Version classiqueVersion mobile

Archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace (XIIe-XVe siècle)

 | 
Yves Henigfeld
, 
Amaury Masquilier

Histoire, historiographie et sources

Les enceintes urbaines en Lorraine : un état de la question

Amaury Masquilier et Gérard Giuliato

Texte intégral

1La première partie de cette contribution a pour but d’évoquer les problèmes méthodologiques et de définition que pose la notion d’enceinte urbaine en Lorraine et de circonscrire les critères retenus pour l’établissement d’un corpus d’enceintes. Les recherches quantitatives fondées sur les sources écrites, iconographiques et topographiques sont évoquées dans une seconde partie. Une esquisse chronologique des enceintes, d’après ces diverses sources, est proposée en troisième partie. Le corpus des agglomérations fortifiées figure en fin de chapitre sous la forme d’un tableau synthétique.

1. DÉFINITIONS ET CRITÈRES DE RECENSEMENT DES ENCEINTES

1.1. Ville ou agglomération ?

2Contrairement à l’Alsace, où toute localité entourée d’une enceinte en pierre, entre le milieu du xiiie et le milieu du xve siècle, est considérée comme ville (Metz, 1993 : 225), il n’existe pas, en Lorraine, de définition univoque de ce type d’habitat.

  • 9 Dans La Nancéïde, P. de Blarru (1437-1505) affirme que “Ce bourg n’est pas fortifié. [… et] ne cher (...)
  • 10 On pourra se référer, par exemple, aux synthèses sur les villes de J. Heers (1990), S. Roux (1994) (...)
  • 11 Voir également Galinié, 2000.
  • 12 Cette approche fonctionnelle de la topographie urbaine se retrouve dans les sept rubriques de la gr (...)

3Si, au Moyen Âge, toutes les agglomérations lorraines, à l’exception notable de Saint-Nicolas-de-Port9, sont protégées par une enceinte, elles n’entrent pas nécessairement toutes dans la catégorie des villes telles que l’envisagent les historiens10. D’autres critères, notamment topographiques et archéologiques, doivent être pris en compte pour l’appréhender. À ce titre, rappelons le travail précurseur de C. Heighway qui montre la diversité des critères historiques et archéologiques susceptibles d’être retenus (Heighway, 1972 : 9)11. Confrontée à l’érosion des “archives du sous-sol” des villes galloises et anglaises, elle retient en effet douze éléments discriminants, au premier rang desquels figurent les défenses urbaines qui délimitent un espace doté d’un certain nombre de fonctions, sans prendre en compte les surfaces encloses. L’auteur énonce ensuite, par ordre d’importance décroissant, les plans de voirie, le marché, l’atelier monétaire, le statut (vicus, bonne ville, civitas, franchises, etc.), sa position géographique, la population, une base économique diversifiée, un parcellaire et une architecture propres à la ville, une différenciation sociale et, enfin, un centre judiciaire12.

4En Lorraine, les études globales sur les agglomérations médiévales ont surtout abordé le thème de leur hiérarchisation. Étudiant les villes et bourgs dans l’espace lorrain et ses zones limitrophes (340 localités centrales citées dont 231 en Lorraine actuellement), J.-L. Fray tente ainsi de définir le second réseau urbain à l’intérieur des “mailles du premier réseau”, celui des villes antiques (Fray, 1993 et 2006). Pour ce faire, il actualise la théorie de la centralité, développée par W. Christaller en 1933, qui consiste à repérer les critères de centralité ou de polarisation – dont les fortifications –, c’est-à-dire le pouvoir d’attraction, de commandement et de service exercé par une localité dite “centrale” sur un territoire plus ou moins vaste. En fonction de l’occurrence des critères retenus, une évolution de la hiérarchie des localités peut être déduite. Appliqués au département des Vosges par Ch. Kraemer, les critères de centralité ne font ressortir qu’une poignée de villes formant l’armature du second réseau urbain (Kraemer, 2000). Pour la Lorraine occidentale, en suivant une approche plus juridique, A. Girardot ne retient que cinq villes dont deux anciennes civitates (Girardot, 1992b : 323).

5Certaines agglomérations, par leur statut juridique (“villeneuve”, capitale princière) ou les fonctions urbaines qu’elles révèlent, peuvent être reconnues comme villes sans équivoque possible. En revanche, le moindre nombre de critères urbains qui caractérisent les agglomérations secondaires relègue ces dernières au rang de “petite ville”, de “bourg”, voire de “bourg rural”. Pour ne pas s’égarer dans de longues recherches sur les critères urbains des agglomérations lorraines prises en considération, l’enceinte constituant, sauf exception, le dénominateur commun à toutes les villes, il nous a paru préférable de présenter, non pas un corpus des “enceintes urbaines”, mais un corpus plus large des “enceintes d’agglomération”.

1.2. Les enceintes d’agglomération

  • 13 Cette expression a été utilisée la première fois à propos des fortifications qui protégeaient les l (...)
  • 14 Par exemple, le château épiscopal de Void était entouré d’une enceinte de 360 m de périmètre que l’ (...)

6Pour rendre compte de la diversité des “formes de protection dont s’entourèrent les différents types de localités lorraines aux statuts juridiques et aux fonctions ou aux superficies dissemblables”, G. Giuliato introduit la notion d’“enceinte collective” (Giuliato, 2006 : 128)13. Elle présente l’avantage d’éviter l’épineux problème de définition de la ville. En revanche, elle met sur le même plan des enceintes de villes comme Metz et celles de très petites localités rurales. En outre, elle ne permet pas de différencier a priori les enceintes qui ceignent la totalité d’une agglomération de celles abritant une petite partie de la population seulement14.

  • 15 Cf. infra Annexe 2 Glossaire.
  • 16 En théorie, il conviendrait d’exclure certaines enceintes de village à caractère non défensif, mais (...)
  • 17 À l’exclusion de celle des faubourgs, par définition hors les murs.
  • 18 Cette surface enclose correspond à des enceintes dont le périmètre est supérieur à 200 m, limite in (...)

7C’est pourquoi il a semblé nécessaire, dans le cadre de cette présentation, de préciser et nuancer cette notion en retenant la formulation d’“enceintes d’agglomération” qui s’inspire de celle assez neutre de “fortifications d’agglomération”, utilisée dans les bases de données documentaires des services régionaux de l’Inventaire général. On désignera comme “enceintes d’agglomération” l’ensemble des clôtures et maçonneries (levée de terre, rempart15, “mur”, “fermeté”, courtine, palissade, ouvrages divers, fossé16, etc.), protégeant la totalité d’une population agglomérée17, sédentaire et généralement groupée autour d’un édifice public civil ou religieux, château, abbaye, etc. Afin d’exclure les éventuelles “enceintes collectives” de très petite taille qui ne relèvent en aucune façon des bourgs et a fortiori des villes, une superficie minimale d’agglomération a été empiriquement fixée à 0,3 ha18.

  • 19 Ils sont désignés par les textes de la fin du Moyen Âge sous le vocable de “moutiers forts”.
  • 20 Certains rares moutiers forts, comme celui de Longeville-en-Barrois (Meuse) (Girardot, 1986 : 21-22 (...)
  • 21 Le lieu de retraite habituel des populations paysannes était le château. Dans certaines forteresses (...)
  • 22 À Revigny-sur-Ornain (Meuse), en 1450-1453, des places étaient louées dans une ancienne maison fort (...)
  • 23 Les basses-cours castrales dont la surface est supérieure à 0,3 ha (Giuliato, 2006 : 144) et qui pr (...)
  • 24 Faute de documentation explicite, certaines enceintes abbatiales, comme celle de Moyen moutier dans (...)

8De ce fait, certains monuments ou enceintes de petites dimensions pouvant être utilisés par la collectivité pour sa protection temporaire quand elle doit se “retraire”, comme les églises-forteresses et les aîtres fortifiés19 qui se développent aux xive et xve siècles dans le Verdunois, le Barrois et le Pays messin (Girardot, 1986 : 17-29 ; Giuliato, 2002a : 46-51 ; Pagnotta, Mourier, 1993 ; Pierron, 1985 ; Truttmann, 1959)20, les châteaux21, les maisons fortes (Giuliato, 2002a : 43-45)22 et les basses-cours les plus restreintes23, ne répondent pas à la définition d’“enceintes d’agglomération” ici retenue. Ces fortifications rurales ont néanmoins utilement complété, au bas Moyen Âge, le maillage parfois distendu des bourgs et villes fortifiés (Girardot, 1986 ; Giuliato, 2002a). De même, les enceintes d’abbayes, lorsqu’elles ne protègent que la population ecclésiastique et les convers24, doivent a priori être seulement considérées comme “enceintes collectives”.

  • 25 “La clôture de ladite ville [de Nomeny] fut commencée du temps de l’evesque Adémar qui estoit aupar (...)

9Signalons que, dans les textes médiévaux, les agglomérations dépourvues d’enceintes maçonnées, voire de toute forme de protection, sont qualifiées de “champêtres”25.

2. HISTORIQUE DES RECHERCHES

10Au contraire des murailles en majorité construites à partir du xiiie siècle, les enceintes en terre, bois et végétation ont longtemps été ignorées par les sources traditionnelles, écrites et iconographiques. Le dénombrement des enceintes collectives a donc longtemps été celui de villes closes de murs maçonnés. Ces difficultés d’interprétation ont progressivement orienté la recherche vers une approche plus tangible des enceintes dans leur diversité, notamment par leur confrontation avec des relevés topographiques de terrain. Peu nombreuses, les études synthétiques portant sur le dénombrement des enceintes d’agglomération médiévales en Lorraine sont présentées par ordre chronologique.

  • 26 Cf. infra Annexe 3 Tableau des enceintes d’agglomération en Lorraine.

11Un document publié en 1870 renseigne sur le nombre de villes dotées d’une muraille en Lorraine ducale. Conçu à des fins politiques et financières, il a vraisemblablement été établi en 1634, ou peu après, par le délégué du roi de France, Théodore Godefroy (Schmit, 1870). Il commence par la liste des “villes, places fortes, et seigneuries du duché de Lorraine […] en l’an 1631”, se poursuit par celle des “villes, chastellenies, et prevostez du duché de Bar, et du marquisat de Pontamonsson […] escheues à la maison de Lorraine en l’an 1480” et se termine par des dénombrements divers, comme celui portant sur les activités (salines), les localités sous la juridiction, la souveraineté et à foi et hommage du roi de France, celles anciennement tenues par les évêchés, celles du ressort d’appel de Saint-Mihiel, etc. Malheureusement, les enceintes de villes relevant des évêchés de Metz, Toul et Verdun ne sont pas prises en compte. Le rédacteur conclut à propos de “l’estendue et grandeur des duchez de Lorraine, et de Bar, et du Marquisat du Pontamonsson”, qu’“Il y a soixante et dix-sept Villes closes de murailles. Et deux mille deux cent quarante-huit Bourgs et Villages” (Schmit, 1870 : 55). Déduction faite des quatre agglomérations aujourd’hui situées hors de la Lorraine, des châteaux et des fortifications bastionnées, ce sont cinquante-quatre agglomérations qui sont listées dans l’inventaire des enceintes d’agglomération (fig. 5)26.

12Il faut attendre l’article de M. Dumontier pour avoir la première présentation générale des enceintes des villes lorraines des origines à nos jours (Dumontier, 1964). Pour la période médiévale, cinquante-six localités dotées d’une enceinte, dont trois hors de la Lorraine actuelle, relevant soit des duchés de Lorraine et de Bar, soit des évêchés de Metz, Toul et Verdun, peuvent être incorporées au corpus des enceintes d’agglomérations lorraines.

13Dans une étude sur les villes et villages fortifiés en France, Ch.-L. Salch et J. Burnouf recensent, pour la Lorraine, vingt-huit enceintes d’agglomération incorporées au tableau de l’annexe 3. Cette étude, bien qu’à caractère très général, a le mérite de fournir une estimation des villes et villages qui conservaient encore, en 1978, des vestiges monumentaux de leur fortification (Salch, Burnouf, 1978).

14La recherche historique s’est toujours intéressée aux sources de documents graphiques. C. Jacques a réalisé en 1982 un inventaire systématique des cartes, plans et iconographies diverses contenus dans les dépôts d’archives publiques situés à Nancy. Les documents les plus anciens remontent au xvie siècle, mais la très grande majorité d’entre eux datent du xviiie siècle. Leur apport documentaire doit être utilisé avec précaution en raison de la représentation parfois symbolique de certaines enceintes (Jacques, 1982 : 64-69). Ce travail recense vingt-cinq localités, pour lesquelles il existe au moins une représentation d’une enceinte (Jacques, 1982 : 15-50), qui intègrent le corpus des enceintes d’agglomération lorraines.

15En 1992, dans une optique régionale limitée au comté de Bar et aux évêchés de Toul et de Verdun, A. Girardot étudie les “neuvevilles” urbaines de 1200 à 1350, du point de vue juridique et de leur développement urbain. Pour cet auteur, il n’y a réellement en 1350 que trois villes dans le comté de Bar : Bar-le-Duc, Pont-à-Mousson et Saint-Mihiel (Girardot, 1992b : 323). Au niveau 20 inférieur, on trouve bien des bourgs dotés d’un prieuré ou d’une collégiale, d’un ancien castrum habité, d’un marché, d’un hôpital ou d’une léproserie. Mais il est difficile de les qualifier de ville “si les fonctions politiques et commerciales sont restreintes” (Girardot, 1992b : 330-331). “Neuves villes” – terme juridique – et fortifications collectives sont pourtant fortement corrélées : sur l’ensemble des agglomérations évoquées dans cette étude, vingt-trois possèdent une enceinte.

Fig. 5. Fortifications d’agglomération en Lorraine, échelle 1/1 500 000. DAO : H. Duval et F. Verdelet/INRAP.

  • 27 Avant l’épiscopat de Jacques de Lorraine (1239-1260), la ville de Rambervillers était entourée d’un (...)

16En 1993, dans un article sur les enceintes urbaines et villageoises en Lorraine médiévale, G. Giuliato étudie ou mentionne quarante-six villages, bourgs ou villes d’origine castrale (Giuliato, 1993a). L’apport de cette étude est d’incorporer au corpus des “enceintes collectives”, formé en grande partie d’enceintes maçonnées, celles en bois et en terre. En effet, ces dernières ont constitué le mode primitif de fortification : fossés, levées de terre ou “terrées” (Salamagne, 2002 : 79-80), palissades, haies vives ou haies sèches27. Adaptées aux conditions financières limitées des communautés paysannes et bourgeoises, elles ont perduré partout où les incitations princières n’ont pas conduit ces communautés à s’entourer de murailles (Giuliato, 1993a : 141-145).

17En 2003, à partir des travaux cités ci-dessus, A. Masquilier, dans une première version du présent article, recense quatre-vingt-sept agglomérations qui seraient pourvues d’une enceinte au Moyen Âge ou au xvie siècle (Masquilier, 2003c : 47-84).

18Enfin, en 2006, dans son dossier d’Habilitation à Diriger des Recherches (HDR), G. Giuliato effectue un dernier recensement des enceintes collectives, mentionnées entre le xie siècle et 1430, qui intègre des données inédites recueillies depuis 1993 (Giuliato, 2006 : 128-164). Ce travail est fondé sur un dépouillement des sources écrites, une approche topographique doublée d’une analyse du bâti des vestiges subsistants. Les rapports entre l’enceinte et le relief, la taille des enceintes, les matériaux de construction, l’utilisation de l’eau, l’architecture des portes et des tours de flanquement sont les thèmes développés. Les enceintes collectives sont ensuite replacées dans une perspective politique et historique analysée au niveau des grandes principautés (duc de Lorraine, comte de Bar, évêques de Metz et de Verdun) et de leurs grands vassaux, comtes et sires (Giuliato, 2006 : 166-200). Toutes sources confondues, ce sont quatre-vingt-dix-huit enceintes qui sont évoquées, six étant hors Lorraine.

3. CHRONOLOGIE DES ENCEINTES

  • 28 Cf. infra Annexe 3 Tableau des enceintes d’agglomération en Lorraine.
  • 29 Contrairement à l’Alsace (cf. infra Les enceintes urbaines en Alsace d’après les sources écrites), (...)

19Les limites chronologiques retenues ici s’étendent des viiie-ixe siècles, période pour laquelle on dispose des premières mentions d’enceintes à Metz et à Verdun, à la fin du Moyen Âge. Il est possible de proposer, à partir du tableau des enceintes d’agglomération28, lui-même fondé sur les sources écrites et iconographiques et la documentation existante, une esquisse d’évolution des enceintes en Lorraine29.

3.1. Les enceintes de la fin du ixe siècle à la fin du xiie siècle

3.1.1. Les enceintes héritées de l’Antiquité

20En Lorraine, seules quelques cités antiques ont perduré au haut Moyen Âge : Metz, Toul, Verdun et Deneuvre. La plupart des autres agglomérations ont disparu, ont été déplacées ou ont connu un tel hiatus dans l’occupation qu’il n’est pas possible d’assimiler la ville antique à celle du Moyen Âge.

21À Metz, l’enceinte de la fin du iiie ou du ive siècle, restaurée et agrandie au début du xe siècle, perdure jusqu’au xiie siècle (Brunella et alii, 1992 : 35-37). À Toul, on ne sait pas si les tours du Bas-Empire ont été réutilisées avant le xiiie siècle. À Verdun, on suppose que l’enceinte dans la partie haute de la ville, le “Rocher”, reprend le tracé du castrum du Bas-Empire. Le “petit rempart” construit aux xe-xie siècles en contrebas, sur la rive gauche de la Meuse, correspond à un agrandissement du castrum (Clouët, 1868 : 9, note 3 ; Girardot, 1992a : 158). Deneuvre est un bourg castral de la fin du xe siècle dont l’enceinte du xiiie siècle réutilise les vestiges d’une tour du vicus gallo-romain (Giuliato, 1993a : 160, fig. V, no 4). Quant à Scarponne, plus tard abandonnée au profit de Dieulouard, on imagine que les fortifications sont restées en usage au haut Moyen Âge avant que la localité ne se déplace (Giuliato, 1993a : 140).

3.1.2. Les castra collectifs du haut Moyen Âge

22Les castra collectifs du haut Moyen Âge, présentés comme les formes les plus anciennes de peuplement castral (Bur, 1993a : 13), ont pu évoluer en agglomérations fortifiées. Ces dernières prennent généralement la forme, en Europe du Nord-Ouest, de grandes levées de terre circulaires servant de refuge aux populations rurales. L’une d’elles a récemment été mise en évidence à Luxembourg-ville (De Meulemeester, 1996 : 39-43 ; Zimmer, 2002).

  • 30 Castrum de Bar-le-Duc : Barrense castro, 828 (AD Haute-Marne 7 H 1, fo 11 vo -12 vo ).

23De rares cas sont pressentis en Lorraine, par les sources écrites à Bar-le-Duc30, ou par l’archéologie sur l’éperon barré du “Haut du Château” à Aingeray (Meurthe-et-Moselle) dont le dernier état de l’enceinte présente un parement en opus spicatum, en association avec de la céramique du haut Moyen Âge (Hamm, 2004 : 94-95 ; Guillaume, 2004 : 74-75, fig. 22). Mais, aucune fouille n’a, de fait, prouvé leur existence en Lorraine, faute de recherches de terrain, tant sur les cœurs de ville qu’en milieu rural. Ces formes de peuplement, qui pourraient relever de la problématique des enceintes d’agglomération médiévales, sont évoquées ici pour mémoire.

3.1.3. Les enceintes suburbaines

24Les premières enceintes collectives créées indépendamment des enceintes du Bas-Empire sont connues pour les grandes cités épiscopales. À Metz, le faubourg sur l’île d’Outre-Moselle pourrait avoir été fortifié dès la fin du ixe siècle (Schneider, 1950 : 34, note 35 ; Brunella et alii, 1992 : 36). On ne sait pas, en revanche, si les bourgs d’abbayes suburbaines étaient fortifiés ou non (Brunella et alii, 1992 : 35-37). À Verdun, l’enclos des marchands (“negotiatorum claustrum”), cité dès le viiie siècle, semble fortifié vers 985 (Girardot, 1992a : 159, note 8). Les abbayes extra muros ont également été closes de murailles. Malheureusement, les données archéologiques manquent encore pour connaître la nature de ces différentes enceintes (Gama, 1996b : 37-38 ; Gama, 1997b : 32, 34).

3.1.4. Les enceintes de bourgs castraux et abbatiaux

25Le colloque Aux origines du second réseau urbain, les peuplements castraux, tenu à Nancy en 1992 (BUR, 1993b), a mis en lumière l’importance du réseau des bourgs installés entre le xie et le xve siècle autour des châteaux. Les bourgs finissent généralement par être protégés par une enceinte : ils sont alors “castralisés”, néologisme introduit par Michel de Waha pour rendre compte de l’ampleur du phénomène (BUR, 1993a : 11-13). De fait, rares sont les exemples de bourgs nés au seul contact d’un établissement religieux (Saint-Avold, Saint-Dié, Saint-Nicolas-de-Port ou Remiremont), d’un aître fortifié (Thiaucourt) ou d’une occupation antérieure bien attestée (Liverdun, Vic-sur-Seille). Les villeneuves créées ex nihilo sont encore plus rares (Lachaussée, Pont-à-Mousson).

  • 31 Le suburbium du monastère qui qualifie l’agglomération de Saint-Mihiel, disparaît au profit de vill (...)
  • 32 Kraemer, 1993 : 206, note 68. Selon cet auteur, les premières enceintes en pierre pourraient dater (...)
  • 33 Contrairement à ce qui avait été avancé jusqu’alors (Giuliato, 1993a : 149), rien ne prouve que le (...)
  • 34 Le “suburbium de castro de Spinalo” est cité en 1140. Il s’agirait, selon M. Bur (1992 : 51) “d’un (...)

26Même si toutes les études consacrées à l’urbanisme médiéval soulignent l’importance de l’enceinte de ces bourgs, tant au niveau défensif, politique, symbolique que topographique, cette dernière n’est connue que de façon allusive par les sources écrites. Faute de témoins archéologiques ou monumentaux, il est difficile, voire impossible, de caractériser ces enceintes, au point que l’on doute dans certains cas de leur existence réelle. Ainsi, à propos du mot “bourg/burgus”, J.-L. Fray souligne que seule l’étude archéologique permettrait de valider l’hypothèse selon laquelle l’apparition de ce mot dans les sources écrites romanes coïncide avec l’existence d’une enceinte (Fray, 1993 : 121). En Lorraine romane, les utilisations du terme “burgus” se rencontrent à Neufchâteau en 1123 (Marot, 1932 : 19, 246 P. J. no I), à Saint-Mihiel entre 1094 et 113931 et à Amance en 1178 (Fray, 1993 : 121). À Blâmont, la question se pose de savoir si les scribes différencient le “bourc” (1247, 1292), supposé non fortifié, de la “ville ferme” (1311) (Giuliato, 1993a : 160, note 114). Pour la Lorraine germanophone, la signification des termes est parfois ambiguë en raison de la contamination du vocabulaire entre langue romane et germanique (“burg/bourg”) (Fray, 1993 : 121-122). Dans le même ordre d’idée, des précautions méthodologiques sont nécessaires pour interpréter topographiquement les mots “oppidum” et “castrum”. À Lunéville, le “castrum”, cité dans un texte de 1160 à propos d’évènements antérieurs, semble désigner à la fois le château proprement dit, mais aussi les maisons agglomérées et le monastère Saint-Rémy : “abbatissa Sancti Remigii de castro Lunaris ville” (Gérard, Gérard, 1970 : 213). La seule mention d’un de ces termes ne suffit donc pas à définir une enceinte d’agglomération car il y a en permanence confusion entre le château et l’enceinte du bourg. Faute d’autres preuves, des doutes subsistent quant à l’existence d’une enceinte pour les bourgs de Saint-Mihiel32 et de Neufchâteau33 avant le xiiie siècle. Quant au “suburbium” évoqué pour de nombreuses localités (par exemple Saint-Mihiel, Épinal34 ou Neufchâteau), on suppose habituellement qu’il est non protégé par une enceinte, ce qui reste à vérifier par l’archéologie.

27Les enceintes créées avant la fin du xiie siècle, attestées par les textes, dans de rares cas par l’archéologie, ne sont pour l’instant pas si nombreuses. Les enceintes observées lors de fouilles archéologiques sont toutes des constructions maçonnées.

  • 35 BnF coll. Moreau, t. 62, fo 168, cité dans Fray, 2006 : annexe II, 172.

28Une porte (“porta”) est citée à Liverdun en 114635 et une autre (“Tor”) à Sarrebourg en 1173 (Histoire de Metz, 1769-1790 : t. II, 295).

  • 36 Pfister, 1902-1909 : t. 1, 87, note 2 ; 90, note 4 ; AD MM H 137, cité dans Fray, 1986 : 67, note 4

29À Nancy, les premières mentions explicites de la forteresse ducale, voire de l’enceinte de la ville (“castrum ”, “oppidum”), ne remontent pas au-delà des années 1111-1115 (Fray, 1986 : 10). L’enceinte est citée pour la première fois sous la forme “moenia” dans une charte non datée du duc Simon II (1176-1205) qui rappelle le don, effectué par son prédécesseur, de biens situés “infra moenia Nancei”36. En admettant que la portion d’enceinte observée récemment lui corresponde bien (Elter, Sautai-Dossin, 1999 : 280), une enceinte maçonnée existait donc dès le xiie siècle.

30L’enceinte de Liverdun, qualifiée de “castrum” et le “donjon” sont érigés en 1177 par Pierre de Brixey (1165-1191), évêque de Toul (Giuliato, 1993a : 149). Ce dernier frappe à Liverdun des deniers représentant une porte de ville entourée de deux tours, première représentation numismatique (symbolique ?) d’une enceinte en Lorraine (Flon, 2002 : t. 1, 246, nos 10 et 11).

3.2. Les enceintes d’agglomération de la fin du xiie siècle au xve siècle

31Les enceintes d’agglomération se généralisent à partir de la fin du xiie siècle. Il convient de rappeler les motivations et le contexte juridique et financier qui ont accompagné leur construction.

3.2.1. Les motivations : se protéger et affirmer sa puissance

  • 37 Postulat qui reste à démontrer, notamment par l’archéologie.

32La Lorraine, plus particulièrement l’axe mosan qui marque la transition entre France et Empire, fut affectée tout au long du xiiie siècle par d’interminables conflits opposant tour à tour le comte de Bar, le duc de Lorraine, l’évêque de Metz, auxquels s’ajoutent, selon les cas, la ville de Metz, les comtes de Luxembourg, de Vaudémont, de Salm et le comte de Champagne qui n’est autre alors que le roi de France (Parisse, 1990 : 174-178). Si la défense des villes constitue la motivation primordiale pour ériger des murailles, la composante psychologique n’est pas à négliger lorsqu’il s’agit d’expliquer la diffusion des enceintes au sein des principautés. Là où leur rôle défensif est moins crucial, ou les seigneuries moins importantes, le passage d’une défense en terre, bois et végétation à une muraille maçonnée37 traduit le rang plus élevé qu’entend tenir le seigneur ou la communauté par rapport à ses voisins. Cela peut être interprété comme une mode qu’il conviendrait de suivre par mimétisme (Giuliato, 1993a : 162, 167).

33Enfin, le contexte socio-économique favorable qui caractérise le xiie siècle et la première moitié du xiiie siècle (présence de Lombards, routes commerçantes), conjugué à l’émancipation municipale par l’octroi de chartes de franchise, favorise l’éclosion de nouvelles enceintes à cette époque.

3.2.2. Enceintes et chartes de franchise

  • 38 Perrin, 1924 pour toute la Lorraine ; Girardot, 1992a pour le Verdunois.

34Il y a environ trois cents chartes de franchise recensées en Lorraine38. Elles apparaissent durant le dernier quart du xiie siècle, se développent considérablement au xiiie siècle et se raréfient après le milieu du xive siècle (Collin, 1988 : 168). Une poignée seulement concerne les villes et les bourgs castraux (Collin, 1988 : 174).

35Les chartes de franchise ont pu favoriser un resserrement de l’autorité au niveau des principautés (Girardot, 1988), plus particulièrement dans le Verdunois et le comté de Bar (Girardot, 1992a : 350-367). Néanmoins, elles accordent de fait aux “villeneuves” une certaine autonomie politique et financière, notamment en matière de défense. Ainsi, au cours du xiiie siècle et dans la première moitié du xive siècle, certaines chartes accordées aux populations paysannes les libèrent de l’obligation de “traire à forteresse”, c’est-à-dire de se réfugier dans des sites publics fortifiés avec leurs biens meubles et leurs troupeaux (Girardot, 1986 : 9-16). L’article 55 de la loi de Beaumont-en-Argonne (1182) (Bonvalot, 1884 ; La Roncière et alii, 1969 : 196-201) prévoit l’affectation de certaines recettes à l’entretien des fortifications. Il est repris sans changement dans les chartes rédigées sur le modèle de cette loi, initialement majoritaires en Lorraine (La Charte de Beaumont, 1988). La reprise de cet article n’implique pas nécessairement l’existence d’une enceinte au moment de la promulgation de la charte mais, règle, le cas échéant, les modalités d’entretien de cette dernière.

36La première charte de franchise municipale promulguée en Lorraine l’est pour les habitants de Liverdun vers 1178 (Collin, 2004). Mais les chartes urbaines ou municipales prennent toute leur ampleur au xiiie siècle (Parisse, 1990 : 151-159) et autorisent les nouvelles institutions municipales à construire leur enceinte, même si dans certains cas comme à Verdun, l’autorisation avalise a posteriori une situation préexistante. Les burgenses de Lunéville sont cités dès 1160 (Gérard, Gérard, 1970 : 213). Les premiers maîtres-échevins de Metz sont d’abord nommés sous l’épiscopat d’Étienne de Bar (1120-1163), des jurés étant élus à partir de Bertram (1180-1212). Les droits sont consignés dans une “Charte de Paix” faisant office de charte communale. À Verdun (Girardot, 1992a : 87, annexe 1, 839-913), des jurés existent déjà certainement en 1208 et une véritable charte de franchise est promulguée en 1227. Durant le premier quart du xiiie siècle, l’évêque de Metz, pour Épinal, et le duc de Lorraine, pour Neufchâteau, mettent en place un prévôt assisté d’un maire (équivalent du maître-échevin), choisi parmi les jurés qui prennent de plus en plus d’importance. Afin de clarifier la situation, le “Rouleau des Droits” est rédigé à Épinal, en 1225-1226, et une charte municipale est écrite à Neufchâteau, en 1225, dans laquelle figure l’autorisation de construire l’enceinte. Les franchises se multiplient dans les autres villes lorraines tout au long du xiiie siècle, parfois renouvelées dès le xive siècle, à Briey, Dun, Longwy, Marsal, Mirecourt, Saint-Dié ou Vic-sur-Seille. En revanche, dans d’autres villes comme Nancy, capitale du duché, les premiers échevins apparaissent au xive siècle seulement (Fray, 1986 : 137-142).

3.2.3. Construction, entretien et garde des enceintes

  • 39 Cf. infra l’étude monographique sur Neufchâteau.

37L’initiative de la construction d’une enceinte revient dans bien des cas aux bourgeois. Néanmoins, l’autorisation préalable du prince est toujours nécessaire. À Neufchâteau, dans la charte de 1225, le coût de la construction de l’enceinte de la ville est fixé par les jurés, puis soumis à l’avis du duc (Marot, 1932 : 41 et 255-256, P. J. no IV, art. 18)39. En 1215, à Verdun, à la suite d’un mouvement insurrectionnel communal, il est rappelé aux citadins qu’il leur est notamment interdit de se fortifier sans le consentement de l’empereur et de l’évêque à qui appartient tout le gouvernement de la cité (Girardot, 1992a : 87). En revanche, il est fort probable qu’à Nancy, où l’émancipation municipale fut longtemps très restreinte (Fray, 1986 : 137-140), les ducs aient entièrement contrôlé la fortification de leur capitale.

38À Vic-sur-Seille, la participation financière des ordres religieux pour la construction est rendue possible grâce aux revenus des puits à sel (Giuliato, 1994b : 118). Quelques seigneurs prennent en charge l’entretien des portes et des ponts et, avec le retour de l’insécurité, contribuent de nouveau au financement de la muraille. Ainsi, à Foug, les revenus de la châtellenie sont utilisés à cette fin par le prévôt en 1357-1362. De même, à Vaudémont, le comte s’engage à financer une partie de l’enceinte du Grand Bourg (Giuliato, 1993a : 165), et à Mousson, en 1365, le comte de Bar exempte les bourgeois de tout impôt (Giuliato, 1993a : 167).

  • 40 Respectivement, chartes confirmatives de 1386 et de 1387. Girardot, 1992a : 44, 648.

39Si la corrélation entre l’émergence d’une bourgeoisie urbaine et la construction d’une enceinte ne constitue pas une règle intangible, comme cela vient d’être évoqué, dès la fin du xiie siècle et de façon quasi généralisée à partir du xiiie siècle, les bourgeois s’accommodent des importantes charges financières que représentent la construction et l’entretien des fortifications, gage de leur sécurité et de leur prospérité, par la mise en place d’une fiscalité et d’une comptabilité spécifiques, corrélatives des chartes de franchise. Par exemple, à Liverdun, vers 1178, l’entretien et la garde incombaient à frais communs aux bourgeois et à l’évêque (Collin, 2004). À Verdun, au xiiie siècle, un tonlieu temporaire appelé le “portage” est prélevé aux portes de la cité pour la réfection des murailles et des chaussées (Girardot, 1992a : 179). À Longwy, en 1281, un impôt de “fermetei” est perçu pour l’entretien du château et du premier bourg (Giuliato, 1993a : 166). En 1290, à Neufchâteau, les bourgeois perçoivent des taxes pour “refaire les pons, les chauciés et les fermetéz de la ville” (Marot, 1932 : 272-273, P. J. no X). À Vaucouleurs, la charte de 1298 précise l’obligation faite aux bourgeois de fournir une charrette attelée chaque fois que le seigneur veut entreprendre des réfections aux fortifications (Bonnabelle, 1879 : 78 ; Giuliato, 2005b : 51). À Hombourg, en 1345, deux bourgeois sont chargés par l’évêque de collecter une taxe, reversée aux officiers épiscopaux, pour la réparation des murs (Giuliato, 1993a : 166). En 1380, à Sarreguemines, les bourgeois gèrent la “nouvelle gabelle”, mais sont contrôlés par les officiers ducaux (Giuliato, 1993a : 166). À Saint-Mihiel et à Varennes-en-Argonne, une fraction des droits d’entrée dans les confréries est utilisée à la réfection des fortifications40. Toujours à Saint-Mihiel, en 1495, la vente de bois “bastilz” (dont la communauté dispose du fait de la coutume) va à la “rétention des murailles de ladite ville” (Girardot, 1992a : 257). À Sarrebourg, en 1464, un impôt perçu par les bourgeois est destiné au même usage (Giuliato, 1993a : 166). À partir de 1469 au moins, à Épinal, l’entretien des fortifications urbaines et du château incombe à la ville (Bur, 2002 : 23). L’entretien est aussi à la charge des bourgeois à Einville-au-Jard où par lettre patente de 1486-1489, René II permet aux habitants d’établir une gabelle sur le vin pour la réfection des fortifications (Lepage, 1853 : t. I, 321). En revanche, à Blâmont, il faut attendre 1594 pour que le duc concède aux bourgeois le revenu d’une “gabelle du vin” afin qu’ils entretiennent eux-mêmes, pour quinze ans, les deux portes de la ville (Giuliato, 1993a : 166).

  • 41 AD MM B 590, no 38, cité dans Girardot, 1986 : 11, note 27 ; Abel, 1876 : 23.

40En ce qui concerne le guet, on rencontre, dans les chartes de franchise, l’obligation qu’ont les bourgeois de défendre leur bourg (Girardot, 1986 : 11). Par exemple, à Verdun, une milice bourgeoise fonctionne sous l’égide d’un “Postal”, terme qui disparaît en 1320 (Girardot, 1992a : 185-186). À Briey, la charte de franchise octroyée en 1263 prévoit que “doient li bourjois gaiter les bours de la ville”41. De même à Sancy, petit bourg castral, la charte de 1295, stipule que les “bourgeois” devront garder “lors bours” (distinct du “donjon”) et y faire le guet (Girardot, 1986 : 5, note 7 ; 11, note 27 ; Girardot, 1992b : 333). La charte de Sarreguemines, octroyée entre 1286 et 1328, réglemente le devoir de guet des bourgeois sur les deux portes de la ville (Giuliato, 1993a : 159). À Morhange, en 1345, les bourgeois doivent prendre “garde aux murailles, ponts, portes” (Maujean, 1924 : 106-115 ; Watrinet, 1894 : 249, 233-257). En 1475, les habitants de Bruyères sont exemptés d’impôts pour les aider à reconstruire leurs maisons dévastées par les Bourguignons. Ils ne sont pas déchargés pour autant de la “garde et rétention de muraille” (Kraemer, 2006 : 60). La possession d’un équipement militaire est obligatoire dans certains cas comme à Thionville où les bourgeois doivent posséder une cuirasse, un casque et une épée (Giuliato, 1993a : 157-158), à Neufchâteau en 1256 (Marot, 1932 : 209 et 268, P. J. no IX, art. 18) et à Vaucouleurs en 1298 (Giuliato, 2005b : 51) où tout bourgeois possédant au moins 20 livres devait avoir une arbalète et cinquante carreaux.

3.2.4. Diffusion des enceintes de la fin du xiie siècle aux années 1360

41La transformation de bourgs en agglomérations plus importantes, de la fin du xiie siècle aux années 1360, est en premier lié à leur essor socio-économique qui, conjugué avec des fonctions administratives et politiques, leur permet d’accéder au rang de capitales de principauté (Nancy, Bar-le-Duc). Durant cette période d’émancipation municipale, de nouvelles enceintes maçonnées voient le jour à l’initiative conjointe des seigneurs et des bourgeois.

  • 42 La porte des Allemands est datée d’avant 1236 (Corvisier, 1995 ; Kuchler, 1999).

42Une nouvelle enceinte est entièrement reconstruite à Metz à partir de 1196 par la communauté urbaine. Longue de 5 500 m, elle comprend jusqu’à dix-neuf portes ou poternes et soixante-seize tours (Wagner, 2003 : 38, 41). En grande partie achevée vers 1230, elle est complétée et remaniée jusqu’au xve siècle42. À Vic-sur-Seille, en 1196, afin d’imiter les messins, les habitants reçoivent de l’évêque de Metz l’autorisation de construire une enceinte qui semble achevée sous l’épiscopat de Conrad de Scharfenberg (1213-1224) et jugée comme étant “un très petit rempart d’une grande solidité” (Giuliato, 1994b : 119, note 20 ; Giuliato, 1993a : 165, note 146).

  • 43 AD Haute-Saône H 293, cité dans Giuliato, 2006 : 130.
  • 44 Cf. infra l’étude monographique relative à cette ville.
  • 45 Une datation 14C, comprise entre 1220 et 1230, a été proposée (Grasser, 1984 : 29), mais sans les f (...)
  • 46 À l’exception notable de Saint-Nicolas-de-Port.
  • 47 Cf. infra Annexe 3 Tableau des enceintes d’agglomération en Lorraine pour plus de détails.

43Au xiiie siècle, le mouvement de construction d’enceintes urbaines s’accélère. Parmi les exemples les plus significatifs, citons Verdun où l’enceinte du “grand rempart” qui prolonge celle du “petit rempart” est édifiée à partir de 1208 en trois phases (Girardot, 1992a : 155 ; Gama, 1997b : 48). Les portes de la ville de Marsal sont évoquées dès 120843. Neufchâteau a une (nouvelle ?) enceinte après 122544. Amance est précocement dotée d’une enceinte : les fossés de la ville et une porte sont cités dès 1233 (Lepage, 1853 : t. 1, 22). À Sarrebourg, conséquence de la charte de franchise octroyée en 1229, une muraille est commencée immédiatement et achevée sous l’évêque Jacques de Lorraine (1239-1260) (Giuliato, 1993a : 150 ; Giuliato, 1994b : 120, note 29). Le bourg de Mousson est fortifié vers 1230-1240 (Giuliato, 1993a : 150-154). L’enceinte du bourg de Mirecourt est citée dans la charte de franchise de 1234 (Laprévote, 1877 : 165-167 ; Perrin, 1924 : 309-310, no 31). La construction des fortifications d’Épinal est attribuée à Jacques de Lorraine (1239-1260), mais les travaux furent ralentis à cause de la difficulté qu’avaient les spinaliens à les payer (Bur, 1992 : 49)45. Cet évêque bâtisseur est également à l’origine de la muraille de Rambervillers (Giuliato, 1993a : 157). L’enceinte du castrum du Bas-Empire à Toul est en partie réutilisée et agrandie sous l’épiscopat de Roger de Marcey (1230-1252) (Hachet et alii, 2000 : 2-3) à partir de 1240 (Picard, 1707 : 445). La porte de Nomeny est évoquée en 1243 (Giuliato, 1993a : 143). À partir de la seconde moitié du xiiie siècle, toute ville de quelque importance, le plus souvent dotée d’une charte de franchise, est protégée d’une muraille46. Citons parmi les exemples les plus probants47, Saint-Mihiel pour le bourg de La Halle (vers 1250), Saint-Dié (1267), Longwy (1281), Raon-l’Étape (1290), Deneuvre (1292), Albestroff (1296), Sarreguemines (1297), Nancy pour l’enceinte du faubourg du Bourget (peu avant 1304), Saint-Avold (entre 1327 et 1360), Boulay (1328), Hombourg-Haut (1345), Morhange (1345) ou Étain (1345-1346).

3.2.5. Les enceintes des années 1360 au xve siècle

44Entre 1360 et 1490, la région est plongée dans une période sombre où, aux guerres qui opposaient princes et seigneurs lorrains, s’ajoute toute une série de conflits internationaux (Giuliato, 2002a : 45). La guerre de Cent Ans touche directement la Lorraine après la signature du traité de Brétigny en 1360. Des troupes anglaises libérées se mettent à sillonner et piller le Bassigny et le Barrois et les mercenaires bretons de l’archiprêtre Arnaud de Cervolles s’attaquent à la ville de Metz (Parisse, 1990 : 201). Le processus de fortification reprend dans les villes et villages (Giuliato, 1993a : 162-165).

  • 48 Cf. infra Annexe 3 Tableau des enceintes d’agglomération en Lorraine pour plus de détails.

45Ainsi, à partir de 1360, une nouvelle série d’enceintes apparaît dans les sources écrites48 : Foug (1361-1362), Moyenvic (entre 1365 et 1384), Val-de-Guéblange (1376), Montfaucon-d’Argonne (1389), Fontenoy-le-Château (1395), Apremont (1401), probablement Badonviller (1416), Fénétrange (1433), Pont-Saint-Vincent (1449-1451), Bruyères (1472), Bayon (1476), Rodemack (1483) et Einville-au-Jard (1486-1489).

46Les agrandissements des fortifications déjà existantes prennent la forme d’enceintes de réunion, comme celles du faubourg de la Neuve Ville en rive droite de l’Ornain à Bar-le-Duc (1368), du Grand Bourg à Vaudémont (1368-1369) ou de la ville basse de Briey (1384-1388).

47Les enceintes sont aussi restaurées et modernisées. Des réfections sont signalées, par exemple, à Vaucouleurs sur les portes (entre 1367 et 1375) ou à Saint-Dié (à partir de 1373, Parmentier, 1997 : 137). Avec la généralisation de l’artillerie durant la seconde moitié du xve siècle (“crise du boulet métallique”), on assiste à des mutations techniques et architecturales profondes qui amorcent une nouvelle dynamique de fortification. Les enceintes de Vaucouleurs (tour des Anglais dans les années 1450, Giuliato, 2005b : 53), Nancy (porte de la Craffe vers 1453, Fray, 1986 : 255, note 137) ou Metz (porte des Allemands) sont adaptées à ces nouvelles armes. L’enceinte de Châtel-sur-Moselle semble, quant à elle, entièrement reconstruite (1447-1465).

3.4. Les enceintes médiévales incertaines

48Un certain nombre d’enceintes qui pourraient tout autant remonter au Moyen Âge qu’à l’Époque moderne apparaissent tardivement dans les sources écrites et iconographiques, voire à l’occasion de prospections archéologiques. Afin de ne pas rejeter ces enceintes potentiellement médiévales, nous en donnons une liste succincte.

49Les enceintes villageoises en pierre qui sont construites ou qui apparaissent dans les textes de la fin du xvie siècle dans le Barrois correspondent souvent à une reconstruction d’une enceinte médiévale en terre et en bois. Le cas est bien attesté vers 1578 à Thiaucourt où les murs maçonnés remplacent les “palis” et levées de terre. Charles III complète son réseau de villes fermées dans les années 1587-1590 (Girardot, 1986 : 41-42). Ainsi, selon cette approche régressive, l’enceinte villageoise de Rouvrois-sur-Meuse, fortifiée en 1587, pourrait être antérieure en raison d’une charte de franchise du début du xve siècle (Pagnotta, Mourier, 1993 : 90, 115) et les fortifications de Vignot, reconstruites autour du village vers 1587-1589, pourraient avoir existé dès la fin du xve siècle ou le tout début du xvie siècle (Pagnotta, Mourier, 1993 : 106-107, 115).

  • 49 Les fortifications de la ville seraient attribuées à Jean l’Aveugle (1296-1346), comte de Luxembour (...)

50L’iconographie d’Époque moderne fournit toute une série d’enceintes d’agglomération dont l’origine médiévale est plausible. Ainsi, la “Carte du gouvernement de Sirck” publiée par le sieur de Beaulieu au xviie siècle (Beaulieu, [1668]) représente des enceintes urbaines à “Elfingen” (Elzange) et à “Kunings Macren” (Koenigsmacker)49 ; de même sur le “Plan du chasteau de Iametz” est clairement indiquée la “fermeture du bourg” (Beaulieu, [1668]).

  • 50 Dossier de la Carte archéologique de Lorraine (57.675.0001) établi par J.-D. Laffite.

51Enfin, derniers indices d’enceintes plus anciennes, les prospections archéologiques sur le terrain, confrontées aux plans anciens, livrent des tracés d’enceintes villageoises marqués par des fossés. Ainsi, à Tilly-sur-Meuse, dont le bourg est affranchi en 1265 avec une forteresse épiscopale citée en 1331, le cadastre de 1835 et le plan de construction de la ligne de chemin de fer de 1872-1873, corrélés aux observations de terrain, suggèrent la présence d’un fossé ceinturant le bourg, dessinant un quadrilatère de 350 m de côté environ, en partie conservé avant la construction de la ligne de chemin de fer (Grandpierre, 1986 : 1-9). À Torcheville (Moselle, canton d’Albestrof), une prospection pédestre couplée avec une analyse cartographique poussée a permis de mettre en évidence l’existence d’un double fossé inscrit dans un quadrilatère de 220 m de côté. Ces vestiges, encore partiellement inscrits dans le paysage, ne sont pas datés50.

Notes

9 Dans La Nancéïde, P. de Blarru (1437-1505) affirme que “Ce bourg n’est pas fortifié. [… et] ne cherche point d’autre défense que la protection du ciel et du culte de saint Nicolas” (Blarru, Schütz, 1840 : t. 2, 169, 171). On n’explique pas pourquoi la gravure qui accompagne l’édition de 1518, imprimée à Saint-Nicolas-de-Port, montre la ville de Saint-Nicolas dotée de hautes courtines et de tours (Nancy, Musée historique lorrain, Bib. Hist. Lorraine, cat. 97), alors que sur des enluminures tirées de la Chronique de Berne (1486) et du Songe du Pastourel (circa 1485-1490), la ville est représentée ouverte (Blarru et alii, 1978 : 163).

10 On pourra se référer, par exemple, aux synthèses sur les villes de J. Heers (1990), S. Roux (1994) et A. Chédeville et alii (1998).

11 Voir également Galinié, 2000.

12 Cette approche fonctionnelle de la topographie urbaine se retrouve dans les sept rubriques de la grille d’analyse élaborée par le Centre national d’Archéologie urbaine (CNAU) au milieu des années 1980 : voirie et espaces libres, aménagements des berges et franchissements des cours d’eau, structures défensives et militaires, édifices publics, habitat privé, édifices cultuels et ordres religieux, funéraire. Ils sont utilisés pour les Documents d’Évaluation du Patrimoine archéologique des Villes de France (DEPAVF) publiés par le CNAU et les autres documents qu’il produit, et surtout constituent le cadre de réflexion de la recherche archéologique actuelle en milieu urbain.

13 Cette expression a été utilisée la première fois à propos des fortifications qui protégeaient les loges paysannes du château épiscopal de Blénod-lès-Toul reconstruit au xvie siècle (Giuliato, 2005a).

14 Par exemple, le château épiscopal de Void était entouré d’une enceinte de 360 m de périmètre que l’on pourrait qualifier de “collective”. Cette dernière était bien distincte de l’enceinte qui entourait l’agglomération de Void et qui s’appuyait sur le château (Parisse, 1981b : 167-168).

15 Cf. infra Annexe 2 Glossaire.

16 En théorie, il conviendrait d’exclure certaines enceintes de village à caractère non défensif, mais ni les sources écrites ni les vestiges archéologiques ne permettent de les différencier des enceintes à vocation défensive. Pourvues de fossés, de haies, de barrières, etc., elles avaient pour fonction d’éviter la divagation des animaux ou de drainer les eaux superficielles ; elles se distinguent des enceintes défensives villageoises par l’absence de porte fortifiée.

17 À l’exclusion de celle des faubourgs, par définition hors les murs.

18 Cette surface enclose correspond à des enceintes dont le périmètre est supérieur à 200 m, limite inférieure retenue pour les enceintes collectives par G. Giuliato (2006). Les agglomérations dont la superficie est inférieure à 1 ha sont au nombre de quatre seulement : Montfort, Mussy, Riste et Trognon.

19 Ils sont désignés par les textes de la fin du Moyen Âge sous le vocable de “moutiers forts”.

20 Certains rares moutiers forts, comme celui de Longeville-en-Barrois (Meuse) (Girardot, 1986 : 21-22), paraissent suffisamment étendus pour protéger de façon permanente toute la population villageoise. Cependant, l’absence d’études et relevés de terrain publiés ne permet pas de les assimiler à des enceintes d’agglomération.

21 Le lieu de retraite habituel des populations paysannes était le château. Dans certaines forteresses épiscopales, comme à Void (Meuse) et Blénod-lès-Toul (Meurthe-et-Moselle), le programme architectural prévoyait de petites unités d’habitation louées à vie ou temporairement dans l’enceinte même du château (Giuliato, 2002a : 38-41 ; Giuliato, 2005a ; Kraemer, 2005).

22 À Revigny-sur-Ornain (Meuse), en 1450-1453, des places étaient louées dans une ancienne maison forte (Giuliato, 2002a : 38).

23 Les basses-cours castrales dont la surface est supérieure à 0,3 ha (Giuliato, 2006 : 144) et qui protègent une population sédentaire distincte de celle du château ont, en revanche, été retenues dans l’inventaire des enceintes d’agglomération. Elles ont le plus souvent évolué en bourgs affranchis aux xiiie-xive siècles.

24 Faute de documentation explicite, certaines enceintes abbatiales, comme celle de Moyen moutier dans les Vosges, n’ont pu être recensées comme enceintes d’agglomération. En revanche, l’enceinte de l’abbaye de Saint-Mihiel (Meuse) est étroitement reliée à celle de la ville. En effet, lorsqu’en 1475 le duc ordonne de réparer les murs de la ville, les religieux sont tenus de procéder de même pour leur propre enceinte (Girardot, 1986 : 13-14, note 36). Dans ce cas, l’enceinte de l’abbaye est une composante de l’enceinte d’agglomération.

25 “La clôture de ladite ville [de Nomeny] fut commencée du temps de l’evesque Adémar qui estoit auparavant champestre” (1442), AD MM KK 1124, no 17 (Giuliato, 1993a : 141, note 10 ; Giuliato, 2006 : 150). En 1366, les bourgeois de Remiremont obtiennent de “fermeir la dicte ville de Remiremont de fosseis, palis, murs” qui “estoit ville champestre a fermeir” (Fournier, 1895 : 163-166). A. Rigaudière (1988 : 69-70), souligne que, au Moyen Âge, toutes les “bonnes villes” n’étaient pas nécessairement dotées d’une muraille. Selon cet auteur, les villes non pourvues de fortifications étaient alors qualifiées de ville “non fermée”, de “plate” ou de “champêtre”.

26 Cf. infra Annexe 3 Tableau des enceintes d’agglomération en Lorraine.

27 Avant l’épiscopat de Jacques de Lorraine (1239-1260), la ville de Rambervillers était entourée d’une haie (Giuliato, 1993a : 157). À Foug, avant la construction d’une enceinte maçonnée en 1361-1362, des améliorations de l’enceinte préexistante furent apportées en 1357 : curage de fossés et des conduits, protection des berges par des fagots et installation de palissades doublées de haies d’épines devant les trois portes (Giuliato, 2002a : 43). À Thiaucourt, la ville est entourée de “fossez” et fermée de “palis”, cités en 1435-1440 (Girardot, 1992a : 816-817), en 1422 (Giuliato, 1993a) et en 1462 (Lepage, 1853 : t. 2, 547).

28 Cf. infra Annexe 3 Tableau des enceintes d’agglomération en Lorraine.

29 Contrairement à l’Alsace (cf. infra Les enceintes urbaines en Alsace d’après les sources écrites), il est difficile de proposer un histogramme des premières mentions d’enceintes urbaines, en raison de l’ambiguïté des termes utilisés en Lorraine.

30 Castrum de Bar-le-Duc : Barrense castro, 828 (AD Haute-Marne 7 H 1, fo 11 vo -12 vo ).

31 Le suburbium du monastère qui qualifie l’agglomération de Saint-Mihiel, disparaît au profit de ville en 1105, de vicus en 1111, et enfin de burgus entre 1094 et 1139 (Kraemer, 1993 : 200, note 37).

32 Kraemer, 1993 : 206, note 68. Selon cet auteur, les premières enceintes en pierre pourraient dater du xiie siècle.

33 Contrairement à ce qui avait été avancé jusqu’alors (Giuliato, 1993a : 149), rien ne prouve que le bourg de “Novo castello” cité en 1123 était fortifié.

34 Le “suburbium de castro de Spinalo” est cité en 1140. Il s’agirait, selon M. Bur (1992 : 51) “d’un bourg agglutiné au pied du château” d’Épinal.

35 BnF coll. Moreau, t. 62, fo 168, cité dans Fray, 2006 : annexe II, 172.

36 Pfister, 1902-1909 : t. 1, 87, note 2 ; 90, note 4 ; AD MM H 137, cité dans Fray, 1986 : 67, note 4.

37 Postulat qui reste à démontrer, notamment par l’archéologie.

38 Perrin, 1924 pour toute la Lorraine ; Girardot, 1992a pour le Verdunois.

39 Cf. infra l’étude monographique sur Neufchâteau.

40 Respectivement, chartes confirmatives de 1386 et de 1387. Girardot, 1992a : 44, 648.

41 AD MM B 590, no 38, cité dans Girardot, 1986 : 11, note 27 ; Abel, 1876 : 23.

42 La porte des Allemands est datée d’avant 1236 (Corvisier, 1995 ; Kuchler, 1999).

43 AD Haute-Saône H 293, cité dans Giuliato, 2006 : 130.

44 Cf. infra l’étude monographique relative à cette ville.

45 Une datation 14C, comprise entre 1220 et 1230, a été proposée (Grasser, 1984 : 29), mais sans les fourchettes de probabilités habituelles.

46 À l’exception notable de Saint-Nicolas-de-Port.

47 Cf. infra Annexe 3 Tableau des enceintes d’agglomération en Lorraine pour plus de détails.

48 Cf. infra Annexe 3 Tableau des enceintes d’agglomération en Lorraine pour plus de détails.

49 Les fortifications de la ville seraient attribuées à Jean l’Aveugle (1296-1346), comte de Luxembourg et roi de Bohême (Fray, 2006 : annexe II, 161).

50 Dossier de la Carte archéologique de Lorraine (57.675.0001) établi par J.-D. Laffite.

Table des illustrations

Légende Fig. 5. Fortifications d’agglomération en Lorraine, échelle 1/1 500 000. DAO : H. Duval et F. Verdelet/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12673/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12673/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 318k

© ARTEHIS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search