Version classiqueVersion mobile

Archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace (XIIe-XVe siècle)

 | 
Yves Henigfeld
, 
Amaury Masquilier

Histoire, historiographie et sources

L’iconographie des fortifications d’agglomération en Lorraine

Jacques Guillaume

Texte intégral

1Divers fonds publics et en moindre part des fonds privés conservent des documents iconographiques concernant les enceintes urbaines. Il s’agit, pour les fonds publics, des services départementaux des Archives (Bar-le-Duc, Nancy, Metz et Épinal), des bibliothèques publiques (principalement Metz et Nancy) ou encore du riche fonds iconographique du Musée historique lorrain à Nancy. Dans les fonds privés, moins bien pourvus, sont conservés surtout des documents imprimés (gravures), reproduits en grand nombre et que l’on trouve encore dans le marché spécialisé. La documentation iconographique comprend six familles de sources détaillées ci-après.

1. Les cartes

2L’abondance des cartes élaborées en Lorraine sous l’Ancien Régime trouve sans doute son explication dans un contexte géopolitique original (Wiener, 1896). Marche frontière entre domaine royal et terre d’Empire, la Lorraine était un enjeu politique important, principalement à la suite du traité de Ryswick (1697). L’emprise française, qui va croissant dès le xvie siècle, les nombreuses enclaves territoriales des Trois-Évêchés, la proximité des frontières de l’Empire, ont constitué autant de facteurs propices à l’établissement de cartes administratives et militaires. Bien que tardive, la carte des frères Naudin (première moitié du xviiie siècle) montre encore un certain nombre d’enceintes urbaines flanquées de tours, figurées par un trait rouge. Malheureusement, l’échelle choisie (1/43 200) ne permet guère une approche détaillée de leur plan. Pour les villes, l’enceinte est considérée comme un de leurs traits marquants, au même titre que le logis seigneurial et les établissements religieux (fig. 6).

3La carte dite “de Cassini”, à 1/86 400, établie au xviiie siècle par César Cassini de Thury et terminée par son fils Dominique, est la première à bénéficier d’une triangulation géodésique. En Lorraine, les différentes feuilles ont été levées pour la plupart entre 1754 et 1765. Malheureusement, le choix de l’échelle ayant induit l’utilisation de vignettes, elle est peu utile à la recherche, tout comme les cartes des entités administratives (duchés, bailliages, prévôtés, comtés, diocèses, évêchés), elles aussi à petite échelle. En revanche, les plans routiers (fig. 7) et plus encore les cartes à fonction foncière, fiscale et juridique (plans terriers, cartes des forêts, bans et finages communaux, acensements de terrains, litiges fonciers), peuvent incidemment être plus utiles à la recherche, du fait de leur plus grande échelle. Ces documents bénéficient d’une assez bonne précision, ayant été réalisés, comme les plans, par des arpenteurs professionnels. N’oublions pas que la topographie réalise de grands progrès dès la seconde moitié du xviie siècle à la suite des travaux des ingénieurs militaires pour être tout à fait opérationnelle durant le siècle suivant.

2. Les plans

  • 51 AD M C 22/6.

4Ces documents, particulièrement nombreux au xviiie siècle, ont été produits par des arpenteurs professionnels dans de multiples circonstances. Citons par exemple le plan partiel de la ville de Saint-Mihiel (Meuse), réalisé en 1766 en prévision de la construction d’une caserne51, qui montre avec précision le tracé des courtines, le plan de la porte à Verdun, déjà à demi ruinée, ainsi que le parcellaire attenant à la fortification (fig. 8).

5Les carnets de terrain de Bugnon, cartographe du duc de Lorraine, réalisés dans le premier quart du xviiie siècle et conservés aux Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, sont fort utiles à la recherche. Bien qu’il s’agisse de croquis schématiques, ils comportent, pour Vaucouleurs par exemple (1720), des cotes en toises. Le figuré des tours est suffisamment précis pour distinguer leur plan : quadrangulaire, hémicirculaire… (fig. 9).

  • 52 Plan de 1790, Service historique de la Défense, Vincennes.
  • 53 Anciennement Archives du Génie ou Service historique de l’Armée de Terre.

6Les plans des ingénieurs militaires comptent parmi les plus beaux réalisés. Bien qu’ils concernent, a priori, des enceintes des Temps modernes, bastionnées, nombreux sont ceux où sont encore figurées les courtines de la fortification médiévale. Certaines agglomérations fortifiées anciennement, un temps pressenties pour retrouver un rôle stratégique, font alors l’objet d’un relevé de leur enceinte comme celle de Rodemack (Moselle) en 179052 qui, dans ce cas précis, échappera heureusement à la démolition (fig. 10). D’autres seront partiellement intégrées au nouveau système bastionné, comme à Longwy-Haut (Meurthe-et-Moselle). Ici, un plan du Service historique de la Défense de Vincennes53 de 1768 montre l’abandon de l’enceinte urbaine au profit exclusif du site du château, en tête du promontoire, qui sera pourvu d’une redoute (fig. 11). Les plans-reliefs, dont le concept est dû à Louvois, constituent une source de données des plus utiles. Pour la plupart d’entre eux conservés aux Invalides, à Paris, ils concernent encore, à la suite de la disparition de celui de Nancy, quatre villes lorraines. Tous ont été réalisés au xixe siècle : Metz (1821-1825), Bitche (1825-1828), Marsal (1834-1839) et Toul (1841-1861). Le choix de l’échelle (1/600) et leur grande précision topographique en font d’excellents instruments de connaissance, complétés par les minutes manuscrites des relevés de terrain.

Fig. 6. Plan de Vic-sur-Seille. Détail de la carte des Naudin (1ère moitié du xviiie siècle). Phot. Inv. D. Bastien © Inventaire général, ADAGP, 1983.

Fig. 7. Plan de Ligny-en-Barrois. Détail d’un itinéraire routier de 1774, AD Meurthe-et-Moselle, 1 J 596. Phot. Inv. D. Bastien © Inventaire général, ADAGP, 1977.

Fig. 8. Plan partiel de Saint-Mihiel (projet de construction d’une caserne en 1766), AD Meuse, C 22. Phot. Inv. D. Bastien © Inventaire général, ADAGP, 1984.

Fig. 9. Plan de Vaucouleurs, minute de Bugnon, 1720, AD Meurthe-et-Moselle, manuscrit de la Société d’Archéologie lorraine n o 260, fol. 28 à 30. Phot. D. Carton © Inventaire général, ADAGP.

7Les plans de villes, qui se multiplient au xviiie siècle, constituent une source précieuse de documentation. Citons celui de Ligny-en-Barrois (Meuse), conservé à l’Hôtel de ville et réalisé par Jacques Massu de 1791 à 1796. Ce curieux document de taille exceptionnelle mêle deux modes de représentation, pourtant tombés en désuétude à cette époque : la planimétrie et l’élévation pour les immeubles en front de rue. Les tours de l’enceinte urbaine sont précisément situées en plan et apparaissent nettement en élévation (fig. 12).

  • 54 Cf. infra étude monographique sur Commercy.

8Si le plan de la ville de Commercy (Meuse), conservé au Musée historique lorrain à Nancy, était avant tout destiné à documenter le château peu avant l’installation de Stanislas à Commercy en 1745, le topographe a réussi à représenter tout à la fois sa distribution intérieure et les îlots de maisons qui constituent son environnement bâti. Il n’a pas omis de faire figurer en pointillé le tracé d’une partie de l’enceinte urbaine sur son front est ainsi que plusieurs tours54.

9Dès le xviiie siècle, certains plans sont commandités par des érudits afin d’illustrer leurs ouvrages, comme celui de Bar-le-Duc, réalisé en 1728 pour illustrer l’Histoire ecclésiastique et civile de la Lorraine de Dom Calmet (Dom Calmet, 1728). L’enceinte du château, dans la ville haute, et celle de la ville basse y sont figurées avec leurs tours.

  • 55 AD MM B 11255-11261, cité dans Jacques, 1982 : 22-23.

10Les plans d’acensements, nombreux à partir des années 1720, constituent sans doute les documents les plus utiles à la recherche. Il s’agit de documents réalisés à l’encre de Chine et au lavis de couleurs dressés à la demande de l’autorité (duché, villes…) au moment de l’aliénation des fortifications devenues obsolètes. Ce sont le plus souvent des plans partiels mais d’un bon niveau de précision qui concernent principalement les fossés, presque toujours morcelés entre différents propriétaires, dont la liste figure en annexe. À Rambervillers (Vosges), les plans d’acensement datés de 1723 montrent la fortification et les tours ouvertes à la gorge lavées en rouge, alors que les fossés le sont en vert55.

11Le cadastre dit “napoléonien” ou “cadastre ancien”, réalisé, pour la plupart des cas, dans les quatre premières décennies du xixe siècle, est un document fiscal qui concerne la totalité des agglomérations françaises. Établi à 1/1 250 pour les parties bâties et d’une précision satisfaisante, il rend compte de l’état du bâti avant les grandes mutations urbanistiques de la seconde moitié du xixe siècle. Si les fortifications ne sont, dans la plupart des cas, plus apparentes, leur tracé se devine encore aisément grâce au parcellaire bâti, lavé en rouge. Le recours au cadastre napoléonien est indispensable à toute recherche sur la topographie ancienne et son échelle métrique facilite les reports sur le cadastre actuel, à 1/1 000.

3. Les vues cavalières

12Le goût pour les vues cavalières s’est développé durant le xviie siècle et a connu ses lettres de noblesse avec Chastillon, Mérian, Beaulieu et Israël Sylvestre (Tassin, 1633 ; Chastillon, Boisseau, 1641 ; Beaulieu, [1668]). Ces graveurs, qui ont aussi excellé dans les plans, ont surtout traité les places fortes bastionnées, constituant de véritables atlas. Citons Bitche (fig. 13), Marsal, Metz (Moselle), Clermont-en-Argonne, Montmédy (Meuse), Dieuze (Moselle) (fig. 14)… Incidemment, et ceci malgré une précision toute relative et du fait que le graveur a délibérément développé la ville pour en faire apparaître le plus grand nombre d’édifices majeurs, figurent des vestiges de fortifications médiévales comme à Metz et Verdun (I. Sylvestre), représentés en élévation avec une précision suffisante. La vue cavalière de Longwy-Haut (Meurthe-et-Moselle), un dessin à l’encre rehaussé de lavis datant de 1650 conservé aux Archives de l’État à Arlon (Belgique), constitue, malgré son imprécision, un document du plus grand intérêt pour l’histoire de la ville (fig. 15).

  • 56 AD M 2 F 63.

13La vue cavalière de Damvillers (Meuse), du xviie siècle, un document lavé en vert et bistre56, est une figuration naïve de l’enceinte urbaine avec ses tours montrées en élévation dans une perspective maladroite (fig. 16).

Fig. 10. Plan de Rodemack (1790), collection du Ministère de la Défense, Service historique de la Défense, Département de l'Armée de Terre, 1 VH 2240, n o 17. Phot. Inv. G. Coing © Inventaire général, ADAGP, 1986.

Fig. 11. Plan partiel de la ville haute et du château de Longwy (1768), collection du Ministère de la Défense, Service historique de la Défense, Département de l'Armée de Terre, 1 VH 970, n o 46. Phot. Inv. D. Bastien © Inventaire général, ADAGP, 1988.

Fig. 12. Plan partiel de Ligny-en-Barrois. Plan Massu ( xviii e siècle) conservé à la mairie de Ligny-en-Barrois. Phot. Inv. D. Bastien © Inventaire général, ADAGP, 1977.

Fig. 13. Plan de Bitche, gravure de 1676. Phot. Inv. D. Bastien © Inventaire général, ADAGP, 1978.

Fig. 14. Vue cavalière de Dieuze, gravure par A. Pérelle ( xvii e siècle). Phot. Inv. D. Bastien © Inventaire général, ADAGP, 1983.

Fig. 15. Vue cavalière de Longwy-Haut en 1650, conservée aux Archives de l'État à Arlon (Belgique), Manuscrits divers, 82. Phot. Inv. D. Bastien © Inventaire général, ADAGP, 1991.

Fig. 16. Plan de la route de Consenvoye à Damvillers ( xvii e siècle), AD Meuse, 2 F 63. Détail : Damvillers. Phot. A. Cazin.

Fig. 17. Porte de Sierck à Rodemack. Dessin d’A. Migette (1868). Phot. Inv. G. Coing © Inventaire général, ADAGP, 1984.

4. Les plans gravés

14Les plans gravés sont nombreux au xviie siècle et au début du xviiie siècle. Parfois manifestement faux, ils sont à manier avec prudence et permettent rarement des mesures, alors que les plans contemporains du Génie, sous forme manuscrite, sont d’une plus grande fiabilité, bien que leur procédé de reproduction par piquage doive rendre l’utilisateur méfiant dans la mesure où l’original peut être imprécis ou faux. Il s’agit là encore, dans la plupart des cas, de places fortes. Parmi les nombreux exemples de plans gravés, citons Lunéville (Meurthe-et-Moselle) avec, circonscrite par l’enceinte bastionnée du xviie siècle, une autre de plan quadrangulaire, établie vers 1590 (Beaulieu, [1668]), et Damvillers (xviie siècle) ou l’enceinte médiévale, cantonnée de tours, est figurée de façon semblable.

Fig. 18. Porte de Chalaines à Vaucouleurs. Dessin du xix e siècle conservé au Musée Lorrain (Nancy). Phot. G. Coing © Inventaire général, ADAGP, 1991.

5. Les dessins, lavis, aquarelles et gravures

15Ces nombreux documents s’attachent à montrer les éléments les plus marquants des enceintes urbaines, surtout les portes, en moindre part les tours. Réalisés pour la plupart d’entre eux au xixe siècle dans le goût romantique, ils sont traités avec des techniques très diverses : mine de plomb, encre sur papier, encre avec rehauts de lavis généralement monochrome, lavis, gravure au burin, taille-douce ou encore lithographie. Leur abondance est souvent en contradiction avec leur précision si l’on excepte les admirables dessins du messin P.-A. Migette, notamment une vue de la porte de Sierck à Rodemack (1868), d’autant plus précieuse qu’elle a été dégradée pendant la Seconde guerre mondiale (fig. 17).

16Parmi les figurations de portes, citons la porte du Bourg à Marville, la porte de Chalaines à Vaucouleurs (Meuse), aujourd’hui disparues et pour lesquelles il s’agit des seuls documents iconographiques (fig. 18).

6. Les photographies et cartes postales anciennes

17Dès le dernier quart du xixe siècle, avec la démocratisation de la photographie et l’engouement rapide pour la carte postale, les photographes vont tenter de fixer les aspects pittoresques du patrimoine. Ces documents, les premiers dans le temps à offrir une objectivité indiscutable, sont indispensables au chercheur et relativement aisés à collecter. Les plus anciennes photographies sont conservées dans les collections du Service des Monuments historiques à Paris mais on en trouve aussi, ainsi que des cartes postales, dans les musées régionaux, les bibliothèques publiques et dans des collections privées, bien évidemment moins accessibles (fig. 19). Les fonds sont très inégaux selon les sites étudiés, allant de l’indigence à la redondance. Un fait est regrettable : il est rare de retrouver des clichés ayant servi à la fabrication en série de cartes postales, dont la trame fait perdre de la netteté à l’original. Signalons enfin que le Service régional de l’Inventaire de Lorraine (Nancy) reproduit régulièrement des photographies, des fonds photographiques et des cartes postales anciennes et les met à disposition des chercheurs.

Fig. 19. « Porte espagnole » à Damvillers. Carte postale du début du xx e siècle. Phot. Inv. D. Bastien © Inventaire général, ADAGP, 1986.

Notes

51 AD M C 22/6.

52 Plan de 1790, Service historique de la Défense, Vincennes.

53 Anciennement Archives du Génie ou Service historique de l’Armée de Terre.

54 Cf. infra étude monographique sur Commercy.

55 AD MM B 11255-11261, cité dans Jacques, 1982 : 22-23.

56 AD M 2 F 63.

Table des illustrations

Légende Fig. 6. Plan de Vic-sur-Seille. Détail de la carte des Naudin (1ère moitié du xviiie siècle). Phot. Inv. D. Bastien © Inventaire général, ADAGP, 1983.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12679/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 445k
Légende Fig. 7. Plan de Ligny-en-Barrois. Détail d’un itinéraire routier de 1774, AD Meurthe-et-Moselle, 1 J 596. Phot. Inv. D. Bastien © Inventaire général, ADAGP, 1977.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12679/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 355k
Légende Fig. 8. Plan partiel de Saint-Mihiel (projet de construction d’une caserne en 1766), AD Meuse, C 22. Phot. Inv. D. Bastien © Inventaire général, ADAGP, 1984.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12679/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Légende Fig. 9. Plan de Vaucouleurs, minute de Bugnon, 1720, AD Meurthe-et-Moselle, manuscrit de la Société d’Archéologie lorraine n o  260, fol. 28 à 30. Phot. D. Carton © Inventaire général, ADAGP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12679/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 439k
Légende Fig. 10. Plan de Rodemack (1790), collection du Ministère de la Défense, Service historique de la Défense, Département de l'Armée de Terre, 1 VH 2240, n o  17. Phot. Inv. G. Coing © Inventaire général, ADAGP, 1986.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12679/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 739k
Légende Fig. 11. Plan partiel de la ville haute et du château de Longwy (1768), collection du Ministère de la Défense, Service historique de la Défense, Département de l'Armée de Terre, 1 VH 970, n o  46. Phot. Inv. D. Bastien © Inventaire général, ADAGP, 1988.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12679/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende Fig. 12. Plan partiel de Ligny-en-Barrois. Plan Massu ( xviii e  siècle) conservé à la mairie de Ligny-en-Barrois. Phot. Inv. D. Bastien © Inventaire général, ADAGP, 1977.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12679/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 517k
Légende Fig. 13. Plan de Bitche, gravure de 1676. Phot. Inv. D. Bastien © Inventaire général, ADAGP, 1978.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12679/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 525k
Légende Fig. 14. Vue cavalière de Dieuze, gravure par A. Pérelle ( xvii e  siècle). Phot. Inv. D. Bastien © Inventaire général, ADAGP, 1983.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12679/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 499k
Légende Fig. 15. Vue cavalière de Longwy-Haut en 1650, conservée aux Archives de l'État à Arlon (Belgique), Manuscrits divers, 82. Phot. Inv. D. Bastien © Inventaire général, ADAGP, 1991.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12679/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 783k
Légende Fig. 16. Plan de la route de Consenvoye à Damvillers ( xvii e  siècle), AD Meuse, 2 F 63. Détail : Damvillers. Phot. A. Cazin.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12679/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Légende Fig. 17. Porte de Sierck à Rodemack. Dessin d’A. Migette (1868). Phot. Inv. G. Coing © Inventaire général, ADAGP, 1984.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12679/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 327k
Légende Fig. 18. Porte de Chalaines à Vaucouleurs. Dessin du xix e  siècle conservé au Musée Lorrain (Nancy). Phot. G. Coing © Inventaire général, ADAGP, 1991.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12679/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 591k
Légende Fig. 19. « Porte espagnole » à Damvillers. Carte postale du début du xx e  siècle. Phot. Inv. D. Bastien © Inventaire général, ADAGP, 1986.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12679/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 428k

© ARTEHIS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search