Version classiqueVersion mobile

Archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace (XIIe-XVe siècle)

 | 
Yves Henigfeld
, 
Amaury Masquilier

Préface

Nicolas Faucherre

Texte intégral

1Le projet collectif de recherche qui se concrétise aujourd’hui par cette publication que j’ai le plaisir d’introduire montre à quel point une archéologie préventive, engrangeant ses résultats sur la durée, se confrontant avec la topographie et les sources textuelles et iconographiques, s’ancrant dans ses environnements, peut renouveler l’histoire des villes. Le livre prend en compte un corpus de dix-huit enceintes d’agglomérations médiévales d’Alsace-Lorraine, majoritairement secondaires (sauf Haguenau et Verdun), qui ont été concernées par des opérations archéologiques depuis une vingtaine d’années, apportant un éclairage sur les formes que peuvent revêtir ces enceintes et ce que leur implantation induit dans leur environnement immédiat.

2Les auteurs se gardent d’extrapoler à partir d’un corpus représentant à peine 10 % des enceintes réalisées dans les territoires concernés, mais formulent par petites touches des observations qui corroborent ou influent sur la connaissance générale de ces enceintes, et bien au-delà. La volonté de normaliser un langage commun et un appareil graphique issu des différents chantiers préventifs ou programmés, comme la parfaite maîtrise de la forme et du fond pour chacune des monographies, font de cet ouvrage un outil de référence dépassant largement le cadre géographique étudié. La synthèse reprend chacune des monographies pour souligner les caractères communs de la fortification urbaine en Lorraine et Alsace. Malgré la variété d’opérations nécessairement inégales dans leurs résultats, l’enquête permet ainsi de se faire une idée très précise de l’état de la recherche sur le sujet et de son renouvellement au cours de ces vingt dernières années.

3Il convient de souligner avec force à quel point ces humbles contributions de terrain apportent, tant à la connaissance de l’organisation défensive qu’au rapport entre plein et vide intra muros et aux techniques de construction en milieu urbain.

4Des réponses concrètes sont ainsi données sur les circulations de la défense, que l’on croyait concentriques le long de l’enceinte, et qui s’avèrent le plus souvent radiantes, permettant une desserte rapide des ouvrages principaux, et pas seulement des portes traversantes, depuis le centre de l’agglomération. Comme cela a été évoqué pour la Champagne (Châlons, Provins), l’enceinte du moment de la grande poussée démographique des xiie-xiiie siècles ne vient pas nécessairement envelopper au plus près le bâti préexistant, non seulement pour anticiper une croissance qu’on croit alors continue, comme un enfant qu’on habille trop grand, mais aussi pour protéger des productions coûteuses, telles ces prairies de blanchiment étirées en tiroirs caractéristiques des villes drapantes de Flandre et d’Artois. Ainsi cette étude apporte-t-elle, grâce à l’archéologie, une première prise en compte de l’enceinte dans son environnement, tant extra qu’intra muros, ouvrant des perspectives très prometteuses.

5Dans la fabrication des enceintes de plaine, le rôle fondamental de la terre semble se dessiner ; la terrée, associée à une palissade de bois ou à un simple parapet sommital de pierre ou de brique, va de pair avec des portes seules maçonnées et avec le dédoublement, voire la multiplication des fossés avancés. La plaine d’Alsace, pour les trois derniers siècles du Moyen Âge, pourrait ponctuellement corroborer les observations conduites à Lille, à Maastricht et au Carrousel à Paris quant à cette culture pérenne de la terre crue et de la motte gazonnée, qui diminue l’impact de son prétendu retour en force lors de la diffusion du système bastionné, réponse à l’artillerie à poudre. En corollaire, le fossé en eau régulé par des vannes – nappe stagnante réservée à la défense, distribuant l’eau courante de l’industrie intra muros – délimite, plus encore que l’anneau de terre qu’il enveloppe, les contours matériels et juridiques de l’agglomération. Les portes seules maçonnées traversant en tunnel ces anneaux de terre coulante correspondent-elles, comme en Gascogne, à une maîtrise d’ouvrage princière ? En Alsace en tout cas, l’usage exclusif de la tour-porte quadrangulaire marquant de sa gracile silhouette le paysage urbain est à mettre au compte du seul dynamisme des communautés.

6Dans ces enceintes de plaine installées en milieu saturé, la variété des solutions apportées au problème de la fondation suggère un relatif cloisonnement des cultures techniques régionales – Neufchâteau et Mirecourt en semelles épaissies, Haguenau et Strasbourg sur pieux battus. L’utilisation en Alsace d’une semelle à quatre assises de grès bossagé surmontée d’un parement de brique se prolonge à la période moderne (Fort-Louis du Rhin).

7Au-delà, la variété des formes urbaines que vient entériner ou anticiper la réalisation d’une enceinte, du bourg castral au noyau bipolaire, de la vieille cité épiscopale au port neuf né du fleuve, suggère la difficulté à fortifier générée par la contrainte topographique, le moteur de la morphogenèse n’étant pas dicté par la capacité à défendre ; l’effort des hommes devra suppléer aux ingratitudes de la nature !

8La variété et la précision des questions soulevées sur les enceintes urbaines par cet ouvrage montrent ainsi à quel point l’archéologie apporte un renouveau essentiel à nos connaissances techniques, topographiques et sociales, dans lesquelles l’acteur d’aujourd’hui peut trouver un moteur pour penser la ville de demain.

© ARTEHIS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search