Version classiqueVersion mobile

Archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace (XIIe-XVe siècle)

 | 
Yves Henigfeld
, 
Amaury Masquilier

Études monographiques

Commercy (Meuse)

Jacques Guillaume, Charles Kraemer et Pascal Rohmer

Texte intégral

1. PRÉSENTATION GÉNÉRALE ET ÉTAT DE LA RECHERCHE

1.2. Contexte géologique et géographique (Ch. K.)

1À 10 km au sud de Saint-Mihiel, Commercy est assise sur la terrasse alluviale de la rive gauche de la Meuse, entre ce cours d’eau, qu’elle domine de 4 à 5 m, et le front de côte calcaire de l’Oxfordien largement exploité dans des carrières à ciel ouvert (fig. 28). Sur le plan géologique, Commercy est implantée sur un terrain à chailles (J4b) à alternance de bancs de calcaires siliceux et de marnes feuilletées, qui couronne une importante série argilo-marneuse des argiles de la Woëvre. C’est un complexe de calcaire à oolithes ferrugineuses entrecoupé de lits marneux et de bancs de calcaires sableux.

2Centre d’une petite seigneurie détachée du fisc royal au début du xe siècle, Commercy se développe au carrefour de deux voies, une nord-sud, qui longe le cours de la Meuse, l’autre est-ouest reliant Metz à Bar. Très vite, elle dispose d’un château et contrôle une dizaine de villages.

1.2. Historique des recherches (Ch. K.)

3Concernant son histoire, on ne peut faire l’économie de l’œuvre conséquente de Charles-Emmanuel Dumont (Dumont, 1843) qui dresse l’inventaire des principaux équipements de la ville même s’il présente l’inconvénient de ne citer aucune source. Ce travail est largement enrichi par l’ouvrage d’Annie Mathieu, Recherches sur la topographie ancienne de Commercy (Mathieu, 1981). L’auteur y aborde successivement les fortifications, châteaux et enceintes urbaines, replace chaque élément de la topographie dans son contexte en s’appuyant à la fois sur les archives communales et les registres de comptes de la série B et s’intéresse à l’environnement immédiat de la ville, notamment ses faubourgs réservés au commerce et/ou à l’artisanat. Enfin, il convient encore d’évoquer la thèse de Simone François-Vivès Les Seigneurs de Commercy au Moyen Âge (François-Vivès, 1938). Publiée en 1938, elle ne renseigne guère sur la topographie, mais permet de mieux comprendre les raisons de l’implantation, à quelques centaines de mètres de distance, des deux châteaux qui font, au Moyen Âge, l’originalité de Commercy et participent à son urbanisation. Signalons encore la monographie consacrée à Commercy par J. Guillaume et F. Roussel en 1986 dans le cadre de la collection Images du Patrimoine (Roussel et alii, 1986 : 13-15).

1.3. État des connaissances (J. G., Ch. K.)

4Dès sa création au xe siècle, Commercy constitue une marche entre quatre principautés – les évêchés de Metz, Toul et Verdun, et le comté de Bar – qui relève très vite du comté de Champagne avant de devenir, vers 1050, un fief des évêques de Metz laissé en avouerie au comte de Bar. À la fin du xiie siècle, elle passe par mariage à des seigneurs champenois, les de Broye, puis dans la deuxième moitié du xiiie siècle est transmise au comte de Sarrebruck qu’un des descendants partage, en 1326, entre deux de ses fils. Ainsi, la seigneurie dite du château Haut, la plus importante, revient au cadet qui donnera naissance à la lignée des damoiseaux de Commercy, tandis que l’héritier du comté obtient le reste, en particulier la partie basse aux abords nord de la ville ; la résidence qu’il y construit en 1344, hors les murs, devient alors le siège de la seigneurie dite du château Bas (fig. 29 et 30).

1.3.1. Le château Haut (J. G.)

5Implanté dans la partie est de la ville et faisant saillie sur l’enceinte urbaine, le château Haut de Commercy a été établi sur une terrasse de la rive gauche de la Meuse. Il surplombe de quelques mètres le canal des moulins, alimenté en amont par un bras de la Meuse, la Petite Meuse.

Fig. 28. Commercy. Contexte géographique, échelle 1/25 000. DAO : H. Duval/INRAP.

6Si la plus ancienne mention du château remonte à la fin du xe siècle, on sait très peu de chose sur son histoire avant le 16 mai 1403 lorsqu’il apparaît dans les “Lettres de traité et accord entre les comtes de Nassau et Amé de Sarrebruck pour le bien et l’augmentation de leur ville de Commercy”. Il y est stipulé que le dit Amé (seigneur du château Haut) “…pourra fortifier de murs, de tours, de fossé, haies… et d’autres choses à sa volonté”.

7En 1434, Robert de Sarrebruck est autorisé à agrandir son château : “Nicolas, cardinal… à l’évêque de Toul ou à ses vicaires portant que sur la remontrance à lui faite par Robert de Sarrebruck, seigneur de Commercy, des périls imminents que son château de Commercy ruiné par les guerres et voulant le rétablir et fortifier”. Il lui permet de comprendre dans ses fortifications le cimetière de Commercy en donnant une autre place pour en construire un nouveau. En 1439, Robert Ier réalise effectivement des travaux de défense au château. Nul ne sait s’il utilise le terrain concédé mais il est certain qu’il rachète des maisons et des granges dont il utilise le terrain afin de s’agrandir du côté de la ville.

Fig. 29. Commercy. Proposition de tracé de l’enceinte sur fond de plan cadastral actuel, échelle 1/5 000. DAO : H. Duval/INRAP.

Fig. 30. Commercy. Proposition de tracé de l’enceinte sur fond de plan cadastral napoléonien d’après l’étude parcellaire, la prospection de terrain et le plan Jadot (1745), échelle 1/2 500. 1. Château Bas ; 2. Château Haut ; 3. Église Saint-Pantaléon ; 4. Porte Sainte-Barbe ; 5. Porte au Rupt ; 6. Porte à Meuse ; 7. Porte à Halle ; 8. La Halette ; 9. Collégiale Saint-Nicolas ; 10. Faubourg de la Halle. DAO : H. Duval / INRAP ; Ch. Kraemer / Université Nancy 2.

8Les vestiges du château médiéval, dans leur état actuel, ne peuvent être attribués, au vu de son système défensif adapté à l’artillerie, à Robert Ier. Il convient de les dater de la fin du xve siècle ou du début du xvie siècle. La reconstruction du château, apparemment de grande envergure, serait donc imputable à Robert II, mort en 1504, bien que ce seigneur ait peu séjourné à Commercy.

9En 1542, le gouverneur Guillaume du Bouchet conforte le château (achat de poudre pour l’artillerie, rétablissement des tours, remise sur leurs trains des pièces d’artillerie). Les travaux se poursuivent en 1543-1544 comme le prouvent une somme importante (plus de 2565 francs) payée à “ceux qui ont besogné aux remparts et fortifications” et le fait qu’on ait détourné le cours d’eau pour la circonstance. En 1544, à la suite de la prise de la ville par les troupes de Charles Quint, les tours sont démantelées, le grand puits du donjon comblé.

10Le château est remis en état peu après par Jacques de Silly, qui l’inspecte lui-même, puis achète de la poudre et des munitions en 1550. En 1591-1592, d’importants travaux sont réalisés à la “tour Carrée”, une chapelle “proche la galerie” est construite. Les canonnières sont supprimées en 1591 et 1597 alors que, de façon paradoxale, on rehausse la muraille du côté des champs (est) en 1591. La porte des Champs est bouchée en 1595 puis de nouveau en 1620. Le château continue à faire l’objet de travaux d’entretien et d’agrandissement, notamment dans les dépendances, en 1648, 1650, 1652-1655.

  • 163 BnF Estampes, Va 55, vol. 1.

11L’installation du Cardinal de Retz tire un trait définitif sur la fonction défensive du château. En 1662, les tours sont dérasées et transformées en appartements. En 1708, le nouveau propriétaire, Charles-Henry de Lorraine, prince de Vaudémont, fait établir de grands projets de réaménagement confiés à l’architecte parisien Dorbay, secondé par des architectes régionaux163. C’est de cette époque que date le remblaiement de la cour, la construction du corps principal, réutilisant des éléments médiévaux en soubassement, puis celle des deux ailes sur le tracé des courtines médiévales, dont plus rien ne subsiste en élévation. En revanche, l’architecte réintègre une tour, au nord-ouest, dans la nouvelle construction, peut-être parce qu’elle était mieux conservée. Elle apparaît nettement dans les plans du xviiie siècle ainsi qu’en élévation sur une retombe d’un plan antérieur à 1745 conservé à la Bibliothèque Doucet à Paris (fig. 31). Désormais, les travaux, qui se poursuivent avec Stanislas Leszczinski au milieu du xviiie siècle seront sans incidence majeure sur les parties médiévales.

1.3.2. Le château Bas (Ch. K.)

12À la différence du château Haut, il ne reste rien du château Bas, entretenu jusqu’au xviiie siècle puis progressivement détruit depuis 1756, date de sa transformation en buanderie de caserne. Situé à 200 m à l’est du précédent, entre la rue du Château-Bas, à l’est, celle de la porte Sainte-Barbe, au sud, l’avenue Carcano, à l’ouest, la rue et la place de la Gare, au nord, ce château occupait un îlot quadrilatère d’environ 75 m sur 90 m. Il fut construit vers le milieu du xive siècle, hors les murs, dans la partie la plus basse de la ville, par Jean IV, comte de Sarrebruck, selon un accord qui ne lui permettait pas d’en faire une forteresse. Ainsi, en 1389, il se présentait encore comme “une grande et notable tour qui pouvait bien être dite et appelée donjon”. Mais au début du xve siècle, après un échange avec le seigneur du château Haut, Philippe de Sarrebruck le dote de murailles plus hautes et plus épaisses et prolonge le mur d’enceinte du donjon jusqu’aux murs de la ville, les dépassant même en empiétant dans l’enceinte urbaine de 60 pieds, soit 18 m, au-delà de la courtine nord, après que sont abattues 24 maisons qui lui étaient adossées. La simple tour autorisée en 1344 devenait donc une véritable forteresse, une nouvelle fois renforcée à la fin du xve siècle par Gérard d’Avillers. À l’évidence, et si l’on en juge par un croquis extrait d’un plan de la fin du xve ou du début du xvie siècle, ce château semble composé d’une grosse tour surmontée de hourds, et ceinturée d’une enceinte crénelée flanquée de six tours : une à chaque angle, les deux autres placées au milieu des courtines est et sud. L’ensemble est protégé par un large fossé. Selon les sources écrites, deux portes en commandaient les accès, une ouvrait sur la campagne, l’autre sur la ville dans le prolongement de la rue de la paroisse, autrement dit l’actuelle rue de l’Église.

1.3.3. L’enceinte (Ch. K.)

13L’enceinte urbaine appuyée au château Haut existe déjà vers le milieu du xive siècle, lors du partage de la seigneurie. Elle dessine un trapèze isocèle d’orientation nord-sud, parallèle au cours de la Meuse. Son périmètre, de l’ordre de 900 m, inclut l’église paroissiale et son cimetière, signalés dès le xe siècle, la collégiale fondée en 1189 et un ensemble d’îlots d’habitations globalement organisés de part et d’autre de deux rues perpendiculaires dont le tracé se surimpose à celui de voies de communication anciennes.

14Il ne reste de cette enceinte, détruite au milieu du xviiie siècle, que de rares vestiges intégrés dans l’habitat civil. Son tracé se déduit cependant aisément du réseau viaire et il faut se reporter aux registres comptables des xviie et xviiie siècles faisant état de travaux d’entretien aux murailles, portes et tours de la ville ou d’états des lieux avant travaux pour s’en faire une idée, malgré tout imprécise. Ch.-E. Dumont (Dumont, 1843 : t. 3, 123-125), qui avait eu accès à une partie de cette documentation, signale, sans vraiment les localiser, l’existence de quatre ou cinq portes et de deux tours.

Fig. 31. Commercy. Plan Jadot (avant 1745), Bibliothèque d’Art et d’Archéologie Jacques Doucet-INHA, Ms 692, f. 80, ID, Paris. Phot. Inv. D. Bastien © Inventaire général, ADAGP, 1979.

15La porte Sainte-Barbe, connue par un devis de 1740, correspond alors au percement d’une nouvelle porte près de l’ancien château Bas. Une rue en porte encore le nom et l’on peut supposer qu’elle fut construite en remplacement de la porte de Tallepuet, précocement associée à ce château (1405). La porte au Rupt qu’il faudrait situer à l’extrémité occidentale de la Grande-rue, aujourd’hui rue Colson, est, elle aussi, approximativement située par une rue qui en garde le souvenir. Troisième porte de la ville, la porte à Meuse ouvrait, comme son nom l’indique, sur un pont enjambant la rivière. Elle permettait l’accès aux moulins et à une forge et mettait la ville en relation avec Vignot. Quant à la porte à Halle, qui ouvrait sans doute sur le quartier du même nom, elle doit être associée, avec une deuxième porte à Meuse, à la clôture fermant le faubourg de la Halle-aux-Champs qui se développe à partir du xvie siècle.

16Un devis, inédit, de réparations et “ouvrages” à faire aux murailles de l’enceinte, apporte des renseignements complémentaires. D’abord, il montre que la dernière campagne de réparations ne date pas, comme l’affirme Ch.-E. Dumont (Dumont, 1843 : t. 3, 127), de 1667. Il renseigne sur l’emploi et la mise en œuvre de matériaux – pierres, chaux, sable, bois… – sur les caractéristiques des pierres de taille, à bossage ou non, employées dans les parements, sur la hauteur de l’enceinte et son épaisseur ou encore sur ses équipements défensifs : parapet et chemin de ronde, meurtrières et canonnières, portes et tours. Ainsi, sont évoquées, au total, huit portes dont quatre sont, naturellement, en relation avec les deux voies qui se croisent au centre du bourg et sept tours. Six d’entre elles : la tour “de derrière l’École”, celles de “derrière chez le sieur Fontaine”, de “la Cloche”, de “la Prison”, laquelle semble reliée à la porte au Rupt, enfin la tour “Drouot” et celle de “l’Horloge”, flanquent encore la courtine sud de l’enceinte urbaine et il y a tout lieu de penser qu’elles correspondent à celles représentées sur le plan Jadot de 1745 (fig. 31), jusqu’à ce jour considéré comme douteux. On conviendra que ces tours sont alors détruites ou, au mieux, masquées par les maisons édifiées aux abords extérieurs, dans le faubourg de la Halle qui s’urbanise selon un plan raisonné autour de la place dès la première moitié du xviiie siècle, et prolonge, vers le sud, la ville médiévale.

17La septième tour, celles des Allemands, la seule à flanquer la courtine occidentale, au nord de la porte au Rupt, n’est signalée qu’au milieu du xviiie siècle au moment même de sa destruction.

18La fortification urbaine était naturellement doublée d’un fossé alimenté, à l’est, par les eaux de la Meuse et, à l’ouest, par celles des marécages et des ruisseaux descendant de la côte.

1.3.4. Les abords (Ch. K.)

19Si l’on peut conjecturer que le quartier situé au nord de l’église fut, compte tenu de son nom “le Val-des-Près” d’abord un faubourg qui se serait développé au devant d’une porte mais déjà intégré à la fortification urbaine en 1344, celui de la “Halle-aux-Champs”, quartier économique situé au sud de la ville qui se développe dès le xive siècle au détriment de la “Halotte” proche de l’église, ne semble pas avoir été fortifié avant le xvie siècle, voire le xviie siècle. Il est alors qualifié de “Neufbourg”.

20De même, les abords marécageux, à proximité de la porte au Rupt, ne sont pas urbanisés avant l’installation de tanneurs en 1549. Pourtant, plus à l’ouest, à 500 m environ de l’agglomération, le petit prieuré bénédictin du Breuil, fondé vers 1090, a suscité la création d’un habitat périphérique dont la population reçoit, en 1324, la même charte de franchise que Commercy.

2. LES TRAVAUX RÉCENTS

21Les opérations récentes portent sur le relevé micro-topographique de la ville en 2005 (LAMEst), le suivi archéologique des travaux d’assainissement sur le site du château Bas en 1995 par P. Thion (SRA de Lorraine) et P. Rohmer (AFAN) et les sondages archéologiques sur un segment d’enceinte situé dans le quartier de l’Abattoir en 1994 par M.-P. Seilly (SRA de Lorraine).

2.1. Relevé micro-topographique (Ch. K.)

22En dépit d’une équidistance ramenée à 0,50 m, le levé en courbes de niveau de la ville de Commercy ne fournit guère de renseignements sur l’emprise de l’enceinte médiévale (fig. 32). Tout au plus confirme-t-il son implantation sur le revers d’une terrasse dont le front domine de 7 à 8 m la plaine alluviale de la Meuse. Elle décline d’est en ouest selon une pente faible, de l’ordre d’1 %, soit 2,50 m pour une longueur de 250 m et, du sud au nord passe sur 600 m de 242,50 m d’altitude à 232 m. Ainsi, le premier château, dont la basse-cour, on l’a vu, a été remblayée au xviiie siècle, n’a, semble-t-il, jamais occupé le point le plus élevé du secteur qui, en l’état actuel, se trouve au-delà de la courtine sud de l’enceinte.

23Au nord, une légère inflexion des courbes de niveau, près de la rue Sainte-Barbe et parallèlement à elle, pourrait correspondre à l’emprise du fossé séparant le château Bas de la ville et transformé en jardin entre 1726 et 1767.

24Ce levé a néanmoins permis de cartographier précisément les quelques rares éléments de fortifications encore visibles : 12 m d’une courtine épaisse d’environ 1,60 m située entre la rue des Moulins et la ruelle de l’Abattoir et dont l’extrémité orientale doit correspondre, à peu de chose près, à l’angle sud-est de l’enceinte urbaine médiévale ; du même côté, le négatif d’une tour hémicylindrique de 7,50 m de diamètre dans œuvre, située à l’arrière du 24 de la rue Colson et identifiée comme étant la tour de l’Horloge ; enfin, appartenant à la courtine occidentale, un segment de 17 m de muraille, dont l’épaisseur, d’au moins 1 m, peut être appréciée grâce à une embrasure qui pourrait être une ouverture de tir obturée.

  • 164 Donnée inédite calculée à partir du plan à 1/5 000 (fig. 29).

25Ces éléments, qui se superposent parfaitement au parcellaire, laissent à penser que ce dernier fossilise le tracé de l’enceinte urbaine qui couvre une superficie de 4,94 ha164.

2.2. Suivis de travaux archéologiques sur le site du château Bas (P. R.)

26Les travaux, réalisés dans la partie nord de l’agglomération, à proximité de la gare SNCF, ont concerné la rue des Bains et la rue du Château-Bas. L’emprise du chantier, sur une longueur de 107 m, a été conditionnée par les tranchées de pose d’un tuyau d’assainissement 242.00 (Rohmer, 1995) et le terrassement nécessaire à l’aménagement d’un bassin de pollution cylindrique de 20 m de diamètre, qui n’a fait l’objet que d’un sondage de reconnaissance (fig. 33 et 34) (Thion, 1997a).

Fig. 32. Commercy. Micro-topographie et tracé supposé de l’enceinte, échelle 1/2 500. DAO : H. Duval/INRAP ; Ch. Kraemer/Université Nancy 2.

27Les observations, rendues difficiles par le fait qu’il était impératif de suivre les travaux de terrassement sans les ralentir et que la fouille, profonde de 5 à 6 m, était régulièrement blindée sur toute sa hauteur, n’ont pu être réalisées qu’au moment du creusement et après remblayage partiel.

28Rue du Château-Bas, différents murs (M1 à M5) ont été attribués au château Bas. Ils sont constitués de deux parements soigneusement construits en entroquite de la Côte de Meuse et d’un blocage interne de calcaire à entroques plus médiocre et de mortier de chaux. La première assise du parement externe s’appuie sur des pieux de hêtre de 10 cm de diamètre qui n’ont malheureusement pas pu être datés et dont le rôle était manifestement de stabiliser la base du mur exposé au travail de sape des eaux du fossé, dont la largeur a été estimée à 8 m. Quatre structures rectangulaires excavées (structures 1 à 4), attribuées à des latrines, construites en blocs de calcaire à entroques, ont été accolées au mur 4. Deux d’entre elles (3 et 4) ont été arasées et remblayées volontairement, sans doute dans le but de préparer un sol.

  • 165 Datations réalisées par Willy Tegel, Dendronet, Bohlingen, Allemagne.

29Dans une phase postérieure, le mur 5 a été partiellement arasé alors que, sans doute à la même époque, était construit le mur d’escarpe 6 dont la qualité du parement contraste avec la médiocrité du blocage interne. Au nord, dans le comblement partiel du fossé, ont été retrouvées des canalisations en chêne datées de 1746 par dendrochronologie165 ainsi que les bois d’une passerelle ( ?) datée par dendrochronologie de 1737.

30Lors d’une phase suivante correspondant vraisemblablement à sa transformation en buanderie de la caserne, le château subit d’importants remaniements : arasement du mur 1 et comblement du fossé nord. La dernière phase voit s’implanter, probablement au début du xxe siècle, la voirie actuelle à l’origine d’importants bouleversements du sous-sol.

31Les investigations sur l’emplacement du bassin de pollution, au nord de l’enceinte et du fossé, ont montré l’existence d’une couche anthropique contenant des tessons d’oules en céramique grise à gros dégraissant coquillier ainsi que d’autres à glaçure en “peau d’orange”, attribuable au xiiie-xve siècle. Dans une seconde phase, ont été édifiés des bâtiments (écuries ?), encore présents au xixe siècle.

32Rue des Bains, les travaux ont permis la mise au jour d’un mur (M7) que l’on peut considérer, vu son épaisseur (env. 2,45 m), comme défensif. Il a été arasé lors de l’établissement de la voirie. Sa datation demeure incertaine : 1345 ou 1389, date de l’agrandissement de l’enceinte. Les différentes US ont restitué du matériel céramique fragmentaire : tessons d’oules, très largement datées entre le ixe et le xve siècle, de pichets glaçurés du xiiie-xve siècle et de céramique glaçurée des Temps modernes.

2.3. Sondages archéologiques sur le site du quartier de L’abattoir (P. R.)

33En 1993, la commune de Commercy a décidé de la création d’un parking aérien dans le quartier de l’ancien abattoir, à une centaine de mètres au sud du “château Stanislas”, à l’emplacement d’immeubles vétustes dont la rénovation fut jugée trop lourde. Soucieuse de mieux connaître son patrimoine historique, la Municipalité fit alors appel au Service régional de l’Archéologie pour entreprendre une reconnaissance archéologique (fig. 35) (Seilly, 1994).

34La démolition des immeubles a permis la mise au jour d’un important pan de mur sur le tracé supposé de l’enceinte médiévale, au pied duquel quatre sondages de 2 m2 chacun ont été réalisés à l’aide d’une pelle mécanique.

35Les sondages ont permis de constater que les fondations du mur mesuraient 1,30 m de hauteur et reposaient, au moins pour leur moitié sud, sur le substrat géologique. À l’exception d’un important niveau brun de 0,70 à 1 m de puissance renfermant des charbons de bois et des fragments de brique mis au jour dans le sondage 1, les niveaux archéologiques se composaient de deux couches reposant sur le substrat : un niveau d’argile, puis des remblais modernes.

36Malgré la présence d’enduits partiellement conservés, la structure du mur a pu être observée. Elle laisse supposer l’existence de plusieurs états successifs, au regard de reprises et de chaînes d’angle autorisant l’hypothèse de murs juxtaposés, non contemporains. Seul un segment d’environ 6 m, à l’extrémité sud, présentait une maçonnerie homogène de moellons régulièrement assisés, considérée comme ancienne. Lors d’une seconde investigation, une coupe transversale a été établie sur un segment du mur encore conservé sur 4 m de longueur. Il a été construit sur le substrat géologique, vraisemblablement aplani et excavé pour la circonstance. Le front de taille, d’une hauteur de 3,50 à 4 m, a été conforté à l’aide d’un mortier de chaux. À 2,40 m en avant de ce front, a été élevé un mur de deux rangs de moellons, dont la base comportait un léger fruit. L’espace entre le mur et le front de taille, large de 1,50 à 2 m, a été bourré avec des matériaux de blocage (pierres et terre). L’ensemble offrait une base de 2,70 m de largeur et une hauteur conservée de 4 m (fig. 36). À l’issue de ces dernières observations, l’identification du mur à l’enceinte urbaine ne faisait plus de doute.

Fig. 33. Commercy. Rue du Château-Bas. Localisation des sondages et des structures, échelle 1/500, d’après Rohmer, 1995. DAO : H. Duval/INRAP.

Fig. 34. Commercy. Rue du Château-Bas. Coupe des vestiges, échelle 1/150, d’après Rohmer, 1995. DAO : H. Duval/INRAP.

Fig. 35. Commercy. Quartier de l’abattoir. Localisation des sondages, échelle 1/500, d’après Seilly, 1994. DAO : H. Duval/INRAP.

Fig. 36. Commercy. Quartier de l’abattoir. Coupe de l’enceinte, échelle 1/50, d’après Seilly, 1994. DAO : H. Duval/INRAP.

37Si la position topographique de ce segment de l’enceinte a pu être assurée, ainsi que sa direction, son prolongement vers l’est et l’angle formé avec son retour vers le nord, en direction du château, demeurent hypothétiques, autant que l’existence d’un fossé.

Conclusion (Ch. K.)

38Connue par les textes dès 1344, l’enceinte urbaine de Commercy est indiscutablement associée au château Haut sur lequel elle se referme. Elle englobe alors l’église paroissiale et son cimetière à proximité desquels se trouve une halle, la collégiale Saint-Nicolas fondée à la fin du xiie siècle et le quartier du Val-des-Près, qui pourrait s’être développé le long d’un axe de communication, vers le nord, au-delà de l’église, en dehors d’une enceinte primitive plus modeste. Le partage, en 1326, de la seigneurie entre deux héritiers aboutit à la construction d’une nouvelle résidence seigneuriale au nord de l’enceinte, mais en dehors d’elle. Peu ou pas fortifiée, elle est agrandie en gagnant sur la ville, à la fin du xive et au début du xve siècle, en même temps que le château Haut connaît d’importantes transformations. De rares recherches historiques ont permis depuis le xixe siècle de fixer les grandes lignes de la topographie commercienne notamment de l’enceinte, entretenue jusqu’au début du xviiie siècle, et dont il ne reste aujourd’hui que de rares lambeaux. De récentes opérations de terrain ont contribué à en mieux connaître le tracé, fossilisé dans le parcellaire, et sa structure, notamment dans son angle sud-est, à proximité du quartier de l’Abattoir, sans en permettre la datation.

Notes

163 BnF Estampes, Va 55, vol. 1.

164 Donnée inédite calculée à partir du plan à 1/5 000 (fig. 29).

165 Datations réalisées par Willy Tegel, Dendronet, Bohlingen, Allemagne.

Table des illustrations

Légende Fig. 28. Commercy. Contexte géographique, échelle 1/25 000. DAO : H. Duval/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12709/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig. 29. Commercy. Proposition de tracé de l’enceinte sur fond de plan cadastral actuel, échelle 1/5 000. DAO : H. Duval/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12709/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Légende Fig. 30. Commercy. Proposition de tracé de l’enceinte sur fond de plan cadastral napoléonien d’après l’étude parcellaire, la prospection de terrain et le plan Jadot (1745), échelle 1/2 500. 1. Château Bas ; 2. Château Haut ; 3. Église Saint-Pantaléon ; 4. Porte Sainte-Barbe ; 5. Porte au Rupt ; 6. Porte à Meuse ; 7. Porte à Halle ; 8. La Halette ; 9. Collégiale Saint-Nicolas ; 10. Faubourg de la Halle. DAO : H. Duval / INRAP ; Ch. Kraemer / Université Nancy 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12709/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Fig. 31. Commercy. Plan Jadot (avant 1745), Bibliothèque d’Art et d’Archéologie Jacques Doucet-INHA, Ms 692, f. 80, ID, Paris. Phot. Inv. D. Bastien © Inventaire général, ADAGP, 1979.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12709/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Légende Fig. 32. Commercy. Micro-topographie et tracé supposé de l’enceinte, échelle 1/2 500. DAO : H. Duval/INRAP ; Ch. Kraemer/Université Nancy 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12709/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Légende Fig. 33. Commercy. Rue du Château-Bas. Localisation des sondages et des structures, échelle 1/500, d’après Rohmer, 1995. DAO : H. Duval/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12709/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Légende Fig. 34. Commercy. Rue du Château-Bas. Coupe des vestiges, échelle 1/150, d’après Rohmer, 1995. DAO : H. Duval/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12709/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Fig. 35. Commercy. Quartier de l’abattoir. Localisation des sondages, échelle 1/500, d’après Seilly, 1994. DAO : H. Duval/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12709/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Légende Fig. 36. Commercy. Quartier de l’abattoir. Coupe de l’enceinte, échelle 1/50, d’après Seilly, 1994. DAO : H. Duval/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12709/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 284k

© ARTEHIS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search