Version classiqueVersion mobile

Verrerie de l’Est de la France. XIIIe-XVIIIe siècles

 | 
Jean-Olivier Guilhot
, 
Stéphanie Jacquemot
, 
Pierre Thion

Poligny - Lycée Friant, verrerie des XIII-XVIIèmes siècles

Claudine Munier

Texte intégral

1A Poligny (Jura), une fouille de sauvetage effectuée à l'automne 1988 (N. Millard, P. Guinchard, I. Laffly, M. Pouguet) a livré des verres médiévaux et post-médiévaux.

CONTEXTE DE LA DECOUVERTE

2L'extension du lycée Friant, un ancien couvent de Jacobins appuyé sur le rempart du bourg médiéval, a nécessité une intervention sur le fossé au pied de la fortification (mentionnée dès le XIIIème siècle) afin d'en comprendre les phases successives de comblement.

3Plusieurs états ont pu être déterminés, mais les éléments de datation se limitent au matériel découvert, céramique et verre en l'occurence. La céramique, qui fera l'objet d'une étude postérieure, a provisoirement été datée par J.-O. Guilhot. Quant au verre, si les cadres chronologiques s'affinent de plus en plus dans notre région (cf. Besançon, Montbéliard par ex.), il n'a pas ici bénéficié des meilleures conditions de conservation et de prélèvement. En effet, le milieu d'enfouissement (remblais souvent constitué de grosses pierres), et l'absence de consolidation sur place, ont uniquement permis la récupération des fragments les plus solides (en général : jambes et pieds de verres). La reconstitution de formes par recollage a de ce fait été très limitée. Les comparaisons sont pourtant possibles, même si les fourchettes chronologiques proposées paraissent larges.

4Les dates déterminées grâce aux comparaisons régionales et interrégionales seront ensuite confrontées à celles attribuées aux Unités Stratigraphiques (U.S.), au vu de la céramique.

LES VERRES MEDIEVAUX

5Les verres des XIII-XIVème siècles sont essentiellement représentés ici par des verres à tige creuse et par un fragment de goulot de gourde.

I. Les verres à tige creuse

6no 1 à 5 (US 08, 44, 16, 50, 25)

7Les contenants de ces verres à boire à tige creuse sont décorés de côtes saillantes moulées sur leur base. Des fragments de côtes, de tige ou de fond de contenant du même type ont été découverts dans d'autres unités stratigraphiques (03, 23, 33, 53) mais n'ont pas permis le moindre recollage.

8Les fragments de tige creuse (no 4 & 5) supposent un pied non pas soudé mais étiré dans le prolongement de la tige. Une profonde altération a fragilisé ces verres et leur a fait perdre leur teinte d'origine.

9Ces pièces de Poligny se situent morphologiquement entre les verresv10170 et 6066 du Louvre (BARRERA, 1987a, Fig. 2) datés des XIIIème et XIVème siècles. Des fragments de verres à tige creuse datés à Tours des XVème et XVIème siècles (MOTTEAU, 1985, p. 24, no 164 & 167) sont en fait issus de remblais de cette époque ; les verres sont sans doute contemporains d’un dépotoir du XIVème siècle. A Montauban (FOY, 1986, p. 86, Fig. 3, no 2, 4 & 5) de tels verres sont datés de la première moitié du XIVème siècle. A Troyes (CABART, 1987, p. 115, no 9), ce type de verre, avec légères côtes saillantes, provient d'un contexte du XIIIème siècle. Un exemplaire des Pays-Bas (RENAUD, 1982, p. 323, Fig. 1, no 4), très semblable à ceux de Poligny, est daté de la fin du XIIIème siècle.

10Avec des coupes plus larges, les verres à tige creuse se rencontrent à St-Denis (MEYER et alii, 1983, no 92) au XIVème siècle, à Besançon (GUILHOT et MUNIER, supra) au début du XIVème siècle, à Orléans (BARRERA, 1987b, Fig. 2, no 116 & 119) de la fin du XIIIème au début du XVème siècle. Toujours à Orléans, des verres à tige creuse avec coupe étroite sont montés sur un pied soudé à la tige. En Argonne (JANNIN, à paraître), l'atelier de Pairu en fabrique aux XIIIème et XIVème siècles.

II. Gourde

11no 6 (US 16)

12Ce fragment de verre très altéré appartient certainement à un goulot de gourde. Bien connues à Besançon - rue de Vignier - (GUILHOT et MUNIER, supra) pour le début du XIVème siècle, ces gourdes sont caractérisées par un goulot court renflé à la base, par d'éventuelles anses en rubans rapportés sur l'épaulement, et par une panse ovoïde à fond refoulé, supportée par un pied annulaire.

13Ici, les dimensions du tesson ne permettent pas de restituer la silhouette exacte de la gourde mais la comparaison avec les formes bisontines reste plausible.

14Au Louvre (BARRERA, 1987a, Fig. 2, no 18356 & 21349), seuls les goulots de deux gourdes ont été conservés, datés des XIII-XIVèmes siècles. D'autres comparaisons, principalement avec le Midi de la France (FOY, 1988, Fig. 122) ont été effectuées dans l'article sur Besançon.

III. Comparaison avec la céramique

15Les US 44, 25 & 53 ont livré de la céramique datée de la fin XIIIème-début XIVème siècles, ce qui correspond bien aux datations attribuées aux verres. Il en est de même pour les US 03, 23 & 33 où la céramique est datée du XIVème siècle. Par contre, les datations attribuées aux céramiques des US 08 & 16 sont légèrement plus récentes (fin XIVème-début XVème siècles). Les verres no 1 & 3 étant comparables aux verres no 2, 4 & 5, typiques de la fin XIIIème-début XIVème siècles, il semble que dans les US 08 & 16, le verre soit quelque peu résiduel.

LES VERRES POST-MEDIEVAUX

16Ils constituent la majorité des verres prélevés. Ils sont moins altérés que ceux de la phase XIII-XIVème siècles.

I. Les verres à pied

17no 12 à 17 (US 64, 74, 78, 80)

18Ils sont réalisés selon la technique du piedouche : en une seule paraison avec base ourlée et refoulée formant le pied et le fond de la coupe.

19Les bases en piedouche (à sommet plat ou bombé) des exemplaires no 12 & 13 appartiennent à des verres bitronconiques très courants au XVIème siècle. Des verres de ce type provenant de Tours (MOTTEAU, 1985, p. 33 no 199 et p. 34 no 200) sont datés de la première moitié du XVIème siècle. D'autres sites français possèdent ce type de verre : Orléans (BARRERA, 1987b, p. 346, no 187), le Louvre (BARRERA, 1987a, Fig. 4, no 10183) pour la fin du XVème siècle et le début du XVIème siècle ; Châlons-sur-Marne (CABART, 1985, p. 35, Fig. 3, no 4 & 5) au XVIème siècle, et Besançon (GUILHOT et MUNIER, supra, Fig. 8) à la fin du XVIème siècle. En Argonne, l'atelier de Binois (JANNIN, à paraître) en produit au XVIème siècle.

20Le fragment no 14 est à placer au même registre que les deux précédents. Le sommet du pied plus étroit ainsi que le départ de la coupe révèlent une forme biconique. Un exemplaire de St-Denis (MEYER et alii, 1979, Fig. 14) restituerait la silhouette du verre étudié ici ; à Paris, il est daté du XVIème siècle (BARRERA, 1987b, p. 346, no 210) ; ce verre se situe entre la fin du XVème et la première moitié du XVIème siècle. Au Louvre (BARRERA, 1987a, Fig. 5, no 10171 et 10173), les verres biconiques appartiennent à la première moitié et au troisième quart du XVIème siècle. A Tours, un fragment est daté de la première moitié du XVIIème siècle (MOTTEAU, 1981, p. 100, no 65).

21Les verres no 15, 16 & 17 sont conçus selon la technique du piedouche avec base ourlée et refoulée plus ou moins haut. Les coupes sont coniques ou en forme de tulipe. Ces verres sont présents au Louvre (BARRERA, 1987a, Fig. 5, no 10175 et 10180) durant les trois-quarts du XVIème siècle ; à Orléans (BARRERA, 1987b, p. 346, Fig. 2, no 222) de la fin XVème à la première moitié XVIème siècle ; à Châlons-sur-Marne (CABART et CHOSSENOT, 1984, p. 38, Fig. 7, no 10 ; 1984b, p. 208, Fig. 7, no 8 & 11) pour les XVI-XVIIèmes siècles. L'atelier de Chevrie, en Argonne (JANNIN, à paraître) en produit aux XVI et XVIIèmes siècles.

22Excepté les US 74 & 78 qui ont livré un mobilier céramique daté de la deuxième partie du XVème siècle (jusqu'au début du XVIème pour l'US 74 et jusqu'à la fin du XVIème pour l'US 78), les datations de ces verres à pied typiques du XVIème siècle correspondent peu à celles proposées pour la céramique. En fait, les US 64 & 80 possèdent un mobilier hétérogène : la céramique de l'US 64 est principalement attribuée à la fin du XIIIème-début XIVèmes siècle, également au XVème siècle, mais aussi aux XIX et XXème siècles. Celle de l'US 80 est datée de la fin XIVème-début XVème avec quelques tessons du XVIème siècle.

II. Les verres à jambe creuse

23no 19 à 26 (US 64, 74, 75)

24Ils sont caractérisés soit par la hauteur de la jambe, soit par la présence d'un bouton creux intermédiaire entre le pied et la coupe.

25Les exemplaires no 19 & 20 ont une jambe élancée et lisse, soudée directement à la coupe. A Tours (MOTTEAU, 1981, p. 90), ces verres (à jambe refoulée dans ce cas) sont utilisés du dernier quart du XVIème siècle jusqu'à la première moitié du XVIIème siècle. A Orléans, ce type, associé aux verres à boule creuse (BARRERA, 1987b, p. 346, no 225) et daté de la fin du XVème à la première moitié du XVIème siècle, est présenté avec une coupe conique. Au Louvre (BARRERA, 1987a, Fig. 5, no 10172), un verre à jambe avec coupe conique est daté du XVIème siècle.

26L'US 74 attribuée à la deuxième moitié du XVème-début XVIème siècle par la céramique est datée de façon à peu près équivalente par le verre.

27Le no 21 possède un bouton creux soufflé. Il est constitué en une paraison avec base ourlée et refoulée : il n'y a pas de séparation entre le pied et le bouton, le sommet du refoulement constitue le fond de la coupe. A Tours (MOTTEAU, 1981, p. 99, no 43) ce type de support est utilisé au XVIème siècle et pendant la première moitié du XVIIème siècle. A Orléans (BARRERA, 1987b, p. 436, no 237) cette forme de jambe surmontée d'une coupe en forme de tulipe est datée de la fin XVème à la première moitié du XVIème siècle.

28Cette pièce de Poligny appartient à l'US 64, hétérogène, rendant inutile la comparaison avec les datations de la céramique.

29Les pièces no 22 & 25 appartiennent à des verres à jambe balustre : le bouton creux est soufflé et soudé à la coupe (conique ou en forme de tulipe) et au pied non ourlé. Ce type est très développé aux XVIème et XVIIème siècles. A Châlons-sur-Marne (CABART et CHOSSENOT, 1984, p. 38, Fig. 7, no 24), un fragment identique à celui étudié ici est daté des XVI-XVIIèmes siècles, un verre complet avec coupe en forme de tulipe (CABART, 1986, p. 132, Fig. 9, no 30), deux fragments de jambe (CABART, 1985, p. 61, Fig. 24, no 21) dont un avec filet rapporté sur le bouton (CABART, 1984, p. 214, Fig. 10, no 18), sont datés du XVIIème siècle. A Besançon (GUILHOT et MUNIER, supra), ils sont datés de la fin du XVIème siècle.

30Comme précédemment, ces deux pièces proviennent de l'US 64 hétérogène.

31Les verres no 23 & 24 ont une jambe soufflée et moulée qui compose des moulures en boutons plus ou moins aplatis ; décorée ici de légères côtes en creux sous le dernier bouton, la jambe est soudée à la coupe, sans doute conique, et au pied haut non ourlé.

32A Orléans (BARRERA, 1987b, p. 346, no 238), ce type est daté, comme les verres à pied et les autres verres à jambe creuse, de la fin du XVème siècle à la première moitié du XVIème siècle.

33Le fragment no 26 est un bouton ovoïde côtelé, légèrement aplati, soufflé et moulé. Selon J. Motteau (MOTTEAU, 1981, p. 90), les verres à boutons côtelés dénotent une influence italienne. Les exemplaires de Tours (MOTTEAU, 1981, p. 100, no 66 & 67) possèdent des moulures de verre plein qui relient le bouton à la coupe et au pied ; ils sont datés de la première moitié du XVIIème siècle. J. Motteau fait référence à J. Barrelet précisant que ce type de verre "existe en France dès le dernier quart du XVIème siècle" (BARRELET, 1953, Pl. XXXVI et XLII, C). Au Louvre, les boutons côtelés creux sont soudés soit à des coupes hémisphériques et à des pieds hauts (et dans ce cas représentés du milieu XVIème au début XVIIème siècles) (BARRERA, à paraître ; 1987a, Fig. 6, no 10179), soit soudés à des coupes de diverses formes, souvent décorées, et à des pieds bas, type présent jusqu'au XVIIIème siècle (BARRERA, 1987a, Fig. 8, no 10153 ; Fig. 9, no 5883 & 5885). A Châlons-sur-Marne existe aussi la technique du bouton côtelé creux (CABART, 1986, Fig. 9, no 36), relié à la coupe et au pied par l'intermédiaire de moulures de verre plein, et daté du XVIIème siècle. Ce bouton pourrait donc chronologiquement se situer entre le milieu du XVIème et la fin du XVIIème siècle (ce qui ne sera pas confirmé par les datations céramiques de cette couche 64 hétérogène).

III. Les verres à jambe pleine

34no 27à 33 & no 38 (US 52, 64, 74, 75, 01)

35Ces verres constitués d'un "tube plein à moulures et à boutons" apparaissent généralement à partir du début du XVIIème siècle et couvrent tout le siècle. L'exemplaire no 27 est particulier. Il n'est pas composé d'une jambe soudée à la coupe et au pied, mais reste dans la tradition des verres à pied avec lesquels on aurait pu le classer. En effet, ce verre biconique est constitué en une seule paraison lui donnant sa forme générale. L'espace (qui représenterait la jambe) entre le fond de la coupe et le sommet du pied semble obturé par un bouchon de verre. Il existe des verres biconiques, (classés parmi les verres à pied) à opercule rapporté pour former le fond de la coupe, mais la dimension de cet opercule ne dépasse guère quelques millimètres. Un tel exemplaire appelé "diabolo" provient de Châlons-sur-Marne (DEROUARD, 1986, Fig. 2, no 4 et p. 42, chap. 2) daté du XVIIème siècle. Ce verre de Poligny issu de l'US 75 demeure isolé.

36La céramique de cette US est datée de la deuxième moitié du XVème siècle à la fin du XVIème siècle.

37Le fragment de jambe pleine no 29 présente un vide conique en son centre. Directement soudé au pied, ce bouton plein sert soit d'anneau à la base d’une jambe creuse comme c'est le cas sur certaines pièces du Louvre (BARRERA, 1987a, Fig. 9, no 5873 & 5876) datées du XVIIIème siècle, soit d'intermédiaire entre une coupe conique (dont le fond est soudé dans le bouton) et le pied, à Châlons-sur-Marne (DEROUARD, 1986, p. 149, Fig. 2, no 7 & 9) (BARRERA, 1987a, no 5859) pour le XVIIème siècle.

38Provenant de l'US 64 hétérogène, on retiendra le XVIIème siècle pour ce verre.

39Les exemplaires no 28, 30, 31, 32 & 33 représentent des verres à jambe pleine typiques du XVIIème siècle sur de nombreux sites. Les successions de bague, moulure et bouton varient ici sur des jambes courtes soudées au pied et à la coupe. Seul l'exemplaire no 28 possède encore une partie de sa coupe, très fine et décorée de légers alvéoles. A Tours (MOTTEAU, 1981, p. 100, no 69 à 73) ces types de verres sont datés du XVIIème siècle. A Châlons-sur-Marne, ils sont également bien représentés à la même époque (CABART, 1983, Fig. 13, no 61, 66, 93 & 94 ; 1985, p. 61, Fig. 24, no 12 à 14 ; 1986, Fig. 11, no 44 & 45). Au Louvre, ils sont datés de la deuxième moitié du XVIIème siècle et du début XVIIIème siècle (BARRERA, 1987a, Fig. 8, no 5881 et 5889).

40La céramique des US 74, 75 & 52 se répartit entre les XIV-XVème siècles (US 52) et les XV-XVIème siècles (US 74 & 75). Selon la position de ces US, on peut imaginer une céramique résiduelle (US 74 & 75) et des problèmes d'interférence (US 52).

41Le verre no 38 provient de la couche de décapage et semble, par sa morphologie, relativement récent. La jambe pleine ne se limite pas à la bague précédant le bouton, elle déborde d'un centimètre encore avant le fond de la coupe. Cet espace plein, entre le fond de la coupe et le support, est présent sur un verre du Louvre (BARRERA, 1987a, Fig. 13, no 18099) daté du dernier quart du XVIIIème à la première moitié du XIXème siècle. L'US 01 a également fourni des tessons de bouteilles.

IV. Gobelet

42no 18 (US 64)

43Un gobelet à pied annulaire rapporté possède un fond refoulé assez haut. Selon J. Motteau, "les gobelets à pied rapporté font leur apparition au XVème siècle" (MOTTEAU, 1981, p. 88). A Besançon (GUILHOT et MUNIER, supra), un tel gobelet, décoré de pastilles moulées, est daté de la fin du XVIème siècle. A Châlons-sur-Marne (CABART, 1986, Fig. 9, no 33), un gobelet à décor moulé et filets rapportés possède un pied annulaire rapporté ; il est daté du XVIIème siècle.

44Comme pour les autres verres du niveau 64, hétérogène, les comparaisons avec les datations attribuées d'après la céramique restent aléatoires.

V. Coupelles ou bocaux

45no 7 & 8 (US 19 & 64)

46Le renflement sous la lèvre évasée de ces pièces les rapproche de coupelles (forme basse) ou de bocaux (forme haute) rencontrés à Besançon - rue de Vignier-, datés de la fin du XVIème siècle (GUILHOT et MUNIER, supra). Les coupelles (ou drageoirs, ou tastevins) sont conçues selon la technique du piedouche. Cette forme est présente à Châlons-sur-Marne (CABART, 1986, p. 136, no 47) au début du XVIIème siècle et au Louvre (BARRERA, 1987a, Fig. 7, no 5850, 5851 et 5848) durant tout le XVIIème siècle.

47Les bocaux (ou piluliers, ou pots à pharmacie) ont également été comparés, pour l'étude sur Besançon, à un exemplaire du Louvre (BARRERA, 1987a, Fig. 7, no 5847) et à un autre de Châlons-sur-Marne (CABART, 1983, p. 253, Fig. 11, no 103), tous deux datés du XVIIème siècle.

48Deux fragments comparables sont également présents à Tours comme "un vase à col resserré et lèvre bordée, épaissie et évasée" (MOTTEAU, 1985, p. 38, no 239) daté du début XVIIème siècle, et à Châlons-sur-Marne (CABART et CHOSSENOT, 1984, p. 38, Fig. 7, no 7) comme "un morceau d'un bocal" daté des XVI-XVIIèmes siècles.

49A Poligny, un petit fragment de bord provient de l'US 75 datée par la céramique des XV et XVIème siècles. Les US 19 & 64, toutes deux de remplissage hétérogène, ne permettent pas de comparaison d'ordre chronologique avec la céramique.

VI. Tessons à filets bleus

50Les tessons de verre incolore no 34, 35, 36 & 37 (US 16 & 26) sont décorés de filets bleus, rapportés pour les no 34 & 35. Ils proviennent d'US peu homogènes :

  • l'US 16 avait fourni du verre daté de la fin XIIIème-début XIVème siècles et de la céramique de la fin XIVème-début XVème siècles avec des intrus du XVIIème siècle ;

  • l'US 26 a été attribuée à la fin XIIIème-début XIVème, fin XIV et XVème siècles, d'après la céramique.

51Les filets bleus sont présents pendant de nombreuses périodes mais semblent ici, par la qualité du verre, plutôt du XVIème ou du XVIIème siècle.

CONCLUSION

52Les US accolées au rempart appartiennent à la première phase de comblement du fossé. Elles sont attribuées d'après la céramique et le verre aux XIII-XIVèmes siècles et semblent relativement homogènes.

53Quant aux autres couches possédant des verres identifiables, la moitié présente de la céramique hétérogène, l'autre moitié à céramique homogène, contient des verres appartenant à plusieurs phases chronologiques, souvent plus larges que celles proposées pour la céramique (US 74 & 75 par ex.).

54La position de l’US 52 sous un caniveau explique sans doute le caractère perturbé de la couche. La céramique, datée des XIV-XVème siècles, fortement altérée, est peut-être intrusive.

55L’US 64, très hétérogène, est la couche la plus riche en verre. Elle a fourni un nombre considérable de verres plats, fragments de vitres en triangle découpés, associés à du verre de bouteille.

© ARTEHIS Éditions, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search