de tranchées pour passer des canalisations de toutes sortes, la stratigraphie a été conservée permettant des observations de part et d’autre du mur. Entre 0,60 et 0,80 m sous le niveau du sol actuel, la courtine se développe sur toute la largeur de la rue. Il s’agit en fait de deux murs accolés.

2.1.2. Phase A : le premier mur

28Le premier mur (M1), au sud, le plus épais, environ 1,20 m, est conservé sur environ 0,60 m de haut. Son parement intérieur, le seul visible, est monté en gros moellons (L : 40 à 70 cm ; H : 20 à 25 cm) équarris de grès et maçonné en appareil réglé de telle sorte que les joints sont peu apparents. Ce mur n’est pas fondé. Sa base repose sur une couche de terre brune, sans doute le limon observé en divers points de la ville, et est en relation avec une fine couche d’occupation qui recouvre la précédente. Le mobilier qu’elle contient, uniquement céramique, évoque par ses caractéristiques techniques comparables à celles des poteries exhumées de la séquence 1 du château d’Épinal des productions datables, au plus tard, de la première moitié du xiiie siècle (Kraemer, 2002b). Les autres couches ne renseignent guère sur la nature de l’occupation de ce secteur. Tout au plus peut-on observer l’existence de couches peu épaisses qui fossilisent ce sol : un niveau de limon argileux incluant de nombreux matériaux calcinés, dont une poutre, ou encore une fine couche de terre brune comprenant des inclusions de mortier et de charbons de bois. Au dessus, une seule couche, entamée par le creusement de tranchées pour le passage de canalisations, colmate totalement le mur jusqu’à son arase.

Fig. 42. Épinal. Rue Lormont. Relevés des vestiges, échelle 1/50. Mise au net des relevés : Ph. Jeannot ; DAO : H. Duval/INRAP.

Fig. 43. Épinal. Rue Lormont. Relevés de coupes, échelle 1/50. Mise au net des relevés : Ph. Jeannot ; DAO : H. Duval/INRAP.

Fig. 44. Épinal. Rue Entre-les-Deux-Portes, 37, rue de la Maix. Plan chronologique, échelle 1/200. DAO : J. Koch/INRAP.

2.1.3. Phase B : le contre-mur et la tour de flanquement

29Le second mur (M2), au nord, de 0,80 m d’épaisseur, plus profondément fondé que le précédent d’une cinquantaine de centimètres, est conservé sur une hauteur proche d’1,50 m. Son parement extérieur présente dans sa moitié nord-est des traces de réparations (moellons ébauchés mal agencés) qui tranchent avec l’autre partie à appareil réglé correspondant à ceux de l’amorce de la tour dégagée à l’extrémité sud-est du sondage. Ce parement présente un très léger fruit visible au niveau des six premières assises et repose sur une fondation de 30 cm de hauteur en empattement de 10 à 20 cm. La fouille fut prolongée en deçà de la fondation, traversant une couche de tout-venant brun foncé en partie appuyée contre la première assise puis une couche brun clair. Ces deux strates contenaient, l’une et l’autre, des fragments de poterie céramique noire, notamment deux lèvres à rebord incisé, en tout point comparable à un fragment retrouvé dans la couche d’occupation, à l’intérieur de l’enceinte. Elles reposaient ponctuellement sur un lit de gros galets de Moselle, lequel recouvrait une couche de tout-venant mêlé de (gros) blocs de grès. Au-dessus de cet ensemble, une fine pellicule de sable gréseux est dissimulée sous une épaisse couche de 30 à 70 cm de sable gréseux mêlé d’éclats de grès brun rose et de nodules de charbons de bois. Elle enveloppe la base d’un petit mur de 50 cm d’épaisseur (M4), conservé sur une hauteur de 50 à 70 cm, soit trois ou quatre assises, et appuyé perpendiculairement au parement nord de l’enceinte. Elle est recouverte jusqu’à l’arase du mur par un remblai de terre noire mêlée de petits galets, de sable et de mortier qui contenait du mobilier métallique et céramique, en particulier des fragments de tuile et de pots vernissés verts, et/ou jaunes, caractéristiques des xvie-xviie siècles.

30Au sud-ouest, la tour (M3), construite dans un bel appareil en grès, a une base légèrement talutée et est parfaitement liaisonnée au mur nord de l’enceinte dont les assises sont de même hauteur. Il ne fait aucun doute que ces deux maçonneries sont contemporaines. La tour est distante de 20 m de la tour des Vieux-Moulins, mais en diffère par le fait qu’elle ne présente plus aucun élément d’architecture militaire.

2.1.4. Conclusion

31L’évolution de ce secteur se mesure, d’après la stratigraphie, sur la longue durée. Les observations de ce secteur permettent de proposer deux phases successives dans l’aménagement de l’enceinte. Cette hypothèse est confortée par la présence des éléments analogiques relevés au 34, rue de la Maix. Ainsi, on peut admettre que la première enceinte fut ici dotée, lors d’une seconde phase, d’une tour reliée au reste du dispositif par un contremur. En dépit de données céramologiques, les éléments de datation absolue restent insuffisants.

2.2. 34, rue Entre-les-Deux-Portes et 37, rue de la Maix (J. K., Ph. K.)

2.2.1. Présentation du site

2.2.1.1. Circonstance de l’intervention

32Le site fut observé lors de deux campagnes d’abord de sondages en avril 1994 (Caumont, 1994), puis de sauvetage urgent (Koch, 1995a) sur une superficie de 50 m2. Les sondages dans les maisons occupant ces parcelles avaient mis en évidence l’existence de vestiges de l’enceinte, d’un contre-mur et du mur occidental de la tour-porte Saint-Goëry, conservés sur une hauteur importante. La campagne de sauvetage urgent fut menée à la suite des travaux de démolition de ces bâtiments, une initiative malheureuse qui eut lieu sans observation approfondie des vestiges révélés par le diagnostic. Elle permit d’observer les soubassements de structures extérieures, ainsi qu’une partie de la stratigraphie du fossé.

2.2.1.2. Localisation du site

33Le site est localisé du côté occidental de l’intersection entre les rues de la Maix et Entre-les-Deux-Portes, plus précisément dans l’emprise du fossé, au nord-est de la ville. Il est mitoyen de la porte Saint-Goëry (ou Porte de la Fontaine) qui appartient à l’enceinte du Grand Bourg.

2.2.2. Présentation des vestiges par phases chronologiques

34Quatre phases médiévales (fig. 44) sur ce segment de l’enceinte du Grand Bourg ont été mises en évidence. À l’édification d’une première courtine a succédé la création d’un contre-mur augmentant l’épaisseur de l’ensemble, puis un mur de défense avancée fut bâti en avant de ce mur primitif. La dernière étape a été marquée par l’érection de la tour-porte de la Fontaine.

2.2.2.1. Phase A : un mur d’enceinte aveugle

35- Analyse descriptive. La première phase est marquée par la construction d’un mur d’enceinte rectiligne, épais de 1,20 m et orienté selon un axe est-ouest (MUR 1). Les observations ont été réalisées sur la partie basse de la courtine, soit sur une hauteur de 2,50 m, la partie haute ayant été restaurée après la démolition du bâtiment d’habitation. Sa base est légèrement talutée, sans ressaut de fondation évident.

36Le parement extérieur du mur 1 est constitué de gros moellons quadrangulaires lisses montés en assises régulières (hauteur des assises comprise entre 22 et 35 cm) et liés avec du mortier de chaux. Des éclats de grès servent occasionnellement de calage. Ce mur est également muni d’un blocage interne lié avec du mortier de chaux blanc.

37- Indices de datation. Cette maçonnerie forme le premier élément de fortification bâtie identifiée sur ce site ; mais aucun indice de datation absolue n’a pu être mis en évidence. D’après la chronologie relative, elle est antérieure à l’édification du contre-mur associé à une amorce de tour circulaire (rue Lormont).

2.2.2.2. Phase B : le surépaississement du mur initial

  • 172 Cf. infra notice de Ch. Kraemer sur le site de la rue Lormont.

38- Analyse descriptive. Les sondages de 1994 avaient révélé que la courtine a été doublée par un contre-mur en petit appareil (MUR 2), épais de 80 cm, à l’identique du système que l’on retrouve sur le site de la rue Lormont (Caumont, 1994)172.

39Aucun aménagement défensif spécifique n’a été observé sur la courtine. Il s’agit donc d’un mur d’enceinte aveugle, au moins pour sa partie basse, sans doute précédé, à l’origine, d’un large fossé (non reconnu dans sa totalité). En l’absence d’éléments architecturaux et de mobilier archéologique signifiants, seule l’analyse des sources documentaires peut nous renseigner sur la date de sa construction.

40- Indices de datation. Aucun indice de datation absolue n’a été mis en évidence en relation avec ce contre-mur. Le même type de maçonnerie a été mis en évidence en liaison avec une amorce de tour dans la rue Lormont.

2.2.2.3. Phase C : un mur de défense avancée

41- Analyse descriptive. Un nouvel ouvrage a été bâti à environ 2 m en avant du front défensif (MUR 3), sur un remblai de sable de rivière apporté préalablement de manière à aménager une terrasse dans le fossé.

42Épais de 1,60 m à sa base, posée en tranchée étroite, ce mur avait conservé son élévation sur une hauteur maximale de 1,20 m. Trois assises de gros moellons de grès équarris posées sur une semelle du même matériau, constituaient la fondation hourdée par du mortier de chaux. L’épaisseur de l’élévation a été rétrécie à 0,90 m par un ressaut intérieur. À l’extérieur, deux assises en biseau formaient l’empattement à la base du parement.

43Au niveau de l’élévation, si le parement interne est relativement irrégulier, un traitement spécifique a été apporté sur le parement extérieur, construit en moyen appareil régulier de moellons de grès quadrangulaires, avec des joints recouverts par un mortier blanc fin (fig. 45). Des éclats de taille servent de calage et le blocage est composé de moellons de grès, d’éclats et de galets.

44L’ouvrage est percé d’archères à étrier (deux observables sur le parement extérieur). La base de la fente, d’une largeur d’ouverture de 7 cm, est complétée par un étrier triangulaire monolithe, large de 42 cm à la base et haut de 23 cm (fig. 45) et ébrasé de 45o vers l’intérieur. Au contact des fentes de tir de plan pentagonal, les amorces de niches larges de 1,90 m sont conservées.

  • 173 Cette solution fut-elle apportée pour compenser le manque de tours flanquantes sur ce front ?

45Un ouvrage similaire (mur crénelé percé d’archères à étrier) est visible sur la gravure attribuée à J. Callot, vers 1631 (fig. 46), en avant de la tour dite du Grand-Moulin. Il est marqué au nord par un chaînage d’angle qui matérialise éventuellement l’amorce d’un retour vers l’est, parallèle au front septentrional de l’enceinte. La maçonnerie découverte à l’angle des rues de la Maix et Entre-les-Deux-Portes participait donc comme lui à la défense active avancée de la ville par deux niveaux supplémentaires, à l’identique d’une fausse-braie173.

  • 174 Ce type d’archère à étrier, dont la base ne mesure toutefois que 23 cm contre 42 cm sur le mur de d (...)
  • 175 La situation vers le nord revêt probablement une forte charge symbolique.

46- Indices de datation. L’étude de la stratification permet d’entrevoir une construction de la muraille basse postérieurement à la courtine, soit au plus tôt dans la seconde moitié du xiiie siècle. Le type d’archères à étrier desservies depuis une niche arrière est d’un modèle courant à partir du milieu du xiiie siècle mais demeure en usage durant tout le siècle suivant174. La présence de niches à l’arrière confirme une datation située, au plus tôt, dans la seconde moitié du xiiie siècle. Par sa qualité, la construction de cet ouvrage avancé s’inscrivait ainsi dans une période d’émancipation de la ville par rapport à la tutelle épiscopale175. Si l’on se réfère à la vue cavalière de N. Bellot (fig. 39), la muraille basse est démantelée avant 1626, puisqu’elle n’y est plus figurée. Cette datation est confirmée par l’étude du mobilier archéologique qui permet d’attribuer la destruction à la seconde moitié du xvie siècle, voire au début du xviie siècle.

Fig. 45. Épinal. Rue Entre-les-Deux-Portes, 37, rue de la Maix. Élévation extérieure de la barbacane (M3), échelle 1/50. DAO : J. Koch/INRAP.

Fig. 46. Épinal. Gravure de Jacques Callot (1631).

2.2.2.4. Phase D : la tour-porte de la Fontaine

47- Analyse descriptive. La muraille basse est recoupée à l’est, au niveau d’une archère, par un mur perpendiculaire saillant (MUR 4), conservé sur une hauteur de 4,60 m et qui se poursuit en angle droit vers l’est. Ce dernier repose sur des fondations en gros moellons et blocs de grès ébauchés montés en moyen et grand appareil et liés avec du mortier de chaux orangé à fortes inclusions de graviers. L’élévation du mur est composée, à la base, de gros moellons de grès lisses et, dans sa partie supérieure, de blocs de gros gabarit montés en assises réglées d’une hauteur comprise entre 30 et 48 cm. Les joints, larges de 2 à 5 cm, sont comblés avec un mortier de chaux de couleur crème, très poudreux. La première assise d’élévation est marquée par un chanfrein de 55o qui ménage un empattement des fondations de 14 cm. L’ensemble de la construction empiète sur le fossé, de manière à amorcer le tablier d’un pont, après l’exhaussement du niveau d’occupation sur environ un mètre.

48- Indices de datation. L’étude de la stratification des murs permet d’attribuer la construction de cette maçonnerie postérieurement à la muraille basse, soit après le xive siècle. Cette datation est corroborée par l’utilisation d’un appareillage monumental lisse qui se développe au xive-xve siècle et par des caractéristiques architecturales, associant une tour quadrangulaire et un pont-levis, qui apparaissent tardivement dans le Moyen Âge, au xve siècle au plus tôt (Riquewihr, Bergheim en Alsace ou Bar-le-Duc, Metz, Mirecourt ou encore Vaucouleurs en Lorraine…).

49La vue cavalière de la ville par N. Bellot (1626) et la gravure de J. Callot (1631) montrent une tour quadrangulaire ajourée sur cinq étages, avec un dernier niveau crénelé en encorbellement sur des mâchicoulis à arcades et munie de quatre tourelles aux angles. La forme des fenêtres, la présence des tourelles aux angles et des mâchicoulis à encorbellement tendent à dater la tour-porte au plus tôt vers 1400, sous réserve d’une homogénéité de la construction. Cette datation coïncide avec les premières mentions de la tour comme clocher en 1425 et de dépenses pour les portiers et les réparations en 1464. D’après les sources écrites, la tour-porte de la Fontaine est démolie au début du xviiie siècle.

2.2.3. Conclusion

50En résumé, cette opération archéologique a mis en évidence quatre états de l’enceinte médiévale. Le premier est matérialisé par la construction d’un mur d’enceinte aveugle dont la datation reste à établir. Le deuxième correspond à l’épaississement de la première enceinte, contemporain de la construction des tours sur d’autres fronts (rue Lormont notamment). Lors d’une troisième phase, une barbacane basse percée d’archères à étrier fut érigée à l’avant du mur nord ; elle est attribuable, au plus tôt, à la seconde moitié du même siècle. Enfin, le dernier état est caractérisé par la construction d’une tour-porte de plan quadrangulaire associée à un pont-levis (porte de la Fontaine) et datée du début du xve siècle. La muraille basse est conservée à l’ouest de la tour jusqu’à la fin du xvie ou au début du xviie siècle, cette dernière étant démolie au début du xviiie siècle.

2.3. Le flanc nord du château et son châtelet (A. M.)

2.3.1. Présentation du site

2.3.1.1. Circonstances de l’intervention

51Le château d’Épinal, édifice du xiiie siècle classé Monument historique, a fait l’objet d’un programme de restauration et de mise en valeur à la suite des fouilles programmées de 1984 à 1992 (Bur, 2002). La reconstruction des élévations nord et ouest du donjon étant achevée en 1996, le versant nord du château, encombré d’un volume considérable de terre, devait être terrassé pour offrir au visiteur une vision dégagée du donjon. Dans ce cadre ont eu lieu deux campagnes archéologiques de suivi des travaux de profilage du versant entrepris en 1996 et 1997 (Masquilier, 1997c). Après enlèvement des remblais récents et un décapage archéologique, coupes stratigraphiques et vestiges mis au jour ont été relevés. Pour mettre en adéquation les résultats de ces opérations avec ceux des campagnes antérieures, le secteur à l’est du donjon a fait l’objet d’une analyse stratigraphique des vestiges visibles.

2.3.1.2. Localisation

  • 176 Nous conservons la dénomination de châtelet, adoptée par M. Bur (2002 : 36, 43, 124), pour désigner (...)

52La zone fouillée est contiguë au château et au châtelet176 (fig. 47), en dehors des enceintes qui les protègent. Comme le montre le plan de N. Bellot de 1626 (fig. 39), l’enceinte de la ville se raccorde à celle du châtelet qui, elle-même, se greffe sur celle du château. Si les éléments défensifs mis au jour n’appartiennent pas, à proprement parler, au système défensif urbain, ils peuvent néanmoins être comparés et mis en relation avec lui. Cette notice est aussi l’occasion de présenter les résultats inédits qui complètent la publication des fouilles menées de 1984 à 1992.

2.3.1.3. Type de vestiges observés

53Les vestiges dégagés ou simplement observés sont des ouvrages défensifs : tour et courtine de l’enceinte du châtelet et son fossé, contreforts du donjon, fausses-braies, tour, canonnières, casemate et tête de pont levis.

2.3.1.4. Superficie et longueur observées

54Le décapage a porté sur une surface de 500 m2. 20 m linéaires de l’enceinte du châtelet et 45 m du mur de fausse-braie ont été dégagés. 10 m de coupe stratigraphique ont été relevés en détail.

2.3.1.5. État de conservation des vestiges

55Quelques vestiges dégagés lors des fouilles de 1984 à 1992 étaient en élévation lors de l’intervention de 1996-1997.

2.3.1.6. Nombre de phases identifiées

56À l’issue des sondages de 1996 et de 1997, trois phases avaient été proposées. La publication générale des sources écrites et iconographiques et des données archéologiques de 1984 à 1992 a conduit à réexaminer le découpage chronologique, sans pour autant changer le diagramme stratigraphique relatif élaboré avec les données de terrain. Cette confrontation permet de définir cinq phases notées A à E.

57- La phase A. Cette phase serait antérieure à la construction du château à enceinte polygonale et donjon résidentiel quadrangulaire, datée des années 1213-1260 (BUR, 2002 : 123). En effet, le profil abrupt du versant nord est marqué par des remblais de sables et graviers (fig. 48, coupe 2, US 1019 et 1020) antérieurs aux maçonneries du xiiie siècle (fig. 48, coupe 2, US 1041) et dont le mode de dépôt – naturel (dégradation de la roche, paléosols) ou anthropique (remblais servant à asseoir des constructions par exemple) – n’est pas élucidé.

Fig. 47. Épinal. Le flanc nord du château et son châtelet. Relevé des vestiges dégagés en 1996-1997, échelle 1/500.
Relevés M. Milutinovic / AFAN et A. Masquilier / INRAP (fond de plan Ch. Kraemer / Université Nancy 2, LAMEst, 1992).

Fig. 48. Épinal. Coupes 1 à 3 (localisation fig. 47), échelle 1/100. Relevé : A. Masquilier ; DAO : H. Duval/INRAP.

58- La phase B. Au xiiie siècle, outre le château proprement dit, le système fortifié du châtelet se met en place : courtine du châtelet (murs 103 et 107), dotée d’une tour (tour 106) et doublée d’un fossé (fig. 48, coupe 2, sous l’US 1044), qui se raccorde à la courtine nord du château (mur 102).

59- La phase C. Elle couvre les xive et xve siècles. À l’ouest, la courtine du châtelet est reconstruite en partie (murs 103 et 107), ainsi que le parement extérieur de la courtine nord du château (mur 102). Cette dernière observation, perçue dès 1991, fut particulièrement démonstrative en 1996-1997 grâce au décapage archéologique en aire ouverte réalisé à la pelle mécanique. Le parement externe présente deux ressauts (fig. 48, coupe 2, US 1042 et 1043). Les moellons et les blocs qui le constituent sont appareillés à la hâte, de façon fruste (Bur, 2002 : 74).

  • 177 Il est intéressant de remarquer que le contrefort nord-ouest du donjon recouvre l’extrémité est du (...)
  • 178 La maçonnerie 1053 se termine à angle droit au sud-ouest, ce qui laisse effectivement supposer une (...)
  • 179 Lors de travaux de dégagement réalisés par la municipalité.
  • 180 Sondage réalisé dans l’angle intérieur sud-ouest de la maçonnerie 1053. Ce sol ne semble pas avoir (...)

60Durant cette phase, les premières adaptations à l’artillerie font leur apparition. Trois contreforts177 et le mur de fausse-braie d’une lice (mur 105, US 1014 et 1017) viennent soutenir et renforcer le donjon respectivement au nord et à l’est. C’est sans doute à cette époque que l’extrémité est de l’épine rocheuse est fortifiée pour défendre le pont qui enjambe le grand fossé. En effet, on observe un flanquement composé d’un angle de mur rentrant (US 1054), dans l’alignement des piles du pont actuel, et d’une chaîne d’angle (US 1055). Ces vestiges sont interprétés comme étant ceux d’un premier pont-levis et de “la fausse tour derrière le château où les gardes des faux murs passent la nuit” (1469) (Bur, 2002 : 23). Cette fausse tour aurait été remplacée à la fin du xve siècle par une tour ronde ouverte à la gorge dont les fondations ont été mises au jour en 1991 (US 1053178) et 1995-1996179 (US 1057), ainsi que le sol d’occupation en 1996-1997180. En pente vers l’ouest, ce dernier se compose de mortier délité mêlé à du sable et du gravier. Selon toute vraisemblance, ces vestiges (tour 104) sont ceux de la tour de Lappinoux (1472) ou Lespinoux (1478) (Bur, 2002 : 23).

61- La phase D. Elle s’étend de 1512 à 1525. Elle est marquée par une intense activité d’adaptation du château à la puissance de feux accrue de l’artillerie.

  • 181 La présence de mortier sur les décors et sur les cassures anciennes prouve que ce bloc était utilis (...)

62À l’ouest, devant le château, les bâtiments adossés aux courtines ouest et nord sont arasés et déjà remplacés, en 1524-1525, par un boulevard d’artillerie et une rampe (Bur, 2002 : 125). Les remblais de démolition sont jetés dans le versant et le fossé ainsi comblé (fig. 48, coupe 2, US 1021= 1051 et 1033). Un fragment de piédroit ou de linteau, datable du xiie ou du xiiie siècle181 a été prélevé dans l’US 1051. Il est décoré sur deux faces de bandes de fleurs à six pétales triangulaires, d’une torsade et d’étoiles à quatre branches inscrites dans un carré.

  • 182 Le mur de la lice 105, devenu inutile, est recouvert par ce remblai.

63À l’est, derrière le château, on signale de nombreux travaux : “grosses murailles et canonnières (1512-1513), travaux de charpenterie sur le grant pont du derrière le château (1513-1514), pont levis tout neuf… adcause de la salie et deux canonnières (1515-1516), trois pilliers nouvellement faict pour le pont derrière le chasteau” (1519-1520) dont le “pereschevemens” intervient durant l’année comptable 1520-1521 en même temps que “deux pontz levys” (Bur, 2002 : 24-25). Comme le démontre parfaitement M. Bur, la muraille avec canonnières, encore en élévation aujourd’hui, est bien celle construite à l’emplacement des vieils degrés de bois de l’ancienne montée du château (BUR, 2002 : 125). Le vide laissé entre l’ancienne ligne de défense (mur 1017 de la lice 105) et la nouvelle muraille d’artillerie (US 1060) a été comblé par un épais remblai de sable182 ; près du pont, une casemate a été aménagée (US 1059) (Bur, 2002 : 110).

64On pourrait rattacher à cette phase la fausse-braie qui double la courtine du châtelet (mur 101a, US 1061). Elle ne se prolonge pas, au moins dans un premier temps, le long de la courtine nord du château et du donjon. Ce premier segment est par ailleurs bien visible sur le plan de N. Bellot de 1626.

  • 183 Encore présent entre le mur de lice et le promontoire rocheux (US 1015) et sur le versant nord (US (...)

65- La phase E. Cette phase regroupe les éléments postérieurs au remblai de sable183 qui marque la fin des travaux de fortification du duc Antoine entre 1512 et 1525 (cf. phase D).

66À l’est, sur le promontoire rocheux, on note une réfection ou une reconstruction de la tour de l’Espinoux. Un bloc de maçonnerie (US 1052), actuellement non parementé et aux assises obliques, ferme la tour à l’ouest. Implanté dans le remblai de sable 1015, lui-même postérieur à la tour originelle, il pourrait être contemporain de la chaîne d’angle en moyen appareil qui protège le flanc nord de la tête de pont (US 1016 dégagée en 1996-1997). Ces aménagements peuvent être mis en relation avec les mentions de réfections à faire à “l’une des tours… du cousté du pont” qui se déchausse (1577-1578), ou à “la tour à l’entrée du derrier dudict chasteau, acostière du pont levy qui menasse ruine au moyen qu’elle se déschasse par le pied” (1601-1602) ou enfin, la tour de la Pinoux où est établi le guet rendu difficile “à cause de la rupture d’une partie de la tour” (1607) (Bur, 2002 : 25-28).

Fig. 49. Épinal. Le Châtelet. 1. Courtine 107, US 1064, vue vers le sud ; 2. Tour 106, vue vers le sud. Clichés V. Brunet/INRAP.

  • 184 Ce mur n’appartient donc pas aux travaux de fortification réalisés par le duc Antoine entre 1512 et (...)

67Sur le front nord, est installé un mur de fausse-braie épais jusqu’à 1,30 m (mur 101b), postérieur au remblai de sable 1003 (fig. 48, coupe 1)184. Distant parfois de près de 4 m de la courtine nord du château (fig. 48, coupe 2, US 1026), cet aménagement, en partie dégagé en 1991 jusqu’au droit du contrefort nord-est du donjon, se poursuivait jusqu’à la courtine du châtelet. Son parement externe présente un moyen appareil bien dressé, assisé de façon irrégulière, avec quelques blocs de récupération. Les joints de mortier jaunâtre sont d’épaisseur variable, plutôt épais. La présence de trous de boulin d’une dizaine de centimètres de diamètre, percés sur toute l’épaisseur du mur, à une hauteur d’un mètre de la semelle de fondation, évoque une superstructure en bois (échafaudage, galerie…). L’extrémité occidentale de ce mur a été raccordée au mur de fausse-braie du châtelet dont la fouille a montré qu’il était plus ancien. La portion de fausse-braie qui longe le côté nord du donjon n’est pas représentée sur le plan de N. Bellot et pourrait avoir été construite après sa réalisation en 1626. En tout état de cause, le front nord est défendu par une levée de terre implantée après 1645 (Bur, 2002 : 127) et avant la destruction du château en 1670.

2.3.2. Présentation des vestiges par phases chronologiques

68Seule la phase B et les vestiges du châtelet sont détaillés ici.

2.3.2.1. Phase B

- La courtine

69Les données structurelles. Depuis le château, la courtine du châtelet se développe sur une longueur de 12,50 m vers le nord (mur 103) jusqu’à la tour 106 située plus bas puis se prolonge en direction du nord-ouest (mur 107). Dans la partie haute, seules quelques assises d’élévation ont été dégagées (US 1048) ; dans la partie basse, c’est en revanche la base de la courtine qui est apparue sur quatre assises (fig. 49, no 1, US 1064). La courtine originelle mesure entre 2 et 2,20 m d’épaisseur.

70Les matériaux de construction et leur mise en œuvre. Le grès local, de couleur variable, rentre en totalité dans la composition de la maçonnerie liée avec un mortier de chaux rosé. Les rares portions de parement originel conservées montrent un moyen appareil (US 1048 et 1064). Il faut noter la présence d’une petite fente d’écoulement de l’eau d’infiltration.

- La tour
  • 185 Plan de N. Bellot, 1626.

71Les données structurelles. Pressentie en 1996 comme étant située à l’intersection des courtines 103 et 107, la base de la tour (US 1062) a été dégagée en 1997 (fig. 49, no 2). De plan circulaire (diamètre d’environ 8 m), elle flanque les courtines adjacentes. Les trois quarts de sa circonférence forment le parement extérieur du châtelet. L’intérieur de la tour est parfaitement circulaire (diamètre d’environ 3,50 m). Le parement du côté du châtelet n’offre qu’un mur plat qui ferme la tour à la gorge185.

72Dans l’angle extérieur rentrant formé par la tour et la courtine 107, une fine couche de construction surmontant le poudingue gréseux a pu être fouillée. Sa présence indique que l’on est bien à la base de la tour.

73Les matériaux de construction et leur mise en œuvre. Le parement extérieur, conservé sur trois assises, est formé de blocs soigneusement équarris montés en grand appareil. Il présente un léger talus ou ressaut visible en négatif dans la courtine 107 qui lui est chaînée.

- Le fossé

74Un large creusement a été relevé sous la fondation du mur de fausse-braie (coupe 3). Son pendage est orienté vers le nord-ouest. Cette dénivellation originelle – les remblais postérieurs ne font que la masquer – peut être interprétée comme le bord oriental de fossé situé à environ 23 m de la courtine du châtelet.

- Les abords

75Aucun vestige aux abords de cette enceinte n’a été mis au jour.

- Les indices de datation

76La construction du châtelet est contemporaine de la période de construction du château au cours du xiiie siècle. La tour circulaire talutée et montée en moyen appareil s’intègre tout à fait dans la typologie des tours construites en Lorraine à partir du xiiie siècle.

2.4. Relevé micro-topographique et architectural (Ch. K. avec la coll. d’H. D.)

  • 186 Réalisé par le LAMEst en 2004.

77Le relevé topographique des deux quartiers d’Épinal fortifiés au xiiie siècle186, rattaché à celui du château, dressé en 1997, ne remet pas en cause les observations antérieures mais les confirme, voire les précise. En effet, il met en évidence les reliefs qui ont présidé à l’origine de l’agglomération et au développement qu’on lui connaît et permet de mieux appréhender le tracé des fortifications urbaines en s’appuyant simultanément sur les vestiges existants et le parcellaire, dont on peut penser qu’il est fossile (fig. 50).

78D’emblée, deux ensembles se dégagent de l’observation du plan général en courbes de niveau : celui du château et du châtelet, celui des deux quartiers urbains.

- Le château

79Difficilement dissociable de l’agglomération d’Épinal, qu’il a, à coup sûr, suscitée (Bur, 1992), le château est construit sur un éperon digitiforme bien souligné par deux vallons parallèles dans lesquels coulaient respectivement deux ruisseaux sourdant, à l’est, du plateau voisin. Deux parties le composent. À l’est, un mamelon tronconique de 10 à 15 m de hauteur, 100 m de diamètre à la base et une cinquantaine au sommet, est comparable aux mottes castrales qui fleurissent au cours des xie et xiie siècles. En position de barrage, ce tertre est détaché du reste du site par deux dépressions parallèles : l’une, à l’est, profilée en U, de 20 à 30 m de largeur, l’isole du plateau ; l’autre à l’ouest, moins bien marquée, le sépare d’un espace hémicylindrique d’une centaine de mètres de diamètre qui correspond à l’extrémité de l’éperon. Viennent enfin les pentes qui participent naturellement à la défense et qui plongent vers les vallons adjacents, au nord et au sud, et vers la plaine fluviale, à l’ouest. De ce côté, la pente se décompose en trois secteurs d’inclinaison différente mais de même orientation, d’est en ouest. Le premier décline de 15 m sur 40 m de long et le second de 15 m sur 25 ; ils sont séparés par une bande de plus faible pente, 5 m pour 20 m, soulignée par l’enceinte du “châtelet” et l’emprise de la porte monumentale assurant le passage du château à la ville. On rappellera ici que c’est à l’emplacement de cette porte que se trouverait la tour du Voué, traditionnellement considérée comme l’emprise du château primitif de la fin du xe siècle.

- Les deux quartiers urbains

80La ville proprement dite, enclose de murailles datées, d’une façon ou d’une autre, du xiiie siècle et attribuées, comme le château, à l’évêque de Metz Jacques de Lorraine se développe de part et d’autre de la Moselle à partir de deux manses ou hameaux, Spinal et Rualménil, relevant de la paroisse voisine de Dogneville. Le premier, sur la rive droite de la Moselle, occupe, entre le pied de l’éperon et la Moselle, une terrasse alluviale de très faible pente est-ouest (325 à 323 m soit 2 m de dénivelé pour 200 à 350 m de long) ; il a engendré le bourg au centre duquel cohabitaient les fonctions religieuses, politiques et commerciales. Le second, sur la rive gauche, dont l’horizontalité est comparable à celle de l’espace rive gauche, occupait une partie de l’île formée par deux bras du cours d’eau.

81Dans le détail, l’inflexion des courbes de niveau, au sud, du vallon à la Moselle, pourrait bien indiquer le parcours initial du ruisseau d’Ambrail. Ce phénomène s’observe également au nord, pour le ruisseau Saint-Michel, mais de façon moins prononcée. Si tel est le cas, on conviendra que la topographie actuelle de la ville conserve encore des micro-reliefs qui, avec le pied de l’éperon et la Moselle, définissent un périmètre de 800 à 900 m ayant servi de cadre à la fortification du bourg, au xiiie siècle.

82Le plan de N. Bellot donne une première image de la ville et de ses défenses, courtines et tours qui les flanquent, en 1626. Il s’agit d’une vue cavalière, fidèle dans le détail, mais géométriquement aberrante en raison des points de vue multiples et donc des perspectives croisées choisis par le peintre pour sa réalisation. Démantelées après 1670, les fortifications sont partout présentes sur un plan dit “des anciennes fortifications” dressé par Groslin en 1748. Mais, si les trois ensembles, château, bourg et Rualménil, sont bien distincts, leur plan, et par conséquent le tracé des fortifications qui les ceignent, sont de nature purement indicative.

Fig. 50. Épinal. Micro-topographie et tracé supposé des enceintes, échelle 1/5 000. DAO : H. Duval/INRAP, Ch. Kraemer/Université Nancy 2.

83Au sud du Bourg, longeant l’enceinte, des parcelles en jardins traversées par le ruisseau d’Ambrail évoquent l’emplacement du fossé dont une centaine de mètres seulement sont encore conservés. Les plans suivants, celui de Denis en 1776, et surtout le plan cadastral en 1809, ne laissent plus rien voir de tangible des fortifications, sinon un hypothétique tracé déductible de l’analyse du parcellaire.

84En s’appuyant autant que faire se peut sur le bâti, les limites d’îlots et de quartiers et sur les vestiges encore visibles, puis en recalant ces données sur le cadastre actuel, force est de constater que le parcellaire respecte, dans son ensemble, le tracé de l’enceinte du bourg. Cette observation ne vaut plus pour celle de Rualménil, presque intégralement reconstruit après la Seconde Guerre mondiale sans tenir compte des ensembles historiques. Seuls une portion de tour, au nord, une épaisseur de muraille induite de points mesurés à l’intérieur de parcelles bâties et un parement identifiable à la muraille conservé sur 3 à 4 m dans une cave, permettent de la positionner de façon assez précise dans ce secteur. Enfin, les rues du Boudiou et Aubert gardent le souvenir du nom de deux de ses portes.

Fig. 51. Épinal. Essai de restitution du développement topographique des enceintes, échelle 1/10 000. 1. xe-xiiie siècles ; 2. xiiie-xviie siècles. DAO : H. Duval/INRAP, Ch. Kraemer/Université Nancy 2.

Conclusion (Ch. K.)

85En dépit des sources historiques majeures qui témoignent de la naissance de la ville d’Épinal à la fin du xe siècle (fig. 51) autour de plusieurs pôles structurants, le château, le marché et l’abbaye dont l’église sera élevée au rang de paroisse, l’archéologie n’a pas permis de dater le premier mur d’1,20 m d’épaisseur observé en deux endroits : près de la porte de la Maix et au niveau de la rue Lormont. S’agit-il des vestiges d’une première enceinte urbaine ? La question reste posée. En revanche, la datation des fortifications en pierre suscitées, dans le deuxième quart du xiiie siècle, par l’évêque de Metz, Jacques de Lorraine, semble être confirmée en de nombreux points : à la jonction du château avec l’enceinte du châtelet, au niveau de la porte de la Maix, à proximité de la tour des Vieux-Moulins, ou encore sur le flanc sud, où la muraille a été fondée sur un ensemble de pieux que les différentes méthodes de datation calent entre 1150 et 1230. L’enceinte, dont on a la preuve qu’elle est composée, ponctuellement au moins, de deux murs juxtaposés qui lui donnent une épaisseur de l’ordre de 2 m, enserre alors un espace, dont le périmètre de l’ordre de 1 000 m dépasse l’emprise initiale du bourg primitif établi, au pied de l’éperon, autour de l’église et de son cimetière. Cette enceinte, associée au château du xiiie siècle par l’intermédiaire du “Châtelet”, sert de cadre au développement de la ville, laquelle n’en sortira pas avant le xviie siècle si l’on en juge par différentes sources dont le fameux plan Bellot. Elle est de nombreuses fois reprise, réparée, voire renforcée, au moins sur son front nord et nord-ouest, par un mur de lice ou de barbacane pourvu d’archères à étrier et daté, aux abords de la porte de la Maix, au plus tôt de la fin du xiiie siècle.

86Quant à l’enceinte de Rualménil, si l’on peut admettre qu’elle a subi les mêmes évolutions que celle du bourg, des traces ténues qui en fixent à peu près le tracé ont pu être observées et reportées sur un plan topographique d’ensemble où courbes de niveau et structures visibles et fouillées permettent de mieux appréhender l’espace urbain : son noyau, son évolution et ses structures défensives.

Notes

166 Les sources écrites officielles évoquant les origines de la ville d’Épinal sont au nombre de trois :
– un texte du 20 juin 983, de l’empereur Othon II, confirmant l’établissement d’un marché à Épinal, conserve la première mention d’Épinal :… et mercatum quem nostro licitu in loco qui spinal dicitur primus elevavit… ;
– un document du 22 octobre 1003, provenant du roi de Germanie Henri II, relatant la fondation d’un monastère par Thierry de Hameland ;
– une charte rédigée le 30 mai 1119 par l’évêque de Toul Riquin, mentionnant la fondation de la paroisse de Spinal. Les sources narratives correspondent à des chroniques écrites entre 1012 et 1050, par l’abbé de Saint-Symphorien de Metz Constantin (Vita Adalberonis Mettensis Episcopi), par Widric (vie de Saint-Gérard) et par Sigebert de Gembloux (Vita Deoderici Episcopi Mettensis), rapportant les actes fondateurs religieux et politiques d’Épinal (Houot, 1983).

167 Le culte de saint Maurice s’est propagé, dans la région, dans le courant des vie-viie s.

168 Mais, en l’absence de mention dans les sources documentaires d’une enceinte primitive protégeant le noyau pré-urbain et de données archéologiques, son existence reste donc plus qu’hypothétique.

169 Un plan “des anciennes fortifications des villes et château d’Épinal”, dressé en 1748, dont un fac-similé réalisé en 1868 est conservé aux Archives départementales des Vosges (cote 2 Fi 2641), et le premier cadastre de la ville, levé en 1809 et déposé aux services techniques municipaux, sont les documents de référence permettant la restitution des enceintes d’Épinal.

170 Datations sur bois de cœur réalisées par Willy Tegel et Roswitha Schweichel (Dendronet, Bohlingen, Allemagne). Réf. : EPIN004/1-4, 16 août 2004.

171 Dans son article, J. Grasser date ces vestiges du xiie siècle, en signalant toutefois leur contemporanéité avec les fortifications découvertes dans le quartier du Chapitre attribuées par ailleurs au xiiie siècle par l’auteur. De toute évidence, il s’agit d’une erreur de frappe.

172 Cf. infra notice de Ch. Kraemer sur le site de la rue Lormont.

173 Cette solution fut-elle apportée pour compenser le manque de tours flanquantes sur ce front ?

174 Ce type d’archère à étrier, dont la base ne mesure toutefois que 23 cm contre 42 cm sur le mur de défense avancée, a également été observé sur le front sud de l’enceinte et daté par 14 C, avec les précautions d’usage, des années 1220-1230.

175 La situation vers le nord revêt probablement une forte charge symbolique.

176 Nous conservons la dénomination de châtelet, adoptée par M. Bur (2002 : 36, 43, 124), pour désigner cette sorte de basse-cour campée sur le promontoire rocheux qui domine la ville à l’ouest.

177 Il est intéressant de remarquer que le contrefort nord-ouest du donjon recouvre l’extrémité est du mur 102 et lui est donc postérieur (Bur, 2002 : 82).

178 La maçonnerie 1053 se termine à angle droit au sud-ouest, ce qui laisse effectivement supposer une ouverture à la gorge.

179 Lors de travaux de dégagement réalisés par la municipalité.

180 Sondage réalisé dans l’angle intérieur sud-ouest de la maçonnerie 1053. Ce sol ne semble pas avoir été dégagé lors des campagnes précédentes (Bur, 2002 : 111-112).

181 La présence de mortier sur les décors et sur les cassures anciennes prouve que ce bloc était utilisé en remploi.

182 Le mur de la lice 105, devenu inutile, est recouvert par ce remblai.

183 Encore présent entre le mur de lice et le promontoire rocheux (US 1015) et sur le versant nord (US 1003), ce remblai constitue le lien stratigraphique qui unit les fouilles dirigées par M. Bur et celles de 1996-1997.

184 Ce mur n’appartient donc pas aux travaux de fortification réalisés par le duc Antoine entre 1512 et 1521 comme le supposait M. Bur (2002 : 125).

185 Plan de N. Bellot, 1626.

186 Réalisé par le LAMEst en 2004.

Table des illustrations

Légende Fig. 37. Épinal. Contexte géographique, échelle 1/25 000. DAO : H. Duval/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12721/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 38. Épinal. Tracé et emprise supposés des enceintes et du premier noyau urbain d’après la vue cavalière de N. Bellot (1626) et le plan cadastral de 1809, échelle 1/5 000. DAO : Y. Henigfeld et Ph. Kuchler/INRAP, d’après Houot, 1970 et 1993.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12721/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 39. Épinal. Vue cavalière de la ville d’Épinal en 1626, par N. Bellot. Coll. Musée de l’Image © Musée de l’Image/H. Rouyer.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12721/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Légende Fig. 40. Épinal. Proposition de tracé des enceintes, échelle 1/5 000. 1. Château xiiie-xviie siècle ; 2. Châtelet ; 3. Tour du Voué ; 4. Le Grand Bourg ; 5. Rualménil ou Petit Bourg ; 6. Tour Jacques. DAO : H. Duval/INRAP, Ch. Kraemer/Université Nancy 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12721/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Légende Fig. 41. Épinal. Tour Jacques (localisation fig. 40 no 6). Relevés P. Debouige et G. Huot-Marchand, échelles 1/200 et 1/50. 1. Archère – canonnière ; 2. Archère. DAO : H. Duval/INRAP et I. Ferraresso / Université Nancy 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12721/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Fig. 42. Épinal. Rue Lormont. Relevés des vestiges, échelle 1/50. Mise au net des relevés : Ph. Jeannot ; DAO : H. Duval/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12721/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende Fig. 43. Épinal. Rue Lormont. Relevés de coupes, échelle 1/50. Mise au net des relevés : Ph. Jeannot ; DAO : H. Duval/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12721/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 44. Épinal. Rue Entre-les-Deux-Portes, 37, rue de la Maix. Plan chronologique, échelle 1/200. DAO : J. Koch/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12721/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 45. Épinal. Rue Entre-les-Deux-Portes, 37, rue de la Maix. Élévation extérieure de la barbacane (M3), échelle 1/50. DAO : J. Koch/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12721/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 46. Épinal. Gravure de Jacques Callot (1631).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12721/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 47. Épinal. Le flanc nord du château et son châtelet. Relevé des vestiges dégagés en 1996-1997, échelle 1/500.Relevés M. Milutinovic / AFAN et A. Masquilier / INRAP (fond de plan Ch. Kraemer / Université Nancy 2, LAMEst, 1992).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12721/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende Fig. 48. Épinal. Coupes 1 à 3 (localisation fig. 47), échelle 1/100. Relevé : A. Masquilier ; DAO : H. Duval/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12721/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig. 49. Épinal. Le Châtelet. 1. Courtine 107, US 1064, vue vers le sud ; 2. Tour 106, vue vers le sud. Clichés V. Brunet/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12721/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 50. Épinal. Micro-topographie et tracé supposé des enceintes, échelle 1/5 000. DAO : H. Duval/INRAP, Ch. Kraemer/Université Nancy 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12721/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Fig. 51. Épinal. Essai de restitution du développement topographique des enceintes, échelle 1/10 000. 1. xe-xiiie siècles ; 2. xiiie-xviie siècles. DAO : H. Duval/INRAP, Ch. Kraemer/Université Nancy 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12721/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 95k

Auteurs

© ARTEHIS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search