Version classiqueVersion mobile

Les cimetières mérovingiens de la côte chalonnaise et de la côte mâconnaise

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

Remerciements

A la mémoire de H. Parriat.

Texte intégral

1Cette étude n'aurait pas été possible, tout d'abord, sans les facilités qui nous ont été accordées dans les musées de la région par MM. Bonnamour (Chalon), Garmier (Mâcon), Guillaumet (Autun), Mme Lafarge et M. Magnien (Tournus).

2Pour compléter notre information sur les sites de la Côte chalonnaise et de la Côte mâconnaise, nous avons eu recours en particulier à MM. Barthèlemy (Mâcon), Bonnefoy (Azé), Combien (Solutré), Daudey (Germagny), Desbrosse (Blanzy), Duriaud (Tournus), Guillot (Cruzille), Guyot (Cluny), Monthel (Chalon), Perraud (Chissey), Poirrier (Mâcon), Raspini (Rosey), Thèvenot (Chassey) et Vaussanvin (Tournus), qui nous ont communiqué de précieuses indications.

3Nous sommes également reconnaissant à tous ceux qui ont contribué, de l'extérieur, à enrichir notre documentation, et tout spécialement à Mme Aronovici (Dijon), Melles Laumont (Nancy), Sautot (Dijon), Schwab (Fribourg) et Vallet (Musée des Antiquités Nationales), MM. Ament (Francfort), Colardelle (Grenoble), Colney (Morvillars), Guillaume (Nancy), Jeuillard (Blois), Lagrange (Besançon), Lorren (Caen), Martin (Bâle), Docteur Mercier (Poligny), Odouze (Besançon), Pesez (Paris), Pétrequin (Besançon), Roussel (Dijon), Sirat (Guiry-en-Vexin) et Tchirakadzé (Montbéliard). Nous avons particulièrement apprécié les services que nous a rendus P. Périn (Musée Carnavalet, Paris).

4Nous avons aussi été aidé, à des titres divers, par Mmes Kranker et Richard, Melles Régnier et Santioni, MM. Buvot, Devauges, Fonbaustier et Pacot, ainsi que par les bibliothécaires de Montceau et de Mâcon.

5Mme Rougemont a assuré la réalisation de la publication.

6Nous remercions tout particulièrement le professeur Rolley, notre directeur de thèse, pour les conseils judicieux qu'il nous a aimablement prodigués, ainsi que les autres membres du jury, le professeur Fournier et M. P. Périn, dont les observations à l'occasion de la soutenance, nous ont permis d'enrichir le contenu de notre thèse. Nous ne saurions oublier également notre épouse, sans la compréhension et le soutien de laquelle ce travail n'eût pu être mené à bien.

7Nous aimerions le dédier, enfin, à la mémoire de celui qui nous a initié à l'archéologie et à qui nous devons beaucoup, notre maître, le regretté Henri Parriat.

© ARTEHIS Éditions, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search