Version classiqueVersion mobile

Aspects de l’artisanat en milieu urbain : Gaule et Occident romain

 | 
Pascale Chardron-Picault

Le verre

La situation de l’artisanat verrier à Augustodunum dans le contexte des découvertes effectuées en Gaule

Maurice Picon, Pascale Chardron et Valérie Thirion-Merle

Résumé

Il est rappelé d’abord que les cartes de répartition des ateliers de verriers en Gaule, aux premiers siècles de notre ère, écartent de nombreux sites de transformation de verre brut importé du Proche-Orient, au motif qu’on n’y a pas retrouvé de déchets exploitables d’un point de vue typologique. Mais les traces d’activités verrières de cette époque semblent bien plus nombreuses que ne le montrent ces cartes, à l’instar de ce qu’on observe à Autun.
Malgré le caractère bien incomplet de nos connaissances sur la répartition des ateliers de verriers anciens de Gaule romaine, cette répartition constitue dès à présent un solide argument en faveur de la prépondérance pour le verre d’un commerce de proximité. Celui-ci semble de règle, contrairement à ce qu’on observe pour de nombreux ateliers de céramiques, et mériterait que soit entreprise une étude extensive en laboratoire des déchets mineurs d’ateliers anciens, tels que gouttes et fils de verre, analogue à celle qui est en cours à Autun.

Texte intégral

I. Les premières découvertes

  • 1 Une sole de refusion est un système servant à la fusion du verre, qui est antérieur en Gaule à l’ut (...)

1En dehors de quelques mentions anciennes, actuellement invérifiables, des restes d’ateliers de verriers ont été découverts à Autun sur le site de la rue des Pierres et plus récemment sur celui du Lycée militaire (fig. 1 : 3 et 24). Il s’agit, dans le premier cas, de quatre fours dont un seul était bien conservé (Rebourg, 1989 ; Chardron-Picault, Picon, 2003). Dans le second cas, ce sont uniquement des fragments épars de soles de refusion qui ont été retrouvés lors de la fouille du quartier artisanal (Chardron-Picault, Pernot dir., 1999)1.

2Ces ateliers sont des ateliers secondaires, c’est-à-dire des ateliers qui ne fabriquent pas le matériau verre qu’ils utilisent, mais l’importent - sous forme de blocs de verre brut - de pays riverains de la Méditerranée orientale : Syro-Palestine ou Égypte. Les ateliers secondaires, les seuls qui existent en Gaule jusqu’aux viiie-ixe siècles de notre ère, se contentent donc de transformer le verre brut qu’ils reçoivent du Proche-Orient (Picon, Vichy, 2003). Il s’agit toujours de verre au natron, quoique les verres aux cendres aient été utilisés depuis très longtemps dans ces régions, en Mésopotamie notamment et même en Égypte, principal producteur et exportateur de natron (Picon, et alii, 2008). Notons enfin qu’en Gaule et sans doute ailleurs aussi, les verriers seront amenés très vite à refondre le verre brisé, récupéré localement, en le mêlant au verre brut importé du Proche-Orient (Vichy et alii, 2007). Et peut-être le verre brisé permit-t-il assez rapidement de constituer à lui seul une partie des lots de verre soumis à la refusion.

3Les ateliers primaires sont ceux qui produisent le verre brut destiné aux ateliers secondaires. Il ne semble pas qu’il en ait existé de ce type en Gaule, où les verriers restent très longtemps tributaires du verre brut proche-oriental et du verre de récupération. Mais autour du ixe siècle on voit apparaître en Gaule, et dans différentes régions du monde occidental, des ateliers mixtes, primaires/secondaires, qui fabriquent eux-mêmes leurs matériaux vitreux - des verres aux cendres et non plus des verres au natron - et les transforment en objets finis. Ces ateliers seront ceux des époques médiévale et moderne.

4À Autun les sites d’ateliers secondaires de la rue des Pierres et du Lycée militaire sont pratiquement dépourvus de déchets de fabrication verrière clairement associés, qui permettraient leur datation. Celle-ci peut cependant être située aux iie et iiie siècles, compte tenu de l’environnement archéologique de ces découvertes, et surtout des caractéristiques de composition des verres bruts employés dans les ateliers. Il s’agit en effet de verres décolorés à l’antimoine, qui appartiennent au groupe proche-oriental 4. Or celui-ci commence à être exporté en Gaule à l’extrême fin du ier siècle de notre ère et continue à l’être durant les iie et iiie siècles (Foy et alii, 2000a et 2000b ; Picon, Chardron-Picault, 2007). Auparavant, et à partir du milieu du ier siècle de notre ère, ce sont les verres syro-palestiniens du groupe 3 qui approvisionnent seuls les ateliers secondaires de la Gaule ; et ils continueront à les approvisionner par la suite, mais concurremment avec d’autres ateliers primaires proche-orientaux, ceux des groupes 4 puis 1 et 2. On notera que les verres du groupe 3 sont décolorés au manganèse, alors que ceux du groupe 4 le sont à l’antimoine, comme indiqué précédemment.

II. Les découvertes de Saint-Nazaire

5L’inventaire des découvertes anciennes d’ateliers de verriers à Autun ne manque pas de surprendre. Il est curieux en effet qu’aucune trace d’activité verrière du ier siècle de notre ère n’y ait été identifiée, alors que la première vague d’installation des ateliers en Gaule débute au milieu du ier siècle et qu’elle a donné lieu à des implantations nombreuses. Or la situation politique et commerciale d’Augustodunum – jointe au développement considérable de son artisanat – rendait hautement probable l’existence à Autun d’ateliers précoces (Chardron-Picault, 2004). C’est cette absence de traces anciennes qui nous a conduit à entreprendre des recherches dans des niveaux romains riches en déchets artisanaux divers remontant au milieu du ier siècle. Il s’agissait de niveaux qui avaient été épargnés par les bouleversements ultérieurs affectant les couches mises au jour lors de la fouille du cloître Saint-Nazaire à Autun (fig. 1 : 20) (Picon, Chardron-Picault, à paraître).

6Provenant des niveaux artisanaux gallo-romains de Saint-Nazaire d’Autun, sept exemplaires de déchets de soufflage du verre, des gouttes et des fils essentiellement, ont été analysés. Les résultats correspondant aux deux constituants, le manganèse et l’antimoine, qui permettent de séparer les verres des groupes 3 et 4, ont été reportés sur le diagramme de la figure 2 (cercles blancs) avec l’ensemble de ceux déjà obtenus pour la rue des Pierres et le Lycée militaire (losanges noirs).

7Le diagramme de la figure 2 reflète bien, malgré la faiblesse de l’échantillonnage, l’évolution de l’approvisionnement en matériaux vitreux qui s’est produite entre les niveaux gallo-romains de Saint-Nazaire d’Autun et ceux de la rue des Pierres et du Lycée militaire. En effet, sur les sept analyses de Saint-Nazaire (cercles blancs), trois correspondent à des verres du groupe 3 (ensemble A), trois autres à des mélanges, en proportions sensiblement égales, de verres des groupes 3 et 4 (ensemble B), et une seule à un verre du groupe 4 (ensemble C). Si l’on compare ces analyses à celles des déchets de la rue des Pierres et du Lycée militaire (losanges noirs) qu’on pense être postérieurs au milieu du second siècle, on constate la disparition des verres du groupe 3 (ensemble A) et une forte augmentation des verres du groupe 4 (ensemble C), ce qui est conforme à l’ancienneté supposée d’une partie au moins des déchets de soufflage de Saint-Nazaire.

Fig. 1. Plan de situation des ateliers de verriers de la rue des Pierres (3), du Lycée militaire (24) et de Saint-Nazaire (20). Pascale Chardron, DAO Jonathan Simon.

Fig. 2. Diagramme Mn O/Sb des verres recueillis sur les sites d’ateliers de verriers de la rue des Pierres et du Lycée militaire (losanges noirs) et sur celui de Saint-Nazaire d’Autun (ronds blancs). V. Thirion-Merle.

  • 2 Les pollutions par l’antimoine peuvent avoir d’autres origines, et résulter simplement de la mise e (...)

8Toutefois, on ne saurait exclure que certains exemplaires de l’ensemble A aient pu être refondus et légèrement pollués par des verres du groupe 4, ce qui placerait cette opération vers le début du second siècle, voire plus tard. D’où la nécessité de poursuivre les analyses de déchets de soufflage du verre retrouvés dans les niveaux anciens d’Augustodunum afin d’étoffer l’ensemble A et de pouvoir conclure définitivement à l’existence d’un atelier secondaire autunois de la première moitié du ier siècle2. Mais son existence est déjà hautement probable.

III. La répartition des ateliers en Gaule

9Si à Autun l’analyse des déchets de soufflage n’a pas apporté jusqu’ici de données très assurées sur les débuts de l’artisanat verrier, il n’en serait pas de même pour de nombreux sites du Haut-Empire qu’on a délibérément écartés de la liste des ateliers secondaires, au St-Nazaire motif qu’on n’y avait pas découvert de fours, et que les déchets de soufflage qu’on avait retrouvés n’étaient pas exploitables. Il est vrai que le développement du recyclage rend effectivement de plus en plus difficile l’interprétation des diagrammes MnO/Sb, analogues à celui de la figure 2. Mais c’est encore loin d’être le cas pour le Haut-Empire. Aussi les cartes des ateliers secondaires de la Gaule, dont la figure 3 ne nous donne qu’une idée, pourraient être utilement complétées si l’on voulait porter quelque attention à ce matériel un peu ingrat. Car ce sont ces cartes qui devraient nous permettre de comprendre les caractéristiques majeures de l’artisanat verrier de cette époque.

  • 3 Pour la définition du mode de cuisson C on ne dispose, comme exposé récent, que de celui qui concer (...)

10Pour illustrer ce fait nous nous servirons de deux cartes. La première, celle de la figure 3, est extraite de différentes publications qui présentent la même illustration (Foy, 2003, fig. p. 36 ; Nenna, 2007, fig. 5, p. 134). Il s’agit d’un recensement des ateliers secondaires de la Gaule, dont on n’a conservé, ici, que ceux du Haut-Empire. La seconde, celle de la figure 4, emprunte le même cadre topographique, mais ce sont les principaux ateliers de céramiques sigillées de mode C (sigillées vraies ou sigillées à vernis grésé) de la Gaule du Centre qu’on y a reportés3. On notera qu’on a affaire, sur l’une et sur l’autre carte, à des ateliers qui fabriquent des produits de semi-luxe, couvrant à peu près la même période. Mais leur répartition, et par conséquent les caractéristiques de leur commercialisation, n’ont pas grand chose en commun.

Fig. 3. Ateliers secondaires du Haut-Empire en France (d’après F. Gillet, non corrigé, in : Foy, 2003 et Nenna, 2007). DAO Angélique Tisserand.

  • 4 En particulier les études sur les déchets de soufflage demeurent jusqu’ici très peu développées. Au (...)

11Avant de chercher à tirer parti des cartes de répartition de ces deux types d’ateliers, il faut s’interroger sur leur représentativité. Celle-ci ne soulève pas trop de questions, s’agissant des céramiques sigillées vraies (ou sigillées de mode C) du Haut-Empire et de la Gaule du Centre. Certes on aurait pu ajouter aux cinq ateliers de la figure 4 quelques centres mineurs situés dans la même région. Mais l’étude des problèmes de répartition des ateliers et celle des structures économiques qui sont à l’origine de cette répartition des ateliers n’en auraient guère été modifiées. En revanche, on est sûr que la carte des verreries gallo-romaines du Haut-Empire, celle de la figure 3, gagnerait à être complétée. Trop d’indices d’ateliers ont apparemment été négligés lors de son établissement, car on ne savait qu’en faire4.

Fig. 4. Principaux sites d’ateliers de céramiques sigillées de mode C du centre de la Gaule (iie et iiie siècles après J.-C.). DAO Angélique Tisserand.

12En attendant, on raisonnera sur la carte de la figure 3 en supposant que les découvertes et les identifications d’ateliers à venir conforteront l’image qu’elle nous donne actuellement, celles d’ateliers de verriers nombreux et dispersés qui évoquent un commerce de proximité, à caractère urbain ou péri-urbain dominant. Commerce de proximité, car la multiplication et la dispersion des ateliers secondaires conduisent nécessairement à la réduction des aires de diffusion des produits, donc au développement du commerce à courte distance.

13Plusieurs raisons vont dans ce sens, parmi lesquelles on compte la difficulté de transport due à la fragilité du verre ouvré et à son peu d’aptitude à l’empilement (si on compare ces particularités à celle de la terre sigillée, par exemple). Mais il faut y ajouter aussi la nécessaire récupération du verre brisé, bien plus facile à mettre en place localement ou régionalement qu’à très longue distance. On imagine en effet la complexité d’une telle opération si l’on avait affaire, pour le verre, à un groupe d’ateliers comme ceux de la figure 4 qui concerne les sigillées de la Gaule du Centre dont la production est commercialisée, de la Bretagne à la Mer Noire, sur près de 4 000 km.

14Le caractère prédominant (mais pas nécessairement exclusif) du commerce à courte distance du verre ouvré durant le Haut-Empire trouve une confirmation éclairante dans la multiplication en Gaule des ateliers de verriers au Bas-Empire, sur laquelle on reviendra. Loin de corriger une dispersion qui pourrait être considérée comme une aberration, n’étaient les raisons invoquées précédemment, elle l’aggrave au contraire, démontrant ainsi qu’il n’y a en cela rien que de très normal, et de fort logique.

15L’idée du commerce du verre à longue distance que l’on retrouve encore dans de nombreuses publications tire argument de l’observation de certaines marques sur verre dont la dispersion peut être grande. On les a longtemps interprétées comme des signatures de verriers ainsi qu’on avait l’habitude de faire pour les céramiques sigillées. Mais les études actuelles ne semblent pas accréditer cette hypothèse, et l’on y verrait plutôt des marques de conteneurs, ce qui dès lors ne relève pas vraiment du commerce du verre (Taborelli, 2006).

  • 5 Peut-être faut-il rappeler que les fours de potiers, souvent mieux construits et plus résistants qu (...)

16Un autre argument en faveur de l’existence d’un commerce à longue distance du verre ouvré suppose l’existence de grands ateliers qui seraient dévolus pour une large part à l’exportation. On a pensé en voir la preuve dans la quinzaine de fours découverts en bord de Saône à Lyon, qui semblent avoir marqué les esprits (Motte, Martin, 2003). Mais en oubliant d’abord que les fours de verriers sont souvent des constructions légères et fragiles, ce qui multiplie les abandons et les reprises. Et en oubliant aussi que les ateliers de verriers d’une dizaine de fours ne sont pas rares5. Ce qui ne veut pas dire que des ateliers comme ceux de Lyon n’aient pas pu avoir une fonction exportatrice plus marquée, qu’aurait favorisée l’axe fluvial Saône-Rhône. Mais la dispersion des ateliers sur la figure 3 montre que ce n’est manifestement pas la règle.

17Sans entrer dans de longs développements, il apparaît que les implantations des ateliers de verriers de la figure 3 sont plutôt liées à la consommation locale (et/ou régionale) alors que celles des ateliers de céramiques sigillées de la figure 4 en sont très largement indépendantes, leur regroupement dans une même région étant artificielle et suscitée probablement par les négociants qui gèrent la commercialisation à longue distance de leurs productions. Ces situations contrastées ont une forte influence sur le fonctionnement des ateliers et font que ceux des verriers peuvent être amenés assez facilement à développer une certaine créativité, alors que les ateliers de céramiques sigillées n’ont guère la possibilité de le faire, car ils n’ont pratiquement aucun contact avec la clientèle, le choix des modèles restant sous le contrôle des négociants.

18Enfin, pour Autun, on peut raisonnablement penser que la prédominance du commerce de proximité durant le Haut-Empire nous autorise à admettre que la plupart des découvertes de cette époque qui ont été faites localement sont d’origine autunoise, à l’exception de quelques pièces rares ou uniques importées ; et cela au moins depuis le début du second siècle et, probablement, dès le milieu du ier siècle.

IV. L’évolution des implantations d’ateliers

19Les implantations de verriers en Gaule se multiplient au Bas-Empire, avec l’augmentation du stock du verre ouvré en circulation, et avec celle des réserves de verre brisé qui vont de concert. C’est ce que montre bien pour le sud-est de la France la carte publiée par D. Foy dans ce volume. Mais en même temps que s’accroît la quantité de verre brisé disponible, le verre d’origine proche-orientale continue d’arriver, mais dans des proportions mal connues, qu’il s’agisse de variantes tardives du groupe 3 syro-palestinien ou des groupes 1 et 2 probablement égyptiens (Foy et alii, 2000a et b ; Foy et alii, 2003 ; Picon, Vichy, 2003).

20Ce qui mérite d’être signalé pour le Bas-Empire c’est moins la généralisation des creusets qui remplacent dès le Haut-Empire les anciennes soles de refusion, que la persistance d’une dispersion des ateliers secondaires, qui perpétue et amplifie l’état antérieur, et confirme l’importance du commerce de proximité des verres.

21De fait ce n’est qu’avec l’apparition des fours mixtes, primaires /secondaires, et le passage aux verres aux cendres qui l’accompagne, entre le viiie et le ixe siècle, que l’implantation des ateliers de verriers se transformera durablement et profondément. On observe alors des regroupements significatifs d’ateliers qu’imposent les besoins beaucoup plus élevés en combustible de ces nouveaux fours, et l’obligation d’utiliser, pour la fabrication des verres aux cendres, des sables qui sont nécessairement d’origine locale ou régionale, mais dont le choix ne peut être laissé au hasard. Assez vite semble-t-il ce sont des sables dits « purs » que l’on recherchera, qui ne renferment guère que de la silice et très peu d’autres constituants minéralogiques et chimiques, qualifiés d’impuretés. Ce qui permettra de minimiser les effets souvent fâcheux de ces impuretés sur le verre, et de réduire leurs fluctuations qui peuvent interférer avec celles des cendres et rendre par trop irrégulières les caractéristiques du verre.

22Ainsi voit-on se dessiner progressivement une nouvelle géographie des ateliers, ceux-ci prospérant fréquemment mais pas uniquement sur les formations dites du sidérolithique où se rencontrent des sables très purs, des argiles réfractaires et des minerais de fer. Comme il se trouve de surcroît que ces formations donnent des sols pauvres, abandonnés à la forêt, on voit s’y développer une véritable écologie artisanale comportant des potiers de terre réfractaire, des sidérurgistes et des verriers. L’exemple le plus classique a été décrit depuis fort longtemps en Puisaye, mais il n’a guère suscité de nouvelles études de la part des spécialistes du verre. Il est vrai que les situations ne sont pas toujours aussi claires qu’en Puisaye, car des niveaux sédimentaires plus récents masquent parfois les affleurements du sidérolithique, comme dans le midi de la France. Mais, quoique plus discrètes, les formations du sidérolithique méditerranéen y jouent un rôle comparable et très important ; elles sont en effet à l’origine de la plupart des verreries dites forestières, médiévales et modernes.

23Aux environs d’Autun, et plus généralement dans le Morvan où les implantations verrières sont nombreuses à partir de l’époque médiévale, on ne sait pas bien quelles sont les formations sableuses qui ont été utilisées pour la fabrication du verre, et à quelle époque. Ici aussi presque tout reste à faire si l’on veut comprendre les raisons de l’implantation de nombreuses verreries médiévales et modernes dans la région, ainsi que celles d’autres artisanats qui peuvent leur être liés. On notera enfin que ces différents artisanats, s’ils sont le plus souvent ruraux, peuvent être aussi des artisanats urbains, quoique plus rarement.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Amrein H., 2001, L’atelier de verriers d’Avenches, Lausanne, 176 p. (Cahier d’Archéologie Romande, 87 - Aventicum, XI).

Chardron-Picault P., 2004, L’artisanat à Autun-Augustodunum : chronologie et topographie des activités manufacturières dans la capitale de la Civitas Æduorum, Thèse de doctorat sous la dir. du professeur Gilles Sauron, Université de Bourgogne, 2 vol.

Chardron-Picault P., Pernot M. dir., 1999, Un quartier antique d’artisanat métallurgique à Autun (Saône-et-Loire) : le site du ’Lycée militaire’, Paris, éd. de la M.S.H., 317 p. (Documents d’Archéologie Française, 76).

Chardron-Picault P., Picon M., 2003, « À propos des ateliers de verriers d’Autun : les implantations, les fours, le verre », Bull. de l’Assoc. Française pour l’Archéologie du Verre, 2002-2003, p. 18-21.

Foy D., 2003, « Les ateliers secondaires en Gaule », in : Foy D. dir., Cœur de verre : production et diffusion du verre antique, Catalogue d’exposition, musée gallo-romain de Lyon-Fourvière, 19 déc. 2003-25 avril 2004, Gollion, éd. Infolio, p. 36-39.

Foy D., 2010, « L’implantation des ateliers de verriers en Gaule : centres urbains, péri-urbains et ruraux », in : Chardron-Picault P. dir., Aspects de l’artisanat en milieu urbain : Gaule et Occident romain, Actes du colloque international d’Autun, 20-22 sept. 2007, p. 347-363 (28ème suppl. à la R.A.E.).

Foy D., Vichy M., Picon M., 2000a, « Lingots de verre en Méditerranée occidentale (iiie avant J.-C.-viie après J.-C.) », Annales du 14ème congrès de l’Assoc. Internationale pour l’Histoire du Verre., Venezia-Milano, 1998, p. 51-57.

Foy D., Vichy M., Picon M., 2000b, « Les matières premières du verre et la question des produits semi-finis : Antiquité et Moyen Âge », in : Pétrequin P. et alii éd., Arts du feu et productions artisanales, Actes des XXèmes rencontres internationales d’Antibes, 21-23 oct. 1999, p. 419-432 (Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, 20).

Foy D., Picon M., Vichy M., Thirion-Merle V., 2003, « Caractérisation des verres de la fin de l’Antiquité en Méditerranée occidentale : l’émergence de nouveaux courants commerciaux », in : Foy D., Nenna M.-D. dir., Échanges et commerce du verre dans le monde antique, Actes du colloque de l’A.F.A.V., Aix-en-Provence et Marseille, 7-9 juin 2001, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 41-85 (Monographies Instrumentum, 24).

Motte S., Martin S., 2003, « L’atelier de verrier antique de la Montée de la Butte à Lyon et ses productions », in : Foy D., Nenna M.-D. dir., Échanges et commerce du verre dans le monde antique, Actes du colloque de l’A.F.A.V., Aix-en-Provence et Marseille, 7-9 juin 2001, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 303-319 (Monographies Instrumentum, 24).

Nenna M.-D., 2007, « Production et commercialisation du verre à l’époque impériale : nouvelles découvertes et problématiques », Facta A journal of Roman material culture studies, 1, p. 125-147.

Picon M., 2002, « Les modes de cuisson, les pâtes et les vernis de La Graufesenque : une mise au point », in : Genin M., Vernhet A. dir., Céramiques de La Graufesenque et autres productions d’époque romaine : nouvelles recherches, Hommages à Bettina Hoffmann, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 139-163 (Archéologie et histoire romaine, 7).

Picon M., Chardron-Picault P., 2007, « Le verre : un artisanat aux ramifications lointaines », in : Chardron-Picault P. dir., Hommes de feu, hommes du feu : l’artisanat en pays éduen, Catalogue de l’exposition d’Autun, Musée Rolin, 22 sept. 2007-28 janv. 2008, p. 124-125.

Picon M., Chardron-Picault P., à paraître, « Le verre », in : Balcon S., Berry W., Sapin C., Le cloître de Saint-Nazaire d’Autun (Documents d’Archéologie Française).

Picon M., Vichy M., 2003, « D’Orient en Occident : l’origine du verre à l’époque romaine et durant le haut Moyen Âge », in : Foy D., Nenna M.-D. dir., Échanges et commerce du verre dans le monde antique, Actes du colloque de l’A.F.A.V., Aix-en-Provence et Marseille, 7-9 juin 2001, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 171-231 (Monographies Instrumentum, 24).

Picon M., Thirion-Merle V., Vichy M., 2008, « Les verres au natron et les verres aux cendres du Wadi Natrum (Égypte) », Bull. de l’Assoc. Française pour l’Archéologie du Verre, 2008, p. 36-41.

Rebourg A., 1989, « Un atelier de verrier gallo-romain à Autun », R. A. E., t. 40, fasc. 2, p. 249-258.

Taborelli L., 2006, « Conteneurs, contenus et marques : problématique et essai d’interprétation », in : Foy D., Nenna M.-D. dir., Corpus des signatures et marques sur verres antiques. 1 : La France, Aix-en-Provence/Lyon, A.F.A.V., p. 9-15.

Vichy M., Thirion-Merle V., Picon M., 2007, « Note sur le recyclage du verre dans l’Antiquité et sur les groupes de recyclage », Bull. de l’Assoc. Française pour l’Archéologie du Verre, 2007, p. 55-57.

Notes

1 Une sole de refusion est un système servant à la fusion du verre, qui est antérieur en Gaule à l’utilisation des creusets dans les fours de verriers. Il consiste en une sorte de brique horizontale, dont la surface supérieure est plane ou légèrement concave, qui est située à la sortie principale (et généralement latérale) des flammes du four. On y dépose les blocs de verre brut et/ou les verres à recycler pour les fondre et les cueillir avec la canne, en vue de fabriquer des objets par soufflage (Amrein, 2001, fig. 90, p. 90 et fig. 91, p. 93 ; Chardron-Picault, Picon, 2003, fig. 2.1, p. 19).

2 Les pollutions par l’antimoine peuvent avoir d’autres origines, et résulter simplement de la mise en œuvre fréquente, dès le milieu du ier siècle, d’éléments décoratifs appliqués sur les verres ouvrés - des taches ou des filets - qui sont souvent en verre blanc opacifié à l’antimoine. Quant aux véritables mélanges de verre du groupe 3 (décoloré au manganèse) et de verre du groupe 4 (décoloré à l’antimoine), ils exigent, pour leur identification comme tels, d’autres preuves qu’un simple diagramme illustratif du type de celui de la figure 2 (Vichy et alii, 2007). Mais ces preuves demeurent assez inopérantes pour des pollutions légères comme celles qui auraient pu se produire dans l’ensemble A, en mélangeant des verres du groupe 3 à de rares fragments du groupe 4. Aussi est-il préférable dans ces conditions de chercher à étoffer l’ensemble A jusqu’à ce que les exemplaires non pollués par l’antimoine y soient en nombre suffisant.

3 Pour la définition du mode de cuisson C on ne dispose, comme exposé récent, que de celui qui concerne La Graufesenque, dans la Gaule du Sud, donc une période plus ancienne que celle des ateliers de la figure 4 (bien qu’en réalité ces concepts aient été élaborés pour la Gaule du Centre) (Picon, 2002).

4 En particulier les études sur les déchets de soufflage demeurent jusqu’ici très peu développées. Aussi ne serait-il pas difficile de compléter la carte de la figure 3 en y incluant les résultats des recherches de laboratoire qui pourraient être entreprises à Carhaix (Finistère), Néris-les-Bains (Allier), Mathay (Doubs), Saint-Aubin-des-Bois (Calvados), La Rochelle (Charente-Maritime), etc.

5 Peut-être faut-il rappeler que les fours de potiers, souvent mieux construits et plus résistants que les fours de verriers du Haut-Empire, se trouvent fréquemment en nombre élevé dans beaucoup d’ateliers de céramiques, de l’Antiquité à nos jours. Pour ne citer qu’un exemple, l’atelier de Gueugnon, bien moindre exportateur que ceux de Lezoux et des Martres-de-Veyre (fig. 4), comporte à lui seul plus d’une soixantaine de fours (fouilles J.-C. Notet).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan de situation des ateliers de verriers de la rue des Pierres (3), du Lycée militaire (24) et de Saint-Nazaire (20). Pascale Chardron, DAO Jonathan Simon.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10566/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
Légende Fig. 2. Diagramme Mn O/Sb des verres recueillis sur les sites d’ateliers de verriers de la rue des Pierres et du Lycée militaire (losanges noirs) et sur celui de Saint-Nazaire d’Autun (ronds blancs). V. Thirion-Merle.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10566/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 3. Ateliers secondaires du Haut-Empire en France (d’après F. Gillet, non corrigé, in : Foy, 2003 et Nenna, 2007). DAO Angélique Tisserand.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10566/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 4. Principaux sites d’ateliers de céramiques sigillées de mode C du centre de la Gaule (iie et iiie siècles après J.-C.). DAO Angélique Tisserand.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10566/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 58k

© ARTEHIS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search