Version classiqueVersion mobile

Archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace (XIIe-XVe siècle)

 | 
Yves Henigfeld
, 
Amaury Masquilier

Présentation du projet et de ses objectifs

Yves Henigfeld et Amaury Masquilier

Texte intégral

1. Le cadre institutionnel

1Cet ouvrage correspond à la présentation des résultats d’un projet collectif de recherche (PCR) ayant pour thème l’archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords du xiie au xve siècle en Lorraine et en Alsace.

2Né de la volonté de favoriser les échanges interinstitutionnels et interrégionaux entre des chercheurs travaillant de façon isolée sur la question des fortifications médiévales, ce projet avait pour ambition de valoriser, de comparer et de synthétiser les résultats de travaux récents et inédits, obtenus selon des protocoles différents (fouilles archéologiques préventives, prospections et relevés de terrain, études des sources écrites, iconographiques et cartographiques).

3Au rythme de cinq séminaires annuels, il a ainsi réuni, de 2003 à 2006, une vingtaine d’archéologues et d’historiens de l’Institut national de Recherches archéologiques préventives (INRAP), de l’Université Nancy 2 (UMR 7002 Moyen Âge ; Laboratoire d’Archéologie médiévale de l’Est - LAMEst), des services d’Archives municipales de Strasbourg et de Colmar, du Service régional de l’Inventaire (SRI) de Lorraine et du Pôle d’Archéologie interdépartemental rhénan (PAIR). La concrétisation de ce projet a par ailleurs été rendue possible grâce à l’appui renouvelé des services régionaux de l’Archéologie (SRA) d’Alsace et de Lorraine et aux avis émis par la Commission interrégionale de l’Archéologie (CIRA) Grand-Est, sur la base des rapports annuels d’activité (Masquilier, 2003c ; Henigfeld, 2004d ; Masquilier, Henigfeld, 2005 ; Henigfeld, Masquilier, 2006).

  • 1 Un premier aperçu a été publié dans le cadre du 4e Congrès international d’Archéologie Médiévale e (...)

4Après quatre années de fonctionnement consacrées à la présentation d’études monographiques selon une grille d’analyse commune et à la rédaction de chapitres de synthèse, il a paru naturel de mettre à la disposition de la communauté scientifique le résultat de ces travaux1.

2. Les villes étudiées

5Le principal objectif du projet était de présenter des sites inédits ayant fait l’objet de fouilles préventives récentes, complétées, le cas échéant, par des relevés micro-topographiques et architecturaux, et de confronter ces données avec d’autres sources documentaires (sources écrites et iconographiques).

6Il ressortait en première analyse, après dépouillement de la bibliographie régionale, que le nombre total d’enceintes urbaines s’élevait à cent soixante et onze (97 en Lorraine et 74 en Alsace). Parmi elles, trente-neuf agglomérations, dont dix-sept en Alsace et vingt-deux en Lorraine, avaient fait l’objet d’une ou de plusieurs interventions archéologiques ces vingt dernières années (1986-2005) (fig. 1).

  • 2 Cf. infra les deux chapitres consacrés aux opérations récentes (Y. Henigfeld pour l’Alsace et A. M (...)

7Cette enquête documentaire a également mis en lumière un déficit évident de publications, marqué par le faible nombre de travaux de synthèse et d’études monographiques, les données accessibles étant le plus souvent publiées sous forme de notices2.

  • 3 Il est compris entre 1 et 9. Cf. infra les deux chapitres consacrés aux opérations récentes.

8Compte tenu de l’importance quantitative du potentiel documentaire, il paraissait plus raisonnable de restreindre le nombre de villes à étudier. La sélection est principalement fondée sur le nombre d’opérations par ville3, la qualité des informations archéologiques, variable selon le type d’intervention, ainsi que sur leur représentativité géographique. D’autres critères, plus subjectifs, comme la possibilité de fédérer plusieurs chercheurs sur une même ville, ont influé sur le choix des agglomérations à traiter. En revanche, les villes qui nécessitaient un investissement trop important et pour lesquelles il existait, de surcroît, déjà plusieurs articles, comme Strasbourg, Metz ou Nancy, ont été écartées.

9Au terme de cette première enquête sur l’état de la documentation, le nombre d’enceintes de villes ou d’agglomérations sélectionnées s’élève à dix-huit (fig. 2). Il s’agit, en l’occurrence, de six villes alsaciennes (Haguenau, Kaysersberg, Molsheim, Ribeauvillé, Sélestat et Thann) et douze agglomérations lorraines (Commercy, Épinal, Liverdun, Mirecourt, Neufchâteau, Saint-Avold, Saint-Mihiel, Sarrebourg, Sarreguemines, Vaucouleurs, Verdun et Vic-sur-Seille). Chaque département est représenté par au moins deux villes, à l’exception toutefois de la Meurthe-et-Moselle.

Région

Département

Villes fortifiées

Villes ayant fait l’objet d’au moins une opération

Villes étudiées

Alsace

Bas-Rhin (67)

42

10

3

Alsace

Haut-Rhin (68)

32

7

3

Lorraine

Meurthe-et-Moselle (54)

29

4

1

Lorraine

Meuse (55)

24

5

4

Lorraine

Moselle (57)

23

9

4

Lorraine

Vosges (88)

21

4

3

Total

171

39

18

Fig. 1. Proportion des villes étudiées et des villes ayant fait l’objet d’au moins une opération archéologique récente par rapport au corpus des villes fortifiées à l’époque médiévale en Lorraine et en Alsace.

  • 4 Les périmètres et les superficies, dont la précision est sans doute excessive, ont été calculés à (...)

10Si l’on prend le critère de la surface maximale enclose à la fin du Moyen Âge, enceintes abbatiales et castrales comprises (fig. 34 et fig. 4), le choix s’est majoritairement porté sur des villes moyennes (entre 10 et 50 ha enclos) au détriment des petites (entre 1 et 10 ha) et grandes agglomérations (> 50 ha). Les localités de très petites dimensions (<à 1 ha) sont en revanche absentes du corpus.

  • 5 Cf. infra la contribution de B. Metz qui fait le point sur cette question.
  • 6 À l’exception de Saint-Nicolas-de-Port en Meurthe-et-Moselle.
  • 7 Sur cette question, cf. infra la contribution de G. Giuliato et d’A. Masquilier.

11La question de la définition de la ville et de l’enceinte urbaine n’a pas été sans poser un certain nombre de difficultés. Contrairement à l’Alsace, où c’est l’enceinte en pierre qui définit la ville5, il n’existe pas, en Lorraine, de définition univoque. Si, en Lorraine, toutes les villes médiévales étaient protégées par une enceinte6, toutes les agglomérations ainsi fortifiées ne peuvent être considérées comme telles. Pour cette raison, le terme plus neutre d’enceinte d’agglomération a été retenu pour caractériser au mieux les enceintes lorraines7.

3. Limites chronologiques et géographiques

  • 8 Sur ce sujet, voir notamment Blieck et alii, 2007.

12Telles qu’elles avaient été définies dans les attendus du projet, les limites chronologiques devaient, au départ, s’étendre du xie au xve siècle. Devant l’absence de données archéologiques concernant le xie siècle, la limite haute de l’étude a été ramenée au xiie siècle. La limite basse a, quant à elle, été arbitrairement arrêtée au xve siècle. De fait, les fortifications bastionnées et la question du démantèlement des fortifications médiévales ont été exclues du champ de l’étude8. Les enceintes d’Époque moderne, typologiquement comparables à celles de la fin du Moyen Âge, ont été prises en considération uniquement dans la mesure où elles appartenaient à un site faisant l’objet d’une notice.

13Le choix d’étudier les enceintes urbaines en Lorraine et en Alsace s’explique par le souci de caractériser ces régions, a priori situées dans une zone de transition politique et culturelle. Pour le vérifier, il convenait de s’affranchir de tout présupposé historique ou géographique afin de mettre en exergue les spécificités propres à chaque région. Bien évidemment, les limites administratives des régions actuelles ne recouvrent pas forcément les frontières historiques, fluctuantes au cours de la période considérée. D’un point de vue plus conjoncturel, ce projet résulte par ailleurs de relations privilégiées entre les archéologues des deux régions.

4. La problématique

14La problématique est principalement orientée selon deux axes de recherche. Le premier répond au souci de caractériser l’enceinte et ses composantes par une approche thématique orientée sur la construction et la défense. Le second est de traiter de l’impact de l’enceinte urbaine sur ses abords immédiats, afin de rompre avec une tradition historiographique dans laquelle cette question est, le plus souvent, négligée. À terme, le traitement de ces deux axes de recherche avait pour ambition de répondre à des questions d’ordre historique portant sur les origines, la chronologie et les modalités de développement des enceintes urbaines en Lorraine et en Alsace, l’un des effets recherchés étant de relever d’éventuels points communs ou différences dans cette zone d’Entre-Deux, partagée entre le Royaume de France et l’Empire germanique.

Fig. 2. Carte de localisation des villes étudiées, échelle 1/1 500 000. DAO : H. Duval/INRAP.

Villes étudiées

Région

Département

Surface maximale enclose (ha)

Périmètre maximal (m)

Commercy

Lorraine

Meuse (55)

4,94

919

Épinal

Lorraine

Vosges (88)

13,00

2355

Haguenau

Alsace

Bas-Rhin (67)

62,32

3268

Kaysersberg

Alsace

Haut-Rhin (68)

13,38

1970

Liverdun

Lorraine

Meurthe-et-Moselle (54)

6,52

1601

Mirecourt

Lorraine

Vosges (88)

6,77

1102

Molsheim

Alsace

Bas-Rhin (67)

28,78

2209

Neufchâteau

Lorraine

Vosges (88)

16,57

1893

Ribeauvillé

Alsace

Haut-Rhin (68)

23,77

2599

Saint-Avold

Lorraine

Moselle (57)

8,41

1342

Saint-Mihiel

Lorraine

Meuse (55)

31,30

3167

Sarrebourg

Lorraine

Moselle (57)

15,97

1667

Sarreguemines

Lorraine

Moselle (57)

7,29

1072

Sélestat

Alsace

Bas-Rhin (67)

32,75

2471

Thann

Alsace

Haut-Rhin (68)

9,74

1507

Vaucouleurs

Lorraine

Meuse (55)

11,75

1382

Verdun

Lorraine

Meuse (55)

82,19

5756

Vic-sur-Seille

Lorraine

Moselle (57)

31,91

2217

Fig. 3. Superficies et périmètre maximal des villes ou agglomérations étudiées.

5. Les méthodes utilisées

15L’une des premières tâches auxquelles le collectif s’est attelé a consisté à élaborer une grille d’analyse commune aux dix-huit villes, afin de permettre des comparaisons et d’alimenter les chapitres synthétiques. Toutes les villes sont ainsi traitées selon un plan normalisé composé d’une partie introductive consacrée au contexte géographique et géologique, à l’historique des recherches et au bilan des connaissances, d’une seconde partie réservée à la présentation des travaux récents et d’une conclusion principalement destinée à souligner leurs apports.

16L’effort a par ailleurs porté sur l’élaboration d’une charte graphique qui a progressivement été aménagée (annexe 1). Chaque étude monographique comprend en l’occurrence une carte de localisation des villes à 1/25 000, un plan à 1/5 000 des enceintes médiévales replacées sur un plan cadastral actuel et, lorsque cela est nécessaire, une série de vignettes à 1/10 000 retraçant leur développement topo-chronologique.

17À la lecture des différentes notices élaborées dans le cadre du PCR, il est apparu que le vocabulaire architectural utilisé pouvait varier, parfois de façon sensible, d’un auteur et/ou d’une région à l’autre. C’est la raison pour laquelle il a semblé utile d’uniformiser ce vocabulaire et de proposer un glossaire des termes les plus couramment utilisés (annexe 2).

6. Présentation de l’ouvrage

18Outre un chapitre introductif, l’ouvrage comprend quatre parties.

19La première, élaborée à partir de l’analyse des différentes sources documentaires existantes, permet de dresser un premier état de la question. La deuxième propose un historique des opérations archéologiques en Lorraine et en Alsace réalisées de 1985 à 2005 ainsi qu’une évocation des recherches entreprises dans les régions voisines. La troisième comprend les dix-huit études monographiques des villes, présentées par ordre alphabétique. La quatrième est subdivisée en deux chapitres synthétiques, qui répondent aux axes de la problématique de départ : l’enceinte et ses composantes et les abords du système défensif. La conclusion traite des principaux apports de l’étude et des questions en souffrance, en ouvrant sur des perspectives de recherche. Des annexes précèdent la bibliographie, qui comprend plus de 1 000 entrées, et un index thématique et géographique.

Fig. 4. Surface enclose maximale des villes étudiées, échelle 1/25 000. DAO : H. Duval / INRAP.

Notes

1 Un premier aperçu a été publié dans le cadre du 4e Congrès international d’Archéologie Médiévale et Moderne - Medieval Europe Paris 2007 (Henigfeld, Masquilier, 2007).

2 Cf. infra les deux chapitres consacrés aux opérations récentes (Y. Henigfeld pour l’Alsace et A. Masquilier pour la Lorraine).

3 Il est compris entre 1 et 9. Cf. infra les deux chapitres consacrés aux opérations récentes.

4 Les périmètres et les superficies, dont la précision est sans doute excessive, ont été calculés à l’aide d’un logiciel de topographie, à partir des plans réalisés dans le cadre des études monographiques. Pour l’Alsace, les surfaces ainsi obtenues diffèrent sensiblement de celles proposées dans l’ouvrage de F.-J. Himly (1970 : 26-32) obtenues à partir des plans cadastraux napoléoniens. Par rapport aux données publiées pour la Lorraine, des différences importantes ont également été constatées.

5 Cf. infra la contribution de B. Metz qui fait le point sur cette question.

6 À l’exception de Saint-Nicolas-de-Port en Meurthe-et-Moselle.

7 Sur cette question, cf. infra la contribution de G. Giuliato et d’A. Masquilier.

8 Sur ce sujet, voir notamment Blieck et alii, 2007.

Table des illustrations

Légende Fig. 2. Carte de localisation des villes étudiées, échelle 1/1 500 000. DAO : H. Duval/INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12661/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 566k
Légende Fig. 4. Surface enclose maximale des villes étudiées, échelle 1/25 000. DAO : H. Duval / INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/12661/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 329k

© ARTEHIS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search