Version classiqueVersion mobile

Aspects de l’artisanat en milieu urbain : Gaule et Occident romain

 | 
Pascale Chardron-Picault

Le travail des matières organiques

Le quartier artisanal de la rue Daubonneau à Saintes (Charente-Maritime)

Production de viande et artisanat de l’os aux ier et iie s. ap. J.-C.

Karine Robin, Marilyne Salin et Isabelle Bertrand

Résumé

Capitale de la cité des Santons, située au carrefour de voies importantes, Saintes (Mediolanum Santonum) possède pendant le Haut-Empire une activité artisanale relativement variée et répartie dans différents quartiers. Pendant les ier et iie s. ap. J.-C., au sein du quartier Daubonneau, situé en limite nord-ouest de l’agglomération, des artisans sont spécialisés dans l’exploitation des ressources animales : les uns dans la production de viande, avec la boucherie, les autres dans la préparation de la matière osseuse et la fabrication d’objets. Tout en soulignant l’existence d’une complémentarité entre deux artisanats liés aux matières animales, l’étude du site complète nos connaissances sur Saintes antique et sur l’organisation des activités artisanales en contexte urbain gallo-romain.

Texte intégral

1L’agglomération de Mediolanum Santonum (chef-lieu de cité des Santons), en Aquitaine romaine, est un carrefour important dans le réseau routier antique ; elle est traversée par une voie reliant du sud au nord, Bordeaux (Burdigala) à Autun (Augustodunum), et par la voie dite d’Agrippa se dirigeant vers Lyon (Lugdunum), capitale des Trois Gaules.

2L’agglomération antique s’étend sur la rive gauche de la Charente, sur un plateau calcaire très escarpé et le long du fleuve, en contrebas de cette colline. Des dernières décennies de notre ère jusqu’au règne de Claude, se développe une nouvelle architecture publique, inspirée par les modèles romains, dont l’arc dit de Germanicus et l’amphithéâtre sont aujourd’hui conservés (Maurin et alii, 2007, p. 126) (fig. 1). Le développement du réseau viaire, axé sur la voie décumane, ainsi que des quartiers d’habitations et/ou d’activités artisanales montre le dynamisme économique de la cité jusqu’au iie s. ap. J.-C.

Fig. 1. Localisation du site de Daubonneau (DAO K. Robin, Service Départemental d’Archéologie de la Charente-Maritime, 2007).

3Le quartier artisanal de Daubonneau est implanté à la limite nord-ouest de l’emprise urbaine. L’étude de certains mobiliers : faune, ossements travaillés et objets, permet de restituer le déroulement des activités liées à l’exploitation des animaux, depuis le traitement des carcasses jusqu’à la production de viande et aux produits fabriqués en matière dure.

I. Le quartier artisanal de la rue Daubonneau

4Depuis 1981, de nombreuses fouilles préventives précisent l’occupation de ce quartier de la ville antique, depuis l’époque augusto-tibérienne jusqu’au iie siècle ap. J.-C. La nécropole de Saint-Rémy (à 300 m à l’ouest de la rue Daubonneau) fixe la limite occidentale de cette zone à vocation artisanale qui a également été reconnue sur cette parcelle sur plus de 11,2 ha (Maurin et alii, 2007, p. 86). Au iie siècle, sur le site de la clinique Richelieu (à 150 m au sud-ouest de la rue Daubonneau), deux fours de potiers, des bassins quadrangulaires à cupules (teinturerie ?), des puits et des constructions similaires à celles de la rue Daubonneau indiquent une occupation principalement tournée vers des activités artisanales (Maurin et alii, 2007, p. 145-156).

Fig. 2. Plan du site du quartier Daubonneau (DAO K. Robin, O. Richard, S.D.A. 17, 2007).

Fig. 3. Coupe de la structure 83 (DAO K. Robin, O. Richard, S.D.A. 17, 2007).

5Sur le site de la rue Daubonneau les structures augusto-tibériennes correspondent à des forages de puits et des creusements destinés à extraire des matériaux comme l’argile et le calcaire.

6C’est à partir du milieu du ier siècle que le quartier se structure, avec une voirie est/ouest (fig. 2), un espace public (l’esplanade) et des bâtiments à caractère privé. À l’est, les deux rues décumanes délimitent trois zones peu construites. L’esplanade nord-sud est bordée d’un ensemble bâti à l’ouest sur plus de 200 m de longueur (6 600 m2). La partie avant de ces constructions s’organise en une série de petites pièces de 20 à 25 m2 qui correspondent à des boutiques et/ou des ateliers ouverts. Les sols sont réalisés en calcaire damé et de nombreuses pièces possèdent un foyer fait de fragments d’amphores. Les murs sont construits en matériaux périssables. Des solins de pierres sèches associés à des trous de poteaux ou des bases de piliers constituent les fondations de ces constructions.

7Les habitations, qui s’organisent parfois autour de cours privées dont certaines sont pourvues d’un puits, présentent un plan diffèrent de celui des domus connues sur les sites proches de « Ma Maison » (Maurin et alii, 2007, p. 200-203) ou de l’école Émile Combes (ibid., p. 210-217). Ici, les salles sont de petite surface, sans décor intérieur ; des couloirs et/ou des cages d’escaliers semblent indiquer la présence d’étages. Au cours du iie siècle, les anciens murs des façades sont remplacés par des murs maçonnés plus épais, en moellons calcaires liés au mortier. Au moins trois îlots ont été distingués, chacun d’une vingtaine de mètres en façade et n’excédant pas 18 m de profondeur.

8La partie orientale de la zone explorée montre une quasi-absence de constructions. Au sud, un espace de plus de 2 500 m2 est matérialisé par deux murs de clôture délimitant une parcelle non construite. Quelques poteaux et des fosses d’extraction d’argile indiquent néanmoins une activité au cours du ier siècle après J.-C. Cet espace-enclos pourrait alors correspondre à une aire destinée au parcage des animaux.

9L’activité artisanale est installée surtout dans le secteur sud-ouest de ce quartier (fig. 2), au sein de l’habitat privé. Des déchets de boucherie ont été identifiés dans une fosse (st. 83) tandis que la structure 3074 et la pièce 139/159 ainsi que les niveaux archéologiques environnants ont livré des rejets liés au travail de l’os et du bois de cerf.

II. Une production de viande d’après les vestiges de la structure 83

10Cette fosse est localisée à l’arrière de salles qui s’organisent sur la façade occidentale de l’esplanade. Il s’agit d’une fosse de forme quadrangulaire (3 m sur 1,88 m, 1,15 m de profondeur) creusée dans le substrat. Les parois sont sub-verticales et le fond est plat (fig. 3). Elle a reçu des déchets de désossage de quartiers de viande (U.S. 1402 et 1383) associés à de la céramique commune du milieu du ie s./iie s. La structure est scellée par une couche de limon (U.S. 1382) et un sol de calcaire pilé (U.S. 1381). Le tassement du niveau inférieur a impliqué une seconde phase de comblement (U.S. 1380) et la réfection du sol calcaire (U.S. 1379).

Fig. 4. Composition du NR3 (Nombre de restes de la triade) de la structure 83.

2.1. La composition spécifique des restes animaux (Annexe 1)

  • 1 Les noms d’espèces écrits avec une majuscule renvoient au terme générique désignant l’espèce et ne (...)
  • 2 Le Porc correspond à près de 7 %, les Moutons sont, comme cela est souvent le cas, les plus nombreu (...)
  • 3 La chaîne opératoire de la boucherie se divise en plusieurs étapes qui ne produisent pas les mêmes (...)

11Cette structure a livré 4 249 ossements (près de 50 kg) correspondant majoritairement à des espèces domestiques (99,8 % du Nombre de Restes Déterminés) et plus rarement à des espèces sauvages. Au sein de l’assemblage, la triade Bœuf1, caprinés (Mouton, Chèvre et caprinés indéterminés) et Porc, représente 99,5 % du NRD, auxquels s’ajoutent quatre restes de Cerf et un de Chevreuil. La nette prépondérance du Bœuf au sein de la triade (près de 82 % des restes) (fig. 4) renvoie aux caractéristiques des dépôts de boucherie (Rodet-Belarbi, Yvinec, 1990, p. 20)2 ; l’analyse des parties anatomiques présentes précise à quelle étape de la chaîne opératoire de cette activité correspond cet ensemble3.

Fig. 5. La répartition anatomique en NMPS/Sq. des ossements de Bœuf dans la structure 83.

Fig. 6. La répartition anatomique en NMPS/Sq. des éléments du rachis de Boeuf dans la structure 83.

2.2. La composition anatomique et les traces de découpe observées sur les rejets de la structure 83

  • 4 La composition anatomique peut être analysée grâce à un paramètre : le NMPS/Sq. qui correspond au N (...)

12D’un point de vue anatomique (fig. 5)4, le dépôt est dominé par le rachis qui est huit fois plus présent que toutes les autres parties (selon leur importance théorique sur un squelette complet) (fig. 6 et 7). Les vertèbres thoraciques de Bœuf, relativement nombreuses, ont été rejetées après le sectionnement de la carcasse en deux parties de part et d’autre de la colonne vertébrale afin d’isoler des quartiers de viande. Le désossage des membres de caprinés (Chèvres et Moutons) et de Porc (fig. 8) est quant à lui attesté par la surreprésentation de ces parties, notamment des bas de pattes pour les premiers.

13Les rejets de la structure 83 résultent donc d’une activité de boucherie dont il est possible de restituer la chaîne opératoire en observant les traces laissées à la surface des os par les gestes successifs de l’artisan.

Fig. 7. Vue d’une partie du comblement de la structure 83 : tronçons de vertèbres thoraciques de Bœuf en connexion (cliché K. Robin).

Fig. 8. La répartition anatomique en NMPS/Sq. des ossements de caprinés et de Porc dans la structure 83.

14Les traces de découpe ont été relevées sur 31,6 % des ossements de Bœuf, sur 7,2 % de ceux de caprinés et 10,9 % du Porc (soit sur 27 % des ossements déterminés). Tous les os de Bœuf, surtout composés de vertèbres, portent des traces de découpe qui reflètent les différentes étapes du traitement de la carcasse (fig. 9). Ainsi, la tête et les bas de pattes ont été séparés du reste du corps par une désarticulation plus ou moins violente, effectuée soit au couteau par la section des ligaments reliant les os entre eux, soit au couperet par lequel les os sont tranchés au niveau de l’articulation. Les membres ont été séparés du tronc au couperet comme le montrent, notamment, les traces conservées sur le coxal et le fémur ; ils ont ensuite été débités en différents tronçons isolant pour le membre antérieur des pièces de viande telles que la macreuse, le gîte à la noix ou le jumeau à pot au feu et pour le membre postérieur, le rumsteck, le milieu de gîte à la noix ou la tranche grasse (Lignereux, Peters, 1996, p. 77).

15Deux techniques ont été employées pour traiter la colonne vertébrale : les vertèbres thoraciques et lombaires ont subi uniquement une découpe latérale (fig. 10) qui consiste à trancher les os de part et d’autre du corps vertébral, isolant pour les premières, les côtes et pour les secondes, les processus transverses des vertèbres. Ce procédé s’observe aussi sur le sacrum. Les cervicales ont, quant à elles, été découpées parfois de cette manière mais également en divisant les vertèbres en deux moitiés égales par un partage longitudinal au milieu du corps vertébral.

16Les traces de désossage, peu nombreuses, s’observent sur un fragment de scapula et sur une mandibule pour le prélèvement de la joue. De même, sur quelques côtes, de longues stries témoignent de l’utilisation du couteau sur ces parties et de l’application d’une technique romaine, encore minoritaire au ier s. ap. J.-C., qui s’est ensuite généralisée (Lepetz, Oueslati, 2003, p. 58). Enfin, les os de caprinés et de Porc ont été désarticulés et sectionnés en plusieurs tronçons et semble-t-il également désossés (fig. 11).

Fig. 9. Traces de découpe relevées sur les ossements de Bœuf.

17Ainsi, la boucherie installée à Daubonneau semble avoir été spécialisée dans le désossage de la colonne vertébrale de Bœuf ; elle pratiquait, de façon moins importante, le traitement des membres de caprinés et de Porc. Elle produisait une viande de qualité moyenne à médiocre, obtenue à partir d’individus abattus à leur maturité pondérale ou après leur réforme (comme le montrent les vertèbres plus ou moins épiphysées).

III. L’artisanat de l’os et du bois de cerf : matière première et déchets de travail

3.1. Une réserve d’ossements dans la fosse 3074 (Annexe 2)

18La fosse 3074 est localisée dans la partie orientale du site, à l’emplacement d’une aire ouverte non construite. Elle correspond à une cuvette de forme ovale aménagée dans le substrat sur une dizaine de centimètres de profondeur. Son comblement est constitué de trois rangées de métapodes, deux orientées est/ouest et une nord/sud (fig. 12), soit 492 os pour un poids de 6 076,5 g.

19Ce dépôt est exclusivement composé d’espèces domestiques, le Bœuf, les équidés et le Porc étant respectivement représentés par plus de 78 %, de 14 % et de 7,5 % du NRD ; ces proportions restent inchangées si l’on prend en compte le PRD (Poids de Restes Déterminés) ; en revanche, le Bœuf est nettement majoritaire alors que les équidés et le Porc sont présents en quantités égales si l’on tient compte du NMI (Nombre Minimun d’Individus). Seuls deux ossements de Bœuf portent une trace de découpe laissée lors de la mise en quartiers des carcasses par le boucher.

Fig. 10. Découpe latérale du rachis de Bœuf (cliché M. Salin).

20Les métapodes de Bœuf sont sélectionnés pour l’artisanat notamment en raison de leur section relativement circulaire appropriée à la fabrication d’objets, jetons ou éléments de charnière (Bertrand, 2008a, p. 3) ; il en va de même pour les radius, également présents dans le dépôt en très faible quantité (deux de Bœuf et douze d’équidés). Une scapula de Bœuf peut avoir été conservée pour la fabrication de placages ou de jetons (Rodet-Belarbi et alii, 2004, p. 225 ; Prévot, 2008, p. 215).

Fig. 11. Traces de découpe relevées sur les os de Porc et de caprinés.

Fig. 12.Métapodes de Bœuf alignés dans l’U.S. 3074 (cliché K. Robin).

Fig. 13. Dégradation de la surface osseuse d’un métapode de Bœuf (U.S. 3074) (cliché M. Salin).

Fig. 14. Plan et coupe des structures 139 et 159 (DAO K. Robin, O. Richard, S.D.A. 17, 2007).

21Ce dépôt, composé presque exclusivement d’os longs de Bœuf et d’équidés, constitue bien une réserve de matière première à but artisanal. Beaucoup d’ossements sont très dégradés, délités et émoussés, ils ont perdu pour certains toute leur surface osseuse (fig. 13) ; cet état résulte d’un séjour prolongé à l’air libre et des effets des conditions climatiques (pluie, gel et dégel,…) ; ces pièces ont donc été probablement enfouies à des fins de blanchissement et oubliées.

3.2. Des rejets artisanaux dans une pièce excavée (st. 139/159) (Annexe 3)

22La pièce excavée st. 139 est au cœur d’une habitation et à proximité d’un espace ouvert interne (au sud-est du quartier). De plan quadrangulaire (1,68 x 1,60 m et 1,92 m de profondeur), elle est maçonnée sur ses quatre côtés. Elle est construite sur une fosse antérieure (st. 159), qui n’est conservée que dans sa partie inférieure (sur 20 cm de profondeur) et dont le comblement est constitué par une argile rouge orangée et des rognons de silex ; la couche 1615 a livré quelques rejets de travail de l’os. Cette pièce est associée à un sol partiellement conservé (1 m2) en surface (U.S. 1573/1608) ayant livré de fines esquilles et des « copeaux » d’os (fig. 14).

23Son sol est constitué d’un radier de rognons de silex (U.S. 1612) recouvert par un sédiment argileux blanchâtre (U.S. 1606) ; son comblement inférieur est composé d’un sédiment limoneux marron foncé (U.S. 1571) qui contenait l’essentiel des rejets artisanaux. Ces déchets sont associés à de la céramique commune de la seconde moitié du ier s. et du début du iie s. Les niveaux subjacents comprennent des matériaux de démolition (U.S. 1570/1569) : pierres, tuiles et fragments de mortiers.

Fig. 15. Répartition anatomique des ossements en pourcentage du NRD (st. 139 et 159).

24Les ossements venant de cet ensemble (1 544 g) sont issus à 99 % des espèces domestiques (d’après le NRD) : Bœuf (près de 84 %), équidés (14 %), Porc et caprinés, dont le Mouton (autour de 1 %). Six restes de Cerf ont également été déterminés.

25Il s’agit essentiellement de métapodes de Bœuf, d’équidés et de Cerf (fig. 15) ; pour les deux premières espèces, les métacarpes sont près de deux fois plus nombreux que les métatarses (d’après le NMPS/Sq.). S’agissant de fabrication des éléments de charnière, l’artisan choisit la deuxième catégorie d’os longs, en raison de la section circulaire de son fût (Béal, 1994, p. 124), les métacarpes nécessitant un travail de préparation plus poussé.

26Il n’est pas possible d’établir un lien entre la réserve de matière première de la fosse 3074 et les rebuts artisanaux de la structure 139/159 ; ces deux ensembles n’étant pas composés des mêmes portions osseuses - os longs dans le premier cas, épiphyses et rondelles dans le second -, leurs caractéristiques métriques ne sont pas comparables.

3.3. Restitution des étapes du travail de la matière osseuse par les artisans du site de la rue Daubonneau

27Les rejets de la structure (139/159) (soit 389 ossements) ont été analysés en fonction de la grille récemment proposée par M. Feugère, V. Forest et P. Prévot afin de faciliter la lecture et l’analyse des vestiges du travail de l’os (Feugère et alii, 2008).

28Ainsi, deux catégories de rebuts ont été distinguées en fonction des 212 traces observées : les « rebuts de fabrication », correspondant aux parties inutiles retirées au cours du travail (épiphyses d’os longs, rondelles sciées de tailles variables, copeaux d’os), et les « ébauches » : portions d’os plus ou moins travaillées, abandonnées en cours de façonnage et présentant des traces d’outil caractéristiques (ibid., p. 26).

Fig. 16. Étapes de travail observées sur les ossements issus des structures 139 et 159 (* catégories utilisées dans la grille d’analyse de référence).

Fig. 17. Déchets artisanaux issus des structures 139 et 159. A. épiphyses de métapodes de Bœuf sciées ; B. rondelles de recalibrage (métapodes de Bœuf) ; C. portions de diaphyse dont la longueur est ajustée ; D. portions de diaphyse avec traces de gouge ( ?) ; E. rondelle et rebuts de fabrication d’anneau ; F. rebut avec traces de tour (clichés M. Salin).

  • 5 Les termes repris de la grille de référence sont signalés par un * dans le tableau de la fig. 16.

29Huit stades de la chaîne opératoire du travail de l’os ont été reconnus au sein du mobilier étudié ; ils correspondent à six des étapes définies par M. Feugère et alii (2008) (fig. 16)5, l’ordre de leur succession pouvant varier, comme nous le verrons ensuite :

  1. Le prélèvement des os sur la carcasse : les métapodes ont été désarticulés soit de manière forte, au couperet, en tranchant d’un ou deux coups les extrémités des os, soit de manière plus douce mais également plus précise, au couteau, en incisant les ligaments et les tendons reliant les os et les muscles, ce qui a occasionné de petites stries aux extrémités des os.

  2. Le sciage des épiphyses proximales et distales : cette action destinée à retirer les parties inutiles a été effectuée selon une variabilité de l’ordre du centimètre pour les épiphyses proximales et du centimètre et demi pour les épiphyses distales (chez les équidés, elle varie selon un écart-type de plus de 3 cm) (fig. 17A) ; l’artisan s’est adapté à la taille ou à la qualité des ossements (notamment à l’ampleur de la partie spongieuse). Les diaphyses obtenues constituent des matrices destinées à être travaillées.

  3. L’épannelage des diaphyses sciées : observé sur quelques pièces, il est destiné à retirer les parties molles (muscles, tendons) et le périoste.

  4. Le calibrage de la longueur de la matrice : cette action, qui consiste à adapter par sciage la longueur de la matrice à l’objectif, engendre des portions étroites de diaphyses ou « rondelles » (fig. 17B). La hauteur du calibrage varie de 3 à un peu plus de 4 mm avec une variation de plus ou moins 10 mm sur les os de Bœuf et d’équidés (fig. 18).

  5. La fabrication de la proto-ébauche : les diaphyses obtenues à l’issue de l’étape 2 (3 pour quelques-unes) sont épannelées transversalement et de façon plus précise à l’aide de râpes et de gouges afin de préparer le tournage (fig. 17C-D).

  6. Le façonnage de l’objet : cette étape est renseignée par des pièces dont le tournage a été interrompu (après cassure ou ratage) (fig. 17E-F).

  7. La décoration : certaines ébauches portent des moulures effectuées au tour ; un médaillon en bois de cerf (Annexe 4 : no 14) conserve les traces du calage du tour.

  8. Le perforage : sur plusieurs éléments de charnières, la réalisation des perforations latérales a été interrompue, la paroi osseuse s’étant brisée (infra fig. 21).

Hauteur proximale

Hauteur distale

Hauteur des rondelles

Bœuf

nombre

77

73

167

minimum

30,0

51,0

3,4

maximum

77,0

113,0

41,5

moyenne

53,4

80,3

19,3

écart-type

11,1

14,6

9,6

Équidés

nombre

25

25

25

minimum

30,0

53,0

6,9

maximum

77,0

113,0

33,3

moyenne

55,0

81,4

19,9

écart-type

10,3

15,4

5,8

Fig. 18. Mesures (en mm) des épiphyses et des rondelles sciées de métapodes de Bœuf et d’équidés (st. 139 et 159).

Phase

Bœuf

Équidés

Cerf

Indéterminés

A (acquisition matière)

6,1 %

22,0 %

0,0 %

2,0 %

B (préparation matière)

60,4 %

40,0 %

80,0 %

6,0 %

C (création matrice)

33,0 %

36,0 %

0,0 %

42,0 %

D (pré-ébauche)

0,0 %

0,0 %

0,0 %

6,0 %

E (façonnage objet)

0,5 %

2,0 %

20,0 %

44,0 %

Nb observations

212

50

5

50

Fig. 19. Phases de travail des matières osseuses en fonction de l’espèce dans les structures 139 et 159 (d’après Feugère et alii, 2008, p. 29).

30Si nous classons ces étapes en fonction des phases de travail déterminées par les auteurs cités plus haut (fig. 19), nous constatons que l’essentiel de la chaîne opératoire du travail de l’os est illustré sur le site.

31Le volume et la nature des restes varient selon chacune d’elles (Feugère et alii, 2008, p. 29), ainsi les os de Bœuf et d’équidés sont utilisés pour les phases A à C, la première espèce étant prépondérante parmi le mobilier de la phase B. Un tiers des vestiges artisanaux renvoie à la phase C, soit à la création de la matrice osseuse ; il s’agit surtout de nombreuses « rondelles » sciées (voir ci-dessus étape 4) qui ne sont pas toutes déterminables spécifiquement.

32La phase D, celle du pré-ébauchage, est très peu représentée ; le ou les artisans ont visiblement effectué peu de reprise avant de mettre en forme l’objet, ce qui semble révéler une bonne maîtrise technique. Enfin, la phase E qui correspond au façonnage des objets, essentiellement à leur tournage, leur perçage et leur décoration, est illustrée par une trentaine d’artefacts issus entre autres des structures 139 et 159.

33Le bois de cerf apparaît avec cinq restes témoignant de la préparation de la matière et du façonnage des objets ; ce matériau a été collecté spécialement par l’artisan pour une fabrication relativement marginale (voir infra § 4.4.).

3.4. Procédé appliqué pour la fabrication de pièces cylindriques

34Les déchets étudiés nous permettent de restituer les quatre premières opérations effectuées sur place par l’artisan pour la fabrication de pièces cylindriques (éléments de charnière notamment) : 1 : le sciage des épiphyses ; 2 : le recalibrage des diaphyses (produisant les « rondelles » lisses) ; 3 : l’épannelage affiné et 4 : le tournage des portions d’os. Ce processus diffère de celui observé à Orange (Vaucluse), sur le site Saint-Eutrope, où l’épannelage a été effectué avant le recalibrage, produisant alors des « rondelles » à facettes (Prévot, 2005, p. 19).

IV. Objets finis en os et bois de cerf : une production locale (Annexe 4)

35Les 31 objets finis découverts sur le site ont été fabriqués à partir d’une diaphyse entière ou de la matière prélevée dans la partie pleine (corticale) des métapodes ; ils sont cylindriques (éléments de charnière, manches) ou de formes longitudinales (épingles, cuillères, quenouille). Les trois autres sont issus de bois de cerf, les bases ayant servi à la fabrication des médaillons et le merrain principal à la confection de manches.

36L’ensemble se répartit en sept catégories fonctionnelles (fig. 20) avec une nette domination des éléments de meubles.

37Si la fabrication sur place est certaine pour les éléments de charnière étant donné les rebuts découverts (voir § précédent), pour les autres objets : médaillons, cuillères, fuseau, quenouille…, l’hypothèse d’une réalisation in situ peut être formulée d’après les vestiges en place et la tendance des artisans locaux à travailler des os longs et le bois de cerf.

Fig. 20. Catégories d’objets finis présentes sur le site de Daubonneau.

38D’autre part, près de la moitié de ce mobilier est répartie dans ou autour des structures ayant livré des restes artisanaux, c’est-à-dire au sud-ouest de la zone fouillée. Certaines pièces, comme le fuseau et le manche en massue d’Hercule, sont issues d’une structure en creux liée à un habitat situé plus au nord ; d’autres sont réparties dans l’aire ouverte localisée à l’est du site.

4.1. Les éléments de meubles

  • 6 Voir, entre autres, sur le sujet : Béal, 1983a ; Prévot, 2005.

39Deux types d’éléments de charnière sont présents sur le site : les modèles longs à perforations multiples (type Béal AXI, 1) (fig. 21, nos 1 à 5) et courts à perforation unique (type Béal AXI, 2) (fig. 21, nos 6 à 8). Ces cylindres, dans lesquels étaient introduites une « âme » et des goupilles en bois, étaient montés en série pour former les articulations de meubles6.

  • 7 Objet en cours d’étude par I. Bertrand.

40Trois éléments de type Béal AXI, 1 présentent des dimensions quasi identiques : inv. no 1 (fig. 21, no 3) et no 2 (fig. 21, no 5), ainsi que le no 3 pour son diamètre (fig. 21, no 1) ; ils proviennent de la même structure (st. 76) et sont issus de la même chaîne de production. Hormis l’objet no 6 de module plus petit (non illustré), les diamètres des charnons de ce groupe oscillent entre 25 et 27,5 mm. La pièce no 5 (fig. 21, no 2), qui était associée à une poignée en alliage cuivreux (L. 129,6 mm)7, a pu être destinée à un coffre en bois.

41Certains des exemplaires de type B. AXI, 2 possèdent des diamètres proches : inv. no 8 (non illustré), no 9 (fig. 21, no 8) et no 11 (fig. 21, no 7), entre 20 et 23 mm ; les deux autres correspondent à un calibre plus grand.

Fig. 21. Éléments longs (1 à 5) et courts (6 à 8) de charnières du site de la rue Daubonneau (cliché J.-C. Cédelle).

42Cet échantillon d’éléments de charnières fournit un aperçu des normes utilisées par le ou les artisans du site ; de même nous renseignent-ils sur le déroulement de leur finition : la perforation intervenait après le tournage et, pour les pièces longues, après le rainurage de l’extrémité, comme le montrent les sillons présents sur un charnon non perforé (no 4), de même que les traces de préparation, les ratés et les reprises de percement sur les exemplaires nos 1, 3 et 5.

  • 8 Ce second site a livré des éléments de charnière en bois (Saedlou, 2001-2002) qui rappellent que ce (...)

43La fabrication de ces accessoires a été identifiée ailleurs à Saintes, au cimetière Saint-Vivien et aux Ateliers Municipaux (Hillairet, 1995, fig. L5 et L6)8.

44Un autre type de pièces de meuble est illustré par l’objet no 30 (fig. 22, no 1) ; ce tube mouluré s’apparente aux éléments décoratifs de lit découvert à Avenches (Suisse), dans un ensemble funéraire tibéro-claudien (Castella et alii, 2002, p. 61 et 93, pl. 31, nos 196-198). Des éléments similaires, rainurés et moulurés, sont identifiés dans les collections du musée de Mayence comme des extrémités de charnière (Mikler, 1997, p. 62-63, pl. 52).

4.2. Les manches

45Le manche (inv. no 13) (fig. 22, no 3) présente un type de décor composé de protubérances losangiques saillantes qui est traditionnellement rapproché du thème de la « massue d’Hercule ». Des pièces comparables, avec un décor en relief plus ou moins marqué, viennent de Bordeaux, en lien avec une occupation de 30-50 ap. J.-C. (Feugère, 1997, nos 31 et 32, fig. 3 et 5), de Poitiers (Bertrand, 2008b, p. 117, fig. 21, no 1) et du Magdalensberg (Autriche) (Gostenčnik, 2005, p. 217, pl. 49, no 1). L’exemplaire de Saintes présente à son extrémité quatre « anses » arrondies et rainurées qui le différencient des exemplaires semblables connus, il était traversé par une tige en fer de section circulaire. Son décor a été particulièrement soigné : dégagement à la râpe des proéminences, incision circulaire à leur sommet.

46Un second manche (inv. no 14, non illustré) correspond aux couteaux à affûter les calames (Božič, Feugère, 2004) ; des pièces similaires viennent d’Embourie (Charente) et d’Antigny (Vienne) (Bertrand, 1999) avec d’autres matériels d’écriture.

47Enfin, peu de mise en forme a été nécessaire pour réaliser un manche aménagé dans une portion de merrain (inv. no 15, non illustré) ; ce type de pièce est fréquent, un exemplaire daté du début du ier s. provient du Magdalensberg (Gostenčnik, 2005, p. 502-503, pl. 49, nos 6-9).

4.3. Anneau de doigt

48La production d’anneaux de doigt à jonc circulaire lisse est attestée sur le site par certains rejets (fig. 17E). Elle se déroule en toute logique parallèlement à celle des éléments de meuble, puisqu’elle utilise des matrices circulaires au diamètre voisin de 20 mm ; il s’agit d’une production secondaire à coût réduit, l’artisan pouvant utiliser les rejets de la fabrication de charnières. Ce type d’ornement est connu pendant le Haut-Empire, à Poitiers, rue des Écossais (Bertrand, 2008b, fig. 30, no 21) et à Naintré, au Vieux-Poitiers (Bertrand, 2003, pl. VIII, no 8) ; à Augst, un exemplaire recensé est extrait d’un contexte de la fin ier - début iie siècle (Riha, 1990, nos 293, 294, pl. 14, p. 137).

Fig. 22. Éléments de meubles (nos 1 et 2), manche (no 3), fuseau et fusaïoles (no 4), quenouille (no 5) (dessins J.-C. Cédelle, S.R.A.C.).

4.4. Les médaillons en bois de cerf (fig. 23)

49Les trois pièces (inv. nos 16, 17 et 18) ont été façonnées dans la base du bois du cerf ; deux exemplaires (nos 16 et 17) sont issus de la structure 76 (voir supra) en lien avec des déchets de travail des matières dures animales. Le médaillon no 17 (fig. 23, no 1) présente une belle série de galbes et de moulures circulaires réalisées au tour (voir commentaire Annexe 4) ; ce décor est relativement courant sur ces objets, notamment sur ceux recensés en Gaule orientale, en contexte d’habitats privés et dans des zones de dépotoirs des agglomérations (Alonso, 2008). Sur les deux autres médaillons, une seule perforation a été aménagée, leur face a gardé sa bombance naturelle ; l’exemplaire no 16 (fig. 23, no 3) montre une perforation centrale, ses bords et sa surface sont usés.

Fig. 23. Médaillons en bois de cerf (dessins J.-C. Cédelle).

50Le cerf symbolisant la force, la régénération et la fécondité, ces médaillons sont des amulettes porte-bonheur, destinées aux personnes, comme le montrent les contextes funéraires, et à leur environnement matériel : maison, chevaux, attelage… ; ils étaient portés en pendentif, cousus, cloués ou rivetés…

51Entre le iie et la fin du iiie s., des médaillons, sous la forme de « rondelles taillées dans la base des andouillers », sont déposés dans les sépultures des enfants de la nécropole proche de la rue Jacques-Brel (Maurin et alii, 2007, p. 105) ; on observe le même phénomène par exemple à Toulouse sur le site François-Verdier, du ier s. au milieu du iie s. (Rodet-Belarbi, Amiel, 2006).

52En Centre-Ouest, quelques médaillons proviennent des habitats des agglomérations secondaires comme Saint-Pierre-les-Églises à Chauvigny (Vienne ; Bertrand, 1991, pl. VII, no 2) et Rom (Deux-Sèvres) (Rodet-Belarbi, Dieudonné-Glad, 2008) ainsi que des sanctuaires du Gué-de-Sciaux à Antigny (Vienne) et d’Argentomagus (Saint-Marcel, Indre) (Rodet-Belarbi, 1989, p. 134-135 ; Dumasy, Tardy, 1994, p. 69-70) où le matériau a été travaillé. Certains viennent de Poitiers, capitale des Pictons, dont un exemplaire en milieu funéraire (Simon-Hiernard, 1990, p. 136, pl. 32, no 76), ou de la villa péri-urbaine de Verneuil à Migné-Auxances (Vienne ; inédit). Leur usage est attesté par les données archéologiques du début du ier s. jusqu’au ve s. ap. J.-C.

4.5. Divers

53Deux variantes de cuillères à cuilleron circulaire ou ovalaire et manche pointu (cochlear) proviennent du site. D’après les études récentes, ces ustensiles, copies de ceux en alliage cuivreux, sont fabriqués dans des ateliers installés dans les agglomérations et destinés aux marchés locaux ; citons par exemple celui de Poitiers (Vienne), rue Henri-Oudin (Bertrand, 2008b) ou de Chartres (Eure) (Canny, Yvinec, 2008).

54Une aiguille (inv. no 22) correspond à un type des plus courants à l’époque romaine ; en revanche, le fuseau, les deux fusaïoles (inv. no 23 ; fig. 22, no 4) et la quenouille (inv. no 24 ; fig. 22, no 5) sont encore peu identifiés dans le nord-ouest aquitain. Des fuseaux sont connus à Pompei au ier s. (Ciarallo, De Carolis, 1999, p. 143-144) ou au Magdalensberg dès l’époque augustéenne (Gostenčnik, 2005, p. 508, pl. 52, 8) ; des exemplaires plus courts sont attestés à Vertault (Côte-d’Or ; Béal, Rodet-Belarbi, 2003, p. 72-73, fig. 17, nos 88-1125, 88-921-1, 88-920-1) et à Augst (Suisse ; Deschler-Erb, 1998, p. 38 ; pl. 13, 332-334). Des quenouilles sont identifiées notamment au Magdalensberg au ier siècle (Gostenčnik, 2005, p. 508, pl. 52, 1-5) et à Mayence (Mikler, 1997, pl. 39, no 7 ; p. 148).

55Une petite série d’épingles à cheveux, relativement homogène – diamètre du corps ≤ à 4 mm et au sommet conique rainuré – vient du quartier. Des modèles comparables sont présents en territoire picton (Bertrand, 2003, pl. XXXIII), notamment sur le site du Vieux-Poitiers (Naintré, Vienne) ; des parallèles se trouvent en Suisse à Augst, du ier au ive siècle (Riha, 1990, p. 111-112).

56Plusieurs artisans spécialisés dans la fabrication d’objets et/ou l’emploi de certaines techniques sont-ils intervenus sur le site de la rue Daubonneau ? Certains maîtrisaient le tournage qui servait à la réalisation des charnières, mais également à la décoration des médaillons ou à la mise en forme des cuillères. Les déchets des structures 139/159 illustrent presque exclusivement la préparation et le tournage de pièces cylindriques (charnières, anneaux,…) ; ils correspondraient à une unité de travail cantonnée dans ces phases techniques, une structure artisanale voisine ayant pu fabriquer d’autres types d’objets (épingles,…).

57La diffusion des productions réalisées au sein du quartier est probable, de même qu’une distribution à l’échelle de la ville.

Conclusion générale

58Le site de la rue Daubonneau a livré un mobilier faunique, des rejets artisanaux et quelques produits finis formant un ensemble exceptionnel. L’activité de boucherie, spécialisée dans le désossage des tronçons de colonnes vertébrales de Bœuf, fonctionne de façon évidente en relation avec les artisans spécialisés dans le travail de l’os. Ces derniers récupèrent sur place la matière dont ils ont besoin en prélevant notamment les extrémités des membres des animaux ; grâce aux déchets laissés par leur activité, il est possible de déterminer les objets qu’ils ont produits sur place.

59Les exploitations de la viande et des matières dures animales se sont déroulées en circuit presque « fermé » dans le secteur occidental du quartier.

  • 9 Il est vraisemblable qu’un examen global de la faune venant de Saintes modifierait cet état sur l’i (...)

60À Saintes, la boucherie a été identifiée à trois autres endroits parallèlement au travail de l’os9 : aux Ateliers Municipaux, Cours Lemercier et rue du Clair-Logis ; sur ce dernier site, les chevilles osseuses sciées, trouvées dans une fosse, résultent vraisemblablement de la récupération de la corne, qui s’opère régulièrement en marge de la découpe de la viande (Maurin et alii, 2007, p. 142).

61Le travail de l’os a également été repéré sur d’autres sites (Hillairet, 1995, p. 119-127) avec parfois une production identifiée : les charnières aux Ateliers Municipaux (fig. 24, no 2) et rue du Port La Rousselle (fig. 24, no 7), les épingles, à l’emplacement du cimetière Saint-Vivien (fig. 24, no 6) et les dés à jouer, rue Daniel-Massou et à « Ma Maison » (fig. 24, nos 4 et 13) (ibid.).

62Les données actuellement disponibles situent cette activité essentiellement aux ier et iie siècles ; les ossements équarris contenus dans une fosse comblée à l’époque augusto-tibérienne, sur le site de la rue Daniel Massou (fig. 24, no 4), seraient parmi les plus anciens indices (Maurin et alii, 2007, p. 107-108).

  • 10 Pour la présentation des activités de boucherie, de forge et de travail des alliages cuivreux dans (...)

63Dans la capitale santonne, ces artisans sont souvent proches de ceux travaillant le fer ou les alliages à base de cuivre, voire partagent avec eux leur espace de travail ; ils peuvent également être voisins des verriers et des potiers. Cette répartition a été remarquée dans d’autres villes et agglomérations gallo-romaines (Bertrand, 2008a), comme à Poitiers (Bertrand, 2008b) ou à Rom (Deux-Sèvres ; Rodet-Belarbi, Dieudonné-Glad, 2008 ; Dieudonné-Glad, 2001)10.

Fig. 24. Localisation des activités artisanales à Saintes (DAO K. Robin, O. Richard, SDA 17, 2007).

  • 11 La laine à travailler ne devait pas être uniquement récupérée sur place, si l’on considère la très (...)

64Enfin, sur le site de Daubonneau, le tissage est également présent avec neuf poids en terre cuite provenant de cinq structures de la zone occidentale, dont les structures 139 et 76 ayant livré des déchets et des objets en os11. L’activité textile et le travail de l’os se déroulaient probablement, dans certains cas, au sein de la même unité domestique et artisanale, la première pouvant être exécutée dans la maison par les femmes. Des liens familiaux en unissaient-ils les acteurs dont les statuts économique et social devaient être très proches ?

65Ces deux métiers voisinent également dans quatre autres secteurs de la ville : cimetière Saint-Vivien, Ateliers Municipaux, berge de la Charente et rue du Port La Rousselle (Hillairet, 1995, p. 128). Un phénomène similaire a été repéré à Aix-en-Provence (Nin, 2002, pl. 5, fig. 2), également au Gué-de-Sciaux à Antigny (Vienne) (voir Bertrand, Salin, dans ce volume).

66Les artisans de Saintes se sont concentrés dans le nord de la cité, sur la rive gauche de la Charente (Maurin et alii, 2007, p. 72 ; Hillairet, 1995) ; sur le site de la rue Daubonneau, les activités, dont certaines sont nettement orientées vers l’exploitation des animaux d’élevage, se déroulent dans les habitats ou à proximité de ces derniers.

67La population qui vivait et travaillait dans ce quartier nous paraît bien illustrer ce monde des « petits » artisans fournissant à la plèbe urbaine les produits de sa consommation quotidienne (Morel, 1992, p. 284 ; Veyne, 2001, p. X-XI).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Alonso É., 2008, « Travail et décor des médaillons en bois de cerf. Analyse et essai typologique », in : Bertrand I. dir., Le travail de l’os, du bois de cerf et de la corne à l’époque romaine : un artisanat en marge ? Actes de la Table ronde Instrumentum, Chauvigny (Vienne, F), 8-9 déc. 2005, Chauvigny, Ass. des Publications Chauvinoises/Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 275-281 (Monographies Instrumentum, 34).

Béal J.-Cl., 1983, Catalogue des objets de tabletterie du Musée de la civilisation gallo-romaine de Lyon, Lyon, Univ. Jean Moulin/Paris, De Boccard, 421 p. (Centre d’études romaines et gallo-romaines de l’université Jean-Moulin-Lyon III, 1).

Béal J.-Cl., 1994, « Tabletterie et tabletiers d’os en Gaule romaine », in : Patou-Mathis M. et alii, Aurochs, le retour : aurochs, vaches & autres bovins de la Préhistoire à nos jours, Lons-le-Saunier, Centre Jurassien du Patrimoine, p. 121-130.

Béal J.-Cl., Rodet-Belarbi I., 2003, « Le travail de l’os, du bois de cerf et de l’ivoire à Vertillum-Vertault (Côte-d’Or) », Bull. de la Soc. Archéologique et Historique du Châtillonnais, 6e série, no 6, p. 51-104.

Bertrand I., 1991, La tabletterie gallo-romaine, Catalogue du musée de Chauvigny, Poitiers, 28 p. (Cahiers du Pays Chauvinois, 8).

Bertrand I., 1999, « Notes sur quelques rasoirs à manche en os du nord de l’Aquitaine romaine », Bull. Instrumentum, no 10, déc. 1999, p. 17-19.

Bertrand I., 2003, Objets de parure et de soins du corps d’époque romaine dans l’Est picton (Deux-Sèvres, Vienne), Poitiers, éd. Ass. des Publications Chauvinoises, 223 p., 133 fig. (Mémoire, XXIII).

Bertrand I., 2008a, « Le travail de l’os, du bois de cerf à l’époque romaine : bilan et perspectives de la recherche sur un artisanat « mineur », in : Bertrand I. dir., Le travail de l’os, du bois de cerf et de la corne à l’époque romaine : un artisanat en marge ? Actes de la Table ronde Instrumentum, Chauvigny (Vienne, F), 8-9 déc. 2005, Chauvigny, Ass. des Publications Chauvinoises/Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 3-13 (Monographies Instrumentum, 34).

Bertrand I., 2008b, « Le travail de l’os et du bois de cerf à Lemonum (Poitiers, F), lieux de production et objets finis : un état des données », in : Bertrand I. dir., Le travail de l’os, du bois de cerf et de la corne à l’époque romaine : un artisanat en marge ? Actes de la Table ronde Instrumentum, Chauvigny (Vienne, F), 8-9 déc. 2005, Chauvigny, Ass. des Publications Chauvinoises/Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 101-144 (Monographies Instrumentum, 34).

Božič D., Feugère M., 2004, « Les instruments de l’écriture », in : Feugère M., Lambert P.-Y., « L’écriture dans la société gallo-romaine », Gallia, t. 61, p. 21-41.

Canny D., Yvinec J.-H., 2008, « Un atelier de travail de l’os à Chartres au iiie s. ap. J.-C. », in : Bertrand I. dir., Le travail de l’os, du bois de cerf et de la corne à l’époque romaine : un artisanat en marge ? Actes de la Table ronde Instrumentum, Chauvigny (Vienne, F), 8-9 déc. 2005, Chauvigny, Ass. des Publications Chauvinoises/Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 65-84 (Monographies Instrumentum, 34).

Castella D., Amrein H., Duvauchelle A., Frey-Kupper S., Martin Pruvot C., Mazur A., Olive C., Porro M.A., 2002, « Trois ensembles funéraires aristocratiques du début du Haut-Empire à Avenches En Chaplix », Bull. de l’Association Pro Aventico, 44, p. 7-102.

Ciarallo A., De Carolis E. éd., 1999, Homo faber : natura, scienza e tecnica nell’antica Pompei, Catalogue d’exposition, Naples, Milano, ed. Electa, 346 p., 433 fig.

Deschler-Erb S., 1998, Römische Beinartefakte aus Augusta Raurica : Rohmaterial, Technologie, Typologie und Chronologie, Augst, éd. Römerstadt Augstusta Raurica, 877 p., 71 pl. (Forschungen in Augst, 27/1-2).

Dieudonné-Glad N., 2001, « Continuité et ruptures dans les activités artisanales d’une agglomération secondaire d’Aquitaine », in : Polfer M. dir., L’artisanat romain : évolutions, continuités et ruptures (Italie et provinces occidentales), Actes du 2ème colloque d’Erpeldange, 26-28 oct. 2007, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 243-260 (Monographies Instrumentum, 20).

Dumasy F., Tardy D., 1994, Argentomagus : oppidum Gaulois, agglomération gallo-romaine et musée, Paris, Imp. nationale, 117 p. (Guides archéologiques de la France, 31).

Feugère M., 1997, « Le petit mobilier », in : Sireix C. dir., Les fouilles de la place des Grands-Hommes à Bordeaux, p. 117-136 (Pages d’Archéologie et d’Histoire Girondines, 3).

Feugère M., Forest V., Prévot Ph., 2008, « Une grille d’analyse pour décrire et comparer des ateliers de tabletiers ? », in : Bertrand I. dir., Le travail de l’os, du bois de cerf et de la corne à l’époque romaine : un artisanat en marge ? Actes de la Table ronde Instrumentum, Chauvigny (Vienne, F), 8-9 déc. 2005, Chauvigny, Ass. des Publications Chauvinoises/Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 25-33 (Monographies Instrumentum, 34).

Gostenčnik K., 2005, Die Beinfunde vom Magdalensberg, Klagenfurt, Verlag des Landesmuseum Kärnten, 569 p. (Archäologische Forschungen zu den Grabungen auf dem Magdalensberg, 15).

Hillairet J.-L., 1995, L’artisanat antique à Saintes, Saintes, éd. Soc. d’Archéologie et d’Histoire de la Charente-Maritime, 174 p. (Recherches Archéologiques en Saintonge).

Lepetz S., Oueslati T., 2003, « La consommation de viande dans les villes romaines d’Île-de-France au ier siècle : les cas de Meaux et de Paris (Seine-et-Marne et Seine) », Revue Archéologique du Centre de la France, t. 42, p. 41-59.

Lignereux Y., Peters J., 1996, « Techniques de boucherie et rejets osseux en Gaule romaine », Anthropozoologica, no 24, p. 45-98.

Maurin L., 2007, Histoire de l’Aunis et de la Saintonge. T. I. Des origines à la fin du vie siècle après J.-C., La Crèche, Geste éditions, 341 p., 298 fig.

Maurin L., Robin K., Tranoy L., 2007, Saintes, Paris, Acad. des Belles Lettres et Inscriptions, 439 p., 502 fig. (Carte Archéologique de la Gaule, 17/2).

Mikler H., 1997, Die römischen Funde aus Bein im Landesmuseum Mainz, Montagnac, éd. M. Mergoil, 173 p., 69 pl. (Monographies Instrumentum, 1).

Morel J.-P., 1992, « L’artisan », in : Giardina A. dir., L’homme romain, Paris, éd. du Seuil, 477 p. (Coll. Points Histoire, 305).

Nin N., 2002, « L’artisanat à Aix-en-Provence durant l’Antiquité », in : Béal J.-Cl., Goyon J.-Cl., Les artisans dans la ville antique, Table ronde organisée par l’Institut d’archéologie et d’histoire de l’Antiquité, Univ. Lyon II, 16-17 nov. 2000, Lyon, p. 235-249 (Archéologie et Histoire de l’Antiquité, 6).

Picod C., 2004, « Tournage expérimental à l’archet de pièces circulaires en os et bois de cerf », in : Feugère M., Gérold J.-Cl. dir., Le tournage des origines à l’an Mil, Actes du colloque de Niederbronn, oct. 2003, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 71-78 (Monographies Instrumentum, 27).

Prévot Ph., 2005, « Les éléments de charnières en os et la question de l’excentration des goupilles latérales », Bull. Instrumentum, no 22, déc. 2005, p. 19-20.

Prévot Ph., 2008, « État des connaissances sur la production de l’os à Orange (Vaucluse, F) : étude et comparaison des ateliers de travail de l’os », in : Bertrand I. dir., Le travail de l’os, du bois de cerf et de la corne à l’époque romaine : un artisanat en marge ? Actes de la Table ronde Instrumentum, Chauvigny (Vienne, F), 8-9 déc. 2005, Chauvigny, Ass. des Publications Chauvinoises/Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 195-229 (Monographies Instrumentum, 34).

Riha E., 1990, Der römische Schmuck aus Augst und Kaiseraugst, Augst, Römermuseum Augst, 245 p., 91 pl. (Forschungen in Augst, 10).

Rodet-Belarbi I., 1989, La faune à Argentomagus (Saint-Marcel, Indre) : élevage, artisanat et rites, Thèse université de Paris I-Panthéon Sorbonne, 2 vol.

Rodet-Belarbi I., 2004, « Le travail de l’os et du bois de cerf », in : Sabrié M., Sabrié R. dir., Le Clos de la Lombarde à Narbonne : espaces publics et privés du secteur nord-est, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 224-240 (Archéologie et Histoire Romaine, 12).

Rodet-Belarbi I., Amiel C., 2006, « Des pendentifs en os et bois de cerf parmi le mobilier des tombes gallo-romaines du site ‘François-Verdier’ à Toulouse (Haute-Garonne) », Bull. Instrumentum, no 24, déc. 2006, p. 10-12.

Rodet-Belarbi I., Dieudonné-Glad N., 2008, « Os, bois de cerf et ivoire à Rom (Deux-Sèvres) : quelques éléments de réflexion sur l’approvisionnement en matière première et la distribution des objets dans l’agglomération », in : Bertrand I. dir., Le travail de l’os, du bois de cerf et de la corne à l’époque romaine : un artisanat en marge ? Actes de la Table ronde Instrumentum, Chauvigny (Vienne, F), 8-9 déc. 2005, Chauvigny, Ass. des Publications Chauvinoises/Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 145-163 (Monographies Instrumentum, 34).

Rodet-Belarbi I., Yvinec J.-Y., 1990, « Boucheries et dépotoirs de boucherie gallo-romains », Anthropozoologica, no 13, p. 19-26.

Saedlou N., 2001-2002, « Éléments de charnières de Saintes à l’époque gallo-romaine », in : Table ronde ‘Au fil du bois’, thème : Caractéristiques des bois de menuiserie et du quotidien, Cahier III des thèmes transversaux ArScAn, CNRS, Université Paris 1, Université Paris X, p. 180-187. http://web.mae.u-paris10.fr/Cahiers/

Simon-Hiernard D., 1990, Poitiers : la nécropole du quartier de Blossac-Saint-Hilaire, ier-ive s. ap. J.-C. : catalogue du mobilier funéraire conservé au Musée de Poitiers, Poitiers, 145 p. (Mémoire de la Soc. de Recherches Archéologiques de Chauvigny, 5).

Veyne P., 2001, « En guise d’introduction : la ville de Rome et la ‘plèbe moyenne’ », in : Veyne P., La société romaine, Paris, éd. du Seuil, p. I-XLVI (Coll. Points Histoire, 298).

Annexes

Annexe 1

Annexe 2

Annexe 3

Annexe 4. Inventaire des objets finis

U.S. : unité stratigraphique ; st. : structure ; no : numéro d’isolat.
Dimensions en millimètres ; inc. : objet incomplet ; L. : longueur, l. largeur ; ép. : épaisseur ; d. : diamètre maximal (pour les épingles et aiguilles : diamètre du corps) ; type Béal : d’après Béal, 1983a.

1- U.S. 1326, st. 76, no 378 (fig. 21, no 3)
Élément de charnière long
Os ; L. 79,4 ; d. 25. Orné de deux rainures et une troisième près d’une extrémité ; il présente trois séries de deux perforations circulaires. Extrémité sciée irrégulière, trace de découpe près des perforations ; type Béal AXI, 1.

2- U.S. 1376, st. 76, no 355 (fig. 21, no 5)
Élément de charnière long
Os ; L. 79,4 ; d. 25,9. Deux rainures proches l’une de l’autre et situées près de l’extrémité tournée, deux perforations latérales circulaires ; en trois morceaux concordants ; type Béal AXI, 1.

3- U.S. 1376, st. 76, no 356 (fig. 21, no 1)
Élément de charnière long
Os ; L. 100,2 ; d. 25,4. Deux rainures proches et une autre espacée près de l’extrémité tournée. Les deux perforations circulaires présentent des stries tangentes à leur pourtour ; un début de perforation sous la forme d’un creusement désaxé par rapport aux deux autres, se voit vers l’extrémité sciée. Des stries transversales apparaissent sur toute la face externe opposée aux perforations ; type Béal AXI, 1.

4- U.S. 1522, st. 130, no 383 (fig. 21, no 4)
Élément de charnière long inachevé
Os ; L. 116 ; d. 26,5. Cylindrique avec deux rainures rapprochées près d’une extrémité. Brisé et incomplet ; type Béal AXI, 1.

5- U.S. 3001, no 359 ((fig. 21, no 2)
Élément de charnière long
Os ; L. 91,2 ; d. 27,5. Près de l’extrémité tournée : trois rainures (deux proches, l’autre espacée) qui contiennent des restes de substance noirâtre. Présente deux perforations circulaires autour desquelles sont réparties de courtes stries laissées par la préparation du perçage ; type Béal AXI, 1.

6- U.S. 3175, no 366
Élément de charnière long
Os ; L. 39,8 (inc.) ; d. 20,5. Brisé longitudinalement et transversalement. Deux perforations, trois rainures à une extrémité dont deux proches ; type Béal AXI, 1.

7- U.S. 1336, st. 78, no 377
Élément de charnière court
Os ; L. 31,3 ; d. 25,7. Inc. En deux morceaux concordants. Deux extrémités tournées et une perforation à mi-hauteur ; type Béal AXI, 2.

8- U.S. 3108, st. 139/159, no 361
Élément de charnière court
Os ; L. 23,2 ; d. 20,2. Inc. à moitié environ. Une perforation à mi-hauteur ; type Béal AXI, 2.

9- U.S. 3211, no 370 (fig. 21, no 8)
Élément de charnière court
Os ; L. 23,6 ; l. 23. Les deux extrémités sont tournées, une perforation circulaire à mi-hauteur ; type Béal AXI, 2.

10- U.S. 3175, no 367 (fig. 21, no 6)
Élément de charnière court
Os ; L. 32 ; d. 28,4. Deux extrémités tournées, une perforation circulaire à mi-hauteur avec stries croisées ; type Béal AXI, 2.

11- U.S. 1151, st. 10, no 374 (fig. 21, no 7)
Élément de charnière court
Os ; L. 27,3 ; d. 22,1.
Deux extrémités tournées, une perforation à mi-hauteur ; type Béal AXI, 2.

12- U.S. 1007, no 372
Élément de charnière court
Os ; L. 32,4 ; d. 25,2. En quatre morceaux concordants ; la paroi opposée au trou latéral est perforée ; type Béal AXI, 2.

13- U.S. 1500, st. 12, no 380 (fig. 22, no 3)
Manche
Matière dure animale (os ?) ; L. inc. 48 ; d. 16,3.
Corps tronconique décoré de nodosités en relief. L’extrémité finale est dotée de quatre anses rainurées dont une est brisée ; l’extrémité opposée est brisée en partie et des restes d’oxydation y sont visibles. Le corps présente une perforation longitudinale circulaire.

14- U.S. 3077, no 371
Manche de couteau à lame droite
Os ; L. inc. : 33,3 ; l. 13,3. Manche composé de deux plaques trapézoïdales rainurées, assemblées de part et d’autre d’une soie en fer par des rivets en alliages cuivreux. Est conservée la partie proximale incomplète et fragmentée.

15- U.S. 1376, st. 76, no 357
Manche
Bois de cerf ; L. 99,1 ; d. 26,4. Portion de bois principal (merrain) sciée aux deux extrémités, surface avec stries, une entaille. La partie centrale est évidée ; le creusement est de section quadrangulaire à une extrémité et circulaire à l’autre. Destiné à recevoir une soie effilée à son extrémité finale et élargie à l’autre

16- U.S. 1326, st. 76, no 379 (fig. 23, no 3)
Médaillon
Bois de cerf ; d. 39 x 33 ; ép. 7,7.
Ovalaire à perforation centrale ; les restes de pierrures en bordure sont très usés. Les deux faces sont lisses.

17- U.S. 1376, st. 76, no 353 (fig. 23, no 1)
Médaillon
Bois de cerf ; d. 55 x 46,7 ; ép. 12. De forme ovalaire avec pierrures en périphérie, il présente deux perforations accolées. Une face a été décorée au tour, sa partie centrale présente une belle moulure circulaire ; l’autre face conserve des stries de sciage et trois petits creusements correspondant aux traces laissées par un tour à pointes tel que l’a décrit C. Picod (Picod, 2004, p. 75-77).

18- U.S. 3201, no 353 (fig. 23, no 2)
Médaillon
Bois de cerf ; d. 49,3 x 40,8 ; ép. 13,2. Ovalaire, pierrures en bordure, une perforation centrale, partie supérieure légèrement bombée au centre, d’aspect brut. Revers avec petites stries de sciage.

19- U.S. 1376, st. 76, no 352
Cuillère (cochlear)
Os ; L. inc. 130 ; d. 4,4. Cuilleron circulaire brisé ; corps de section circulaire décroissant vers la pointe ; type Béal AXXV, 1.

20- U.S. 1305, st. 128, no 376
Cuillère (cochlear)
Os ; L. inc. 110,8 ; d. 4 ; ép. 1,9. Inc. cuilleron brisé en partie, ovalaire, corps de section ovalaire décroissant vers la pointe ; type Béal AXXV, 2.

21- U.S. 3109, st. 39, no 385

Os ; L. 11,2 x 10,8.
Chiffrage : 1, 2/, 6, 5, 4, 3 (d’après Béal, 1983a, p. 49) : petits cercles pointés d’un diamètre de 2 mm ; type Béal BIII.

22- U.S. 3222, no 370
Aiguille
Os ; L. 67,1 ; d. 4,5.
Corps de section circulaire, sommet appointé, chas ovalaire. L’extrémité finale dissymétrique a été réappointée ; type Béal AXIX, 2.

23- U.S. 1500, st. 12, no 381 (fig. 22, no 4)
Fuseau
Os ; L. 186,3 ; d. 8,6 x 6,8 ; en deux morceaux concordants. Tige renflée de section ovalaire, lisse ; les deux extrémités sont arrondies et précédées d’un creusement ; type Béal AXVIII, 1. À une extrémité, est enfilé un disque (d. : 20,4 x 20,6 ; ép. : 3,1) dont le pourtour est décoré d’incisions obliques sur les deux faces. Un second disque perforé (d. 20,5 ; ép. 1,7) avec des rainures concentriques en bordure est associé à l’ensemble.

24- U.S. 1358, st. 76, no 373 (fig. 22, no 5)
Quenouille
Os ; L. inc. 197,5 ; d. 10.
Tige de section circulaire brisée à l’extrémité la plus évasée, précédée de deux rainures. L’extrémité opposée est conique et soulignée de trois fines rainures irrégulières, la pointe est brisée.

25- U.S. 3169, no 364
Épingle
Os ; L. inc. 27,1 ; d. 3,1.
Corps brisé. Sommet conique allongé précédé de deux rainures irrégulières.

26- U.S. 3175, no 358
Épingle
Os ; L. inc. 23,5 ; d. 3,5.
Corps brisé. Sommet conique à facettes de section ovalaire, précédé de deux rainures irré gulières.

27- U.S. 3175, no 365
Épingle
Os ; L. inc. 46,3 ; d. 4,3.
Corps brisé. Sommet de section ovalaire conique précédé de trois rainures.

28- U.S. 3033, no 360
Épingle
Os ; L. inc. 32 ; d. 5.
Sommet conique arrondi dans le prolongement du corps renflé brisé ; type Béal AXX, 4.

29- U.S. 3191, no 363
Anneau
Os ; d. externe restitué 20 ; d. interne 15,5. Jonc lisse de section circulaire (d. 3 x 2,5) ; type Béal AXXX, 1.

30- U.S. 3159, st. 124, no 362 (fig. 22, no 1)
Élément de lit ( ?)
(métatarse ( ?) de Bœuf)
Os ; L. 78,8 ; d. 26,5. Cylindre mouluré aux deux extrémités, près de la plus étroite une moulure arrondie encadrée de deux rainures. Tourné à partir d’une diaphyse de métapode, cet élément présente un jeu de moulures et de galbes témoignant d’un tournage très bien maîtrisé.

31- U.S. 1500, st. 12, no 382 (fig. 22, no 2)
Élément cylindrique (métapode de Bœuf)
Os ; L. 28,4. Cylindre avec une extrémité moulurée arrondie (diam. 25,7 x 25,9), l’autre soulignée d’une fine rainure (diam. : 23,9 x 24,2). Deux rainures parallèles à mi-hauteur environ ; canal médullaire façonné et élargi. Des parallèles, dont la fonction reste indéterminée, sont signalés au musée de Lyon (Béal, 1983a, no 100-101, pl. XVII).

Notes

1 Les noms d’espèces écrits avec une majuscule renvoient au terme générique désignant l’espèce et ne comportant aucune notion de sexe.

2 Le Porc correspond à près de 7 %, les Moutons sont, comme cela est souvent le cas, les plus nombreux (30 restes de Moutons pour deux de Chèvres) parmi les caprinés (près de 12 %) ; parmi les déterminés : deux os ont été attribués à un anatidé (famille des Canards) et à un poisson sans qu’une détermination plus précise ne soit possible.

3 La chaîne opératoire de la boucherie se divise en plusieurs étapes qui ne produisent pas les mêmes types de rejets. La première, l’abattage des animaux, n’en produit aucun ; la deuxième consiste à retirer les parties peu ou pas utiles du point de vue alimentaire, à savoir essentiellement la peau, la tête et les bas de pattes ; les éventuels morceaux de viande contenus dans ou autour de ces ossements sont alors désossés. Les dépotoirs de boucherie dite primaire sont essentiellement composés des os de la tête et des bas de pattes ; ils ne sont pas toujours clairement identifiables, car les artisans ont pu prélever les matières premières (os, corne), ce qui fait disparaître les pièces anatomiques concernées (métapodes et chevilles osseuses) du dépôt. La troisième étape consiste à sectionner la carcasse en quartiers de viande destinés à la vente ; la colonne vertébrale est extraite et les membres séparés du tronc et sectionnés en plusieurs tronçons. Les rejets correspondants sont alors généralement composés de tronçons de colonne vertébrale, de plats de côtes et d’os longs, en plus ou moins grande quantité selon que les pièces de viande sont désossées sur place ou ailleurs. L’identification des étapes de la chaîne opératoire de la boucherie, à partir de dépôts importants d’ossements de Bœuf, s’avère complexe, car un boucher peut accomplir plusieurs étapes et plusieurs bouchers peuvent rejeter leurs déchets dans le même dépotoir.

4 La composition anatomique peut être analysée grâce à un paramètre : le NMPS/Sq. qui correspond au Nombre Minimum de Parties du Squelette rapporté à l’importance de la partie prise en compte dans un squelette de référence complet.

5 Les termes repris de la grille de référence sont signalés par un * dans le tableau de la fig. 16.

6 Voir, entre autres, sur le sujet : Béal, 1983a ; Prévot, 2005.

7 Objet en cours d’étude par I. Bertrand.

8 Ce second site a livré des éléments de charnière en bois (Saedlou, 2001-2002) qui rappellent que ce matériau était utilisé, concurremment à la matière osseuse, pour la réalisation de ce type de pièces et probablement par des artisans locaux.

9 Il est vraisemblable qu’un examen global de la faune venant de Saintes modifierait cet état sur l’implantation de cette activité.

10 Pour la présentation des activités de boucherie, de forge et de travail des alliages cuivreux dans l’agglomération de Rom, à travers l’exemple du quartier de La Petite Ouche.

11 La laine à travailler ne devait pas être uniquement récupérée sur place, si l’on considère la très faible quantité d’ossements de moutons repérés dans la faune étudiée (moins de 1 %).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation du site de Daubonneau (DAO K. Robin, Service Départemental d’Archéologie de la Charente-Maritime, 2007).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10773/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Légende Fig. 2. Plan du site du quartier Daubonneau (DAO K. Robin, O. Richard, S.D.A. 17, 2007).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10773/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Fig. 3. Coupe de la structure 83 (DAO K. Robin, O. Richard, S.D.A. 17, 2007).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10773/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 4. Composition du NR3 (Nombre de restes de la triade) de la structure 83.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10773/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 5. La répartition anatomique en NMPS/Sq. des ossements de Bœuf dans la structure 83.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10773/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 6. La répartition anatomique en NMPS/Sq. des éléments du rachis de Boeuf dans la structure 83.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10773/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 7. Vue d’une partie du comblement de la structure 83 : tronçons de vertèbres thoraciques de Bœuf en connexion (cliché K. Robin).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10773/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 8. La répartition anatomique en NMPS/Sq. des ossements de caprinés et de Porc dans la structure 83.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10773/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 9. Traces de découpe relevées sur les ossements de Bœuf.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10773/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 10. Découpe latérale du rachis de Bœuf (cliché M. Salin).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10773/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 11. Traces de découpe relevées sur les os de Porc et de caprinés.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10773/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 12.Métapodes de Bœuf alignés dans l’U.S. 3074 (cliché K. Robin).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10773/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 13. Dégradation de la surface osseuse d’un métapode de Bœuf (U.S. 3074) (cliché M. Salin).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10773/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 14. Plan et coupe des structures 139 et 159 (DAO K. Robin, O. Richard, S.D.A. 17, 2007).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10773/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 15. Répartition anatomique des ossements en pourcentage du NRD (st. 139 et 159).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10773/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 16. Étapes de travail observées sur les ossements issus des structures 139 et 159 (* catégories utilisées dans la grille d’analyse de référence).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10773/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 17. Déchets artisanaux issus des structures 139 et 159. A. épiphyses de métapodes de Bœuf sciées ; B. rondelles de recalibrage (métapodes de Bœuf) ; C. portions de diaphyse dont la longueur est ajustée ; D. portions de diaphyse avec traces de gouge ( ?) ; E. rondelle et rebuts de fabrication d’anneau ; F. rebut avec traces de tour (clichés M. Salin).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10773/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende Fig. 20. Catégories d’objets finis présentes sur le site de Daubonneau.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10773/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 21. Éléments longs (1 à 5) et courts (6 à 8) de charnières du site de la rue Daubonneau (cliché J.-C. Cédelle).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10773/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 22. Éléments de meubles (nos 1 et 2), manche (no 3), fuseau et fusaïoles (no 4), quenouille (no 5) (dessins J.-C. Cédelle, S.R.A.C.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10773/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 23. Médaillons en bois de cerf (dessins J.-C. Cédelle).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10773/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Fig. 24. Localisation des activités artisanales à Saintes (DAO K. Robin, O. Richard, SDA 17, 2007).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10773/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10773/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10773/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10773/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 160k

Auteurs

Service Départemental d’Archéologie de la Charente-Maritime.

Archéozoologue, docteur de l’université de Tours ; Service d’archéologie préventive de la Communauté d’Agglomération de Bourges Plus ; UMR 6173 CITERES-LAT, chercheure associée UMR 7209 M.N.H.N., Paris.

Musées de Chauvigny (Vienne, F) ; UMR 5140 Lattes, équipe : Techniques Productions Consommation ; équipe HeRMA (Hellénisation et Romanisation dans le Monde antique), université de Poitiers.

© ARTEHIS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search