Version classiqueVersion mobile

Aspects de l’artisanat en milieu urbain : Gaule et Occident romain

 | 
Pascale Chardron-Picault

Le verre

La situation de l’artisanat verrier à Augustodunum dans le contexte des découvertes effectuées en Gaule

Maurice Picon, Pascale Chardron et Valérie Thirion-Merle

Résumé

Il est rappelé d’abord que les cartes de répartition des ateliers de verriers en Gaule, aux premiers siècles de notre ère, écartent de nombreux sites de transformation de verre brut importé du Proche-Orient, au motif qu’on n’y a pas retrouvé de déchets exploitables d’un point de vue typologique. Mais les traces d’activités verrières de cette époque semblent bien plus nombreuses que ne le montrent ces cartes, à l’instar de ce qu’on observe à Autun.
Malgré le caractère bien incomplet de nos connaissances sur la répartition des ateliers de verriers anciens de Gaule romaine, cette répartition constitue dès à présent un solide argument en faveur de la prépondérance pour le verre d’un commerce de proximité. Celui-ci semble de règle, contrairement à ce qu’on observe pour de nombreux ateliers de céramiques, et mériterait que soit entreprise une étude extensive en laboratoire des déchets mineurs d’ateliers anciens, tels que gouttes et fils de verre, analogue à celle qui est en cours à Autun.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

I. Les premières découvertes

En dehors de quelques mentions anciennes, actuellement invérifiables, des restes d’ateliers de verriers ont été découverts à Autun sur le site de la rue des Pierres et plus récemment sur celui du Lycée militaire (fig. 1 : 3 et 24). Il s’agit, dans le premier cas, de quatre fours dont un seul était bien conservé (Rebourg, 1989 ; Chardron-Picault, Picon, 2003). Dans le second cas, ce sont uniquement des fragments épars de soles de refusion qui ont été retrouvés lors de la fouille du quartier artisanal (Chardron-Picault, Pernot dir., 1999)1.

Ces ateliers sont des ateliers secondaires, c’est-à-dire des ateliers qui ne fabriquent pas le matériau verre qu’ils utilisent, mais l’importent - sous forme de blocs de verre brut - de pays riverains de la Méditerranée orientale : Syro-Palestine ou Égypte. Les ateliers secondaires, les seuls qui existent en Gaule jusqu’aux viiie-ixe siècles de notre ère, se contentent donc de transformer le verre brut qu’ils reçoivent du...

© ARTEHIS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search