Version classiqueVersion mobile

Aspects de l’artisanat en milieu urbain : Gaule et Occident romain

 | 
Pascale Chardron-Picault

Le travail des matières organiques

Le fer et la peau : le cuir et ses outils en milieu urbain romain

Marquita Volken

Résumé

À l’époque romaine, la production du cuir et des objets en cuir était réalisée par des artisans spécialisés. Les traces de cet artisanat dans les centres urbains sont difficiles à repérer sans une connaissance complète des méthodes de production, des chaînes opératoires et des outils spécifiques. Les indices les plus importants, lors des fouilles, sont les cuirs et les objets en cuir. Parfois quelques outils en fer, comparés à ceux des sources iconographiques, peuvent aider à reconstituer l’ensemble d’une tannerie ou d’un atelier de cordonnerie. Des recherches en archéologie expérimentale, combinées à une observation minutieuse des trouvailles en cuir, contribuent aussi à une identification correcte des outils servant à fabriquer et travailler le cuir.

Texte intégral

1Le mot « cuir » évoque une matière noble et naturelle, servant à fabriquer des objets robustes, comme les selles et les harnais, ou des objets fins et délicats, comme les gants et le parchemin. Comment une seule matière peut-elle remplir toutes ces fonctions ? Cette contradiction apparente provient de l’utilisation d’un seul mot pour définir plusieurs produits fabriqués à partir de peaux animales. Par « cuir », on entend la transformation d’une peau brute par un procédé physico-chimique (le tannage) en une matière imputrescible (le cuir), plus ou moins souple et résistante à l’eau. Les types de cuir sont définis selon la méthode de tannage et la substance tannante utilisée. En plus du cuir, on trouve les produits de peau, qui n’ont pas subi une vraie transformation chimique mais qui sont en partie préservés. Chaque substance tannante demande des techniques de tannage spécifiques, certaines techniques pouvant être combinées entre elles.

2La méconnaissance des cuirs anciens et de leurs méthodes de fabrication donne lieu à des problèmes d’interprétation lors de découvertes archéologiques. La reconstitution théorique des étapes de tannage fournit des indices utiles pour identifier des structures. Par contre, pour l’interprétation des objets en cuir et des outils en fer, les reconstitutions théoriques ne sont d’aucune utilité.

3Pour ces objets fonctionnels, on réalise des reconstitutions permettant de mieux comprendre les traces relevées sur les outils et leur fonctionnement supposé. Cette approche pragmatique implique des capacités techniques, en plus des compétences scientifiques et archéologiques habituelles du chercheur. Cet article est divisé en deux parties : la première décrit le tannage, les outils en fer et les structures nécessaires ; la deuxième présente un exemple pratique des recherches pragmatiques sur la cordonnerie romaine.

I. Fabrication du cuir et outillage du tanneur

4Pour comprendre les différences entre les cuirs, il est nécessaire de détailler les étapes de transformation depuis la dépouille animale jusqu’au produit final. On saisit mieux les vestiges et les artefacts archéologiques en étudiant les étapes de production. Pour chaque technique et agent tannant, le procédé a toujours été empirique et compliqué. Il n’existe pas une méthode unique, mais une multitude de traditions utilisées jusqu’au siècle passé.

5La peau brute subit une préparation avant le tannage, appelée « travail de rivière ». Les peaux fraîches sont lavées et les parties non désirées, comme les pieds et la tête, sont coupées. Si les peaux sont sèches, elles sont « reverdies », c’est-à-dire réhydratées. Il existe trois phases dans le travail de rivière. Pendant la première phase, on gonfle la peau pour relâcher les poils ou les dissoudre. Ceci se fait chimiquement (soude caustique de cendre de bois/chaux) ou biochimiquement (enzyme, crotte de chiens, fiente de volailles). Cette opération est effectuée dans des bassins étanches séparés du reste de la tannerie. Elle dure de quelques jours à deux semaines.

  • 1 Suisse : Doswald et alii, 1994, pl. 62, no 273 A+B. 36 ; Koller, Doswald, 1996, pl. 89, no 1949 ; S (...)

6Une fois les peaux sorties de ce bain, elles sont rincées à l’eau courante, puis elles subissent l’ébourrage et l’écharnage, la deuxième phase du travail de rivière. On ébourre les peaux à l’aide du couteau de tanneur, qui est une longue lame légèrement incurvée, non tranchante, munie de deux poignées en bois. La peau est placée côté fleur sur un chevalet et avec le couteau, dans un mouvement de haut en bas, on ébourre la peau. Il s’agit d’arracher les derniers poils restants avec la racine et d’éliminer la couche supérieure (épiderme) de la peau. La peau est ensuite tournée côté chair pour l’écharnage, effectué avec un couteau droit doté d’une lame tranchante et bien affûtée. On rase ainsi le tissu sous-cutané, les fibres et les muscles qui sont encore attachés à la surface de la peau. Ces deux opérations ont lieu dans un espace aéré, sur un chevalet en bois adapté à ce travail et près de l’eau courante, les peaux étant souvent rincées. Cette phase prend une à deux heures par peau. Comme l’utilisation du couteau de tanneur n’a pas changé depuis son invention, sa forme est toujours restée la même. La partie tranchante de la lame se trouve vers l’intérieur de la courbe. L’outil est facilement repérable, même fragmenté, grâce à son profil triangulaire combiné à une courbe légère sur la longueur. L’exemple le mieux préservé provient de Pompéi, dans le Coriariorum de M. Vesonius Primus (Gaitzsch, 1980, no 132, pl. 25 et 31). En Suisse, au camp militaire de Vindonissa (Brugg, Canton Argovie), deux couteaux de tanneurs ont été trouvés, cassés au milieu (Gansser-Burckhardt, 1942, p. 17, fig. 6, nos 6333, 5660) (fig. 1). Curieusement, d’autres trouvailles en Suisse, à Zurzach et à Baden, et en Allemagne, étaient aussi cassées au milieu1. Ces lames robustes, cassées en deux, ont peut-être subi le même sort que des sacrifices d’armes, notamment d’épées délibérément rendues inutilisables.

Fig. 1. Couteaux de tanneur pour l’ébourrage. De haut en bas les exemples de : Saalburg (Pietsch, 1983), Aquila (Gaitzsch, 1980), Vindonissa (Gansser-Burkhardt, 1942) et Pompéi (Gaitzsch, 1980) (dessin : M. Volken).

7La dernière phase du travail de rivière inclut le déchaulage et le confitage. La peau gonflée par les produits du premier bain contient beaucoup de substances de base ou mucus, qui sont éliminés par le confitage : un bain composé de produits animaux ou végétaux. Ces bains ont lieu dans des bassins étanches séparés du reste de la tannerie. Une fois sorties de ces bains, les peaux sont rincées à l’eau courante. Cette phase dure entre trois jours et une semaine.

8Le produit du travail de rivière s’appelle la « peau en tripe », qui est prête à être tannée ou préservée. À ce stade, elle est putrescible et se gélatinise dans l’eau bouillante. La peau en tripe est la matière première pour tous les cuirs, mais le tannage détermine le résultat final. Chaque type de tannage implique des substances particulières, des procédés différents, des structures de tanneries adaptées et une connaissance pragmatique de l’art du tannage. Les différentes catégories de cuir sont identifiées par rapport aux substances tannantes et aux techniques opérées sur la peau en tripe. Les quatre groupes de substances tannantes sont des tannins végétaux, des sels minéraux, des huiles et des graisses et finalement les aldéhydes. L’action principale du tannage est la fixation des substances tannantes sur les fibres de collagène de manière à les rendre résistantes à l’eau et, en même temps, à conserver un pourcentage d’eau suffisant pour maintenir leur souplesse (Sharphouse, 1971, p. 146). La réaction chimique a lieu grâce aux liaisons de pontage entre les chaînes collagéniques dans certaines zones réactives de la molécule de collagène (Chahine, 2002, p. 19). Au niveau moléculaire, cette réaction est très compliquée. Pour simplifier, les molécules de substances tannantes adhèrent aux fibres de collagène et restreignent la pénétration d’eau dans les fibres, tout en les maintenant dans un état stable.

Le tannage végétal

9La production du cuir de tannage végétal en fosse nécessite une installation permanente coûteuse et une source stable de matières premières. Le milieu urbain permettait de profiter des sous-produits de la boucherie. Les tanneries utilisaient une quantité considérable de peaux et le procédé de tannage durait une à plusieurs années pour les cuirs les plus épais. Le tannage végétal nécessite des structures et des espaces spécifiques pour chaque étape de travail. La tannerie est toujours située près d’une rivière ou d’un système de canalisation adapté aux nettoyages successifs pendant le travail de rivière. Les pleins pour l’épilation chimique et le confitage nécessitent des cuves ou des bassins étanches, si possible protégés par des toits. Les fosses ou les bassins pour le tannage sont reliés entre eux et ils ne sont pas associés aux cuves du travail de rivière pour éviter tout risque de contamination. La plus grande fosse de tannage est à peine plus large qu’une peau à plat (2,5 m sur 2 m).

10Pour le tannage en fosse, on utilise une liqueur ou un jus fabriqué à partir d’une macération d’écorces ou de poudre de tannin. Les écorces d’arbre, comme le chêne, le pin ou le mélèze, sont récoltées au printemps, quand le niveau de tannin est le plus élevé. Pour le chêne, seuls les jeunes arbres de quinze à vingt ans sont récoltés, plus âgés ils n’ont plus assez de tannins. L’écorce est broyée en fines particules. La quantité d’écorce nécessaire est énorme, entre quatre et cinq fois le poids des peaux en tripes ! Une peau bovine en tripe pèse entre quarante et soixante kilos, la quantité d’écorce nécessaire est donc de 160 à 300 kilos.

Fig. 2. Manière de suspendre les peaux avec une baguette en bois et de les manipuler à l’aide d’une perche.

  • 2 Des pinces plates anciennes sont parfois reconnues comme « pinces de tanneur », mais cette identifi (...)

11Les liqueurs sont réparties selon leur âge et leur force. Celle des premiers bains pour le pré-tannage est la moins forte et la plus âgée. La liqueur la plus forte et la plus jeune peut nourrir tout l’alignement de fosses et de bassins. Les fosses sont entièrement creusées dans le sol, les côtés étant renforcés par des planches. Les transvasements de liqueur imposent une disposition rapprochée des bassins et des fosses. Les peaux sont transportées d’une fosse à l’autre à l’aide d’un crochet fixé à l’extrémité d’une perche, chaque peau ayant un trou percé sur un ou deux bords2. Le poids d’une peau pouvant atteindre cinquante kilos, les fosses doivent être très proches les unes des autres. Les outils nécessaires pour le tannage en fosse sont donc de simples perches en bois. Les trous percés dans le cuir sont visibles sur quelques trouvailles romaines en cuir (van Driel-Murray, 1987, fig. 5) (fig. 2). Les trous et les perches sont aussi utilisés pour suspendre les peaux tannées. Les peaux restent dans les fosses entre huit mois et une année et demie.

12Une fois les peaux tannées, il reste le corroyage qui rend au cuir sa souplesse grâce à des moyens chimiques (graisse, suif, huile) et des manipulations mécaniques. L’ébutage, réalisé avec un couteau à lame demi circulaire, sert à parer les fibres lâches et à égaliser l’épaisseur. L’étirage permet d’affiner le grain : les plis et les courbes du cuir humide sont aplanis et lissés sur une grande pierre plate à l’aide d’une étire. Le travail du corroyeur est difficilement identifiable parmi les restes archéologiques. Les outils peuvent être les mêmes que ceux des tanneurs et certains sont éphémères, comme les tampons et les étoupes pour graisser et huiler. Seule l’étire est l’outil particulier qui permet de repérer le corroyage. Comme on connaît mal le travail du tanneur/corroyeur, très peu d’outils ont été identifiés. Quatre étires ont été trouvées dans un site romain du canton d’Argovie (Suisse) (Doswald et alii, 1994, fig. 112, no 4 ; fig. 212, E146, pl. 8, no 60.38, pl. 12 no 72.12). Le manche en bois pouvait servir au premier passage sur la surface du cuir et la lame pour la finition. Les étires modernes ont deux formes : une lourde en fer épais et une autre légère en tôle, une dichotomie retrouvée dans les étires romaines.

  • 3 En Suisse, à noter l’identification, encore inédite, d’une tannerie romaine dans le village de Gams (...)

13L’identification d’une tannerie lors de fouilles archéologiques n’est pas facile. Des fosses de la taille d’une peau, une rivière, une localisation en aval d’une agglomération, des abris pour suspendre quelque chose et d’autres pour protéger des fosses peuvent signaler une ancienne tannerie. La tannerie romaine la plus complète se trouve à Pompéi (Leguilloux, 2002, p. 267-282). En Belgique, au sud-est du vicus de Liberchies, une tannerie était installée depuis la première moitié du iie siècle après J.-C., les bassins et les fosses en bois furent préservés par le terrain marécageux (Brulet et alii, 2001 ; Dewert, 2006, p. 112-115). Certaines cuves ont des parois en clayonnage avec de forts tressages, d’autres en bois ou en moellons. À Lyon, sur la Place des Célestins, des vestiges de constructions (cabanes), d’activités (fosses) et d’aménagements (chemin, fossé) ont été découverts (Arlaud et alii, 2000, p. 108). Les conditions du sol et l’absence de trouvaille ont rendu l’interprétation des fosses difficiles. De plus, elles ne servaient pas pour l’extraction de matériaux, ni de dépotoirs, ni de silos (Arlaud et alii, 2000, p. 110-111). La majorité des fosses a été volontairement remblayée après leur abandon. Le terrain n’était pas très sain (remblais et démolition des périodes précédentes) et les parois ne montraient pas de signes d’enduit ou d’autres aménagements. La zone des fosses est traversée par un petit fossé, une tranchée servant à irriguer ou à drainer le site. L’ancien confluent de la Saône et du Rhône se situait juste à côté du site. Les vestiges des constructions furent interprétés comme des cabanes d’habitation ou comme des structures de protection, encadrant ou recouvrant certaines fosses. Tous les éléments de ce site sont compatibles avec une tannerie. L’absence d’habillage en bois des parois des fosses peut s’expliquer par leur récupération. L’humus, dont de nombreuses fosses furent remplies sans aucune stratigraphie reconnaissable, correspondrait aux écorces usées du tannage végétal. En Suisse, dans une maison du vicus de Vitudurum (Winterthur), l’aménagement dans le sol de trois cuves en bois et les fragments d’outils de tanneur attestent un lieu de travail de rivière, voire une tannerie (Fellman, 1991, p. 32, fig. 13)3. Les cuves, imperméabilisées avec de la poix, présentent des traces de poils et de chaux. Elles mesurent un peu moins d’un mètre de diamètre. Elles servaient probablement aux pleins pour l’épilation chimique.

14Dans d’autres cas, les chutes de cuir tanné sont souvent confondues avec les déchets d’une tannerie. Cette interprétation est erronée, car les parties de la peau éliminées par le tanneur ne sont pas encore tannées et elles ne survivent pas à l’enfouissement.

Le mégissage : le tannage « minéral »

15Les cuirs tannés par l’alun sont des cuirs mégis. Ce procédé est appelé « mégissage », un tannage minéral.

16L’alun produit un cuir blanc peu résistant à l’eau, qui n’est pas considéré comme véritablement tanné. Les sels d’alun se fixent sur le collagène par des liaisons peu stables.

17Le procédé est simple : les peaux en tripes sont trempées dans un récipient étanche qui contient une solution aqueuse d’alun et de sel. Après une journée, les peaux ont absorbé suffisamment d’alun. On peut aussi chauffer la solution afin de réduire le temps de trempage. Ensuite, une pâte est appliquée sur les peaux, la composition pouvant varier, mais toujours à base de farine de blé, de sel, d’alun, de jaune d’oeuf et d’huile. L’absorption de cette pâte s’effectue pendant le séchage qui dure plusieurs semaines. Comme les peaux sont très rigides après cette étape, elles sont assouplies par des méthodes mécaniques, comme le battage ou le foulage.

18Puisque le mégissage n’exige pas de structures adaptées comme pour le tannage végétal, les indications archéologiques sont plus ténues. Le site de Sainte-Anne à Dijon a été identifié comme une mégisserie grâce aux restes fauniques et à la présence d’amphores de Lipari (Borgard et alii, 2002, p. 247). Ces amphores servaient exclusivement à transporter l’alun (Borgard, 1994 ; Cavalier, 1994). Ces cuirs étant fragiles, aucune trouvaille n’a eu lieu pour l’Antiquité romaine, à part en Égypte (Montembault, 2000, p. 202-203).

Le chamoisage : le tannage à base d’huile et de graisse

19Tout cuir tanné à l’aide d’huile, animale ou végétale, est qualifié de peau ou de cuir « chamoisé ». Les graisses animales proviennent de la cervelle, d’huile de poisson ou de mammifère marin. On suppose que les graisses végétales utilisées étaient le sésame et la cameline (van Driel-Murray, 2002, p. 254). Les graisses enveloppent les fibres de collagène et les préservent par un procédé d’auto-oxydation provoqué par échauffement. Le travail de rivière pour les peaux destinées au chamoisage est classique, mais il exige un travail plus intense sur le côté fleur. La membrane hyaline, qui reste sur les cuirs de tannage végétal et les cuirs mégissés, est entièrement éliminée sur les cuirs chamoisés pour qu’on puisse imbiber la peau plus facilement. La membrane hyaline étant très résistante et difficile à enlever, on utilise un grattoir ou un outil affûté. Pour effectuer le tannage, quand la peau en tripe est encore humide, on applique de l’huile et on étire la peau dans toutes les directions afin de faire pénétrer les graisses dans la structure fibreuse du derme. Par cette action mécanique, toutes les fibres sont enveloppées de matière grasse. La peau est chauffée dans une chambre chaude ou avec de la fumée. Le cuir chamoisé présente sur ses deux côtés une surface veloutée, avec un côté fleur fin et un côté chair plus fibreux. La couleur du cuir est jaune quand on utilise des huiles de poisson et plus blanchâtre avec de la graisse végétale ou de la cervelle.

20Le cuir chamoisé ne se conserve pas dans les terrains humides, il est donc absent des sites européens, sauf quelques rares trouvailles congelées en altitude. Comme cette technique est « primitive », le repérage des outils et des infrastructures lors des fouilles archéologiques est presque impossible, sauf dans des circonstances particulières (Beyries, 2002, p. 151, fig. 7B).

Les peaux « préservées »

21La peau en tripe, traitée en surface avec des huiles, des résines ou des sels qui la rendent partiellement imperméable, est une peau « préservée ». Le cuir « cru », une matière très utile pour sa dureté, est de la peau en tripe séchée jusqu’à être racornie. Il doit être recouvert par un vernis ou de la graisse pour être protégé de l’eau. Lors de fouilles archéologiques, le cuir cru et les peaux préservées sont trouvées uniquement en situation sèche et stable, comme en Afrique. En Europe, l’absence d’outres, de sangles, de rênes ou de lanières pour les selles et les harnais romains laisse penser qu’ils étaient en cuir cru ou en peau préservée.

Conclusion

22La production onéreuse du cuir de tannage végétal demandait une installation permanente et une source stable de matières premières. Pour être rentable et efficace, ce type de tannerie avait besoin d’une grande quantité de peaux brutes. Le milieu urbain permettait de profiter des restes de la boucherie, les peaux brutes étant un sous-produit de la chaîne alimentaire. En plus, on pouvait réunir en ville les peaux crues séchées, provenant des petites agglomérations et des villas de campagne. Les artisans qui utilisaient le cuir en quantité importante se trouvaient aussi proches des cités, ils se fournissaient directement auprès des tanneries et trouvaient une large clientèle pour écouler leurs produits.

II. Techniques et outillage de la cordonnerie romaine

23Parmi tous les métiers utilisant le cuir, les cordonniers (sutores) étaient les plus nombreux. Ils sont connus par des textes, des inscriptions et des représentations iconographiques (Reddé, 1978, p. 45). Sur les stèles funéraires, les attributs du cordonnier sont l’enclume-pied et le marteau, utilisés pour clouer les semelles et les formes en bois, pour faire des chaussures avec un semelage ajouté. Les autres métiers qui se servaient du cuir sont connus par quelques mentions épigraphiques et des sources anciennes, mais les représentations font défaut parmi les stèles funéraires, tous n’ayant pas les moyens de se payer une stèle funéraire sculptée. Les savetiers (sutriballus, sutor veteramentarus) ne fabriquaient pas les chaussures, ils effectuaient les réparations. Leur travail est rarement mentionné dans les analyses et les publications sur les chaussures archéologiques romaines. Certains métiers n’existaient que pour l’armée, comme le fabricant de bouclier (Speidel, 1996, p. 168-169, no 35). Les fabricants d’équipement de cheval sont attestés par la mention d’un vicus loriarius à Rome (Leguilloux, 2004, p. 72). Le capistrarius, cité dans une inscription de Narbonne, était peut-être un fabricant de muselières, mais on ne sait pas si ces objets étaient en cuir ou en métal (CIL, 12, 4466). Les petits objets comme les bourses, les sacs, les étuis, et les plus grands comme les tentes, étaient en cuir de tannage végétal ; les outres, les harnachements et les sangles pour les chevaux étaient en peau crue non tannée.

24Les images sur les stèles funéraires de cordonniers donnent des indices sur l’équipement d’une cordonnerie. Sur la stèle de C. Julius Helius à Rome (Zimmer, 1989, no 54), on voit dans la lunule à gauche, une forme vêtue d’une chaussure caliga, et à droite une forme. Les formes en bois étaient indispensables pour assurer la régularité de l’aspect extérieur de la chaussure et permettre l’assemblage cousu des tiges sur les semelles. À ce jour, nous ne connaissons que deux formes romaines en bois (Göpfrich, 1991, fig. 15 ; Petit, 2000, p. 97-98, et une découverte récente d’une paire de formes de Winterthur, non publiée). Les outils nécessaires pour fabriquer les formes sont visibles sur une ciste funéraire, probablement pour un « formier » : une herminette, une lime ou une râpe à bois et une forme en deux parties (Cüppers, 1983, no 148). Il est difficile de savoir si les cordonniers faisaient eux-mêmes leurs formes ou si « formier » était un véritable métier. La stèle de Bourges montre un personnage qui tient une forme dans la main gauche et un objet dans la main droite (Espérandieu, no 8156 ; Heckenbenner et alii, 2004, p. 16, fig. 10), souvent interprété comme un diplôme ou parfois comme un couteau ou un outil indéterminé. Des outils sont visibles sur la stèle de Reims (fig. 3, d’après Espérandieu no 3685 ; Heckenbenner et alii, 2004, p. 17, fig. 11), dans le garde-outil à droite, et sur l’urne de Donatus, en bas à droite. Sur la stèle de Reims, le cordonnier est assis sur un banc qui est muni d’une enclume-pied, qui servait de support pour enfoncer les clous et pour retourner les pointes afin de riveter les semelles ensemble, ce qui donne une forme d’hameçon aux pointes des clous usés. Les petites tables et les armoires font aussi partie du mobilier d’un atelier : une armoire figure dans l’image du cordonnier d’Ostie et dans la peinture murale d’Herculanum, qui montre deux amours cordonniers.

Fig. 3. Dessin de la stèle funéraire de Reims. Le cordonnier est en train de mettre un clou sur la semelle d’une chaussure qui est posée sur l’enclume-pied et maintenue par un tire-pied (dessin M. Volken d’après la stèle Inv. 582.10.1, Musée Saint-Rémi, Reims ; Espérandieu, no 3685 ; Heckenbenner et alii, 2004, p. 17, fig. 11).

25Les trouvailles archéologiques complètent nos connaissances. L’enclume-pied, les alênes, les emporte-pièce et les couteaux étaient en fer. Les grosses aiguilles peuvent servir pour les laçages avec des cordons de cuir, mais les coutures fines exigent une alêne et des fils en fibre végétale munis de soies de sangliers. Les fils et les soies sont trop fragiles pour avoir survécu, mais leur utilisation jusqu’a nos jours et un passage dans une parodie enfantine romaine, le Testamentum Porcelli (où le cochon lègue ses soies au cordonnier) ne laissent pas de doute sur leur usage. Certains outils, comme les roulettes et les estampes, semblables à celles utilisées pour les céramiques, ne sont pas encore identifiés parmi les trouvailles archéologiques, mais leur existence est attestée par des traces sur les cuirs archéologiques romains.

26Le moyen le plus sûr pour identifier un outil est d’utiliser sa reconstitution. Les dessins des outils en fer trouvés lors de fouilles archéologiques permettent de faire fabriquer de nouveaux outils par un forgeron (fig. 4). La façon dont l’outil se tient en main est l’indice le plus important pour identifier sa fonction. Ensuite, on se demande s’il est possible d’effectuer les gestes nécessaires pour accomplir le travail. Il est aussi important de noter les manques : l’outil a-t-il besoin de quelque chose en plus pour bien fonctionner ? Réaliser des chaussures ou d’autres objets en cuir neuf est une partie intégrante de la recherche pragmatique. Cela permet de reproduire les traces du travail, qui peuvent être comparées avec celles visibles sur les cuirs archéologiques.

27L’outil le plus important pour le cordonnier romain est l’emporte-pièce, qui coupe le demi-ovale. Souvent considéré comme une décoration, la petite protubérance en demi-ovale laissé par l’emporte-pièce est en réalité un repère pour le patron de découpe et aussi pour les arrêts de coupe. L’emporte-pièce a la même forme que les petits ciseaux à bois, mais est plus court (fig. 5).

  • 4 Publié comme outil de potier : Champion, 1916, pl. 15, p. 244 ; comme outil de graveur : Gansser-Bu (...)
  • 5 Dangstetten : Fingerlin, 1986, 18 exemples ; Haltern : Harnecker, 1997, 17 exemples ; Magdalensberg (...)

28Un exemple de démarche pragmatique concerne le couteau en forme de lancette (fig. 6). Publié d’abord comme un outil de potier, ce petit couteau a été ensuite identifié comme un outil pour tracer ou graver le cuir4. Les trouvailles, isolées ou en grande quantité dans les campements militaires, datent de la fin du ier siècle avant J.-C. ou du début du ier siècle après J.-C.5 Le couteau en forme de lancette a un manche court, souvent tordu, courbé à son extrémité. Dans la main, la partie courbée se couche bien dans la paume et est bien maintenue par les doigts. Le pouce se place naturellement. L’index suit le milieu du dos de la lame et l’avant-bras donne la force au mouvement. Pour couper le cuir, l’artisan avait besoin d’un support. Un bloc de cire d’abeille mélangé avec de l’huile est le meilleur support. Un cuir très épais peut être percé sans difficulté. L’utilisation de ce couteau pour fabriquer les caligae pourrait résoudre plusieurs énigmes. L’observation minutieuse de ce type de chaussure révèle que les coupures sont très nettes et verticales sur la tranche, particulièrement dans les coins – une entaille impossible à réaliser avec un couteau ordinaire dans un cuir épais de 3 à 4 mm. En plus, le grand nombre et la variété de taille de ces petites ouvertures exclut l’utilisation d’emporte-pièce. Un couteau lancette et un bloc de cire permettent de reproduire parfaitement ces ouvertures. Les nombreuses trouvailles dans des campements militaires romains confirment sa fonction pour fabriquer les caligae. Ce couteau a disparu peu avant le remplacement des caligae par un autre modèle de chaussures militaires, au milieu du ier siècle après J.-C. (fig. 6).

Fig. 4. Reconstitution des outils utilisés dans la cordonnerie romaine. De droite à gauche : deux emporte-pièce demi-ovales, un compas, l’ongle du pouce du cordonnier (pour traçage sur le cuir), deux alênes, fils munis de soies de sanglier, soies de sanglier, marteau pour cloutage, clous, couteau à pied. Reconstitutions en fer par le forgeron J.-M. Corona, Musée du Fer, Vallorbe, Suisse (photo S. Volken).

Fig. 5. L’emporte-pièce est utilisé pour marquer les points de repère et les arrêts de coupe (photo S. Volken).

Fig. 6. Reconstitution d’un couteau lancette perçant le cuir sur un bloc de cire ; derrière reconstitution d’une caliga. Le couteau a été fait par le forgeron J.-M. Corona, Musée du Fer, Vallorbe, Suisse (photo S. Volken).

29Une grande variété d’alênes a été découverte. Les plus simples sont des lames à section ronde ou carrée, avec un manche en bois (Manning, 1985, pl. 16, cat. nos E11 à E27). Une alêne typiquement romaine a un corps bipyramidal ; la pointe, le manche et le bouton sont faits en une seule pièce, mais parfois un bouton en bronze ou en bois était ajouté sur la projection pointue au bout de l’alêne. Souvent, parmi les trouvailles archéologiques, cette projection est manquante, elle a été cassée quand le bouton en bronze a été récupéré, laissant un bout de forme carrée (Pietsch, 1983, pl. 12). L’identification correcte des alênes est liée à leur utilisation, c’est-à-dire la manière dont l’alêne se tient dans la main. Pour coudre, l’alêne est tenue dans la main droite et les fils munis de soies dans l’autre (fig. 7). Certains outils, identifiés comme des alênes, sont trop grands pour être tenus aisément dans la main (Cüppers, 1983, p. 205, fig. 149).

30Pour marquer le patron d’une chaussure sur le cuir, l’ongle du pouce est un outil idéal, mais les compas furent aussi utilisés. Sur les cuirs archéologiques, on trouve des lignes parallèles, probablement faites par un compas. Aucun outil n’est lié aux estampes en forme de rond ou de feuille. Les motifs sont semblables à ceux des récipients en céramique, réalisés avec une roulette.

Conclusion

31La meilleure façon de comprendre comment un objet fonctionne est de l’utiliser, ce qui implique un recours scientifique et rigoureux à l’archéologie expérimentale. Chaque nouvelle trouvaille permet de mieux comprendre les objets et de contrôler l’identification de découvertes précédentes, ce qui augmente notre appréciation des compétences artisanales. Les objets en cuir archéologiques ne sont pas encore tous inventoriés ; à partir de la quantité et de la variété des vestiges, la réflexion sur l’interprétation et la compréhension fonctionnelle doit être poursuivie.

Fig. 7. La couture se fait en tenant presqu’en permanence une soie dans chaque main. L’alêne dans la main est retenue en permanence par deux doigts. Sa forme et ses proportions doivent bien tenir dans la main en position de travail (photo S. Volken).

Conclusion générale

32Le cuir est une source d’informations privilégiée pour les archéologues. Les objets en cuir et les outils sont des documents riches d’enseignement sur l’artisanat et l’économie. Pendant l’Antiquité, l’omniprésence du cuir était un peu comme celle des polymères aujourd’hui : la matière à tout faire. Une meilleure compréhension de la préparation et du tannage, complétée par l’étude de divers objets en cuir et en fer, peut enrichir notre vision du passé. Les divers types de tannage révèlent une grande gamme de produits disponibles à partir de peaux animales. Les différentes étapes du tannage, de la peau en tripe au produit final, ont laissé peu de traces parmi les trouvailles : quelques outils spécialisés ou quelques structures de tanneries difficiles à identifier. Néanmoins, la haute qualité des cuirs archéologiques montre que les Romains maîtrisaient parfaitement l’art du tannage végétal. Nous sommes moins informés sur les autres types de cuir, comme la peausserie chamoisée et mégissée ou les peaux préservées, car ils ne survivent pas dans les sols humides. Les études quantitatives, en particulier pour l’équipement de l’armée, montrent la dimension presque industrielle de la production du cuir dans l’Antiquité. Si les soldats recevaient trois paires de chaussures par an, une légion avait besoin de 18 000 chaussures minimum, ce qui implique le tannage de plus de 1 500 peaux de bovins de première qualité par an. Comme le tannage végétal prend plusieurs années, l’organisation commerciale et la production du cuir étaient importantes, impliquant des infrastructures seulement possibles en milieu urbain.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Arlaud C. dir. et alii, 2000, Lyon, les dessous de la Presqu’île, Bourse - République - Célestins - Terraux : sites Lyon Parc Auto, Lyon, S.R.A., 279 p. (Documents d’archéologie en Rhône-Alpes, 8).

Beyries S., 2002, « Le travail du cuir chez les Tchouktches et Athapaskans : implications ethno-archéologiques », in : Audouin-Rouzeau F., Beyries S. dir., Le travail du cuir de la Préhistoire à nos jours, Actes des XXIIe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, Antibes, éd. APCDA, p. 143-158 (Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, 22).

Borgard, P., 1994, « L’origine liparote des amphores Richborough 527 et la détermination de leur contenu », in : Rivet L. éd., Actes du congrès de la SFECAG, Millau, 12-15 mai 1994, Marseille, p. 197-204.

Borgard P., Forest V., Bioul-Pelletier C., Pelletier L., 2002, « Passer les peaux en blanc : une pratique gallo-romaine ? L’apport du site de Sainte-Andrée à Dijon (Côte-d’Or) », in : Audouin-Rouzeau F., Beyries S. dir., Le travail du cuir de la Préhistoire à nos jours, Actes des XXIIe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, Antibes, éd. APCDA, p. 231-250 (Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, 22).

Brulet R., 1993, Braives gallo-romain. V. La fortification du Bas-Empire, Louvain-la-Neuve, Dép. d’Archéologie et d’Histoire de l’Art, 359 p., 130 fig., 5 pl. h.t. (Publ. d’histoire de l’art et d’archéologie de l’Université catholique de Louvain, 83).

Brulet R., Dewert J.-P., Vilvorder F. dir., 2001, Liberchies. IV, Vicus gallo-romain : travail de rivière : fouilles du Musée de Nivelles, p. 379-409 (Publ. d’histoire de l’art et d’archéologie de l’Université catholique de Louvain, 101).

Cavalier, M., 1994, « Les amphores Richborough 527 : découverte d’un atelier à Portinenti (Lipari, Italie) », in : Rivet L. éd., Actes du congrès de la SFECAG, Millau, 12-15 mai 1994, Marseille, p. 189-96.

Chahine C., 2002, « Évolution des techniques de fabrication du cuir et problèmes de conservation », in : Audouin-Rouzeau F., Beyries S. dir., Le travail du cuir de la Préhistoire à nos jours, Actes des XXIIe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, Antibes, éd. APCDA, p. 13-31 (Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, 22).

Champion P., 1916, « Outils en Fer du Musée de Saint-Germain », Revue Archéologique, 5, série 3, p. 211-246.

Cüppers H. dir., Merten J., Schmitz F. coll., 1983, Die Römer an Mosel und Saar : Zeugnisse der Römerzeit in Lothringen, in Luxemburg, im Raum Trier und im Saarland, Catalogue d’exposition, Mainz, Ph. von Zabern, 360 p., 392 fig. (Schriftenreihe der Regionalkommission Lothringen, Luxemburg, Rheinland-Pfalz, Saarland, 8).

Dewert J.-P., 2006, « La tannerie de Liberchies », in : La Belgique romaine, Dijon, éd. Faton, p. 112-115 (Dossiers d’Archéologie, 315).

Dolenz H., 1998, Eisenfunde aus der Stadt auf dem Magdalensberg, Klagenfurt, éd. Landesmuseum für Kärnten, 423 p., 115 fig., 4 f.

Doswald C., Hänggi R., Roth-Rubi K., 1994, Die frühen römischen Kastelle und der Kastell-Vicus von Tenedo-Zurzach, Brugg, Gesellschaft pro Vindonissa, 695 p. (Veröffentlichungen der Gesellschaft pro Vindonissa, 11).

Fellmann R., 1991, « Hölzerne Kleinfunde aus dem Vicus Vitudurum-Oberwinterthur », in : Vitudurum 5. Teil A : Die Funde aus Holz, Leder, Bein. Gewebe ; Teil B : Die osteologischen und anthropologischen Untersuchungen, Zürich, Orell Fussli, p. 17-39 (Berichte der Zürcher Denkmalpflege, Archäologische Monographien, 10).

Fingerlin G., 1986, Dangstetten I, Katalog der Funde (Fundstellen 1 bis 603), Stuttgart, K. Theiss, 508 p. (Forschungen und Berichte zur Vor-und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 22).

Gaitzsch W., 1980, Eiserne römische Werkzeuge : Studien zur römischen Werkzeugkunde in Italien und den nördlichen Provinzen des Imperium Romanum, Oxford, 484 p. (BAR international series, 78).

Gansser-Burckhardt A., 1942, Das Leder und seine Verarbeitung im römischen Legionslager Vindonissa, Bâle, éd. E. Birkhäuser, 134 p., 105 fig. (Veröffentlichungen der Gesellschaft pro Vindonissa, 1).

Göpfrich J., 1991, Römische Lederfunde aus Mainz, Offenbach, éd. Deutsches Ledermuseum/Deutsches Schuhmuseum, 71 p., 55 pl. (Saalburg-Jahrbuch, 42).

Harnecker J., 1997, Katalog der Eisenfunde von Haltern aus den Grabungen der Jahre 1949-1994, Mainz, éd. Ph. von Zabern, 111 p., 92 fig. (Bodenaltertümer Westfalens, 35).

Heckenbenner D. et alii, 2004, Galoches de bois et bottines de cuir : se chausser de l’Antiquité à l’aube de la Renaissance, Catalogue d’exposition, Musée de Sarrebourg, 25 juin-17 oct. 2004, Sarrebourg, 84 p.

Hübener W., 1973, Die römischen Metallfunde von Augsburg-Oberhausen, Kallmütz, éd. Michel Lassleben, 95 p., 44 fig. (Materialhefte zur bayerischen Vorgeschichte, 28).

Jauch V., Volken M., à paraître, « Ein Paar Schuhleisten aus dem römischen Vicus Vitudurum – Oberwinterthur (Schweiz) », Germania.

Koller H., Doswald C., 1996, Aquae Helveticae Baden : die Grabungen Baden Du Parc 1987/88 und ABB 1988, Brugg, Gesellschaft Pro Vindonissa, 454 p. (Veröffentlichungen der Gesellschaft pro Vindonissa, 13).

Leguilloux, M., 2002, « Techniques et équipements de la tannerie romaine : l’exemple de l’officina coriaria de Pompéi », in : Audouin-Rouzeau F., Beyries S. dir., Le travail du cuir de la Préhistoire à nos jours, Actes des XXIIe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, Antibes, éd. APCDA, p. 267-282 (Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, 22).

Leguilloux M., 2004, Le cuir et la pelleterie à l’époque romaine, Paris, éd. Errance, 185 p. (Collection des Hespérides).

Manning W.H., 1985, Catalogue of the Romano-British iron tools, fitting and weapons in the British Museum, Londres, éd. BM Publications Ltd., 280 p.

Montembault V., 2000, Catalogue des chaussures de l’Antiquité égyptienne, Paris, Réunion des musées nationaux, 263 p.

Petit J.-P. dir., 2000, Le complexe des thermes de Bliesbruck (Moselle) : un quartier public au cœur d’une agglomération secondaire de la Gaule Belgique, Paris, Exé productions/Metz, éd. Serpenoise, 464 p. (Blesa, 3).

Pietsch M., 1983, « Die römischen Eisenwerkzeuge von Saalburg », Saalbürger Jahrbuch, 39, p. 5-132.

Reddé M., 1978, « Les scènes de métier dans la sculpture funéraire gallo-romaine », Gallia, 36-1, p. 43-63.

Schaltenbrand V., 1996, « Die Eisenfunde », in : Deschler-Erb E., Vitudurum 7. Ausgrabungen im Unteren Bühl : die Funde aus Metall : ein Schrank mit Lararium des 3. Jahrhunderts, Zürich, p. 141-226 (Monographien der Kantonsarchäologie Zürich, 27).

Sharphouse J.H., 1971, Leather Technicians Handbook, version de 1963 reéditée et mise à jour, Northampton, éd. Leather Producers Association, 580 p.

Speidel M.A., 1996, Die römischen Schreibtafeln von Vindonissa : lateinische Texte des militärischen Alltags und ihre geschichtliche Bedeutung, Brugg, Gesellschaft Pro Vindonissa, 271 p. (Veröffentlichungen der Gesellschaft pro Vindonissa, 12).

Van Driel-Murray, C., 1987, « Een schoenmaker aan de Houtmaas te Maastricht », De Maasgouw - Tijdschrift voor Limburgse geschiedenis en oudheidkunde, 106, p. 22-27.

Van Driel-Murray, C., 2002, « Ancient skin processing and the impact of Rome on tanning technology », in : Audouin-Rouzeau F., Beyries S. dir., Le travail du cuir de la Préhistoire à nos jours, Actes des XXIIe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, Antibes, éd. APCDA, p. 251-265 (Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, 22).

Zimmer G., 1982, Römische Berufsdarstellungen, Berlin, G. Mann Verlag, 254 p. (Archäologische Forschungen, 12).

Notes

1 Suisse : Doswald et alii, 1994, pl. 62, no 273 A+B. 36 ; Koller, Doswald, 1996, pl. 89, no 1949 ; Schaltenbrand, 1996, pl. 38, nos 13, 14. Allemagne : Pietsch, 1983, pl. 21, no 500 ; Dolenz, 1998, pl. 76, no W322 ; Gaitzsch, 1980, pl. 37, no 174 ; Hübener, 1973, pl. 20, no 24.

2 Des pinces plates anciennes sont parfois reconnues comme « pinces de tanneur », mais cette identification est erronée. Les pinces anciennes mesurent environ 1 mètre, celles modernes font au minimum 2 mètres et sont utilisés pour attraper les peaux dans les fosses.

3 En Suisse, à noter l’identification, encore inédite, d’une tannerie romaine dans le village de Gamsen, Valais (toits, puits et canalisations).

4 Publié comme outil de potier : Champion, 1916, pl. 15, p. 244 ; comme outil de graveur : Gansser-Burckhardt, 1942, p. 18-9.

5 Dangstetten : Fingerlin, 1986, 18 exemples ; Haltern : Harnecker, 1997, 17 exemples ; Magdalensberg : Dolenz, 1998, 30 exemples ; Vindonissa : absence de publication, 18 exemples.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Couteaux de tanneur pour l’ébourrage. De haut en bas les exemples de : Saalburg (Pietsch, 1983), Aquila (Gaitzsch, 1980), Vindonissa (Gansser-Burkhardt, 1942) et Pompéi (Gaitzsch, 1980) (dessin : M. Volken).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10839/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 2. Manière de suspendre les peaux avec une baguette en bois et de les manipuler à l’aide d’une perche.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10839/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 3. Dessin de la stèle funéraire de Reims. Le cordonnier est en train de mettre un clou sur la semelle d’une chaussure qui est posée sur l’enclume-pied et maintenue par un tire-pied (dessin M. Volken d’après la stèle Inv. 582.10.1, Musée Saint-Rémi, Reims ; Espérandieu, no 3685 ; Heckenbenner et alii, 2004, p. 17, fig. 11).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10839/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 4. Reconstitution des outils utilisés dans la cordonnerie romaine. De droite à gauche : deux emporte-pièce demi-ovales, un compas, l’ongle du pouce du cordonnier (pour traçage sur le cuir), deux alênes, fils munis de soies de sanglier, soies de sanglier, marteau pour cloutage, clous, couteau à pied. Reconstitutions en fer par le forgeron J.-M. Corona, Musée du Fer, Vallorbe, Suisse (photo S. Volken).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10839/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 5. L’emporte-pièce est utilisé pour marquer les points de repère et les arrêts de coupe (photo S. Volken).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10839/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 6. Reconstitution d’un couteau lancette perçant le cuir sur un bloc de cire ; derrière reconstitution d’une caliga. Le couteau a été fait par le forgeron J.-M. Corona, Musée du Fer, Vallorbe, Suisse (photo S. Volken).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10839/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 7. La couture se fait en tenant presqu’en permanence une soie dans chaque main. L’alêne dans la main est retenue en permanence par deux doigts. Sa forme et ses proportions doivent bien tenir dans la main en position de travail (photo S. Volken).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10839/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 101k

Auteur

GENTLE CRAFT, Centre de calcéologie et cuirs anciens ; C.P. 6248, CH-1002 Lausanne.

© ARTEHIS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search