Version classiqueVersion mobile

Archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace (XIIe-XVe siècle)

 | 
Yves Henigfeld
, 
Amaury Masquilier

Les opérations archéologiques récentes

Les recherches récentes dans les régions périphériques

Jacky Koch

Texte intégral

  • 154 Nous remercions le CNAU de nous avoir communiqué un certain nombre d’informations issues de sa bas (...)

1Cette contribution a pour objectif de mettre en perspective les recherches récentes sur les enceintes urbaines en Lorraine et en Alsace par rapport aux travaux réalisés dans les régions voisines, grâce à un dépouillement sommaire de la bibliographie. Cette enquête est essentiellement fondée sur le dépouillement des actes du colloque de Nice sur les enceintes urbaines (Blieck et alii, 1999), du congrès de Bâle Centre, Region, Periphery (Helmig et alii, 2002), des bilans scientifiques et des annuaires du Centre national d’Archéologie urbaine154, des catalogues d’exposition (Böhme, 1991 ; Collet, 1988 ; Tchirakadzé, 1995 ; Tchirakadzé, Fuhrer, 1998), de la revue Archäologische Ausgrabungen in Baden-Württemberg, ainsi que sur la recension d’articles ou d’ouvrages thématiques ou monographiques.

2Le spectre de comparaison a été étendu aux régions Champagne-Ardenne, à l’ouest, Franche-Comté, au sud, à la Belgique et au Luxembourg, au nord, aux régions rhénanes de pays limitrophes, à l’est (Allemagne et Suisse). L’appartenance historique d’une grande partie de ces territoires à l’aire d’influence du Saint-Empire au cours du Moyen Âge constitue, de ce point de vue, un dénominateur commun.

1. En Champagne-Ardenne et en Franche-Comté

3Les régions françaises limitrophes à l’Alsace et à la Lorraine offrent un visage contrasté sur le plan des recherches récentes.

1.1. La Champagne-Ardenne

4Les apports récents de l’archéologie préventive concernent essentiellement les fortifications d’Époque moderne (xvie-xviie siècles), disséminées dans le nord de la région. En revanche, les villes de Troyes et de Reims ont livré des vestiges médiévaux.

5À Troyes, depuis les découvertes des années 1980 (Collet, 1987 et 1988), plusieurs éléments défensifs ont été mis au jour dans le cadre de fouilles préventives, notamment la tour Saint-Quentin et la porte dite de Chaillouet attribuée au xiie siècle (Deborde, 1995a et b).

6À Reims, une des tours de l’enceinte fondée aux xiiie-xive siècles a été mise en évidence en 1994. Dans la partie la plus ancienne, une archère surmonte une canonnière basse (Rollet, 1996 : 81-82). En 1998 et 2000, une fouille à l’emplacement de la Médiathèque a mis au jour deux fossés parallèles à profil en V en avant d’un mur en moellons liés à la terre. Ils appartiennent au système défensif érigé au ixe siècle, à l’emplacement de l’enceinte antique, pour se protéger des invasions normandes. Cet aménagement fut complété au xie siècle par la construction ou la reconstruction d’une porte flanquée de deux tours (Neiss, Sindonino, 2006 : 42-43, 75-76).

1.2. La Franche-Comté

  • 155 Pour l’ensemble de la région, voir aussi Jeannin, 1981.

7En Franche-Comté, l’étude des villes fortifiées a été indirectement abordée grâce au recensement des bourgs castraux effectué pour les départements de la Haute-Saône (Affolter et alii, 1992) et du Doubs (Bouvard, 1997)155. 64 % des soixante et un sites inventoriés dans ce second département disposaient de murailles construites entre la fin du xiie siècle et le début du xive siècle. Les enceintes sont distinguées selon trois types : les enceintes en ligne, les enceintes avec le château dans l’angle et les enceintes de réunion. L’auteur insiste sur l’absence de sources archéologiques, en dehors de la ville de Montbéliard qui reste une exception. Les villes du nord de cette région (Belfort ou Delle), limitrophes du domaine germanique, sont restées longtemps à l’écart des opérations d’archéologie urbaine. Dans le cas de Belfort, la transformation puis les améliorations successives de la place forte réalisées jusqu’au début du siècle dernier contribuèrent à détruire la majeure partie des éléments attachés au bourg castral primitif. À l’inverse, la politique d’interventions menées de façon systématique par le Service archéologique municipal de Montbéliard a été à l’origine de connaissances nouvelles sur la topographie de l’enceinte urbaine, ainsi que sur des éléments spécifiques (Tchirakadzé, 1995 ; Tchirakadzé, Fuhrer, 1998 ; Fuhrer, Tchirakadzé, 1999). L’enceinte du xiie-xiiie siècle de cette ville a été dégagée sur 15 m de longueur et 5 m de hauteur (Goëtz, 1994). Des tronçons des différentes enceintes (vieille ville et bourg Saint-Martin) ont ainsi pu être détaillés grâce à des observations ponctuelles complétées par l’étude des vestiges de deux tours-portes (d’Aiguillon et de Pouhat), qui étaient constituées de tours à deux niveaux en pierre puis en bois. Sur le plan chronologique, la découverte de pieux datés des années 1220 au plus tard a permis de vérifier l’existence d’une palissade antérieure à l’enceinte maçonnée, construite à partir des deux dernières décennies du xiiie siècle (Bouvard, Voisin, 1989 ; Cantrelle et alii, 2000). Dans le Jura, un relevé de l’enceinte médiévale, très dégradée, de Rochefort-sur-Nenon a été réalisé en 1992 (Jounin, 1993).

2. Au Luxembourg et en Belgique

8Les deux pays limitrophes du nord de la Lorraine présentent un nombre important de villes et de bourgs fortifiés dont la topographie ou les éléments constitutifs ont été abordés par l’archéologie des élévations ou du sous-sol. Les résultats significatifs ont été publiés à l’occasion des colloques de Douai en 1991 (Demolon et alii, 1994), Nice en 1996 (Blieck et alii, 1999) ou de Bâle en 2002 (Helmig et alii, 2002). Grâce à des collaborations entre la Belgique et le nord de la France, la publication du colloque de Douai a mis en évidence un certain nombre de points de convergence entre des villes de ces régions frontalières. Dans le colloque de Nice, cinq ensembles fortifiés (Luxembourg-ville, Echternach, Grevenmacker, Chiny et Lamprez) ont été présentés dans une synthèse exemplaire sur le Luxembourg historique (Grand-Duché et province belge) (DE Meulemeester, Mignot, 1999). Dans une partie des villes abordées, des levées de terre (les “terrées”) généralement érigées au xiie ou dans la première moitié du xiiie siècle ont pu être documentées par les sources archéologiques, iconographiques et écrites. Luxembourg-ville, ceinte, dès le xie siècle, d’un mur en pierre, est restée une exception et, à l’instar d’Echternach où des tours maçonnées furent intégrées dans le rempart au xive siècle, les enceintes maçonnées des autres villes n’ont été construites qu’au bas Moyen Âge. D’un point de vue typologique, le rempart en terre était généralisé au Benelux puisque les terrées se retrouvent en Hollande, à Maastricht en particulier, et dans toute la Belgique, principalement en raison de l’absence de pierre, abondamment disponible dans le reste de l’Europe occidentale. En Belgique (De Waha, 1999), les enceintes sur arcs constituèrent une forme technique et architecturale spécifique à l’intégration de murs en pierres dans des levées antérieures. La forme la plus ancienne apparut à Gand à la fin du xiie siècle. Les terrées disparurent au cours de l’Époque moderne pour laisser la place à des zones d’habitat. Au colloque de Bâle ne furent présentés que des éléments spécifiques à l’enceinte de Bruxelles caractérisée par un mur à arcades intérieures (Demeter, 2002 ; Degraeve, 2002).

3. Dans le bassin rhénan

  • 156 Une influence qui s’est traduite par la création des villes libres d’Empire au rang desquelles ont (...)

9Les régions de langue germanique du Rhin supérieur relevaient historiquement de l’aire d’influence impériale pendant toute la période156 et cette histoire commune a été illustrée dans des synthèses portant essentiellement sur le sud-ouest de l’Allemagne et le nord-ouest de la Suisse. À titre d’exemple, une présentation, basée sur l’étude des textes, d’un ensemble de villes allemandes et helvétiques (Baeriswyl, 2002) a mis l’accent sur les pouvoirs seigneuriaux qui furent à l’origine de franchises accordées de la première moitié du xiie siècle aux premières années du siècle suivant (Fribourg-en-Brisgau avant 1150, Winterthur après 1170, Berne autour de 1191, Diessenhofen et Burgdorf autour de 1200). Dans le détail, les disparités existent entre les différents pays et la Suisse a produit des résultats scientifiques importants.

3.1. La Suisse

  • 157 Il s’agit d’enceintes (végétales, levées de terre, palissades, maçonnées…) qui fermaient des vallé (...)

10Un bilan complet sur les villes de la Confédération helvétique publié en trois tomes en 1995, 1996 et 1999 (Sennhauser, 1995-1999) dresse un panorama très large de questions et de thématiques concernant les enceintes urbaines ou territoriales157. Le premier tome propose l’historiographie et met en place les différentes problématiques induites par le sujet : définition dans le droit médiéval, origine des villes fortifiées ou encore différentes formes de fortifications de territoire. Le second tome présente un catalogue de dix-huit cantons, chaque bourgade étant illustrée par un plan topographique. Dans le dernier tome, les auteurs proposent un bilan ouvrant des perspectives sur la topographie interne, les relations entre les villes et le pouvoir, la gestion des espaces publics (les marchés) ou réservés (les ghettos), les abords, les relations avec les faubourgs, etc. Cet ouvrage collectif est le résultat d’une longue tradition de recherches mettant en lumière les particularités historiques de chaque petit territoire autonome formant la Confédération. En 1989, la spécificité défensive des enceintes de villes helvétiques a été mise en avant par A. Meyer (Meyer, 1989). Illustrant son propos en transposant des tracés d’enceintes sur des plans cadastraux actuels, cet auteur considère la valeur stratégique de ces constructions dont la période d’apogée est située au milieu du xiiie siècle.

  • 158 Ce service publie un bilan scientifique annuel (Jahresberichte) qui n’a pas pu être dépouillé.

11L’archéologie a considérablement renouvelé les connaissances sur les enceintes de villes. L’enceinte de Bâle, la ville la plus proche de la frontière française, a fait l’objet d’attentions particulières de la part du Service cantonal de Bâle-Ville158 (Basel-Stadt) depuis le début des années 1970. Les fouilles de divers secteurs urbains (D’Aujourd’hui, Helmig, 1983 ; D’Aujourd’hui, Bing, 1988) ont apporté la preuve de l’existence des vestiges de la première enceinte construite par l’évêque Burkhard dans les dernières années du xie siècle, à la suite de son implication dans la querelle des Investitures (1077). Elle remplaçait probablement un système de palissade fossoyée (Hartmann et alii, 1991). Cette muraille, de 1 m d’épaisseur, avait une hauteur de près de 8 m et était flanquée d’un ensemble de tours quadrangulaires ou polygonales. Elle fut dotée de tours-portes dans le premier quart du xiiie siècle puis doublée par la construction d’un mur extérieur avant 1250 (Matt, 2002).

3.2. L’Allemagne

12En Allemagne, l’étude des enceintes et fortifications urbaines repose principalement sur la topographie ancienne des villes. En revanche, les opérations de terrain semblent moins systématiques. Cette différence trouve son origine dans la diversité des politiques laissées à l’appréciation des services de chaque Land. En Rhénanie-Palatinat, la restitution du tracé de l’enceinte de la ville épiscopale de Spire au xie siècle (Engels, 1991), proposée en 1991, n’a pas encore été vérifiée sur le terrain. À l’inverse, dans le Bade-Wurtemberg, la topographie ancienne de petites villes comme Ettlingen, Eppingen, Durlach ou Sinsheim a été publiée en 1998 (Nitz, 1998).

  • 159 Il s’agit encore d’une archéologie de sauvetage (Notausgrabung) dans ces régions.
  • 160 À Bruchsal, la fondation de l’enceinte du xve siècle perce des niveaux d’occupation attribués aux (...)

13Au niveau des opérations de terrain, la problématique des enceintes est intégrée dans l’archéologie urbaine159 et, d’après les notices publiées dans la revue du Landesdenkmalamt du Bade-Wurtemberg, un site a été fouillé chaque année depuis 1999, principalement à l’occasion de travaux de voirie, plus rarement de constructions de logements. D’après ces fouilles, le mur en pierre reste la forme d’enceinte la plus répandue et la fourchette chronologique est comprise entre les années 1200 à Constance (Löbbeke, Röber, 2002) et le milieu du xive siècle sur une bourgade telle que Wiesloch (Hildebrandt, Gross, 2000). Le moellon a été le matériau de base dans ces deux villes ainsi qu’à Rottenburg à la fin du xiiie siècle (Schmidt, 1994), tandis que le bloc à bossage est présent à Schwäbisch-Gmund (Arnold, Weiks, 1999). Une thématique importante, à savoir la gestion de l’habitat préexistant lors de l’édification d’une enceinte, a été abordée dans une publication sur les villes fondées par les Hohenstaufen (Lutz, 1998). Les fouilles de Bruchsal et d’Ettlingen ont démontré que la construction de l’enceinte a nécessité la démolition d’une partie de l’habitat préexistant, localisé près du château dans les deux cas160.

4. Esquisse d’un bilan

14Au terme de ce rapide survol, il convient de souligner les efforts de recensement des villes fortifiées dans les régions périphériques à la Lorraine et à l’Alsace, notamment dans les régions françaises. Les atlas comme celui des villes de Franche-Comté ou des documents monographiques tels les Documents d’Évaluation du Patrimoine archéologique des Villes de France (DEPAVF) constituent en effet un préalable utile aux enquêtes de terrain. Concernant ces dernières, le constat est plus nuancé et de nombreuses inégalités peuvent être constatées. Les déséquilibres régionaux sont principalement dus à deux causes. La première est liée à l’hétérogénéité des politiques menées sur des plans régionaux, a fortiori internationaux. De cette dichotomie des moyens mis en œuvre découlent diverses manières d’accéder aux informations et à leur traitement.

  • 161 Il convient cependant de rester prudent en raison d’un certain “conservatisme” propre à la recherc (...)
  • 162 Dans ces cas précis, bien avant le xvie siècle et le développement de remparts adaptés à l’artille (...)

15Sur le plan de la typologie des enceintes, ce modeste bilan permet de tracer, avec beaucoup de réserves, une sorte de frontière séparant les régions où les enceintes à levées de terre ont été reconnues (Benelux notamment) de celles, plus méridionales et orientales, où l’enceinte maçonnée reste la principale forme de fortification urbaine connue161. En effet, l’exemple de Bâle démontre que des villes relevant d’une autorité importante telle qu’un évêque et ne disposant pas, comme Strasbourg, d’un mur hérité du castrum antique, pouvaient avoir été entourées avant le xiie siècle par un mur maçonné. À l’inverse, les quelques exemples de fouilles mentionnés dans cette contribution permettent de nuancer le propos, ce qui est confirmé par la lecture critique des sources écrites. Ils mettent en évidence l’existence de fortifications en matériaux légers (terre, bois…) qui furent supprimées puis remplacées ultérieurement par des constructions maçonnées, ce qui rend la lecture de ces vestiges archéologiques encore plus difficile162.

Notes

154 Nous remercions le CNAU de nous avoir communiqué un certain nombre d’informations issues de sa base de données bibliographique.

155 Pour l’ensemble de la région, voir aussi Jeannin, 1981.

156 Une influence qui s’est traduite par la création des villes libres d’Empire au rang desquelles ont figuré celles réunies au sein de la Décapole alsacienne en 1354.

157 Il s’agit d’enceintes (végétales, levées de terre, palissades, maçonnées…) qui fermaient des vallées ou des méandres de rivières.

158 Ce service publie un bilan scientifique annuel (Jahresberichte) qui n’a pas pu être dépouillé.

159 Il s’agit encore d’une archéologie de sauvetage (Notausgrabung) dans ces régions.

160 À Bruchsal, la fondation de l’enceinte du xve siècle perce des niveaux d’occupation attribués aux xiiie-xive siècles. La même observation a été faite à Ettlingen.

161 Il convient cependant de rester prudent en raison d’un certain “conservatisme” propre à la recherche dans le second ensemble géographique. En effet, la vision “patrimoniale” a toujours privilégié l’étude du monument en pierres plus immédiatement disponible pour un chercheur, éventuellement pour se mettre en adéquation avec les possibilités de mises en valeur à des fins touristiques.

162 Dans ces cas précis, bien avant le xvie siècle et le développement de remparts adaptés à l’artillerie, donc boulimiques de terrain vierge, cette première forme d’enceintes urbaines (terre et bois) fut peut-être déjà vécue comme consommatrice d’espace. La construction de murs maçonnés permit-elle de diminuer cette perte afin de mieux structurer la ville et ses composantes ?

© ARTEHIS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search