Version classiqueVersion mobile

Aspects de l’artisanat en milieu urbain : Gaule et Occident romain

 | 
Pascale Chardron-Picault

Le verre

L’implantation des ateliers de verriers en Gaule : centres urbains, péri-urbains et ruraux

Danièle Foy

Résumé

À partir de l’ensemble de la documentation archéologique relative aux ateliers de verriers antiques découverts sur le territoire français, on se propose d’étudier leur implantation et leur relation avec les centres de consommation. La topographie des officines, leur regroupement ou leur isolement en milieu urbain ou rural, leur durée d’activité et leur emprise sur le terrain semblent révélateurs de leur importance économique. La question de l’interdépendance des divers artisanats du feu, regroupés dans des aires spécifiques, est aussi évoquée.
Dans les cadres urbains ou péri-urbains ont été distingués les petits ateliers-boutiques destinés à un commerce de proximité et les aires artisanales, sises près d’un axe de circulation, œuvrant pour un commerce régional ou interprovincial.
À la fin de l’Antiquité, on voit apparaître en milieu rural des ateliers dépendant probablement de domaines fonciers laïcs ou d’église. À cette époque, naissent aussi des zones artisanales imbriquées dans des agglomérations secondaires et sans doute reliées entre elles par des réseaux commerciaux.

Texte intégral

Fig. 1. Localisation des ateliers mentionnés.

1La place de l’artisanat du verre antique dans l’économie d’une ville ou d’une région reste encore mal connue en dépit des nombreux travaux qui se sont développés depuis deux décennies. Les résultats novateurs obtenus dans le domaine de la verrerie antique concernent principalement le système de production. Analyses chimiques et découvertes archéologiques s’accordent pour retracer, dans l’Antiquité romaine, une chaîne de production segmentée avec des ateliers primaires et des ateliers secondaires, souvent distants les uns des autres. Les premiers, principalement installés en Méditerranée orientale, élaboraient, à partir de sables locaux et de natron, exploité sur place ou importé, le verre brut. Les centres secondaires, répartis dans tout l’Empire, transformaient le verre brut importé et le verre recyclable en produits manufacturés.

2Il n’est pas toujours facile d’identifier le travail du verre, qui laisse infiniment moins de rebuts que l’art de la céramique ou de la métallurgie. Depuis les premières enquêtes de la fin des années 1980 visant à recenser les ateliers de verrier antiques sur le territoire français (Foy, Sennequier dir., 1989, p. 44-62 ; Foy, 1991, p. 54-57), d’autres travaux ont corrigé et élargi ce premier recensement (Foy, Nenna éd., 2001, p. 40-60 ; Amrein, 2001, p. 99-125), mais aucune de ces études ne s’est principalement intéressée à la topographie des fabriques de verre et à leur place dans l’économie d’une ville ou d’une région.

3Une centaine d’ateliers, actifs entre le ier et le viie siècle, sont aujourd’hui reconnus dans l’ensemble de la Gaule à partir d’indices fiables. Beaucoup d’autres sites ont été assimilés à des ateliers de verrier sur la base de quelques verres fondus, de scories ou d’un éclat de verre brut, éléments qui, isolés, ne constituent pas des indices sérieux pour localiser un centre de production. On sait que le verre se déforme au feu assez facilement et que les blocs de verre brut, sans autres indices d’artisanat, traduisent un commerce de ce matériau et non pas un site de transformation. C’est ainsi que l’on interprète prudemment les blocs du dépotoir portuaire de Port-Vendres 1, des fouilles de Toulouse, de la villa de la Valentine (Haute-Garonne), d’Éauze (Gers) et de bien d’autres lieux. Le verre brut pourrait aussi avoir une fonction apotropaïque et expliquerait la présence d’une masse de verre brut dans un sarcophage (Simon-Hiernard, 2000, p. 39). La distinction entre débris de creusets vitrifiés pour le verre ou pour la métallurgie n’a pas toujours été bien faite. À l’opposé, nous pouvons penser que bien des ateliers de verriers sont passés inaperçus car les déchets de soufflage les plus probants peuvent se confondre, selon leur profil large (fig. 2, nos 1 à 6) ou étroit (fig. 2, nos 7 à 9) avec des rebords de vaisselle, des épaulements ou des goulots de fiole ou encore des couvercles.

4On a rassemblé ici une part de la documentation archéologique : elle donne un aperçu de la localisation des centres de production et de leur relation à l’habitat et montre ainsi la diversité des situations (fig. 1). Les ateliers reconnus certainement comme tels n’ont cependant pas toujours conservé leurs fours, aussi est-il difficile de se faire une idée de leur implantation précise. Les déchets de fabrication, en particulier les mors, restes de verre détachés de la canne à souffler, sont parmi les indices les plus fiables (fig. 2). Ils sont la plupart du temps retrouvés dans des dépotoirs ou des remblais, probablement voisins de l’emplacement des structures de production, mais qui ne permettent pas de se faire une idée de l’emprise réelle de l’atelier dans un territoire (Amiens : Dilly, Mahéo, 1997, p. 17 ; Reims : Cabart, 2003 ; Strasbourg : Arveiller-Dulong, Arveiller, 1985, nos 309-313). De plus, les limites des agglomérations ne sont pas toujours assez bien définies pour que l’on apprécie les relations entre atelier et habitat. L’étude sur l’évolution de la topographie des centres verriers se heurte aussi, et principalement, à la difficulté à dater d’abord les enceintes mais aussi les restes d’ateliers parfois exhumés de longue date ou n’ayant jamais bénéficié de critères de datation contrôlables. Les rétrécissements des enceintes des villes de Vienne et d’Arles, par exemple, ne peuvent être parfaitement datés à l’intérieur d’un espace chronologique assez grand (ive, ve siècle), ce qui met dans l’impossibilité de dire si l’atelier du ive siècle de Saint-Martin à Vienne, installé dans une domus, était situé dans ou hors les murs (Foy, Tardieu, 1986). La domus a bien été construite à l’intérieur de la ville, mais peut se retrouver dans un faubourg selon la date de construction et le tracé précis du rempart de l’Antiquité tardive.

5Il nous semble néanmoins possible, à partir de quelques exemples pris essentiellement en Gaule, de distinguer diverses implantations géographiques qui traduisent, ou du moins suggèrent, des conditions et des situations économiques multiples.

I. Les ateliers urbains et péri-urbains

6L’artisanat du verre antique nous est longtemps apparu comme un fait exclusivement urbain, s’opposant à l’image des ateliers médiévaux, essentiellement forestiers (Foy, 2000). Le système de production hiérarchisé du verre dans l’Antiquité et le haut Moyen Âge obligeait les ateliers à entrer dans les grands circuits d’échanges du monde méditerranéen. Cette situation de dépendance des ateliers secondaires, établis dans les provinces occidentales, explique en grande partie la localisation des ateliers dans les villes ou à leur périphérie, à proximité des grands centres urbains et des marchés, pour bénéficier des arrivées de verre brut et de la possibilité de collecter du verre à recycler. Refondre du verre n’exige pas les mêmes quantités de combustibles et les mêmes installations que l’élaboration de la matière vitreuse. Les ateliers secondaires n’avaient pas le même besoin d’espaces que les ateliers primaires ou que les ateliers mixtes du Moyen Âge, dévoreurs de combustible et donc le plus souvent fixés en zone rurale ou forestière, éloignés des habitats.

I.1. Les zones artisanales suburbaines et pérennes

7Situées extra muros ou à l’intérieur des murs, mais toujours en marge de l’habitat, les concentrations d’ateliers de verrier, parfois incluses dans une zone dévolue à de multiples artisanats, répondaient à un marché dépassant le cadre de la ville proche. Ces aires artisanales jouxtaient toujours une voie de circulation importante. Deux exemples d’époque différente illustrent ces établissements.

8Les ateliers lyonnais sont les plus anciens établissements connus à l’époque romaine, en Gaule. Les découvertes anciennes et récentes ont mis au jour un ensemble de fours installés le long de la Saône, vers les années 40, et actifs jusqu’à la fin du ier siècle ou jusqu’au début du iie siècle (Leyge, Picon, 1991 ; Motte, Martin, 2003a et 2003b ; Becker, Monin, 2003a et 2003b). Une vingtaine de fours sont répartis dans trois secteurs voisins qui, n’ayant pas été fouillés en continu, ne peuvent donner une image exacte de l’organisation de l’espace. Le site de la Montée de la Butte, le plus complexe fournit des données encore lacunaires, mais précises. Les seize fours exhumés étaient organisés en petits groupes de trois à cinq et l’on compte en plus trois ou quatre fours isolés. Bien que les murs en liaison avec les fours et les axes de circulation soient mal conservés, on pourrait penser que chaque groupe de fours correspond à une unité de production, sans que l’on puisse assurer une contemporanéité parfaite. On aurait donc des ateliers indépendants et juxtaposés. À l’ouest de la zone d’atelier, des murs portique ont été interprétés comme des bâtiments liés à un habitat (Motte, Martin, 2003a, p. 304). Mais ces vestiges pourraient signifier des entrepôts.

Fig. 2. Mors de soufflage. 1-2. Marseille-La Bourse, ve siècle ; 3. Marseille-La Bourse, vie siècle ; 4. Marseille-Alcazar, fin ive-ve siècle ; 5. Marseille-les Pistoles, fin ve-vie siècle ; 6. Marseille-Jules Verne, ve siècle ; 7-8. Arles-Esplanade, seconde moitié ive siècle (dessins, clichés D. Foy) ; 9. Avenches, milieu ier s. (d’après Amrein, 2001, fig. 21-12).

Fig. 3. Implantation des ateliers de verriers marseillais dans l’Antiquité tardive (dessin D. Foy).

9Artisanats du verre et de la céramique coexistent sur le site, véritable zone artisanale implantée sur la rive gauche de la Saône, grand axe de circulation des hommes et des marchandises. Le voisinage, voire l’imbrication de ces deux artisanats (un four de verrier, F16, est construit sur la démolition d’un four de potier, Motte, Martin, 2003a, p. 308) suggèrent des intérêts et des préoccupations communes comme celle de l’approvisionnement en bois. Peut-être y avait-il entre ces deux artisanats d’autres liens que le partage d’un terrain ? Il n’est pas possible de démontrer si certains outils ou quelques structures de production étaient mis en commun. La solution de la question ne nous éclairerait pas davantage sur le statut de ces artisans, qui pouvaient être possesseurs de leurs outils de travail ou dépendants d’un seul et même gros entrepreneur ou de plusieurs propriétaires d’ateliers. On peut cependant penser qu’une aussi grande zone industrielle n’a pu se constituer sans la volonté ou l’assentiment de la cité.

10La coexistence de différents arts du feu dans une même aire extra muros a été, de nombreuses fois, observée : verriers et potiers travaillaient de concert à Rézé (Pirault, 2001), à Mancetter, Castor et Sheepen Colchester en Grande-Bretagne (Price, Cool, 1991, p. 27) et encore dans le sud de Trèves (Goethert-Polaschek, 1977, p. 6-8 ; Luik, 2002, pl. 1).

11Aucun four de verrier de l’Antiquité tardive n’a été découvert en Narbonnaise et pourtant, paradoxalement, nous sommes assez bien renseignés sur l’artisanat verrier de cette époque en Provence. Les ateliers marseillais sont signalés par des déchets de production, du verre brut et quelquefois des creusets de verriers trouvés associés dans plusieurs secteurs de la ville. L’abondance de ces indices, provenant de niveaux bien datés, permet d’assurer la coexistence de plusieurs centres de production (Foy, 2008). Il est toujours hasardeux de vouloir localiser un atelier sans la moindre découverte de four, mais la multiplication des indices permet d’assurer que plusieurs ateliers étaient disséminés dans la ville au ve et au vie siècle. D’autres, sans doute plus importants, étaient concentrés hors la ville, mais à proximité immédiate, à l’est du rempart dans le vallon qui va de la corne du port (site de la Bourse) jusqu’au quartier de Sainte-Barbe, en passant par le site de l’Alcazar (fig. 3). La documentation la plus éloquente provient des fouilles de la Bourse et couvre près de deux siècles, de la première moitié du ve siècle jusqu’à la fin du vie siècle. Les déchets du premier atelier, concentrés dans l’envasement de la corne du port, sont les plus abondants : ils comprennent des éclats de verre brut aux arêtes vives et de nombreux mors évasés. Les traces de l’activité des artisans de la seconde moitié du ve siècle et du début du vie siècle restent nombreuses et sont beaucoup plus diversifiées : outre le verre brut et les déchets de soufflage, on note la présence de creusets vitrifiés, de tesselles de verre bleu ainsi que d’un morceau de plaque de verre bleu destinés à servir de colorant. Dans les contextes relatifs aux périodes postérieures (courant du vie siècle), les traces, bien que plus ténues, subsistent.

12Le site voisin de l’Alcazar a fourni une documentation comparable ; elle est cependant beaucoup plus diffuse et éparpillée dans les niveaux datés entre le ve, voire la fin du ive siècle et le viie siècle. Il est difficile de connaître la durée d’activité du ou des ateliers car les niveaux les plus récents contenaient beaucoup de mobilier résiduel.

13Dans le troisième secteur du quartier Sainte-Barbe, les indices du travail du verre sont dans des niveaux d’occupation du début du vie siècle.

14À partir de l’ensemble du mobilier collecté sur les trois sites, une aire artisanale pérenne, regroupant le travail du verre mais aussi du cuir et de l’os ainsi que des activités de métallurgie, peut être restituée à proximité de la corne du port qui, à cette époque, était envasée et servait de dépotoir. Il est impossible de déterminer le nombre exact d’ateliers, mais on peut assurer que ce grand espace a accueilli, de manière sans doute discontinue, plusieurs activités artisanales dont la plus évidente est celle de la verrerie qui a perduré environ deux siècles ; une partie de la production est connue. Les officines du chantier de la Bourse et celle du site de Jules Verne, fixée à l’intérieur de la ville dans le courant du ve siècle, toutes deux établies à proximité du port, ont fabriqué une vaisselle commune semblable à celles des ateliers portuaires de Tarragone (Benet i Arqué, Subias i Pascual, 1989) et d’Ostie (Rottloff, 2000). Cette production n’était pas spécialement orientée vers « le verre d’emballage », ce qu’aurait pu suggérer leur position topographique.

I.2. Les regroupements de fours intra muros

15Les regroupements de fours de verriers à l’intérieur des villes traduisent des ateliers d’importance inégale dont les produits étaient aussi bien destinés à une clientèle locale qu’à un marché extérieur.

16Dans les villes qui possédaient une grande enceinte, enserrant une surface non entièrement lotie, les artisanats du feu pouvaient trouver place sans empiéter dans l’espace résidentiel ; ces aires industrielles établies le plus souvent dans les terrains les moins chers, en marge de l’habitat, ne différaient pas forcément de celles qui étaient à l’extérieur des villes densément occupées. L’artisanat s’installe dans les espaces laissés vacants, à l’intérieur ou à l’extérieur de la ville.

I.2.1. Des fabriques pour un commerce à longue distance

17Les ateliers d’Avenches, bien datés entre 40 et 70, occupaient plusieurs espaces étagés et situés entre les quartiers périphériques et une riche domus construite à une centaine de mètres de l’agglomération (Amrein, 2001, p. 12 et p. 92-94). Les bâtiments, qui respectaient l’orientation de l’insula la plus proche, semblent constituer un prolongement de l’habitat. Ils en étaient pourtant séparés par une dépression creusée par un ancien ruisseau ; dépression qui matérialisait la limite entre les habitations et l’espace réservé aux activités artisanales, verriers et métallurgistes. Faut-il y voir aussi une limite juridique séparant l’urbs du monde des artisans, comme on tend à le penser dans la topographie de plusieurs cités (Demarolle, 2002, p. 160) ?

18On ne sait si les cinq fours de verriers signifient plusieurs ateliers implantés sur les terrasses et indépendants les uns des autres ou bien les éléments d’une seule et même fabrique étagée. Dans les années 70, l’extension du réseau urbain écarte progressivement les artisans des quartiers nord-occidentaux. Les verriers vont alors s’installer dans le nord-est de la ville délaissée par l’habitat : un dépotoir contenant des déchets de soufflage datés de la fin du ier siècle ou du début du iie siècle témoigne de cette migration (Hochuli-Gysel, 1998, p. 2 ; fig. 4). La même cause d’abandon est avancée pour les ateliers lyonnais.

19Les neuf fours de verriers de Besançon n’ont pas été interprétés comme les éléments de différentes unités de fabrication intégrées dans une aire industrielle, mais comme les structures de production d’une seule et grosse fabrique. Celle-ci était fixée intra muros, mais à la limite de la ville, contre le mur de berge du Doubs construit en glacis et faisant office de rempart (Munier, Brkojewitsch, 2003 ; Munier, 2003). Dans ce quartier dévolu depuis l’époque augustéenne à l’artisanat, en particulier celui de la céramique, un atelier de verrier s’est installé dans le courant du iie siècle. Les potiers, probablement par manque de place, avaient déserté la place au cours du ier siècle ap. J.-C., mais subsistait un travail de l’os et du métal. Les fours de verriers occupaient la moitié d’un grand bâtiment (18 m x 8 m) qui était jusque-là un entrepôt portuaire, l’autre espace servant toujours de stockage. Comme à Lyon, les artisans bénéficiaient d’un accès au cours d’eau, le Doubs, sur lequel s’ouvraient deux portes. La taille de l’atelier, sa situation topographique laissent imaginer un artisanat important dont les produits étaient destinés à des marchés lointains.

I.2.2. Des fabriques pour un commerce local

  • 1 Il ne nous semble pas qu’il y ait des indices pour avancer l’hypothèse d’un atelier tourné vers la (...)

20Les officines de la rue des Pierres, à Autun, sont les premières installations verrières de Gaule sérieusement étudiées (Rebourg, 1989). Interprétés un temps comme les vestiges d’un atelier primaire, ces restes sont maintenant considérés comme des fabriques secondaires sans que l’on connaisse les productions1. Comme à Avenches, il s’agit d’un quartier artisanal intra muros, aux limites d’une ville de grande superficie, non totalement investie par l’habitat. Au nord-est de la ville, près du rempart, dans un quartier peuplé d’échoppes de marchands et d’artisans, regroupant principalement des potiers et des bronziers, les verriers se sont installés dans la seconde moitié du iie ou la première moitié iiie s. En bordure d’une voie, un decumanus secondaire, ces derniers occupaient deux petits bâtiments (trois fours dans l’un ; un seul four dans l’autre pièce) enchâssés entre deux ateliers de potiers. Cette imbrication signifie sans doute des ateliers de potiers et de verriers indépendants. L’espace couvert occupé par les installations des deux verreries (11 m x 8 m) se prolonge par une vaste cour et, au-delà, par un habitat modeste, peut-être celui des artisans. Ces officines occupant un espace restreint sont à la fois proches de l’extérieur de la ville, situation qui permet un approvisionnement en combustible aisé, et de l’habitat consommateur des produits manufacturés. Atelier et boutique à la fois, elles œuvraient sans doute pour un marché local ou régional. Pour conforter ce point de vue, il nous manque la connaissance des productions de ces ateliers, mais aussi celle de la fonction exacte des fours, sur laquelle on reviendra.

Fig. 4. Implantation des deux ateliers successifs à l’intérieur des murs d’Avenches (d’après Hochuli-Gyssel, 1998 et Amrein, 2001, fig. 2).

21Les cinq fours de verriers récemment exhumés à Bordeaux donnent l’image de petites officines intégrées, probablement à la fin du iie ou au cours du iiie siècle, dans un quartier résidentiel qui comptait aussi d’autres activités artisanales dont le tissage et la tabletterie (Chuniaud, 2008). On se trouve ici dans une configuration assez semblable à celle d’Autun. Les deux ateliers bordelais occupaient des espaces réduits et jusqu’alors non bâtis. Ils jouxtaient une grande voie bordée d’un portique et l’on imagine que leurs produits étaient pour l’essentiel diffusés sur place. Il semble que des cours existaient entre les ateliers et de part et d’autre de chacun d’eux. Ces espaces ouverts servaient au stockage du combustible et constituaient des tampons de sécurité contre l’incendie. Le dispositif ternaire et banal comprenant une pièce principale (où sont fixés les fours), lieu de fabrication et de vente, ayant véritablement pignon sur rue ; à l’arrière un petit entrepôt - ou dans certain cas une pièce servant habitat - et, sur le côté ou encore à l’arrière, une cour, est commun à de nombreuses officines-échoppes. C’est l’agencement qui a été reconnu pour la verrerie palestinienne de Bet Shean, installée dans le bazar, quartier commerçant de la ville et détruite par un tremblement de terre vers la fin du vie siècle (Gorin-Rosen, 2000, p. 59-60).

I.3. Les aires artisanales occasionnelles

22Le facteur déterminant de l’implantation des ateliers est souvent impossible à identifier. Dans certains cas, il pourrait s’agir d’installations spontanées de courte durée qui ne ressemblaient en rien aux fabriques insérées dans des zones artisanales concertées. Un espace vacant dans une zone en friche, peu éloignée de la ville, était naturellement propice à la fixation d’un artisanat ou de plusieurs artisanats. Dans Arles, nous pouvons localiser des fabriques de verre en quatre lieux différents, en activité entre la seconde moitié du ive siècle et la fin du viie siècle (Foy, 2008). La plus précoce et la mieux documentée est celle qui s’est fixée à l’extérieur de l’enceinte de la ville et au sud de celle-ci, dans le quartier de l’Esplanade. Cette zone, désaffectée depuis l’extrême fin du iiie siècle, est occupée, vraisemblablement dans le troisième quart du ive siècle, par des chaufourniers venus démanteler les bâtiments pour transformer en chaux des éléments d’architecture. Les dépotoirs qui attestent leur activité contiennent aussi de nombreux indices d’un travail du verre qui n’a laissé aucun four. Des débris de verre brut et des déchets de soufflage du verre sont concentrés dans six contextes contemporains. L’officine mettait en œuvre un verre incolore ou de teinte très légèrement verdâtre, de belle qualité, décoloré à l’antimoine. Les objets manufacturés sont rares et ne permettent pas de connaître les productions de cet atelier, mais les déchets assurent pourtant que l’on y soufflait des objets diversifiés. En témoignent les mors retrouvés dont le diamètre à l’embouchure oscille entre 1,4 et 2,8 cm. Ces variations, indicatives de l’usage de cannes différentes, induisent la fabrication de pièces diverses, dans leur taille comme dans leur forme. Parmi les déchets et surplus de matière, des fils de verre très fins laissent imaginer des pièces décorées de fils appliqués. Ces maigres vestiges ne permettent pas de restituer un atelier, mais l’homogénéité de la céramique retrouvée donne une date précise pour un atelier très certainement de courte durée.

I.4. Des artisanats interdépendants ?

  • 2 Il s’agit de flacons en forme de boule ou d’oiseau (types Isings 10 et 11) ; il était nécessaire de (...)

23Les études sur la production des céramiques et plus particulièrement des amphores ont montré que le déterminant de l’implantation de ces ateliers était souvent le voisinage de productions vivrières. Les productions d’huile, de vins et de saumure de poissons ont entraîné l’installation d’ateliers d’amphores pour conditionner les denrées d’une région ou d’un domaine particulier. Ces dépendances sont rarement mises en évidence dans l’artisanat du verre. On rappellera cependant l’interdépendance contenu/contenant dans le cas des parfumeurs de Pouzzoles, suggérée par la dénomination d’un quartier (regio clivi vitrarii sive vici turari : Dessau, 1962, p. 269, no 1224b). On a quelquefois avancé que les flacons à parfum, qui avaient pour particularité une embouchure très restreinte et hermétiquement soudée par le verre, induisaient la présence d’ateliers de verriers auprès des parfumeurs2 ; on pourrait rétorquer que la petite pinçure à chaud pour clore ces récipients pouvait être facilement faite à l’officine des parfumeurs par des artisans non verriers. Beaucoup plus probantes sont les estampilles portées sur les flacons de parfum. Ces marques, qui nous renseignent sur le commerce de ces produits, traduisent aussi par leur concentration des productions régionales. L’estampille VALERIANI autour d’une palme est uniquement attestée en Gaule, dans la basse vallée du Rhône, par six exemplaires (Arles, Apt, Orange et entre Beaucaire et Montpellier : Corpus des Signatures, 2006a, p. 138, 145 et 146 ; idem, 2006b, p. 469 ; Deguara, 2007, no 72, p. 79). On peut donc raisonnablement situer, dans cette aire restreinte, un atelier de verrier et une officine de parfum ou un centre d’embouteillage de parfum importé. Les balsamaires sortis de cet atelier étaient exclusivement utilisés dans les villes de la région.

24L’archéologie de terrain ne révèle cependant aucun lien direct et certain entre métier de verrier et fabricant de parfums ou de denrée alimentaire. On peut, au mieux, évoquer une dépendance possible dans certains cas.

25L’unique four de verrier découvert à Aix-en-Provence révèle un petit atelier suburbain (Rivet, 1992). Installée hors de la ville, mais seulement à 200 m à vol d’oiseau du centre monumental, cette fabrique qui ne comportait apparemment qu’un seul four peut paraître modeste, mais elle occupait une grande superficie (salle de 18,5 m de long divisée en deux et très grande cour) ; elle est restée en activité au moins un siècle, entre le milieu du iie et le iiie siècle. L’atelier n’était cependant pas isolé. Fixé dans un bâtiment préexistant, en place depuis la fin du ier ou le début du iie siècle, il se trouvait voisin d’une autre installation artisanale dont la fonction reste énigmatique mais qui, selon le fouilleur, pourrait être liée à la transformation de produits agricoles autour d’une installation de pressage. Les deux activités, verrerie et pressage, sont restées, pendant un temps au moins, contemporaines. Se pose alors la question du lien qui pourrait exister entre elles. Les déchets retrouvés autour du four prouvent que l’on y soufflait du verre et que la fabrication de vitres coulées, envisagée tout d’abord, n’était certainement pas l’activité - ou du moins l’activité unique - de la fabrique de verre. Les récipients qui sortaient de ce four étaient-ils destinés à la population locale ou réservés à conditionner le produit alimentaire obtenu par pressage ? La position de ce four à peu de distance de la ville et contigu à une structure de transformation d’un produit agricole ne permet pas de trancher. L’étude précise du verre retrouvé sur ce site n’apporte aucun argument pour étayer cette lecture possible, induite du voisinage de deux activités qui pourraient être complémentaires.

II. Les ateliers hors des villes

II.1. Les ateliers des « agglomérations secondaires » : ateliers isolés et villages d’artisans

26À partir de la seconde moitié du iiie siècle ou du siècle suivant, les implantations de verreries sont plus diversifiées.

27Hors des grands pôles urbains, quelques fabriques se trouvent dans des « agglomérations secondaires ». Bien qu’aucun four ne subsiste, nous pouvons localiser, grâce aux creusets vitrifiés et aux déchets de soufflage trouvés dans des contextes compris entre le ive siècle et le début du viie siècle (Foy et alii, 1990, p. 204-211), des verreries installées dans le Midi de la Gaule, en particulier dans le vicus de Saint-Jean-de-Garguier (Gémenos, Bouches-du-Rhône), sur le site de Notre-Dame à Gardanne (Bouches-du-Rhône, Pelletier et alii, 1991) et sur l’habitat de hauteur de Saint-Blaise (Saint-Mitre-les-Remparts, Bouches-du-Rhône ; Foy, 1991). Ces établissements, dont on ignore la force productrice, fonctionnaient probablement comme ceux qui étaient sis dans ou à proximité immédiate des cités de plus grande envergure. La production du verre, une des multiples activités de ces agglomérations qui comptaient aussi des artisans du bronze, était destinée à une demande locale ou régionale. En revanche, dans certaines régions, l’artisanat du verre joint à celui de la céramique semble un moteur primordial de l’économie locale.

  • 3 Je suis très reconnaissante à Hélène Chew de m’avoir laissé étudier le mobilier des Houis conservé (...)

28Au début du xxe siècle, trois zones d’ateliers, datées du iiie ou du ive siècle, ont été repérées en Argonne, à Sainte-Menehould (Marne), à Lavoye et Berthaucourt-Froidos (Meuse). Aucun lien entre industrie du verre et habitat n’était mentionné (Chenet, 1920). Des prospections plus récentes proposent de replacer l’un de ces centres, Lavoye, dans le contexte d’un vicus dont l’économie reposerait sur un artisanat du feu (Gazenbeek, Van Der Leeuw, 2003, p. 281). La multiplicité des découvertes : plusieurs fours de verriers, de potiers et de bronziers dont la relation avec l’habitat n’est pas toujours perceptible, invite en effet à imaginer une activité artisanale très florissante. Ce village d’artisans produisait très certainement en grande masse pour une diffusion à longue distance. L’organisation sociale et économique des hommes nous échappe : les artisans d’un même village ou d’une même région travaillaient-ils dans un contexte concurrentiel, avaient-ils des réseaux commerciaux communs ? Les ateliers de verriers avaient, pour certains au moins, des productions spécifiques. Cette idée est fondée sur l’examen partiel du mobilier de l’atelier des Houis à Sainte-Menehould et sur les remarques des fouilleurs (Chenet, 1920). Les restes de productions et les déchets de fabrication laissent penser que l’on produisait de la gobeleterie à Lavoye ; en revanche, l’officine de Sainte-Menehould était spécialisée dans la production de petits objets souvent colorés ne nécessitant pas de soufflage : épingles, perles, pions de jeu, objets de parure, étaient sans doute façonnés à partir de la refonte de tesselles de mosaïque3. Tous les ateliers de verriers de l’Argonne n’occupaient pas les mêmes positions topographique et économique. Parallèlement aux zones artisanales imbriquées dans les villages ou situées à proximité de ceux-ci, existaient vraisemblablement des ateliers dispersés (Gazenbeek, Van Der Leeuw, 2003, p. 310).

29En Bretagne, au nord de Vannes, le site de Kerfloc’h sur la commune de Plaudren (Morbihan) semble devoir être considéré comme une agglomération secondaire regroupant une main d’œuvre particulière. L’atelier de verrier, révélé lors d’un sondage archéologique réalisé en 2005, comprenait quatre ou cinq fours regroupés dans un seul espace (Triste, Dare, 2006). Cette découverte fait suite à la mise au jour, au milieu des années 1980, d’éléments de plusieurs fours - en particulier fragments de sole hérissée de débris de verre brut - à quelques centaines de mètres du sondage. Lors de prospections sur le site voisin du Vieux Tressais, à 2 km à l’est de Kerfloc’h, d’autres indices d’artisanat du verre ont été collectés. L’ensemble des vestiges autorise à restituer une vaste zone artisanale vouée à la production du verre. On pourrait y voir, à l’instar des découvertes anciennes de l’Argonne, une ou plusieurs agglomérations secondaires dont une part de l’économie était fondée sur la production et le commerce du verre. Ces aires étaient à proximité des voies reliant les villes antiques de Carhaix, Vannes et Corseul. D’après les maigres indices de datation découverts lors de la fouille, les fours seraient en activité au début du iiie siècle ; les analyses chimiques, qui montrent que la composition du verre est similaire à celle du verre de l’atelier de Cesson-Sévigné (infra) du début du ive siècle (analyses inédites de B. Gratuze, UMR 5060), pourraient laisser penser à des ateliers un peu plus tardifs.

II.2. Les verreries domaniales

30Depuis les fouilles des ateliers de verriers de la forêt de Hambach, près de Cologne, entamées dès l939, la présence de verreries domaniales dans l’Antiquité tardive est reconnue. Dans cette région, des travaux archéologiques plus importants, menés de 1975 à 1999 (Rech, 1982 ; Gaitzsch et alii, 2000), ont révélé cinq ateliers de la seconde moitié du ive siècle implantés dans différentes villae rusticae. En Gaule, de nombreux exemples, plus ou moins bien documentés, mais provenant de régions diverses, attestent aussi l’existence, à la fin de l’Antiquité, de verreries sises hors des agglomérations. Cette topographie invite à s’interroger sur le statut des artisans, sur l’implication des propriétaires fonciers laïcs et religieux et sur la destination des productions.

31À proximité de Rennes, les installations d’un atelier de verrier, actif au début du ive siècle, ont été exhumées dans une salle faisant vraisemblablement partie d’une villa qui était dotée d’un complexe thermal (Pouille et alii, 1998 ; Pouille, Labaune, 2000). Trois fours circulaires au moins et plusieurs fosses témoignent d’une activité artisanale ; tous ces vestiges sont concentrés dans une seule pièce transformée en une halle de verrerie. On ne sait cependant pas si toute la villa est abandonnée lorsque se fait cette mutation. Cette donnée est pourtant capitale pour discuter du statut des artisans. S’agit-il d’artisans libres investissant une place abandonnée ou d’artisans travaillant pour le compte d’un propriétaire foncier impliqué dans une production artisanale qui répond non pas aux besoins d’un domaine, mais qui permet de dégager des plus-values par un commerce extérieur ?

32La situation topographique de l’atelier de verrier décelé en Bourgogne, sur le site des Perrières, près de Beaune, permet aussi de restituer un artisanat dépendant soit d’une grande villa avec thermes, soit d’une mansio. Plus de dix kilos de déchets et de blocs de verre brut ont été retrouvés dans une fosse, associés à du mobilier céramique daté du iiie ou du ive siècle (Dunikowski, 2001).

33Les vestiges qui autorisent à situer une verrerie dans la villa de Saint-Pierre à Eyguières (Bouches-du-Rhône) sont ténus, mais explicites (Pelletier, Poguet, 2000). Trois ou quatre fragments de rebord de creusets destinés à la refonte du verre brut ou du verre à recycler ont été découverts. Ces larges céramiques languedociennes, dites à pisolithes, transformées en outil de verrier, signent la présence d’un atelier probablement en activité au cours du vie siècle (infra fig. 7, nos 7 et 8). Aux fonctions résidentielle et agricole de ce domaine foncier, pourrait s’ajouter une activité artisanale assurant un équilibre économique ou apportant des bénéfices substantiels. On s’étonne cependant de n’avoir pas d’autres témoignages d’une activité verrière que ces creusets. Isolés, ces céramiques sont-elles des indices pertinents ? Peut-on imaginer que des vases recouverts d’une couche de verre intérieure aient pu être utilisés pour leur brillance, leur imperméabilité ou leur esthétique ? Les creusets de verrier rencontrés dans les ateliers d’Argonne, au Titelberg, à Trèves, à Vienne et dans de nombreux autres lieux surtout dans le Midi de la Gaule sont habituellement accompagnés de déchets de verre.

II.3. Les verreries du domaine de l’Église

34Au nombre des artisanats dépendant des communautés religieuses du Moyen Âge, figure souvent la verrerie. L’Église trouvait par là le moyen d’exploiter les ressources spécifiques de ses domaines, en particulier les bois et les carrières de sable et d’argile. La présence du combustible et des matières premières nécessaires à la fabrication du verre apparaît, en effet, comme le premier déterminant de l’implantation des verreries médiévales qui maîtrisent tout le cycle de la fabrication du verre, des matières naturelles jusqu’aux produits finis. Bien que la situation soit différente dans l’Antiquité et le haut Moyen Âge, puisque le matériau verre ne semble pas élaboré en Occident, on connaît pourtant des verreries dans l’orbite des centres religieux. L’atelier languedocien installé, vers la fin du vie siècle ou au début du viie siècle dans l’île épiscopale de Maguelone, est la manifestation la plus évidente de cette appartenance. Aucun four ne fut découvert lors des fouilles conduites dans le cloître, mais les déchets de soufflage, les ratés et les creusets attestent sans la moindre ambiguïté de la présence proche d’un atelier mais aussi, ce qui est plus rare, des objets qui y furent soufflés. L’officine de Maguelone était la réplique de l’atelier de Torcello, contemporain et placé sous les mêmes autorités épiscopales (Leciejewicz et alii, 1977). Le répertoire des produits sortis de ces deux centres est de plus parfaitement identique. Les coupes, les verres à pied (qui ont pu être utilisés comme luminaire) et les lampes de forme plus spécifique ont pu, il est vrai, fournir essentiellement les églises et les chapelles de l’Évêché, mais des productions en grande quantité ont pu aussi apporter des revenus importants.

35D’autres signes, beaucoup moins éloquents, nous permettent de restituer, à titre d’hypothèse, une fabrique de verre à proximité ou à l’intérieur du centre épiscopal de Viviers institué vers le début du ve siècle. Un fond de creuset, dont l’intérieur était enduit de verre, se trouvait dans un remblai riche en céramique datée de la fin du ve siècle et du vie siècle (Esquieu, 1988, p. 45 et fig. 41-e). Un fragment de creuset trouvé dans les fouilles de Notre-Dame-du-Bourg à Digne est aussi un très mince indice pour localiser un atelier.

36D’interprétation tout aussi difficile est la verrerie sise à l’intérieur de l’habitat perché du Roc de Pampelune à Argelliers (Hérault). Cette petite agglomération, créée ex nihilo dans le dernier tiers du ve siècle et délaissée un siècle après, est remarquable par la densité des activités artisanales (bronziers, forgerons et verriers) et la place occupée par l’unité ecclésiale. L’importance des bâtiments religieux (église et baptistère, salle d’accueil) fixés à la proue de cet habitat de hauteur, permet d’avancer une hypothèse sur la nature de ce site insolite. L. Schneider, en charge de l’étude du Roc de Pampelune, propose d’y voir un village d’artisans spécialisés dépendant du pouvoir de l’Église (Schneider, 2003 et 2004). Deux autres verreries, probablement contemporaines, repérées lors de prospection dans la garrigue environnante, compléteraient ce domaine d’église.

II.4. Des structures révélatrices de l’importance d’un atelier ?

37Les ateliers qui, par leur position topographique et leur emprise sur le terrain nous semblent équivalents, peuvent pourtant différer sur un point dont on n’a pas tenu compte dans cette classification des ateliers : la structure des fours et par là même leur fonction précise. C’est par exemple le cas des officines urbaines et contemporaines d’Autun et de Bordeaux. Les fours de Bordeaux (fig. 5), comme ceux de Lyon, d’Avenches, ou encore d’Aix-en-Provence, de Troyes (Deborde, 2001), de Valence en Espagne (Albiach Delscals, Soriano Sanchez, 1989) et de bien d’autres lieux, étaient de forme circulaire. L’alandier de ces petites structures étagées, dont le diamètre interne moyen avoisinait 60 cm, se trouvait au niveau inférieur, en partie enterré. La chambre de fusion qui renfermait le verre à fondre (verre brut et verres cassés à recycler) était au-dessus. La chambre de recuisson (pour le lent refroidissement des objets finis), lorsqu’elle est perceptible comme à Lyon, se situe pratiquement au même niveau que la chambre de fusion. Le four à pilier de Rézé, en fonction vers la fin du ier siècle, reste sans parallèle (Pirault, 2001).

38Le second type de four, à réverbère, n’était pas éta gé. De format variable, mais souvent de taille plus importante que les précédents, il était constitué d’un foyer semi-circulaire en avant de la chambre de fusion rectangulaire. Ce type de four se rencontre à Autun, à Bourges (Fournier, 2001), à Londres (Shepherd, Heyworth, 1991, p. 14, site de Moorgate) et à Bonn. De nombreux ateliers possédaient les deux types de fours, parfois réunis dans la même salle : c’est le cas à Besançon, Augst (Rütti, 1991, p. 150-151), Plaudren (fig. 6) et dans plusieurs verreries fouillées en Allemagne, en particulier à Cologne. Contemporains, et présents, de la fin du ier siècle (atelier de Bonn, Folmmann-Schulz, 1991, p. 36-37 et 40) jusqu’à l’Antiquité tardive, dans des établissements d’importance variable mais considérés comme des ateliers secondaires, ces deux structures ont dû répondre à des fonctions différentes que nous ne sommes pas en mesure de reconnaître avec certitude. Il serait cependant nécessaire de vérifier les datations les plus hautes relatives aux fours rectangulaires : ces fours semblent en effet apparaître dans le iie siècle, après les structures circulaires.

39On doit s’interroger aussi sur les changements technologiques qui semblent apparaître vers la fin de l’Antiquité avec la multiplication des découvertes de creusets vitrifiés (en France : verreries de l’Argonne, Vanves, Strasbourg, Sanxay, Lyons-la-Forêt, Vienne, Viviers et plus d’une quinzaine de sites en Provence et Languedoc). Expliqueraient-ils l’apparition des verreries rurales ? L’utilisation de creusets, perceptible en Gaule à partir du ive siècle, plus tôt dans d’autres contrées, laisse penser à une évolution des fours : la sole cuve, espace unique (ou éventuellement divisé en deux ou trois parties) servant à la fusion du verre brut ou du verre à recycler, est remplacée par une sole plane ou des banquettes, sur lesquelles sont posés des creusets en terre réfractaire. Il subsiste très peu de vestiges de four à creuset (Hambach et Torcello) et aucune restitution n’est possible. Rien n’assure que les fours à creusets aient totalement remplacé les fours antérieurs car les creusets ne sont pas présents sur toutes les verreries de l’Antiquité tardive et rien ne permet de penser que ces structures avaient une plus grande capacité. Peut-être faut-il y voir au contraire des fours permettant de fondre de petites quantités de verre dont le verre à recycler. Les creusets de profil et de format variable reflètent la céramique culinaire d’une région, puisque ces pots ne sont que des vases culinaires, le plus souvent en terre réfractaire, parfois en pierre ollaire (Torcello), reconvertis en outils (fig. 7).

Fig. 5. Four circulaire ; atelier de Bordeaux-Auditorium, iie-iiie s. (fouilles INRAP ; photo D. Foy).

Fig. 6. Four à bassin rectangulaire ; atelier de Plaudren, iie-iiie s. (fouilles A. Triste ; photo D. Foy).

40Plusieurs types de fours ont probablement coexisté, mais notre incapacité à les restituer et à comprendre leur fonction précise fait que ce critère technologique n’est d’aucun secours dans la distinction des ateliers. Le corpus limité ne permet aucune corrélation entre un type de four et la topographie de l’atelier. Les trois types de fours (fours circulaire ou rectangulaire à bassin et fours à creusets) sont à la fois en milieu urbain et rural et appartiennent aussi bien à de grandes aires de production qu’à de petites unités de fabrication. Les fours circulaires sont peut-être les plus anciens ; les bouchons coniques servant à réguler la température semblent toujours associés à cette forme (Avenches, Lyon, Cesson-Sévigné, Rézé, Bordeaux, Plaudren). On note aussi que les fours rectangulaires ne sont pas, pour l’instant, reconnus au sud de Bourges et que la plus grande zone d’atelier antique reconnue en Gaule, celle de Lyon, qui est aussi la plus ancienne, n’est équipée que de petits fours circulaires. Dans cette réflexion sur la topographie des verreries, on gardera à l’esprit que la puissance productrice d’un atelier comme celui d’Autun était vraisemblablement supérieure à celle des fabriques de Bordeaux : les deux centres occupaient des positions topographiques comparables, mais ne jouaient sans doute pas le même rôle dans l’économie de la ville.

41Dans l’Antiquité, les artisans exerçant la même activité ne bénéficiaient pas forcément du même statut (Ferdière, 2005). La stèle de Julius Alexsander, citoyen de Carthage verrier à Lyon au début du iiie siècle, évoque un artisan d’un statut social privilégié (Leyge, 1989), mais ne permet aucune généralisation, d’autant plus que nous ne savons pas si le personnage évoqué était propriétaire d’une fabrique, celui qui y travaillait ou les deux à la fois.

42La diversité des implantations des verreries est un constat. Les déterminants de ces implantations sont sans doute multiples, mais les marchés et l’accès aux matières premières sont naturellement, pour tous les artisanats, des facteurs primordiaux. Cependant, toutes les activités manufacturières ne mettent pas en œuvre des matières aussi coûteuses que le verre. Le bois, l’os, le cuir, la terre sont des matériaux plus accessibles que le verre, certains métaux et certaines pierres ; de plus, leur transformation ne réclame pas ou réclame moins de combustible que le travail du verre ou des métaux. Le verre brut figure dans l’Édit de Dioclétien fixant le prix maximum des denrées de première nécessité et des salaires des corps de métiers. Au tout début du ive siècle, il apparaît comme un produit assez coûteux puisque une livre (326 g) de verre de qualité supérieure est d’un prix équivalent à celui d’un setier d’huile (0,547 l) de deuxième qualité, soit 24 deniers (Erim, Reynolds, 1973 ; Barag, 1987 ; Whitehouse, 2005). Les observations archéologiques sur les rares ateliers primaires confortent ce point de vue : autour des fours ayant produit plusieurs tonnes de matière vitreuse, on ne retrouve que de petits éclats, ce qui montre tout le soin que l’on a mis à récupérer cette matière d’un bon rapport.

  • 4 Les papyrus attestent l’existence de corporations de verriers en Égypte au ive siècle : P. oxy 3265 (...)

43L’installation d’une verrerie demandait sans doute un investissement important, ne serait-ce que dans l’achat du verre brut et la fourniture d’un combustible abondant, nécessaire pour entretenir les fours qui fonctionnaient obligatoirement en continu. Ce coût fixe, incontournable, n’était pas à la portée de tous les artisans et l’on peut penser qu’un certain nombre de verriers travaillaient dans une entreprise qui n’était pas obligatoirement aux mains des hommes de l’art, mais sous la tutelle de notables, négociants ou propriétaires fonciers extérieurs au métier. Les liens de dépendance objectifs entre ateliers primaires et ateliers secondaires et le coût du verre brut pourraient également constituer des arguments pour envisager des ateliers de verriers secondaires comme des succursales d’ateliers primaires. Les aires à vocation artisanale pérenne où se concentrent plusieurs verreries traduisent peut-être ce fonctionnement complexe, à moins qu’elles reflètent une organisation du métier en association ou corporation4, pour défendre les intérêts communs, décider des circuits de distribution ou partager des commandes et les frais d’acheminement de leur production.

Fig. 7. Creusets de verrier de l’Antiquité tardive. 1. Vienne ; 2. Marseille ; 3. Gémenos ; 4-6. Maguelone ; 7-8. Eyguières ; 9. Sanxay (d’après Simon-Hiernard, 2000) ; 10. Les Houis-Sainte-Ménéhould (d’après Chenet, 1920).

44Fixés volontairement ou arbitrairement à l’intérieur ou à l’extérieur des murs, dans les espaces délaissés par l’habitat, les quartiers artisanaux les plus importants sont proches d’une voie de communication, route ou mieux cours d’eau, indispensable à la diffusion de leurs produits. Les verreries de Lyon au milieu du ier siècle, d’Agen à la fin du ier siècle (Foy, Nenna éd., 2001, p. 47), de Besançon au iie siècle et encore de Marseille aux ve et vie siècles sont des fabriques portuaires. L’écartement et parfois même la séparation matérielle (rempart, ravin naturel…) entre espaces résidentiel et artisanal répondaient à des considérations matérielles (terrains extérieurs moins chers, nécessité d’éloigner les nuisances engendrées par les arts du feu, regroupement facilitant les contrôles) et traduisaient peut-être aussi la perception négative du monde de l’artisanat qui était celle des autorités.

Conclusion

45L’artisanat verrier implanté hors des pôles urbains semble apparaître au iiie ou au ive siècle alors que subsistent toujours des verreries urbaines ou suburbaines. Ces fabriques rurales ne revêtent pas toutes la même importance socio-économique. Moins visibles que les quartiers artisanaux sis aux franges des grandes villes, les zones artisanales plus lâches et imbriquées dans des agglomérations modestes, telles celles qui se rencontrent en Argonne, mais peut-être aussi dans le sud de la Bretagne comme le laissent deviner les récentes trouvailles de Plaudren, étaient tout autant tournées vers une production de masse.

46Les unités de production apparemment plus modestes, décelables dans des villae et les propriétés de l’Église, n’étaient pas pour autant forcément réservées à l’approvisionnement d’un domaine particulier, mais intégrées comme les autres verreries dans les grands circuits de distribution. Cette implication des grands propriétaires fonciers dans l’artisanat, perceptible à la fin de l’Antiquité, n’est pas propre au travail du verre (Ferdière, 2005, p. 11) ; elle indique sans doute la difficulté des artisans à trouver les moyens nécessaires au fonctionnement de leur entreprise, le coût grandissant des matières premières et la volonté des propriétaires fonciers de s’investir dans des activités multiples et diversifiées.

47Toutes les verreries n’avaient pas les mêmes envergures et ambitions économiques. Dans une même ville, et à la même époque, l’artisanat du verre pouvait s’exercer à la fois dans des petites officines disséminées dans l’habitat et dans les zones artisanales : c’est ce que nous observons à Marseille à la fin de l’Antiquité. Les deux types d’ateliers ne nécessitaient pas les mêmes moyens et ne répondaient probablement pas aux mêmes demandes. Les petites officines qui occupaient un espace limité dans des quartiers résidentiels sont à la fois des centres producteurs et des boutiques. On y refondait peut-être principalement le verre cassé récupéré dans les habitats et le combustible pouvait aussi provenir, en grande partie, de bois récupéré.

48D’autres verreries, beaucoup plus rares, mais tout aussi dépendantes d’un marché local et restreint, avaient une implantation dictée par la proximité d’un artisanat complémentaire ou d’une clientèle spécifique : celle des militaires. Ce débouché expliquerait les ateliers installés dans ou à proximité des camps militaires ou du limes (Follmann-Schulz, 1991, p. 36-37). Bien que nous n’en ayons pas d’exemple, on pourrait imaginer des centres implantés à proximité des nécropoles importantes, spécialisés dans la fabrication de vases communs, urnes et surtout petits flacons pour les parfums dont les cérémonies funéraires faisaient grand usage.

Remerciements

49Merci à A. Triste et C. Chuniaud pour la visite des ateliers de verriers en cours de fouille et merci à L. Schneider pour m’avoir guidée sur les sites d’ateliers languedociens.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Albiach Delscals R., Soriano Sanchez R., 1989, « Un horno de vidrio romano en Valentia », in : XIXe congreso nacional de arqueología, Valencia, déc. 1987, Zaragoza, p. 725-733.

Amrein H., 2001, L’atelier de verriers d’Avenches : l’artisanat du verre au milieu du ier s. ap. J.-C., Lausanne, 176 p. (Cahiers d’Archéologie Romande, 87).

Arveiller-Dulong V., Arveiller J., 1985, La verrerie gallo-romaine du musée de Strasbourg, Paris.

Barag D., 1987, « Recent Important Epigraphic Discoveries related to the History of Glassmaking in the Roman Period », in : Annales du 10e congrès de l’Association Internationale pour l’Histoire du Verre, Madrid/Ségovie, sept. 1985, Amsterdam, p. 109-116.

Becker C., Monin M., 2003a, « Fours de verriers antiques des Subsistances, Lyon », in : Foy D., Nenna M.-D. dir., Échanges et commerce du verre dans le monde antique, Actes du colloque de l’Ass. Française pour l’Archéologie du Verre, Aix-en-Provence et Marseille, 7-9 juin 2001, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 297-302 (Monographies Instrumentum, 24).

Becker C., Monin M., 2003b, « Les fours de verriers des Subsistances à Lyon au ier siècle de notre ère », in : Foy D., Cœur de verre : production et diffusion du verre antique, Catalogue d’exposition, Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière, déc. 2003-avril 2004, Gollion, Infolio éd., p. 42-43.

Benet i Arqué C., Subias i Pascual E., 1989, « Els vidres », in : Un abocador del segle V D. C. en el Fórum provincial de Tàrraco, Tarragone, p. 329-349 (Memóries d’excavació, 2).

Cabart H., 2003, « Une activité verrière à la fin du ier siècle à Reims (Marne) », in : Foy D., Cœur de verre : production et diffusion du verre antique, Catalogue d’exposition, Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière, déc. 2003-avril 2004, Gollion, Infolio éd., p. 44-45.

Chardron-Picault P., 2002, « Les îlots artisanaux d’Augustodunum », in : Béal J.-Cl., Goyon J.-Cl., Les artisans dans la ville antique, Actes de la table ronde organisée par l’Institut d’archéologie et d’histoire de l’Antiquité, 16-17 nov. 2000, Lyon, Université Lumière-Lyon 2/Paris, de Boccard, p. 199-207 (Coll. Archéologie et Histoire de l’Antiquité, 6).

Chenet G., 1920, « Anciennes verreries d’Argonne », Bulletin Archéologique, p. 253-286.

Chuniaud K., 2008 « Ateliers de verriers sur le site de l’Auditorium à Bordeaux (Gironde), Bull. de l’Association française pour l’Archéologie du Verre, 22èmes rencontres de Rennes, p. 47-49.

Corpus des Signatures, 2006a = Foy D., Nenna M.-D. dir., 2006a, Corpus des signatures et marques sur verres antique. Vol. 1 : La France, Aix-en-Provence/Lyon, A.F.A.V., 469 p.

Corpus des Signatures, 2006b = Foy D., Nenna M.-D. dir., 2006b, Corpus des signatures et marques sur verres antiques. Vol. 2 : Pays-Bas, Belgique, Luxembourg, Allemagne, Autriche, Suisse, Slovénie, Hongrie, Croatie, Espagne, Portugal, Maghreb, Grèce, Chypre, Turquie, Mer noire, Proche-Orient, Égypte, Soudan, Cyrénaïque, France (Addenda), Aix-en-Provence/Lyon, A.F.A.V., 507 p.

Deborde G., 2001, « Troyes (Aube) Place Langevin », in : Foy D., Nenna M.-D. éd., Tout feu tout sable : mille ans de verre antique dans le Midi de la France, Catalogue d’exposition, Musée d’histoire de Marseille, 2000-2001, Aix-en-Provence, éd. Edisud/Marseille, Musées de Marseille, p. 53-54.

Deguara L., 2007, Le verre et l’éternité ou du verre antique au verre contemporain, Catalogue d’exposition, Montpellier, Musée languedocien, éd. Soc. archéologique de Montpellier, 285 p.

Demarolle J.-M., 2002, « Quatre chefs-lieux de Gaule du nord-est et leurs artisans au Haut-Empire : état des lieux », in : Béal J.-Cl., Goyon J.-Cl., Les artisans dans la ville antique, Actes de la table ronde organisée par l’Institut d’archéologie et d’histoire de l’Antiquité, 16-17 nov. 2000, Lyon, Université Lumière-Lyon 2/Paris, de Boccard, p. 151-164 (Coll. Archéologie et Histoire de l’Antiquité, 6).

Dessau H., 1962, Inscriptiones latinae selectae, Berlin, Weidmann.

Dilly G., Mahéo N., 1997, Verreries antiques du Musée de Picardie, Amiens, Musées de Picardie/Paris, Éd. d’art Somogy, 130 p.

Dunikowski C., 2001, « Beaune, les Perrières (Côte-d’Or) », in : Foy D., Nenna M.-D. éd., Tout feu tout sable : mille ans de verre antique dans le Midi de la France, Catalogue d’exposition, Musée d’histoire de Marseille, 2000-2001, Aix-en-Provence, éd. Edisud/Marseille, Musées de Marseille, p. 56.

Erim K. T., Reynolds J., 1973, « The Aphrodisias Copy od Diocletian’s Edict on Maximum Prices », Journal of Roman Studies, V, 63, p. 99-110.

Esquieu Y. dir., 1988, Viviers, cité épiscopale : études archéologiques, Lyon (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 1).

Ferdière A., 2005, « L’artisanat en Gaule romaine », in : Actes du congrès de la SFECAG, Blois, mai 2005, Marseille, p. 7-14.

Follmann-Schulz A.-B., 1991, « Fours de verriers romains dans la province de Germanie inférieure », in : Foy D., Sennequier G. dir., Ateliers de verriers de l’Antiquité à la période pré-industrielle, Actes des 4èmes rencontres de l’Association française pour l’Archéologie du Verre (A.F.A.V.), Rouen, 24-25 nov. 1989, Rouen, éd. de l’A.F.A.V., p. 35-40.

Fournier L., 2001, « Bourges », in : Foy D., Nenna M.-D. éd., Tout feu tout sable : mille ans de verre antique dans le Midi de la France, Catalogue d’exposition, Musée d’histoire de Marseille, 2000-2001, Aix-en-Provence, éd. Edisud/Marseille, Musées de Marseille, p. 52.

Foy D., 2000, « Technologie, géographie, économie : les ateliers de verriers primaires et secondaires en Occident, esquisse d’une évolution de l’Antiquité au Moyen Âge », in : Nenna M.-D. éd., La route du verre : ateliers de verriers primaires et secondaire du second millénaire av. J.-C. au Moyen Âge, Actes de la table ronde organisée par la Maison de l’Orient méditerranéen et des 12èmes journées de l’A.F.A.V., Lyon, oct. 1997, p. 147-170 (Travaux de la Maison de l’Orient Méditerranéen, 33).

Foy D., 2008, « Les officines de verriers de Marseille et d’Arles à la fin de l’Antiquité », in : Brochier J.-É., Guilcher A., Pagni M. éd., Archéologies de Provence et d’ailleurs : mélanges offerts à Gaétan Congès et Gérard Sauzade, Aix-en-Provence, p. 611-625 (5ème suppl. au Bulletin archéologique de Provence).

Foy D., Nenna, M.-D. éd., 2001, Tout feu tout sable : mille ans de verre antique dans le Midi de la France, Catalogue d’exposition, Musée d’histoire de Marseille, 2000-2001, Aix-en-Provence, éd. Edisud/Marseille, Musées de Marseille, 255 p.

Foy D., Sennequier G. dir., 1989, À travers le verre : du Moyen Âge à la Renaissance, Catalogue d’exposition, Rouen, Musée départemental des Antiquités de la Seine-Maritime, Rouen, éd. Musées et Monuments départementaux de Seine-Maritime, 454 p.

Foy D., Sennequier G. dir., 1991, Ateliers de verriers de l’Antiquité à la période pré-industrielle, Actes des 4èmes rencontres de l’Association française pour l’Archéologie du Verre (AFAV), Rouen, 24-25 nov. 1989, Rouen, A.F.A.V., 159 p.

Foy D., Tardieu J., 1986, « Une verrerie de la fin de l’Antiquité à Vienne », in : Actes du 108e congrès des Sociétés Savantes, Grenoble, 1983, p. 103-115.

Foy D., Vallauri L., 1985, « Témoins d’une verrerie du haut Moyen Âge à Maguelone », Archéologie du Midi médiéval, 3, p. 13-18.

Foy D., Féraud J.-B., Gantès L.-F., Moliner M., Picon M., 1990, « Creusets de verriers de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge découverts dans le sud-est de la France », in : Saldern A. et alii, Annales du 11e congrès de l’Association Internationale pour l’Histoire de Verre, Bâle, 29 août-3 sept. 1988, Amsterdam, p. 199-216.

Foy D. et alii, 1991, « Ateliers de verriers de l’Antiquité et du haut Moyen Âge en France : méthodologie et résultats : un état de la question », in : Foy D., Sennequier G. dir., Ateliers de verriers de l’Antiquité à la période pré-industrielle, Actes des 4èmes rencontres de l’Association française pour l’Archéologie du Verre (A.F.A.V.), Rouen, 24-25 nov. 1989, Rouen, éd. de l’A.F.A.V., p. 54-69.

Gaitzsch W., Follmann-Schulz A.-B., Wedepohl K. H., Hartmann G., Tegtmeier U., 2003, « Spätrömische Glashütten im Hambacher Forst - Produktionsort der ECVA-Fasskrüge : archäeologische und naturwissenschaftliche Untersuchungen », Bonner Jahrbücher, Bd 200-2000, p. 83-241.

Gazenbeek M., Van Der Leeuw S., 2003, « L’Argonne dans l’Antiquité : étude d’une région productrice de céramique et de verre », Gallia, 60, p. 269-317.

Goethert-Polaschek K., 1977, Katalog der römischen Gläser des Rheinischen Landesmuseums Trier, Mayence, Ph. von Zabern, 352-81 p.

Gorin-Rosen Y., 2000, « The ancient glass industry in Israel : summary of the finds and new discoveries », in : Nenna M.-D. éd., La route du verre : ateliers de verriers primaires et secondaire du second millénaire av. J.-C. au Moyen Âge, Actes de la table ronde organisée par la Maison de l’Orient méditerranéen et des 12èmes journées de l’A.F.A.V., Lyon, oct. 1997, p. 49-83 (Travaux de la Maison de l’Orient Méditerranéen, 33).

Hochuli-Gysel A.,1998, « Nouvelles attestations de la production du verre à Avenches », Bull. de l’Association française pour l’Archéologie du Verre, 1997-1998, p. 2.

Isings C., 1957, Roman Glass from Dated Finds, Groningen-Djakarta, éd. J. et B. Wolters, 185 p.

Leciejewicz L., Tabaczyńska E., Tabaczyński S., 1977, Torcello : scavi, 1961-62, Rome, Istituto nazionale d’archeologia e storia dell’arte, 295 p. (Istituto nazionale d’archeologia e storia dell’arte, III)

Leyge F., 1989, « L’épitaphe d’un africain de Carthage, artiste verrier », in : Foy D., Sennequier G. dir., À travers le verre : du Moyen Âge à la Renaissance, Catalogue d’exposition, Rouen, Musée départemental des Antiquités de la Seine-Maritime, Rouen, éd. Musées et Monuments départementaux de Seine-Maritime, p. 61-62.

Leyge F., Picon M., 1991, « Lyon (69) : atelier de la Muette », in : Foy et alii, 1991, p. 58-59.

Luik M., 2002, « Kunsthandwerkliche Produktion im römischen Trier (Abb. 1) », in : Béal J.-Cl., Goyon J.-Cl., Les artisans dans la ville antique, Actes de la table ronde organisée par l’Institut d’archéologie et d’histoire de l’Antiquité, 16-17 nov. 2000, Lyon, Université Lumière-Lyon 2/Paris, de Boccard, p. 139-150 (Coll. Archéologie et Histoire de l’Antiquité, 6).

Motte S., Martin S., 2003a, « L’atelier de verrier antique de la montée de la Butte à Lyon et ses productions », in : Foy D., Nenna M.-D. dir., Échanges et commerce du verre dans le monde antique, Actes du colloque de l’Ass. Française pour l’Archéologie du Verre, Aix-en-Provence et Marseille, 7-9 juin 2001, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 303-319 (Monographies Instrumentum, 24).

Motte S., Martin S., 2003b, « L’atelier de la montée de la Butte à Lyon », in : Foy D., Cœur de verre : production et diffusion du verre antique, Catalogue d’exposition, Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière, déc. 2003-avril 2004, Gollion, Infolio éd., p. 40-41.

Munier C., 2003, « Un atelier de verrier du iie siècle à Besançon », in : Foy D., Cœur de verre : production et diffusion du verre antique, Catalogue d’exposition, Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière, déc. 2003-avril 2004, Gollion, Infolio éd., p. 46-51.

Munier C., Brkojewitsch G., 2003, « Premiers éléments relatifs à la découverte d’un atelier de verrier antique à Besançon », in : Foy D., Nenna M.-D. dir., Échanges et commerce du verre dans le monde antique, Actes du colloque de l’Ass. Française pour l’Archéologie du Verre, Aix-en-Provence et Marseille, 7-9 juin 2001, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 321-337 (Monographies Instrumentum, 24).

Pelletier J.-P., Poguet M. avec la coll. de Rigoir Y. et les contr. de Leguilloux M., Columeau P., 2000, « Eyguières : l’occupation du site Saint-Pierre 1 de l’Âge du Fer au xe siècle et premières études des céramiques », in : Leveau P., Saquet J.-P. dir., Milieu et sociétés dans la vallée des Baux : études présentées au colloque de Mouriès, 11-12 mai 1996, Montpellier, p. 275-338 (31ème suppl. à la Revue Archéologique de Narbonnaise).

Pelletier J.-P., Poussel L., Rigoir J., Rigoir Y., Foy D., 1991, « Poterie, métallurgie et verrerie au début du vie siècle à Gardanne (B.-du-R.) », Documents d’Archéologie Méridionale, 14, p. 277-350.

Pirault L., 2001, « Rézé (Loire-Atlantique), La Bourderie », in : Foy D., Nenna M.-D. éd., Tout feu tout sable : mille ans de verre antique dans le Midi de la France, Catalogue d’exposition, Musée d’histoire de Marseille, 2000-2001, Aix-en-Provence, éd. Edisud/Marseille, Musées de Marseille, p. 50.

Pouille D., Labaune F., 1998, « L’atelier de verrier antique de Cesson-Sévigné », in : Nenna M.-D. éd., La route du verre : ateliers de verriers primaires et secondaire du second millénaire av. J.-C. au Moyen Âge, Actes de la table ronde organisée par la Maison de l’Orient méditerranéen et des 12èmes journées de l’A.F.A.V., Lyon, oct. 1997, p. 123-146 (Travaux de la Maison de l’Orient Méditerranéen, 33).

Pouille D., Béguin F., Labaune F., Jean S., 1998, « Un atelier de verriers gallo-romains en Ille-et-Vilaine », Archéologia, 343, mars 1998, p. 44-49.

Price J., Cool H.E.M., 1991, « The evidence for the production of glass in Roman Britain », in : Foy D., Sennequier G. dir., Ateliers de verriers de l’Antiquité à la période pré-industrielle, Actes des 4èmes rencontres de l’Association française pour l’Archéologie du Verre (A.F.A.V.), Rouen, 24-25 nov. 1989, Rouen, éd. de l’A.F.A.V., p. 23-30.

Rebourg A., 1989, « Un atelier de verrier gallo-romain à Autun (Saône-et-Loire) », R.A.E., t. 40, p. 249-258.

Rech M., 1982, « Eine römische Glashütte im Hambacher Forst bei Niederzeit, Kr. Düren », Bonner Jahrbücher, Bd 182, p. 349-388.

Rivet L., 1992, « Un quartier artisanal d’époque romaine à Aix-en-Provence », Revue Archéologique de Narbonnaise, 25, p. 325-396.

Rottloff A., 2000, « Gläser und Reste von Glasverarbeitung aus Ostia », Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts Römische Abteilung, Bd 107, p. 365-373.

Rütti B., 1991, Die römischen Gläser aus Augst und Kaiseraugst, Augst, Römermuseum, 2 vol. : 1. Text ; 2. Katalog und Tafeln (Forschungen in Augst 13/1-2).

Schneider L., 2003, « Argelliers : le village fortifié du Roc de Pampelune », in : Vial J., Le Montpelliérais, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, notice 15, p. 115-125 (Carte Archéologique de la Gaule, 34/3).

Schneider L., 2004, « Entre Antiquité et haut Moyen Âge : tradition et renouveau de l’habitat de hauteur dans la Gaule du Sud-Est », in : Fixot M. dir., Paul-Albert Février : de l’Antiquité au Moyen-Âge, Actes du colloque de Fréjus, 7-8 avril 2001, Aix-en-Provence, Publ. de l’Université de Provence, p. 173-200.

Shepherd J., Heyworth M., 1991, « Le travail du verre dans Londres romain : un état de la question », in : Foy D., Sennequier G. dir., Ateliers de verriers de l’Antiquité à la période pré-industrielle, Actes des 4èmes rencontres de l’Association française pour l’Archéologie du Verre (A.F.A.V.), Rouen, 24-25 nov. 1989, Rouen, éd. de l’A.F.A.V., p. 13-22.

Simon-Hiernard D., 2000, Verres d’époque romaine. Collections des musées de Poitiers, éd. Musées de la ville de Poitiers et Société des Antiquaires de l’Ouest, Poitiers, 423 p.

Triste A., 2008, « L’atelier de verriers antique de Kerfloc’h à Plaudren (Morbihan) », in : Actes de la table ronde de Carhaix, 8 sept. 2006, Brest, p. 87-103 (Aremorica, 2, Études sur l’ouest de la Gaule romaine).

Triste A., Dare S., 2006, « Découverte d’un nouvel atelier de verrier antique en Bretagne », Bull. de l’Association française pour l’Archéologie du Verre, p. 20-23.

Whitehouse D., 2005, « Glass in the Price Edict of Diocletian », Journal of Glass Studies, 46, p. 189-191.

Notes

1 Il ne nous semble pas qu’il y ait des indices pour avancer l’hypothèse d’un atelier tourné vers la fabrication de verre à vitre (Chardon-Picault, 2002, p. 203).

2 Il s’agit de flacons en forme de boule ou d’oiseau (types Isings 10 et 11) ; il était nécessaire de briser l’extrémité pour accéder au contenu.

3 Je suis très reconnaissante à Hélène Chew de m’avoir laissé étudier le mobilier des Houis conservé au Musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye.

4 Les papyrus attestent l’existence de corporations de verriers en Égypte au ive siècle : P. oxy 3265 et 3742.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation des ateliers mentionnés.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10623/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Légende Fig. 2. Mors de soufflage. 1-2. Marseille-La Bourse, ve siècle ; 3. Marseille-La Bourse, vie siècle ; 4. Marseille-Alcazar, fin ive-ve siècle ; 5. Marseille-les Pistoles, fin ve-vie siècle ; 6. Marseille-Jules Verne, ve siècle ; 7-8. Arles-Esplanade, seconde moitié ive siècle (dessins, clichés D. Foy) ; 9. Avenches, milieu ier s. (d’après Amrein, 2001, fig. 21-12).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10623/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 3. Implantation des ateliers de verriers marseillais dans l’Antiquité tardive (dessin D. Foy).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10623/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 4. Implantation des deux ateliers successifs à l’intérieur des murs d’Avenches (d’après Hochuli-Gyssel, 1998 et Amrein, 2001, fig. 2).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10623/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 5. Four circulaire ; atelier de Bordeaux-Auditorium, iie-iiie s. (fouilles INRAP ; photo D. Foy).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10623/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 6. Four à bassin rectangulaire ; atelier de Plaudren, iie-iiie s. (fouilles A. Triste ; photo D. Foy).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10623/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 7. Creusets de verrier de l’Antiquité tardive. 1. Vienne ; 2. Marseille ; 3. Gémenos ; 4-6. Maguelone ; 7-8. Eyguières ; 9. Sanxay (d’après Simon-Hiernard, 2000) ; 10. Les Houis-Sainte-Ménéhould (d’après Chenet, 1920).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10623/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 231k

© ARTEHIS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search