Version classiqueVersion mobile

Verrerie de l’Est de la France. XIIIe-XVIIIe siècles

 | 
Jean-Olivier Guilhot
, 
Stéphanie Jacquemot
, 
Pierre Thion

Metz - Rue Taison, verrerie de la fin du XVème siècle

Hubert Cabart et Pierre Thion

Texte intégral

  • 1 Cette intervention a fait l'objet d'une convention entre le Ministère de la Culture et le Crédit Im (...)

1De mai à septembre 1987, une fouille de sauvetage a été menée par la Direction des Antiquités de Lorraine au 7 de la rue Taison à Metz1. Cette parcelle de 1 000 m2 se situe sur le versant Sud de la colline Sainte-Croix, occupée depuis l'époque de La Tène. Deux objectifs principaux ont été privilégiés :

  • l'étude des niveaux de La Tène moyenne et finale-remparts à poutrage interne datables par dendrochronologie (DREIDEMY et alii, 1988)-et des premières occupations gallo-romaines qui succèdent à leur abandon, manifestant l'expansion du fait urbain.

  • les témoins du Bas-Empire et du Haut Moyen-Age.

2Les niveaux du Bas Moyen-Age, préservés sur une faible surface en coeur d'ilôt, n'ont pas été étudiés, à l'exception de la fosse St 15, dont le verre est présenté dans cet article. La surveillance attentive des décapages a cependant permis de constater la rareté des structures datables de cette époque : vraisemblablement, le centre de l'ilôt correspondait alors à des zones non construites, en retrait des habitations (cours, ou plutôt jardins comme en témoigneraient d'importants remblais humiques).

LA STRUCTURE

3La fosse St 15, de plan quadrangulaire, semblait creusée directement dans la terre humique : aucune trace d'aménagement de paroi n'a été observée. Ceci peut indiquer un temps de comblement assez rapide, donc une grande homogénéité du matériel.

4Elle mesurait approximativement 2,10 x 2,10 m et sa profondeur minimum était de l'ordre de 1 m, mais le décapage a été poursuivi jusqu'aux niveaux riches en matériel, qui occupaient le fond de la structure sur une épaisseur d'une quarantaine de centimètres.

5Les conditions du dépôt ont été très défavorables au matériel de verre qui, de ce fait est en très mauvais état. L'oxydation a rendu le verre noirâtre et très fragile. Il a fallu le consolider pour pouvoir le manipuler. Ce traitement a été effectué par L. Cinus et L. Mocci, que nous remercions tout particulièrement. Les verres sont fractionnés et un seul exemplaire est reconstituable archéologiquement. Pour le reste, on ne peut qu'étudier des morceaux de forme et des décors.

6Cette structure a la particularité de contenir, à la fois, des verres à tige et des gobelets.

LA VERRERIE

I. Les verres à tige (Fig. 1)

a) Les verres à tige creuse

7Les exemplaires à tige creuse sont très peu nombreux : quelques fragments seulement appartenant à deux verres différents, le premier avec une coupe large (no°1) et le second, une coupe en forme de tulipe (no°2). Ces coupes portent toutes deux un décor moulé, formé d'une rangée de pétales puis de petites dépressions en quinconce. Des verres identiques ont déjà été mis au jour à Metz, sur le site de l'Arsenal Ney (BAUMGARTNER et KRUEGER, 1988, p. 256, no°275 ; BOURGER et CABART, à paraître, Fig. 4) ou sur le site des Hauts de Sainte-Croix (BAUMGARTNER et KRUEGER, 1988, p. 253, no°268 ; BAUMGARTNER et KRUEGER, 1988, p. 252, no°263). Cette production est régionale et deux des ateliers de fabrication - les fours de Pérupt et des Bercettes - ont été fouillés par F. Jannin en Argonne (JANNIN, 1980, p. 6-25).

b) Les verres à tige pleine

8Les treize autres verres à tige (nombre obtenu en comptant les tiges) ont des tiges pleines qui peuvent être très épaisses (no°6, 7 & 9). Les pieds sont formés d'un disque qui peut parfois porter des côtes en fort relief (no°12). Le milieu des tiges est souvent orné d'un noeud formé d'un filet de verre repris à la pince (no°7 ou 10) ou de forme carrée (no°11). Les coupes sont larges, en général décorées de côtes épaisses (no°7, 9 & 13). On peut aussi trouver des décors moulés de petites dépressions en quinconce (no°5) ou un décor moulé, formé de losanges concentriques (no°6). La coupe no°4 porte un filet pincé. La figure 2, obtenue en rapprochant les dessins 13, 7 & 12 reconstitue la forme que pouvait avoir l'un de ces verres.

9Les exemples de comparaison ne manquent pas. Il faut seulement constater que les verres publiés sont généralement plus élancés. Le caractère trapu des verres de la rue Taison est accentué par l'épaisseur de la tige et par les grosses côtes qui renforcent la coupe et le pied de l'objet. Les noeuds, repris à la pince, sont fréquents dans les déchets des ateliers d'Argonne (JANNIN, 1980, p. 17) et un noeud carré est signalé à Trèves (BAUMGARTNER et KRUEGER, 1988, p. 244, no°244). Le décor de losanges a déjà été trouvé à Metz, lors des travaux du Musée (BAUMGARTNER et KRUEGER, 1988, p. 255, no°271). L'atelier de Pérupt en a livré de petits fragments (BAUMGARTNER et KRUEGER, 1988, p. 306). Ce même décor est signalé à Cologne, à Lübeck et en Belgique (BAUMGARTNER et KRUEGER, 1988, p. 240, no°233 ; p. 306, no°354 et 355 ; CHAMBON et COURTOY, 1952, p. 109). Le pied côtelé est beaucoup plus rare. Les verres de la rue Taison confirment l'interprétation faite d'un morceau trouvé à Metz lors des travaux du Musée en 1932-33 (BAUMGARTNER et KRUEGER, 1988, p. 246, no°249).

II. Les gobelets (Fig. 3 ; Pl. 4a)

10Les gobelets sont nombreux et nous avons compté dix-sept fonds. Ce sont tous des gobelets à fond épais, légèrement refoulé, ornés de côtes droites très saillantes. Ces côtes obtenues par moulage, ont été reprises à la pince. Leur nombre varie de douze à quatorze. La lèvre est formée d'un bandeau lisse. Le verre était initialement verdâtre ou bleuâtre. Ces gobelets paraissent façonnés suivant la même technique que les coupes (ou les pieds) des verres à tige précédents et il ne serait pas surprenant que les mêmes moules aient servi aux deux fabrications.

11Ces gobelets sont comparables à ceux mis au jour à Metz sur le site des Hauts de Sainte-Croix (BAUMGARTNER et KRUEGER, 1988, p. 300, no°345) ou sur le site de l'Arsenal Ney (BARRERA et VELDE, 1989). On peut citer aussi un gobelet de Strasbourg, rue des Juifs (BAUMGARTNER et KRUEGER, 1988, p. 301, no°346a) et un autre de Keudenich, près de Cologne (BAUMGARTNER et KRUEGER, 1988, p. 300, no°344).

III. Les autres objets en verre (Fig. 3)

12Les autres objets en verre ne sont conservés que sous forme de minuscules fragments parmi lesquels il est possible de reconnaître plusieurs formes :

a) Les urinaux

13L'ensemble comptait au moins sept urinaux dont seuls les fonds ont résisté (no°26).

b) Les bouteilles

14Il en restait dix fonds mais deux cols seulement (no°19 & 20). La base du goulot d'une des fioles est décorée d'un anneau de verre ourlé. Ce type est fréquent à Metz. Il a été trouvé à l'Arsenal Ney (BOURGER et CABART, à paraître). Le deuxième col appartient à une bouteille dont les deux anses ont malheureusement disparu. Le fragment no°21 montre la présence d'un Kuttrolf. Signalons enfin que l'une des fioles était décorée de filets en verre bleu (no°22 & 23).

c) Les bocaux

15Il s'agit de récipients en verre épais dont la large embouchure (no°24) est parfois renforcée d'un épais filet de verre (no°25). On ne connaît pas la forme de la base de ces vases dont les fonds ont pu être confondus avec ceux des bouteilles précédentes.

d) Divers

  • 2 Nous remercions Mme Foy qui nous a suggéré cette dernière interprétation.

16Si les fragments no°28 et 29 peuvent être interprétés comme des anses, le morceau no°27 est une panse sur laquelle a été fixé un morceau de verre, façonné à la pince, qui peut être, soit un départ d'anse, soit un petit pied. Le morceau no°30 est le fond d'un vase orné de quatorze côtes bien marquées, avec trois pattes. Cependant, les extrémités des deux "pattes" restantes sont brisées et il est vraiment possible d'interpréter la marque de pontil comme l'extrémité fractionnée d'un verre à tige. On obtiendrait alors un verre à pied dont la tige serait ornée de filets, le tout ressemblant beaucoup à un verre, daté fin XIVème siècle, trouvé à Coblence (BAUMGARTNER et KRUEGER, 1988, p. 246, no°251)2.

CONCLUSION

17L'ensemble de la rue Taison, s'il n'est pas de qualité exceptionnelle, présente l'intérêt d'appartenir à une période encore mal étudiée, où les verres à tige coexistent avec les gobelets. Dans ce matériel, les verres à tige creuse, généralement datés du XIVème siècle, sont rares. Les verres à tige pleine, encore nombreux, semblent réalisés avec une technique moins sûre. C'est peut-être pour cela que l'on assiste par la suite, courant XVème siècle, à la disparition totale des verres à tige au profit de ces gobelets ornés de côtes, lesquelles seront d'abord droites comme sur les modèles précédents.

Notes

1 Cette intervention a fait l'objet d'une convention entre le Ministère de la Culture et le Crédit Immobilier de la Moselle ; nous exprimons nos plus vifs remerciements à M. Nazeyrollas, Directeur Général de cet organisme et à M. Mercadier, Chef du Service Maître d'Ouvrage, pour l'attention particulière qu'ils ont bien voulu porter à cette opération.

2 Nous remercions Mme Foy qui nous a suggéré cette dernière interprétation.

© ARTEHIS Éditions, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search