Version classiqueVersion mobile

Aspects de l’artisanat en milieu urbain : Gaule et Occident romain

 | 
Pascale Chardron-Picault

Le travail des matières organiques

Le travail de l’os et du bois de cerf dans un sanctuaire de l’agglomération du Gué-de-Sciaux (Antigny, Vienne)

Approche de l’« économie » d’un lieu de culte picton

Isabelle Bertrand et Marilyne Salin

Résumé

Le Gué-de-Sciaux est situé à l’est de la cité des Pictons, sur la voie reliant Poitiers (Lemonum) à Bourges (Avaricum) ; un des sanctuaires a livré des vestiges liés au traitement des carcasses animales et à la consommation de la viande des animaux abattus sur place, ainsi que des indices de travail de l’os et du bois de cerf. Au début du ier s., les rejets artisanaux proviennent de fosses dont le comblement est selon les cas, en totalité ou en partie rituel ; entre la fin du ier s. et le début du iie s. ap. J.-C., un artisan de l’os était installé au sud-est du lieu de culte, dans des pièces aménagées dans la galerie. L’étude de ces rejets, combinée aux autres indices artisanaux, pose la question des relations entre le sanctuaire et les artisans à travers la gestion des matières premières issues de l’activité cultuelle.

Texte intégral

  • 1 Nous reprenons ce terme par commodité dans l’attente d’une définition plus précise de ces villes d (...)

1Au lieu-dit le Gué-de-Sciaux s’étendait sur environ 25 ha, de part et d’autre de la Gartempe, une agglomération secondaire1. Située à 45 km de la capitale pictonne Lemonum (Poitiers), près de la frontière orientale de la cité, elle était traversée par la voie reliant d’ouest en est Nantes (Portus Namnetum) à Bourges (Avaricum) et constituait sur cet axe la dernière étape pour les hommes et les marchandises, avant de pénétrer en territoire biturige (fig. 1).

2Quelques monuments de l’agglomération ont été étudiés, le théâtre (1982) et des thermes (1984) ; un grand sanctuaire a été identifié par le révérend père de La Croix au xixe s. Depuis 1980, la photographie aérienne a révélé l’étendue des quartiers sur les deux rives ; quelques aménagements (puits et caniveau) ont été observés lors de sondages (Richard, 1996). Autour de ce site, une vingtaine de bâtiments ruraux et de villae ont été identifiés par les prospections aériennes et pédestres (Richard, 1995).

  • 2 Au sein de la faune, ont été distingués les ossements portant des traces de sciage et les cheville (...)

3Depuis 2003, l’étude exhaustive des mobiliers livrés par un des sanctuaires de l’agglomération a été lancée (fig. 1). Les recherches ont mis en évidence l’existence d’un artisanat des matières dures animales pendant au moins deux des phases d’occupation du lieu de culte2, parallèlement au traitement des carcasses animales et de la consommation de la viande.

4L’analyse de ces données conduit à s’interroger sur la place des activités artisanales dans le sanctuaire et par là même, sur le rôle des lieux de culte dans l’économie des agglomérations gallo-romaines.

I. Le sanctuaire de la zone 12 : occupations et évolutions

5Ce sanctuaire, situé en bordure de la voie principale de l’agglomération, est en cours d’étude depuis 1984. Le site, exploré sur environ 1 500 m2, a livré des vestiges datant de La Tène finale (fin iie siècle av. J.-C.) jusqu’au ve s. ap. J.-C.

6À partir de l’époque augustéenne et jusqu’au iiie s. ap. J.-C., les structures cultuelles se succèdent. Le sanctuaire augustéen se compose d’un bâtiment quadrangulaire (12.3. C) prolongé vers l’est par une sorte d’allée (longueur connue 16 m) (12.1. C) dont l’extrémité septentrionale est flanquée d’une zone en dalles calcaires. Au nord, se trouve un bassin rectangulaire (12.2. B) dans lequel on descendait par sept marches aménagées dans son angle nord-ouest. Cinq fosses et six aires de crémation réparties entre le temple et le bassin, de même qu’un dépôt de 200 monnaies gauloises, ont été découverts ; dans une des fosses se trouvait un vase portant des inscriptions gravées sur sa panse. Des habitats sont installés au nord, en bordure de la voie, au sein desquels ont été mis au jour les restes d’une activité de forge. Un four à vocation domestique ( ?) est implanté au sud-ouest du temple en pierre sèche.

7Pendant la première moitié du ier s. ap. J.-C., le sanctuaire comprend un temple en bois à cella carrée surélevée et galerie, édifié vers les années 20 ap. J.-C., en partie sur le temple en pierre sèche ; son ouverture est également tournée vers l’est. Dans les secteurs nord-ouest et sud-est du site, une trentaine de fosses avec offrandes ont été fouillées ; un enclos de piquets, rectangulaire, d’une superficie de 140,2 m2 environ, ouvert à l’est, est aménagé devant le temple. Des habitats ( ?) s’installent dans la partie sud-est du site.

8À partir du milieu du ier s. et jusqu’au milieu du iiie s., des évolutions notables ont lieu avec la construction et les aménagements du péribole au nord, au sud et à l’est. Le temple maçonné (12.3. A) est édifié vers le troisième quart du ier s. ainsi qu’une construction rectangulaire. Des bâtiments avec un puisard sont installés dans la zone sud-est du sanctuaire ; ils accueillent un bronzier entre la fin du ier s. et le début du iie s. Des aménagements sont opérés dans la galerie orientale ; la partie méridionale, ouverte sur le sanctuaire, est divisée en deux salles par un cloisonnement de bois.

9Enfin, au cours de la deuxième moitié du iie s., un temple classique dont le fronton arrière est sculpté de symboles romains et militaires (Richard, 1989), deux « chapelles » et deux piédestaux sont bâtis dans le sanctuaire. Vers la fin iiie s.-milieu ive s., on observe encore l’édification de trois édicules quadrangulaires dans la moitié méridionale du site. Des pièces avec sol sont aménagées dans la galerie sud-est ainsi qu’un perron (côté occidental). Après le milieu du ive s., cette même zone subit une reconstruction et une surélévation des murs avec l’installation d’une sorte de trottoir accolé au mur occidental. À la même époque, les édifices cultuels et le péribole sont arasés ; la destruction du temple dit « classique » s’accompagne d’une récupération de la pierre de taille.

Fig. 1. Le Gué-de-Sciaux : situation dans le nord-ouest aquitain et plan de l’agglomération avec localisation du sanctuaire (DAO : M. Aubrun, I. Bertrand).

II. Les restes de lartisanat des matières animales de la première moitié du ier s. ap. J.-C. (phases 6 et 7)

10Une trentaine de fosses réparties au nord et au sud-est du temple (12.3. B) et de l’enclos (fig. 2) ont été fouillées. Leurs remplissages sont composés principalement de céramiques, certaines ayant été brisées intentionnellement (Richard, 1994b, p. 118), et d’ossements animaux (Richard, 1991a ; 1991b). Trois types de structures ont été distingués selon leur forme et leur remplissage : les fosses à bouchon de scellement (en calcaire concassé) dont la profondeur est supérieure au diamètre, des fosses « cendriers » peu profondes dont l’ouverture est large et des fosses aux caractéristiques particulières (puits avec cuvelage en bois, fosse avec coffrage en tuiles,…) (Richard, 1994b). Toutes ont été creusées et comblées pendant les règnes de Tibère et de Claude (entre 14 et 50 ap. J.-C.), le remplissage des fosses à bouchon s’étant déroulé par étapes, celui des fosses « cendriers » vraisemblablement en une seule fois ; des corrélations ont été établies au sein des ensembles entre les niveaux de remplissages d’une même structure et entre certaines fosses, par exemple avec la présence d’éléments appartenant à une même céramique (Richard, 1991a, p. 112-116 : les fosses 6 à 19).

Fig. 2. Répartition des déchets du travail de l’os et du bois de cerf dans le sanctuaire (première moitié du ier s. ap. J.-C.) (DAO : M. Aubrun, I. Bertrand).

II.1. Les espèces animales consommées et travaillées aux phases 6 et 7 (Annexe)

  • 3 Les noms d’espèces écrits avec une majuscule renvoient au terme générique désignant l’espèce et ne (...)
  • 4 D’après le test du khi-deux, aucune différence significative n’apparaît dans la répartition spécif (...)

11Le comblement des fosses est principalement composé des espèces dites de la triade domestique, à savoir Bœuf3, Porc et caprinés (Mouton ou Chèvre, peu différenciables anatomiquement). Le Porc domine légèrement dans la plupart des fosses avec une proportion de 40,3 % pour l’ensemble de l’horizon. Il est suivi des caprinés (31,1 %) et du Bœuf (28,6 %) (Salin, 2007, p. 174). À la phase 6, dans les niveaux d’épandages autour des fosses, une répartition similaire apparaît avec la prédominance du Porc suivi des caprinés et du Bœuf4.

Fig. 3. Identification spécifique des déchets artisanaux (phase 7).

12Parmi les trente-sept déchets artisanaux provenant des fosses, vingt-sept ont pu être déterminés selon l’espèce (fig. 3) ; le faciès obtenu diffère complètement des précédents, le Bœuf étant prépondérant avec plus de 81 % des restes, sous forme de métapodes sciés (essentiellement des métatarses). Le reste est composé de bois de Cerf et de chevilles osseuses de Mouton.

13Douze fosses ont livré des restes osseux portant des traces d’outils liées au travail de la matière osseuse (fig. 2). Sur les quinze métapodes de Bœuf travaillés (métacarpes, métatarses et métapodes indéterminés rassemblés), sept sont des épiphyses proximales ou distales sciées, trois sont des diaphyses brutes sciées, un est une rondelle de recalibrage de la matrice osseuse et trois sont des ossements ayant subi un travail plus poussé (épannelage). Deux épiphyses de fémur de Bœuf (une distale et une proximale) ont également été déterminées.

14D’après la grille d’analyse des ateliers de travail de l’os proposée par M. Feugère, V. Forest et Ph. Prévot (Feugère et alii, 2008), plus de la moitié des déchets osseux artisanaux se rattachent à la phase B qui consiste à préparer la matière première en retirant, à la scie, les parties inutiles (fig. 4) ; cette action aboutit à un type de déchet facilement reconnaissable : les épiphyses des os longs (ici des métapodes et des fémurs). La phase C, qui permet de créer véritablement la matrice osseuse qui sera à l’origine de l’objet, est représentée par deux types d’artefacts : un déchet, sous la forme d’une rondelle de diaphyse (recalibrage à la scie de la matrice osseuse), et trois portions de diaphyse sciées (écartées à cause de leur mauvaise résistance ou de l’inadéquation de leur module ou de leur forme). Enfin, trois rejets appartiennent à la phase D qui consiste à élaborer une pré-ébauche par dégrossissage de la matrice osseuse ; cette action ou « épannelage » peut s’effectuer au couperet mais également à l’aide de gouges de tailles diverses.

Fig. 4. Phases de travail de l’os illustrées sur les déchets de la phase 7 (d’après Feugère et alii, 2008, p. 4).

15Les fosses de la phase 7 ont donc recueilli principalement des déchets des toutes premières étapes de la chaîne opératoire du travail de l’os et du bois de cerf.

II.2. Les déchets artisanaux dans les fosses rituelles : l’exemple des structures 22, 23 et 35

16Les fosses 22 et 23 possèdent un bouchon de scellement en calcaire.

17La première est profonde de 1,75 m ; les os travaillés proviennent des deux niveaux inférieurs du comblement prenant l’aspect d’une couche très noire, riche en mobilier céramique fragmenté (Richard, 1991c) et en ossements non travaillés : andouillers de cerf fragmentaires ou entiers, morceaux de Porc (surtout rachis et membres antérieurs), bas de pattes de Bœuf et de caprinés. Huit des neuf déchets répertoriés : épiphyses, portions de diaphyse épannelée et ébauche tournée, proviennent de l’U.S. 6236. La même excavation a livré un tesson de vase à glaçure plombifère (U.S. 6231) dont le décor figure un cerf équipé d’un mors et un chien (fig. 5), ainsi qu’un vase en forme de cerf couché (U.S. 6236). La présence de ces bois de cerf et de ces céramiques dans la structure 22 n’est certainement pas fortuite.

  • 5 La fosse 23 contenait également un ciseau plat (Eneau, 2002, no 159, p. 22, pl. 8), seul outil pou (...)

18La fosse 23, profonde de 2,25 m, présente un comblement structuré au-dessus d’une cavité quadrangulaire entourée par quatre piquets en bois et contenant des céramiques entières brisées (Richard, 1991c). Au niveau médian inférieur de la fosse (U.S. 6207), ont été déposées deux omoplates de Bœuf et deux céramiques entières ; trois ossements sciés de Bœuf (une épiphyse proximale de métatarse, une épiphyse proximale de métacarpe et une épiphyse distale de fémur) et un bois de cerf avec des traces de raclage sont apparus dans ce même niveau (fig. 6)5.

Fig. 5. Fosse 22 : Alène ( ?), portions de diaphyse sciées et tesson de vase figurant un cerf attelé (dessins : I. Bertrand, clichés : J.-C. Cédelle).

19La fosse 35 présente, elle, un remplissage unique ayant livré, avec des fragments de céramique, des déchets du travail de l’os (Richard, 1994a) (fig. 7). Ces derniers forment 27 % des éléments déposés dans l’excavation, ce qui constitue une proportion non négligeable en comparaison avec les autres fosses contemporaines. Contrairement aux fosses à bouchon, dont le comblement en plusieurs niveaux paraît avoir suivi un processus précis, la fosse 35 réunit des éléments rassemblés et déposés en un seul temps, a priori sans organisation.

Fig. 6. Fosse 23 : Rejets provenant d’os de Bœuf et de bois de cerf (clichés : J.-C. Cédelle).

20Dans les fosses 7 et 8, les déchets (pointe de bois de cerf sciée et portions de diaphyse) se trouvaient dans des niveaux de terre cendreuse, par ailleurs riches en mobilier céramique, qui comblaient leur fond et, pour la première structure, également sa partie médiane. Ces rebuts auraient été déposés en même temps que cette terre cendreuse qui est le résultat d’une action qui s’est répétée une fois dans le cas de la fosse 7.

II.3. Indices artisanaux et ensembles clos

21Les restes des os et des bois travaillés n’apparaissent pas concentrés dans un secteur précis ; il en va de même des indices relatifs à la récupération des peaux et des cornes (Salin, 2007, p. 325). Les fosses 22 et 23 concentrent le plus grand nombre de déchets (respectivement neuf et six). Dans la fosse 35, les déchets liés au calibrage des métapodes (épiphyses, portion d’os étroite ou « rondelle », portions de bois de cerf) sont présents de façon notable ; certains portent des traces de tournage. Ces rebuts sont particulièrement caractéristiques de l’activité artisanale des matières dures animales qui pouvait se dérouler au nord-est de la zone cultuelle.

22Par ailleurs, d’autres activités artisanales sont illustrées dans les fosses que nous avons retenues (fig. 8) : la production de viande et, de façon plus anecdotique, le tissage et la mouture des céréales.

  • 6 Dans les sanctuaires grecs, une partie des viandes de sacrifice étaient vendues par les prêtres su (...)

23L’étude de l’ensemble de la faune de la première moitié du ier s. montre que la viande obtenue par l’abattage des animaux est en majeure partie consommée sur place, mais que certains quartiers de viande, de Bœuf notamment, semblent manquer alors que les têtes correspondantes sont présentes et portent des traces de découpe primaire de boucherie. Il est vraisemblable que ces quartiers de viande ont été emmenés hors du sanctuaire pour être vendus (Salin, 2007, p. 330-331), phénomène attesté archéologiquement dans des villes d’Italie, comme Pompei, et décrit par certains auteurs antiques (Van Andringa, 2006, p. 187, 192)6. Dans les fosses, la découpe de la viande est également illustrée par les couteaux auxquels s’ajoute une pierre à aiguiser (fosse 27).

Fig. 7. Fosse 35 : déchets du travail de l’os (dessins : I. Bertrand, cliché : J.-C. Cédelle).

Meule

Peson

Couteau fer

Autre outil

F 7

2

2

F 8

1 + 3*

4

F 18

1 + 1*

1

F 19

1

F 22

2

1

F 23

2

F 27

3

2

1

F 31

2

1

1

F 35

1*

F 45

2 + 3*

Fig. 8. Autres activités artisanales attestées dans les fosses ayant livré des déchets du travail de l’os et du bois de cerf (* provenant des niveaux environnant la structure).

  • 7 Les vestiges du tissage et du travail des matières dures animales sont souvent associés comme à Sa (...)

24Le tissage est évoqué par les pesons de métier à tisser, déposés dans les fosses ou présents dans les niveaux environnant les structures ; ce phénomène est particulièrement visible avec les fosses 7 et 8, et dans le secteur de la fosse 457.

25Cette rapide analyse souligne la place des activités liées aux traitements des matériaux d’origine animale (viande, peau, matière osseuse, laine) ou végétale dans le comblement des fosses ; quant au tissage, il paraît avoir été évoqué par le dépôt symbolique d’un élément représentatif (peson de métier à tisser).

26Dans le sanctuaire des Mersans à Argentomagus (Saint-Marcel, Indre), vingt-cinq ensembles clos sur trente-cinq étudiés, des phases 1 (-30/20 ap. J.-C.) et 2 (deuxième quart du ier s.), contenaient des déchets artisanaux : chutes de travail (extrémités proximales et distales de métapodes), différentes parties de bois de cerf (extrémités d’andouiller ou de perche, empaumures ou bases) (Rodet-Belarbi, 1994, p. 189) et quelques objets finis (épingles, poinçons, jetons et médaillons). La similitude entre ces déchets et ceux provenant des structures en creux du site de la Fontaine et des habitats proches est soulignée (ibid., tabl. 4, p. 192).

27À Limoges (Haute-Vienne), site de l’ancien Hôpital, des rejets liés à la découpe de la viande et du travail de l’os ont été dégagés dans le comblement des fossés du sanctuaire augusto-claudien ; la fabrication d’éléments de charnière à partir de métapodes de Bœuf est attestée d’après une partie des restes (Vallet, 1994).

28L’artisanat de l’os et du bois de cerf côtoie donc les métiers liés au traitement de la viande sur d’autres sites cultuels du Centre-Ouest au cours de la première moitié du ier s. ap. J.-C.

29La concordance entre les comblements des dépotoirs de sanctuaires et d’habitats observée à Argentomagus comme au Gué-de-Sciaux soulève la question du statut des fosses dans ces lieux cultuels : certaines seraient-elles des dépotoirs communs aux activités religieuses et profanes proches du sanctuaire ? D’où leur comblement présentant parfois deux caractéristiques : détritique, issu d’un nettoyage, et organisé, avec le dépôt soigné de vaisselle et/ou de morceaux de viande, comme à Antigny dans la fosse 22.

III. Le travail de l’os pendant la seconde moitié du ier s. et le début du iie s. ap. j.-c. (phase 5) : des artisans dans le sanctuaire

III.1. Le sanctuaire à cette époque

30Un temple maçonné (12.3.A) a succédé à celui à cella surélevée et galerie ; l’entrée sur la façade orientale est encadrée de colonnes ou de pilastres soutenant une petite avancée. Au sud de ce temple est construit un bâtiment rectangulaire dont subsiste seulement le soubassement oriental ; ses niveaux d’occupation ont disparu.

31Le mur septentrional du péribole est doublé pour former une galerie jusqu’à l’entrée qui est transformée en porche et dotée d’un caniveau allant vers la voie. À l’est de cette entrée, un bâtiment est aménagé (12.9.B).

32Sur le côté oriental, la partie septentrionale est flanquée d’un mur pour former une galerie, la partie méridionale est vraisemblablement restée ouverte.

33Au sud du sanctuaire, une pièce (12.11.B) est aménagée dans l’angle sud-est rapidement après l’édification du mur péribole, après le milieu du ier s. ; elle possède une porte côté nord donnant accès à la zone située devant le mur qui délimite le sanctuaire à l’est. Dans ce nouvel espace, peu de temps après la construction de 12.11.B, une galerie est aménagée et deux pièces (12.11.A) sont créées.

34La pièce la plus au nord présente un sol de pierrailles calcaires et de terre argilo-calcaire jaune tassé, la seconde est dotée d’un sol argilo-sableux et calcaire ; toutes les deux présentent au centre une zone rubéfiée qui évoque l’emplacement d’un foyer. Ces deux salles possèdent chacune une sorte de cheminée (largeur totale : 72 cm, profondeur : 30 à 32 cm, ouverture : 50 à 52 cm) aménagée dans leur mur oriental (fig. 9). La chemise et la base sont constituées de fragments de tegulae, la paroi intérieure est revêtue d’un enduit d’argile cuite (Richard, 2000, vol. 1, p. 37-39) ; ces foyers ouverts, dont la fumée est évacuée par un conduit vertical montant dans le mur, ont été considérés comme des systèmes de chauffage. Une pièce à vocation artisanale de l’îlot des Cordeliers à Poitiers (Vienne) semble avoir livré une structure similaire (Jouquand et alii, 2000, p. 121, photo 98).

35Un bâtiment en bois et terre (12.11.H) est aménagé, accolé au parement du péribole et au mur occidental du bâtiment d’angle (12.11.B) ; il se compose de deux pièces dont une avec foyer. À proximité, un puisard (12.11.F) – fosse quadrangulaire au profil évasé, profonde de 2,53 m – a été comblé par une terre cendreuse contenant un matériel céramique abondant daté de 50 à 75 ap. J.-C. environ, provenant vraisemblablement d’un nettoyage ; le remplissage supérieur est fait de pierres posées verticalement. Un caniveau relie la pièce occidentale du bâtiment et le puisard.

36Le secteur sud-est du sanctuaire a donc fortement changé à partir du milieu du ier s. Sa configuration – pièces ouvertes vers l’aire du temple, puisard, foyers – semble désormais correspondre à celle d’un espace destiné à accueillir des activités autres que religieuses ou connexes aux pratiques cultuelles.

37Pendant cette occupation, les restes issus de la consommation de viande présentent un faciès similaire à celui observé précédemment : essentiellement des espèces de la triade domestique avec une représentation majoritaire de Porc suivie dans des proportions semblables de Bœuf et de caprinés.

Fig. 9. Sorte de cheminée aménagée au sud-est dans une pièce de la galerie du sanctuaire (cliché : C. Richard).

III.2. L’artisanat de l’os

38Les ossements travaillés de cette période proviennent en majorité de l’angle de la pièce 12.11.B et des niveaux environnants localisés dans le quart sud-est du sanctuaire (fig. 10), à l’exception d’un ensemble de déchets dans la pièce voisine de l’entrée septentrionale du sanctuaire, qui doivent être reliés aux activités proches de ce secteur. Au sein de ce mobilier, les ossements de Bœuf sont fortement majoritaires (près de 98 %), le restant étant composé de bois de cerf (1,5 %) et d’os d’équidés (0,7 %) (fig. 11).

Les déchets de la pièce 12.11.B

39Il s’agit exclusivement de métapodes de Bœuf (Bos taurus), en particulier de métatarses ; ces os longs, prélevés dans les membres postérieurs de l’animal, étaient particulièrement appréciés par les artisans (Bertrand, 2008a, p. 4) en raison de leur résistance (Béal, 1983, p. 21) et de leur forme (longueur et section quasi circulaire) (Béal, 1994, p. 124).

  • 8 Chez le Bœuf, les parties distales des métapodes s’épiphysent approximativement entre 24 et 30 moi (...)

40Sur les 70 rejets étudiés, 46 proviennent de la partie distale et, parmi eux, 37, soit plus de 80 %, sont issus de sujets épiphysés âgés de plus de 24-30 mois8. Les autres ossements proviennent d’individus n’ayant pas atteint cet âge, mais sans doute pas abattus très jeunes, d’après leur structure osseuse assez dense.

41Les épiphyses, parties inutiles pour l’artisan, sont éliminées à la scie pour conserver la diaphyse qui sera ensuite travaillée (fig. 12). L’artisan maîtrisait apparemment bien cette opération puisque, sur les 70 pièces observées, seules 10 présentent une reprise de sciage.

  • 9 Nous remercions Christophe Picod, tourneur et tabletier, pour les avis et conseils précieux qu’il (...)

42Sur les deux tiers des extrémités, on observe un sciage allant de la partie dorsale vers la partie plantaire (64,3 %), soit de l’avant vers l’arrière. D’après Christophe Picod, l’artisan a facilité son sciage en posant le métatarse sur sa face caudale qui est plane9. Pour les 3 % environ de métatarses sciés dans l’autre sens, des coins longitudinaux – en bois ? – ont pu être utilisés pour maintenir l’os durant l’opération ; faute de représentations figurées ou de découvertes archéologiques, ceci reste une hypothèse.

Module utilisé et obtenu

43L’analyse de la taille des déchets et la prise de mesures systématique permettent de déterminer si l’artisan a sélectionné ou non un module précis de matière à travailler. Ainsi, les dimensions de la section de l’os donnent une idée du diamètre maximal nécessaire pour fabriquer les objets désirés. La hauteur des épiphyses rejetées détermine à la fois ce qui n’était pas utilisable et la longueur de diaphyse conservée. Cependant, aucune diaphyse complète ne nous étant parvenue, nous avons procédé à une estimation fondée sur la longueur moyenne des métatarses de bovins relevée sur le territoire biturige, limitrophe du Gué-de-Sciaux (Salin, 2007, annexes, p. 70).

Fig. 10. Le sanctuaire fin i er s.-début iie s. ap. J.-C. et la répartition des déchets du travail de l’os dans les pièces et les structures de cette période (DAO : M. Aubrun, I. Bertrand).

Fig. 11. Identification spécifique des déchets artisanaux (phase 5).

Fig. 12. Déchets de l’atelier (pièce 11.12. B) : épiphyses sciées de métatarses de Bœuf et portion de bois de cerf (cliché : J.-C. Cédelle).

Fig. 13. a : Statistiques descriptives du rapport largeur/épaisseur de la section de la diaphyse à l’emplacement du sciage ; b : Caractéristiques métriques des hauteurs proximale et distale des métatarses de bovins.

  • 10 Une valeur de 1 indique un module totalement circulaire, un module supérieur à 1 témoigne d’une di (...)

44Le rapport entre la largeur et l’épaisseur de la diaphyse permet de cerner la forme des modules utilisés par l’artisan (fig. 13a)10.

45D’après les données recueillies, les sections s’avèrent un peu plus larges qu’épaisses, ce qui est une caractéristique morphologique du métatarse de bovin ; cependant, il semble qu’une section de forme circulaire ait été recherchée (moyenne = 1,2 et faible écart-type). Cette attitude se justifie notamment dans le cas d’une fabrication de charnières. En effet, les expérimentations ont montré que, pour la réalisation de ces pièces cylindriques, plus l’ébauche est circulaire, plus le tournage est facilité (Picod, 2004, p. 74). Ainsi, le plan de découpe initial vise logiquement à obtenir des matrices dont la forme ou le volume correspondent le plus possible à l’objet désiré (Dureuil, 1996, p. 29 ; Prévot, 2005, p. 19). Les caractéristiques métriques (diamètre) de la diaphyse témoignent donc de l’utilisation d’une section grossièrement circulaire : 33 x 29 mm. Le module ainsi obtenu permettrait de façonner des éléments de charnière dont les dimensions pourraient concorder avec celles observées sur des productions de Poitiers, rue Oudin (Bertrand, 2008b, p. 127, fig. 36a), d’Orange (RHI Saint-Florent), de Vaison-la-Romaine ou de Lyon (Prévot, 2004, p. 12).

46Pareillement, la hauteur des diaphyses obtenues après l’enlèvement des épiphyses peut être déduite des dimensions des déchets proximaux et distaux (fig. 13b).

  • 11 Comme précédemment, nous avons pris en référence les longueurs de métatarses de bovins issus du te (...)

47La matière enlevée dans la partie proximale est moins importante que sur la partie distale, cette dernière présentant davantage d’os spongieux, impropre au travail. Considérant que la longueur moyenne des métatarses est de 214,1 mm11, en retirant les hauteurs moyennes des déchets proximaux et distaux, la partie conservée mesure 120,4 mm. Ce module peut avoir servi à confectionner des éléments de charnières courts (type Béal AXI, 2) ou longs (type Béal AXI, 1) tels ceux retrouvés sur les sites de Poitiers, parking du Calvaire (Bertrand, 2008b, p. 127, fig. 36a), de Limoges (Vallet, 1994, p. 108 ; Vallet, 2000, p. 209), d’Autun (Chardron-Picault, Rodet-Belarbi, 2006, p. 188) ou de Narbonne (Rodet-Belarbi et alii, 2004, p. 224).

48Au Gué-de-Sciaux, la longueur utilisable a donc été évaluée à environ 120 mm. À Vertault (Côte-d’Or), les observations faites sur les tibias et les métapodes de bovins et d’équidés donnent un module utilisable de 120 mm au maximum (Béal, Rodet-Belarbi, 2003, p. 91) ; en revanche, à Lyon et à Vienne, J.-Cl. Béal a mis en évidence la rareté des matrices supérieures à 100 mm de long et le caractère exceptionnel de celles de plus de 150 mm (Béal, 1983, p. 21).

49Dans les niveaux contemporains de la pièce 12.11.B, les rebuts artisanaux issus de métapodes (55 épiphyses proximales et distales et deux fragments de diaphyses) présentent une homogénéité identique : le Bœuf est principalement représenté, seul un métatarse d’équidé et un métacarpe de cerf ont été déterminés. Deux déchets extraits d’une diaphyse sont encore bruts de sciage et n’ont pas subi de première mise en forme ; ils correspondent aux premières étapes de la chaîne opératoire du travail de l’os.

III.3. Les objets finis de la phase 512

  • 12 Les numéros d’inventaire sont ceux du Musée municipal de Chauvigny auquel appartiennent, depuis 20 (...)

50Comme pour la période précédente, les objets finis sont très peu nombreux ; néanmoins, s’agissant de pièces fabriquées à partir de matière prélevée dans des os longs, ils peuvent être considérés comme de probables productions de l’atelier installé dans les pièces 12.11.A (fig. 14).

  1. inventaire 9980641 : épingle, L. 104,5 mm. Incomplète, en trois morceaux concordants. Le sommet figure une main droite précédée d’une double moulure décorée d’incisions obliques ; les extrémités des doigts et la pointe sont brisées. La main devait tenir une sphère ou une grenade comme certains exemplaires entiers en alliage cuivreux ou en os13. U.S. 11160 : niveau de sol formant une sorte de trottoir, en bordure ouest de la galerie du sud-est.
  2. inventaire 0000326 : élément de charnière, L. 21 mm, diam. 25 x 24 mm. Une dépression sur le pourtour proche de la perforation latérale ; le canal médullaire est étroit à une extrémité. Objet de moyenne qualité. U.S. 11520 : remblai en bordure du mur péribole au sud-est.
  3. inventaire 9980660 : décor, diam. 45 mm, ép. 3,5 mm. Incomplet, plaque circulaire dont l’envers est brut aux bords légèrement en biais, l’avers est orné de trois moulures larges et peu marquées autour d’un téton central. U.S. 11177 : remplissage du puisard (12.10. F).
  4. inventaire 9970582 : manche de couteau, L. 64,5 mm ; l. 17,1 mm ; ép. 7,7 mm. Manche de section quadrangulaire, orné de deux cannelures longitudinales ; une extrémité est bi-concave. La soie en fer de section circulaire était conservée en partie dans le manche qui s’est fendu sous la pression de l’oxydation métallique (Bertrand, 2000, p. 101, pl. VII, no 154). Ces types de couteaux sont désormais considérés comme des accessoires de l’écriture, servant à affûter les calames14. U.S. 10295 : niveau de circulation en terre dans l’aire cultuelle.

Fig.14. Objets finis de la phase 5. 1. épingle au sommet en forme de main ; 2. élément de charnière court ; 3. plaque circulaire ; 4. manche de couteau à affûter les calames (dessins : I. Bertrand).

51Les épiphyses sciées découvertes dans la pièce 12.11. B (U.S. 11310) sont le fait d’un artisan qui a sélectionné et traité la matière osseuse à des fins bien précises, comme le montre leur homogénéité métrique. Néanmoins, la quasi-absence de vestiges liés aux étapes ultérieures du travail de la matière semble indiquer que la fabrication des objets s’est déroulée dans des structures de fabrication hors du sanctuaire.

Fig. 15. Répartition quantitative des déchets et des objets finis pendant les phases 7-6 et 5.

  • 15 Ont été mis au jour les restes du four, des creusets, des fragments de moule, des chutes et déchet (...)

52Les aménagements de l’angle sud-est du péribole (pièces avec ouverture sur l’aire cultuelle) étaient tout à fait adaptés à l’installation d’artisans. D’ailleurs, dans une des salles voisines de l’atelier de l’artisan de l’os, les vestiges d’un atelier de bronzier, établi vers la fin du ier s. et le début du iie s., ont été découverts15. La proximité de ces activités est un phénomène récurrent observé sur plusieurs sites en milieu urbain (Bertrand, 2008a, p. 8-9).

IV. Les restes du travail de l’os après le iie siècle jusqu’au ve siècle : un aperçu

  • 16 Étude en cours dans le cadre de la préparation de la publication du site sous la direction de I. B (...)

53Les niveaux du Bas-Empire livrent également des indices du travail de l’os (40 pièces sur une centaine ont été étudiées)16 qui illustrent différentes étapes de la chaîne opératoire de cet artisanat. Il s’agit d’épiphyses de métapodes sciés (32 spécimens, exclusivement du Bœuf et majoritairement des métatarses, un métacarpe) issues de la deuxième étape du travail destiné à retirer les parties inutiles ; leurs caractéristiques métriques (la section : rapport largeur/épaisseur et la hauteur de l’épiphyse proximale) sont sensiblement identiques à celles du Haut-Empire.

54Ces déchets illustrent, toujours en référence à l’analyse de M. Feugère et alii (2008), la préparation de la matière première, la création de la matrice osseuse, le pré-ébauchage et, enfin, le façonnage, avec un fragment de diaphyse qui a commencé à être tourné et qui porte des traces de gouge.

55Les catégories d’objets finis sont plus nombreuses qu’aux deux périodes précédentes : épingles ou stylets, cure-oreilles, pion, jetons, manches de couteau, éléments de charnière, garde d’épée.

Conclusion générale (fig. 15)

56Sur le site du Gué-de-Sciaux, l’occupation de la première moitié du ier s. ap. J.-C. (phases 6 et 7) nous livre surtout des déchets correspondant à la phase de récupération de la matière utile à partir de la matière première disponible ; la mise en forme des os longs reste très marginalement illustrée.

57À cette période, la production artisanale, de l’ébauchage à la finition, se déroule de toute évidence en dehors du sanctuaire.

  • 17 En Grèce, au ve s. av. J.-C., les peaux des animaux sacrifiés reviennent aux prêtres qui les vende (...)

58Le traitement des chevilles osseuses et de certains ossements a montré que la peau et les cornes étaient prélevées17, ces matières premières pouvant ensuite être mises à disposition des artisans.

  • 18 À titre d’exemple, le mobilier céramique des trois ensembles présentés précédemment (fosses 22, 23 (...)

59La présence de ces restes artisanaux dans l’aire du sanctuaire soulève des interrogations. Les fosses ont également livré des couteaux dont la présence fait référence directement à la découpe de la viande. Quatre des fosses ayant livré des déchets de travail de l’os ou de la peau contenaient un, voire plusieurs couteaux ; dans la fosse 8, deux des quatre outils déposés ont été mutilés. Ces fosses appartiennent à celles dites « cendriers », caractérisées par leur comblement composé d’une épaisse couche noire charbonneuse, riche en mobilier (Eneau, 2002, p. 31). Par ailleurs, le faciès de la vaisselle en terre cuite issue des fosses correspond au mobilier des contextes domestiques ; il concerne les préparations culinaires et la consommation18.

60Il apparaît donc clairement que ces fosses sont les réceptacles des rejets de la préparation et de la consommation de mets (viande animale et autres nourritures) qui se sont déroulées à l’occasion de repas collectifs. La découpe des morceaux et la préparation de la viande sont évoquées par le dépôt des couteaux dans les structures précises ; tandis que la consommation proprement dite se traduit par le dépôt des morceaux de viande eux-mêmes dans l’ensemble des fosses. Il s’agit de la part offerte aux divinités et non consommée par les hommes.

61Les os et les bois de cerf travaillés illustrent la dernière étape en quelque sorte du processus de traitement et d’utilisation de la matière fournie par les animaux.

62Si leur présence est issue d’un geste délibéré, elle peut avoir pour but de marquer l’intervention de l’artisan qui est venu prélever de la matière et qui a parfois commencé à la préparer dans le sanctuaire. En mêlant des traces de son passage aux autres offrandes, il s’assure la protection divine et « les rebuts restaient comme témoins du sacrifice sur le sanctuaire », comme l’a observé C. Vallet à propos de Limoges (Haute-Vienne ; Vallet, 1994, p. 106). Dans le cas contraire, ces restes ont été intégrés dans le comblement de ces excavations par hasard, mais cette hypothèse est cependant peu vraisemblable étant donné leur position stratigraphique et le processus global de remplissage des fosses.

63Cependant, la proportion réduite de ces rejets artisanaux par rapport aux restes fauniques de la période (à peine 1 %) montre que cette activité est restée marginale et sans doute de courte durée.

64La situation diffère pendant la fin du ier s. et le début du iie s. (phase 5), le spécialiste de l’os est vraisemblablement installé dans les pièces aménagées dans la galerie sud-orientale, en même temps qu’un bronzier.

65Les artisans ne sont donc plus étrangers au lieu mais intégrés à celui-ci, pour une période dont la durée est difficile à évaluer. Ils travaillent sur place, mais leur fabrication est diffusée depuis des boutiques probablement situées dans les quartiers alentour.

66Le mobilier issu des niveaux postérieurs montre que le travail des matières dures animales continue dans ou à proximité immédiate des édifices cultuels.

67Le sanctuaire apparaît donc comme un lieu ouvert – au moins à certaines périodes – à la vie économique de l’agglomération et destiné à en protéger les acteurs, quels que soient leur implantation et leur statut ; comme en Italie, où le « petit monde des artisans et des commerçants […] se place sous la garde, et dans le voisinage rassurant, de ses dieux tutélaires […] » (Morel, 2002, p. 304).

68Grâce aux analyses détaillées des restes artisanaux, nous mettons en évidence certains aspects de ces relations.

69Si, dans les sanctuaires grecs et romains, l’exploitation des ressources issues des activités religieuses et des sacrifices animaux est réglementée par les textes et contrôlée par les prêtres, qu’en est-il en contexte gallo-romain, quelles sont les pratiques mises en place et comment évoluent-elles ? D’après les indices fournis par le sanctuaire du Gué-de-Sciaux, il semble que pendant la première moitié du ier s., selon le modèle classique, la viande des animaux découpés sur place soit écoulée en partie hors des murs (sur les marchés ?), que la peau comme la corne soient récupérées – par les prêtres ? – et, enfin, que l’os soit utilisé par des artisans peut-être spécialisés dans la préparation de cette matière. Peut-on parler d’un « commerce » des matières premières entre les gestionnaires du lieu de culte et la communauté artisanale ?

70Des artisans fréquentaient donc régulièrement le sanctuaire ; tout en pratiquant des actes religieux, certains y récupèrent des matières premières.

71Seules les données archéologiques nous permettent d’appréhender les nuances des liens particuliers qu’entretenait le sanctuaire gallo-romain avec les acteurs de la vie urbaine.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Barone R., 1986, Anatomie comparée des mammifères domestiques. 1 : Ostéologie, Paris, éd. Vigot Frères, 720 p.

Béal J.-Cl., 1983, Catalogue des objets de tabletterie du musée de la civilisation gallo-romaine de Lyon, Lyon, éd. De Boccard, 421 p. (Centre d’études romaines et gallo-romaines de l’université de Jean Moulin Lyon III, nelle série 1).

Béal J.-Cl., 1994, « Tabletterie et tabletiers d’os en Gaule romaine », in : Aurochs le Retour, Lons-le-Saunier, Centre Jurassien du Patrimoine, p. 121-130.

Béal J.-Cl., Rodet-Belarbi I., 2003, « Le travail de l’os, du bois de cerf et de l’ivoire à Vertillum-Vertault (Côte-d’Or) », Bull. de la Soc. Archéologique et Historique du Châtillonnais, 6, p. 51-104.

Bertrand I., 2000, « Le petit mobilier du sanctuaire gallo-romain du Gué-de-Sciaux (Antigny, Vienne) : étude des objets de parure et de toilette », in : Bertrand I. dir., Actualité de la recherche sur le mobilier romain non céramique, Actes du colloque de Chauvigny, 23 et 24 oct. 1998, Chauvigny, éd. Ass. des Publications Chauvinoises, p. 71-101 (Mémoires, XVIII).

Bertrand I., 2008a, « Le travail de l’os, du bois de cerf et de la corne à l’époque romaine : bilan et perspectives de la recherche sur un artisanat ’mineur’ », in : Bertrand I. dir., Le travail de l’os, du bois de cerf et de la corne à l’époque romaine : un artisanat en marge ? Actes de la table ronde Instrumentum Chauvigny (Vienne, F), 8-9 déc. 2005, Chauvigny, Ass. Publications Chauvinoises/Montagnac, M. Mergoil, p. 3-13 (Monographies Instrumentum, 34).

Bertrand I., 2008b, « Le travail de l’os et du bois de cerf à Lemonum (Poitiers, F), lieux de production et objets finis : un état des données », in : Bertrand I. dir., Le travail de l’os, du bois de cerf et de la corne à l’époque romaine : un artisanat en marge ? Actes de la table ronde Instrumentum Chauvigny (Vienne, F), 8-9 déc. 2005, Chauvigny, Ass. Publications Chauvinoises/Montagnac, M. Mergoil, p. 101-104 (Monographies Instrumentum, 34).

Božič D., 2001, « Über den Verwendungszweck einiger römischer Messerchen », Bull. Instrumentum, no 13, juin 2001, p. 28-30.

Božič D., 2002, « A Roman grave with writing implements from Ljubljana (SI) », Bull. Instrumentum, no 16, déc. 2002, p. 33-36.

Bruit Zaidman L., Schmitt-Pantel P., 1989, La religion grecque, Paris, éd. Armand Colin, 190 p. (Cursus. Histoire de l’Antiquité).

Chardron-Picault P., Rodet-Belarbi I., 2006, « L’os et le bois de cerf à Autun-Augustodunum (Saône-et-Loire) : productions et consommation d’un instrumentum », R.A.E., t. 54-2005, p. 149-209.

Dureuil J.-F., 1996, « La tabletterie gallo-romaine », in : Dureuil J.-F., Béal J.-Cl., La tabletterie gallo-romaine et médiévale, une histoire d’os, Paris, éd. Les Musées de la ville de Paris, Musée Carnavalet, p. 24-105.

Eneau T., 2001, « Broches à rôtir du sanctuaire du Gué-de-Sciaux (F, Antigny, Vienne) », Bull. Instrumentum, no 14, déc. 2001, p. 15.

Eneau T., 2002, Les objets en fer du sanctuaire gallo-romain du Gué-de-Sciaux (Antigny, Vienne), Chauvigny, éd. Ass. des Publications Chauvinoises, 114 p. (Mémoires, XXI).

Feugère M., Forest V., Prévot P., 2008, « Une grille d’analyse pour décrire et comparer des ateliers de tabletiers ? », in : Bertrand I. dir., Le travail de l’os, du bois de cerf et de la corne à l’époque romaine : un artisanat en marge ? Actes de la table ronde Instrumentum Chauvigny (Vienne, F), 8-9 déc. 2005, Chauvigny, Ass. Publications Chauvinoises/Montagnac, M. Mergoil, p. 25-33 (Monographies Instrumentum, 34).

Jouquand A.-M., Bernard R., Champagne F., Dumont A., Farago B., Lotti P., Mornais P., Vequaud B., Wittmann A., 2000, La fouille de l’îlot des Cordeliers à Poitiers : Poitiers-îlot des Cordeliers, site no 86-194-113-AH. Fouille préventive du 18/05/1998 au 15/12/1998, DFS de fouille préventive, Poitiers, S.R.A. de Poitou-Charentes.

Laffi U., 1978, « La lex aedis Furfensis », in : La cultura italica, Atti del convegno della Società Italiana di glottologia, Pisa, 19 e 20 dicembre 1977, p. 142-144 (Orientamenti Linguistici, 5).

Mikler H., 1997, Die römischen Funde aus Bein im Landesmuseum Mainz, Montagnac, éd. M. Mergoil, VII-173 p. (Monographies Instrumentum, 1).

Morel J.-P., 2002, « L’artisan », in : Giardina A. dir., 2002, L’Homme romain, Paris, éd. Seuil, p. 277-314 (Points Histoire, H303).

Orrieux Cl., Schmitt-Pantel P., 1995, Histoire grecque, Paris, éd. PUF, XIII-499 p. (Coll. Premier cycle).

Picod C., 2004, « Tournage expérimental à l’archet de pièces circulaires en os et bois de cerf », in : Feugère M., Gérold J.-C., Le tournage des origines à l’An Mil, Actes du colloque Instrumentum, Niederbronn, oct. 2003, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 71-78 (Monographies Instrumentum, 27).

Prévot P., 2004, « Normalisation du travail en tabletterie gallo-romaine », Bull. Instrumentum, no 20, déc. 2004, p. 12-14.

Prévot P., 2005, « Les éléments de charnières en os et la question de l’excentration des goupilles latérales », Bull. Instrumentum, no 22, déc. 2005, p. 19-20.

Richard C., 1989, Gué-de-Sciaux (Antigny-Vienne) : une ville gallo-romaine, Poitiers, éd. Société de Recherches Archéologiques de Chauvigny, 207 p. (Mémoires, VI).

Richard C., 1991a, Le Gué-de-Sciaux (Antigny, Vienne) : céramiques des fosses tibério-claudiennes, Poitiers, éd. Ass. des Publications Chauvinoises, 154 p. (Mémoires, IX).

Richard C., 1991b, « La céramique des fosses tibério-claudiennes d’un sanctuaire du Gué-de-Sciaux (Vienne) », in : Actes du congrès de la SFECAG, Cognac, 8-11 mai 1991, p. 99-104.

Richard C., 1991c, Le Gué-de-Sciaux (Antigny, Vienne) : fouille de sauvetage 1991, Société de Recherches Archéologiques de Chauvigny, 2 vol.

Richard C., 1994a, Le Gué-de-Sciaux (Antigny, Vienne) : fouilles programmées 1992-1994, Rapport global, Société de Recherches Archéologiques de Chauvigny, 4 vol.

Richard C., 1994b, « Ensembles clos tibéro-claudiens d’un sanctuaire, Le Gué-de-Sciaux (Antigny, Vienne) », in : Goudineau C. et alii, Les sanctuaires de tradition indigène en Gaule romaine, Actes du colloque d’Argentomagus (Argenton-sur-Creuse/Saint-Marcel, Indre), 8-10 oct. 1992, Paris, éd. Errance, p. 115-120.

Richard C., 1995, Contribution à l’étude de l’occupation antique du Haut-Poitou méridional (Sud-Vienne), Chauvigny, éd. Ass. des Publications Chauvinoises, 244 p. (Mémoires, IX).

Richard C., 1996, « Puits à eau, zone 3 - Gué-de-Sciaux (Antigny, Vienne) », Le Pays Chauvinois, Bull. de la Société de Recherches Archéologiques du pays Chauvinois, no 34, p. 106-111.

Richard C., 2000, « Statuette et ex-votos en bronze du sanctuaire du Gué-de-Sciaux (Antigny) », in : Bertrand I. dir., Actualité de la recherche sur le mobilier romain non céramique, Actes du colloque de Chauvigny, 23-24 oct. 1998, Chauvigny, éd. Ass. des Publications Chauvinoises, p. 103-110 (Mémoires, XVIII).

Rodet-Belarbi I., 1994, « Les ossements animaux des ensembles clos d’Argentomagus (Saint-Marcel, Indre) : différences et similitudes selon les lieux de découverte », in : Goudineau C. et alii, Les sanctuaires de tradition indigène en Gaule romaine, Actes du colloque d’Argentomagus (Argenton-sur-Creuse/Saint-Marcel, Indre), 8-10 oct. 1992, Paris, éd. Errance, p. 187-193.

Rodet-Belarbi I., Rocheteau M., Perrot C., 2004, « Le travail de l’os et du bois de cerf », in : Sabrié M., Sabrié R., Le Clos de la Lombarde à Narbonne : espaces publics et privés du secteur nord-est, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 224-240.

Salin M., 2007, La place de l’animal sur le territoire des Bituriges Cubi (ier s. av. J.-C.- ve s. ap. J.-C.) : approche archéozoologique et archéologique, Thèse de Doctorat sous la dir. d’A. Ferdière, Université François Rabelais, Tours.

Tekki A., 2003, Étude technologique de vestiges du site gallo-romain du Gué-de-Sciaux (Vienne) ; un atelier de bronzier ; des fibules de type pseudo-La Tène II, Mémoire de D.E.S.S. ’Méthodes physiques en archéologie et muséographie’, Centre de Recherche Appliquée à l’Archéologie, Maison de l’Archéologie, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3, juin 2003.

Vallet C., 1994, « Les indices d’un atelier gallo-romain de fabrication de charnières en os à Augustoritum », Travaux d’Archéologie Limousine, t. 4, p. 105-113.

Vallet C., 2000, « Le travail de la matière animale à l’époque romaine : le travail de l’os à Augustoritum (Limoges, Haute-Vienne) », in : Bertrand I., Actualité de la recherche sur le mobilier romain non céramique, Actes du colloque de Chauvigny, 23-24 oct. 1998, Chauvigny, éd. Ass. des Publications Chauvinoises, p. 195-214 (Mémoires, XVIII).

Van Andringa W., 2006, « Sacrifices et marchés de la viande à Pompéi », in : Contributi di Archeologia Vesuviana II, Roma, ed. L’Erma di Bretschneider, p. 186-200 (Studi della Soprintendenza Archeologica di Pompei, 18).

Annexes

ANNEXE. Liste des déchets du travail de l’os et du bois de cerf identifiés dans les fosses de la phase 7

Notes

1 Nous reprenons ce terme par commodité dans l’attente d’une définition plus précise de ces villes de taille réduite, dotées de bâtiments publics et privés, structurées en quartiers et traversées, comme dans le cas du Gué-de-Sciaux, par un axe routier majeur. Aucune inscription à ce jour ne précise le statut administratif de ce site, peu éloigné de la capitale, dont la vocation économique et sans doute administrative faisait un centre de ressources et d’échanges pour la population proche et en transit ; « une ville à la campagne », pour conserver la distinction entre les capitales de cité et les lieux de vie de taille plus réduite.

2 Au sein de la faune, ont été distingués les ossements portant des traces de sciage et les chevilles osseuses détachées au couperet dont l’utilisation à des fins artisanales est envisageable (Salin, 2007, p. 319) ; de même ont été pris en compte les portions de diaphyse équarries et autres types de rejets caractéristiques de l’action d’un artisan, et les signes attestant une récupération de la peau.

3 Les noms d’espèces écrits avec une majuscule renvoient au terme générique désignant l’espèce et ne comportant aucune notion de sexe.

4 D’après le test du khi-deux, aucune différence significative n’apparaît dans la répartition spécifique entre les phases 6 et 7.

5 La fosse 23 contenait également un ciseau plat (Eneau, 2002, no 159, p. 22, pl. 8), seul outil pouvant être rapproché de ceux utilisés pour le travail des matières dures animales.

6 Dans les sanctuaires grecs, une partie des viandes de sacrifice étaient vendues par les prêtres sur les marchés à leur profit (Bruit Zaidman, Schmitt Pantel, 1989, p. 34-35).

7 Les vestiges du tissage et du travail des matières dures animales sont souvent associés comme à Saintes, quartier Daubonneau (voir Robin et alii dans cet ouvrage), traduisant peut-être l’existence d’une sorte de communauté artisanale partageant un statut commun.

8 Chez le Bœuf, les parties distales des métapodes s’épiphysent approximativement entre 24 et 30 mois (Barone, 1986, p. 76).

9 Nous remercions Christophe Picod, tourneur et tabletier, pour les avis et conseils précieux qu’il nous a prodigués.

10 Une valeur de 1 indique un module totalement circulaire, un module supérieur à 1 témoigne d’une diaphyse plus large qu’épaisse et une valeur inférieure à 1, une section plus épaisse que large.

11 Comme précédemment, nous avons pris en référence les longueurs de métatarses de bovins issus du territoire biturige.

12 Les numéros d’inventaire sont ceux du Musée municipal de Chauvigny auquel appartiennent, depuis 2004, les collections archéologiques du Gué-de-Sciaux.

13 Par exemple, dans les collections du musée de Mayence : Mikler, 1997, pl. 35, 1.

14 Voir à ce sujet Božič, 2001, p. 28-30 ; Božič, 2002, p. 33-35.

15 Ont été mis au jour les restes du four, des creusets, des fragments de moule, des chutes et déchets… L’ensemble a été étudié en 2003 par Amel Tekki, sous la direction de Michel Pernot. D’après l’étude des restes (creusets, fragments de moules, déchets), l’artisan a travaillé quatre alliages à base de cuivre ; une fibule inachevée à arc circulaire est liée à l’atelier (Tekki, 2003, p. 104-108).

16 Étude en cours dans le cadre de la préparation de la publication du site sous la direction de I. Bertrand.

17 En Grèce, au ve s. av. J.-C., les peaux des animaux sacrifiés reviennent aux prêtres qui les vendent aux tanneurs : Orrieux, Schmitt-Pantel, 1995, p. 268. Le règlement du temple de Jupiter Liber à Furfo (Italie, 58 av. J.-C.) précise que les peaux et les cuirs reviennent au sanctuaire qui peut, grâce à eux, augmenter ses revenus : Laffi, 1978, p. 142, 144).

18 À titre d’exemple, le mobilier céramique des trois ensembles présentés précédemment (fosses 22, 23 et 35) se compose de vases à engobe blanc, de terra nigra, des céramiques culinaires portant des traces d’utilisation, quelques amphores imitation de Tarraconaise. L’étude du mobilier céramique du site est en cours par Corinne Sanchez (CNRS) avec Jean-Louis Tilhard pour la sigillée et Séverine Lemaître (Université de Poitiers) pour les amphores.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Le Gué-de-Sciaux : situation dans le nord-ouest aquitain et plan de l’agglomération avec localisation du sanctuaire (DAO : M. Aubrun, I. Bertrand).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10674/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Légende Fig. 2. Répartition des déchets du travail de l’os et du bois de cerf dans le sanctuaire (première moitié du ier s. ap. J.-C.) (DAO : M. Aubrun, I. Bertrand).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10674/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Légende Fig. 3. Identification spécifique des déchets artisanaux (phase 7).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10674/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Fig. 4. Phases de travail de l’os illustrées sur les déchets de la phase 7 (d’après Feugère et alii, 2008, p. 4).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10674/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 5. Fosse 22 : Alène ( ?), portions de diaphyse sciées et tesson de vase figurant un cerf attelé (dessins : I. Bertrand, clichés : J.-C. Cédelle).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10674/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 433k
Légende Fig. 6. Fosse 23 : Rejets provenant d’os de Bœuf et de bois de cerf (clichés : J.-C. Cédelle).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10674/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Légende Fig. 7. Fosse 35 : déchets du travail de l’os (dessins : I. Bertrand, cliché : J.-C. Cédelle).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10674/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Légende Fig. 9. Sorte de cheminée aménagée au sud-est dans une pièce de la galerie du sanctuaire (cliché : C. Richard).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10674/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Légende Fig. 10. Le sanctuaire fin i er s.-début iie s. ap. J.-C. et la répartition des déchets du travail de l’os dans les pièces et les structures de cette période (DAO : M. Aubrun, I. Bertrand).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10674/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 11. Identification spécifique des déchets artisanaux (phase 5).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10674/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Fig. 12. Déchets de l’atelier (pièce 11.12. B) : épiphyses sciées de métatarses de Bœuf et portion de bois de cerf (cliché : J.-C. Cédelle).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10674/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 485k
Légende Fig. 13. a : Statistiques descriptives du rapport largeur/épaisseur de la section de la diaphyse à l’emplacement du sciage ; b : Caractéristiques métriques des hauteurs proximale et distale des métatarses de bovins.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10674/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende Fig.14. Objets finis de la phase 5. 1. épingle au sommet en forme de main ; 2. élément de charnière court ; 3. plaque circulaire ; 4. manche de couteau à affûter les calames (dessins : I. Bertrand).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10674/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 15. Répartition quantitative des déchets et des objets finis pendant les phases 7-6 et 5.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10674/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10674/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 701k

Auteurs

Musées de Chauvigny ; chercheur associé UMR 5140 Lattes ; Équipe HeRMA (Hellénisation et Romanisation dans le Monde antique), université de Poitiers ; musees.chauvigny@alienor.Org.

Archéozoologue, Service d’archéologie préventive de la Communauté d’Agglomération de Bourges Plus ; UMR 6173 CITERES-LAT, chercheure associée UMR 7209 M.N.H.N. Paris ; marilynedavid@aol.com

© ARTEHIS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search