Version classiqueVersion mobile

Aspects de l’artisanat en milieu urbain : Gaule et Occident romain

 | 
Pascale Chardron-Picault

Le travail des matières organiques

Miser sur le bon cheval : le rôle des équidés dans la tabletterie gallo-romaine

Sabine Deschler-Erb

Résumé

Parmi les objets de tabletterie, les os d’équidés sont nettement plus représentés que parmi la faune non travaillée. Pour quelle raison les artisans ont-ils préféré les os de ces animaux qui jouaient un rôle particulier dans le monde gallo-romain et qui, de ce fait, étaient difficiles à se procurer ? Dans cet article, nous émettons l’hypothèse que la taille des os a pu constituer un critère de sélection pour les tabletiers romains.

Texte intégral

Introduction

  • 1 La production des bracelets en bois de cerf au lieu de l’ivoire non accessible à Ad Fines (Pfyn, Su (...)

1Le répertoire des objets romains en os, bois de cerf et ivoire semble être inépuisable. Les grandes collections comme celles des sites de Lyon, d’Augusta Raurica, de Nyon ou d’Avenches comportent des catégories très variées comme des manches de couteau, des éléments de parure, d’ameublement et d’armement, des objets destinés au travail du textile et au divertissement, etc. (Béal, 1983 ; Deschler-Erb, 1998 ; Anderes, 2006 ; Schenk, 2008). Tous ces types d’objets se retrouvent sur ces sites également dans d’autres matériaux tels que le bronze, le verre ou le bois, lorsqu’ils se sont conservés. Cela signifie que l’objet était normalement plus important que le matériel dans lequel il était façonné. Mais l’os, comme les autres matières dures animales, fournit des matrices aux dimensions limitées, restreignant de ce fait les formes que l’on peut y façonner. C’est pourquoi l’os n’est pas le matériel approprié pour toutes les formes d’objets. Les artisans romains avaient cependant leurs méthodes pour résoudre certains problèmes1 et nous commençons seulement à découvrir ces subtilités. Cet article concerne plus particulièrement la question de la prédilection pour l’os d’équidé dans la tabletterie romaine.

L’importance des équidés dans la tabletterie gallo-romaine

2L’analyse de la matière première des 5 902 objets façonnés en matière dure d’origine animale d’Augusta Raurica/Augst a montré que plus de 60 % des objets sont fabriqués en os et seulement 3 % en bois de cerf. Un tiers du matériel ne permet pas de faire la différence entre os et bois, en dépit des études microscopiques (Deschler-Erb, 1998, p. 27-55), mais la plupart devait être en os, vu la rareté des ateliers de bois de cerf au cours du Haut-Empire (Deschler-Erb, 2005a, p. 212, fig. 13). Seuls vingt-huit des 5902 objets découverts à Augusta Raurica sont en ivoire. Leur faible nombre permet de les considérer comme un produit de luxe qui a été importé (Deschler-Erb, 2000, p. 125). Cela signifie que l’os était le matériau le plus important pour la fabrication des objets en matière dure d’origine animale dans les provinces au nord-ouest des Alpes. Par contre, dans les régions orientales des Alpes, le travail du bois de cerf était beaucoup plus important (Deschler-Erb, Gostenčnik, 2008, p. 287-289).

  • 2 Nyon (Anderes, 2008, 272s.) : 13 équidés et 22 bovins sur 54 objets. Avenches (Schenk, 2008, 147ss. (...)

3Parmi les objets en os, les bovins sont beaucoup mieux représentés que les équidés (fig. 1). Par contre, si on compare la proportion de bovins et d’équidés parmi tous les objets travaillés et dans la faune non travaillée, on voit que celle-ci est beaucoup plus équilibrée dans la première que dans la seconde (fig. 2). Parmi les déchets de fabrication, il y a 60 équidés (14,1 %) et 236 bovins (55,3 %) sur un total de 427 objets (Deschler-Erb, 1998, p. 307-308). Parmi la faune non travaillée les équidés ne représentent que 1,8 % (Schibler, Furger, 1988, p. 213, tab. 69). Cela veut dire que les tabletiers ont manifesté une certaine prédilection pour le traitement de l’os des équidés. Dans la publication de la tabletterie d’Augusta Raurica, il m’était alors impossible d’expliquer ce phénomène (Deschler-Erb, 1998, p. 70-71) que j’ai oublié pendant plusieurs années, jusqu’à ce que deux collègues de Suisse romande commencent à analyser la tabletterie de la Colonia Julia Equestris (Nyon) et d’Aventicum (Avenches). En faisant la détermination des matières premières des objets sortis de ces ateliers2, nous avons été surprises de retrouver le même phénomène qu’à Augst. Un constat semblable a également été établi pour l’atelier de Saintes, rue Daubonneau (voir Robin, Bertrand, dans ce volume). Cette prédilection pour l’os d’équidé semble donc être un phénomène relativement répandu dans nos régions.

Fig. 1. La fréquence (n %) des bovins (677 n) et des équidés (80 n) parmi les objets en os, bois de cerf et ivoire (5902 n) d’Augusta Raurica (d’après la liste Deschler-Erb, 1998, p. 308-309, Tab. 4).

Fig. 2. La proportion de bovins et d’équidés parmi les objets travaillés (677 n : 80 n) et dans la faune non travaillée (51476 n : 1932 n) d’Augusta Raurica (Deschler-Erb, 1998, p. 71, fig. 124).

L’importance des équidés dans léconomie gallo-romaine

4Cette prédilection pour les équidés est étonnante parce que le bœuf était beaucoup plus important dans l’économie des populations urbaines à l’époque romaine. Par exemple dans la plupart des quartiers d’Augusta Raurica, près de 50 % – voire plus – de la viande consommée était du bœuf (fig. 3) (Schibler, Furger, 1988, p. 156-177). La nourriture n’est cependant pas la seule explication de l’extrême importance du bœuf. Les différents artisans romains qui travaillaient avec les bovidés et les matières premières qu’ils fournissent semblent avoir collaboré. L’insula 31 d’Augusta Raurica en est un bon exemple. Les vestiges d’un abattoir, d’une boucherie, d’une tannerie et d’un atelier de tabletterie sur corne et sur os y ont été découverts. Dans les insulae 23, 24 et 25, situées juste au nord de l’insula 31, ont été mis au jour des fumoirs. Pour la tabletterie en os, il était donc très facile de se procurer des os de bœufs (Deschler-Erb, 2005b).

Fig. 3. La fréquence des os de bœuf dans les quartiers d’Augusta Raurica par rapport au nombre de restes identifiés (Schibler, Furger, 1988, fig. 245).

  • 3 Le cheval n’a cependant pas été consommé dans les sanctuaires (Arbogast et alii, 2002, p. 54-70 ; D (...)
  • 4 Lepetz, 2003, 213ss. ; dans le puits d’Augst-Kastelen on a trouvé cinq squelettes de chevaux (Desch (...)

5L’importance du cheval dans l’économie romaine diffère complètement. Alors que la consommation de viande de cheval était encore relativement fréquente chez les Celtes3, la viande d’équidés n’était que peu appréciée dans la cuisine romaine (Flutsch et alii, 2002, p. 234). C’est pourquoi dans le centre d’Augst il n’y a que peu de restes d’équidés (moins de 2 %) (fig. 4). Ceux-ci sont quantitativement plus élevés à la périphérie de la ville. Cela pourrait s’expliquer par la présence d’une population d’origine indigène qui aurait consommé de la viande de cheval de temps en temps. Cette hypothèse est soutenue par la présence de quelques os avec des traces de dépeçage. Selon une autre théorie, il s’agirait de chevaux de course logeant dans les mansiones aux environs de la ville. Morts, leurs cadavres auraient été enterrés sur place et, par des nivellements successifs, leurs ossements auraient été dispersés (Schibler, Furger, 1988, p. 156-177). Le dépôt dans des puits désaffectés semble également avoir été un moyen employé pour se débarrasser de cadavres d’animaux non destinés à la consommation4.

Fig. 4. La fréquence des os d’équidés dans les quartiers d’Augusta Raurica par rapport au nombre de restes identifiés (Schibler, Furger, 1988, fig. 248).

L’importance des équidés dans la religion gallo-romaine

6Le cheval est impliqué dans diverses formes de pratiques rituelles. Il peut participer aux rites funéraires dans les nécropoles, il peut être sacrifié dans les sanctuaires ou faire l’objet de dépôts en différentes circonstances. Ce n’était pas seulement le cas à l’Âge du Fer, mais aussi à l’époque gallo-romaine, comme le montrent les quarante-deux squelettes inhumés à Vertault (Côte-d’Or) (Arbogast et alii, 2002, p. 67-70 ; Méniel, Jouin, 2000). Dans les fossés qui bordaient la nécropole d’En Chaplix, hors les murs à Avenches, se trouvaient des fragments crâniens et quelques os des extrémités de pattes antérieures et postérieures pouvant appartenir à un seul individu (Castella et alii, 1999, 144). Dans l’enclos funéraire sud du même site, une fosse recelait le squelette entier d’un cheval sacrifié (fig. 5) (Castella et alii, 1993). Et finalement des extrémités d’équidés ont été trouvées dans des fosses dans le quartier religieux intra muros (Deschler-Erb, en prép. b).

Pourquoi donc travailler l’os d’équidé ?

7Si on résume ces différentes données, on peut dire que les équidés étaient beaucoup plus rares que les bœufs dans les villes romaines. Vu que leur viande n’était pas consommée régulièrement, une boucherie chevaline officielle n’existait pas. Habituellement leurs cadavres ont été enterrés ou, plus rarement, déposés dans des sanctuaires. Pour les artisans tabletiers, il était donc assez difficile de récupérer de l’os de cheval. Pourquoi donc un tel effort ?

Fig. 5. Avenches-En Chaplix : plan schématique des structures d’époque romaine mises au jour dans les enclos funéraires. St. 380 : fosse recelant le squelette entier d’un cheval sacrifié (Castella et alii, 1993, fig. 1 et fig. 4b).

8Pour les objets en os d’Augst, l’hypothèse d’une qualité différente des os de bovins et d’équidés avait été émise, différence qui se manifesterait au traitement. Malheureusement, peu d’informations sur ce sujet se trouvent dans la littérature (Deschler-Erb, 1998, p. 70-71). C’est pourquoi nous avons pris contact avec Astrid Dingeldey, un maître tourneur allemand spécialisé dans la production de tabletterie romaine, afin de faire des expériences avec des os frais. Elle a travaillé un métatarse de bœuf et un métacarpe de cheval, à savoir les os que les artisans romains travaillaient le plus. Elle a utilisé des outils modernes en acier et un tour « romain » (fig. 6). Voici les résultats de ces premières expériences.

9Tout d’abord nous avons examiné la question des différences anatomiques. En général, les métapodes des deux espèces ont l’avantage d’avoir une forme régulière et droite. Mais ceux de bœuf sont composés de deux parties collées, tandis que ceux du cheval ont seulement une partie. C’est pourquoi, nous pensions que les deux parties de l’os de bœuf pouvaient être gênantes pour les outils ou que l’os pouvait casser à cet endroit pendant le traitement. Mais cela ne posait aucun problème pour l’artisan.

10Ensuite, nous avons abordé les différentes techniques employées par le tabletier romain. Le sciage de l’os de bœuf était un peu plus facile et plus rapide que celui de cheval. Mais il n’y avait pas de grandes différences. Même remarque pour le limage. Le perçage de l’os de cheval était plus facile, mais l’artisan ne pouvait pas en donner la raison. Des différences nettes sont apparues au tournage (fig. 7) : l’os de cheval semblait avoir de plus grands pores que celui de bœuf. De plus, l’os de cheval n’était pas aussi stable et le premier jeton en os de cheval fabriqué s’est cassé. Et finalement la surface du jeton en os de bœuf est devenue plus lisse et brillante. L’impression de la plus grande porosité ressentie par A. Dingeldey en travaillant l’os de cheval peut être prouvée par des analyses microscopiques. La structure de l’os de bœuf semble plus dense et les canaux sont plus petits que ceux de l’os de cheval (Deschler-Erb, 1998, p. 33-55). Les expériences montrent donc que l’os de bœuf est mieux qualifié pour le travail de tabletterie. Pourquoi donc les artisans romains ont-il malgré tout préféré l’os de cheval ?

11Une simple remarque d’Astrid Dingeldey m’a donné une idée. L’os de cheval qu’elle a travaillé était bien plus grand que celui de bœuf. Elle avait donc plus de matière à travailler. Et si c’était le but des artisans romains que de produire des objets les plus grands possible ? En tout cas, plus grands qu’avec un os de bœuf ?

Fig. 6. Le travail au tour « romain » (cliché de S. Deschler-Erb).

Fig. 7. Le tournage d’un jeton (cliché de S. Deschler-Erb).

La taille des équidés la solution ?

  • 5 Breuer et alii, 1999, p. 220, fig. 9 : le développement du « logarithmic size index ».
  • 6 Pour Augst il n’y a que peu de données concernant la hauteur au garrot des bœufs qui sont plutôt mo (...)

12Les analyses métriques ont montré que la stature des bœufs a augmenté dès la fin de La Tène tardive dans nos régions5. Mais même au iiie siècle elle ne dépassait jamais une hauteur moyenne au garrot de plus de 1,25 m6.

  • 7 Le métatarse de vache no 2426 de la collection de référence de l’IPSA a une longueur de 212,3 mm (= (...)

13Les équidés dans les différents sites romains avaient par contre une taille moyenne de plus de 1,40 m. Les plus grands individus atteignaient même 1,60 m (Peters, 1998, p. 152, Tab. 19 ; Deschler-Erb, 1999, p. 65, fig. 2). Leurs os sont donc au minimum cinq centimètres plus longs et sont proportionnellement plus larges que ceux des bœufs, permettant de ce fait le façonnage d’objets plus grands7.

  • 8 Deschler-Erb, 1998, p. 207, fig. 283 : 336 objets datent de 10 av. J.-C.- 110 ap. J.-C., 678 objets (...)
  • 9 Ce sont 15 objets pour le ii/iiie siècle, 12 pour le ier siècle.
  • 10 Breuer et alii, 1999, p. 220, fig. 9 : le développement du « logarithmic size index ».
  • 11 Deschler-Erb, 1998, nos 345 et 697 ; Anderes, 2008, p. 271, fig. 4. Rappelons que le métatarse de v (...)

14À Augst, les objets en os sont surtout représentés aux iie/iiie siècles8. Par contre, si on se réfère à la base de données, au demeurant assez faible, le remplacement de l’os de bœuf par de l’os de cheval semble être pratiqué plutôt aux ier-iie siècles9. Cela pourrait s’expliquer par le fait qu’au début de l’époque romaine, les bœufs de la région d’Augst étaient encore relativement petits10. Étant donné que les extrémités articulaires ne sont pas appropriées pour la fabrication d’objets et sont coupées par l’artisan, les os de ces animaux n’autorisaient pas la production de très longs objets comme le fuseau de 204 mm et l’aiguille de 188 mm qui ont été trouvés à Augst, ou même la quenouille de 239 mm de Nyon11. Aux iie-iiie siècles, la taille moyenne des bœufs avait augmenté et la différence entre les bovins et les équidés s’amenuisait. Le recours aux os d’équidés s’avérait donc moins nécessaire.

Conclusions

15Le bœuf était pour l’artisanat de l’os le fournisseur le plus facile et le plus important en matière première. Néanmoins, les artisans romains installés dans notre région ont préféré travailler l’os d’équidé, malgré les difficultés d’approvisionnement et leur qualité plutôt inférieure comparée à celle de l’os de bœuf. La taille des ces os, tant en longueur qu’en largeur, semble être la raison pour laquelle on les a préférés. C’est surtout au ier siècle après J.-C. que l’os de cheval semble être le plus fréquemment utilisé et nous supposons un rapport avec le développement de la taille des bœufs. La question de l’organisation de l’approvisionnement en os d’équidés par les artisans romains reste posée. Est-ce que ce sont les restes des rares individus consommés par des gens moins romanisés ou indigènes ? Est-ce que les artisans eux-mêmes ont mangé de la viande de cheval, impliquant par là-même qu’ils étaient plutôt des indigènes ? Ou sont-ils allés chercher des cadavres d’équidés déposés pour récupérer les os longs ? Pour répondre à ces questions, la recherche archéologique et archéozoologique doit avancer en multipliant les collaborations entre spécialistes.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Anderes C., 2006, Il y a un os ! Artisanat d’un matériau singulier : de l’os à l’objet, Catalogue de l’exposition au Musée romain de Nyon, 6 oct. 2006 au 31 mai 2007, Nyon, 24 p., 65 fig.

Anderes C., 2008, « La collection de tabletterie du Musée romain de Nyon (CH) », in : Bertrand I. dir., Le travail de l’os, du bois de cerf et de la corne à l’époque romaine : un artisanat en marge ? Actes de la table ronde Instrumentum, Chauvigny (Vienne F), 8-9 déc. 2005, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 269-274 (Monographies Instrumentum, 34).

Arbogast R., Clavel B., Lepetz S., Méniel P., Yvinec J.-H., 2002, Archéologie du cheval : des origines à la période moderne en France, Paris, éd. Errance, 128 p. (Coll. des Hespérides).

Béal J.-Cl., 1983, Catalogue des objets de tabletterie du musée de la civilisation gallo-romaine de Lyon, Lyon, 421 p., 71 pl. (Centre d’études romaines et gallo-romaines de l’université Jean Moulin Lyon III, 1).

Breuer G., Rehazek A., Stopp B., 1999, « Grössenveränderungen des Hausrindes : Osteometrische Untersuchungen grosser Fundserien aus der Nordschweiz von der Spätlatènezeit bis ins Frühmittelalter am Beispiel von Basel, Augst (Augusta Raurica) und Schleitheim-Brüel », Jahresberichte aus Augst und Kaiseraugst, 20, p. 207– 228.

Castella D., Caspar T., Eschbach F., 1993, « Avenches VD - En Chaplix : les investigations de 1992 », Annuaire de la Société Suisse de Préhistoire et d’Archéologie, 76, p. 156-160.

Castella D., Kramar Chr., Olive C., Porro M. A., Simon Chr., 1999, La nécropole gallo-romaine d’Avenches ’En Chaplix’ : fouilles 1987-1992. Vol. 1 : Étude des sépultures, Lausanne, 466 p., 375 fig. (Cahiers d’Archéologie Romande, 77 - Aventicum IX).

Deschler-Erb S., 1998, Römische Beinartefakte aus Augusta Raurica : Rohmaterial, Technologie, Typologie und Chronologie, Augst, Römermuseum, 423 p. et 454 p., 386 fig. (Forschungen in Augst, 27/1 et 2).

Deschler-Erb S., 1999, « Vom Packesel zum Kurierpferd - Archäozoologische Aussagemöglichkeiten zu den Equiden in römischer Zeit », in : Kemkes M., Scheuerbrand J. éd., Fragen zur römischen Reiterei, Kolloquium zur Ausstellung’Reiter wie Statuen aus Erz : die römische Reiterei am Limes zwischen Patrouille und Parade’im Limesmuseum Aalen am 25./26.2.1998, Stuttgart, Württembergisches Landesmuseum, p. 64-71.

Deschler-Erb S., 2000, « Les ivoires d’Augusta Raurica, objets rares et précieux parmi des milliers d’os », in : Béal J.-Cl., Goyon J.-Cl. éd., Des ivoires et des cornes dans les mondes anciens (Orient-Occident), Lyon, p. 125-127 (Coll. de l’Inst. d’archéologie et d’histoire de l’Antiquité Université Lumière-Lyon 2, 4).

Deschler-Erb S., 2005a, « Borderline production : a late Roman antler workshop in Eastern Switzerland », in : Luik H. et alii éd., From hooves to horns, from mollusc to mammoth : manufacture and use of bone artefacts from Prehistoric Times to the Present, Proceedings of the 4th meeting of the ICAZ Worked Bone Research Group at Tallinn, 26th - 31th of August 2003, Tallinn, p. 207-214 (Muinasaja Teadus, 15).

Deschler-Erb S., 2005b, « La contribution de l’archéobiologie à l’étude de l’artisanat romain », in : Polfer M. dir., Artisanat et économie romaine : Italie et provinces occidentales de l’Empire, Actes du 3ème colloque international d’Erpeldange (Luxembourg) sur l’artisanat romain, 14-16 oct. 2004, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 31-38 (Monographies Instrumentum, 32).

Deschler-Erb S., 2007, « Viandes salées et fumées chez les Celtes et les Romains de l’Arc jurassien », in : Bélet-Gonda C., Mazimann J.-P., Richard A., Schifferdecker F. dir., Actes des Premières Journées Archéologiques Frontalières de l’Arc Jurassien, Delle (F) - Boncourt (CH), 21-22 oct. 2005, Mandeure, sa campagne et ses relations d’Avenches à Luxeuil et d’Augst à Besançon, Besançon/Porrentruy, p. 139-144 (Annales littéraires de l’Université de Besançon, 816 - Cahiers d’Archéologie jurassienne, 20).

Deschler-Erb, en prép. a, Die spätrömischen Tierknochen aus der unterirdischen Gewölbeanlage bei Kastelen/Augusta Raurica.

Deschler-Erb, en prép. b, Die Tierknochen aus den Heiligtümern von Avenches/Aventicum.

Deschler-Erb S., Gostenčnik K., 2008, « Différences et identités de la vie quotidienne dans les provinces romaines : l’exemple de la tabletterie », in : Bertrand I. dir., Le travail de l’os, du bois de cerf et de la corne à l’époque romaine : un artisanat en marge ? Actes de la table ronde Instrumentum, Chauvigny (Vienne F), 8-9 déc. 2005, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 283-309 (Monographies Instrumentum, 34).

Flutsch, L., Niffeler U., Rossi F. dir., 2002, Époque Romaine, Bâle, 432 p., 460 fig. (La Suisse du Paléolithique à l’aube de Moyen-Âge, 5).

Lepetz S., 2003, « Gérer les rejets de boucherie et les cadavres animaux dans les villes de Gaule romaine », in : Ballet P., Cordier P., Dieudonné-Glad N., La ville et ses déchets dans le monde romain : rebuts et recyclage, Actes du colloque de Poitiers, 19-21 sept. 2002, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 209-217 (Archéologie et Histoire Romaine, 10).

Méniel P., Jouin M., 2000, « Les inhumations d’animaux de Vertault (Côte-d’Or, début de notre ère) », in : Bodson L. éd., Ces animaux que l’homme choisit d’inhumer : contribution à l’étude de la place et du rôle de l’animal dans les rites funéraires, Journée d’étude Université de Liège, 20 mars 1999, Liège, p. 65-91 (Colloques d’histoire des connaissances zoologiques, 11).

Peters J., 1998, Römische Tierhaltung und Tierzucht, Rahden/Westfalen, p. 444, 99 fig. (Passauer Universitätsschriften zur Archäologie, 5).

Robin K., Salin M., Bertrand I, 2009, « Le quartier artisanal de la rue Daubonneau à Saintes (Charente-Maritime) : production de viande et artisanat de l’os aux ier et iie s. ap. J.-C. », p. 391-414 dans ce volume.

Schenk A., 2008, Regard sur la tabletterie antique : les objets en os, bois de cerf, ivoire du Musée Romain d’Avenches, Avenches, 336 p., 155 fig. (Documents du Musée Romain d’Avenches, 15).

Schibler J., Furger A.R., 1988, Die Tierknochenfunde aus Augusta Raurica (Grabungen 1955-1974, Augst, 240 p., 258 fig. (Forschungen in Augst, 9).

Notes

1 La production des bracelets en bois de cerf au lieu de l’ivoire non accessible à Ad Fines (Pfyn, Suisse) est un exemple du remplacement d’un matériau par un autre plus fréquent et accessible (Deschler-Erb, 2005a).

2 Nyon (Anderes, 2008, 272s.) : 13 équidés et 22 bovins sur 54 objets. Avenches (Schenk, 2008, 147ss.) : 31 équidés et 20 bovins sur 114 objets.

3 Le cheval n’a cependant pas été consommé dans les sanctuaires (Arbogast et alii, 2002, p. 54-70 ; Deschler-Erb, 2007, p. 141).

4 Lepetz, 2003, 213ss. ; dans le puits d’Augst-Kastelen on a trouvé cinq squelettes de chevaux (Deschler-Erb, en prép. a).

5 Breuer et alii, 1999, p. 220, fig. 9 : le développement du « logarithmic size index ».

6 Pour Augst il n’y a que peu de données concernant la hauteur au garrot des bœufs qui sont plutôt modestes en comparaison avec d’autre sites de la même époque : ier siècle : 109,8 cm et 110,3 cm (femelles), iiie siècle : 123,2 cm et 124,8 cm (mâles) ; voir aussi Peters, 1998, p. 383, Abb. 16.

7 Le métatarse de vache no 2426 de la collection de référence de l’IPSA a une longueur de 212,3 mm (= hauteur au garrot 112 cm) ; la partie utilisable est d’env. 130 mm.

8 Deschler-Erb, 1998, p. 207, fig. 283 : 336 objets datent de 10 av. J.-C.- 110 ap. J.-C., 678 objets datent de 110-280 ap. J.-C.

9 Ce sont 15 objets pour le ii/iiie siècle, 12 pour le ier siècle.

10 Breuer et alii, 1999, p. 220, fig. 9 : le développement du « logarithmic size index ».

11 Deschler-Erb, 1998, nos 345 et 697 ; Anderes, 2008, p. 271, fig. 4. Rappelons que le métatarse de vache no 2426 de la collection de référence de l’IPSA a une longueur de 212,3 mm (= hauteur au garrot 112 cm) ; la partie utilisable est d’env. 130 mm.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. La fréquence (n %) des bovins (677 n) et des équidés (80 n) parmi les objets en os, bois de cerf et ivoire (5902 n) d’Augusta Raurica (d’après la liste Deschler-Erb, 1998, p. 308-309, Tab. 4).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10734/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 2. La proportion de bovins et d’équidés parmi les objets travaillés (677 n : 80 n) et dans la faune non travaillée (51476 n : 1932 n) d’Augusta Raurica (Deschler-Erb, 1998, p. 71, fig. 124).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10734/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 3. La fréquence des os de bœuf dans les quartiers d’Augusta Raurica par rapport au nombre de restes identifiés (Schibler, Furger, 1988, fig. 245).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10734/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 4. La fréquence des os d’équidés dans les quartiers d’Augusta Raurica par rapport au nombre de restes identifiés (Schibler, Furger, 1988, fig. 248).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10734/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 5. Avenches-En Chaplix : plan schématique des structures d’époque romaine mises au jour dans les enclos funéraires. St. 380 : fosse recelant le squelette entier d’un cheval sacrifié (Castella et alii, 1993, fig. 1 et fig. 4b).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10734/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 6. Le travail au tour « romain » (cliché de S. Deschler-Erb).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10734/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 7. Le tournage d’un jeton (cliché de S. Deschler-Erb).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10734/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 133k

Auteur

Institut de Préhistoire et Science en Archéologie (IPSA), Université de Bâle.

© ARTEHIS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search