Version classiqueVersion mobile

Aspects de l’artisanat en milieu urbain : Gaule et Occident romain

 | 
Pascale Chardron-Picault

Le travail des matières organiques

La vannerie dans la partie occidentale de l’Empire romain

Témoignages épigraphiques et archéologiques

Magali Cullin-Mingaud

Résumé

L’artisanat de la vannerie occupait une place importante dans la vie quotidienne durant l’Antiquité ; paradoxalement, cette activité manuelle reste mal connue. On connaît un nombre infime d’inscriptions latines relatives aux vanniers dans l’Occident romain, qui présentent des noms de métiers variés. Sur la production, par nature périssable, on ne recense que de rares témoignages archéologiques directs ; et comme l’activité ne nécessite pas d’infrastructure particulière, les témoignages indirects sont difficilement identifiables. Dans un tel contexte, la mise au jour de l’atelier d’un fabricant de nattes à Pompéi est du plus grand intérêt : elle donne l’occasion d’examiner, pour la première fois, des structures spécifiquement dévolues à ce type d’artisanat. La présentation de quelques documents de nature diverse permet de dresser un bilan de l’état des connaissances actuelles sur cette activité artisanale répandue mais finalement peu documentée.

Texte intégral

1Pour la plupart des chercheurs qui étudient l’artisanat antique, ce sont les vestiges mobiliers de la production qui constituent le moyen privilégié d’aborder la question, de même que l’identification, lors de fouilles, de structures liées à une production particulière. Tel n’est pas le cas pour la vannerie. Ceci explique sans doute que, parmi les nombreuses activités artisanales répertoriées dans l’Antiquité, elle demeure une des moins étudiées. Plusieurs facteurs expliquent cette méconnaissance. Les vestiges archéologiques d’objets que leur nature périssable rend très rares ne permettent pas une approche directe des conditions de production. Le mobilier exhumé lors de fouilles a cependant pour intérêt de nous informer sur les techniques en usage – parfaitement maîtrisées dès le ixe millénaire au Proche-Orient et à partir du Mésolithique en Europe (Egloff, 1985 ; Stordeur, 1989, p. 20-21) – et sur le matériau mis en œuvre lorsque des analyses sont réalisées. Quant à l’outillage, rudimentaire et polyvalent, le contexte des découvertes archéologiques ne permet pas toujours de l’attribuer avec certitude à des activités de vannerie. En outre, comme cette activité artisanale ne nécessite aucun aménagement particulier, les lieux où pouvait s’exercer la vannerie sont difficilement identifiables en fouille. Tout au plus est-il nécessaire pour le vannier de disposer d’une réserve d’eau, dans le meilleur des cas un bassin maçonné ou dans le plus sommaire, un simple point d’eau naturel. On mesure donc combien il est difficile d’approcher les modes de production et de diffusion de cet artisanat, de localiser des centres de production, de mesurer l’ampleur de celle-ci et l’étendue géographique des échanges par le seul biais de l’archéologie.

2La carence en matériel d’étude est heureusement compensée par les informations livrées par d’autres sources : la littérature antique, les nombreuses représentations figurées et les documents épigraphiques. La conjonction de ces sources connexes est pour une très large part à l’origine de notre approche. Parmi cette documentation de nature diverse, j’aborderai essentiellement ici l’épigraphie, à travers les rares inscriptions latines qui nous soient parvenues. Quelques documents archéologiques viendront parfois en renfort des textes pour permettre de mieux appréhender le métier de vannier en milieu urbain.

3De toute évidence, les inscriptions ne peuvent donner une vision précise du nombre et des conditions de travail d’artisans qui s’adonnaient à une activité manuelle extrêmement diffuse dans l’Antiquité. Cependant, elles offrent la possibilité de localiser quelques centres de production, de même qu’elles permettent d’entrevoir le statut social de quelques vanniers. Un des intérêts majeurs de cette documentation est de livrer plusieurs noms de métiers, susceptibles de correspondre à autant de spécialités artisanales relatives au tressage manuel des végétaux.

L’Italie

4L’Italie est la plus riche en informations. Dans la littérature, Caton mentionne trois cités réputées fournir des vanneries de qualité, notamment des scourtins dits « campaniens » ou « romains » (fiscinae campanicae et romanicae) : Suessa, Casinum et Rome, et l’agronome d’ajouter : « Les meilleurs se trouveront à Rome » (Agr. 135, 2-3). Il indique également que toute la sparterie devra être achetée à Capoue (spartum omne Capuae : 135, 3). De ces quatre villes, Rome est la seule à avoir livré un témoignage épigraphique sur une activité vannière, qui sera étudié plus loin.

  • 1 « Le saule d’Amérie est plus blanc, mais un peu plus cassant ; aussi l’emploie-t-on sans le refendr (...)

5Caton évoque en outre des corbeilles qu’il désigne du nom de corbulae Amerinae (Agr. 11, 5) : il s’agit probablement d’une production locale typique, de récipients d’une forme particulière réalisés à l’origine à Amérie, cité d’Ombrie. Ce lieu constituait d’ailleurs dans l’Antiquité un centre de production d’osier réputé, comme en témoigne l’appellation d’un type de saule rencontrée chez les auteurs : Pline l’Ancien, dans son énumération des usages des différentes espèces de saules, fait allusion à une espèce nommée saule d’Amérie, salix Amerina, à l’osier blanc (HN 16, 177 : [salix] candidior Amerina, sed paulo fragilior, ideo solido ligat nexu1). Columelle parle également de cette espèce « du pays des Sabins, que la plupart des gens appellent saule d’Amérie », aux baguettes grêles et rouges (RR 4, 30 : Putant tamen tria genera praecipue salicis […] Sabinae, quam plurimi uocant Amerinam). Cette zone géographique était donc connue pour ses oseraies, au point de déterminer une appellation tant d’une espèce de saule que d’une forme de corbeille.

  • 2 Les occurrences textuelles du terme sont rares : Plaute, Rud. 990 ; Aulu-Gelle, NA 12, 3, 4 ; Arnob (...)

6Dans un tel contexte, la mise au jour à Amérie d’un document épigraphique pouvant être rapproché de ces informations littéraires se révèle d’autant plus digne d’intérêt. Il y a une dizaine d’années, on a redécouvert dans la nécropole de Via Piana le couvercle à double pente de l’urne d’un vannier anonyme – son nom figurait sur le coffre qui est perdu – dont on ignore le statut. Ce document date de la charnière entre le ier siècle avant J.-C. et le ier siècle après J.-C. (Monacchi, 1996 ; AE, 1996, 646 ; Monacchi, 2000, p. 141-143, no 16 ; Supplementa Italica, n. s. 18, 2000, p. 275-276, no 26). L’inscription gravée sur le fronton ne comporte qu’un seul mot : uitor. Ce terme, issu du verbe uiere (tresser), est le nom classique pour désigner le vannier en latin. Il apparaît sous cette orthographe sur d’autres inscriptions mais aussi dans la littérature : en usage dès l’époque de Plaute, on le rencontre dans les textes jusqu’au ive siècle au moins, parfois sous la forme altérée uietor chez les auteurs tardifs2. Toutefois, seule la forme classique uitor est attestée en épigraphie, sur une durée de plus de deux siècles (Mingaud, 1992, p. 42-43).

7Le monument présente, dans le fronton et au-dessus de l’inscription, deux outils en relief (fig. 1) : une batte surmontée d’un épluchoir. La batte est employée pour tasser l’osier au moment du tressage du fond ou de la clôture d’une vannerie. On peut noter que l’outil représenté est fort semblable à la batte figurant sur la planche de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert consacrée à la vannerie. L’épluchoir, pourvu d’une lame à dos droit et à tranchant convexe, sert à couper au ras de la bordure l’extrémité des brins qui dépassent de l’objet une fois celui-ci terminé.

Fig. 1. Amérie. Outils représentés sur le couvercle de l’urne d’un vannier : batte (ou fer à clore) surmontée d’un couteau ou d’un épluchoir (dessin de l’auteur).

8On retrouve quatre outils de vannier, de forme différente, sur un autre document épigraphique qui provient lui aussi du nord de l’Italie, la stèle de C. Valerius Clemens, vannier à Vicence (Fraccaro, 1940 ; AE, 1940, 8 ; Zimmer, 1982, p. 152, no 73 ; Mingaud, 1992, p. 48 ; Monacchi, 1996, p. 947-952). Elle est datée par Gerhard Zimmer du milieu du ier siècle après J.-C. Ce monument funéraire est imposant par ses dimensions – 2,24 m de hauteur sur 84 cm de largeur – et, outre les renseignements qu’il livre sur la condition socio-économique de Clemens, il est intéressant du fait qu’il présente quelques outils de travail emblématiques de la profession.

9L’inscription est la suivante :

10C(aius) Valerius C(aii) f(ilius) / Clemens / sibi et / M(anio) Sulpicio L(ucii) f(ilio) / Acuto fratri, / Petroniae Hecatei, / Q(uinto) Sincio Ianuario / t(estamento) f(ieri) i(ussit). / Vitor hic fuit. « Caius Valerius Clemens, fils de Caius, a fait élever ce monument par testament pour lui-même, pour Manius Sulpicius Acutus, fils de Lucius, son frère, pour Petronia Hecate et pour Quintus Sincius Ianuarius. Il était vannier. »

11Tout comme l’artisan précédent, Clemens désigne sa profession du nom de uitor (uitor hic fuit). Cependant, la stèle se distingue des autres documents que j’ai pu recenser par le fait qu’elle constitue l’unique document émanant d’un personnage qui mentionne ses tria nomina et fait état de sa filiation, donc d’un ingénu. Clemens a, par testament, fait ériger le monument pour lui-même, mais aussi pour trois autres personnes dont l’une a pu prendre en charge l’exécution du monument à la mort de l’artisan : un autre ingénu, M(anius) Sulpicius L(ucii) f(ilius) Acutus, lié à Clemens par le terme de frater – peut-être ont-ils la même mère ? –, une affranchie au surnom d’origine grecque, Petronia Hecate, et enfin un certain Q(uintus) Sincius Ianuarius, qui porte un cognomen courant dans le milieu des affranchis. À la lecture de cette épitaphe, il est possible d’imaginer que Clemens ait été à la tête d’un petit atelier de vannerie employant deux affranchis, peut-être en association avec Acutus. C’est l’hypothèse, tout à fait crédible, qui a été suggérée par Plinio Fraccaro (Fraccaro, 1940). Il est peut-être même possible d’aller jusqu’à penser que Clemens aurait été un artisan propriétaire non seulement de son atelier, mais aussi d’oseraies dans sa région. Le fait d’être un propriétaire terrien permettrait d’expliquer son statut particulier. Rien ne permet cependant de confirmer ni d’infirmer une telle hypothèse. On peut également relever que cette inscription est le seul témoignage, certes indirect, du recours à une femme dans l’activité vannière. De fait, la part du travail féminin était certainement importante dans ce métier, exercé aussi bien dans un cadre domestique que dans le cadre d’ateliers urbains ; aucune femme n’a cependant laissé de témoignage direct.

Fig. 2. Vicence. Outils représentés sur la stèle du vannier C. Valerius Clemens (de haut en bas et de gauche à droite) : poinçon, tarière (ou vrille), batte (ou fer à clore), serpette (dessin de l’auteur).

  • 3 Je remercie monsieur Guy Barbier, vannier à Pont-Chrétien (Indre), pour ses indications concernant (...)

12Le monument funéraire de Clemens est orné, sous l’épitaphe, de quatre outils (fig. 2) : un poinçon, outil utilisé soit pour écarter les brins d’osier déjà tressés afin d’en introduire un nouveau, soit pour écarter les fibres végétales lorsqu’elles sont travaillées assemblées en faisceaux ; un outil en forme de T qui pourrait correspondre à une tarière : cet instrument, que Pline l’Ancien (HN 17, 25, 2), entre autres auteurs, nomme terebra Gallica, sert, en vannerie, à percer le bois lorsqu’on doit fixer des montants à un objet ; une batte, le même outil que sur le document d’Amérie bien que les formes ne correspondent pas tout à fait ; enfin, une serpette utilisée pour la récolte de l’osier3. Il convient de noter que ces outils ont peu évolué dans le temps et qu’ils sont pratiquement identiques à ceux qui sont en usage de nos jours.

13Un troisième uitor semble être attesté dans l’épigraphie d’Italie du Nord. Il s’agirait d’un affranchi de Modène, T. Lucceius Auctus, qui fait mention de son statut sur sa stèle. Cette inscription, découverte en 1570 et aujourd’hui perdue, est publiée au CIL avec le terme uictor (CIL XI, 894 : T. Lucceius T. l. Auctus Vi<c>tor / sibi et suis Clodiae Cyparae / concubinae et uxoribus / concubin(isque) libert(is) libertab(usque) / seruis ancillis / in fr(onte) p(edes) XII, in ag(ro) p(edes) XIIII. « Titus Lucceius Auctus, affranchi de Titus, vannier [ ?], [a fait élever ce monument] pour lui-même et pour les siens, pour Clodia Cypara sa concubine, pour ses affranchis et leurs épouses et concubines, pour ses affranchies et pour ses esclaves. Douze pieds de large sur quatorze pieds de long. »), d’après la lecture de Panini datant de l’époque de la découverte. Il convient sans doute cependant d’y lire le mot uitor. En effet, deux éditions anciennes de la stèle donnent les lectures uitor (Gruter, 1178, 4, en 1616) et ultor (Muratori, 1368, 8, en 1742), indice vraisemblable de la présence d’un I long. Selon E. Flinck et P. Fraccaro, il faut restituer uitor, car il est fort probable que l’on a substitué, lors de la découverte, un terme connu (uictor) à un terme beaucoup plus rarement attesté (Flinck, 1926, p. 86 ; Fraccaro, 1940, p. 59-60 ; Mingaud, 1992, p. 43-44). Il n’existe malheureusement pas de reproduction de la stèle. Cet affranchi était peut-être, comme Clemens, à la tête d’un atelier de vannerie dans lequel travaillait sa concubine Clodia Cypara et où il employait plusieurs esclaves.

14Pour chacun de ces trois artisans attestés par des monuments funéraires individuels en Italie du Nord, quel que fût leur statut, mettre en avant sa profession était un moyen d’afficher sa réussite dans son activité, même si on ignore tout de la réalité matérielle dans laquelle vivaient ces personnages.

15En ce qui concerne les autres témoignages urbains sur les centres de production italiens, il s’agit non plus d’inscriptions individuelles mais d’inscriptions collectives mentionnant des ensembles d’artisans, soit sous forme de regroupement dans une ville, soit sous forme de corporation.

  • 4 Tacite, Ann. 6, 45, traduction P. Wuilleumier, CUF, Paris, 1975.

16À Rome, sans employer le terme de corporation ni de collège, un témoignage épigraphique nous met en présence d’une activité vannière organisée et circonscrite dans une zone topographique déterminée de la ville. Il s’agit du fragment no 10 des Fastes d’Ostie, daté du milieu du iie siècle après J.-C. (CIL XIV, 4535 ; AE, 1917-1918, 122 ; Inscriptiones Italiae, XIII, 1, p. 175, 188-191, 219). Le document fait allusion, aux lignes 2-4, à la partie du Grand Cirque qui brûla lors d’un incendie advenu sous le règne de Tibère : K(alendis) Nou(embribus) pars Circi inter / uitores arsit ad quod / T[i(berius)] Caesar (sestertium milies centena milia) public(e) [d(edit)---]. « Aux calendes de novembre, la partie du Cirque se trouvant dans le quartier des vanniers brûla. Pour réparer ce sinistre, Tiberius César fit un don public de cent millions de sesterces... » Ce secteur est appelé inter uitores. Or, il est notoire qu’à Rome l’usage était de désigner les lieux ou les rues d’après les noms des artisans d’une même spécialité qui y étaient groupés, dont le nom de métier était précédé de inter (Morel, 1987, p. 143). Cette inscription apporte donc un éclaircissement sur la topographie de l’Vrbs : des échoppes de vanniers étaient regroupées, peut-être le long d’une rue, près du Circus Maximus. Il est même possible, grâce aux sources littéraires, d’affiner cette localisation. Car Tacite (Ann. 6, 45) et Dion Cassius (Hist. rom. 58, 26) narrent ce grave sinistre qui donna, en 36, l’occasion à l’empereur de faire acte de munificence : « La même année frappa la Ville d’un violent incendie, qui consuma la partie du Cirque contiguë à l’Aventin, et le quartier même de l’Aventin ; César fit tourner ce désastre à sa gloire en payant le prix des demeures et des îlots. Cent millions de sesterces furent consacrés à cette munificence4. » Ainsi, grâce à la conjonction des sources, il est possible de rétablir des officines de vanniers au pied de l’Aventin ou sur ses flancs. Cette localisation n’a rien d’invraisemblable étant donné que les abords du Grand Cirque constituaient le lieu de rassemblement de nombreuses activités économiques (Morel, 1987, p. 141). D’ailleurs, le même Tacite parlera à nouveau des nombreuses échoppes qui entouraient le Cirque lorsqu’il relatera l’incendie de 64 (Ann. 15, 38). On peut souligner également que la matière première végétale sèche et les vanneries stockées dans les boutiques auront sans nul doute contribué à alimenter les flammes. Au-delà de ces bribes d’information, on ne sait rien sur ces vanniers romains ; ce secteur de l’Aventin n’a jamais été fouillé.

17Un autre centre d’activité vannière est recensé en Italie, celui de Préneste. Le témoignage est plus ancien, du début du ier siècle avant J.-C., mais il a l’intérêt de faire allusion à une corporation (Mingaud, 1992, p. 50-51). L’inscription provient du sanctuaire de la Fortuna Primigenia. Elle a longtemps été discutée du fait que le texte est tronqué dans sa partie droite : Colegi(um) uito[rum]. / Mag(istri) cur(auerunt) F(ortunae) P(rimigeniae) / Piloxsen(us) Bufili [s(eruus) / O]restes Vibi P(ublii) s(eruus) / [Gl]laucia <C>ame[li s(eruus)]. « Collège des vanniers. À la Fortuna Primigenia, par les soins des magistri Piloxsenus, esclave de Bufilius, Orestes, esclave de Vibius Publius, Glaucia, esclave de Camelius. » (Fasolo, Gullini, 1953, p. 275-276, uitic[olarum ?] ; ILLRP, I, 106d, uito[rum ?] ; CIL I2, 3071, uito[rum]). La dédicace à la divinité émane d’un collège de uitores ; telle est, en tout cas, la lecture désormais admise après plusieurs hésitations – rejet d’une ligature IC au profit d’un O à la fin de la première ligne (Degrassi, 1978, p. 149 et 158). En tout état de cause, cette dédicace semble représenter l’unique témoignage de l’existence d’une corporation de vanniers dûment mentionnée dans la partie occidentale de l’Empire. Ce document nous apprend en outre que cette corporation était composée d’esclaves, puisque les trois magistri cités – Piloxsenus, Orestes et Glaucia – sont eux-mêmes des esclaves. Or, le fait que les fonctions de magistri, généralement réservées aux membres les plus riches des corporations, soient attribuées à des esclaves serait l’indice d’une petite corporation (Waltzing, 1895, p. 346-347, 386). Au reste, il n’y a rien d’étonnant à voir des vanniers étroitement associés aux activités d’un sanctuaire, dans la mesure où les corbeilles constituaient un récipient privilégié pour les offrandes.

18Le centre de production qu’était Pompéi est connu à la fois à la lumière de l’épigraphie et à celle de l’archéologie, ce qui constitue un cas unique en l’état actuel des connaissances. Une inscription électorale peinte aujourd’hui disparue, découverte en 1916 à l’angle de la via dell’Abbondanza et de la via di Nocera, émanait des tegettarii, fabricants de nattes : Lollium aed(ilem) o(ro) u(os) f(aciatis) tegettari(i rogant). « Les fabricants de nattes demandent que Lollius soit élu édile. » (CIL IV, 7473 ; Della Corte, 1965, p. 350-351, no 761). Le terme, un hapax, a son origine dans le nom teges désignant la natte (Mingaud, 1992, p. 40-41, 50). Sans parler de corporation professionnelle (Waltzing, 1895, p. 169-173, est remis en cause sur la question de l’existence de corporations à Pompéi), ces tegettarii appartenaient sans doute à un même atelier ou à une association plus informelle. La recommandation électorale collective mentionnait donc un groupe limité plutôt que l’ensemble des fabricants de nattes de la cité (Chiavia, 2002, p. 212-213). Non loin de l’endroit où se lisait le texte, sur la via dell’Abbondanza même, on avait mis au jour en 1914 d’abondants vestiges végétaux stockés sur un balcon effondré, regio III, insula 3, no 2 : la présence de ces bottes de graminées, propres à la confection de nattes, permit de conclure que des teget(t)arii exerçaient leur métier en ce lieu (Notizie degli scavi di antichità, 16, 1919, p. 237-238). Après le dégagement des façades cependant, les fouilles furent interrompues, si bien que cette zone, sur le trottoir nord de la via dell’Abbondanza, n’a jamais été dégagée.

  • 5 Sous la direction de Jean-Pierre Brun (USR 3133-CNRS, École française de Rome). Le programme concer (...)

19Une découverte récente, qui témoigne de manière très concrète de l’activité d’un fabricant de nattes dans la regio I, est venue s’ajouter aux données anciennes. En 1992, lors d’une vaste campagne de fouilles suivie de restaurations organisée par la Surintendance de Pompéi dans le but de dégager entièrement les îlots bordant le côté occidental de la via di Nocera, on mit au jour, dans la maison no 2 de l’insula 14 donnant sur cette rue, une très grande quantité de fagots de graminées, aussi bien dans l’atrium que dans le jardin et qu’à l’intérieur même de la maison. Les chaumes, de divers diamètres, étaient généralement alignés debout appuyés contre les murs ; on découvrit également sur l’aire de travail bétonnée située entre l’habitation et le jardin une série de nattes achevées et empilées, dont il ne reste malheureusement aucune trace aujourd’hui. L’étude de cette maison, dont les premiers résultats sont restés en grande partie inédits, a été reprise à partir de 2002 dans le cadre du programme sur l’artisanat à Pompéi engagé par le Centre Jean-Bérard5.

20Située dans un quartier occupé par une classe moyenne de boutiquiers et d’aubergistes, l’insula remonte à l’époque samnite (Proto, 2006, p. 15-19). La maison I 14, 2 est elle-même d’origine ancienne d’après son plan, mais seules les deux dernières phases d’ocupation ont été étudiées. Restaurée, dans un premier temps, à la suite du tremblement de terre de 63 (Wallace-Hadrill, 2003), la maison comportant un étage était occupée par une famille de niveau social moyen : des restes de peintures murales du quatrième style de qualité, datables d’après le séisme et reposant sur un sol mosaïqué plus ancien, en témoignent dans le salon. Ayant subi à nouveau des dommages à l’occasion d’une des secousses sismiques qui eurent lieu entre 63 et 79, la maison fut cédée à un artisan qui y installa les aménagements nécessaires à son activité, notamment un bassin de trempage bâti devant l’accès au jardin depuis le salon. En outre, plusieurs espaces de la demeure furent dévolus au stockage de la matière première, sans qu’il soit tenu compte de leur fonction d’origine : on a ainsi mis au jour des graminées dans l’atrium, dans le salon, dans une des chambres et dans la cuisine. Dans cette dernière pièce où reposait une grande quantité de chaumes, la fouille d’un fagot resté en place a été réalisée en 2004 ; elle a révélé que des graminées de deux sortes au moins reposaient sur des planches de bois qui servaient à les préserver de l’humidité du sol en terre battue (fig. 3). Faute d’échantillon botanique de taille conséquente pour permettre une analyse, il n’a pas été possible de déterminer les espèces précises de ces graminées. Avec elles se trouvaient également appuyées contre le mur et sur le sol des branches de sapin, de saule et de hêtre (Cullin-Mingaud, Figueiral, 2005).

21Cette découverte pompéienne a permis surtout, et pour la première fois en milieu urbain, d’associer quelques structures à un tel artisanat : dans un espace couvert enduit de béton hydraulique aménagé devant le salon de la maison, on peut voir encore une longue vasque peu profonde (de 0,20 à 0,28 m) bien conservée, occupant toute la longueur du portique (longueur intérieure : 4,54 m ; largeur int. : 0,925 m max.), utilisée pour faire tremper le matériau végétal ; elle servait de collecteur pour les eaux pluviales tombées de la toiture située à l’aplomb et approvisionnait en même temps la citerne voisine, tandis que le trop-plein se déversait dans la rue grâce à une canalisation souterraine (fig. 4). On sait par les agronomes latins (Columelle, RR 1, 6, par exemple) aussi bien que par les artisans contemporains qu’un point d’eau est toujours nécessaire au vannier pour immerger le matériau préalablement au tressage, et ceci quelle que soit la nature de ce matériau : une tige ou une feuille dont on extrait les fibres, un rameau de bois flexible.

Fig. 3. Pompéi, I 14, 2, pièce J. Détail d’un des fagots de graminées reposant sur des planches de bois (photographie Christine Durand, CNRS-Centre Camille-Jullian, Aix-en-Provence).

22On complétera ces découvertes par celle d’un outil métallique très semblable à un poinçon, dont l’usage était d’écarter les faisceaux de fibres lors de l’entrelacement. Ces éléments convergents constituent, en définitive, l’ensemble de données le plus complet concernant le travail de la vannerie. Cet ensemble est également unique. Il démontre combien cette activité manuelle requérait peu d’installations ou d’outillage spécifiques (Cullin-Mingaud, 2004 ; Borgard et alii, 2005, p. 310-314). Dans la région vésuvienne, plusieurs vestiges archéologiques mobiliers encore inédits viennent témoigner de la large diffusion d’une telle production : une grande quantité de nattes sur lesquelles séchaient des grenades a été découverte dans la villa B d’Oplontis et quelques menus fragments à Pompéi même.

La Gaule

  • 6 Pline, NH 16, 177, traduction J. André, CUF, Paris, 1962 ; Columelle, RR 4, 30.

23La Gaule n’a, pour sa part, livré que deux documents. Elle était pourtant réputée pour son osier, comme l’attestent Pline : « Chez nous aussi, beaucoup de gens ont des noms pour autant d’espèces : l’osier viminal ou purpurin, l’osier vitellin, nommé d’après sa couleur, plus mince, et un troisième, l’osier gaulois, le plus fin », et Columelle, qui cite le saule gaulois parmi les trois espèces principales de saule : « Le (saule) gaulois est de couleur pourpre passé avec des baguettes très minces6. »

Fig. 4. Pompéi I 14, 2. Espace bétonné L : vue de la cuve de trempage des végétaux et de la citerne qui la jouxte (photographie Christine Durand, CNRS-Centre Camille-Jullian, Aix-en-Provence).

24La première inscription provient de Narbonne : Viuont / A (ulus) Turranius / Niger uiminarius / Turrania Monta/na uxor / in a (gro) p(edes) X. « Vivent Aulus Turranius Niger et Turrania Montana son épouse. Longueur [de la concession] 10 pieds. » (CIL XII, 4522 ; Bonsangue, 2002, p. 212 et 229). Elle est datable entre la fin du ier siècle avant et la fin du ier siècle après J.-C., et mentionne un certain Aulus Turranius Niger, vannier lui aussi. Toutefois, le terme employé pour désigner sa profession est celui de uiminarius, un hapax que le Corpus glossariorum Latinorum donne pour synonyme de uitor en utilisant pour le traduire le même terme grec d’oisioplókos – ou usioplókos – (III, 308, 62 et II, 468, 50). Le nom de métier tire son origine de uimen, désignant toute baguette flexible et, de là, l’osier (Mingaud, 1992, p. 42).

25L’épitaphe nous apprend peu de choses sur le personnage, peut-être un affranchi ou un descendant d’affranchis. Il est commémoré avec son épouse, Turrania Montana : soit ils sont co-affranchis d’un Turranius, soit Niger a lui-même affranchi une de ses esclaves pour l’épouser. Les dimensions de son tombeau – dix pieds – sont modestes, inférieures à la taille moyenne – quinze pieds – des tombeaux des artisans de Narbonne étudiés par Maria Luisa Bonsangue (dans ce volume). Au vu de la taille du tombeau, il semble qu’il faille exclure l’hypothèse d’un propriétaire terrien : si Niger l’avait été, il l’aurait probablement affiché sur sa stèle, comme le font en général les personnages commémorés à Narbonne (information orale de M. L. Bonsangue). La prospérité de cet artisan, disposant de moyens suffisants pour faire graver une stèle à son nom, est par conséquent toute relative. Elle est peut-être à mettre en relation avec le fait qu’il vivait dans une région vinicole ; les agronomes, en effet, insistent tous sur la nécessité d’associer vigne et oseraie, de manière à obtenir des liens et des paniers, mais aussi pour clisser les amphores.

26Un second document gallo-romain paraît également présenter un personnage ayant un rapport avec la vannerie. Il s’agit de la stèle de Mansuetus (Espérandieu, 1910, p. 461-462, no 2743), mise au jour à Saint-Ambroix, dans le Cher, actuellement conservée au musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye (fig. 5). Comme sur d’autres représentations de ce type bien connues en Gaule, le défunt est debout de face sur la façade principale du monument et tient deux objets emblématiques de sa fonction, alors que sa profession elle-même n’est pas mentionnée dans la brève épitaphe, D(is) M(anibus). M(emoriae) Mansueti. En outre, d’autres outils sont représentés à ses pieds. Étant donné que le personnage n’est pas en action, ce sont les outils qui ont amené à attribuer le monument à un vannier ; mais la difficulté à identifier les outils a fait penser aussi à un charpentier. Plusieurs éléments iconographiques, cependant, permettent sans doute de voir dans ce personnage un vannier. L’homme tient un petit marteau dans sa main droite et un petit panier cylindrique, sans anse, dont le tressage clayonné est figuré de façon simple dans la gauche ; à sa droite, à ses pieds, on distingue quatre outils dont trois sont difficiles à identifier : une hache, peut-être un fer à clore ( ?), une tarière ( ?) et un poinçon ( ?) ; toujours à sa droite, au niveau de son épaule, apparaissent deux outils supplémentaires, peut-être un racloir (ou une longue tarière) et une petite tarière (ou un poinçon). Le fait que le personnage tienne une vannerie et la présence de six outils pouvant être rapprochés, par leur apparence, de l’outillage traditionnel du vannier même s’ils ne sont pas tous formellement reconnaissables, concourent à faire de ce document un témoignage supplémentaire sur un vannier, ou bien, comme l’a suggéré Jean-Claude Béal, sur un possesseur d’outils, propriétaire d’un atelier de vannerie et peut-être d’oseraies. Mansuetus était vraisemblablement de condition libre, comme un bon nombre d’artisans gaulois, et son origine indigène est soulignée par le port d’un nom unique (Béal, 2000, p. 157-164).

L’Espagne

27Si l’on considère maintenant l’Espagne, elle n’a livré qu’un seul document épigraphique qui puisse être mis en rapport avec la vannerie. Il s’agit de la stèle d’un affranchi, Gaius Auidius, qui se dit spartarius. La stèle fut découverte à Cadix et est aujourd’hui perdue : G(aius) A[u]id[i]us / Spartarius / h(ic) s(itus) e(st). S(it) t(ibi) t(erra) l(euis). « Ci-gît Gaius Auidius, marchand d’alfa. Que la terre te soit légère. » (CIL II, 1774 = ILER, 5749). Là encore, le nom de métier est un hapax, de sorte que plusieurs auteurs l’ont interprété comme le cognomen du personnage – qui serait d’ailleurs un unicum lui aussi (Mingaud, 1992, p. 40-41 et n. 11). Il n’est au demeurant pas exclu qu’Auidius ait pris comme surnom le nom de sa profession, ou bien que celui-ci lui soit venu de son statut de propriétaire de champs d’alfa. Cependant, le Corpus glossariorum Latinorum atteste ce terme comme nom de métier, celui, bien spécialisé, de marchand de cordes ou de nattes (II, 450, 19 : spartarius, schoinopolès ; II, 593, 35 : spartarius, funes uendens), et que l’on pourrait peut-être élargir à une fonction plus générique telle que commerçant et/ou fabricant de sparterie (Rodríguez Neila, 1999, p. 86). Car, à l’instar de uiminarius, le terme a son origine dans le nom d’un végétal devenu également celui du produit dérivé : spartum désigne en latin l’alfa (Stipa tenacissima L.) mais aussi plusieurs autres espèces et, par synecdoque, tout objet de sparterie (Mingaud, 1993).

Fig. 5. Saint-Ambroix (Cher). Stèle de Mansuetus (d’après Espérandieu, 1910, no 2743).

  • 7 Traduction J. André, CUF, Paris, 1964.
  • 8 Traduction F. Lasserre, CUF, Paris, 1966.

28Ce qui est intéressant à propos de cette inscription, comme pour celle d’Amérie, est qu’elle provient d’une zone géographique où le végétal qui est à l’origine du nom de métier était fort répandu. Le sud de l’Espagne, en effet, constituait dans l’Antiquité le grand centre de production d’alfa dont la culture était localisée autour de Carthagène, d’ailleurs nommée Carthago Spartaria dans certains textes et connue pour sa production de sparterie. Caton (Agr. 11, 2) et surtout Pline l’Ancien énumèrent les usages multiples de cette graminée : « C’est aussi une herbe qui croît spontanément et ne peut être semée, un jonc des sols arides à proprement parler, malheur réservé à une seule terre, car c’est un fléau pour le sol et rien d’autre ne peut y être semé ou venir spontané. Celui d’Afrique est petit et sans usage. Le sparte croît dans une partie de la province de Carthagène, et encore pas dans toute cette région ; mais là où il pousse, même les montagnes en sont couvertes. Les paysans de ces montagnes en tirent leurs lits, leur feu, leur éclairage, leurs chaussures, et les bergers leurs habits […]. » (HN 19, 26-277). Strabon parle de l’étendue de la plaine couverte d’alfa autour de Carthagène, le Campus Spartarius : « La route tantôt longe la mer, tantôt s’en éloigne, surtout dans la partie occidentale de son parcours [...]. De Tarragone, elle conduit au passage de l’Èbre à Dertossa et de là, par Sagonte et la ville de Sétabis, en s’écartant un peu de la mer, gagne la plaine qu’on nomme Campus Spartarius, autrement dit plaine des joncs spartaires. C’est une grande plaine dépourvue d’eau, qui produit le sparte dont on fait les cordages et qu’on exporte partout, en particulier vers l’Italie » (Géographie 3, 4, 98).

29Outre la fabrication de nattes et de récipients, l’alfa était très employé dans la confection de cordes et câbles de marine réputés imputrescibles. C’est sans doute pourquoi le Corpus donne pour définition de spartarius celle de marchand de cordes. Toutefois, toutes sortes d’objets de sparterie susceptibles de relever de l’activité du spartarius ont été abondamment mis au jour dans la péninsule Ibérique. En particulier dans les mines du Portugal et de la région de Carthagène, les fouilles ont livré des bonnets de mineurs, des sandales, des paniers servant à remonter le minerai et à transporter de l’eau une fois poissés, ainsi que des gourdes, objets confectionnés majoritairement en alfa mais aussi, pour quelques-uns, en palmier (Alfaro Giner, 1984, p. 153-183 avec pl.).

L’Afrique du Nord

30Pour terminer avec le corpus des noms de métier attestés en milieu urbain, je signalerai une occurrence textuelle tardive provenant d’Afrique, qui désigne un fabricant de nattes actif à Carthage par le terme budinarius. Ce dernier, rare, tire lui aussi son origine du nom d’un végétal, buda – une espèce de jonc mal déterminée –, qui désigne également, par extension, la natte. Cet artisan nommé Soliassus est cité par saint Cyprien (Epist. 42) : Item abstinuimus Sophronium et ipsum de extorribus Soliassum budinarium, « de même, nous avons excommunié Sophronius et même, parmi les bannis, Soliassus, le fabricant de nattes ». L’aire géographique d’emploi du terme semble se limiter à l’Afrique, de même que le nom buda, attesté chez de rares auteurs tardifs (saint Augustin, Epist. 88, 6 et 105, 3 ; Tib. Claudius Donatus, ad Aen. 2, 135 ; Anthime, 95, 2), serait d’origine africaine (André, 1985, p. 40, s.v. buda).

Conclusion

31La diversité des noms de métiers recensés dans ce documentaire amène à évoquer la question de la spécialisation. D’une part, la question de distinguer l’artisan et le commerçant dans ces noms de métiers, et une éventuelle différence de condition induite par les suffixes -tor et -arius se placent dans une problématique commune aux chercheurs travaillant sur l’artisanat antique (Petrikovits, 1981). Bien qu’il soit délicat de déduire quoi que ce soit au sujet de termes qui sont pour leur majorité des hapax, la solution de faire des personnages à la fois des artisans et des commerçants paraît envisageable dans le cadre d’une telle production. Des échanges interprovinciaux de ces produits de base, qui pouvaient fort bien être réalisés localement grâce aux végétaux indigènes, semblent difficiles à imaginer, de même qu’un fructueux commerce de vanneries ou de matière première susceptible d’enrichir un négociant. Cependant, les textes rapportent que, dans le cas spécifique de l’alfa dont l’aire de croissance et de production était circonscrite géographiquement au sud de l’Espagne (voir ci-dessus), le matériau lui-même, voire certains objets réalisés dans ce matériau étaient exportés jusqu’en Italie au moins. Caton, nous l’avons vu, parle de sparteries que l’on se procure à Capoue, spartum omne Capuae ; s’agirait-il pour partie de celles qui provenaient d’Espagne ? Il convient aussi de rapprocher de cette assertion le chapitre 33 (18 à 26) de l’Édit du Maximum de Dioclétien (Giacchero, 1974) qui mentionne le prix de quelques plantes utilisées en vannerie, notamment de l’alpha : en petite botte ou en bouquet, il devait être vendu à deux deniers la livre au maximum (33, 26). Ces informations ténues relatives à la vente de la matière première semblent indiquer qu’il existait bel et bien – mais dans quelles proportions et à quelle échelle géographique ? – un commerce de certains matériaux de base destinés aux artisans.

32D’autre part, une spécialisation dans la production semble se profiler, si l’on considère l’origine étymologique des noms de métier. À l’exception de uitor, tiré du verbe d’action, chacun tire son origine soit du nom d’un végétal (uiminarius, spartarius, budinarius) soit d’un type d’objet produit (tegettarius). Peut-on concevoir alors que les artisans d’une aire géographique donnée se livraient au travail d’un seul végétal indigène dont ils tiraient toutes sortes d’objets ? Si tel était le cas, on pourrait être en présence d’un vocabulaire local recouvrant le sens générique de vannier dans le cas du uiminarius, du spartarius ou du budinarius, c’est-à-dire dans celui où le nom de métier a pour étymon le nom d’un végétal répandu localement. À l’inverse, lorsque le nom de métier est issu de celui d’un objet, doit-on l’interpréter dans un sens restreint et considérer que l’artisan se cantonnait à la confection d’un seul type d’ustensile ? Cela est tout à fait possible, dans la mesure où, à l’époque médiévale, un tel niveau de spécialisation existait : on recense, par exemple, du xiiie au xve siècle, les termes de « vanetier », « vaneux », « corbelinier », « panelier », « fesceur de panier », « corbillonier », « nattier », qui parlent d’eux-mêmes sur la nature du produit confectionné (Anquetil, 1979, p. 85). L’atelier pompéien du tegettarius que j’ai mentionné vient donner toute vraisemblance à cette hypothèse, puisque les seuls objets finis qui y ont été mis au jour sont des nattes, à moins que l’on doive ce fait au hasard des découvertes.

33Ces quelques éléments sur la vannerie exercée en milieu urbain illustrent combien la documentation épigraphique et littéraire concernant les métiers est rare, lacunaire et dispersée à la fois dans l’espace et dans le temps, et combien peu d’inscriptions reflètent la réalité matérielle, la place économique et le dynamisme de cette production, dynamisme dont témoignent à l’envi la littérature, mais surtout les représentations figurées (Blanc, Gury, 1990a et b). Cet artisanat était très diffus, mais il est paradoxalement peu représenté par les inscriptions, dont le faible nombre permet d’entrevoir seulement une infime partie de cette classe laborieuse. Or, la brièveté du corpus épigraphique témoigne en soi de deux réalités, celle d’une majorité d’artisans œuvrant dans des ateliers urbains ou dans une modeste échoppe, de statut libre ou servile, occultés par les sources car les revenus qu’ils pouvaient tirer de leur activité étaient bien modestes, mais aussi celle d’une activité servile domestique massive, d’hommes, de femmes ou d’enfants produisant les ustensiles indispensables au quotidien, aussi bien en ville que dans les campagnes (on sait par les agronomes que la vannerie était une activité domestique rurale saisonnière et occasionnelle dont le surplus pouvait être commercialisé dans les cités). Si bien qu’en définitive, les documents individuels analysés ne présentent que des cas exceptionnels de réussite en milieu urbain de la part d’hommes libres ou d’affranchis, réussite dont l’origine pourrait être cherchée au-delà de la simple activité artisanale indépendante : dans la propriété foncière d’oseraies ou de champs de sparte, ou encore dans le lien étroit que la production de vannerie pouvait entretenir avec des productions plus lucratives telles la viticulture ou l’oléiculture.

34À travers la vaste étendue que constituait la partie occidentale de l’Empire, les diverses découvertes archéologiques de vanneries sont bien la preuve de l’existence de lieux de production locaux nombreux, alors que l’épigraphie donne à voir seulement quelques rares centres de production urbains dispersés. L’Italie est la mieux renseignée, au-delà de l’exemple exceptionnel de Pompéi qui sera peut-être à même de constituer un modèle de référence pour l’analyse d’ateliers de ce type. Cette découverte archéologique vient opportunément rappeler que seule la mise en œuvre de sources connexes peut permettre une approche des modes de production et de diffusion rendue difficile par la rareté de la documentation.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

AE : L’Année épigraphique, Paris.

Alfaro Giner C., 1984, Tejido y cestería en la Península Ibérica : historia de su técnica e industrias desde la Prehistoria hasta la romanización, Madrid, Instituto español de Prehistoria, 348 p., LXXVII pl. (Bibliotheca prehistórica hispana, 21).

André J., 1985, Les noms de plantes dans la Rome antique, Paris, Les Belles-Lettres, 332 p.

Anquetil J., 1979, La vannerie, Paris, Dessain et Tolra/Chêne, 223 p., ill. (Encyclopédie contemporaine des métiers d’art).

Béal J.-Cl., 2000, « La dignité des artisans : les images d’artisans sur les monuments funéraires de Gaule romaine », Dialogues d’Histoire Ancienne, 26, 2, p. 149-182.

Blanc N., Gury F., 1990a, « Étude typologique des corbeilles de vendange sur les sculptures de Gaule romaine », in : Archéologie de la vigne et du vin en Gaule et dans les régions voisines, Actes du colloque de l’E.N.S., 28-29 mai 1988, Paris, de Boccard, p. 31-56 (Caesarodunum, 24).

Blanc N., Gury F., 1990b, « La vannerie, artisanat traditionnel sur les mosaïques d’Afrique du Nord », in : Mastino A. éd., L’Africa Romana, Atti del VII convegno di studio, Sassari, 15-17 dic. 1989, Sassari, ed. Gallizzi, p. 199-212 (Publ. del dipartimento di Storia dell’Universita di Sassari, 16).

Bonsangue M. L., 2002, « Aspects économiques et sociaux du monde du travail à Narbonne, d’après la documentation épigraphique (ier siècle av. J.-C.-ier siècle ap. J.-C.) », Cahiers du Centre Gustave-Glotz, 13, p. 201-232.

Borgard P., Brun J.-P., Leguilloux M., Monteix N., Cullin-Mingaud M., Libre M., 2005, « Recherches sur les productions artisanales à Pompéi et à Herculanum », in : Guzzo P. G., Guidobaldi M. P. éd., Nuove ricerche archeologiche a Pompei ed Ercolano, Atti del convegno internazionale, Roma, 28-30 nov. 2002, Naples, Electa Napoli, p. 295-317 (Studi della Soprintendenza archeologica di Pompei, 10).

Chiavia C., 2002, Programmata : manifesti elettorali nella colonia romana di Pompei, Turin, S. Zamorani ed., 414 p.,

CIL : Corpus inscriptionum Latinarum, Berlin.

Cullin-Mingaud M., 2004, « Pompéi : l’atelier de vannerie I 14, 2 (compte rendu d’activité) », Mélanges de l’École française de Rome, Antiquité, 116-1, p. 623-624.

Cullin-Mingaud M., 2010, La vannerie dans l’Antiquité romaine : les ateliers de vanniers et les vanneries de Pompéi, Herculanum et Oplontis, Naples, Centre Jean Bérard (coll. Archéologie de l’artisanat antique).

Cullin-Mingaud M., Figueiral I., 2005, « Pompéi : l’artisanat de la vannerie (compte rendu d’activité) », Mélanges de l’École française de Rome, Antiquité, 117-1, p. 327-329.

Degrassi A., 1978, « Epigraphica IV », in : Coarelli F. dir., Studi su Praeneste, Pérouse, Editrice Umbra Cooperative, p. 147-177 (Reprints di archeologia e storia antica, 1).

Della Corte M., 1965, Case ed abitanti di Pompei, 3e éd., Naples, F. Fiorentino, 515 p.

Egloff M., 1985, « Le panier du cueilleur : étapes de la vannerie préhistorique en Europe », in : Fellmann R., Germann G., Zimmermann K. éd., Jagen und Sammeln, Festschrift für Hans-Georg Bandi zum 65. Geburtstag (3. September 1985), Berne, Stämpfli, p. 81-87 (Jahrbuch des Bernischen Historischen Museums, 63/64).

Espérandieu É., 1910, Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule Romaine. T. 3. Lyonnaise, 1re partie, Paris, Imp. Nationale, 476 p.

Fasolo F., Gullini G., 1953, Il santuario della Fortuna Primigenia a Palestrina, 2 vol., Rome, Istituto di archeologia-Università di Roma, 504 p., 29 pl.

Flinck E., 1926, « De fastis municipalibus Ostiensibus », Eranos, 24, p. 86-88.

Fraccaro P., 1940, « Iscrizione vicentina di un vitor » et « Mantissa a vitor », Athenaeum, 18, p. 54-61 et 183-184.

Giacchero M. éd., 1974, Edictum Diocletiani et Collegarum de pretiis rerum venalium in integrum fere restitutum e latinis graecisque fragmentis, Gênes, Istituto di Storia antica e Scienze ausiliarie, vol. 1. Edictum, 313 p. ; vol. 2. Imagines, 177 p.

Mingaud M., 1992, « Artisans et centre de production de vannerie dans l’Occident romain », Mélanges de la Casa de Velázquez, 28, 1, p. 37-64.

Mingaud M., 1993, « Spartum », in : Amouretti M.-C., Comet G. éd., Des hommes et des plantes : plantes méditerranéennes, vocabulaire et usages anciens, Actes de la table ronde d’Aix-en-Provence, mai 1992, Aix-en-Provence, Publ. de l’Université de Provence, p. 45-69 (Cahiers d’histoire des techniques, 2).

Monacchi D., 1996, « Un vitor e l’artigianato della cestineria ad Ameria », Mélanges de l’École française de Rome, Antiquité, 108, 2, p. 943-977.

Monacchi D., 2000, « Le urne a cassa di Amelia : nuove acquisizioni », Archeologia classica, 51, n. s. 1, 1999-2000, p. 105-156.

Morel J.-P., 1987, « La topographie de l’artisanat et du commerce dans la Rome antique », in : L’Urbs : espace urbain et histoire (ier siècle av. J.-C.-iiie siècle ap. J.-C.), Actes du colloque international, Rome, 8-12 mai 1985, Rome, École française de Rome, p. 127-155 (Collection de l’École française de Rome, 98).

Petrikovits H. von, 1981, « Die Spezialisierung des römischen Handwerks », in : Das Handwerk in vor-und frühgeschichtlicher Zeit : Bericht über die Kolloquien des Kommission für die Altertumskunde Mittel-und Nordeuropas in den Jahren 1977 bis 1980. Teil 1 : Historische und rechtshistorische Beiträge und Untersuchungen zur Frühgeschichte der Gilde, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, p. 63-132.

Proto F., 2006, « Tabernae, officinae ed altri impianti a carattere commerciale della Regio I di Pompei : un campione d’indagine socio-economica », Rivista di studi pompeiani, 17, p. 15-28.

Rodríguez Neila J. F., 1999, « El trabajo en las ciudades de la Hispania romana », in : Rodríguez Neila J. F., González Román C., Mangas J., Orejas A., El trabajo en la Hispania romana, Madrid, Sílex, p. 9-118.

Stordeur D., 1989, « Vannerie et tissage au Proche-Orient néolithique : IXe-Ve millénaire », in : Tissage, corderie, vannerie : approches archéologiques, ethnologiques, technologiques, Actes des IXe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, 20-22 oct. 1988, Juan-les-Pins, éd. A.P.D.C.A., p. 19-39 (Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, 9).

Wallace-Hadrill A., 2003, « Seneca and the Pompeian earthquake », in : De Vivo A., Lo Cascio E. éd., Seneca uomo politico e l’età di Claudio e di Nerone, Atti del Convegno internazionale, Capri, 25-27 marzo 1999, Bari, Edipuglia, p. 177-191 (Scinia, 17).

Waltzing J.-P., 1895, Étude historique sur les corporations professionnelles chez les Romains depuis les origines jusqu’à la chute de l’Empire d’Occident, vol. I, Le droit d’association à Rome – Les collèges professionnels considérés comme associations privées, Bruxelles, F. Hayez (Mémoires couronnés et autres mémoires publiés par l’Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique, 50).

Zimmer G., 1982, Römische Berufsdarstellungen, Berlin, Mann, 254 p. (Archäologische Forschungen, 12).

Notes

1 « Le saule d’Amérie est plus blanc, mais un peu plus cassant ; aussi l’emploie-t-on sans le refendre pour les liens », traduction J. André, CUF, Paris, 1962.

2 Les occurrences textuelles du terme sont rares : Plaute, Rud. 990 ; Aulu-Gelle, NA 12, 3, 4 ; Arnobe, Adu. Nat. 2, 38 ; Donat, Ad Ter. Eun. 4, 4, 21.

3 Je remercie monsieur Guy Barbier, vannier à Pont-Chrétien (Indre), pour ses indications concernant l’usage des outils.

4 Tacite, Ann. 6, 45, traduction P. Wuilleumier, CUF, Paris, 1975.

5 Sous la direction de Jean-Pierre Brun (USR 3133-CNRS, École française de Rome). Le programme concernant l’atelier de nattes est achevé. La publication des résultats par l’auteur dans la collection du Centre Jean-Bérard est prévue pour 2010, dans le cadre plus large d’une étude sur la vannerie dans les cités vésuviennes, Cullin-Mingaud, 2010.

6 Pline, NH 16, 177, traduction J. André, CUF, Paris, 1962 ; Columelle, RR 4, 30.

7 Traduction J. André, CUF, Paris, 1964.

8 Traduction F. Lasserre, CUF, Paris, 1966.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Amérie. Outils représentés sur le couvercle de l’urne d’un vannier : batte (ou fer à clore) surmontée d’un couteau ou d’un épluchoir (dessin de l’auteur).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10902/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 2. Vicence. Outils représentés sur la stèle du vannier C. Valerius Clemens (de haut en bas et de gauche à droite) : poinçon, tarière (ou vrille), batte (ou fer à clore), serpette (dessin de l’auteur).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10902/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 3. Pompéi, I 14, 2, pièce J. Détail d’un des fagots de graminées reposant sur des planches de bois (photographie Christine Durand, CNRS-Centre Camille-Jullian, Aix-en-Provence).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10902/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 4. Pompéi I 14, 2. Espace bétonné L : vue de la cuve de trempage des végétaux et de la citerne qui la jouxte (photographie Christine Durand, CNRS-Centre Camille-Jullian, Aix-en-Provence).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10902/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 5. Saint-Ambroix (Cher). Stèle de Mansuetus (d’après Espérandieu, 1910, no 2743).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10902/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k

© ARTEHIS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search