Version classiqueVersion mobile

Verrerie de l’Est de la France. XIIIe-XVIIIe siècles

 | 
Jean-Olivier Guilhot
, 
Stéphanie Jacquemot
, 
Pierre Thion

Lyon, verrerie des XV-XVIIèmes siècles

Michelle Auger

Texte intégral

1Les chantiers lyonnais de fouilles archéologiques préalables aux grands travaux d'urbanisme ont fourni l'opportunité de l'observation et l'étude de lots de verres relativement bien conservés, parce que provenant de trois dépotoirs.

2L'analyse de la verrerie dans cette région est totalement novatrice puisqu'aucune étude de verrerie médiévale et moderne n'avait été entreprise à ce jour ; il n'existe donc ni bibliographie, ni fouille d'atelier de verrerie.

3Grâce à ces études effectuées sur deux chantiers différents, un tableau typologique (Fig. 1 & 2) a pu être dressé. Les deux sites sont respectivement :

  • Site 1 : rue Tramassac, quartier Saint-Jean (Rhône) - fouilles DRAH Rhône Alpes

  • Site 2 : ZAC Saint-Vincent (Rhône) - fouilles équipe municipale de la ville de Lyon

RUE TRAMASSAC, QUARTIER SAINT-JEAN

4L'emprise de la fouille couvre 850 m2 (l'épaisseur des sédiments archéologiques atteint jusqu'à 10 m à certains endroits). L'intérieur de l'ilôt correspond à l'emplacement de l'ancienne gare des funiculaires de la ligne D du métro vers Saint-Just et Fourvières, qui sert d'échangeur et de "descenderie". L'intervention archéologique a été fractionnée en huit opérations, de 1984 à 1986, en raison des contraintes de circulation du funiculaire et des impératifs du chantier en génie civil.

CONTEXTE DE LA DECOUVERTE

5Sur ce site à stratification continue du 1er siècle avant J.-C. jusqu'à nos jours, les fouilles ont permis de mettre au jour, pour les périodes médiévales et modernes, une partie du mur de l'enceinte canoniale de Saint-Jean (angle Sud-Ouest) construite au XVIème siècle. Ce mur est accolé à l'Est de l'hôtel du Doyenné construit intra-muros.

6A l'Ouest, un espace non bâti est utilisé, bien qu'extra-muros, comme jardin par les Doyens. Enfin, entre la rue Tramassac et ce jardin, des maisons d'habitats laïcs sont construites ; les éléments les plus anciens ont été datés du XVème siècle.

7Cette enceinte séparant le monde ecclésiastique et le monde civil disparaîtra avec la Révolution et les maisons des chanoines seront vendues comme biens nationaux. L'ensemble du quartier sera restructuré (percée de la rue du Doyenné) et au XIXème siècle les parcelles sur la rue Tramassac seront démolies pour permettre la construction d'un funiculaire.

LES STRUCTURES

  • 1 Remerciements à M. J. Lasfargues, Directeur de la Direction Régionale des Antiquités Historiques Rh (...)

8Le matériel provient principalement de deux structures servant de dépotoir1 :

  • le dépotoir no 2 est un puits, situé à l'intérieur des jardins de l'hôtel du Doyenné, son remplissage se compose de verrerie, de nombreuses céramiques, d'ossements d'animaux et de fragments de métal ;

  • le dépotoir no 4, une structure rectangulaire construite en moellons de calcaire liés au mortier (carrières de Couzon - Rhône), est situé dans la partie arrière d'une habitation, rue Tramassac ; son remplissage est constitué de matériels divers (ossements animaux, verres, céramiques, tissus). Les études du mobilier céramique et de la verrerie ont montré que les datations couvrent une période allant de la fin du XVème siècle au début du XVIIème siècle.

  • 2 Etude des céramiques de la rue Tramassac (B. Poisson).
  • 3 Etude de la verrerie de la cour Napoléon du Louvre (Paris) par J. Barrera.
  • 4 Etude des verreries de l'Est par J.-P. Rieb.

9La datation de ce matériel a été effectuée à l'aide de l'analyse stratigraphique, de l'étude des céramiques2 et par comparaison avec les chantiers de Tours (Indre et Loire) (MOTTEAU, 1981,) du Louvre3 de l’Est4 et de la crypte Balbi (Rome) (CINI, s.d.).

LA VERRERIE

I. Composition des ensembles

10Le matériel identifié d'après 853 fragments et réparti en 45 formes, est détaillé dans le tableau typologique I (infra).

11A l'examen de ce tableau, il apparaît pour les XV-XVIème siècles une prédominance des verres à boire du type C (28 contre 3) sans doute plus couramment utilisés. Cependant, la faible proportion de verres décorés des deux types peut s'expliquer par une technique de fabrication plus sophistiquée qui engendrerait un coût plus élevé à la revente.

12Quant au XVIIème siècle, la très faible quantité de verres recueillis ne permet pas d'interprétation pour l'instant.

II. Présentation du matériel

a) Gobelets

13Seuls trois gobelets (type B, B1, B2, Fig. 3) sont identifiés. La rareté de ces verres est due très certainement à la finesse de leur paroi (1 mm). Ils sont soufflés en une seule fois dans un moule à décor en relief (type B2) ; parfois le décor peut être rapporté après soufflage (type B1). Leur fond ombiliqué est formé par refoulement de la paraison.

b) Verres bitronconiques

  • 5 cf. note 2.

14Vingt-sept verres bitronconiques (type C, Cl, C2, Fig. 3 & 4) ont été étudiés. Ils sont en quantité importante et datés de la fin du XVème et du XVIème siècles5. Peu de pièces ont pu être remontées du fait de la fragilité et de la minceur de la paroi des panses (1 mm en moyenne). Un seul gobelet de type C permet la reconstitution d’une forme entière (D ouverture : 12,8 cm ; D pied : 12 cm ; épaisseur paroi : 1 mm). Leur couleur souvent jaune pâle est plus ou moins altérée. Ils sont moulés et présentent parfois un décor alvéolé (type Cl) ou un décor de filets d'émail blanc rapportés sur le haut de la panse (type C2). Ces verres sont soufflés en une seule fois et le pied est formé par refoulement de la paraison, un étranglement est façonné et étiré à la pince pour dégager le pied ourlé à la base. Leur abondance sur le site suggère une fabrication en grande série et sans application particulière, du fait des dimensions variables des pieds.

15Une coupe (Fig. 4, type C5) pourrait être rattachée à cet ensemble car le procédé de fabrication semble le même : la paraison est refoulée et étranglée pour former le pied. Cette coupe entière en verre très fin opaque (1 mm) est décorée d'un filet bleu à l’intérieur du bord retourné après façonnage.

16Parmi cette production typique des XV-XVIème siècles, nous trouvons un verre à tige très fin (épaisseur de la coupe : 1 mm), transparent, décoré de filets et de cordons bleus appliqués sur la panse pour former une frise géométrique avec un bouton appliqué sur la tige (Fig. 4 et PL 8c, type D). Cet élément fait son apparition dans le midi de la France au XIVème siècle et semble déplacé dans notre contexte. Deux hypothèses s'offrent à nous : un objet résiduel ou une pérennité de la forme.

c) Objets particuliers

17Deux bols (type G5) ont été identifiés (Fig. 5). En verre opaque fortement irisé, l'un d'eux est archéologiquement complet (D ouverture : 12 cm ; D panse : 11,2 cm ; H : 6,5 cm ; épaisseur paroi : 2 mm) ; son utilisation reste inconnue, peut-être servait-il à quelque préparation ? D'une forme demi-sphérique, il n’est que légèrement aplati au fond pour assurer sa stabilité.

18Trois fragments d'urinaux (type G4, Fig. 5) ont été mis au jour, mais seul un col a pu être remonté ; le verre opaque, souvent irisé, est d'une extrême fragilité. Ces récipients à panse sphérique et large ouverture étaient utilisés par les médecins pour mirer les urines. Toutes ces formes à fond concave avec la trace du pontil à l'extérieur devaient être posés sur un support pour assurer leur stabilité.

19Quant aux bouteilles piriformes, seuls les goulots et les cols de six individus (type G, G1, G2) identifiés ont pu être remontés. Parmi celles-ci, l'une (type G1, Fig. 6) en verre jaune opaque est décorée d'un filet godronné, appliqué après soufflage ; une autre (type G2, Fig. 6), d'un filet bleu, appliqué en spirale après soufflage.

20Toutes ces ornementations sont irrégulières et travaillées simplement : ainsi le goulot est élargi à la pince et grossièrement ourlé.

  • 6 cf. note 3

21Dans le dépotoir no 4, un bec verseur d'aiguière (Fig. 5, type G3), un col et une anse peuvent être comparés à un matériel semblable issu des fouilles du Louvre6. L'anse est formée d'une tige de verre pincée à son sommet.

  • 7 cf. note 4

22Cette étude médiévale se termine par l'identification d'un Kuttrolf (ou "aspersoir") (Fig. 5, type G6). Ce petit flacon à panse globulaire7 en verre jaune pâle légèrement altéré, aux parois très fines (1 mm) a le fond convexe formé par refoulement de la paraison. Ces flacons du XVème siècle sont mal connus et l'usage en est très vague. Plusieurs exemplaires ont été découverts à Strasbourg, mais aucun autre élément de comparaison n'a été retenu à ce jour parmi les chantiers fouillés en France.

23Pour le XVIIème siècle, trois verres à jambe ont été répertoriés dans le dépotoir no 4 grâce aux comparaisons effectuées avec les chantiers de Tours :

  • l'un de type E est un verre à jambe creuse ovoïde séparée de la coupe et du pied par un bouton ;

  • un autre de type E2 (Fig. 6) est un verre à jambe creuse à décor moulé d'une tête de lion et de fleurs de lys ;

  • le dernier de type E3 (Fig. 6) est un verre à jambe pleine décorée de plusieurs boutons.

CONCLUSION

24Le matériel étudié pour les XVème et XVIème siècles est homogène et nous montre un large aperçu de la verrerie de table de cette époque. La gobeleterie est dominante avec le verre bitronconique (type C) qui apparaît comme le plus utilisé, et le gobelet (type B). Les verres décorés sont peu nombreux dans ce contexte, qu'ils soient moulés ou appliqués après soufflage. Ces verres façonnés dans une seule paraison ont remplacé les verres à tige du XIVème siècle.

25Le XVIIème siècle est seulement représenté par trois types de verres à jambe ; sur cet élément parfois décoré, les coupes sont moulées et rapportées.

Catalogue (Fig. 3-6)

26Dépotoir no 2 : XV-XVIème siècle

27US 678

28Coupelle (no 7), verre opaque, un décor de filet bleu apparaît à l'intérieur du bord de la coupe, H : 5,5 cm ;

29Di : 8,5 cm

30US 685

31Bouteille (no 9), verre de teinte jaune pâle, un décor de filet godronné est appliqué sur le col après le soufflage,

32H col : 11,5 cm ; Ds : 3,4 cm

33Bouteille (no 18), verre transparent, un filet bleu est rapporté sur le col après soufflage Urinal (no 16), verre opaque US 710

34Gobelet (no 12), verre transparent bullé, soufflé dans un moule à pastille, Di : 6,3 cm

35Verre à tige (no 23), verre transparent, un décor de filets de verre transparent et de cordons bleus est appliqué sur la panse après soufflage pour former une frise géométrique, la tige pleine est décorée d'un bouton de verre bleu,

36Hc : 5,9 cm ; D : 5,6 cm

37Bouteille (no 13), verre de teinte jaune pâle, le fond est orné d'un décor alvéolé moulé, Di : 9,2 cm

38Dépotoir no 4 - XV-XVIème siècle

39US 1106

40Gobelet (no 54), verre transparent, un cordon de filet godronné est rapporté au fond du gobelet après soufflage Verre bitronconique (no 35), verre transparent fumé,

41Di : 7,1 cm

42Verre bitronconique (no 37), verre transparent,

43Hc : 13,2 cm ; Dm : 8,2 cm ; Di : 7,9 cm

44Verre bitronconique (no 38), idem no 14

45Verre bitronconique (no 39), verre de teinte vert très pâle, Di : 7,3 cm

46Verre bitronconique (no 40), idem no 14, Di : 8,2 cm

47Verre bitronconique (no 62), verre de teinte vert très pâle,

48décor de filets d’émail blanc rapportés

49Bouteille (no 59), verre bullé de teinte vert pâle, décor de

50filet bleu rapporté, Hc : 16 cm ; Ds : 3,7 cm

51Aiguière (no 56.66), verre de teinte vert foncé

52Bol (no 58), verre opaque, H : 6,5 cm ; Dm : 11,2 cm

53Kuttrolf (no 34), verre de teinte jaune pâle, Dm : 5,7 cm

54Dépotoir no 4 - XVIIème siècle

55US 1106

56Verre à jambe creuse (no 72), verre opaque, la jambe creuse moulée est décorée d'une tête de lion et de fleurs de lys

57Verre à jambe pleine décorée de boutons (no 76), d’aspect altéré

58Verre à jambe creuse (no 71) transparent, la jambe creuse ovoïde est séparée de la coupe et du pied par un bouton

59Dessins : Michelle AUGER

Tableau typologique I par US (Unité stratigraphique)

Tableau typologique I par US (Unité stratigraphique)

Tableau typologique II par US (Unité stratigraphique)

Tableau typologique II par US (Unité stratigraphique)

Z.A.C. SAINT VINCENT

  • 8 Z.A.C. du Quartier St Vincent, fouille de sauvetage programmée sous la tutelle de la Direction des (...)

60Le quartier Saint-Vincent8 se situe sur la rive gauche de la Saône, au pied du plateau de la Croix-Rousse. De l'époque gallo-romaine au XVIIIème siècle, ce quartier de Lyon constitue la limite Nord de l'urbanisation de la presqu'île.

CONTEXTE DE LA DECOUVERTE

61Le secteur I (1500 m2) s'implante sur un ilôt, qui, hormis quelques restructurations post-Hausmaniennes, conserve un parcellaire et un construit d'origine médiévale et postmédiévale. Les archives signalent dès la fin du XIVème siècle un bourg extra-muros avec église paroissiale sous le vocable de Saint-Vincent. L'étude des réponses des obéances du Chapitre Saint-Paul et du Grand-Comtal montre une évolution rapide du quartier au début du XVIème siècle. La documentation iconographique permet de restituer cette évolution par le truchement du parcellaire. On observe alors une multiplication des parcelles au détriment des "espaces verts" (verger, vigne...), où l'on voit s'ériger rapidement de nouvelles constructions. Ce n'est qu'un siècle plus tard, comme nous l'indiquent les mentions et l'inventaire du bâti, que l'on observe sur ces mêmes parcelles des surélévations et/ou une densification des constructions.

62La stratigraphie ne permet pas de proposer une évolution chronologique des différentes constructions qui se succèdent sur une même parcelle (destruction des niveaux archéologiques lors de l'installation des caves, reprise des fondations anciennes). Cependant, la pérennité des structures témoigne de la stabilité du parcellaire et dans le cas contraire des modifications de celui-ci. De ce point de vue, l'histoire du parcellaire est un jalon chronologique.

LES STRUCTURES

  • 9 Rapport préliminaire de la Z.A.C. St Vincent, 1986, dactylographie Direction des Antiquités Histori (...)
  • 10 cf. note 2.
  • 11 cf. note 3.

63Le verre étudié se compose de bouteilles et de verres à jambe. Il provient d'un puits situé sur le secteur 5 implanté dans l'angle Sud-Ouest d'une parcelle urbanisée au début du XVIème siècle. Le matériel céramique de sa tranchée de fondation, caractéristique de la période XV-XVIème siècles est le seul argument en faveur de la contemporanéité de sa construction avec l'urbanisation de cette parcelle. Un texte de 1684 mentionne son comblement et son abandon depuis peu. Reste à déterminer la durée de son comblement. L'étude de son remplissage (distribution des formes et types de céramique, collage inter-couches) tend à montrer que ce dernier a été effectué rapidement. Les monnaies, et en particulier un double Tournois, fournissent le terminus ante quem de 1608. On peut donc ainsi retenir que le remplissage de ce puits a été réalisé au plus tôt en 1608 et achevé au plus tard en 16849, ce que confirme la comparaison typologique effectuée avec la verrerie du quartier Saint-Jean (Rhône)10, du Louvre11 et de Tours (MOTTEAU, 1981).

LA VERRERIE

I. Composition des ensembles

64Le matériel identifié par types d'après 673 fragments se répartit en 51 formes et est détaillé dans le tableau typologique II (infra).

65Ce tableau montre que les verres à jambe et les bouteilles de même type se retrouvent aussi bien dans les dernières couches du remplissage que dans celles du fond du puits, et confirme l'hypothèse d'un temps de comblement très court. D'autre part, nous remarquons une nette prédominance des bouteilles par rapport aux verres à jambe.

II Présentation du matériel (Fig. 7)

a) Verres à jambe

66Six types ont pu être identifiés :

67Deux de type E, sont des verres à jambe creuse ovoïde séparée de la coupe et du pied par un bouton ;

68Un verre de type E1 est identique par sa fabrication, mais la jambe est soufflée dans un moule à décor de côtes verticales et parallèles ;

69Un de type E2 est un verre à jambe à décor moulé d'une tête de lion et de fleur de lys ;

70Le verre de type E3 est un verre à jambe pleine décorée de plusieurs boutons ; Le type E4 est un verre à jambe pleine, façon Venise, décoré de plusieurs cordons transparents et bleus rapportés ;

71Deux verres à jambe de type E5 sont très altérés ; la jambe creuse est rapportée à la coupe par un bouton plat formé par pincement de la jambe ;

  • 12 cf. note 1.

72Le type E6 est un verre à jambe12 ; celle-ci est décorée d'une boule creuse à côtes parallèles en relief, rapportée à la coupe et au pied par un pincement de la jambe.

b) Bouteilles

73Le type H est une bouteille de teinte verte, dont le fond très ombiliqué est formé par refoulement de la paraison (épaisseur de la paroi : 2 mm) ;

74Le type H1 est de teinte verte, irisé, le col conservé est très évasé et court, il est retourné vers l'intérieur à la pince et lissé à la flamme pour former le goulot. Le fond ombiliqué est formé par refoulement de la paraison ;

75Le type H2 de teinte vert clair, irisé, a le col retourné vers l'intérieur ; il est aplati et passé à la flamme pour former le goulot. Le fond très peu ombiliqué est formé par refoulement de la paraison ;

76Le type H3 de teinte jaune pâle est une petite bouteille à paroi très fine, identifié grâce au col (5 mm d'épaisseur) qui est retourné vers l'intérieur pour former le goulot ;

77Le type H4, identifié par son fond, est de teinte bleu foncé, d'une épaisseur de 3 mm. Ce type s'apparente plutôt à un flacon à parfum ;

78Le type H5 est de teinte verte, souvent altéré. Le col étiré est retourné vers l'intérieur à la pince, et passé à la flamme pour former le goulot ;

79Le type H6 est très altéré, sa teinte n’a pas pu être définie. Le goulot de petit diamètre (2,7 cm en moyenne) est étiré, retourné vers l’intérieur et passé à la flamme ; le fond ombiliqué est formé par refoulement de la paraison ;

80Le type H7 est un bouteille de plus grande contenance, de teinte jaune ou verte altérée ; les parois des panses sont plus épaisses (3 à 4 mm pour certaines). Ce type serait plutôt destiné à l'usage du vin. Seuls les fonds et les fragments de panse sont conservés, les cols sont inexistants ;

81Le type H8 est identifié comme une bonbonne grâce à ses fragments de panse en verre épais (4 mm).

CONCLUSION

82Après une première approche de la verrerie lyonnaise, l'étude du quartier Saint Vincent apporte une confirmation des datations pour la période moderne. Les verres à jambe sont présents dans les deux études effectuées à ce jour ; deux grandes familles se distinguent, l’une à jambe creuse avec ou sans décor (type E – E1) et l'autre, caractérisée par les jambes pleines à bouton (type E3). Nous ne pouvons pas dire actuellement si ces types ont été fabriqués à la même époque ou s'ils représentent deux époques distinctes. Tous les éléments de datation retenus nous permettent de penser que ces formes débutent au début du XVIIème siècle, pour se poursuivre jusqu'au troisième quart du XVIIème siècle ; il en est de même pour les bouteilles.

83Ces dernières pouvaient être utilisées en pharmacie ou en parfumerie car elles sont toutes de petite contenance. Seul le type H8 est une bonbonne qui devait contenir du vin, et le type H7 une bouteille de plus grande contenance, destinée peut-être au service de cette boisson à table.

84Quant aux lieux de fabrication pour notre région, la mention d'une verrerie dans le faubourg de Vaise, sur la rive droite de la Saône, de 1598 à 1702 (Archives municipales) nous laisse penser qu'une partie de ce matériel pourrait bien en provenir, mais les textes n'apportent aucune autre indication. D'autres mentions de verreries apparaissent à cette époque pour la forêt de Chambaran en Isère. Une étude va être réalisée sur le château de Bressieu en Isère, où plusieurs types apparaissent semblables à la verrerie lyonnaise.

Notes

1 Remerciements à M. J. Lasfargues, Directeur de la Direction Régionale des Antiquités Historiques Rhône-Alpes, qui a permis l'étude de la verrerie lyonnaise. - Site 1 : fouille de la rue Tramassac, quartier Saint-Jean, rive droite de la Saône (Rhône), ligne D du métro, responsable scientifique J. Burnouf ; responsable du chantier C. Arlaud (publication en cours) ; - Site 2 : fouille de la ZAC Saint-Vincent, rive gauche de la Saône (Rhône) sous la direction scientifique de B. Mandy (responsable de l'équipe municipale de la ville de Lyon), responsable du chantier J.-R Lascoux (publication en cours).

2 Etude des céramiques de la rue Tramassac (B. Poisson).

3 Etude de la verrerie de la cour Napoléon du Louvre (Paris) par J. Barrera.

4 Etude des verreries de l'Est par J.-P. Rieb.

5 cf. note 2.

6 cf. note 3

7 cf. note 4

8 Z.A.C. du Quartier St Vincent, fouille de sauvetage programmée sous la tutelle de la Direction des Antiquités Historiques Rhône-Alpes et du Service Archéologique de la ville de Lyon. Responsable : J.-P. Lascoux.

9 Rapport préliminaire de la Z.A.C. St Vincent, 1986, dactylographie Direction des Antiquités Historiques de Rhône-Alpes, M. Ballot, B. Claret, J.-P. Lascoux, T. Vicard.

10 cf. note 2.

11 cf. note 3.

12 cf. note 1.

Table des illustrations

Titre Tableau typologique I par US (Unité stratigraphique)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/1083/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Tableau typologique II par US (Unité stratigraphique)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/1083/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k

© ARTEHIS Éditions, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search