Version classiqueVersion mobile

Archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace (XIIe-XVe siècle)

 | 
Yves Henigfeld
, 
Amaury Masquilier

Les opérations archéologiques récentes

Les opérations récentes en Lorraine

Amaury Masquilier

Texte intégral

  • 121 Les localités retenues pour établir le recensement des opérations archéologiques récentes en Lorra (...)
  • 122 Par exemple, les portes des Allemands, Chaussée ou de la Craffe, respectivement à Metz, Verdun et (...)

1À ce jour, il n’existe pas de synthèse historiographique de la recherche sur les enceintes d’agglomération121 en Lorraine et les douze études monographiques publiées dans cet ouvrage permettent seulement de dégager de grandes tendances. La recherche archéologique a longtemps été limitée aux seuls vestiges monumentaux. Évoqués dans le cadre de répertoires ou d’inventaires archéologiques souvent succincts, ils font plus rarement l’objet de descriptions et de relevés architecturaux, sauf lorsqu’ils sont inscrits ou classés comme Monuments Historiques ou occupés par l’Armée122. Quant aux rares fouilles réalisées avant les années 1980, elles relèvent plus du dégagement de maçonneries que d’une véritable approche scientifique.

  • 123 De 1971, année de la création de la revue, à 1992, les Chroniques ne mentionnent aucune opération (...)
  • 124 Si une opération est déclarée dès 1989, il faut attendre 1992 pour que des opérations apparaissent (...)
  • 125 Au moins une opération est publiée chaque année (BSR Lorraine, [1991], 1993, 1994, 1995, 1997, 199 (...)

2Afin d’établir les bases d’un bilan de la recherche récente (1985-2005), il convenait de dresser un inventaire de ces opérations à partir du recensement des sources documentaires à notre disposition. Cette enquête repose sur le dépouillement exhaustif des “Chroniques des fouilles médiévales en France” parues dans la revue Archéologie Médiévale de 1971 à 2006123, des “Annuaires des opérations de terrain en milieu urbain” édités par le Centre national d’Archéologie urbaine (CNAU124), et des “Bilans scientifiques de la Région Lorraine” édités par le Service régional de l’Archéologie (SRA) de Lorraine125. Si tous les rapports de fouille ont pu être consultés, l’accès aux rapports de diagnostic s’est révélé plus problématique, surtout pour la période antérieure à 2001. Quelques études documentaires préalables à des fouilles ont été également prises en considération.

1. L’activité archéologique

  • 126 Cf. infra Annexe 5 Tableau des opérations autorisées en Lorraine (1985-2005). On a regroupé sous u (...)
  • 127 Cf. supra chapitre Les enceintes d’agglomération en Lorraine.

3Les quarante-neuf opérations126 récentes recensées portent sur vingt-deux agglomérations, soit un peu plus du cinquième du corpus des enceintes d’agglomération lorraines (fig. 22)127.

4Les trois villes issues du réseau urbain antique ont fait l’objet d’opérations archéologiques autorisées (Metz, Toul, Verdun). Les dix-neuf autres agglomérations, toutes d’origine médiévale, forment l’armature du “second réseau urbain”, même si certaines d’entre elles, Fribourg par exemple, n’ont sans doute jamais formé, au mieux, qu’un petit bourg. Une seule ville (Verdun) a donné lieu à cinq opérations, cinq agglomérations en totalisent quatre (Épinal, Metz, Nancy, Vaucouleurs et Vic-sur-Seille), deux ont fait l’objet de trois interventions (Commercy, Saint-Mihiel) et quatre n’en comptent que deux (Mirecourt, Neufchâteau, Sarrebourg, Sarreguemines), les autres localités n’ayant fait l’objet que d’une seule opération. Force est de constater une surreprésentation des capitales de principautés et des bourgs les plus importants du “second réseau urbain”.

5En ce qui concerne la répartition géographique départementale des vingt-deux villes étudiées, les agglomérations de la Moselle sont largement surreprésentées (9), celles de la Meurthe-et-Moselle sous-représentées (4), comme en Meuse (5) et dans les Vosges (4). Le fort développement économique de la Moselle et les opérations d’archéologie préventive qu’il génère expliquent en grande partie cette différence. Pour la Meurthe-et-Moselle, où l’activité économique est pourtant soutenue, la difficulté à intervenir sur des agglomérations de moindre taille dans le cadre de l’archéologie préventive semble en être la cause.

Fig. 22. Villes ayant fait l’objet d’au moins une intervention archéologique récente en Lorraine, échelle 1/1 500 000. DAO : H. Duval/INRAP.

6Les opérations correspondent, par ordre décroissant et le plus souvent avec plusieurs types d’intervention (fig. 23), à des diagnostics (25) suivis ou non de fouilles (19), des études de bâti (11), des suivis de travaux (10), des relevés topographiques et architecturaux (5) et des prospections (2).

7Hormis trois bénévoles issus du secteur associatif, les acteurs de la recherche sont tous rattachés à l’Université ou à des organismes publics en charge de l’archéologie préventive.

  • 128 Cette Unité de Recherche associée (URA 761) au CNRS, essentiellement orientée sur l’habitat seigne (...)
  • 129 En 1999, l’Unité de recherche est transformée en Laboratoire d’Archéologie médiévale de l’Est de l (...)
  • 130 Mémoires de maîtrise : Balay, 2001 ; Belville, 1994 ; Bena, 2004 ; Cazin, 2002 ; Condom, 1991 ; Du (...)

8En 1978, la création au sein de l’Université Nancy 2 de l’URA intitulée “Habitat fortifié de l’Est de la France” permet d’engager une réflexion sur les enceintes collectives médiévales en Lorraine, notamment celles des bourgs castraux et abbatiaux128. Les premiers travaux débouchent en 1992 sur un important colloque, intitulé “Aux origines du second réseau urbain, les peuplements castraux” (Bur, 1993b), auquel ont notamment participé les chercheurs lorrains rattachés à cette unité (Fray, 1993 ; Giuliato, 1993a ; Kraemer, 1993). Les travaux de terrain se rattachant à la problématique des enceintes d’agglomération se poursuivent, après cette date129, sous la forme de prospections et de relevés topographiques et architecturaux. Ils sont menés dans le cadre de recherches personnelles entreprises par des membres du LAMEst, de travaux universitaires soutenus à Nancy ou à Paris130 ou d’opérations autorisées par le Ministère de la Culture (Prospection thématique sur “Les habitats fortifiés de Lorraine - H17” en 1993) (Giuliato, 1993b ; Giuliato, 1994c).

9Par ailleurs, les destructions massives opérées dans les centres anciens sont à l’origine du développement des fouilles préventives et des études archéologiques de bâti. Dans un article paru en 2003, P.-E. Wagner rappelle qu’à Metz, plusieurs dizaines de mètres du mur du Neufbourg ont été détruits en 1973-1974, sans aucun relevé archéologique (Wagner, 2003 : 35-36). À Nancy, au milieu des années 1980, ce sont des îlots entiers de la Ville-Vieille, comme celui de la Charité où passait l’enceinte du xiie siècle, qui sont irrémédiablement détruits. Aujourd’hui encore, des destructions ont lieu, souvent sur des enceintes de petites agglomérations, sans même que le Service régional de l’Archéologie (SRA) ait eu connaissance, au préalable, du projet. Les fouilles préventives, prescrites par le SRA de Lorraine à partir de la fin des années 1980, permettent aujourd’hui de répondre, en partie du moins, aux destructions liées à la rénovation des centres-villes anciens. Elles sont quasi exclusivement dirigées par des équipes d’archéologues de l’AFAN puis, à partir du 1er février 2001, de l’INRAP, et concernent les grandes villes (Metz, Verdun, Nancy), mais aussi des petites et moyennes agglomérations. Notons que le SRA de Lorraine ne pratique plus, depuis la création de l’INRAP, de sondages de diagnostics et qu’un éphémère service archéologique a existé à Verdun.

Fig. 23. Types d’opérations en Lorraine de 1986 à 2005.

  • 131 Rapports annuels : Masquilier, 2003c ; Henigfeld, 2004d ; Masquilier, Henigfeld, 2005 ; Henigfeld, (...)
  • 132 Notices : Masquilier, 2005a ; Masquilier, 2005e.
  • 133 Les relevés architecturaux de tours à Liverdun et à Neufchâteau, réalisés en 2006, ne sont pas sig (...)

10Le Projet collectif de Recherche (PCR) “Archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace (xiie-xve siècles)” de 2003 à 2006131 et la Prospection thématique “Cartographie et relevés architecturaux d’enceintes médiévales de villes lorraines” en 2004132 ont été l’occasion pour les chercheurs du LAMEst et de l’INRAP de faire réaliser de nouvelles analyses (14 C, dendrochronologie) et des relevés topographiques et architecturaux utilisés dans les études monographiques de villes lorraines133.

  • 134 Cf. infra les monographies relatives aux agglomérations de Commercy, Épinal, Liverdun, Mirecourt, (...)

11Les développements méthodologiques observés en Lorraine reflètent l’évolution de la recherche de ces vingt dernières années : généralisation des fouilles stratigraphiques, archéologie du bâti en relation avec les fouilles du sous-sol, méthodes de relevés par photographies redressées, datations par dendrochronologie et 14 C plus systématiques, sondages géotechniques, introduction de la micromorphologie, etc. Le LAMEst présente cependant la spécificité d’avoir utilisé de façon assez systématique les relevés micro-topographiques. Ces derniers permettent de reporter l’ensemble des vestiges conservés en élévation sur un plan topographique et révèlent, lorsque le site n’est pas trop perturbé, des anomalies d’origine anthropique134.

Fig. 24. Nombre d’opérations en Lorraine de 1986 à 2005.

12Pour résumer, si la recherche universitaire sur les enceintes urbaines a été initiée dès les années 1980, avec une forte prédominance de travaux de relevés topographiques et architecturaux, c’est le développement de l’archéologie préventive dans le courant des années 1990 qui a fourni l’essentiel des données archéologiques stratifiées nouvelles. Toutefois, un fléchissement récent de l’activité archéologique lié à une diminution du nombre de prescriptions mérite d’être souligné (fig. 24).

2. Nature des données

  • 135 G. Giuliato (2006 : 137) relève 19 enceintes dont la première mention est antérieure à 1230 (22,4  (...)

13Près des deux tiers des sites étudiés sont attribués au xiiie ou au xive siècle. Ce pourcentage, rapporté aux dates de premières mentions écrites d’enceinte d’agglomération135, montre que les sites ayant fait l’objet d’une opération archéologique depuis 1989 sont représentatifs de la chronologie générale des enceintes d’agglomération en Lorraine. Les sites antérieurs au xiiie siècle restent rares et ne s’opposent pas a priori à la chronologie établie à partir des sources écrites.

  • 136 Commercy, Épinal, Fribourg, Mirecourt, Mousson, Saint-Mihiel, Vaucouleurs, Vic-sur-Seille.
  • 137 Mirecourt “Rue du Docteur-Joyeux”, Nancy “Place Stanislas et rue Gustave-Simon, Musée des Beaux-Ar (...)
  • 138 Commercy “Château bas”, Sarrebourg “Parcours de canoë”, Vaucouleurs “Rue du Grand-Geoffroy” et Vau (...)

14Sur les quarante-neuf opérations recensées, exception faite de huit interventions réalisées à l’échelle de l’agglomération (relevés topographiques, prospections et analyses monumentales)136, ce sont quarante-trois sites qui ont été étudiés depuis une vingtaine d’années. Sur ce nombre, trente-deux révèlent uniquement des éléments d’enceinte (mur, tour, fossé, etc.), sept présentent à la fois des éléments de l’enceinte et des vestiges médiévaux localisés à proximité137 et quatre concernent uniquement les abords immédiats de l’enceinte. Ces derniers ont néanmoins été retenus dans la mesure où les données archéologiques qu’ils recèlent alimentent la question des abords qui est traitée dans cet ouvrage138. Compte tenu de la diversité des opérations archéologiques, il n’est pas possible de quantifier précisément les ouvrages étudiés ou les vestiges situés à proximité de l’enceinte. En ce qui concerne les ouvrages défensifs, les courtines reviennent le plus régulièrement avec une vingtaine de sites, s’ensuivent les tours avec une quinzaine de cas dont deux exemples de tours quadrangulaires, les fossés dans moins d’une dizaine de cas dont un unique cas de fossé double (Saint-Avold), enfin, à quelques unités, les portes, les fausses-braies, les ouvertures de tir d’époques diverses, les aménagements de sol et un seul cas de rempart avec son fossé (Fribourg). Les thématiques relatives aux abords d’enceinte sont assez diversifiées. Les fonctions urbaines représentées sont relatives à l’économie (foyers artisanaux, tanneries, moulins, agro-pastoralisme, carrières d’extraction de matériaux, etc.), l’habitat civil (faubourg, habitat sur solin), les édifices publics et religieux (châteaux urbains, édifices publics hypothétiques à Mirecourt et Neufchâteau, quartier canonial à Verdun), les aménagements de berge et le franchissement des cours d’eau, la voirie, ainsi qu’un certain nombre de structures aux fonctions indéterminées.

3. Les publications récentes

15Hormis les notices publiées en grande quantité (147), les rapports de fouilles et de diagnostics (42) et une sélection de travaux universitaires déjà évoqués (25), la documentation disponible relative aux opérations récentes est très restreinte. Parmi les notices, il convient de mentionner un article paru dans le Bulletin Monumental sur la porte des Allemands de Metz (Kuchler, 1999). Force est de constater que la publication des résultats des opérations autorisées de ces vingt dernières années, quelle qu’en soit la nature (fouilles, sondage, prospection, etc.), reste encore exceptionnelle. Les articles parus dans des actes de colloques sont de loin les plus nombreux : deux sur l’évolution des enceintes de Nancy en relation avec des données archéologiques récentes (Elter, Sautai-Dossin, 1999 ; Elter, 2002), un sur les fortifications de Vic-sur-Seille d’après les sources écrites et les prospections de terrain (Giuliato, 1994b) et une présentation des principaux résultats de la surveillance de travaux du collecteur à Verdun (Gama, 1996b). Les relevés topographiques de Fribourg, Mousson et Vic-sur-Seille ont par ailleurs été présentés dans un important article sur les enceintes urbaines et villageoises lorraines (Giuliato, 1993a). Au titre des monographies, on note un numéro spécial consacré à l’archéologie nancéienne, dans lequel les sites récemment fouillés font l’objet d’une présentation “tout public” (Nancy : l’archéologie d’une ville, 1999). Un seul article méthodologique sur les relevés par imagerie numérique appliqués au site de la rue du Docteur-Joyeux à Mirecourt reste à signaler (Kuchler, 2005).

16En revanche, à partir de 1993, la Lorraine se singularise par la publication de monographies de villes dans le cadre de collections. Les “Atlas historiques des villes de France”, les “Documents d’évaluation du patrimoine archéologique des villes de France” et les “Esquisses de topographie historique et d’évaluation archéologique” fournissent des bases irremplaçables pour l’étude des enceintes urbaines. Si les finalités, les choix scientifiques et les normes de présentation diffèrent de l’une à l’autre (notamment en ce qui concerne la représentation cartographique), ces séries n’en restent pas moins complémentaires. Les atlas d’Épinal, Nancy, Bar-le-Duc et Toul sont parus (Houot, 1993 ; Fray, 1997a ; Streiff-Figuères, 1998 ; Hachet et alii, 2000) ; ceux de Neufchâteau, Verdun et Vic-sur-Seille sont en préparation. Les documents d’évaluation de Metz et Verdun (Brunella et alii, 1992 ; GAMA, 1997b) sont publiés et celui de Nancy à venir. Enfin, seules les esquisses d’Épinal et de Pont-à-Mousson sont à ce jour éditées (Lavergne, Georges-Leroy, 1996 ; Kuchler, 1998a).

17La consultation de la documentation montre que les données inédites contenues dans les rapports de fouille, voire dans les travaux universitaires, difficiles d’accès, sont abondantes, diversifiées et souvent de qualité.

Notes

121 Les localités retenues pour établir le recensement des opérations archéologiques récentes en Lorraine sont les mêmes que celles retenues pour les enceintes d’agglomération en Lorraine (cf. supra).

122 Par exemple, les portes des Allemands, Chaussée ou de la Craffe, respectivement à Metz, Verdun et Nancy.

123 De 1971, année de la création de la revue, à 1992, les Chroniques ne mentionnent aucune opération relative à la thématique des enceintes d’agglomération en Lorraine.

124 Si une opération est déclarée dès 1989, il faut attendre 1992 pour que des opérations apparaissent régulièrement (Annuaire CNAU, 1985 à 2006). Le dépouillement des annuaires des régions étudiées a été facilité grâce à la complicité du Centre National d’Archéologie Urbaine (Tours) que nous remercions chaleureusement.

125 Au moins une opération est publiée chaque année (BSR Lorraine, [1991], 1993, 1994, 1995, 1997, 1998, 1999, 2001, 2003, 2005, 2007).

126 Cf. infra Annexe 5 Tableau des opérations autorisées en Lorraine (1985-2005). On a regroupé sous une même entrée les sites ayant fait l’objet de plusieurs opérations (sondage suivi d’une fouille, campagnes de fouilles successives). En revanche, certains suivis de travaux linéaires ont été scindés en autant d’opérations qu’il y a de sites distincts.

127 Cf. supra chapitre Les enceintes d’agglomération en Lorraine.

128 Cette Unité de Recherche associée (URA 761) au CNRS, essentiellement orientée sur l’habitat seigneurial, était alors dirigée par M. Bur.

129 En 1999, l’Unité de recherche est transformée en Laboratoire d’Archéologie médiévale de l’Est de la France (LAMEst), actuellement dirigé par G. Giuliato. Il fait partie de l’Unité mixte de Recherche (UMR) 7002.

130 Mémoires de maîtrise : Balay, 2001 ; Belville, 1994 ; Bena, 2004 ; Cazin, 2002 ; Condom, 1991 ; Duval, Voirin, 2003 ; Hennebert, 2004 ; Laumond, 1995 ; Lecoq, 1997 ; Moulis, 1997 ; Peridon, 2002 ; Peudon, 2002 ; Poupon, 2000 ; Quiqueret, 2001 ; Ricco, 1992 ; Schluck, 1995 ; Thomas, 2004 ; Tricot, 1993 ; Valentin, 1997 ; Vermard, 1997 ; diplômes d’études approfondies : Cazin, 2003 ; Duval 2005 ; thèse : Kraemer, 1995 ; dossiers d’habilitation à diriger des recherches : Fray, 1997b ; Giuliato, 2006.

131 Rapports annuels : Masquilier, 2003c ; Henigfeld, 2004d ; Masquilier, Henigfeld, 2005 ; Henigfeld, Masquilier, 2006. Notices : Masquilier, 2004 ; Henigfeld, 2005a ; Henigfeld, 2005c ; Masquilier, 2006 ; Masquilier, 2006b.

132 Notices : Masquilier, 2005a ; Masquilier, 2005e.

133 Les relevés architecturaux de tours à Liverdun et à Neufchâteau, réalisés en 2006, ne sont pas signalés dans le tableau des opérations autorisées, arrêté à 2005 (cf. infra Annexe 5).

134 Cf. infra les monographies relatives aux agglomérations de Commercy, Épinal, Liverdun, Mirecourt, Saint-Mihiel et Vaucouleurs. À ce sujet, voir Duval et alii, 2006.

135 G. Giuliato (2006 : 137) relève 19 enceintes dont la première mention est antérieure à 1230 (22,4 %), 41 enceintes citées entre 1230 et 1330 (48,2 %) et 25 enceintes mentionnées pour la première fois ou reconstruites entre 1330 et 1440 (29,4 %).

136 Commercy, Épinal, Fribourg, Mirecourt, Mousson, Saint-Mihiel, Vaucouleurs, Vic-sur-Seille.

137 Mirecourt “Rue du Docteur-Joyeux”, Nancy “Place Stanislas et rue Gustave-Simon, Musée des Beaux-Arts”, Nancy “Rue Sellier, Ensic”, Neufchâteau “14-16, rue Verdunoise et 69, rue de France, Trait-d’Union”, Sarreguemines “51, rue du Bac”, Verdun “Centre mondial de la Paix”, Verdun “Quai de Londres” et Vic-sur-Seille “Rue du Four-Banal”.

138 Commercy “Château bas”, Sarrebourg “Parcours de canoë”, Vaucouleurs “Rue du Grand-Geoffroy” et Vaucouleurs “Place du Cardinal-Lépicier”.

Table des illustrations

Légende Fig. 22. Villes ayant fait l’objet d’au moins une intervention archéologique récente en Lorraine, échelle 1/1 500 000. DAO : H. Duval/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12694/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Légende Fig. 23. Types d’opérations en Lorraine de 1986 à 2005.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12694/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Fig. 24. Nombre d’opérations en Lorraine de 1986 à 2005.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12694/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 42k

© ARTEHIS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search