Version classiqueVersion mobile

Verrerie de l’Est de la France. XIIIe-XVIIIe siècles

 | 
Jean-Olivier Guilhot
, 
Stéphanie Jacquemot
, 
Pierre Thion

Metz - Résidences Sainte-Croix, verrerie de la fin du XVème-début XVIème siècles

Philippe Brunella et Hubert Cabart

Texte intégral

1Le site archéologique du Haut de Sainte-Croix est situé au coeur de la vieille ville de Metz, entre la rue Four du Cloître, la rue Taison et la rue du Haut Poirier.

2Sur les 4 000 m2 touchés par l'opération immobilière, 3 000 m2 contenaient des vestiges d'occupation essentiellement gallo-romaine, sur une épaisseur de plus de 4,50 m. Le site permettait d'envisager le détail de la constitution d'un quartier urbain dès Auguste et son évolution jusqu'à la fin du 1er siècle de notre ère. En 1983, la signature d'une convention entre l’Etat et le Promoteur autorisait la fouille de sauvetage programmée d'une zone de 350 m2 préservée par la construction d'une dalle sur appuis intermédiaires.

3Le Moyen-Age, fortement touché par les terrassements mécaniques n'a pas fait l'objet d'études de terrain poussées. A proximité du couvent des Visitandines, le site n'a été perturbé que par des constructions limitées à sa périphérie.

LA STRUCTURE

4La structure enterrée ayant été utilisée comme latrine et fosse-dépotoir et qui fait l'objet de l'étude, est située à l'arrière d'une maison de l'impasse de la Cour-aux-Poules dont les cadastres anciens font mention. Nous ne connaissons que la partie inférieure de cette structure rectangulaire dont trois murs en pierres calcaires liées par un mortier jaune nous sont parvenus. Le remplissage, riche en matières organiques, a livré un nombre considérable de formes céramiques complètes (pots, assiettes, pichets, cruchons...), ainsi que deux figurines en terre cuite zoomorphes et une verrerie variée et de bonne qualité (BRUNELLA, 1985).

LA VERRERIE

I. Les gobelets

5Les gobelets sont peu nombreux. Il y en avait sept, de six types différents.

a) Le Maigelein (Fig. 1, no°1)

6La fosse en contenait deux exemplaires. Un verre identique existe au Musée de Francfort (OHM, 1973, p. 99, no°212 ; RADEMACHER, 193 3, taf. 23 C), daté de la fin du XVème siècle, un autre au Musée de Bonn (BAUMGARTNER et KRUEGER, 1988, p. 308, no°359), daté XVème siècle, un troisième a été trouvé à Strasbourg, quai Altorffer (RIEB et SALCH, 1973b, no°196). A voir les exemplaires identiques ou approchants trouvés lors de la fouille d'une verrerie de la deuxième moitié du XVème siècle dans le Bade-Würtemberg (LANG, 1985, p. 259-262), la provenance allemande ne fait aucun doute.

b) Le Nuppenbecher ou Krautstrunk (Fig. 1, no°2)

7Ce gobelet provient également d'Allemagne, où il est courant à la fin du XVème siècle et au début du XVIème siècle (BAUMGARTNER et KRUEGER, 1988, p. 336-351). La teinte bleue, plus rare, pourrait indiquer une fabrication du XVIème siècle.

c) Divers

8Les gobelets suivants ont déjà été trouvés en France : ainsi des gobelets identiques au no°13 ont été trouvés à Châlons-sur-Marne (CABART, 1985, p. 51 & 56), le verre no°5 doit être rapproché d'un gobelet trouvé également à Châlons-sur-Marne dans un contexte du XVIème siècle (CABART et CHOSSENOT, 1983, p. 69, no°7), enfin des exemplaires proches du no°4 ont été trouvés dans les fouilles du château fort de Sedan. C’est sans doute ce dernier gobelet qui est le plus récent de la série.

II. Les verres à pied

9On retrouve les verres biconiques ou bitronconiques, si nombreux dans toutes les fouilles de sites du XVIème siècle au Nord de la Loire. Ce sont les verres les plus nombreux avec 25 exemplaires, même si quelques-uns seulement sont entiers. A côté d'exemplaires très courants comme les verres no°5 ou 6, il y avait dans la fosse des modèles plus intéressants. La coupe no°7 porte deux petites anses verticales. Le verre no°8 est formé d'une large coupe tronconique reposant sur un pied bas et refoulé (Pl. 4b). Il porte un décor moulé formé de douze côtes verticales. Huit de ces côtes sont resserrées à la pince en leur milieu. Cette pièce de qualité, plus large que haute, semble pouvoir être datée de la fin du XVème siècle ou du tout début du XVIème siècle. Il faut alors voir en ce verre un des premiers exemplaires connus de ces verres bitronconiques qui deviennent si communs au milieu du XVIème siècle. Les verres no°9 & 10 représentent un autre type de verre, fabriqué à l'aide d’une autre technique nécessitant deux paraisons : la première a donné le pied conique à bord ourlé et la seconde, la coupe à fond rond dont la base est décorée d'un anneau de verre obtenu en repliant la paraison. Un verre de ce type a été trouvé à Metz sur le site de l'Arsenal Ney, dans un contexte du XVIème siècle (BOURGER et CABART, à paraître). Un filet de verre renforce la base de la coupe du verre no°11. Un décor semblable existe sur un verre d'Orléans daté du XVIème siècle (BARRERA, 1984, Pl. 17, no°226 ; BARRERA, 1987, fig. 2, p. 346). Le verre no°12 est remarquable. Sa coupe conique repose sur un pied conique profondément refoulé. Il porte un décor de filets d'émail blanc opaque : sous la lèvre et au milieu de la coupe, ces filets sont horizontaux ; sur toute la partie inférieure du verre, ces filets forment un motif vertical du meilleur effet. Ce décor se prolonge sous le pied : il a été placé avant la mise en forme définitive du verre. Un cordon de verre incolore, étiré à la pince, décore le bas du pied, et un autre, plus fin et tordu, souligne le bas de la coupe. Un verre identique a été signalé à Meaux dans les fouilles de la rue du Grand Cerf (MAGNAN, 1982, no°3) et la coupe d'un autre a été trouvée au château fort de Sedan. La qualité du verre et l’élégance de l’ouvrage font penser à un travail italien.

10Les trois verres suivants, no°14, 15 & 16, ont été réalisés à l'aide de trois paraisons : la première pour la coupe lisse, la seconde pour le bouton soufflé et la troisième pour le pied. Par contre, le verre no°14 a un pied ourlé alors que le pied du no°16 est simplement arrondi. Tout en restant dans la tradition des verres du XVIème siècle, ce dernier verre me paraît très différent des objets précédents. Il ressemble déjà beaucoup aux verres du XVIIème siècle. S'agit-il d'une importation ? Ou est-on en présence d'un type de transition ? Un verre ressemblant au no°14 a été trouvé à Orléans (BARRERA, 1984, Pl. 18, no°238).

III. Les formes fermées

11Le col de la fiole no°17 parait anachronique dans cet ensemble. Il s'agit d'un modèle que l'on peut trouver dès le XIVème siècle. L'oxydation du verre fait penser à un morceau résiduel. La fosse contenait de nombreuses bouteilles de toutes dimensions, depuis la grosse bonbonne jusqu'aux petites fioles côtelées (no°19) ou lisses (no°21), ou bien encore les petites bouteilles (no°24). Le "vase" no°20 a une panse sphérique, décorée de douze côtes obtenues par moulage et s'atténuant vers le "fond" qui est très mince. Ce fond et le col manquent. Il n'est pas certain que ce vase soit représenté dans le bon sens. Aucun de ces vases fréquents à Metz n'est arrivé jusqu'à nous archéologiquement complet. Il devait y avoir également dans la fosse des sortes de carafes dont les longs cols, côtelés (no°22) ou non (no°23) reposent sur des panses globulaires. Les exemplaires connus sont portés par un piédouche très court.

CONCLUSION

12L'ensemble de verres des Résidences Sainte-Croix peut donc être daté entre la fin du XVème et la première moitié du XVIème siècle. C'est une époque de transition où l'on constate pour le verre une véritable renaissance après les années sombres du XVème siècle. La taille des gobelets augmente. Le verrier pose la coupe sur un pied refoulé. Les verres biconiques, dérivés de types apparus à Venise dès le XVème siècle, font leur apparition dans nos régions. Vers le milieu du XVIème siècle, les formes évoluent. La technique s'améliore et le verrier utilise plusieurs paraisons pour façonner un seul objet. La liaison entre la coupe et le pied s'affine pendant que la hauteur du verre continue d'augmenter. Un bouton s'intercale entre la coupe et le pied et cette sorte de jambe deviendra la règle au siècle suivant.

13Cette fouille complète, en les élargissant, les trouvailles de l'Arsenal Ney. Elle permet de préciser la typologie de la verrerie messine et de la verrerie en Lorraine.

© ARTEHIS Éditions, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search