Version classiqueVersion mobile

Verrerie de l’Est de la France. XIIIe-XVIIIe siècles

 | 
Jean-Olivier Guilhot
, 
Stéphanie Jacquemot
, 
Pierre Thion

Metz, espace serpenoise verrerie des XIV-XVIIèmes siècles

Hubert Cabart

Texte intégral

Metz
1. Chantier de fouilles de l'Espace Serpenoise

2. Chantier de fouilles de la rue Taison

3. Chantier de fouilles des Résidences Sainte-Croix

CIRCONSTANCES DE LA FOUILLE

  • 1 Nous remercions Eric Verdel, responsable de la fouille de l'Espace Serpenoise, qui a aimablement au (...)

1En 1984, une très importante opération de restructuration urbaine, dans un quartier du centre ville de Metz a été l'occasion d'une fouille de sauvetage urgent sur convention entre l'Etat et les promoteurs de l'opération. Ce chantier, mené par la Direction des Antiquités de Lorraine, a porté sur une grande parcelle, s'étendant de la rue des Clercs à l'Ouest à la rue Serpenoise à l'Est. La relative brièveté de l’intervention archéologique ne permettant pas une fouille exhaustive (l'épaisseur des couches anthropiques atteignait en moyenne cinq mètres d'épaisseur), seule une partie de la surface a été fouillée entièrement, le reste n’étant l'objet que d'interventions ponctuelles : sondages profonds destinés à reconnaître la stratigraphie du site, et fouille de deux latrines de la fin du Moyen-Age1.

2L'une d'elles, de forme rectangulaire, avait des parois maçonnées. La couche de remplissage de cette fosse, notée 5001, a livré un abondant matériel : de nombreuses formes céramiques souvent complètes (cruches, pichets, poêlons...), quelques figurines en terre cuite vernissée ou peinte (sanglier, cavalier, chevaux...) et la verrerie qui fait l'objet de cet article.

LA VERRERIE

3Ce qui frappe le plus, lors de l'étude de cette verrerie, est la grande variété des types qui s'échelonnent entre la fin du XIVème siècle et la première moitié du XVIIème siècle.

I. La verrerie du XIVeme et du début du XVeme siecle (Fig. 1)

4C'est un ensemble homogène, identique à ce qui a été trouvé à Metz sur le site de l'Arsenal Ney (BOURGER et CABART, à paraître). Ces objets sont fabriqués dans une matière de teinte verdâtre très caractéristique. A cette époque les verres sont montés sur des tiges creuses ou pleines. Plusieurs coupes, qui peuvent être larges (no 1) ou en forme de tulipe (no 2), portent des décors formés de petites dépressions. La forme noo3, conique, est une variante à fond étroit de la forme en cloche. Le tesson noo5 porte des filets de verre en plus du décor de petits points ; il n’a pas été possible de savoir s'il provenait de la coupe d'un verre à tige ou si c'était la base d'un vase de profil encore inconnu. Les verres à tige, à coupe ornée de côtes, ne sont pas absents (no 7). L'un d'eux avait sa base décorée d'un filet de verre en festons, de même teinte verdâtre (no 8). Deux gobelets (no 11 & 12), à décor de côtes droites, appartiennent au même ensemble qui contenait aussi une cruche (no 10), une burette (no 9), des bouteilles, des urinaux et des Kuttrolfs (no 13 & 14).

II. La verrerie du XVIeme siecle (Fig.2)

  • 2 Ces verres sont représentés sur les natures mortes de Baugin Lubin (1610-1663) (FARE 1962).

5Les exemplaires de cette époque sont très nombreux mais fragmentés. La matière de ces verres est très différente de celle du groupe précédent. Le verre est transparent, peu oxydé, souvent de teinte jaunâtre, grisâtre ou légèrement violette. Les verres biconiques ou bitronconiques lisses sont plus nombreux (56 exemplaires) que ceux à décor moulé (27 exemplaires). Ces verres sont maintenant bien connus. Ils sont trouvés en abondance dans toutes les fouilles urbaines. Notons la présence d'un de ces verres à décor peint avec une inscription :...SSE : SECH..., que l'on date généralement du milieu du XVIème siècle (GERSPACH, 1885, p. 198-211 ; BARRELET, 1953 p. 72, cf. glossaire "émaillé" ; BARRELET, 1979, p. 12). La fosse contenait peu de formes basses et au contraire de nombreuses formes élevées. Ceci peut être un critère de datation car il semble bien que la taille moyenne des verres biconiques n'ait pas cessé d'augmenter tout au long du siècle.

III. La verrerie de la fin du XVIeme et du début du XVIIeme siecle (Fig. 3 & 4)

6On trouve là, toute la série des verres à pied qui remplacent les verres précédents dès la fin du XVIème siècle à Venise (BAROVIER MENTASTI, 1982, p. 110 et suivantes ; TAIT, 1982, p. 144 et s.v. ; DORIGATO, 1986, p. 21 et s.v.), ou à Beauwetz, dans le Hainaut belge (CHAMBON, 1960, p. 120-134), et au début du XVIIème siècle dans tous les autres centres verriers.

  • 3 Des gobelets identiques ont été trouvés à Châlons (CABART, 1986, p. 132, n° 33).
  • 4 Ce gobelet doit être rapproché d’un verre du Musée de Francfort (OHM, 1973, p. 128, n° 295).

7Il y a là les verres biconiques dont le pied est entouré d'un filet de verre bleu (no 35), les verres à bouton soufflé, orné de côtes (no 27, 36) ou lisse (no 32, 49), les verres transparents incolores-cristallin "façon de Venise"-, avec décor filigrané (no 29, 30), coupe octogonale à décor de côtes et de perles (no 42)2, jambe moulée représentant des mufles de lion (no 47), bouton doré (no 41), jambe vénitienne avec ailerons travaillés à la pince en verre incolore (no 48). Les gobelets, en verre transparent incolore, à décor moulé et filets travaillés à la pince ne sont pas absents (no 50)3. D'autres formes de gobelets existent avec un pied formé d'un filet rapporté (no 52)4, ou simplement ourlé dans la paraison (no 51).

8Tous ces verres sont fréquents dans les fouilles françaises par exemple à Strasbourg (RIEB, 1972, p. 29 et 33), à Paris - Cour Napoléon - (BARRERA et VELDE, 1989, no°76 et 185), à Châlons-sur-Marne (CABART, 1983, Fig. 12 & 13 ; CABART, 1986, Fig. 9 & 10 ; DEROUARD, 1986, Fig. 2, 3 & 4) ou à Orléans (BARRERA, 1988b, Fiche no°11).

9Différents types d'éléments de préhension sont représentés (no 53, 55 & 65) : la poignée, l'anneau en verre duquel pend un morceau de fil de bronze, ou une tige de verre travaillée à la pince et ornée d'une petite rose. La fosse contenait aussi les restes de vases qui ne sont pas des verres à boire. Ce sont peut-être des lampes (no 59), des pots à pharmacie (no 58), des drageoirs (no 62). Le vase no°61 a la forme d'une marmite tripode à deux anses (PL 3). Il ressemble vaguement à une marmite en verre, datée du XVIème siècle, au Musée de Francfort (OHM, 1973, p. 99, no°213).

IV. Les formes fermées (Fig. 5)

10La fosse contenait de nombreuses bouteilles et il a été possible de dénombrer 44 fonds. On trouve toutes les dimensions, de la plus petite (no 70), jusqu'aux morceaux de grosses bonbonnes. Notons la présence d'un curieux vase en forme de boule côtelée (no 67), fabriqué dans un verre de teinte verdâtre. Des morceaux d'objets identiques ont été trouvés à Metz, l'un à l'Arsenal Ney, structure 111, et un autre au chantier des Résidences Sainte-Croix. Le profil complet de ce flacon est inconnu. Enfin, il y avait plusieurs morceaux d'un appareil à distillation : tesson du cucurbite (no 73) et morceau de l'alambic (no 72). Les découvertes de Strasbourg (WATON, 1987, p. 167) ou de Paris - Cour Napoléon - (ROUAZE et TROMBETTA, 1985, p. 37) et des travaux récents (MOORHOUSE, 1987, p. 362), permettent de se faire une idée de ces appareils reconnus de plus en plus souvent dans les fouilles archéologiques (BARRERA, 1988b, Fiche no°12, no°35).

CONCLUSION

11La verrerie de l'Espace Serpenoise à Metz n'est pas différente de celle qu'on peut trouver à la même époque dans la partie Nord de la France. Il a déjà été observé à plusieurs reprises, dans les fouilles urbaines, que l'utilisation des fosses dure très longtemps, parfois plus d'un siècle (avec peut-être des périodes d'abandon ou des curages plus ou moins partiels), (CABART, 1985, p. 37 ; CABART, 1986, p. 143). Le matériel de l'Espace Serpenoise semble suggérer une utilisation de la fosse, plus ou moins continue, du XIVème jusqu'au XVIIème siècle. Cependant, il ne faut pas négliger la possibilité d'un remblaiement de la structure avec des matériaux hétérogènes. La brièveté de la fouille de sauvetage, compte tenu des difficultés inhérentes à ce type de structure (exiguïté, pendage des couches rarement horizontales et surtout humidité - voire boue -), n'a pas permis de trancher entre ces deux hypothèses. L'étude ultérieure de la céramique et du reste du matériel permettra sans doute de résoudre ce problème.

Notes

1 Nous remercions Eric Verdel, responsable de la fouille de l'Espace Serpenoise, qui a aimablement autorisé l'étude de ce matériel.

2 Ces verres sont représentés sur les natures mortes de Baugin Lubin (1610-1663) (FARE 1962).

3 Des gobelets identiques ont été trouvés à Châlons (CABART, 1986, p. 132, n° 33).

4 Ce gobelet doit être rapproché d’un verre du Musée de Francfort (OHM, 1973, p. 128, n° 295).

Table des illustrations

Légende Metz1. Chantier de fouilles de l'Espace Serpenoise
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/1053/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 540k

© ARTEHIS Éditions, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search