Version classiqueVersion mobile

La façade des thermes de Sens

 | 
Jean-Pierre Adam
, 
Simone Deyts
, 
Lydwine Saulnier-Pernuit

Première partie. Historique

Lydwine Saulnier-Pernuit

Texte intégral

Fig. 1. — La Façade des Thermes remontée dans l’aile Henri II du nouveau musée de Sens.

  • 1 Cette appellation n’est contestée que par B. Laubie, « Remarques sur la décoration... », 84e Congr (...)
  • 2 Cette présentation entre dans le cadre du transfert et du réaménagement des Musées de Sens dans l’ (...)

1Dans la très riche collection gallo-romaine qu’il possède, le Musée de Sens conserve les éléments d’un ensemble monumental qu’on appelle depuis les premières études qui en ont été faites la « Façade des Thermes »1. Cette pièce majeure a depuis juin 1985 un attrait supplémentaire pour les chercheurs comme pour les visiteurs : elle est reconstituée dans une salle du Nouveau Musée dont l’aménagement approprié autorise un remontage archéologique suggérant la structure et le décor primitifs de l’édifice2 (fig. 1).

  • 3 De nombreux éléments du soubassement de la muraille sont en effet in situ et l’on peut tout à fait (...)
  • 4 D’après Augusta Hure (Le Sénonais gallo-romain, rééd. 1978, p. 210), l’enceinte avait 2 680 m. Ell (...)
  • 5 La datation de la muraille de Sens est contestée. Certains (F. Lallier, « Recherches sur les murai (...)
  • 6 Les murailles, propriété royale sous l’Ancien Régime, furent données en 1787 par Louis XVI à la Vi (...)
  • 7 L’ordonnance royale de 1836 obligeait entrepreneurs et propriétaires à réserver pour la Ville de S (...)
  • 8 Archives de la Soc. Archéol. Sens et Julliot, Musée gallo-romain de Sens..., introduction des bloc (...)

2Les éléments de la Façade des Thermes sont actuellement au nombre de 363 et proviennent, comme la presque totalité des blocs gallo-romains de Sens, du rempart qui protégea la ville depuis le Bas-Empire jusqu’au xixe siècle. Cette enceinte romaine dont le tracé ovale était tangent à la rive droite de l’Yonne se lit très bien encore dans les boulevards modernes plantés d’arbres et garde par endroits quelques vestiges protégés au titre des Monuments Historiques4. Elevée vraisemblablement à la fin du iiie s.5 elle reposait dans sa partie inférieure sur un soubassement de grandes pierres calcaires appareillées à joints vifs. Celles-ci provenaient des divers monuments et nécropoles de la ville romaine ; généralement retaillées, elles étaient disposées la face décorée tournée vers l’intérieur du mur, afin d’offrir à l’extérieur un parement plus régulier. Lorsqu’au cours du xixe s. on détruisit le rempart romain6, on découvrit ces blocs sculptés7 qui furent recueillis et conservés dans le jardin de la mairie, en attendant la création de la salle Julliot en 18918 (fig. 2, 3 et 4).

Fig. 2. — Les blocs dans la muraille gallo-romaine, aquarelle de F. Thiollet vers 1850 (Archives de la Société archéologique de Sens).

Fig. 3. — Le démontage de la muraille gallo-romaine en 1903, cours Chambonas (Archives de la Société archéologique de Sens).

Fig. 4. — Le démontage de la muraille gallo-romaine en 1903, cours Chambonas (Archives de la Société archéologique de Sens).

3La collection lapidaire du Musée de Sens s’est donc constituée progressivement, au fur et à mesure de la démolition de l’enceinte romaine qui selon les portions concernées se révélait plus ou moins riche en éléments intéressants. En ce qui concerne les blocs de la Façade des Thermes, leur découverte s’échelonne de 1840 à 1903 : 21 d’entre eux sont recensés dans le catalogue sommaire publié en 1891, qui est le bilan de tout le siècle écoulé, mais deux seulement ont gardé l’indication d’une date, 1840 ; 14 furent trouvés en 1894 dans la percée de la rue Amiral Rossel ; enfin le dernier élément fut mis au jour en 1903.

  • 9 Voir catalogue des blocs en annexe I.
  • 10 Il est impossible d’augmenter ce chiffre en essayant de tirer une conclusion de la numérotation du (...)
  • 11 Cette conclusion est vraisemblable, en raison du principe du moindre effort et du charroi des pier (...)

4Notre connaissance de remplacement de chaque bloc constituant la Façade des Thermes dans la muraille romaine est particulièrement lacunaire. Sur les 21 blocs du catalogue établi en 1891, trois pièces seulement portent la mention du lieu de récupération9. Il faut attendre la grande découverte de 1894 rue Amiral Rossel pour que les 14 pierres recueillies soient numérotées et enregistrées avec soin. En résumé, sur 36 éléments, 18 ont une provenance précise10. La chose n’est pas inintéressante, car ces éléments de la Façade des Thermes étaient regroupés essentiellement du côté sud du rempart, sur moins de 300 mètres de part et d’autre de l’actuelle rue de la République. Même si la conclusion reste approximative, elle laisse entendre que le monument dont faisait partie la Façade des Thermes se situait dans cette zone méridionale de la ville11 (fig. 5).

Fig. 5. — Plan sommaire de Sens, localisant dans la muraille gallo-romaine l’emplacement des blocs appartenant à la Façade des Thermes (dessin Musées de Sens). — 1 : cours Chambonas. 2 : porte Dauphine. 3 : rue de la République. 4 : poterne des Quatre Mares. 5 : rue Amiral Rossel. 6 : porte Saint-Hilaire. 7 : les Arènes. 8 : sanctuaire de la Motte du Ciar.

  • 12 Voir bibliographie.
  • 13 En 1894, 35 blocs sont découverts (le 36e ne l’est qu'en 1903), mais ne sont pas tous reconnus com (...)
  • 14 Sans tenir compte du podium dont la hauteur primitive est inconnue, mais dont l’existence est vrai (...)
  • 15 Avec beaucoup d'intuition, Gustave Julliot avait fait l’hypothèse de la présence triomphante de ce (...)
  • 16 Voir bibliographie. Elle offre en plus le catalogue des fragments (p. 126-129).

5Ce fut Gustave Julliot, président de la Société Archéologique de Sens, qui, le premier, repéra les éléments de la Façade des Thermes et en fit l’étude approfondie (fig. 6). Déjà dans son catalogue sommaire de 1891, il avait ébauché brièvement quelques rapprochements entre certains blocs ayant le même type de rinceaux (nos 286, 332-337) ou des claveaux portant un décor marin semblable (no 340-345), et avait noté les rapports entre ces séries ; il avait remarqué aussi que la colonne no 339 faisait partie du même monument tout en étant isolée. Mais en 1894 la découverte de blocs nouveaux dans la percée de la rue Amiral Rossel lui permit de compléter cette recherche et de proposer la même année, devant la Société des Antiquaires de France, une analyse de cette architecture qu’il nomme aussitôt « Façade des Thermes »12. A partir de 31 pierres13, groupées par catégories (colonnes, soubassements, sommiers...), Gustave Julliot restitue quatre travées de façade de 7 m de haut14. Chaque travée de 4,50 m de large entr’axes est percée d’une fenêtre et rythmée par des colonnes engagées. Sous les baies, le soubassement est sculpté sur deux assises de scènes de gigantomachie et de femmes à la toilette. Dans la partie supérieure de chaque travée, un contexte marin suggérait à l’auteur l’existence de quadriges sortant de la mer et portant des divinités triomphantes, telles que Diane ou Apollon15. En 1898, les pages que Gustave Julliot consacre dans son ouvrage général Inscriptions et Monuments du Musée gallo-romain de Sens sont plus détaillées, mais n’apportent aucune modification à cette étude magistrale16.

Fig. 6. — Restitution de la Façade des Thermes de Sens par G. Julliot.

Fig. 7. — Restitution de la Façade des Thermes de Sens par R. Moreau, d’après les travaux de G. Juliiot (Esp., t. IV, p. 57).

  • 17 P. V. des séances, 8 juin 1903, dans Bull. Soc. Archéo. Sens, t. XXI, p. XXVI-XXVIII.
  • 18 Voir bibliographie. Curieusement E. Espérandieu, sous le no 2856 ne recense que 31 blocs pour la F (...)
  • 19 Dans une salle du Musée, 5 rue Rigault, il présente la restitution d’une travée en deux parties — (...)

6La découverte du dernier bloc connu (n° 475) en 1903 et l’identification de trois autres (nos 321, 328 et 338) induisent une révision par le Dr René Moreau, alors conservateur du Musée de Sens, de la première restitution. Le dessin présenté à la Société Archéologique de Sens17 et conservé au Musée est publié par Emile Espérandieu en 1911 dans le Recueil général des bas-reliefs de la Gaule gallo-romaine18. Le déroulement des 34 éléments en quatre travées reste le même dans il ensemble (fig. 7) ; la largeur des travées entr’axes est réduite à 3,90 m. Mais l’idée nouvelle contenue dans la relation entre un chapiteau (n° 338), un amour (n° 328) et la tête de Diane (n° 321) — les trois blocs récemment identifiés — permet d’ajouter une assise de plus dans les hauts reliefs au-dessus des baies et d’y placer dans un espace beaucoup plus rationnel une divinité — Diane en effet — dans son char marin. Par là même les fenêtres sont moins hautes. C’est d’après ce travail du Dr Moreau que Pierre Parruzot dans les années 60 réalisa dans une salle de l’ancien Musée le remontage d’une travée de la Façade des Thermes19.

  • 20 Voir note 2.
  • 21 Parallèlement toute la collection lapidaire gallo-romaine fut étudiée afin de s’assurer qu’aucun a (...)
  • 22 Centre National de la Recherche Scientifique, à présent Institut de Recherche sur l’Architecture A (...)
  • 23 Architecte D.E.S.A. à l’Institut de Recherche sur l’Architecture Antique.
  • 24 La reconstitution de la Façade des Thermes dans l’aile Henri II, qui est limitée par l’architectur (...)
  • 25 Maître de Conférences à l’Université de Bourgogne (Dijon).

7Faute de nouvelles découvertes ou identifications, l’étude de la Façade des Thermes en serait restée là, sans le projet de transfert du Musée de Sens et l’installation des collections dans les bâtiments de d’ancien Palais archiépiscopal. La décision fut prise de présenter la Façade des Thermes le plus complètement possible et pour cela d’aménager un volume spécial dans l’aile Henri II20 Dans ce but, la restitution partielle de l’ancien Musée fut démontée ; les 36 blocs furent regroupés21 et analysés soigneusement par le Bureau d'Architecture Antique22. Le relevé coté a été effectué, dans des conditions optimales, par Marie-Geneviève Froidevaux, durant l’année 1984. A partir de là, Jean-Pierre Adam23 a pu reprendre et corriger les restitutions de Gustave Julliot et du Dr Moreau. Il propose, tant pour la présentation muséographique que pour les recherches, une étude dont les fondements scientifiques sont assurés24. C’était l’occasion aussi de pousser plus loin l’analyse iconographique et stylistique de la Façade des Thermes, travail que mène ici Simone Deyts25.

Notes

1 Cette appellation n’est contestée que par B. Laubie, « Remarques sur la décoration... », 84e Congrès Soc. Savantes, p. 62 et Claude Rolley, « Une tête barbue aux Bolards », Mém. Comm. Ant. Côte-d’Or, t. XXIX, 1974-1975, p. 131.

2 Cette présentation entre dans le cadre du transfert et du réaménagement des Musées de Sens dans l’ancien Archevêché. La Façade des Thermes est remontée dans la galerie de l’aile Henri IL Trois travées et l’amorce d'une quatrième sont restituées à partir de 33 blocs ; deux blocs sont présentés à côté : le claveau no 416 dont le positionnement aurait masqué une baie de la galerie xvie que l’on souhaitait dégager et un fût de colonne no 339 qui appartenait à une autre partie de l’édifice (voir p. 19-20) ; le 36e bloc (no 340) est en réserve (voir fig. 9). L’ensemble restitué dans l’aile Henri II a 13,70 m de longueur sur 6,50 m de hauteur et a nécessité le creusement d’un sous-sol entre les fondations de la galerie du rez-de-chaussée. Ainsi le circuit muséographique permet de découvrir la façade à deux niveaux : celui du rez-de-chaussée de l’aile Henri II maintenu dans la surface réduite d’une mezzanine, qui laisse bien lire toute la partie au-dessus des baies ; celui du sous-sol creusé jusqu’à 4,50 m environ de profondeur où l’on peut appréhender la hauteur totale de la restitution en même temps que les sculptures des appuis de fenêtres.

3 De nombreux éléments du soubassement de la muraille sont en effet in situ et l’on peut tout à fait imaginer qu'une découverte permettra d’augmenter la série de la Façade des Thermes. Le soubassement de la muraille était constitué selon les endroits de 2 à 10 assises. Avec l’exhaussement des terres au cours des siècles, plusieurs assises sont encore enterrées. Les premiers adjudicataires de la muraille arrêtèrent souvent leurs démolitions au sol actuel, pour asseoir solidement leur nouvelle construction sur les assises enterrées. Ce n’est que depuis 1903, à la suite d’une heureuse découverte au plus profond après des recherches négatives, qu’un arrêté municipal oblige à démolir le mur jusqu'à la dernière assise de fondation — ce qui n’est pas toujours observé.

4 D’après Augusta Hure (Le Sénonais gallo-romain, rééd. 1978, p. 210), l’enceinte avait 2 680 m. Elle existe encore et est protégée boulevard du 14 juillet, le long de la Poterne des Quatre-Mares et près de la tour à l’ouest du Commissariat, enfin au cours Chambonas, no 3.

5 La datation de la muraille de Sens est contestée. Certains (F. Lallier, « Recherches sur les murailles galloromaines de la ville de Sens », Bull. Soc. Archéo. de Sens, I, 1846, p. 36-71 ; A. Blanchet, Les enceintes romaines de la Gaule, Paris, 1907, p. 306 ; Gustave Julliot, Essai sur l’enceinte de la ville de Sens, Sens, 1913, p. 19-22...) la datent de la fin du iiie ou du tout début du ive s. Deux autres (Pierre Parruzot, Sens, Colmar, 1971, p. 18-19, et Jean Nicolle, « La muraille antique de Sens », Caesarodunum, Bull. de l’Institut d’Etudes Latines et du Centre de recherche A. Piganiol (Tours), 1978, p. 214-226) affirment qu’elle n’a pas pu être construite avant la fin du IVe s.

6 Les murailles, propriété royale sous l’Ancien Régime, furent données en 1787 par Louis XVI à la Ville de Sens (Deligand, « Du droit primitif de propriété sur les murs de la ville », Bull. Soc. Archéo. de Sens, t. 2, 1851, p. 23-24). En 1835, la municipalité décide de les vendre et les adjudications des murs de la ville eurent lieu de 1837 à 1911 (Registre aux Archives Municipales).

7 L’ordonnance royale de 1836 obligeait entrepreneurs et propriétaires à réserver pour la Ville de Sens les objets d’art trouvés au cours des travaux. Cette décision était difficilement applicable dans la pratique, car la découverte de sculptures représentait un manque à gagner souvent important pour les adjudicataires. La Société Archéologique de Sens, créée en 1844, joua un rôle essentiel de surveillance et d’étude dans la récupération

8 Archives de la Soc. Archéol. Sens et Julliot, Musée gallo-romain de Sens..., introduction des blocs gallo-romains. Au cours du xixe s., on a généralement démoli la muraille romaine sans analyser sa structure. Seul le chanoine Chartraire fit une étude sérieuse de la partie démolie en 1903 (Bulletin de la Soc. Archéo. Sens, t. 21, 1904, p. 66-83). Des photographies (Archives de la Soc. Archéo. Sens, voir fig. 3 et 4) furent prises alors. Auparavant le seul document que l’on possède (Archives de la Soc. Archéo. Sens) sur la démolition du rempart vers 1850 est une aquarelle de Fr. Thiollet, architecte et professeur aux écoles d’artillerie (fig. 2).

9 Voir catalogue des blocs en annexe I.

10 Il est impossible d’augmenter ce chiffre en essayant de tirer une conclusion de la numérotation du catalogue de 1891. En effet on remarque que la plupart des 21 pierres s'inscrivent dans la série 300. Comme deux d’entre elles ont une identification précise, on serait tenté d’attribuer à chaque pierre les mêmes lieux et date de découverte. Mais les blocs gallo-romains ont été inventoriés par G. Julliot, dans le jardin de la mairie, en vue de ses publications, vraisemblablement en esquissant une première ébauche de classement. La numérotation ne représente nullement une chronologie des découvertes qui était la plupart du temps déjà oubliée.

11 Cette conclusion est vraisemblable, en raison du principe du moindre effort et du charroi des pierres au plus court. Elle n’est cependant pas certaine, car il existe au moins une preuve contraire : les deux pierres qui forment le fameux relief d’Iphigénie et Oreste (Esp. 2760, Julliot 98 et 99) ont été trouvées à deux endroits diamétralement opposés (voir Julliot, Inscriptions et Monuments... 1898, p. 97-98).

12 Voir bibliographie.

13 En 1894, 35 blocs sont découverts (le 36e ne l’est qu'en 1903), mais ne sont pas tous reconnus comme faisant partie de la façade : ainsi en est-il des nos 321, 328 et 338. D’autre part la colonne isolée no 339 n’entre pas dans cette restitution (voir p. 19-20).

14 Sans tenir compte du podium dont la hauteur primitive est inconnue, mais dont l’existence est vraisemblable (voir p. 20).

15 Avec beaucoup d'intuition, Gustave Julliot avait fait l’hypothèse de la présence triomphante de ces deux divinités (Inscriptions et Monuments... 1898, p. 123), mais n’avait pas pensé au bloc no 321 sculpté de la tête de Diane.

16 Voir bibliographie. Elle offre en plus le catalogue des fragments (p. 126-129).

17 P. V. des séances, 8 juin 1903, dans Bull. Soc. Archéo. Sens, t. XXI, p. XXVI-XXVIII.

18 Voir bibliographie. Curieusement E. Espérandieu, sous le no 2856 ne recense que 31 blocs pour la Façade des Thermes (en oubliant les tambours de colonne no 336 et 423), et enregistre sous deux numéros différents (2860 et 2861) les pierres no 439 et 475. Pourtant il publie le dessin du Dr Moreau qui inclut les 34 blocs. D’autre part il ne parle pas de la colonne isolée no 339.

19 Dans une salle du Musée, 5 rue Rigault, il présente la restitution d’une travée en deux parties — le soubassement d’un côté, la partie supérieure au-dessus de la baie de l’autre — en raison d’une hauteur insuffisante sous plafond. Sur les deux autres murs de la salle étaient exposés d’autres blocs (nos 346, 434, 439...).

20 Voir note 2.

21 Parallèlement toute la collection lapidaire gallo-romaine fut étudiée afin de s’assurer qu’aucun autre bloc ne puisse être attribué à la Façade des Thermes.

22 Centre National de la Recherche Scientifique, à présent Institut de Recherche sur l’Architecture Antique.

23 Architecte D.E.S.A. à l’Institut de Recherche sur l’Architecture Antique.

24 La reconstitution de la Façade des Thermes dans l’aile Henri II, qui est limitée par l’architecture de la salle et regroupe 33 blocs, est bien sûr différente de la restitution graphique, faite avec les 36 pierres identifiées.

25 Maître de Conférences à l’Université de Bourgogne (Dijon).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — La Façade des Thermes remontée dans l’aile Henri II du nouveau musée de Sens.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/1150/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 735k
Légende Fig. 2. — Les blocs dans la muraille gallo-romaine, aquarelle de F. Thiollet vers 1850 (Archives de la Société archéologique de Sens).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/1150/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Légende Fig. 3. — Le démontage de la muraille gallo-romaine en 1903, cours Chambonas (Archives de la Société archéologique de Sens).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/1150/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 4. — Le démontage de la muraille gallo-romaine en 1903, cours Chambonas (Archives de la Société archéologique de Sens).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/1150/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 490k
Légende Fig. 5. — Plan sommaire de Sens, localisant dans la muraille gallo-romaine l’emplacement des blocs appartenant à la Façade des Thermes (dessin Musées de Sens). — 1 : cours Chambonas. 2 : porte Dauphine. 3 : rue de la République. 4 : poterne des Quatre Mares. 5 : rue Amiral Rossel. 6 : porte Saint-Hilaire. 7 : les Arènes. 8 : sanctuaire de la Motte du Ciar.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/1150/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Fig. 6. — Restitution de la Façade des Thermes de Sens par G. Julliot.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/1150/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Légende Fig. 7. — Restitution de la Façade des Thermes de Sens par R. Moreau, d’après les travaux de G. Juliiot (Esp., t. IV, p. 57).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/1150/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 294k

© ARTEHIS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search