Version classiqueVersion mobile

Verrerie de l’Est de la France. XIIIe-XVIIIe siècles

 | 
Jean-Olivier Guilhot
, 
Stéphanie Jacquemot
, 
Pierre Thion

Pairu - Les Bercettes verreries forestières des XIII-XIVe siècles

François Jannin

Texte intégral

1Du nom du ruisseau qui la borde au sud (Perreux - Pérupt - Pairupt) et à 200 m de sa source, cette verrerie est située à la jonction de deux thalwegs, sur un terrain appartenant à l'évêque de Verdun, puis à partir du XIIIème siècle à l'abbaye cistercienne de la Chalade et, depuis la Révolution, intégré à la forêt domaniale de Lachalade (Meuse). Le bois qui occupe la rive gauche du ruisseau porte encore le nom du "Princier", gérant des biens de l'évêché, au temps où l'évêque était encore prince du Saint-Empire.

2L'archéologue Chenet, qui l'avait repérée et prospectée au début du siècle, a publié en 1920 une bonne description de l’ensemble du site et du matériel découvert, dans laquelle il signale plusieurs buttes (CHENET, 1920). La fouille de celles-ci, en 1975 révéla un four, un "crassier", un fond de meule de charbonnier et un tas de décombres provenant de la réparation du four (JANNIN, 1980). Elle permit d'étudier le four et de recenser sommairement les différents types de formes et de décors.

3Leur comparaison avec le verre médiéval de fouilles françaises récentes (Orléans, Etampes, Tours, Saint-Denis, Chalons, le Louvre, Metz) et les coupes à haute tige publiées par E. Baumgartner et I. Krueger nous incita à reprendre la fouille du crassier (BAUMGARTNER et KRUEGER, 1985). L'objectif était d'étudier sa structure, de compléter le recensement des fabrications, d'affiner la datation et de préciser les techniques employées.

4La découverte en 1985 du site des "Bercettes" par un agent forestier révèla des fabrications proches de celles de Pairu. La verrerie est située en forêt communale de Neuvilly (Meuse), au centre du plateau de ce nom, que limitent à l'ouest la route forestière de la Haute-Chevauchée (ancienne voie romaine Reims-Verdun, abandonnée vers le XIIIème siècle), au nord le chemin qui conduit du carrefour de la "Croix de Pierre" à Neuvilly, au sud la forêt communale d'Aubréville, à l'est une butte-témoin, la "Hazette" et les herbages qui descendent vers la vallée de l'Aire. On domine de ce côté un immense panorama en direction des Côtes de Meuse. Cette localisation est exceptionnelle pour l'Argonne, où les sites verriers sont en général situés au pied de côtes, et proches de points d'eau.

5Aussi, en 1986, fut entreprise une opération commune aux deux sites distants seulement de 2 km.

STRUCTURES

I. "Pairu"

a) Le crassier

6La fouille de 1975 a porté sur la moitié aval de celui-ci. Menée par passes régulières, elle a mis en évidence des couches d’aspect, de couleur ou de mobilier différent, mais non interprétables chronologiquement. Elles pourraient s'expliquer de la façon suivante : au déversement des "crasses" à la partie supérieure du talus, une sélection s'est opérée en fonction du poids, de la densité et de la forme des éléments. Les apports, d'abord localisés à l'endroit où ils sont le plus épais, se sont ensuite étendus vers l'amont et l’aval, où ils diminuent progressivement. Les cendres constituant la majeure partie du dépôt, très fluides et très meubles, ont été remuées et bouleversées au cours des siècles par les racines, les galeries des rongeurs et des vers de terre. Les eaux de ruissellement ont emporté des alluvions, lessivé les particules argileuses, mis à nu la couche inférieure et entraîné la partie supérieure du talus vers le bas de la pente.

7On observe ainsi que les tessons bien repérables d'une unique cruche vernissée se retrouvent à tous les niveaux, et que les gouttes d'essai (sphères de 6 à 8 mm) dont la production était journalière et qui devraient être également réparties, ont migré vers la surface, où leur forme leur a permis de résister à la corrosion (acidité de l'humus et bactéries) beaucoup mieux que le verre mince, dont les rares fragments s'effritent sous le doigt.

8La couche no 4 est particulièrement riche en creusets et la no 5 en gros tessons de verre. Ces derniers se raréfient ensuite et sont presque absents des couches inférieures où domine le charbon, mêlé à de l'argile rougeâtre provenant de la dégradation des joints du four, qui s'est déposée après avoir traversé toute l'épaisseur du crassier.

b) Le four (Fig. 1 A)

9Sa construction est assez semblable à celui des Bercettes, avec cependant quelques différences : sole à plan ovale, et soupirail en demi-lune prolongeant vers l'extérieur le siège du creuset médian côté nord ; son utilisation sera évoquée à propos du verre plat.

II. "Les Bercettes"

  • 1 Crétacé, étage cénomanien, formation marine (spicules de spongiaires agglomérés par un ciment de ca (...)

10Le sous-sol est consituté de gaize1, qui forme tout le relief de l'Argonne. Il a fourni les blocs dont est bâti le four. Désagrégé en surface par le gel, il se transforme en sable impalpable, grisâtre, silice presque pure utilisable en verrerie après tamisage. Le seul indice est un tertre d'environ 6 m x 4 m, haut de 0,80 m, se distinguant par des traces de calcination et de vitrification au milieu d'importants terrassements exécutés en 1914-1918.

11Quelques fragments de verre affleurent à la surface du sol dans un rayon d'une trentaine de mètres. Aucun "crassier" n'est apparent, ils ont sans doute été nivelés au cours des siècles. Les tessons sont plus abondants à une dizaine de mètres de chaque côté de l'axe du four, jusqu'à une profondeur de 15 à 20 cm, là où les verriers rejetaient les déchets de fabrication.

a) Le four : état à la découverte

12La butte oblongue formée par ses ruines présente une surélévation centrale accotée de deux plates-formes, bien conforme à ce que nous savons des fours plus récents. Mais éboulements et passages de véhicules l’ont peut-être modifiée. Une partie du tertre a disparu par érosion. La voûte s'est effondrée, comblant la cavité centrale et dispersant ses blocs aux alentours. Les moellons de gaize jointoyés d'argile qui subsistent de la paroi sont fissurés et se disloquent. La sole était intacte, la partie inférieure du laboratoire conservée sur une vingtaine de centimètres de hauteur. Quelques tessons des creusets, détruits par l'effondrement de la voûte, ont été retrouvés dans l'alandier ou sur la sole, mais la plupart avaient disparu.

13Un seul creuset était resté en place, brisé avant l'arrêt du four, ses fragments collés ensemble par le verre fondu. Sa récupération n'a pas été possible, l'argile du creuset, moins résistante que le verre, s'effritant la première. Ce dernier était complètement dévitrifié et opacifié par de nombreuses cuissons, indiquant que le four avait fonctionné un certain temps avec un creuset brisé. Si le creuset était plein à sa rupture, le verre fondu s'épanchait dans l'alandier au milieu du combustible, et le "tiseur" chargé du chauffage évacuait ce magma à l'aide d'une râclette par l'orifice de décendrage : opération difficile, dont les traces ont déjà été observées.

14Ainsi à la Mitte, le fond de l'alandier du four du XVIIème siècle est une couche de verre rigoureusement plane, presque une glace. Très mince, elle repose sur un lit de cendres et de charbons de quelques centimètres d'épaisseur auxquels elle est partiellement incorporée. En-dessous, on retrouve un feuilletage de couches de verre et de lits de cendres (JANNIN, 1987).

15Ces remblaiements successifs, qui rendaient à la longue l'alandier inutilisable, étaient sans doute "repiqués" aux arrêts saisonniers, en période de "four mort". Mais il arrivait aussi que, le tirage étant trop fort ou la combustion mal réglée, le foyer "s'emballe" jusqu'à fusion des cendres. Ces couches s’aggloméraient alors en une masse compacte, soudée aux parois de l'alandier et impossible à évacuer.

16Ainsi s'éteignit le four de Pairu, sa partie centrale complètement obstruée. Ainsi faillit périr le four des Bercettes : il fallut démolir et refaire à neuf une partie de sa substructure, dont deux blocs provenant des parois latérales ont été retrouvés à peu de distance. On y distingue des briques de chamotte et des tessons de creusets restés en place, collés par le verre fondu. Du côté du foyer, la masse sombre des cendres durcies atteint 30 cm d'épaisseur.

b) Description de la structure du four (Fig. 1 B)

17Ce four est, comme à Pairu, et selon toute apparence au Bois Japin et à La Cheppe, orienté Ouest-Est, direction des vents dominants. Le tirage en était favorisé, mais peut-être devenait-il difficile à contrôler. Les fours plus récents de la région sont orientés Sud-Nord (La Chevrie, la Mitte).

18A l'extrémité Ouest de l'alandier, la chaufferie ou "tisard" a conservé une partie de sa voûte, qui se prolonge de 15 cm environ à l'intérieur du laboratoire. Sa paroi de gaize est à peine vitrifiée. A l'Est, la sortie présente un profil convergent, puis divergent, où la gaize, creusée de gorges profondes, a fondu. Elle a dû être renforcée par un épais enduit d'argile sur les parois verticales.

19La sole, séparée en deux par l'alandier, forme deux "banquettes" d'environ 1,20 x 0,40 m. Chacune supportait trois creusets, dont les bases ont laissé leurs empreintes. Leur diamètre approchant 40 cm, ils devaient être à peu près jointifs, ce qui améliorait la stabilité et diminuait l'encombrement (disposition identique à Pairu, et en Argonne, au moins jusqu'au début du XIXème siècle). Du côté Nord, la banquette est rectangulaire et les angles de la cavité sont à peine arrondis. Celle du Sud présente deux pans coupés qui pourraient être l'amorce d'une coupole octogonale et indiquent l'orientation rayonnante des ouvreaux. La disposition au Nord paraît être la conséquence d'une réparation rapide, exécutée à partir de l'extérieur du four.

20On peut se demander pourquoi les fours d'Argonne avaient six creusets aux XII-XIVèmes siècles, alors qu'aux XVI-XVIIèmes siècles, ils n'en avaient que deux ou quatre, chiffre dépassé seulement à la fin du XVIIIème siècle par les premiers fours industriels. C'est que la fabrication très complexe des verres à haute tige médiévaux exigeait l'action simultanée et synchronisée d'au moins deux souffleurs et de leurs aides, ceci de chaque côté du four, donc au moins 4 pots", tandis que les gobelets à fond refoulé du XVIème siècle, dans leur forme la plus simple, de même que les bouteilles de la fin du XVIIème, ne nécessitaient qu'un seul cueilleur. Les balustres et boutons soufflés du XVIIème siècle demanderont deux souffleurs, donc deux pots de chaque côté du four. Avec ses trois pots, le "chef de place" disposait donc d'un pot supplémentaire pour une couleur différente (filets, pastillages), un dépannage (autre pot brisé) ou pour faciliter le travail (par exemple remise en fonte d'un pot pendant l'utilisation des deux autres). On a vu que le four des Bercettes a continué de fonctionner avec un pot brisé pendant un certain temps ; il est probable qu'on aurait attendu la rupture d'un second pour effectuer leur remplacement.

LE MOBILIER TECHNIQUE

I. Les creusets (Pairu-Les Bercettes) (Fig. 2)

21Déjà très fragmentés et friables, beaucoup de tessons de Pairu se sont désagrégés en se déshydratant. Une seule forme complète a pu être reconstituée (no 3), provenant du niveau inférieur du crassier, et probablement contemporaine de la création du four. Le diamètre du fond est d'environ 14 cm, son épaisseur de 12 à 14 mm, le diamètre de l'ouverture est un peu supérieur à la hauteur (28 cm) et l'épaisseur de la paroi (10 mm) diminue vers la lèvre. Les creusets plus récents paraissent un peu plus grands.

22Il n'a pas été possible de récupérer le creuset brisé des Bercettes, mais les dimensions identiques des empreintes des creusets montrent qu'ils devaient être à peu près semblables. Contrairement à Pairu, où les types sont assez variés, trois modèles seulement ont été reconnus aux Bercettes, avec une composition de pâte invariable, ce qui confirme l'hypothèse d’une période d'activité assez courte. Ni Pairu, ni les Bercettes ne paraissent avoir employé la "chamotte” pour leurs creusets. On peut distinguer plusieurs pâtes :

  • une pâte très blanche, même après un long usage, ressemblant à de la porcelaine tendre mais fragile, s'effritant en granules au choc ou à la pression. La surface est vitrifiée (à l'extérieur comme à l'intérieur) en une mince couche grisâtre qui se détache facilement. Le modelage a été fait à la main, sans l'aide de "colombins", qui auraient donné des lignes de fracture préférentielles, observées sur d'autres sites. On ignore l'aspect des tessons "neufs", mais la matière utilisée pourrait être une argile blanchâtre dont une boulette a été retrouvée au crassier.

  • une pâte gris rosé avant usage, devenant ensuite gris clair à gris moyen, parfois colorée par migration des colorants du verre. La cassure est granuleuse, mais d'un grain très fin, indiquant l'adjonction à l'argile d'un "dégraissant" qui pourrait être du sable de gaize. Les épaisseurs de paroi sont plus fortes qu'avec le type précédent, l'emploi du tour est certain pour la forme no 2b.

II. L'outillage (Pairu) (Fig. 2, no 5-7 ; Fig. 3, no 8)

23Ont été retrouvés au cours de la fouille :

  • des fragments de l'extrémité de cannes de soufflage dite "mors", opposée à l'embouchure (diamètre 16 mm, trou de 5 mm et longueur conservée 30 à 40 mm) (no 5). Le refroidissement des cannes dans l'eau et le détachement, par percussion, de la "meule" (restes de verre adhérent) fragilisait à la longue le métal (cristallisation) qui finissait par se briser. La cassure révèle le procédé de fabrication du tube : roulage puis soudure par recouvrement et martelage (JANNIN, 1980, p.22-23) ;

  • des éclats de silex, qui auraient pu être utilisés dans la composition du verre (cf. le "flintglass" anglais). Cette hypothèse ne peut être retenue, car dans ce cas le silex rougi au feu était plongé dans l'eau (étonné) ce qui le rendait friable. Or ces éclats quoique très minces sont très durs et résistants. Ils ont pu servir à la coupe du verre plat (essai concluant sur le verre moderne) ou même à la gravure par grattage du verre doublé (CHENET, 1920, p. 279-280) ;

  • des plaques d'argile cuite rectangulaires à faces lisses (reconstituées partiellement), larges de 26 cm, de longueur inconnue, épaisses de 16 à 20 mm (no 8). Il ne s'agit pas de carrelages : un trou à mi-largeur et à 4 cm du bord est prévu pour la préhension. Ce ne sont pas non plus des "tuilettes" d'ouvreau, qui sont d'une terre différente, vitrifiée sur une face. Pourtant l'une des faces a été surchauffée (teinte rouge plus intense). Il s'agit de "marbres" utilisés pour la fabrication du verre plat, soit pour l'étendage (procédé au manchon) soit pour la coulée. Ils étaient peut-être préchauffés pour éviter le durcissement trop rapide du verre pâteux ;

  • un fragment de fer à "crampon" usé (no 6) qui, vu sa petite taille, ne provient pas d'un cheval de trait, mais plutôt d'un mulet ou d'un "cheval de bât", terme employé dans les archives verrières et notariales jusqu'au XIXème siècle. C'était le seul moyen de transport pour le bois de chauffage en terrain accidenté, et dans plusieurs villages d'Argonne, on voit figurer le toponyme "le Champ l'Ane" à côté du "Champ le Boeuf". C'était le "bouvrot", propriété de la Fabrique paroissiale, qui fournissait l'étalon local.

24La plupart des outils du verrier ne nous sont révélés que par les empreintes laissées sur les objets ou les chutes de fabrication. Nous pouvons ainsi identifier :

  • les pontils et cordelines, tiges de fer de 4 à 8 mm de diamètre, avec lesquels on prélevait une petite quantité de verre, soit pour "pontiller" et manipuler une pièce détachée de la canne, soit pour exécuter opercules, gouttes d'essai, cabochons, fils étirés pour anses ou décors ;

  • les pinces, dont les mâchoires sont larges et striées (pour étirage) ou triangulaires et effilées ;

  • les ciseaux qui, comme les pinces, ne devaient pas avoir la forme actuelle, mais ressemblaient aux "forces" à tondre les moutons ;

  • des moules pour les cannelures et les côtes, qui étaient peut-être en bois ou en argile crue, ce qui expliquerait leur disparition ;

  • des moules à décor "pétales-pointillés" dont on connaît un exemplaire en bronze trouvé dans les fouilles de Mr Cecconella en Argonne du Nord et qui reste pour l'instant une pièce unique (FOY et SENNEQUIER, 1989, p. 103).

III. Eléments de four (Pairu) (Fig. 3, no 9-10)

25Aucun élément en place n'a pu être repéré, en raison de la disparition rapide des éléments putrescibles en milieu forestier et du passage d'un engin de nivellement, dans la zone probable d'habitation.

26C'est au crassier qu'ont été retrouvés quelques tuiles brisées, du type courbe dit "tige de botte". Si l'habitation des verriers (hutte, cabane ou autre) pouvait s'accommoder d'une couverture végétale, le four, en raison du danger d'incendie, devait être abrité par un matériau incombustible. Les fragments retrouvés sont proches (forme, épaisseur, matière) des tuiles encore fabriquées à la main au début du siècle. Ils ne portent pas le crochet dorsal, fréquent dans notre région au Moyen-Age, qui empêchait le glissement sur un toit pentu (abbaye de la Chalade, ermitage St Maxe à Beaulieu, tuilerie médiévale de la forêt de Hesse, vestiges d'habitat de la Coinche à Moiremont).

27Des réparations mineures étaient effectuées sur le four en cours de cuisson à l'aide de mortier ou de torchis utilisant la terre locale, plus siliceuse qu'argileuse. Le même matériau était utilisé pour modeler sur place des éléments fréquemment remplacés. La plupart du temps, nous n'en retrouvons au crassier que des masses informes et désagrégées difficilement identifiables. Il a pourtant été possible d'en reconnaître des fragments, vitrifiés et craquelés d'un côté, à peine cuits de l'autre :

  • les sourciliers, éléments en arc de cercle protégeant la partie supérieure des ouvreaux (no 9) ;

  • les tuilettes, plaques obturant les ouvreaux pendant la fusion, avec trou central permettant leur manipulation (no 10).

IV. Mobilier divers

28Outre une faible quantité de céramique culinaire, non encore étudiée, signalons la découverte de deux Châtel-tournois datés des années 1180-1226, et de débris de tôle mince de bronze non identifiables (utilisation possible pour la coloration du verre).

PRODUCTIONS

I. Le verre plat (Pairu) (Fig. 3, no 11-12)

29Le site des Bercettes n'en a fourni aucun tesson. Le crassier de Pairu a permis d'en récupérer environ 800 gr, dont la moitié environ n'est pas colorée intentionnellement (vert très clair). Le reste est soit coloré, soit opaque (l'opacification, si elle est incomplète, laisse intacte une "âme" très mince, le plus souvent colorée ; ce matériel était donc en général coloré).

30Il s'agit pour l'essentiel de chutes de découpage ou de bris accidentels, ainsi que de nombreux bords de plaques (210 gr), enlevés intentionnellement. Ces derniers présentent en effet un bourrelet dissymétrique, dû vraisemblablement à leur fabrication par coulage. Le verre "en disques" peut également présenter un bourrelet périphérique, mais il s'agit alors d'une portion de circonférence, tandis que les bourrelets de Pairu sont rectilignes (no 11).

31L'épaisseur varie de 2 à 4,5 mm. Elle est souvent irrégulière, et l'état de surface est très inégal, surtout pour le verre non coloré. Les défauts sont nombreux, alors qu'ils sont très rares dans les objets soufflés.

  • 2 Pour la cuisson de la grisaille, les verres étaient habituellement empilés, séparés par une couche (...)

32Plusieurs tessons, colorés ou non, ont été découpés et ajustés au grugeoir. Certains portent un décor en grisaille, soit géométrique (rangée de perles), soit figuratif, mais non identifiable (ombrage en quadrillage), qui a été peint et cuit à la verrerie même2 (no 12).

33Les couleurs sont variées : du rose au pourpre et au rouge sombre, de l'azur moyen à foncé, le violet est rare, le vert est celui du "vert fougère" mais un peu plus soutenu. Le jaune n'est jamais vif, mais plutôt fumé : le jaune d'argent est inconnu. Un rare rouge rubis est coloré dans la masse, mais tous les autres sont doublés (rouge très mince sur âme incolore) de surface plus lisse, probablement fabriqués "au manchon" (est-ce à Pairu même ?) car le bord de la plaque est sans bourrelet et l'âme y est apparente. Jamais corrodés, ils sont peut-être sodiques. Un seul, incolore, est veiné de rouge dans la masse. Rappelons aussi le verre remarquable cité par Chenet, doublé bleu sur incolore et gravé d'une palmette (CHENET, 1920).

II. Autres productions (Bercettes-Pairu)

34L'atelier des Bercettes a produit surtout de la gobeleterie, à l'exclusion du verre plat, et probablement peu de flaconnage.

35La plupart des tessons sont de belle qualité, sans bulle ou inclusion, de couleur vert très clair, tirant parfois vers le "turquoise". La corrosion en a seulement attaqué la surface en la dépolissant, sans aucune altération en profondeur, en laissant parfois intactes des veines brillantes. On constate ainsi un amincissement de plusieurs dixièmes de millimètres, et la partie la plus mince de certains objets a disparu.

36Le verre bleu azur ne représente qu'une part minime de la production mais il a mieux résisté à la corrosion. La plus grande partie a été retrouvée non pas sous forme de débris d'objets ou de chutes de fabrication, mais en fragments épais, brisés ou étirés et déchiquetés à l'état pâteux, forme jamais observée pour le verre courant. Leur couleur, quoique très pure, est si foncée qu'ils paraissent opaques dès que leur épaisseur dépasse un millimètre. Est-ce sous cet aspect que les verriers se procuraient le "saffre" (colbalt) ? Quelques tessons sont opalins, légèrement bleutés. S'agit-il d'une fabrication intentionnelle, ancêtre du "lattimo", ou d'un début de dévitrification utilisé par hasard ? Un unique tesson est pourpre violacé (probablement coloré au manganèse). Les types et décors observés aux Bercettes sont à peu près tous connus à Pairu, mais leur extrême fragmentation rend souvent leur interprétation difficile. Par exemple, les calottes sphériques2 sans décor, d'un rayon de courbure d'environ 3,5 cm et d'une surface de 2 à 4 cm, aux bords irréguliers, ont pu appartenir à une coupe, un urinai, un flacon ou une lampe. Quelques tessons ne rappellent aucune forme connue. Mais s'agit-il de types non répertoriés, de stades intermédiaires de la fabrication, ou de chutes ?

a) Les coupes à haute tige (Fig. 4 & 5)

37Elles constituent l'essentiel de la production de ces deux ateliers, avec une grande variété de pieds, tiges et coupes. La trop grande fragmentation des tessons n'a pas permis sauf pour le verre no 20, de retrouver ces éléments en connexion, de sorte que les hypothèses de reconstitution ne peuvent s'appuyer que sur les découvertes des fouilles urbaines. Leur énumération serait fastidieuse. On consultera avec profit les fouilles du Louvre, St-Denis, Châlons-sur-Marne, Metz, les exemples étudiés par E. Baumgartner et I. Krueger (BAUMGARTNER et KRUEGER, 1985) et le remarquable catalogue de l'exposition Phoenix aus Sand und Asche (BAUMGARTNER et KRUEGER, 1988).

38Le pied à fond refoulé, double paroi et vide périphérique que les ateliers d'Argonne ont fabriqué du IIIème au XVIIème siècle n'est représenté ici que par deux gobelets, l'un à Pairu, l'autre aux Bercettes (no 18). S'il ne s'agit pas d'une importation, ce type a dû être très peu fabriqué. Il en serait autrement si ces deux fours avaient fonctionné au XVème siècle, où ce gobelet devient à la mode, mais la plupart des fours d'Argonne paraissent alors éteints.

39La totalité des pieds de coupe des deux sites relève donc d'une seule technique : forme "trompette", simple paroi mince (environ 0,5 mm), léger bourrelet à la base, décor de nervures à profil arrondi dont le faible relief naissant à la base atteint son maximum à mi-hauteur et s'estompe à mesure que le pied s'élève (no 17).

40Seuls diffèrent le diamètre à la base (12 cm maximum à Pairu ; 8 cm maximum aux Bercettes) ; le bourrelet périphérique qui peut dépasser dessus, dessous ou de chaque côté ; le nombre des nervures difficile à évaluer sur des petits tessons, et le sens de l'hélice. Citons aussi à Pairu un pied rare, plus épais, dont les nervures s'arrêtent brusquement avant la soudure d'une tige massive (no 19).

41La plupart des pieds se prolonge vers le haut par une tige tubulaire (no 13). Elle peut être longue, et soudée directement au fond de la coupe. Dans ce cas, on aperçoit au milieu de la soudure, la trace du pontillage qui a servi pour terminer le façonnage du bord de la coupe (no 14). Elle peut aussi être courte, et prolongée par une tige massive agrémentée d'un bouton plus ou moins ouvragé, et à l'extrémité d'un renflement en bulbe ou balustre.

42Trois types de boutons ont été observés. Le seul existant aux Bercettes est une collerette en forme de disque, de 2 mm d'épaisseur et environ 2 cm de diamètre. A Pairu, on observe aussi un disque, mais un peu plus épais et travaillé à la pince, rappelant les pales d'une hélice (no 166). Ces deux types garnissent exclusivement les tiges massives. Le troisième formé d'un gros fil de verre enroulé et lissé, garnit aussi bien les tiges creuses que la jonction du pied avec une tige massive (no 15).

b) Flaconnage (Fig. 6)

43Bien qu'il n'ait pas constitué la principale activité de Pairu, une certaine variété de types a pu être observée. Les cols (no 25) et les fonds (no 28) sont bien identifiables, les panses brisées peuvent être confondues avec des tessons de coupes. C'est toujours le "verre fougère" qui est employé, la qualité ne paraissant pas différente du reste de la production. Les capacités paraissent inférieures au litre, excepté pour une bonbonne, et les parois sont minces. Un seul décor est observé. Ces panses étaient sphériques ou piriformes, sans aplatissement latéral ; les fonds, déprimés pour permettre l'assise, sont pontillés.

44Quelques bouteilles étaient ornées de petites côtes, semblables à celles des coupes, se prolongeant jusqu'à la dépression du fond (no 28 a, b, c). Bien qu'aucune connexion n'ait été observée, il est probable que les anses creuses (no 27) ou pleines, devaient être adaptées sur certains flacons.

c) Formes rares ou nouvelles (Fig. 6, no 26-27 ; Fig. 7)

45A Pairu, en l'absence de tessons de taille suffisante, seule la comparaison avec le mobilier des fouilles urbaines d'habitats médiévaux (en général mieux conservé) nous permet d'identifier certains objets produits :

  • burinai, très utilisé par les médecins pour l'examen visuel des urines. Le verre n'étant pas incolore, le verrier y remédiait en amincissant la paroi au maximum. Sa fragilité ne permet de retrouver que le fond, avec la trace du pontillage, et l'encolure évasée souvent confondue avec un pied de coupe, mais qui s'en distingue par l'absence de décor (no 29) ;

  • la lampe à huile est connue surtout par l'iconographie. En subsistent à Pairu les fonds, un tesson important du corps conique, et quelques lèvres (no 30) ;

  • un modèle de coupe, jusqu'ici inconnu a été fabriqué en grande quantité (no 20). D'après la soudure, la tige est soit massive, soit creuse avec pontillage intérieur ;

  • les anses creuses, toujours galbées (en forme de bec de cafetière) sont abondantes. Leur utilisation ne fait aucun doute : leur base aplatie présente parfois des traces de soudure sur une paroi sphérique (coupe, flacon, aiguière ?) (no 27) ;

  • d'autres anses, en fil de verre étiré de 6 à 8 mm de diamètre, sont modelées à la pince, et très voisines d'un modèle gallo-romain (no 26).

d) Le décor "pointillé" (Fig. 8)

46Le décor "pointillé" signalé à Pairu par Chenet, a connu aux XIII-XIVèmes siècles une large diffusion dans le bassin moso-rhénan. L'atelier des Bercettes l'a employé dès ses débuts mais seulement sur les coupes campaniformes. Elles sont alors entièrement décorées de dépressions semblables à des piqûres d'épingle, y compris sur la base jusqu'à la soudure de la tige. Rares sont les pièces agrémentées d'un début de motif rayonnant. Fréquemment les empreintes sont ovalisées lors de l'arrachage au démoulage, peut-être à cause d'une "dépouille" insuffisante du moule, ou de la maladresse du souffleur. Elles n'ont jamais la finesse et la parfaite répartition en quinconce des décors de Pairu. Sur ce dernier site, la partie inférieure du décor comporte habituellement un ensemble de pétales et de lunules. Ce décor se retrouve sur une plus grande variété de types, y compris des coupes à facettes ou à fond plat de grand diamètre.

FABRICATION (Les Bercettes-Pairu)

I. Les chutes de fabrication

47Elles sont d'une extrême variété et représentent la plus grande partie du mobilier. Beaucoup sont sans intérêt (coulures) ou difficilement identifiables, mais d'autres nous renseignent sur l'outillage, ou sur les procédés de fabrication utilisés :

a) Gouttes d'essai

48A peu près sphériques, elles ont 6 à 8 mm de diamètre. Prélevées dans le creuset à l'aide d'un pontil, elles permettaient de suivre la progression de la fusion. D'abord opaques, elles finissaient par devenir transparentes, prenant alors parfois la forme classique de la "larme batavique". Retrouvées aux Bercettes et au Binois, elles paraissent caractéristiques des verreries anciennes. A partir du XVIème siècle, elles se raréfient : on laisse plutôt tomber la goutte de verre fondu qui s'étale au sol en forme de poire aplatie ou de disque à la face supérieure convexe.

b) Meule

49Ce terme verrier (XVIIIème siècle) désigne le verre encore adhérent à la canne après achèvement de l'objet. La canne est refroidie à l'eau, ce qui détache souvent en partie la "meule" ; le reste est enlevé par quelques coups de marteau. Les fragments de "meule", très abondants, présentent parfois l'empreinte de l'extrémité de la canne dont ils révèlent le diamètre.

c) Opercules et pontillages

50Le tamisage en a livré des exemplaires ; issus d'une petite goutte de verre aplatie en disque de 2 à 3 mm d'épaisseur, ils ont de 5 à 12 mm de diamètre. Ils sont habituellement adhérents à un objet terminé, mais leur température trop basse a dû empêcher leur soudure.

d) Paraisons

51Il en a été retrouvé à Pairu, à divers stades de la fabrication, depuis le début du soufflage jusqu'à la fin du moulage (Fig. 5, no 21). Leur volume devrait être évalué en fonction de l'objet prévu. mais parfois la paraison, trop grosse, est restée coincée dans le moule à nervures. L'ouvrier a bien essayé de la tirer à l'aide d'une pince, mais n'a réussi qu'à l'aplatir. Parfois aussi, en raison d'une position défectueuse de la canne, elle s'est affaissée sous son propre poids. Sortant du moule à nervures, la paraison avait la forme d'un cylindre cannelé de 3 à 4 cm de diamètre, terminé en bas par une demi-sphère lisse, et rattaché à la canne par une partie conique. Ce "bonnet", vers la fin de l'opération, était détaché de la canne et de l'objet. Nous en retrouvons les fragments brisés, portant à un bout l'empreinte de la canne, à l'autre le début des nervures (Fig. 5, no 22).

52Après pontillage, le bord de la coupe (ou du pied) était égalisé aux ciseaux, laissant de nombreuses chutes en forme de croissant, où se devine parfois la trace du décor.

53Très peu de pièces décorées en fil de verre ont été retrouvées (Fig. 9, no 32), mais de nombreux restes d'étirages intentionnels subsistent, certains détachés de la pièce où ils étaient mal soudés. La fouille de 1975 concluait, peut-être hâtivement, que Pairu n'avait pas employé le décor par application de gouttes de verre. Bien qu'aucun n'ait été identifié, certaines gouttes considérées comme coulures accidentelles pourraient avoir orné une paroi.

II. Procédés de fabrication

a) Le moulage

54Bien qu'aucun moule, même brisé, n'ait été retrouvé, l'étude du matériel atteste l'usage courant de cette technique, non pour donner une forme aux objets, mais pour y imprimer un décor.

55La comparaison d'un grand nombre de tessons provenant d'étapes successives de la fabrication montre qu'un seul moule, imprimant son décor sur une paraison à la première phase du soufflage (que l'on appelait au XIXème siècle et sans doute bien avant "percer le verre") peut donner naissance à toute une famille d'objets de formes diverses. Elles seront obtenues, après que la paraison soit extraite du moule, par les différentes opérations de finition : soufflage plus ou moins intense, "en l'air" ou dans un second moule, balancement de la canne qui allonge l'objet, réchauffage à l'ouvreau, pontillage éventuel, rotation rapide obtenue en faisant rouler la canne ou le pontil sur le "banc", pendant qu'on façonne la pièce à l'aide d'un outil.

56Le décor imprimé sur la paroi se dilate en même temps qu'elle, perdant du relief à mesure que sa surface augmente, et devient presque imperceptible à proximité du bord. La preuve en est fournie par certaines chutes d'égalisation des bords après détachement de la canne et avant évasement de la coupe, elles portent encore la trace du décor. Cette disparition n'intervient cependant que pour les décors de peu de relief. Si ce dernier est trop important (côtes pincées ou très épaisses) sa rigidité l'empêche de se déformer, et la paroi ne pourra se distendre et s'amincir qu'entre les côtes, qui paraîtront correspondre intérieurement à une surépaisseur de la paroi (Fig.5, no 24).

57On voit donc le décor issu d'un seul moule orner des coupes de formes diverses : cloche, tulipe, demi-sphère, allant jusqu'au plateau à fond plat et bords relevés (décor pointillé) ou même à fond outrepassé (petites nervures) (Fig. 5, no 20).

58Le décor hélicoïdal des pieds a aussi pour origine le moulage de petites côtes droites. Le mouvement de torsion a pu leur être donné par rotation intentionnelle ou lors de la sortie du moule.

59Les "côtes pincées" à profil triangulaire ont-elles été réellement formées à la pince ? Le moulage paraît certain pour la plupart de ces verres, qui en portent des traces non équivoques (Fig. 5, no 23).

60Comment expliquer les côtes en surépaisseur à l'intérieur des coupes à décor pointillé ? Quelques tessons "ratés" en cours de fabrication révèlent un premier soufflage avec moulage de côtes externes, suivi d'un second dans un moule à pointillés, qui égalise la face externe et reporte vers l'intérieur la surépaisseur des côtes (Fig.8). Ce procédé sera utilisé fin XVIème, courant XVIIème siècles pour décorer de nervures internes, visibles par transparence, les balustres de coupes à pied d'inspiration italique (fouilles de la Chevrie et Pologne, prospection au Four de Paris).

b) Le coulage

61L'hypothèse de fabrication du verre plat par coulée (voir description du four de Pairu), émise après la fouille de 1975, est confortée par la découverte de "marbres" de dimensions importantes, qui ne peuvent être confondus avec les "tuilettes" d'ouvreau, et qui ont pu servir à la coulée ; le verre semi-liquide, reçu sur le marbre, se solidifiait en plaque, aidé par un léger étirage. Les bords des plaques présentent un bourrelet, conséquence d'une solidification plus rapide, comme ceux du verre plat de la verrerie gallo-romaine des Houis (III-IVème siècles), où un procédé du même genre était déjà utilisé.

c) Les boutons

62On peut suivre à Pairu les étapes de la fabrication du bouton torsadé qui orne les tiges massives (Fig. 4, no 16 a et b).

63Une goutte de verre est aplatie sur un marbre et forme un disque approximatif d'environ 22 mm de diamètre et 6 mm d'épaisseur. Il est placé sur une matrice à trou central et percé à l’aide d'un pontil d'un diamètre un peu supérieur à celui de la tige à garnir. Après démoulage, il est enfilé sur la tige, puis tordu à la pince, ce qui assure en même temps le serrage et la soudure.

64D'autres disques de verre, beaucoup plus épais, sont probablement des fusaïoles (Fig. 4, no 16 c).

COMPOSITIONS

65Nous devons à Mr Velde, professeur de géologie à l'Ecole Normale Supérieure, et à Mr Barrera, responsable du traitement du verre des fouilles de la Cour Napoléon du Louvre, l'analyse d'un important échantillonnage de verres anciens d'Argonne, dans le cadre d'une étude d'ensemble des compositions du verre médiéval en France. Pairu et les Bercettes y sont classés dans les compositions calciques (rapport CaO/ CaO + K20 supérieur à 0,7), à très bas sodium et haut potassium, caractéristique typique des verres forestiers d'Argonne jusqu'à la fin du XVIIIème siècle.

66Avec la permission des auteurs, nous extrayons de cette étude le graphique no 11 (Fig. 10a) où figurent, avec l'Argonne (en gris) les fouilles urbaines les plus voisines, Châlons et Metz. La différence est nette entre les compositions du XVIème siècle (en haut) et celles de Pairu et des Bercettes (en bas). Le verre plat, d'origine incertaine n'y figure pas.

67Afin de mieux cerner ressemblances et différences entre les deux sites, nous avons recherché quels éléments pouvaient avoir des rapports significatifs. La représentation graphique du rapport CaO / K2O fait nettement apparaître que, malgré l'extrême ressemblance de la matière et des formes, les compositions appartiennent pour la plus grande part à des formules différentes (Fig. 10b).

68Les compositions des Bercettes sont remarquablement constantes, K20 ne variant que de 12 à 13 % et CaO de 17 à 18 %. Cela est dû sans doute à l'utilisation d'une "recette" unique et à une provenance invariable des matières premières, conséquences probables d'une durée d'activité courte, avec un seul "maître fondeur", appuyant l'hypothèse d'une "coupe à blanc" qui aurait précédé la charte de 1246 (cf. infra).

69Les compositions de Pairu sont beaucoup plus dispersées. On peut en tirer des conclusions inverses : multiplicité des recettes, matières premières provenant d'origines diverses, conséquences probables d'une longue activité, avec plusieurs "fondeurs" ayant chacun sa méthode et son tour de main.

70Deux groupes se détachent nettement : d'une part celui à haut K2O et bas CaO, d'autre part celui à bas K2O qui pourrait se subdiviser en haut et bas CaO.

71Les compositions des Bercettes se placent curieusement entre ces trois groupes, deux échantillons seulement de Pairu ayant une composition voisine des Bercettes. Faut-il en déduire que l'activité des Bercettes s'est intercalée dans une période de "four mort" à Pairu et dans une évolution progressive des compositions, ou que Pairu a "brodé" autour d'un thème original qui lui est antérieur ?

72Des approches différentes ont été tentées avec d'autres éléments. Celle qui a donné le meilleur résultat est le couple fer/manganèse, ces deux corps pouvant être amenés involontairement par les matières premières qui en contiennent (sable pour Fe, cendres de hêtre pour Mn) ou intentionnellement (parcelles métalliques dans un creuset de Pairu, usage du "savon des verriers"). On constate à l'inverse du graphique précédent, une relative constance à Pairu, avec seulement quelques concentrations élevées en Mn, tandis que les Bercettes, compte tenu du plus petit nombre d'échantillons, présentent presque partout des teneurs élevées, probablement supérieures à celles que donnerait l'utilisation exclusive de cendres de hêtre, l'élément local qui en contient le plus (Fig. 10c). On peut donc considérer comme probable l'utilisation habituelle de manganèse aux Bercettes, alors qu'elle n'est qu'exceptionnelle à Pairu.

73L'usage de cendres forestières pour la composition du verre est encore attesté aujourd'hui par le toponyme "le Savon" désignant un pré à la lisière des bois de Neuvilly. Ce terme était toujours employé dans la région au début du XIXème siècle pour désigner les divers fondants, sans distinction d'origine. Il est probable que les "cendres de fougères" dont font mention les anciennes recettes devaient être entendues dans un sens large et désigner aussi les genêts et arbustes de toutes sortes. Une analyse précise des matériaux locaux possibles (cendres et siliceux divers) permettrait sans doute d'affiner ces premières hypothèses, surtout si elles pouvaient être recoupées par une étude des ateliers voisins ayant fonctionné à la même époque et découverts depuis peu (le Gué, la Cheppe, Beauchamp).

DATATION ET HISTOIRE

74Les ressemblances entre les ateliers de Pairu et des Bercettes sont frappantes : même technique de construction des fours, dont la forme et les dimensions sont très voisines, mêmes formes de coupe à haute tige creuse ou pleine, mêmes décors de nervures, côtes ou pointillés. Par contre, verre plat et flaconnage ne sont signalés qu'à Pairu, tandis que la gobeleterie de couleur est plus fréquente aux Bercettes, seul site où l'on retrouve du "safre". Rien de tout cela ne permet de présumer l'antériorité de l'un ou de l’autre. Mais une apparence plus fruste dans la production des Bercettes pourrait la faire supposer plus ancienne. L’aspect du verre et son état de conservation ne sont pas des critères probants, car ils dépendent du milieu environnant. Il est sec, minéral et acide (sable de gaize) sur le plateau des Bercettes, où le verre est seulement dépoli et aminci, tandis qu'à Pairu, le terrain humide, riche en cendres et en débris organiques, a favorisé la corrosion profonde, cryptogamique et bactérienne, en particulier sur le verre plat.

75On peut penser, en constatant l'énorme volume du crassier de Pairu et la diversité plus grande de ses fabrications, que le four a fonctionné plus longtemps et peut-être plus tardivement. Les vitraux découverts, s'ils ont été destinés à l'église de l'abbaye de la Chalade, ont pu appartenir aussi bien à l'édifice primitif des XII-XIIIème siècles qu'à celui du début XIVème siècle. Les types de creusets sont nombreux à Pairu, alors que trois seulement ont été utilisés aux Bercettes ; la dispersion plus grande des proportions dans la composition du verre indique à Pairu plusieurs "recettes" et probablement plusieurs opérateurs. L’atelier des Bercettes, dont les compositions sont remarquablement constantes, n'a fonctionné que peu de temps. Une date d'extinction certaine peut être fixée pour les deux sites :

  • pour Pairu, c'est 1365-66 où les "Bretons" (probablement les Grandes Compagnies) débordent la frontière lorraine, envahissent et dévastent le Clermontois, qui mettra plus d'un siècle à s'en remettre. Tous les fours des environs sont éteints (les "inventaires des usuynes" du XVème siècle n'en mentionnent aucun), le premier reconstruit sera le "Binois" en 1495 ; Pairu ne sera pas rallumé ; les verriers s'installeront sur des sites voisins : "la Chevrie" et le "Four-les-Moynes" ;

  • pour les Bercettes, c'est 1246, date où le bois où se trouve le four fut attribué aux habitants de Neuvilly par charte d'affranchissement. La mesure du géomagnétisme rémanent offre deux datations possibles : 1100-1250, qui concorde bien avec ce document, 1400-1475 incompatible avec le contexte historique local aussi bien qu'avec les types de verres produits. La chartre d'affranchissement du village voisin, Aubréville (1247), fixe la limite de son territoire, à l'Est, aux "verrières" proches.

76Les dates d'installation sont plus problématiques. La forêt où se trouve Pairu avait été donnée au moins avant 1183 (LESORT, 1905-1906) mais il est douteux qu'une activité régulière ait pu s'y maintenir avant les premières années du XIIIème siècle où cessa le véritable brigandage exercé par les seigneurs de Clermont, Ste Menehould et Vienne-le-Château (LESORT, 1905-1906., p. 5). La trouvaille monétaire de Pairu va dans le même sens.

77Nous connaissons les origines des verriers à partir du XVème siècle, par les généalogies des gentilshommes verriers. Mais la piste la plus ancienne est la Vôge, qui n’a peut-être été qu'une étape pour les verriers de la Forêt Noire ou de la Bohême. Nous le soupçonnons au début du XVIème siècle par le mariage de Warin Des Androuins qui paraît reprendre un métier tombé en "quenouille" (JANNIN, 1980, p. 19). La toponymie argonnaise, à défaut de documents d'archives, nous signale la présence des Hennezel, qu'on dit d'origine souabe, et qui ont essaimé encore beaucoup plus loin. Les lieux-dits qui évoquent leur présence se trouvent à l'extérieur du massif forestier actuel. Ils sont témoins de défrichements antérieurs à la guerre de Cent Ans et à la peste noire, quand les besoins en bois étaient encore faibles par rapport à l'étendue des forêts, mais que la pression démographique, croissant dans les vallées voisines, poussait aux essartages périphériques. Ils sont proches de sites verriers anciens, jusqu'ici mal repérés :

  • Le pré des Hazelles, entre Ste Menehould et le village de Verrières (51) ;

  • Hannezet, près de Le Chemin (51), où une chapelle témoin d'un habitat disparu existait encore au XVIème siècle, non loin du lieu-dit "le Four à Verre" dépendant de l’abbaye de Chatrices ;

  • La Hazette, entre le four des Bercettes et Neuvilly.

78On peut en rapprocher le surnom de "Hazis" donné aux verriers d'Argonne, de temps immémorial. Une étymologie fantaisiste en avait été proposée (de ardere = ars = brûlé en vieux français) qui ne résiste pas à l'examen, non plus qu'un problématique "haze" = hêtre, qui n'a jamais été employé en Argonne, où la toponymie comme les archives ne désignent cet arbre que par les dérivés de "fagus" : faux, fay, failly, faing.

79Il y a aussi des preuves matérielles, sinon de l'origine des verriers, du moins de leurs relations avec des verriers de l'est.

80La première est la présence de "safre", colorant azur, non pas sous sa forme brute (minerai de cobalt, qui pourrait provenir de Ste-Marie-aux-Mines) mais en composition vitreuse déjà élaborée.

81La seconde est un unique fragment de bord de coupe (Pairu) de couleur jaune clair, décoré d'un filet vert, sans corrosion et parfaitement transparent (Fig. 9, no 33). Deux analyses concordantes (pondérale à Bonn par Mme Krueger, et à la microsonde électronique à Paris, par Mr Velde) révèlent un cristal d'une extrême pureté, avec 70 % de plomb, bien antérieur au cristal anglais du XVIIIème siècle qui n'en contient que 30 %. Son origine rhénane ou bohémienne est probable.

82La troisième est la matière de certains creusets : à Pairu, c'est une kaolinite parfaitement blanche dont l'origine la plus proche pourrait être alsacienne. Au Binois, dans un contexte du XIVème siècle, c'est un tesson dont la texture très granuleuse révèle une proportion élevée de sable cristallin grossier, au lieu de la "chamotte" habituelle. Un texte du chimiste Orfila le décrit parfaitement : "Creusets à pâte grossière ou creusets de Hesse... on les prépare avec une argile très riche en alumine et au moins le double de sable quartzeux..." (ORFILA, 1851, p. 454). Il s'agit bien entendu de la Hesse allemande, région d'ancienne tradition verrière, et non de la "Forêt de Hesse", à 2 km des Bercettes et où l'on trouve... Verrières-en-Hesse. Coïncidences pour le moins curieuses !

83Ce faisceau de présomptions nous oriente vers les régions rhénanes, comme bien des siècles plus tôt la nécropole "franque" de Lavoye, toute proche, qui avait déjà fourni des verres de forme et de composition bien différente des verres gallo-romains d'Argonne. Depuis cette époque, la production locale a suivi plutôt les modes et les techniques continentales, l'influence méditerranéenne ne se faisant sentir qu'au début du XVIème siècle.

84Les abbayes ont joué un rôle important dans l'histoire des verreries d'Argonne. A partir du XIIIème siècle, la plupart ont un four à verre sur leur territoire. Il ne s'agit pas de verreries monastiques : les verriers mangent de la viande, jouent aux dés, comme le montre le mobilier trouvé en fouille. Si les moines ont favorisé leur installation, c'est autant pour tirer parti de forêts difficilement exploitables que pour utiliser leur production. Ils ont ainsi permis et même provoqué la diffusion de cette industrie dans toute l'aire de l'expansion cistercienne, où les relations entre monastères de même obédience étaient très développées. Dans les périodes troublées, ils ont réussi à préserver l'essentiel, et la paix revenue, c'est souvent à partir des monastères que reprendra une activité normale. Ainsi, la verrerie du Bois Japin, dépendant de l'abbaye de Lisle-en-Barrois, paraît être seule active au XVème siècle en Argonne. C'est de là que vient Thierry Bigault, qui relève la verrerie du Binois, la première rallumée de la vallée de la Biesme (1495). C'est au "Four à Verre" de l'abbaye de Chatrices que débute l'activité de Warin des Androuins, qui créera le Neufour en 1527, et les moines de la Chalade sont les premiers à installer des verreries près de leur monastère, dès que prend fin la guerre de Trente Ans.

CONCLUSION

85Les conclusions de la fouille du Pairu en 1976 sont dans l'ensemble confirmées. Ces recherches ont permis l'identification de formes complètes, dont plusieurs nouvelles, et de fructueuses comparaisons avec le matériel de fouilles urbaines, ainsi qu'une meilleure compréhension de certains procédés de fabrication.

86Les hypothèses sur la structure disparue du four de Pairu sont confirmées, par comparaison avec celui, mieux conservé, des Bercettes.

87La fréquence plus ou moins grande des types et des décors ne permet pas à première vue une exploitation statistique. Certains ont pu être des prototypes ou des essais non poursuivis, et un type courant, facile à exécuter, pourra laisser moins de traces (objets ratés, brisés) qu'un type plus rare, dont la fabrication difficile produit de nombreux déchets. Il faut surtout rappeler le réemploi habituel du verre cassé (dont la quantité devait être beaucoup plus importante) sous forme de "groisil" mélangé aux composants du verre neuf.

88La richesse de l'Argonne en sites verriers médiévaux, particulièrement des XIIIème et XIVème siècles permet d'espérer des découvertes importantes, à condition qu'ils soient efficacement protégés et exploités à bon escient. On peut souhaiter, ce qui a été fait jusqu'ici, que les fouilles nécessaires ne soient que partielles, afin de permettre un jour des recherches plus affinées. La détection et la protection de nouveaux sites devraient être un souci majeur, les travaux agricoles et forestiers les exposant maintenant à une destruction rapide et complète.

  • 3 voir par exemple le remarquable travail de A. Stenger sur les verreries dAlsace (STENGER, 1988).

89Il serait sans doute exagéré de considérer l'Argonne comme une région verrière pilote. La similitude de ses productions avec tout ce que découvrent les fouilles d'habitats médiévaux en Europe du Nord ne doit pas faire illusion, ni la cinquantaine de sites recensés. Il y a vraisemblablement, dans les régions où le sable et le bois abondaient, bien d'autres centres de production que révèleraient des recherches systématiques3. Mais à travers l'étude des ateliers d'Argonne, nous commençons à entrevoir la rapide diffusion des techniques et la mobilité des artisans qui, dans le Moyen-Age à peine sorti du "Siècle de Fer", ont créé une civilisation plus raffinée que nous l'apprenaient nos vieux livres d'histoire. La silhouette gracile d’un verre à haute tige ne le prouve-t-elle pas mieux que toutes les démonstrations ?

90Si cette étude apporte quelques réponses aux nombreuses questions posées par le verre du Moyen-Age, elle fait aussi ressortir des zones d'ombre que des recherches locales ne suffiront pas à éclairer. N'est-il pas significatif de trouver, parmi les pays qui s'intéressent au verre d'Argonne, non seulement ses proches voisins la Belgique, l'Allemagne et la Suisse, mais aussi l'Angleterre, l'Espagne, la Tchécoslovaquie, la Pologne ? Notre reconnaissance va particulièrement à la roumaine I. Bucur, à l'allemande I. Krueger, au citoyen des U.S.A. B. Velde, pour leurs analyses, au suisse E. Baumgartner pour la présentation du verre de Pairu aux expositions Phoenix aus Sand und Asche de Bâle et Bonn en 1988, à l'argentin J. Barrera et à H. Cabart pour leur participation aux fouilles et aux dessins, et aux modestes mais méritants fouilleurs locaux.

91Le travail du verre a encore aujourd'hui, pour le non initié, un aspect presque magique. Malgré tous les progrès techniques, la réalisation de certaines pièces anciennes poserait aux verriers actuels des problèmes difficiles à résoudre. Une branche relativement nouvelle de l'archéologie cherche maintenant à reconstituer expérimentalement les procédés anciens, tels que la taille du silex, la construction des cabanes, la cuisson des céramiques, la coulée du bronze. Souhaitons que bientôt un maître verrier féru d'archéologie s'engage dans cette voie et retrouve pour notre émerveillement (pourquoi pas en Argonne ?) les anciens secrets.

92Dessins : Jorge BARRERA, Pierre BUZZI, Christelle FAYE, François JANNIN.

Notes

1 Crétacé, étage cénomanien, formation marine (spicules de spongiaires agglomérés par un ciment de calcédoine et d'opale) ; matériau léger, peu résistant mais facile à tailler et relativement réfractaire. La partie supérieure du banc offre seule une qualité acceptable pour la construction de bâtiments. Elle a été exploitée jusqu'au début du XXème siècle, en particulier dans une carrière proche, au "Chemin de la Barricade" pour la construction des fours.

2 Pour la cuisson de la grisaille, les verres étaient habituellement empilés, séparés par une couche de plâtre. Faute de plâtre, c'est la cendre qui a été utilisée ici, et qui est parfois restée adhérente à la grisaille.

3 voir par exemple le remarquable travail de A. Stenger sur les verreries dAlsace (STENGER, 1988).

© ARTEHIS Éditions, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search