Version classiqueVersion mobile

Archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace (XIIe-XVe siècle)

 | 
Yves Henigfeld
, 
Amaury Masquilier

Les opérations archéologiques récentes

Les opérations récentes en Alsace

Yves Henigfeld

Texte intégral

  • 139 Pour plus d’informations, se référer à l’historique des recherches proposé par Bernhard Metz (cf. (...)

1Amorcées dès le début du xxe siècle, les opérations archéologiques sur les fortifications urbaines médiévales en Alsace restent ponctuelles jusque dans les années 1960-1970139. Il faut en effet attendre la fin des années 1980 pour que les enceintes médiévales fassent l’objet d’interventions plus systématiques.

2Comme partout ailleurs en France, ce changement s’explique par le développement exponentiel des fouilles d’archéologie préventive, motivées par des projets d’aménagement urbains ou des campagnes de restauration. Parmi les villes ayant fait l’objet d’un intérêt soutenu, Strasbourg est, sans conteste, l’agglomération qui a le plus retenu l’attention des chercheurs. En revanche, les enceintes des villes de dimension plus réduite restent, pour nombre d’entre elles, largement méconnues et rarement publiées.

  • 140 Pour la période comprise entre 1971 et 1986, les chroniques de la revue Archéologie Médiévale ne m (...)

3Comme pour la Lorraine, l’inventaire des opérations récentes repose sur le dépouillement exhaustif des chroniques de la revue Archéologie Médiévale140, des notices de l’Annuaire du CNAU (Annuaire CNAU, 1986 à 2006), des Bilans scientifiques de la région Alsace (BSR Alsace 1991, 1994, 1995, 1996, 1999a, b et c, 2002, 2003, 2005a, b et c) et des catalogues d’exposition (Strasbourg, dix ans d’archéologie urbaine, 1994 ; Strasbourg. Fouilles archéologiques de la ligne B du Tram, 2000 ; Vivre au Moyen Âge, 1990). Les rapports de fouille ou DFS, n’ont, quant à eux, été utilisés que dans la mesure où ils étaient accessibles.

1. L’activité archéologique

  • 141 Cf. infra Tableau des opérations autorisées en Alsace de 1985 à 2005 présenté Annexe 6.

4Les résultats de cette enquête141 montrent que, pour ces vingt dernières années, dix-sept - villes alsaciennes comprenant cinquante-trois sites ont fait l’objet d’au moins une opération archéologique ayant livré des informations sur l’enceinte et/ou ses abords immédiats (fig. 25). Parmi elles, Strasbourg (16 sites) et Haguenau (9 sites) représentent, à elles seules, la moitié des interventions. Les autres villes, pour lesquelles les observations sont limitées à un nombre allant d’une à trois opérations sont, en revanche, documentées de façon plus ponctuelle.

5Le rythme des opérations s’est considérablement accéléré au cours des dix dernières années (fig. 26). Treize sites ont fait l’objet d’au moins une prescription de 1985 à 1994, alors que quarante l’ont été de 1995 à 2005.

  • 142 Les villes du territoire de Belfort faisant politiquement partie de la Haute-Alsace du milieu du x (...)
  • 143 Donnée inédite calculée dans le cadre de l’étude monographique (cf. infra). F.-J. Himly, proposait (...)
  • 144 Si l’on en croit les superficies proposées par F.-J. Himly, qu’il convient d’utiliser avec réserve (...)

6Si l’on se réfère au nombre de villes médiévales fortifiées recensées dans les limites actuelles de la région Alsace, au nombre de soixante-six selon F.-J. Himly et de soixante-treize selon B. Metz142, les dix-sept villes ayant fait l’objet d’au moins une intervention archéologique récente représentent près d’un quart du réseau urbain. Parmi elles, sept sont localisées dans le département du Haut-Rhin (Bergheim, Cernay, Colmar, Kaysersberg, Ribeauvillé, Thann et Turckheim) et dix dans celui du Bas-Rhin (Benfeld, Bouxwiller, Haguenau, La Petite-Pierre, Molsheim, Obernai, Rosheim, Sélestat, Strasbourg et Wissembourg). À l’exception de Strasbourg (environ 250 ha d’après HIMLY, 1970 : 31), de Colmar (environ 68 ha d’après HIMLY, 1970 : 13) et de Haguenau (environ 63,32 ha143), toutes ces villes avaient, au Moyen Âge, une superficie inférieure à 50 ha, avec, pour quatre d’entre elles, une surface inférieure à 10 ha (Benfeld, Bouxwiller, Cernay, et La Petite-Pierre)144.

Fig. 25. Villes ayant fait l’objet d’au moins une intervention archéologique récente en Alsace, échelle 1/1 000 000. DAO : H. Duval / INRAP.

Fig. 26. Nombre d’opérations en Alsace de 1986 à 2005.

Fig. 27. Types d’opérations en Alsace de 1986 à 2005.

7Ces opérations archéologiques correspondent, pour l’essentiel, à des diagnostics (28) et à des fouilles (23) qui sont représentés en nombre à peu près équivalent (fig. 27). Les études de bâti (5), les suivis de travaux (3) ou les campagnes de prospection (1) sont en revanche, beaucoup plus rares. Contrairement à la région Lorraine, les villes alsaciennes n’ont, à ce jour, fait l’objet d’aucune campagne de relevés micro-topographiques.

8Sur les cinquante-trois sites recensés, quarante et un ont été fouillés par l’AFAN/INRAP, cinq par des bénévoles, deux par le SRA, deux par des équipes mixtes (AFAN et bénévoles), deux par des collectivités territoriales et un par un opérateur privé (ANTEA).

  • 145 Le nombre de pieux prélevés à la base des murs d’enceinte strasbourgeois s’élève, pour exemple, à (...)

9Outre les changements liés à la professionnalisation de l’archéologie, ces vingt années d’activités correspondent à une période de développements méthodologiques notamment marqués par la mise en œuvre de nouvelles méthodes d’enregistrement stratigraphique, par l’émergence de l’archéologie du bâti vers la fin des années 1990 et par le recours de plus en plus fréquent aux analyses dendrochronologiques145.

2. Nature des données

  • 146 D’après B. Metz, l’enceinte de Bouxwiller pourrait remonter au xiiie siècle.

10Hormis Strasbourg, fortifiée depuis l’époque antique, deux enceintes sont, d’après les sources écrites, attestées dès le xiie siècle (Haguenau, Wissembourg), trois dans la première moitié du xiiie siècle (Colmar, Kaysersberg et Sélestat), six dans la seconde moitié du xiiie siècle (Cernay, Molsheim, Obernai, Ribeauvillé, Rosheim et Thann), quatre au début du xive siècle (Benfeld, Bergheim, Bouxwiller146 et Turckheim) et une au début du xve siècle (La Petite-Pierre).

11Globalement, toutes les périodes sont documentées par l’archéologie avec plus ou moins de précision, même si le xiie siècle reste, à l’évidence, la période la moins connue. L’existence d’une enceinte associant un fossé, une levée de terre et une éventuelle palissade est supposée à Haguenau, à Rosheim et à Strasbourg, même si elle souffre de l’absence de preuves archéologiques.

  • 147 Observations portant uniquement sur le fossé défensif de la seconde enceinte (xve siècle).
  • 148 Auxquels on peut ajouter l’enceinte urbaine de Kaysersberg qui a fait l’objet d’observations à l’o (...)

12Les opérations récentes portent essentiellement sur les murs d’enceinte, parfois associés à leur fossé défensif (Bergheim147, Bouxwiller, Cernay, Colmar, Haguenau, La Petite-Pierre, Molsheim, Obernai, Ribeauvillé, Rosheim, Sélestat, Strasbourg, Thann, Wissembourg)148. Les observations sur les murs de contrescarpe et les fausses-braies (Strasbourg, Molsheim, Benfeld ?), les tours (Cernay, Obernai, Rosheim, Strasbourg, Thann) ou les tours-portes (Sélestat, Strasbourg et Turckheim) sont, en revanche, sensiblement moins nombreuses. La question des abords est illustrée, souvent de façon sommaire, sur environ la moitié des sites étudiés. Les informations se rapportent au réseau viaire (Cernay) ou hydrographique (Haguenau, Molsheim, Strasbourg), à l’habitat (Benfeld, Cernay, Colmar, Haguenau, Molsheim, Obernai, Ribeauvillé, Sélestat, Strasbourg), au château (Cernay, Haguenau, Kaysersberg, La Petite-Pierre) ou aux édifices religieux (Colmar, Thann, Ribeauvillé). Parmi les découvertes peu fréquentes, il convient enfin de mentionner la mise en évidence, à Strasbourg, de vestiges appartenant au système défensif avancé de la ville médiévale. Ils se présentent sous la forme d’une levée de terre et d’une structure en bois attribuées au xive siècle et interprétées, avec réserves, comme une tour de guet (Munier, Rohmer, 2003b).

13Concernant ces différentes questions, c’est bien évidemment les enceintes de la ville de Strasbourg qui sont les mieux connues, même si le traitement des abords n’est que rarement mis en relation avec la présentation du système défensif. La restauration du castrum antique (fin du xe siècle) et les trois grandes étapes de construction des enceintes médiévales entre la fin du xiie et le milieu du xve siècle, avec leurs aménagements ultérieurs, sont toutes documentées par un ou plusieurs sites. Outre des précisions d’ordre chrono-topographique, les recherches menées ces vingt dernières sur les enceintes strasbourgeoises ont essentiellement apporté des informations sur les techniques de construction et les matériaux mis en œuvre, caractérisés par une remarquable homogénéité de 1200 à la fin du xviie siècle.

3. Les publications récentes

  • 149 Trente-deux dans les chroniques d’Archéologie médiévale, trente-sept dans les Bilans scientifiques (...)
  • 150 Rosheim (Bretz, 2000) ; Colmar (Rohmer, 2000).

14Hormis les notices ou les chroniques de fouilles, dont le nombre total s’élève à cent vingt-trois149, les publications de sites fouillés en Alsace, entre 1985 et 1995, sont peu nombreuses. Tout au plus peut-on mentionner quelques études monographiques portant essentiellement sur des sites strasbourgeois (Schwien, 1987b ; Baudoux, Nilles, 1999 ; Nilles, Baudoux, 2000a et b ; Waton et alii, 2000) ou, plus rarement, sur des opérations ponctuelles150.

  • 151 Il convient par ailleurs de mentionner des travaux plus spécifiques relatifs au réseau hydrographi (...)
  • 152 Pour plus d’informations, se référer à la contribution de B. Metz (cf. supra).

15De la même façon, les publications de synthèse sur les enceintes urbaines entreprises à l’échelle d’une ville font cruellement défaut et concernent essentiellement Strasbourg (Klein, 1986 ; Klein, Schwien, 1990 ; Schwien, 1992 ; Schwien et alii, 1994a et 1999 ; Kerdilès-weiler, 2003 et 2005)151. Les systèmes défensifs de quelques rares villes de dimensions plus modestes sont toutefois abordés à partir des sources archivistiques et/ou des vestiges conservés en élévation152. C’est par exemple le cas pour Ammerschwihr, Kaysersberg et Kientzheim (Lichtlé, 1995), Bouxwiller (Matt, 1985), Molsheim (Oswald, 1994a et b) et Andlau (Mengus, 2000).

  • 153 Concernant la question des portes de villes dans le nord-est de la France, voir également Ben Kadd (...)

16Il convient enfin de mentionner plusieurs publications portant sur des dispositifs d’entrée et des tours (Waltz et alii, 1989 ; Oswald, 1986 ; Meyer, Hamm, 1990 ; Meyer, 1994)153, ainsi qu’un certain nombre de travaux universitaires sur les sources iconographiques (Liechty, 1999), sur la fortification des petites localités médiévales (Ben Kaddour, 2003) et sur la topographie urbaine de Wissembourg (Altewei, 1998 et 1999), d’Ingwiller (Delsol, 2002) et de Sélestat (Reutenauer, 2003). On peut y ajouter deux études conçues sur le modèle des Documents d’évaluation du patrimoine archéologique des villes de France (DEPAVF) commanditées par le SRA et portant sur les villes de Colmar (Heilig, 1995) et de Haguenau (Reutenauer, 2004).

17Si l’on fait abstraction d’une courte étude sur les enceintes urbaines en Alsace, proposée par B. Metz en 1990 (Metz, 1990b), dans laquelle il émet notamment quelques réserves sur le travail entrepris par F.-J. Himly (Himly, 1970), et d’un bilan sur l’apport des fouilles préventives à la connaissance de l’urbanisation médiévale en Alsace, où la question des structures défensives est traitée de façon sommaire (Nilles, 2006a : 119-120), on ne peut que regretter l’absence de travaux de synthèse régionaux.

18Ce déficit s’explique par la nature de la documentation, souvent publiée de façon laconique sous forme de notices et dispersée dans des rapports de fouille et des travaux universitaires parfois inaccessibles. Sensiblement renouvelé grâce au développement des fouilles d’archéologie depuis une vingtaine d’années, le potentiel documentaire existe, mais le travail d’exploitation des données archéologiques confrontées avec les autres sources documentaires reste considérable et ne saurait être envisagé que sur le long terme, dans un esprit collectif et interdisciplinaire.

Notes

139 Pour plus d’informations, se référer à l’historique des recherches proposé par Bernhard Metz (cf. supra).

140 Pour la période comprise entre 1971 et 1986, les chroniques de la revue Archéologie Médiévale ne mentionnent aucune opération de ce type en Alsace.

141 Cf. infra Tableau des opérations autorisées en Alsace de 1985 à 2005 présenté Annexe 6.

142 Les villes du territoire de Belfort faisant politiquement partie de la Haute-Alsace du milieu du xive siècle à 1871 ne sont pas comptabilisées (Belfort, Delle, Florimont, Granvillars, Montreux-Château et Rougemont). En revanche, les villes de Wissembourg et de Lauterbourg appartenant, jusqu’au xviie siècle, au Spirois, et les villes de l’Alsace Bossue de Bockenheim (actuellement Sarre-Union), de Diemeringen et de Sarrewerden, politiquement rattachées à la Lorraine jusqu’à la Révolution, ont été recensées.

143 Donnée inédite calculée dans le cadre de l’étude monographique (cf. infra). F.-J. Himly, proposait, quant à lui, une superficie de 80,87 ha (Himly, 1970 : 28).

144 Si l’on en croit les superficies proposées par F.-J. Himly, qu’il convient d’utiliser avec réserves (1970 : 27-32). La ville de Kaysersberg, à laquelle il attribuait une superficie de 9,65 ha (Himly, 1970 : 28), faisait probablement 13,38 ha.

145 Le nombre de pieux prélevés à la base des murs d’enceinte strasbourgeois s’élève, pour exemple, à plusieurs dizaines d’échantillons.

146 D’après B. Metz, l’enceinte de Bouxwiller pourrait remonter au xiiie siècle.

147 Observations portant uniquement sur le fossé défensif de la seconde enceinte (xve siècle).

148 Auxquels on peut ajouter l’enceinte urbaine de Kaysersberg qui a fait l’objet d’observations à l’occasion des interventions réalisées sur le château (cf. infra la monographie du site).

149 Trente-deux dans les chroniques d’Archéologie médiévale, trente-sept dans les Bilans scientifiques de la région Alsace, quarante-deux dans les Annuaires du CNAU, onze dans les catalogues d’exposition (Strasbourg, dix ans d’archéologie urbaine, 1994, Strasbourg. Fouilles archéologiques de la ligne B du Tram, 2000 et Vivre au Moyen Âge, 1990) et une dans la revue l’Outre-Forêt (Schellmanns, 1987). Le catalogue d’exposition Vivre au Moyen Âge, 1990 comprend par ailleurs des notices relatives à des opérations menées à Strasbourg à la fin des années 1960 (Zumstein, 1990 qui reprend Zumstein, 1970) et 1970 (Kern, 1990a ; Kern, 1990b).

150 Rosheim (Bretz, 2000) ; Colmar (Rohmer, 2000).

151 Il convient par ailleurs de mentionner des travaux plus spécifiques relatifs au réseau hydrographique (Schwien et alii, 1994b ; Schwien, Schneider, 1998), aux dispositifs sur pieux (Schwien, 1990b et 1995a) et aux marques lapidaires relevées sur les enceintes médiévales et modernes de Strasbourg (Schwien, Keller, 1994).

152 Pour plus d’informations, se référer à la contribution de B. Metz (cf. supra).

153 Concernant la question des portes de villes dans le nord-est de la France, voir également Ben Kaddour, 2004.

Table des illustrations

Légende Fig. 25. Villes ayant fait l’objet d’au moins une intervention archéologique récente en Alsace, échelle 1/1 000 000. DAO : H. Duval / INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12697/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 430k
Légende Fig. 26. Nombre d’opérations en Alsace de 1986 à 2005.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12697/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende Fig. 27. Types d’opérations en Alsace de 1986 à 2005.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12697/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 45k

© ARTEHIS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search