Version classiqueVersion mobile

Aspects de l’artisanat en milieu urbain : Gaule et Occident romain

 | 
Pascale Chardron-Picault

Les métaux en alliage à base de cuivre, le fer et les métaux précieux

Influences ou diversité dans la bijouterie romaine d’Augustodunum et de Lugdunum

Corinne Besson

Résumé

La bijouterie en or conservée au Musée Rolin d’Autun, au Musée de la civilisation gallo-romaine et au Musée des Beaux-Arts de Lyon fournit autant de formes et de techniques que de natures de bijoux. Huit bijoux d’Autun sur neuf, bagues et pendentifs, s’intègrent parfaitement dans la production impériale romaine qui ne cesse de se renouveler (cf. fig. 16). Simples dans leur conception et leur présentation surtout pour les bagues, ils sont presque ordinaires, leurs lignes paraissant communes à un grand nombre de pièces. Cependant, alors que les types, formes et décorations sont attestés dans l’Empire, quelques détails de composition formelle et/ou technique mettent l’accent sur des particularités intégrées à certaines parties du bijou qui le dissocient de modèles romains plus largement diffusés.

Entrées d'index

Schlüsselwörter :

Goldschmuck, römisch, Lyon, Autun, Techniken, Herstellung

Texte intégral

1Au cours de l’étude de la production bijoutière en or sur les territoires gaulois des provinces de Narbonnaise, de Lyonnaise et d’Aquitaine, l’inventaire des pièces a mis en valeur quelques villes parmi lesquelles Autun-Augustodunum et Lyon-Lugdunum.

2Toutes les deux sont des fondations du ier siècle avant J.-C. ; la première, capitale de la civitas Aeduorum, est un modèle de romanisation pendant que la seconde, capitale de la province de Gaule lyonnaise, devient capitale des Gaules. Grand centre politique et religieux (siège du pouvoir impérial, sanctuaire fédéral des Trois Gaules), Lyon joue également un rôle économique très important de par son emplacement au confluent du Rhône et de la Saône, qui est démultiplié par l’aménagement du réseau urbain. Autun, ville se développant sous les Flaviens, les Antonins et les Sévères, est desservie par la voie d’Agrippa et la voie transversale liant le Centre (Bourges-Avaricum) et l’Est (Besançon-Vesontio), avec une douzaine d’autres convergeant vers ses quatre portes. Ainsi les produits et matériaux sont une source d’échanges et d’influences entre la Méditerranée et les régions septentrionales de l’Empire. Mais qu’en est-il de la bijouterie ? Existe-t-il des liens, des influences ou des modèles communs entre « capitales » ? D’autres villes entre Autun et Lyon, comme Chalon-sur-Saône (Cabillonum), ne fournissent pas autant de découvertes ponctuelles et ne sont donc pas aussi bien représentées par ce type de mobilier de luxe.

3La bijouterie en or fait généralement l’objet de peu de publications en dehors de sujets d’exposition assez prisés comme les Scythes, les Grecs et les Étrusques par exemple. La bijouterie romaine impériale et les changements qu’elle génère dans la production gauloise ne sont pas étudiés en tant que tels ; les bijoux sont souvent « un peu perdus » parmi le mobilier archéologique et font figure de raretés. L’or, contrairement au bronze, n’est pas assez courant pour fournir des objets suffisamment nombreux pour aider à leur étude. Toutefois, l’observation technique amène des précisions qui facilitent les comparaisons et lient des bijoux de types différents. Les bijoux en or de Lyon, bagues, colliers, boucles et pendants d’oreille et bracelets, reflètent une production romaine riche où l’emploi des pierres précieuses, semi-précieuses et fines occupe une place de choix. Cette polychromie s’accompagne aussi de bijoux où le métal est prépondérant. Quels types de bijoux retrouve-t-on à Autun ?

I. Les bagues

4Elles sont les bijoux les plus représentés, contrairement à l’anneau, qu’il soit en fil, en feuille avec ou sans pierre. Sur les têtes, intailles, camées, cabochons, ciselure, gravure, pastilles et monnaies illustrent les techniques et les possibilités offertes à l’artisan.

I.1. Bague monétaire de Laizy (Saône-et-Loire) ou bague no 1 (fig. 1)

5Elle fut trouvée près d’Autun, dans le domaine de Chassagne, voisin du hameau des Quatre-Vents, à l’ouest et non loin de la voie reliant Laizy à Autun, en avril 1861. Musée Rolin, inv. S.E.O.R. 4.

6D. ext. (H.) 19,56/(l.) 25,38 ; D. int. (h.) 15,1/(l.) 20,82 ; corps l. min. 3,56, max. 4,72 et 4,9/ép. 2,08 min., au max. 2,56 et 2,76 ; épaules l. 12,5 et 12,72/ép. de 2,76 à 1,72 descendant jusqu’à 0,5 (bords) ; serti à jour D. 21,2 à 21,7 environ/ép. à peu près 3 à 3,12. Pds : 12,38 g.

7Cette bague porte un aureus de Tétricus père (271-274) de l’atelier de Cologne en 271 ou 272 (Rebourg, 1994, p. 337, no 346). RIC V/2 32.

8Avers : IMP TET RICVS A VG, buste lauré et cuirassé à gauche, avec une lance sur l’épaule droite et un bouclier sur l’épaule gauche. Le bouclier représente une scène de combat avec un soldat de profil gauche terrassant un ennemi au sol.

9Revers : VICTORI A AVG, Victoire avançant à gauche tenant une couronne et une palme (Pinette, 1987, p. 191-192, no 361).

10Elle est composée d’une seule pièce comprenant le corps, les épaules triangulaires et le plateau, à laquelle s’ajoutent la bâte circulaire et une rondelle, ou serte. La surface intérieure est plate et la rupture entre les épaules et le corps est beaucoup moins accentuée qu’à l’extérieur. La décoration simple et efficace, à base de traits limés, fait apparaître des sections triangulaires sur les épaules et sur le corps bordé de deux godrons. La continuité entre ces deux parties est assurée par la reprise de la forme triangulaire isocèle sur les extrémités du corps. La bâte est ensuite soudée sur le plateau dans lequel est posé l’aureus et celui-ci est maintenu par la serte, elle-même soudée à la bâte. Ce type de sertissage à jour, commun à d’autres bagues monétaires, n’est pas la seule technique utilisée, bien qu’elle se retrouve également sur une seconde bague d’Autun, présentant un aureus de Postume et conservée au Cabinet des Médailles. Cette dernière a une bâte polygonale et sa forme, massive, est une variante de celle étudiée, avec l’apparition de volutes sciées au-dessus d’un corps plus simple.

11À Lyon (Comarmond, 1844 ; Aubin et alii, 1999) et à Boistray (Besançon, 1907), les bagues à épaules sont plus nombreuses et la monnaie est remplacée par des gemmes. Leurs épaules ne sont pas strictement triangulaires ; elles ont leurs angles supérieurs décorés de volutes repercées et sont cordiformes, entièrement lisses ou en forme d’écusson décoré d’arceaux à volutes repercés. Les corps sont lisses ou décorés par limage de godrons et de motifs géométriques. La jonction épaules/corps est systématiquement marquée par une échancrure commune aux bagues monétaires. Les bagues avec pierre sont plus fines, plus légères et quelques-unes sont plus richement décorées, avec des épaules entièrement repercées.

I.2. Les bagues avec ou sans intaille

12Les cinq autres bagues conservées à Autun appartiennent à la famille des joncs et demi-joncs. La plus grande, provenant de Curgy (Saône-et-Loire), a un serti clos vide, les autres présentent des intailles ou un motif sur le métal.

I.2.1. Les bagues sans intaille

13- Bague au mammifère marin d’Autun (Saône-et-Loire) ou bague no 2 (fig. 2).

Fig. 1. Bague (no 1) au Tétricus. Dessus, face et profil, musée Rolin, Autun ; cl. C. Besson.

Fig. 2. Bague (no 2) au mammifère marin. Dessus et face, musée Rolin, Autun ; cl. C. Besson.

Fig. 3. Bague de Saintes (Charente-Maritime), musée départemental Dobrée, Conseil général de Loire-Atlantique, Nantes ; cl. C. Besson.

14À Autun, « entre la voie de chemin de fer et le rempart, à droite de la Porte d’Arroux », la bague fut découverte en 1863 ( ?), au jardin Poizeau, près de la Caserne (Rebourg, 1993, p. 119). Musée Rolin, inv. B 1164.

15D. ext. (H.) 12,74/14,3 ; D. int. (h.) 9,7/11,34 ; épaulements l. 2,7 à 2,9 ; corps D. min. 1,54 ; plateau L. 5,5 environ/l. (= l. de la bague) 4,26/ép. 1,4. Pds : 2,01 g.

16Massive et petite, elle a les mêmes caractéristiques qu’une bague de Saintes-Mediolanum (Charente-Maritime) conservée au musée Dobrée de Nantes (fig. 3) : les sections jonc et demi-jonc se partagent le corps et les épaulements. De grandeurs différentes mais de dimensions proches, sur chacune le corps est un jonc et les épaulements sont en demi-jonc vers la tête dont la table est délimitée par limage ; dans les deux cas, la tête est gravée et ciselée : d’un capricorne avec croissant (Saintes) ou d’un narval (Autun). Bien que ces deux bagues aient des traits particuliers qui les différencient, elles appartiennent au même type.

17Dans l’Empire romain, ce type connaît des variantes enrichies par le savoir-faire des artisans qui ont des gestes propres à partir de techniques de fabrication communes. En Italie, quelques bagues du ier siècle après J.-C., à têtes lisses ou non, illustrent les possibilités offertes par la massivité avec, sur toute la bague, des sections similaires qui se déclinent à partir de la section circulaire présente sur les bagues d’Autun et de Saintes (D’Ambrosio, De Carolis, 1997, nos 59-61, p. 38-39, tav. VI-VII : ces trois bagues en or de Pompéi ont des tables lisses mais la bague 59, la plus fine, est la plus proche des bijoux gallo-romains. D’Ambrosio, 1994, p. 52-53, no 37, bague d’Oplontis, tav. 20.). Une bague de Cologne (Colonia agrippina) (Henkel, 1913, Taf. III, no 62, p. 9), datée du ier s. de notre ère, reprend quelques détails des bagues d’Autun et de Saintes avec un perroquet gravé sur la tête. La technique de la feuille est également employée et elle est adoptée pour les bracelets généralement décorés d’une pastille, de fil ouvragé ou d’une pierre sertie (D’Ambrosio, 1994, p. 54, no 40, tav. 21 : à Oplontis, cette bague est composée d’une seule feuille dont les longueurs se rejoignent sur la surface intérieure).

Fig. 4. Bague double (no 3). Dessus, face et profil, musée Rolin, Autun ; cl. C. Besson.

18- Bague double avec palme de provenance inconnue ou bague no 3 (fig. 4). Musée Rolin, inv. S.E. O.R. 7.

19D. ext. (H.) 16,76/17,26 ; D. int. (h.) 14,6/14,54 ; chaque corps l. 3,04/ép. 1,14 ; épaulements l. 7,2 environ ; ép. de la tête 0,54 à 0,16. Pds : 4,31 g.

20Elle est composée de deux bagues massives identiques soudées ensemble à l’alliage en plusieurs points pour former une seule bague double. Elle est décorée comme la précédente d’un motif, une palme, sur la table métallique. Les deux palmes sont dans le même sens sur les deux têtes, disposées pareillement, avec un traitement différent pour la tige et les extrémités des feuilles. Les deux bagues sont des demi-joncs irréguliers et déformés. Des rayures plus ou moins profondes, des griffures, les tranches entamées et un aplat expliquent les déformations. La forme du corps est plus courante que celle de la bague précédente ; les deux chanfreins sur les surfaces intérieures des deux corps accentuent le bombement de ces parties qui devraient être plates.

21En Germanie inférieure (Cologne-Colonia agrippina), supérieure (Mayence-Moguntiacum) et libre (Augsbourg-Augusta Vindelicorum), ce type de bague datant des ier s. avant J.-C.- ier s. de notre ère est parfois accompagné d’éléments décoratifs ajoutés, comme un fil entre les deux bagues, et les motifs ciselés et gravés varient (Henkel, 1913, Tav. VI, nos 107, 108-110, p. 18). Les largeurs des bagues de chaque paire montrent une diversité qui se retrouve peu sur le territoire français. Une bague, achetée à l’Hôtel Drouot et conservée au musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Vienne, reprend la séparation des deux bagues par un fil ouvragé comme sur les modèles germaniques. Dans le bassin méditerranéen (Marshall, 1968, p. xlv, type E vii, p. 28-29, nos 167-176, pl. VI), s’ajoute la multiplication des corps et des éléments décoratifs qui a pour conséquence de limiter la largeur de chacune des bagues, afin de ne pas augmenter la largeur totale de façon excessive ; les corps, plus fins que sur la bague conservée à Autun, sont plus proches de la section circulaire et se classent entre cette dernière et la bague « au narval ». Il n’y a pas de modèles similaires à Lyon, seul le motif de la palme, gravé, se retrouve sur la tête d’une simple feuille mise en forme pour constituer une des bagues du trésor des Lazaristes (Lyon).

I.2.2. Les bagues avec intaille

22- Bague d’Autun (Saône-et-Loire) avec nicolo ou bague no 4 (fig. 5).

23Au début de mai 1842, à Autun, la bague au nicolo fut trouvée dans la propriété de Madame Burgat, près du chemin menant à la Genetoye, à droite avant d’arriver au temple de Janus (L’Éduen, 1842, p. 2, col. 2). Musée Rolin, inv. S.E.O.R. 5.

24D. ext. (H.) 20,5/22,46 ; D. int. (h.) 13,72/17,96 ; corps l. 1,86/ép. 2,5 ; épaulements 2,5 et 2,6 (aléatoire) ; serti l. 9,4/ép. avec la bague 5,38 ; intaille 10,84/8,58. Pds : 6,91 g.

25Brunie et usée, elle est en bon état avec quelques griffures et piqûres. L’onyx à deux couches bleues est finement gravé d’un échassier debout sur une ligne de sol et tourné vers la gauche. Simple, elle appartient à la famille des demi-joncs : la surface intérieure est plate et la surface extérieure est en demi-cercle parfois outrepassé. La section s’accroît progressivement du corps jusqu’à la tête avec un élargissement maximal pour recevoir l’intaille. Les épaulements, peu accentués, sont mis en valeur par la circonférence intérieure en étrier qui donne une épaisseur importante à la tête. Cette dernière bénéficie d’un aplat sur les deux faces de la bague qui entraîne une largeur plus importante à la serte que sur le dessous du serti. Ce travail particulier n’a pas de conséquence sur le bombement régulier des épaulements mais laisse malgré tout des traces clairement visibles qui entament le métal aux deux extrémités du dessous de la tête. L’onyx gravé en creux occupe toute la largeur de la bague et il est serti sur la moitié de sa circonférence. La serte, au bord irrégulier normalement invisible, apparaît par endroits et la craquelure au-dessus de la tête de l’échassier montre que la moindre pression sur la bague pourrait entraîner la chute de l’intaille.

Fig. 5. Bague (no 4) avec nicolo. Dessus, face et profil, musée Rolin, Autun ; cl. C. Besson.

26Ce type de bague reprend un ensemble de caractéristiques utilisées séparément sur d’autres modèles trouvés en France à l’est d’une ligne allant de la Meuse au Gard. La forme en étrier de la circonférence intérieure se trouve, par exemple, sur une bague d’Echevronne (Côte-d’Or), conservée au musée des Antiquités Nationales, où les facettes sur les faces de la tête font écho à celles du corps. Le traitement de la tête avec l’aplatissement sur les faces décore une des bagues du trésor de Boistray (Rhône), un peu trop grande, et une bague plus fine découverte dans la nécropole de la rue de la Favorite (fouilles Laurence Tranoy) à Lyon (fig. 6) ; les deux sont conservées à Lyon… En Belgique et en Germanie romaine (Zurich-Turicum, Cologne-Colonia agrippina et Mayence-Moguntiacum), les éléments communs à la bague d’Autun sont disséminés sur plusieurs types de bagues datant du début de l’Empire romain (Henkel, 1913, Taf. IX, nos 166, 167…, p. 25-28) et quelques exemplaires italiens datent du ier siècle (D’Ambrosio, 1994, p. 58, no 50, tav. 23, p. 61-62, p. 59-61, nos 53-56, tav. 24-25 : la bague no 56, tav. 25, a une hauteur de la tête avec fabrication et sertissage différents ; D’Ambrosio, De Carolis, 1997, p. 41-45, tav. VIII-X). Dans tous les cas, la datation varie peu et confirme celle de la bague d’Autun au ier siècle.

27- Bague avec prase de provenance inconnue ou bague no 5 (fig. 7).

28Musée Rolin, inv. S.E. O.R. 6, anciennement collection Jovet.

29D. ext. (H.) 18,34/19,74 ; D. int. (h.) 14,4/16,2 ; corps l. 1,8 ou 1,9/ép. 0,88 ; épaulements l. 5,8 environ ; serti l. 9,26/ép. 2,88 ; intaille 10/6,5. Pds : 5,67 g.

30La bague porte un prase vert foncé daté de la deuxième moitié ou de la fin du ier siècle (Guiraud, 1988, p. 161, no 625, pl. XLIII ; Guiraud, 1998, p. 152, no 41). Il présente deux personnages debout, face à face, qui s’inscrivent dans le sens de la bague en se tenant les mains. Pour certains ce sont des époux (Charmasse, 1919, p. 375 ; Guiraud, 1998, p. 152, no 41) représentant la dextrarum iunctio, pour d’autres deux déesses (Pinette, 1987, p. 185), ou bien encore, ce sont deux femmes revêtues du chiton et de l’hymation. Celle à gauche est vue de trois-quarts, et la femme à droite, de profil, est coiffée d’un bonnet, le pied droit avancé sur la ligne de sol. La bague est un demi-jonc à peu près régulier, déformé, avec des marques allant jusqu’aux piqûres. Sa tête s’élargit pour recevoir l’intaille trop épaisse comme le souligne le bombement du serti clos qui empiète sur la circonférence intérieure. La déformation de la bague libère une des extrémités du prase, du côté des têtes des personnages, et entraîne un éclatement superficiel qui entame la tête du personnage à gauche. Un autre éclat est parti derrière les genoux du personnage le plus grand. La gemme est sertie clos autour de sa table gravée, contrairement au nicolo de la bague précédente où la sertissure entoure le glacis. Le métal et la pierre sont donc au même niveau. En général, lorsque la bague est de face, la pierre se devine plus qu’elle ne se voit, ce qui est presque toujours le cas aujourd’hui malgré ses dimensions et les déformations de la bague. D’après ces observations et l’irrégularité du bord de la serte sur la moitié de sa circonférence, il est tout à fait possible que cette intaille ne soit pas la première pierre sertie clos. Quant à la monture, les circonférences devaient être circulaires avant les coups, chocs et tiraillements. La section perd quatre millimètres des épaulements au corps déformé et les tranches du demi-jonc s’arrondissent sur la partie inférieure du corps. Le profil triangulaire de la bague est régulier et moins fin que celui du bijou précédent.

31Cette forme rappelle une bague d’Avignon (Vaucluse) conservée au musée Calvet, de même taille, entièrement en or avec table poinçonnée, et datée du dernier quart du ier siècle avant J.-C.- premier quart du ier siècle. La finesse de cette dernière met en valeur la difficulté d’y insérer une intaille. Pour la bague avec prase, l’artisan a pu l’adapter simplement en épaississant et en élargissant ce modèle, augmentant ainsi son poids. Il est aussi envisageable que la bague ait été transformée pour recevoir une intaille, ce qui pourrait justifier le bombement du fond du serti. Le sertissage à jour d’un gros saphir en double cabochon, sur une bague des environs de Brest (Finistère) conservée à Nantes (fig. 8), empiète davantage que le prase sur l’intérieur de la bague. Cependant la monture et sa section plus larges présentent plus de régularité. Deux autres bagues de Cologne (Colonia agrippina), dont une avec intaille en prase, ont une forme proche et une troisième de Vechten présente le dépassement du serti sur la circonférence intérieure (Henkel, 1913, Taf. IX, no 170 (Cologne-Colonia agrippina), no 174 (Cologne-Colonia agrippina) et 175 (Vechten), p. 26-27 : formes du début de l’Empire. Les pierres de 174 et 175 sont convexes). Les comparaisons, difficiles à trouver, prouvent peut-être que la bague avec prase a été soit transformée à partir d’un modèle existant, soit créée, la première hypothèse étant la plus probable. Compte tenu de la datation de l’intaille, cette bague a pu être fabriquée à la fin du ier siècle avant J.-C. ou au début du ier siècle de notre ère et a ensuite été adaptée dans la deuxième moitié du siècle pour porter l’intaille. Elle pourrait être un bijou de famille, peut-être une bague de mariage transmise d’une génération à l’autre et remise à la mode de l’époque.

Fig. 6. Bague de Lyon (Rhône), musée gallo-romain de LyonFourvière ; cl. C.Besson.

Fig. 7. Bague (no 5) avec prase. Dessus, face et profil, musée Rolin, Autun ; cl. C. Besson.

Fig. 8. Bague des environs de Brest (Finistère), musée départemental Dobrée, Conseil général de Loire-Atlantique, Nantes ; cl. C. Besson.

32Bague de Curgy (Saône-et-Loire) sans intaille ou bague no 6 (fig. 9).

33Dans la commune de Curgy, à Savigny-le-Vieux, au Cerveau, Les grands Fourneaux, Les petits Fourneaux et au Camp de la Tuilerie, ont été découverts au fil du xixe siècle des substructions gallo-romaines, un riche habitat, une sépulture, des urnes et du mobilier dont la bague étudiée (Rebourg, 1993, p. 206-207, 209). Musée Rolin, inv. B. 1163.

34D. ext. (H.) 30,4/26,22 ; D. int. (h.) 17,48/17,5 ; l. totale 17,26 ; corps l. 7,26/ép. 2,6. Pds : 9,08 g.

35Cette bague demi-jonc aux dimensions importantes, en forme de goutte, a une surface intérieure plate très régulière ; les tranches sont brunies et polies. Les nombreuses petites déformations sur le reste du corps – piqûres et petites bosses – n’ont pas entamé la bague entièrement creuse à la section croissante du bas du corps vers le haut. À l’intérieur, à mi-hauteur de la bague, le noyau gris clair est visible. La partie supérieure, de forme triangulaire de face, est excessivement haute par rapport aux autres types de bagues. La largeur maximale de la bague est atteinte au deux tiers de sa hauteur et la forme s’élève régulièrement jusqu’au serti clos. Ce dernier est vide, la bague est prête à recevoir la pierre, intaille ou cabochon. De profil, il y a une légère dissymétrie et les arêtes ne sont pas régulières. La surface extérieure de la bague, fortement brunie, porte des traces longilignes parallèles peu larges. La surface de la circonférence intérieure circulaire présente des aspérités semblables à celles sorties de moules avec les rugosités minuscules dans lesquelles il y a de la patine. S’agit-il de deux feuilles de métal travaillées séparément et soudées entre elles sur une ou deux des tranches de la bague ? Le travail du bijoutier serait alors de très bonne qualité parce que les soudures de bagues en feuilles sont souvent apparentes, contrairement à celle-ci.

36Les deux feuilles se retrouvent sur quelques bijoux conservés à Lyon. Une bague avec cornaline du trésor de Ruffieu (Isère), conservée au musée gallo-romain de Lyon-Fourvière, est composée de deux feuilles sur noyau, une pour la surface extérieure et une deuxième sur l’intérieur dont les bords sont rabattus sur celle extérieure. Leurs surfaces sont irrégulières et la bague a ses deux circonférences circulaires. Trois autres ne sont pas lisses mais décorées sur toutes leurs surfaces extérieures : une provenant de Fesvre, à quelques kilomètres d’Autun, une seconde de provenance inconnue et la troisième trouvée dans le gravier dragué de la Saône aux portes de Lyon. Toutes ont, sur les bords des surfaces intérieures des faces, la ligne dessinée par la feuille intérieure qui chevauche la feuille extérieure, même si la décoration essaie de la cacher. Ce sont des demi-joncs mais aucune ne correspond à la bague de Curgy. La largeur des épaulements et la hauteur de la tête constituent une forme plus précoce que ces dernières et la technique est différente. En revanche, une bague en or et argent reprend la forme de goutte, la section demi-jonc et une épaisseur de tête suffisamment importante pour modifier la circonférence extérieure même si elle n’est pas aussi haute que sur la bague de Curgy (Marshall, 1968, pl. XII, no 386, p. 70 : la datation est comprise entre le ive et le ier siècle avant J.-C.). L’épaisseur de la tête est peut-être simplement due aux dimensions plus grandes de l’intaille.

Fig. 9. Bague (no 6) sans intaille. Profil et face, musée Rolin, Autun ; cl. C. Besson.

II. Les pendentifs

37À Autun, ils sont au nombre de trois, deux monétaires et un porte-amulette ou étui-pendentif.

II.1. Les pendentifs monétaires

38- Pendentif d’Autun orné d’un aureus de Septime Sévère (193-211) ou pendentif no 1 (fig. 10, 11 et 12).

39Deux provenances à Autun (Saône-et-Loire) sont proposées selon les références : sur l’emplacement de la gare, dans les terres de déblais abandonnés par la compagnie de Paris-Lyon à charge d’enlèvement (Bulliot, 1890, p. 447) ou au faubourg d’Arroux, dans un jardin proche du pont de chemin de fer acquis par J.-G. Bulliot le 29 mai 1869 (Charmasse, 1902, p. 479). Musée Rolin, inv. S.E. O.R. 1, acquis par J.-G. Bulliot en mai 1869, don de Mme Rérolle-Bulliot en 1902.

Fig. 10. Pendentif (no 2) avec denier de Maximin le Thrace ; pendentif (no 1) avec aureus de Septime Sévère et étui-pendentif (no 3), avers et revers, musée Rolin ; cl. C. Besson.

Fig. 11. Pendentif (no 1) avec aureus de Septime Sévère. Avers, détail de la collerette avec rondelle et bâte, musée Rolin, Autun ; cl. C. Besson.

Fig. 12. Pendentif (no 1) avec aureus de Septime Sévère. Revers, détail du sertissage avec rondelle et bâte, musée Rolin, Autun ; cl. C. Besson.

40D. ext. de 26,16 à 26,4 (sans bélière), 27,9 (avec bélière)/ép. (avec bélière) 6 environ, (sans bélière) 3,34 à 3,36 ; bélière l. 3 à 3,34/h. 5,52 ; collerette ép. 0,5 ; serti D. sur le revers 21. Pds : 10,72 g.

41Ce pendentif présente un aureus rare de Septime Sévère, Rome, 196-197. RIC 96b avec variante du revers (informations Jehan-Louis Roche). L’avers et le revers de la monnaie ne sont pas dans le même sens.

42Avers : L. SEPT. SEV. PERT. AVG. IMP. VIII. Buste lauré à droite avec une draperie sur l’épaule gauche.

43Revers : VOTA PVBLICA. Empereur voilé débout à gauche sacrifiant avec une patère au-dessus d’un tripode face à Caracalla voilé debout à droite.

44Un sesterce de bronze, RIC IV/1 370, reprend les mêmes avers et revers que cet aureus.

45Ce pendentif est composé de six éléments : la collerette limée, la bâte, deux rondelles, l’aureus et la bélière. La collerette est déformée, pincée et déchirée dans la partie supérieure. Elle est aussi rayée comme les deux rondelles. Sur le revers, la bâte et la bélière sont déformées.

46La bélière est une petite feuille rectangulaire décorée de trois godrons limés presque disparus, puis elle est mise en forme. Ses extrémités sont soudées sur toute leur largeur contre la collerette et la bâte. La solidité des points de fixation explique le soulèvement de la bâte lors de la déformation de la bélière. La collerette, bande plus ou moins décorée découpée dans une feuille, est ici limée, pour faire apparaître onze motifs triangulaires dont la base est la circonférence extérieure et les côtés sont délimités par deux traits entre lesquels un troisième en V fait écho à la forme (fig. 11). Les dimensions et la forme triangulaire de ces motifs sont aléatoires d’un élément à l’autre même si la technique est similaire pour tous. Les espaces intermédiaires ressemblent à des pétales anguleux. Le travail sur l’épaisseur de la collerette n’entame pas le revers, ce qui n’est pas le cas des déchirements et chocs reçus. La bâte est soudée par intermittence à la collerette, ce qui a suffi à assurer un bon maintien de l’ensemble. Posée de chant, elle reçoit également sur l’avers et sur le revers les deux rondelles qui bloquent et sertissent la monnaie à jour. Sur le revers, son bord a été rabattu sur la rondelle avec plus ou moins de régularité. Elle a subi des coups et des tiraillements qui permettent de voir toute la largeur de la rondelle et de constater qu’il n’y a pas de traces de soudure à ces endroits. Toutefois l’emploi de soudure est obligatoire même ponctuellement, étant donné le mauvais état des éléments. Les rondelles sont habituellement soudées en biais sur la bâte, comme l’est celle du revers ; celle de l’avers est légèrement inclinée derrière la nuque de Septime Sévère. Ce détail met en lumière le travail de l’artisan qui a voulu présenter un avers assez plat et lisse avec une collerette soudée au bord supérieur de la bâte comme la rondelle, au détriment du revers qui gagne en épaisseur. Un autre détail sur le revers de la rondelle sous la bélière est difficile à expliquer : un X entame la surface (fig. 12). Aidait-il à la mise en place des éléments les uns par rapport aux autres ? Signale-t-il un emplacement particulier ? Il est peu probable que ce soit un poinçon mais pourquoi l’artisan l’a-t-il laissé ? Est-ce une marque faite par le possesseur du pendentif ? Pourquoi ?

47Les dimensions, le sertissage, la suspension et la collerette sont les éléments à comparer. Les dimensions rapprochent ce pendentif d’un des trois avec aurei (deux Elagabale et un Sévère Alexandre) du trésor d’Eauze-Elusa (Gers). Celui avec l’aureus de Sévère Alexandre a le même diamètre extérieur (sans bélière) et une décoration de la collerette limée à base de traits qui dégagent des espaces intermédiaires à peu près similaires. Cette décoration est beaucoup moins régulière qu’à Autun, elle est moins soignée et moins précise, sans le trait central au milieu des petites formes triangulaires. Le travail de limage n’a pas entamé l’épaisseur de la collerette comme à Autun mais il a « couru » à l’intérieur des motifs triangulaires pour accentuer le relief des faux pétales. La présence de trois godrons de même largeur sur la bélière n’est que secondaire, même si ce nombre est commun à celle d’Autun – il l’est également à un grand nombre de pendentifs, monétaires ou non –, en revanche leur relief et leur disposition les dissocient clairement, tout comme la soudure de la bélière et le sertissage de la monnaie. Un demi-fermoir avec aureus de Faustine dans le trésor de Beaurains (Pas-de-Calais) a une collerette peu large et limée (Bastien, Metzger, 1977, p. 179, no 3, pl. IX). La décoration est identique à celle du pendentif d’Autun avec des motifs beaucoup plus serrés puisque les espaces intermédiaires simulant les pétales se transforment en triangles s’encastrant entre ceux « à encoche ». Leur surface intérieure est limée jusqu’à mi-épaisseur en partant de la base du triangle pour accentuer les jeux de lumière. Les compartimentages de ces collerettes limées se retrouvent sur des modèles ajourés comme les pendentifs monétaires de Barleux (Somme), les deux autres du trésor d’Eauze…

48Les deux rondelles apparaissent sur un pendentif avec aureus d’Elagabal trouvé au Vieil-Évreux-Gisacum (Eure) : comme à Autun, la bâte recouvre irrégulièrement le bord de la rondelle du revers. Les aurei de Postume de deux pendentifs de Rennes-Condate (Ille-et-Vilaine) et deux autres (un Antonin et un Macrin) d’Évreux-Medio-lanum Aulercorum conservés au Cabinet des Médailles sont sertis à jour de la même façon. Les exemples se multiplient mais les pendentifs sont trop grands et trop richement décorés.

49Les dimensions du pendentif d’Autun sont également proches des deux autres pendentifs d’Eauze et des deux du trésor de Barleux. Leurs collerettes sont sciées et non repercées, elles sont peu larges et décorées de motifs géométriques simples que sont l’arc de cercle et le triangle. Le traitement technique est donc différent, comme le mode de fixation et de sertissage sur le revers. Étant donné la datation de la monnaie – donativum célébrant la césarat de Caracalla, la huitième salutation impériale renvoyant à la victoire de Septime Sévère à Byzance contre Pescennius Niger – entre le second semestre de 196 et le début de 197 et son peu d’usure, elle a rapidement été montée en pendentif. La présence de la croix sur la rondelle du revers et sous la bélière peut s’expliquer afin de repositionner la rondelle exactement au même endroit au cas où cet aureus ne serait pas la première monnaie du pendentif. L’étude d’autres pendentifs monétaires avec le même type de sertissure permettrait de connaître les différentes techniques utilisées pour la fabrication des rondelles et ainsi de concevoir les possibilités offertes par ce pendentif.

50- Pendentif d’Autun avec un denier de Maximin le Thrace (235-238) ou pendentif no 2 (fig. 10 et 13).

51Ce pendentif a été découvert au printemps 1910 à Autun (Saône-et-Loire) et acquis par la Société Éduenne (Gadant, 1910b, p. 423). Musée Rolin, inv. S.E. O.R. 2.

Fig. 13. Pendentif (no 2) avec denier de Maximin le Thrace. Détail du repercé de la collerette, avers et revers, musée Rolin, Autun ; cl. C. Besson.

52D. ext. (H. avec bélière) 37,46 et de part et d’autre de la bélière 32,16 et 31,7/l. max. 31,26/ép. totale sans bélière 2,78 ; bélière D. int. 3,72 à 3,84/h. totale sur le revers 9 à 10 ; collerette ép. entre 0,7 et 0,8. Pds : 8,20 g. (Gadant, 1910a, p. 356).

53Ce pendentif est composé d’un denier d’argent de Maximin dit le Thrace recouvert d’une feuille d’or (Gadant, 1910a, p. 356, 360), Rome, 235-236, RIC 7A (Pinette, 1987, p. 193). Il est serti à jour dans un entourage en opus interrassile. Avers et revers ne sont pas dans le même sens.

54Avers : IMP. MAXIMINVS PIVS AVG., buste lauré, drapé et cuirassé à droite, vu de dos.

55Revers : FIDES MILITVM, Fidélité debout, trois-quarts face, tête tournée à gauche, tenant une enseigne dans chaque main.

56La pose de la feuille d’or a contribué à atténuer le relief et la précision des légendes, du buste et de la Fidélité.

57Ce pendentif comprend une bélière, une collerette repercée, une bâte, une rondelle sur l’avers en plus de la monnaie. Il a donc une rondelle en moins que le pendentif no 1. La bélière s’inscrit clairement au-dessus du pendentif, elle est soudée sur elle-même, sur le revers et la tranche extérieure de la collerette repercée. Décorée de trois godrons sur les deux tiers de sa longueur, elle est aplatie sur sa partie inférieure pour faciliter l’adhérence lors du soudage sur le revers de la collerette. Cette dernière, octogonale, est repercée sur toute sa surface. Une étoile à huit branches compartimente l’espace en arcs de cercle séparés par les branches triangulaires concaves. Les deux lignes directrices sont le cercle intérieur qui délimite la place laissée au denier et à son sertissage et la ligne qui dessine l’étoile. Un cœur est détouré à l’intérieur des triangles et à l’extérieur figurent des « masques » stylisés. Ces motifs précis ne se lisent pas sur le revers mais la disposition de l’étoile et la répartition des trous et leurs formes (les yeux du masque par exemple) se reconnaissent. Le travail consiste, comme le montrent les parois métalliques de ces trous, à les agrandir et à retirer de la matière sur l’avers pour affiner les motifs et les définir au mieux (fig. 13). Au-delà de chaque orifice, les parois sont inclinées pour suivre et se rapprocher du tracé. L’avers et le revers se complètent en démontrant que lorsque l’outil tranchant, la scie, grignote le métal en haut à gauche sur l’avers, la même forme se dessine sur le revers à l’opposé, en bas à droite. Cette remarque s’applique à toute la collerette. Sur le revers, le métal est parfois suffisamment rongé pour faire disparaître la surface de la paroi entre deux trous. Ces maladresses ne se voient pas sur l’avers mais elles fragilisent quelques endroits de la collerette. Le sertissage est plus simple que sur le pendentif no 1. Sur l’avers, la rondelle posée en biais est soudée contre la bâte de chant sans la recouvrir. Sur le revers, la feuille de bâte recouvre le bord du denier doré, le maintien est plus approximatif que sur l’avers et le mauvais état de la bâte coupée, écrasée et déchirée met en évidence la feuille d’or qui s’est désolidarisée du denier par endroits. Néanmoins, bien que la bâte ne soit pas verticale comme sur le pendentif no 1, elle suit complètement la forme de la monnaie, ce qui évite à la monnaie de sortir du serti à jour. La soudure de la bâte avec la collerette confirme cette adhérence au plus près du denier avec la naissance de petites arêtes, de plis métalliques, qui dessinent une circonférence qui n’est pas strictement circulaire. Les paillons comblent les interstices sous forme de traits disjoints.

58La dimension importante de ce pendentif le classe avec le pendentif monétaire du trésor de Vaise (Lyon, Rhône) (fig. 14) dans un groupe, distinct du pendentif no 1, avec des collerettes plus larges et beaucoup plus décorées. La forme, les godrons et le traitement des extrémités de la bélière diffèrent du pendentif no 1 bien que toutes les deux soient fixées sur le revers. En revanche, plus de similitudes apparaissent sur la bélière du pendentif de Vaise avec l’extrémité élargie et soudée sur la largeur de la collerette, sur le revers, et avec la mise en forme de la seconde extrémité, fixée sur l’avers, sur le bord de la collerette. Sur ce dernier, le sertissage de l’aureus de Gordien III a le bord de la rondelle et la tranche de la bâte distincts sur l’avers et la bâte repliée largement et sans grand soin sur le revers. La soudure entre collerette et bâte reprend les caractéristiques liées au type de sertissures vues sur le pendentif no 2. À ces points communs s’ajoute le travail du repercé, de qualité inférieure, mais qui a nécessité le même outil, comme le montrent les trous s’élargissant vers le bas sur le revers et devenant des croissants sur l’avers. La frise de peltes met en évidence les difficultés de l’artisan à travailler sur des espaces restreints, l’intérieur des peltes, alors que les triangles repercés qui séparent chaque motif sont mieux délimités sur les deux faces. Quoi qu’il en soit, les repercés de Vaise et d’Autun n’ont pas été faits par le même artisan, ce qui est confirmé par les bélières. Les motifs sur la collerette d’Autun sont communs à deux pendentifs appartenant au trésor de Beaurains (Pas-de-Calais), un circulaire avec aureus d’Elagabal et un octogonal avec aureus de Postume (Bastien, Metzger, 1977, p. 182-183, nos 7 et 8, pl. IX) : le « masque » d’Autun a plus de paires « de pattes » et les huit branches des étoiles présentent soit un cœur – commun à Autun – pour la collerette circulaire, soit des volutes qui multiplient le repercé et affinent le motif. Dans le trésor de Rennes (Ille-et-Vilaine), un pendentif avec aureus de Postume conservé au Cabinet des Médailles a une collerette octogonale avec des motifs repercés identiques à ceux de la collerette circulaire avec aureus d’Elagabal de Beaurains. Par leurs dimensions, ces pendentifs appartiennent tous au même groupe comme beaucoup d’autres à collerette repercée. Néanmoins, ceux de Beaurains, Rennes et Vaise ont la partie entièrement repercée « en appui » sur une base massive décorée par limage inconnue à Autun. Deux autres exemples, un pendentif de provenance inconnue et un second découvert aux environs de La Haye (Pays-Bas), ont une disposition décalée des motifs avec les masques aux angles de l’octogone et les branches de l’étoile au milieu des côtés (De Witte, 1868, p. 97-98, no 24, pl. XXVI, p. 66, no 265, pl. XVII).

Fig. 14. Pendentif monétaire du trésor de Vaise/Lyon (Rhône). Vue d’ensemble avers et revers ; détail du repercé de la collerette, avers et revers ; musée gallo-romain de Lyon-Fourvière ; cl. C. Besson.

59L’emploi d’un denier d’argent doré est également propre à Autun et la dorure démontre que le propriétaire a voulu « transformer » le denier en aureus de cet empereur, subterfuge complété par une collerette de grande qualité.

II.2. L’étui-pendentif d’Autun (Saône-et-Loire) ou pendentif no 3 (fig. 10 et 15)

60À proximité du Champ des Orfèvres, un îlot d’Augustodunum a été fouillé en 1973 et en 1976 le long du cardo maximus et au nord d’un decumanus menant à l’amphithéâtre, révélant la présence de deux domus édifiées à partir de l’époque flavienne et appartenant aux élites aristocratiques. Le pendentif a donné son nom à l’une des deux, la « maison à l’Étui d’or » dans laquelle il a été trouvé en 1976 avec quarante-six monnaies de Tétricus I, Tétricus II et Claude II, dans la salle V (Blanchard-Lémée et alii, 1986, p. 121-124 ; Pinette, 1987, p. 195). Musée Rolin, inv. S.E. O.R. 3.

Fig. 15. Étui-pendentif (no 3). Soudure des granules formant l’inscription, musée Rolin, Autun ; cl. C. Besson.

61L. 32,32/l. avec bélière 13,32/P. 7,76 ; corps hexagonal l. de 6,16 à 7 ; granules D. de 0,9 à 1,1 ; trois bélières A : D. ext. (l.) 6,22, B : D. ext. (l.) 5,6 environ, C : D. ext. (l.) 6,36. Pds : 6,26 g.

62Cet étui en bon état, daté de la fin du iiie ou du ive siècle, est un tube hexagonal aux extrémités aplaties. Trois bélières, larges par rapport à la longueur de l’étui, sont soudées sur une des faces restée lisse et permettent sa suspension. Usées, elles sont décorées de trois godrons limés qui disparaissent par endroits. Le corps de l’étui est décoré de granulation sur cinq faces. Sur l’avers des bélières, les granules sont utilisés pour inscrire ΕΥΦΟΡΙ (équivalent de la formule latine utere feliciter) en majuscules grecques. Cette langue fut très employée dans l’entourage des Écoles et dans les milieux commerçants, comme en témoigne l’épigraphie (Pinette, 1987, p. 195). Sur la face opposée, les granules forment des lettres ou des motifs difficiles à reconnaître dont un Y et un V. Cette dernière face et les autres sont décorées de granules en ligne, décalés d’une face à l’autre. Quelques-uns manquent, d’autres sont déplacés. Les sels de cuivre (fig. 15) et l’alliage sont utilisés pour souder les granules. Entre les bélières et l’étui, l’excès de paillons rend la soudure grasse et irrégulière, les granules renforcent cet assemblage et perdent parfois de leur volume. Les bélières, peu déformées, sont fixées correctement, chaque extrémité étant soudée sur quelques millimètres.

63La surface du corps de l’étui est piquetée, griffée et brillante. Deux feuilles ferment le tube. L’extrémité fermée définitivement, qui respecte la forme polygonale, est composée d’une feuille soudée sur les bords du corps, probablement repliés de la même façon que sur l’autre extrémité. À l’opposé, une seconde est coincée à l’intérieur du tube et en partie recouverte par pliage du bord de la feuille du corps. Son emplacement produit un petit renflement au bord du pendentif. L’étui a pu être ouvert à quelques reprises, ce qui justifie les déchirures, les craquelures et les déformations de la feuille rabattue. Aujourd’hui, il semble que ce bord plié soit soudé. Le découpage du bord de cette feuille n’est pas sans rappeler le revers de certains sertis à jour de pendentifs monétaires.

64Ce porte-amulette ou étui-pendentif est un des plus petits de Gaule. Un second bijou de section circulaire, de provenance inconnue et conservé en Grande-Bretagne, mesure 22 mm de long (Marshall, 1969, p. 355, no 2983, pl. LXIX). Les points communs tiennent essentiellement au système de fermeture choisi et au décor de granules en ligne où alternent des triangles, des rosaces et des granules isolés. Une seule bélière à trois godrons suffit à ce pendentif britannique. D’autres étuis plus longs et plus larges sont polygonaux, avec ou sans décoration. Un porte-amulette de provenance inconnue, conservé au musée des Antiquités Nationales, est décoré sur chaque face, y compris celle des trois bélières, de bandes en zigzag qui ornent également des coulants de colliers. Ses extrémités particulièrement travaillées ont une forme tronconique polygonale fermée par une feuille en relief. Deux autres étuis hexagonaux appartenant au trésor de Planche (Ain) reprennent quelques-unes de ces caractéristiques (Poncet, 1889, p. 533-537, pl. IX). Le corps peut être lisse comme sur le pendentif octogonal d’Eauze (Gers) dont le système de suspension, les deux bélières, sert aussi de décoration. Dans ce dernier cas, les extrémités sont, comme à Autun et sur un des deux pendentifs du trésor de Ténès-Cartennae (Mauritanie césarienne) (Heurgon, 1958, p. 57-59, pl. V, no 6), deux feuilles respectant la forme du corps. Pour l’instant, le petit nombre d’étuis-pendentifs répertoriés ne permet pas d’émettre d’hypothèses sur les productions ou sur des datations distinctes de celles des contextes archéologiques.

Conclusion (fig. 16)

65À partir des bijoux d’Autun, les comparaisons et les rapprochements avec la bijouterie de Lyon, qui offre pourtant un grand choix, sont ténus et varient selon les types de bijoux. Les familles des bagues à épaules et des joncs sont représentées dans les deux capitales avec néanmoins quelques différences.

66- Les épaules triangulaires se rencontrent aussi bien à Autun (bague monétaire) qu’à Lyon ; cependant la hauteur des épaules détermine des variantes propres aux deux villes, en ayant une incidence directe sur les faces et les profils des bagues. Il est tentant d’émettre l’hypothèse d’un même centre de production pour la bague monétaire et celle conservée au Cabinet des Médailles.

Fig. 16. Bijoux conservés au musée Rolin, Autun ; cl. C. Besson.

67- La diversité prime aussi sur l’influence avec l’exemple des joncs et demi-joncs. Les premiers ne sont pas représentés à Lyon. L’exemplaire au mammifère marin d’Autun est un modèle romain avec une technique propre qui le rattache à une production gallo-romaine. Deux variantes du type demi-jonc sans intaille, simple à Lyon (7-9-11 rue de la Monnaie ; Besson, 2007, p. 67, 68, 702) et double à Autun (no 3), mettent l’accent sur une simplicité de la bijouterie gallo-romaine, à partir de modèles romains qui connaissent un développement particulier dans le bassin méditerranéen avec la démultiplication des corps.

68- La bague demi-jonc avec nicolo affirme son particularisme, forme en étrier incluant une tête épaisse, alors que les deux éléments ne sont pas toujours associés ou aussi accentués, y compris à Lyon. Cette bague et le pendentif monétaire repercé sont les deux pièces pour lesquelles on pourrait parler d’influence en précisant qu’elle est peut-être venue de Lyon pour la bague. L’accentuation de certains de ces éléments amènerait à penser que la fabrication est peut-être locale ( ?). Quant au pendentif repercé, sa technique le lie au pendentif de Vaise (Lyon, Rhône) sans qu’il soit possible d’en dire davantage pour l’instant.

69Quoi qu’il en soit, la romanité des pièces conservées à Autun ne fait aucun doute, sauf pour la bague de Curgy. Cet artisanat de luxe est à l’image de la ville, intense foyer de romanisation, avec sa parure monumentale, ses constructions privées, les décorations, mosaïques et stucs, et la richesse des matériaux employés dont une partie est importée.

70L’interprétation de la forme romaine dont ces bijoux sont issus les rend uniques ou tout du moins les différencie clairement du reste de la production. Certains bijoux d’un même type ou variante se regroupent indépendamment des provenances à partir de détails techniques et/ou formels. À partir de là apparaissent les notions d’atelier, d’artisan et de production.

71En plus des bijoux du musée Rolin, il faut poursuivre l’étude sur le département et l’ensemble du territoire éduen. Les sources écrites complètent l’inventaire des bijoux trouvés au cours des siècles précédents. Ainsi, comme les trésors de Planche (Ain) et de Ténès (Algérie) qui présentent deux porte-amulettes, un second étui-pendentif, trouvé à Autun, ajoute des bandes en zigzag à la granulation ponctuelle. Deux colliers aux mailles fantaisie estampées découverts à Fesvre (Saône-et-Loire) près d’Autun et conservés à Lyon avant d’être volés en 1901 (Fontenay, 1887, p. 181) illustraient un type de collier dont un fragment de provenance inconnue se trouve au musée gallo-romain de Lyon-Fourvière. Le dernier exemple, un pendentif avec monnaie d’Otacilia Severa, appartient à un petit trésor d’Autun trouvé en 1614, composé d’au moins deux aurei de Philippe et Gallien, de vaisselle et de bijoux (Loriot, 1985, p. 603-607). Il reprend la composition de la collerette de celui de Vaise (Lyon, Rhône) et peut-être l’utilisation d’une monnaie d’argent recouverte d’or comme le pendentif no 2. Les regroupements par dimensions, techniques et formes ne sont pas le fait du hasard, même si aujourd’hui il est difficile de préciser des datations indépendantes de celle de la monnaie sertie. Ces trois « domaines » sont fortement liés et tissent une toile qui dépasse le cadre des deux pendentifs étudiés. Ils précisent la place de chaque bijou qui s’insère dans une évolution technique et formelle englobant les bijoux de l’Empire romain seulement répertoriés, conservés dans les musées et découverts au cours de fouilles récentes.

Remerciements

72Je remercie N. Crummy, S. Deschler-Erb et J.-L. Roche ainsi que les conservateurs des musées d’Autun, de Lyon, de Nantes, de Vienne, d’Avignon, du Cabinet des Médailles et le musée des Antiquités Nationales.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

D’Ambrosio A., De Carolis E. éd., 1997, I monili dall’area vesuviana, Rome, L’Erma di Bretschneider, 162 p., 39 pl., 10 fig. (Cataloghi [Soprintendenza archeologica di Pompei], 6).

Aubin G., Baratte F., Lascoux J., Metzger C., 1999, Le trésor de Vaise à Lyon, Lyon, A.L.P.A.R.A., 191 p. (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 17, Série lyonnaise no 6).

Bastien P., Metzger C., 1977, Le Trésor de Beaurains (dit d’Arras), Arras, 258 p. (Numismatique romaine, 10).

Besançon A., 1907, « Le trésor de Boistray », Bull. de la société des Sciences et des Arts du Beaujolais, 8ème année, p. 111-120.

Besson C., 2007, La bijouterie gallo-romaine en or : recherches sur les techniques de fabrication et essais de typologies, Thèse sous la dir. de M. François Baratte, Université Paris IV-Sorbonne, 5 volumes, 2554 p.

Blanchard-Lemée M., Olivier A., Rebourg A, 1986, « Deux maisons à pavements d’Augustodunum Autun (Saône-et-Loire) », Gallia, t. 44, fasc. 1, p. 121-149.

Bulliot J.-G., 1890, « Note sur le champ aux Orfèvres à Autun et sur les découvertes archéologiques qui y ont été faites », Mémoires de la Société Éduenne, Nelle série, XVIII, p. 441-451.

Charmasse A. de, 1902, « Séance publique du 4 septembre 1902 », Mémoires de la Société Éduenne, Nelle série, XXX, p. 478-479.

Charmasse A. de, 1919, « Procès-verbal de la séance du 10 avril 1919 », Mémoires de la Société Éduenne, Nelle série, XXXXIII, p. 371-377.

Comarmond, 1844, Description de l’écrin d’une dame romaine trouvé à Lyon en 1841 chez les frères de la doctrine chrétienne et donné par eux au musée de cette ville, Paris, Lyon, 48 p., 5 ill.

D’Ambrosio A., 1994, Gli ori di Oplontis : gioielli romani dal suburbio pompeiano, Naples, Bibliopolis, 3ème edizione, 81 p., 27 pl.

De Witte J., 1868, Recherches sur les empereurs qui ont régné dans les Gaules au iiie siècle de l’ère chrétienne, Lyon, L. Perrin, 202 p, XLIX p. de pl.

Fontenay E., 1887, Les Bijoux anciens et modernes, Ouvrage illustré de 700 dessins inédits exécutés par M. Saint-Elme Gautier, Paris, Quantin, XXIV-520 p.

Gadant R., 1910a, « Note sur un pendentif romain en or trouvé à Autun et sur des bijoux analogues de l’époque romaine », Mémoires de la Société Éduenne, Nelle série, XXXVIII, p. 355-377.

Gadant R., 1910b, « Séance publique du 3 septembre 1910 », Mémoires de la Société Éduenne, Nelle série, XXXVIII, p. 423-424.

Guiraud H., 1988, Intailles et camées de l’époque romaine en Gaule (territoire français), Paris, CNRS éd., 236 p., LXVIII pl. (48ème suppl. à Gallia).

Guiraud H., 1998, « Intailles et camées du musée Rolin d’Autun », Mémoires de la Société Éduenne, Nelle série, t. LVI-1997-1998, fasc. 2, p. 137-169.

Henkel F., 1913, Die römischen Fingerringe der Rheinlande und der benachbarten Gebiete, Berlin, G. Reimer, 385 p., LXXX pl.

Heurgon J., 1958, Le Trésor de Ténès, Paris, Arts et Métiers graphiques, 88 p., 40 pl.

L’Éduen, 1842 = L’Éduen, 15 mai 1842, journal littéraire, agricole et d’annonces judiciaires, 4e année, no 20, p. 2, col. 2 : Nouvelles locales.

Loriot X., 1985, « Le trésor d’Autun de 1614 », Bull. de la Société Française de Numismatique, 40e année, no 4, Avril, p. 603-607.

Marshall F. H., 1968, Catalogue of the Finger-Rings Greek Etruscan and Roman in the Departments of Antiquities, British Museum, Londres, The Trustees of the British Museum, 1907 et réédition, LIII-258 p., 35 pl.

Marshall F. H., 1969, Catalogue of the Jewellery, Greek, Etruscan, and Roman, in the Departments of Antiquities, British Museum, Londres, The Trustees of the British Museum, 1911 et réédition, LXII-400 p., 73 pl.

Pinette M., 1987, Autun - Augustodunum, capitale des Éduens, Catalogue d’exposition à l’Hôtel de ville d’Autun du 16 mars au 27 oct. 1985, Ville d’Autun, musée Rolin, 411 p.

Poncet E., 1889, « Le trésor de Planche (commune de Neuville-sur-Ain, département de l’Ain) », Revue numismatique, 3ème série, t. VII, p. 514-538, pl. X-XI.

Rebourg A., 1993, Autun, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2 vol., 238 p. et 81 p. (Carte Archéologique de la Gaule, 71/1 et 2).

Rebourg A., 1994, La Saône-et-Loire, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2 vol., 552 p. (Carte Archéologique de la Gaule, 71/3 et 4).

RIC : Mattingly H., Sydenham E. A. et alii, 1923-1994, The Roman Imperial Coinage, Londres.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Bague (no 1) au Tétricus. Dessus, face et profil, musée Rolin, Autun ; cl. C. Besson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10512/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 2. Bague (no 2) au mammifère marin. Dessus et face, musée Rolin, Autun ; cl. C. Besson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10512/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 3. Bague de Saintes (Charente-Maritime), musée départemental Dobrée, Conseil général de Loire-Atlantique, Nantes ; cl. C. Besson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10512/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 4. Bague double (no 3). Dessus, face et profil, musée Rolin, Autun ; cl. C. Besson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10512/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 5. Bague (no 4) avec nicolo. Dessus, face et profil, musée Rolin, Autun ; cl. C. Besson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10512/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 6. Bague de Lyon (Rhône), musée gallo-romain de LyonFourvière ; cl. C.Besson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10512/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 7. Bague (no 5) avec prase. Dessus, face et profil, musée Rolin, Autun ; cl. C. Besson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10512/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 8. Bague des environs de Brest (Finistère), musée départemental Dobrée, Conseil général de Loire-Atlantique, Nantes ; cl. C. Besson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10512/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 9. Bague (no 6) sans intaille. Profil et face, musée Rolin, Autun ; cl. C. Besson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10512/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 10. Pendentif (no 2) avec denier de Maximin le Thrace ; pendentif (no 1) avec aureus de Septime Sévère et étui-pendentif (no 3), avers et revers, musée Rolin ; cl. C. Besson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10512/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 11. Pendentif (no 1) avec aureus de Septime Sévère. Avers, détail de la collerette avec rondelle et bâte, musée Rolin, Autun ; cl. C. Besson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10512/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 12. Pendentif (no 1) avec aureus de Septime Sévère. Revers, détail du sertissage avec rondelle et bâte, musée Rolin, Autun ; cl. C. Besson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10512/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 13. Pendentif (no 2) avec denier de Maximin le Thrace. Détail du repercé de la collerette, avers et revers, musée Rolin, Autun ; cl. C. Besson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10512/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 14. Pendentif monétaire du trésor de Vaise/Lyon (Rhône). Vue d’ensemble avers et revers ; détail du repercé de la collerette, avers et revers ; musée gallo-romain de Lyon-Fourvière ; cl. C. Besson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10512/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende Fig. 15. Étui-pendentif (no 3). Soudure des granules formant l’inscription, musée Rolin, Autun ; cl. C. Besson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10512/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 16. Bijoux conservés au musée Rolin, Autun ; cl. C. Besson.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10512/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 341k

Auteur

Docteur en archéologie, Paris IV Sorbonne.

© ARTEHIS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search