Version classiqueVersion mobile

Aspects de l’artisanat en milieu urbain : Gaule et Occident romain

 | 
Pascale Chardron-Picault

Les métaux en alliage à base de cuivre, le fer et les métaux précieux

Le fer, les alliages cuivreux et l’or : l’artisanat du métal sur le Magdalensberg

Kordula Gostenčnik

Résumé

L’économie de la ville romaine sur le Magdalensberg (50 av. J.-C. 50 ap. J.-C.) repose sur l’artisanat du métal, la production des textiles et le commerce. Les références précoces se limitent au traitement du fer, tandis qu’avec l’occupation du Norique par Rome en 15 av. J.-C., le travail des alliages cuivreux prend de l’importance pour une production très diversifiée. La fabrica auraria impériale qui produit des lingots d’or pour l’empereur Caligula représente un cas exceptionnel. Un nombre élevé d’ateliers identifiés, de déchets de production et de graffitis reliés au commerce extra-régional permettent une vue détaillée sur la fabrication et la commercialisation des produits.

Texte intégral

1Dès le début de la présence massive romaine dans les Alpes orientales, vers le milieu du premier siècle avant J.-C., la richesse de la région en minerais constitue le motif décisif pour assumer le contrôle du territoire (Alföldy, 1974 ; Fischer, 2002 ; RGA2 s.v. Noricum (H. Ubl), Gassner et alii, 2002 ; Šašel Kos, Scherrer, 2002). Les points de référence historiques, les campagnes gauloises de César d’une part et celles d’Octavien dirigées vers l’Illyrie de l’autre, font actuellement l’objet de débats scientifiques renouvelés. Déjà au cours de l’époque précédente, La Tène, les activités minières avaient une grande importance, favorisant la prospérité économique du territoire (Urban, 2000, p. 287-370).

  • 1 Diverses recherches ont traité des gisements de fer exploités dans l’Antiquité. Des analyses des m (...)

2De ce fait, le début de l’exploitation intensive des gisements ne remonte pas à l’arrivée des Romains, mais vraisemblablement aux débuts de l’Âge du Fer. On suppose qu’il y a eu pérennité de cette exploitation. Les détails nous échappent, parce que les études exhaustives sur l’ensemble du territoire manquent à ce jour. Les conclusions s’appuient sur un nombre restreint de vestiges archéologiques dont la chronologie est médiocre. Par ailleurs la datation est livrée pour l’essentiel par les analyses au 14C des charbons de bois découverts dans les hauts-fourneaux et les fours et les dépotoirs contenant des scories. Récemment des datations ont été apportées par la dendrochronologie1.

Fig. 1. Le Noricum et le Magdalensberg (d’après Schindler Kaudelka et alii, 2001, fig. 20 ; © E. Schindler Kaudelka).

3Le Norique est divisé en deux par la barrière centrale alpine (fig. 1). Il est évident que l’influence romaine a concerné d’abord la partie sud du pays. Le long des grandes voies de communication, du mobilier d’origine méditerranéenne, contemporain de la fondation de la cité de l’ancienne Virunum sur le Magdalensberg, a été découvert. Ceci marque le début de la romanisation dans la région, vers le milieu du premier siècle avant J.-C. Le caractère des sites reste mal défini et devra faire l’objet de recherches approfondies avant évaluation. Il manque cruellement de passages naturels praticables entre le nord et le sud. La traversée difficile, voire impossible en hiver, des cols du Hochtor (fig. 1, au sud de Bruck), du Radstädter Tauern (fig. 1, au nord d’Immurium), du Korntauern (fig. 1, au sud entre Bruck et Immurium) et du Hohentauern (fig. 1, à l’est de Katsch) constitue la raison majeure de l’orientation économique et commerciale divergente des deux parties de la province sous l’Empire (Alföldy, 1974, passim ; Šašel Kos, Scherrer, 2002, passim ; pour la région au sud voir Glaser, Schretter, 1992).

La cité de l’ancienne Virunum sur le Magdalensberg

  • 2 Pour un résumé en français consulter Piccottini, 2003, avec bibliographie complète ; pour les étud (...)
  • 3 La périodisation est contenue dans le plan couleur de Piccottini, 1989.
  • 4 Sommaire des résultats dans Dolenz et alii, 2008.

4Des fouilles anciennes, menées au xixe et au début du xxe siècle, ont précédé l’exploration systématique du Magdalensberg qui se poursuit depuis 19482. Les travaux se sont concentrés sur le centre ville et les quartiers adjacents, sur la forteresse au sommet de la montagne et, dans les premières années, sur la nécropole du Lugbichl située sur une colline en marge orientale du site3. L’étendue totale de la ville et de ses environs immédiats a été récemment scrutée au moyen d’un laserscan. Ceci permettra des fouilles ciblées sur des questions exactes et promet des résultats dans un futur proche4.

  • 5 Voir la bibliographie dans Piccottini, 2003 ; pour l’artisanat du métal et les objets en fer en pa (...)
  • 6 Voir Piccottini, Vetters, 2003, p. 135-148 pour les inscriptions funéraires ; pour la provenance d (...)

5Le paysage urbain est formé d’une couronne d’ateliers et de magasins disposés en double rangée autour d’une place rectangulaire, parfois des structures à double vocation (fig. 2). Les études des objets, des structures, un travail publié sur les fibules et une série de graffitis mentionnant la commercialisation des produits métalliques éclairent le rôle important de la production et du commerce dans l’économie de la ville5. Les inscriptions funéraires trouvées dans le cimetière du Lugbichl et un grand nombre de graffitis découverts sur les murs des magasins et sur des tessons de céramique donnent des informations sur la présence des commerçants d’Aquilée qui ont institué un emporium d’échange de marchandises régionales avec des importations méditerranéennes avant l’occupation du Norique par l’Empire romain6. Après cette période, en 15 avant J.-C., la ville sur le Magdalensberg devient le centre de l’administration norique et une garnison de troupes d’occupation est créée.

  • 7 Le terme taberna est utilisé pour les bâtiments ouverts directement sur le forum, qui servaient co (...)

6La ville est orientée autour d’une grande place centrale, le forum, entouré d’édifices publics : des thermes, une basilique et, dès l’époque tibérienne, un temple sur le flanc nord, l’édifice de l’administration centrale des minières du Norique avec au centre la fonderie impériale de l’or (fig. 2). Les fouilles étendues ont concerné la partie orientale du forum, dans le voisinage d’une basilique tardo-républicaine. La place est entourée d’une rangée de tabernae7 dont la partie en façade sera transformée en cave lors d’un exhaussement des sols dans le cadre d’un nouveau concept d’urbanisation.

L’artisanat du fer8

  • 8 Dolenz, 1998 ; Schütz, 2003.
  • 9 Voir Straube, 1996, avec références bibliographiques ; références sur le ferrum Noricum également (...)

7Les sources littéraires anciennes parlent de la qualité supérieure du ferrum Noricum (Vetters, 1966 ; Piccottini, 1981 ; Grassl, 1989 ; Straube et alii, 1996 ; Piccottini, 2000 ; Sperl, 2004 ; Gostenčnik, 2005b ; Cech, 2008). Les lames minces d’échantillons d’outils, tout comme l’archéologie expérimentale avec la production dans des fours reconstitués, ont permis d’obtenir des produits possédant toutes les caractéristiques d’un acier de qualité9. À proximité du Magdalensberg, deux grands centres de réduction de fer sont localisés (fig. 1) : l’un à 20 km au nord-est, la vallée du Görtschitztal, où l’exploitation a duré jusque dans les années soixante du xxe siècle (Catalogue Hüttenberg, 1995 ; Cech, 2008) ; l’autre à 20 km à l’ouest, Feldkirchen (Galik et alii, 2003). Contrairement à des opinions anciennes, il n’y a pas de traitement primaire des minerais sur le Magdalensberg.

  • 10 L’artisanat du fer a été identifié dans plusieurs secteurs et il comporte : en dessous du sanctuai (...)

8À l’époque tardo-républicaine et proto-augustéenne, jusqu’à l’occupation en 15 avant J.-C., la production de fer est de loin la plus importante (Dolenz, 1998, p. 15-37 ; idem, 2004, p. 171-177). Pendant cette période les attestations d’ateliers de forgerons et de structures simples en lien avec des chantiers de construction autour du forum sont nombreuses (fig. 3 et 4). Le regroupement apparent des boutiques et des ateliers conduit à supposer des unités de production à gestion commune. Dès l’occupation romaine un essor fait augmenter la production dans les ateliers de bronziers, sans pour autant diminuer l’importance de l’artisanat du fer10.

9À la suite d’une catastrophe, les ateliers donnant à l’origine directement sur la place sont transférés, au cours d’un remaniement complet de l’urbanisme. Les dommages, visibles sur la totalité de la surface de la ville, sont actuellement interprétés comme les conséquences d’un tremblement de terre (Dolenz, 2004, p. 210-213). Les ateliers sur les façades nord et ouest de la place (fig. 4) disparaissent sous le temple (fig. 3), tandis que les unités en marge du forum semblent déplacées vers la périphérie. Toutefois les recherches menées sur ces locaux à l’extérieur du forum demeurent insuffisantes pour asseoir définitivement cette hypothèse.

Fig. 2. Magdalensberg. Vue aérienne de la ville du sud-est, vue du sommet de l’est et plan général (photo S. Tichy et E. Wappis ; plan d’après Piccottini, Vetters, 2003 ; © LMK, Klagenfurt).

Fig. 3. Magdalensberg. Situation des ateliers de forgerons (d’après Dolenz, 2004, Beilage 14 ; © LMK, Klagenfurt).

Fig. 4. Magdalensberg. Tabernae et basilique précoce au nord-est du forum avant l’occupation romaine (d’après Dolenz, 1998, fig. 6 ; © LMK, Klagenfurt).

10Les fouilles sur le site livrent pratiquement dans toutes les unités stratigraphiques des restes de production, qu’il s’agisse de scories ou de déchets de fer. Les ateliers eux-mêmes, pour la plupart très mal conservés, ont été analysés par H. Dolenz, qui a pu définir des plans simples, plus ou moins rectangulaires, et constitués de murs de bois sur solin de pierre édifiés sans précision. Les ateliers T/O (8,0 m x 5,6 m) et T/I (19 m x 5,0 m-6,0 m) illustrent de façon exemplaire la répartition des petites fosses circulaires (R1-R4 dans fig. 5), des cuves à eau (B1-B5 dans fig. 5) et des fosses supplémentaires incendiées ou des fours (G1-G4 dans fig. 5) à l’intérieur des ateliers. L’intérieur consiste en un foyer en fosse avec une cuve et des caniveaux sur un sol en terre battue. Le plus souvent ils contiennent de nombreux charbons de bois, des scories en quantité, des loupes de fer, parfois des barres de formes diverses et des éclats de fer ainsi que des fragments de parois de fours et des argiles calcinées. Souvent, à l’intérieur des structures, une séquence chronologique de plusieurs phases de fonctionnement peut être distinguée, sans pour autant arriver à les dater de façon absolue. En outre, leur état de conservation ne permet pas de regroupement typologique. Dans la fabrica militaria OR/17, au nord-est du forum, on a pu observer à la fois des vestiges du travail des alliages cuivreux et du travail du fer, ce dernier n’ayant eu qu’une importance très limitée (Dolenz et alii, 1995 ; Dolenz, 1998, p. 24, 36 et note 116). Globalement ces deux artisanats dans une même unité restent rares, et peuvent s’expliquer dans le cas d’OR/17 par l’usage combiné des deux métaux dans l’armement du soldat.

  • 11 Sur le recyclage dans la ville sur le Magdalensberg voir Schindler Kaudelka, 2007.
  • 12 Voir les résultats de la fouille SH/5 au sud du forum dans Piccottini, 1998b, p. 61-75 ; la public (...)

11Malheureusement, les débris de fabrication, les outils et les produits semi-finis manquent la plupart du temps. Ceci est dû au fait que le recyclage occupe une partie essentielle de la séquence de production, dans une plus grande mesure que pour d’autres matériaux11. Il n’est donc pas possible de juger de la production ou de supposer des ateliers spécialisés. La typologie des objets ne peut être attachée au répertoire laténien, mais les formes fonctionnelles ne permettent que rarement la distinction entre éléments de tradition alpine et méditerranéenne (Dolenz, 1998, passim). Le magasin SH/5, incendié au début de la période claudienne, a livré un grand nombre de marchandises en fer et en bronze produites, du moins en partie, dans les ateliers du Magdalensberg (fig. 6). Pour des raisons chronologiques, l’on doit pourtant exclure ceux situés directement en marge du forum12.

Fig. 5. Magdalensberg. Plan des ateliers de forgeron T/O et T/I (d’après Dolenz, 1998, fig. 1-2 ; © LMK, Klagenfurt).

12En ce qui concerne la production locale et son échelle, les graffitis conservés sur les murs de deux dépôts de commerçants, OR/23 et OR/26 dans le nord-est du forum, les notes écrites témoignent du commerce des produits métalliques fabriqués dans la ville (fig. 7) (Egger, 1961). Les inscriptions documentent le commerce de gros à longue distance. Des haches, des crochets, des anneaux produits sur place ont été distribués via Aquileia jusqu’à Rome et parfois les inscriptions parlent de paiement en or. L’envergure des entreprises correspond selon toute vraisemblance à la disposition des structures de production en groupes (voir fig. 2). Les magasins OR/23 et OR/26 sont restés en fonction jusqu’à la fin du règne d’Auguste.

L’artisanat des alliages à base de cuivre13

  • 13 Deimel, 1987 ; Dolenz et alii, 1995 ; Dolenz, 2004 ; Sedlmayer, 2009.
  • 14 Les ateliers d’époque augustéenne (fig. 8) : en marge ouest du forum Secteur O et sur les terrasse (...)
  • 15 Les ateliers de l’époque tibério-claudienne (fig. 8) sur les terrasses à l’ouest du forum T/4, T/5 (...)

13À la différence des ateliers de forgerons (tabernae), les ateliers des bronziers sont situés sur les terrasses supérieures (fig. 8). Aucun témoin d’atelier ou de produit semi-fini n’existe pour la période 1 tardo-républicaine et proto-augustéenne. Il semble que la production commence avec l’occupation romaine14. Elle perdure lors des règnes de Tibère et de Claude, alors que les bâtiments en façade de la place sont déjà transformés15. Dans quinze locaux ont été signalés dix-huit horizons d’ateliers. Un grand nombre de déchets de fabrication atteste l’existence d’autres ateliers de bronziers localisés sur les terrasses au nord-ouest des édifices mis au jour, mais aucune structure n’a encore été fouillée.

Fig. 6. Magdalensberg. Marchandises en fer du magasin SH/5 incendié au début de l’époque claudienne (d’après Piccottini, 1998b, fig. 59 ; © LMK, Klagenfurt).

Fig. 7. Magdalensberg. Graffitis relatifs au commerce du métal découverts sur les murs des boutiques OR/23 et OR/26 (d’après Egger, 1961 ; © LMK, Klagenfurt).

Fig. 8. Magdalensberg. Situation des ateliers de bronziers (d’après Dolenz, 2004, Beilage 14 ; © LMK, Klagenfurt).

Fig. 9. Magdalensberg. Ateliers secteurs O et T/5 et fours en fosse (d’après Dolenz, 2004, Beilage 14 ; © LMK, Klagenfurt).

14Les vestiges des bâtiments peuvent être classés en deux groupes distincts (Dolenz, 2004, p. 175-177). Le premier comporte des foyers en fosse de petites dimensions (type 1) tandis que le second est défini par de grands fours à voûte (type 2). Les ateliers de bronziers avec des structures de type 1 fonctionnent dès l’occupation romaine jusqu’à l’abandon du site. Les locaux dans lesquels ont été reconnus des fours de type 1 appartiennent aux unités O (environ 6,50 m x 6,50 m) et T/5 (5,50 m x 7 m) (fig. 9). Ils disposent fréquemment de plusieurs postes de travail. Le nombre des fours varie de un à trois avec la possibilité de fonctionnement simultané (A, B et C sur fig. 9). Les fours sont constitués de fosses rectangulaires ou carrées d’une profondeur de 30 à 40 cm, et d’une voûte d’un diamètre compris entre 40 et 70 cm. Ces fosses sont bordées de briques ou de petits cailloux. La voûte, piriforme, est façonnée en argile enrichie de petites pierres. Elle s’élève au maximum à 20 cm au-dessus du niveau du sol et dispose d’une ouverture circulaire d’un diamètre maximum de 30 cm pour les creusets et le soufflet. Les ateliers sont équipés de plusieurs fosses (G1 à G4 sur fig. 9), dans lesquelles un certain nombre de rebuts et de déchets de fabrication ont été déposés. Dans l’unité T/5 un banc de travail maçonné (P sur fig. 9) complète l’inventaire des structures. Dans l’angle nord-est de T/5 a été découvert un autel maçonné de petites dimensions orné du motif d’un éclair et une fosse de 80 cm de profondeur située directement devant.

15Le type 2 à grand four voûté est attesté pour la première fois à l’époque tibérienne et perdure au cours du règne de Claude. Ils sont tous situés sur la terrasse NG, au nord-est du forum. Dans cette zone, les cinq ateliers comportant des structures de type 2 sont alignés. L’une d’elles, caractérisée par un aménagement en fosse, a pu être utilisée pour la fabrication d’objets de grandes dimensions, mais cela reste hypothétique. Les grands fours à voûte sont disposés dans un angle de la pièce tandis que les foyers en fosse sont souvent situés au milieu du local. La figure 10 présente deux des cinq ateliers du type 2 : NG/31 et NG/19. Les fours, qui mesurent entre 0,80 m et 1,80 m de diamètre et qui sont composés d’argile mélangée de fragments de briques et d’amphores, sont montés sur un socle maçonné de 30 à 50 cm de hauteur. Des traces de bassins d’eau (BE sur fig. 10) et des foyers supplémentaires (F sur fig. 10) complètent le mobilier de ces ateliers.

16Dans le quartier nord-est, les archéologues ont mis en évidence une fabrica militaria OR/17 située au même niveau que la place du forum. Des objets d’usage militaire ont été produits ou réparés dès les environs de 20/10 avant J.-C. jusqu’au début de notre ère (Dolenz et alii, 1995). Le travail du fer y joue un rôle secondaire. Contrairement aux ateliers de forgerons, où les déchets sont quasiment absents, une grande quantité de débris d’alliage cuivreux en attente de recyclage et un certain nombre de produits semi-finis font régulièrement partie de l’inventaire des ateliers de bronziers (fig. 11 et 12) (Dolenz et alii, 1995, fig. 3-4 ; Dolenz, 2004, pl. 1-5 et fig. 68-69). À partir des moules et des produits semi-finis se discerne la fabrication de fibules qui englobe un ample panorama des formes usuelles au cours des règnes d’Auguste, de Tibère, de Caius Caligula et de Claude (Sedlmayer, 2009, p. 87-89). Mais environ un mètre cube de creusets, fragmentaires pour la plupart, donne une idée des capacités de production des ateliers de bronziers.

Fig. 10. Magdalensberg. Ateliers NG/31 et NG/19 et fours à voûte (d’après Dolenz, 2004, Beilage 14 ; © LMK, Klagenfurt).

17Plus de 90 % des objets trouvés sur le site du Magdalensberg proviennent de couches de remblais et de dépotoirs, de strates de terrassements et certains mêmes de glissements de terrain post-antiques (Schindler Kaudelka, 2001). Les cartes de répartition montrent une distribution assez homogène des déchets de fabrication. Parfois le contenu des unités stratigraphiques, avec dans les mêmes contextes des objets destinés au recyclage, des pièces semi-finies en métal ou en os et des outils de travail du bois, semble indiquer l’existence d’ateliers à fonctions multiples.

18Dans le cas, exemplaire, de l’atelier de forgerons T/O, où ont été trouvés ensemble une fibule semi-finie et des débris de bois de cerf, la prudence incite à ne pas interpréter ces pièces isolées comme appartenant au mobilier de l’atelier mais plutôt comme du matériel en dépôt secondaire. Dans le cas d’une unité à fonctions multiples, la découverte en place sur le plancher des résidus de la fabrication d’objets ou alliages cuivreux, soit des creusets, des fragments de moules, des riblons, aurait eu lieu. Il en est de même avec les déchets en os isolés.

19Un cas identique apparaît dans l’atelier de bronzier T/5 où ont été mis au jour des pièces taillées en bois de cerf avec des morceaux d’alliages cuivreux attendant le recyclage. Toutes ces découvertes témoignent de la complémentarité des artisanats et du regroupement des artisans dans un même quartier. Plusieurs branches productives étaient localisées sur des espaces voisins sans qu’on puisse pour autant identifier une production polyvalente dans une même unité.

Fig. 11. Magdalensberg. Déchets de fabrication provenant des ateliers de bronziers (d’après Dolenz, 2004, fig. 68-69 ; © LMK, Klagenfurt).

20Dans certains cas, la fabrication d’objets en matériaux assemblés était de rigueur : le rivet d’un manche de couteau en bois doit être fixé dans l’atelier de forgeron. Dans la fabrica militaria OR/17 (Dolenz et alii, 1995), on a mis en évidence la production d’une poignée de glaive en os détériorée et réparée sur place (Gostenčnik, 2005a, p. 201-203, pl. 43,2).

21On ne peut pas présumer l’existence d’un local spécialisé dans le façonnage de plusieurs métaux et matériaux (alliages à base de cuivre, fer, os, bois) à partir de déchets de fabrication tombés sur le plancher d’un atelier, déchets liés à plusieurs étapes d’une chaîne opératoire. Il est probable que dans un tel cas la production comporte des objets constitués de matériaux différents. Les différentes parties de ces objets ont à l’origine été fabriquées dans des ateliers voisins. Le bois de cerf et les alliages cuivreux n’apparaissant pas sur les artefacts, leur conservation simultanée laisse supposer qu’il s’agit d’un atelier de réparation.

Fig. 12. Magdalensberg. Sélection d’objets en bronze produits localement (d’après Dolenz, 2004, pl. 4 ; © LMK, Klagenfurt).

22Le Magdalensberg est situé sur la pente de la montagne, ce qui favorise les glissements de terrain et le déplacement rapide des trouvailles. Tout témoin de fabrication isolé doit toujours être examiné avec une certaine réserve.

  • 16 Sur l’exploitation des mines en Carinthie voir Piccottini, 2000.

23L’exploitation des mines de cuivre des Alpes orientales remonte très loin dans la tradition16. Pourtant le recyclage intensif présente un obstacle à l’identification des origines à partir des artefacts. L’analyse des lingots de bronze, présents entre autres dans l’inventaire du magasin SH/5 incendié dans les premières années de Claude, pourrait livrer ces indications précieuses. D’autres lingots de bronze ont été trouvés dans la fabrica militaria du secteur OR/17 (Dolenz et alii, 1995, fig. 3). Un moule à lingots en grès mis au jour dans la fabrica T/5 semble conforter l’hypothèse d’une production locale de lingots (Dolenz, 2004, p. 164, pl. 5,13). L’importation de lingots serait perceptible par des estampilles et des inscriptions, mais jusqu’à aujourd’hui un seul lingot de plomb de Carthago Nova en Espagne a pu être identifié (Piccottini et alii, 2003 ; Domergue, Piccottini, 2004).

Fig. 13. Magdalensberg. Fabrica auraria impériale dans le secteur AA inférieur (photo S. Tichy ; © LMK, Klagenfurt).

La fabrica auraria impériale17

  • 17 Piccottini, 1994 ; idem, 2001.

24En 1993, dans un vaste édifice au sud-ouest de la grande place, deux moules à lingots d’or en marbre marqués au nom de l’empereur Caligula ont été mis au jour en même temps qu’un trésor de cristaux de roche. En 1996 et en 1997, le secteur a livré des résultats remarquables qui plus tard ont permis d’identifier le lieu comme un atelier de fonte d’or (fig. 13-15).

  • 18 La présentation détaillée des fouilles des édifices de la fabrica auraria impériale sera publiée d (...)

25Le secteur « AA inférieur » avait subi une transformation majeure à la suite d’un tremblement de terre survenu vers la fin de l’époque augustéenne (Dolenz, 2004, p. 210-213). L’atelier fut aménagé dans le courant du règne de Tibère, mais il a cessé de fonctionner avant l’abandon du site18.

26Les deux unités AA/41 (6,20 m x 16,80 m) et AA/41A (ca 6,20 m x 3,80 m), où sont concentrés les fours, sont situées côte à côte sur deux terrasses adjacentes. La plus grande, AA/41, sur la terrasse inférieure, contient une batterie de quinze fours, la seconde, AA/41A, sur la terrasse supérieure, une batterie de cinq. Leur construction est faite d’argile additionnée de fragments d’amphores et de blocs de pierre de la grosseur du poing. Le four est aménagé sur une tegula de 0,30 m x 0,60 m, placée à côté d’une autre qui sert d’espace de travail. À l’heure actuelle, on manque de comparaisons pour confronter ce type de structure avec un autre équivalent (fig. 14-15).

27Les fours de petites dimensions, d’un diamètre maximal de 30 cm et d’une hauteur de 40 cm, disposent d’un alandier frontal (fig. 14-15). La cheminée centrale s’ouvre dans la voûte avec un diamètre de 15 cm et n’offre donc la place qu’à un seul creuset. À l’intérieur et à proximité des fours ont été découverts des scories à plaque : il s’agit de lames constituées surtout de fer et de manganèse de dimensions allant jusqu’à 15 cm de long, 2 cm de large et 0,5 cm d’épaisseur. Seul un nombre réduit de creusets très fragmentaires a été mis au jour. L’or travaillé dans l’atelier appartenait au trésor privé de l’empereur Caius Caligula dont le nom apparaît sur les inscriptions des moules à lingots (fig. 16) : (aurum) C(aii) Caesaris Aug(usti) Germanici imp(eratoris) ex Noric(is metallis) (or de Caius César Auguste Germanique Imperator provenant des mines du Norique). La taille des lingots a été calculée de la façon suivante : un lingot possédant les dimensions 34,6 cm x 4 cm x 2,1 cm est sorti du moule 1, qui est complet ; son poids atteint 5,615 kg, soit 17 librae. Le lingot produit par le moule 2, incomplet, mesurait 43 cm x 5 cm x 3,5 cm, soit un poids de 14,538 kg, environ 44 librae (Piccottini, 1994, p. 469-470).

Fig. 14. Magdalensberg. Fabrica auraria impériale ; plan des ateliers AA/41 et AA/41A et vue de détail (d’après Piccottini, 2001, pl. 2 et fig. 6 ; © LMK, Klagenfurt).

Fig. 15. Magdalensberg. Fabrica auraria impériale ; reconstitution des fours et vue de détail (d’après Piccottini, 2001, fig. 8a ; 7 ; © LMK, Klagenfurt).

Fig. 16. Magdalensberg. Moules à lingots d’or découverts dans le secteur AA inférieur (d’après Piccottini, 2001, fig. 1-2 ; © LMK, Klagenfurt).

  • 19 Piccottini, 2001 ; sur l’unité AA/45 éventuellement utilisée comme coffre-fort et la cave à provis (...)

28D’accès difficile par des escaliers sous dimensionnés, il semble que les ouvriers étaient enfermés en permanence dans les ateliers. À notre avis le complexe, équipé de logements pour une troupe de gardiens, d’une cuisine et d’un complexe thermal, constituait en sa totalité le centre d’administration des mines du Norique avant l’installation légale de la province (fig. 2)19. Le minerai d’or trouvé dans les Alpes centrales arrivait sur le Magdalensberg en partie traité, pour y être moulé. L’analyse des rebuts dans les moules fait penser à une provenance de l’or des Hohe Tauern, particulièrement de la vallée de Gastein au nord de la chaîne centrale alpine dans l’actuelle province de Salzburg (Piccottini, 2001, 56) (fig. 1, entre Bruck et Immurium). Ces découvertes augmentent l’importance du site et lui donnent une place bien au-delà d’un simple centre administratif et commercial.

Conclusion

29Une grande partie des connaissances sur l’industrie minière, sur l’artisanat du métal et sur la commercialisation de la production du Magdalensberg repose sur les sources épigraphiques et littéraires.

30Au cours de son existence, l’artisanat du métal constitue la base économique de l’ancienne Virunum sur le Magdalensberg.

31La production de fer remonte à l’époque tardo-républicaine dans les ateliers situés directement au centre du forum. Elle est déplacée vers les quartiers suburbains dès la fin du règne d’Auguste.

32La production des alliages cuivreux débute vers le milieu de l’époque augustéenne, à l’exception de celle des fibules qui commence plus tôt. Jusqu’à l’abandon du site, elle continue à s’intensifier considérablement.

33Une fonderie de lingots d’or appartenant à l’empereur Caligula souligne l’importance et le prestige du centre précoce sur le Magdalensberg pour le Norique et pour l’Empire romain.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Alföldy, G., 1970, « Patrimonium Regni Norici : ein Beitrag zur Territorialgeschichte der römischen Provinz Noricum », Bonner Jahrbücher, 170, p. 163-177.

Alföldy G., 1974, Noricum, London & Boston, éd. de Routledge & Kegan Paul, 413 p., 45 fig., 58 pl. (The Provinces of the Roman Empire, 3).

Bandelli G., 2003, « Altino fra l’Egeo e il Magdalensberg », in : Cresci Marrone G., Tirelli M. éd., Produzioni, merci e commerci in Altino preromana e romana, Atti del convegno, Venezia, 12-14 dic. 2001, Roma, Ed. Quasar, p. 179-198 (Studi e ricerche sulla Gallia Cisalpina, 17 - Altinum, 3).

Catalogue Hüttenberg, 1995 = Grubenhunt und Ofensau : vom Reichtum der Erde, Klagenfurt, éd. du Kärntner Landesausstellungsbüro, 299 p., ill.

Cech B., 2008, Die Produktion von Ferrum Noricum am Hüttenberger Erzberg : die Ergebnisse der interdisziplinären Forschungen auf der Fundstelle Semlach/Eisner in den Jahren 2003-2005, Wien, éd. de l’Österreichische Gesellschaft für Archäologie, 294 p., ill. (Austria Antiqua, 2).

Deimel M., 1987, Die Bronzekleinfunde vom Magdalensberg, Klagenfurt, Verlag des Landesmuseums für Kärnten, 412 p., 112 pl. (Archäologische Forschungen zu den Grabungen auf dem Magdalensberg, 9 - Kärntner Museumsschriften, 71).

Dobesch G., 1997, « Zu Virunum als Namen der Stadt auf dem Magdalensberg und zu einer Sage der kontinentalen Kelten », Carinthia I, 187, p. 107-128.

Dolenz H., 1998, Eisenfunde aus der Stadt auf dem Magdalensberg, Klagenfurt, Verlag des Landesmuseums für Kärnten, 423 p., 64 fig., 115 pl. (Archäologische Forschungen zu den Grabungen auf dem Magdalensberg, 13 - Kärntner Museumsschriften, 75).

Dolenz H., 2004, « Die Suchschnitte 1W-10W, die Terrassenbauten T/1-T/7 und die Häuser WR/1-WR/2 (chronologische Auswertung des Fundmaterials von E. Schindler Kaudelka) », in : Piccottini G. éd., Die Ausgrabungen auf dem Magdalensberg 1986-1990, Klagenfurt, p. 117-219 (Magdalensberg-Grabungsbericht, 17).

Dolenz H., Krmnicek St., Schindler Kaudelka E., Sedlmayer H., Zabehlicky-Scheffenegger S., 2008, « Zur vorannexionszeitlichen Siedlung auf dem Magdalensberg », Fundberichte aus Österreich, 47, p. 235-266.

Dolenz H., Flügel Ch., Öllerer Ch., 1995, « Militaria aus einer Fabrica auf dem Magdalensberg (Kärnten) », in : Provinzialrömische Forschungen : Festschrift für Günter Ulbert zum 65. Geburtstag, Espelkamp, Verlag Marie Leidorff, p. 51-80.

Domergue Cl., Piccottini G., 2004, « À propos du fragment de lingot du plomb hispanique trouvé au Magdalensberg (Carinthie, Autriche) », Rudolfinum : Jahrbuch des Landesmuseums Kärnten, 2003, p. 170-172.

Egger R., 1961, Die Stadt auf dem Magdalensberg, ein Großhandelsplatz : die ältesten Aufzeichnungen des Metallwarenhandels auf dem Boden Österreichs, Wien, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 50 p., ill. (Denkschriften phil.-hist. Klasse, 79).

Fischer Th., 2002, Orbis Provinciarum : Noricum, Mainz, Philipp von Zabern, 157 p., 226 fig.

Galik A., Gugl Ch., Sperl, G., 2003, Feldkirchen in Kärnten : ein Zentrum norischer Eisenverhüttung, Wien, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 94 p., 35 fig., 16 pl. (Archäologische Forschungen, 9 - Denkschriften phil.-hist. Klasse, 314).

Gassner V., Jilek S., Ladstätter S., 2002, Am Rande des Reiches : die Römer in Österreich : Österreichische Geschichte 15 v. Chr.-78 n. Chr., Wien, Ueberreuter, 488 p., ill.

Glaser F., Schretter S., 1992, « Antikes Wirtschaftsleben auf dem Boden Kärntens », Kärntner Landeswirtchaftschronik, 1, p. 11-77.

Gostenčnik K., 2005a, Die Beinfunde vom Magdalensberg, Klagenfurt, Verlag des Landesmuseums Kärnten, 569 p., 56 fig., 82 pl. (Archäologische Forschungen zu den Grabungen auf dem Magdalensberg, 15 - Kärntner Museumsschriften, 78).

Gostenčnik K., 2005b, « Schriftquellen zu Rohstoffgewinnung und handwerklicher Produktion in Noricum », in : Polfer M. éd., Artisanat et économie romaine : Italie et provinces occidentales de l’Empire, Actes du 3ème colloque international d’Erpeldange (Luxembourg), 14-16 oct. 2004, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 98-109 (Monographies Instrumentum, 32).

Grassl H., 1989, « Zur Problematik des Ferrum Noricum : eine Kritik neuerer Forschungen », in : Bericht über den siebzehnten österreichischen Historikertag in Eisenstadt vom 31. August bis 5. September 1987, Wien, Selbstverlag des Verbandes österreichischer Geschichtsvereine, p. 54-57.

Piccottini G., 1977, « Die Stadt auf dem Magdalensberg : ein spätkeltisches und frührömisches Zentrum im südlichen Noricum », in : Temporini H., Haase W. éd., Aufstieg und Niedergang der römischen Welt (ANRW), t. II, fasc. 6, Berlin & New York, Walter de Gruyter, p. 263-301.

Piccottini G., 1981, « Antike Zeugnisse zum ’ferrum Noricum’ », in : 2500 Jahre Hüttenberg : eine montanhistorische Studie, Klagenfurt, Verlag des Landesmuseums für Kärnten, p. 70-75 (Kärntner Museumsschriften, 68).

Piccottini G., 1989, Bauen und Wohnen in der Stadt auf dem Magdalensberg, Wien, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften (Studien zur Ur- und Frühgeschichte des Donau- und Ostalpenraumes, 4 - Denkschriften phil.-hist. Klasse, 208).

Piccottini G., 1994, « Gold und Kristall am Magdalensberg », Germania, 72, p. 467-477.

Piccottini G. éd., 1998a, Die Ausgrabungen auf dem Magdalensberg 1980-1986, Klagenfurt, Verlag des Landesmuseums für Kärnten, 599 p., ill. (Magdalensberg-Grabungsbericht, 16).

Piccottini G., 1998b, « Die Südhang-Bauten NG/2 und SH/1-16 und die Osthang-Bauten OH/1-OH/6 », in : Piccottini G. éd., 1998a, p. 13-182.

Piccottini G., 2000, « Zum römerzeitlichen Bergbau in Kärnten », Res Montanarum, 23, p. 15-20.

Piccottini G., 2001, « Norisches Gold für Rom », Anzeiger der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, phil.-hist. Klasse, 136, p. 41-76.

Piccottini G., 2003, « Virunum l’ancienne : le site du Magdalensberg », in : Reddé M., Dubois L., D. Briquel, Lavagne H., Queyrel F. éd., La naissance de la ville dans l’Antiquité, Paris, De Boccard, p. 171-194.

Piccottini G., Vetters H., 2003, Führer durch die Ausgrabungen auf dem Magdalensberg, 6e éd., Klagenfurt, Verlag des Landesmuseums für Kärnten, 157 p., 42 fig.

Piccottini G., Schroll E., Spindler P., 2003, « Ein römerzeitlicher Bleibarren vom Magdalensberg », Rudolfinum : Jahrbuch des Landesmuseums für Kärnten, 2002, p. 153-161.

RGA2 s. v. Magdalensberg (H. Dolenz) = Reallexikon der Germanischen Altertumskunde, 2e éd., t. 19, Berlin & New York, Walter de Gruyter, 2001, p. 124-130.

RGA2 s. v. Noricum (H. Ubl),) = Reallexikon der Germanischen Altertumskunde, 2e éd., t. 21, Berlin & New York, Walter de Gruyter, 2001, p. 324-340.

Šašel-kos M., Scherrer. P. éd., 2002, Die autonomen Städte in Noricum und Pannonien : Noricum, Ljubljana, éd. de l’Academie Slovène, 279 p., ill. (Situla, 40).

Schindler Kaudelka E., 2000, « Un lot d’amphores d’époque tibérienne tardive AA/44 : la cave à provisions de la fabrica impériale du Magdalensberg », in : Rivet L. éd., Actes du congrès de la SFECAG, Libourne, 2000, Marseille, p. 387-399.

Schindler Kaudelka E., 2001, « Unwetter und Muren im 16. Jahrhundert auf dem Magdalensberg ? », in : Leitner F. W. éd., Carinthia Romana und die Römische Welt : Festschrift für Gernot Piccottini zum 60. Geburtstag, Klagenfurt, Verlag des Geschichtsvereines für Kärnten, p. 471-482 (Aus Forschung und Kunst, 34).

Schindler Kaudelka E., 2007, « Deponierung und Recycling : erste Gedanken zur Abfall-und Müllwirtschaft auf dem Magdalensberg », Rudolfinum : Jahrbuch des Landesmuseums für Kärnten, 2005, p. 119-129.

Schindler Kaudelka E., Fastner U., Gruber M., 2001, Italische Terra sigillata mit Appliken in Noricum, Wien, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 205 p., 105 pl. (Archäologische Forschungen, 6 - Denkschriften phil.-hist. Klasse, 298).

Schütz N.M., 2003, Eisenfunde aus der Stadt auf dem Magdalensberg II, Klagenfurt, Verlag des Landesmuseums für Kärnten, 224 p., 64 fig., 48 pl. (Archäologische Forschungen zu den Grabungen auf dem Magdalensberg, 14 - Kärntner Museumsschriften, 77).

Sedlmayer H., 2009, Die Fibeln vom Magdalensberg, Klagenfurt, Verlag des Landesmuseums Kärnten, 296 p. (Archäologische Forschungen zu den Grabungen auf dem Magdalensberg, 16 - Kärntner Museumsschriften, 79).

Sperl G., 2004, « Zum Stand der Erforschung des Ferrum Noricum », in : Heftner H., Tomaschitz K. éd., Ad Fontes ! Festschrift für Gerhard Dobesch zum fünfundsechzigsten Geburtstag, Wien, Eigenverlag der Herausgeber, p. 961-976.

Straube H., Dolenz H., Piccottini G., 1996, Ferrum Noricum und die Stadt auf dem Magdalensberg, Wien & New York, Springer Verlag, 187 p., ill.

Urban O.H., 2000, Der lange Weg zur Geschichte : die Urgeschichte Österreichs. Österreichische Geschichte bis 15 v. Chr., Wien, Ueberreuter, 511 p., ill.

Vetters H., 1954, « Die Personennamen vom Magdalensberg », in : Beiträge zur älteren europäischen Kulturgeschichte : Festschrift für Rudolf Egger, t. 3, Klagenfurt, Verlag des Geschichtsvereines für Kärnten, p. 32-45.

Vetters H., 1966, « Ferrum Noricum », Anzeiger der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, phil.- hist. Klasse, 103, p. 167-185.

Zabehlicky-scheffenegger S., 1985, « TK – Zur kommerziellen Verbindung des Magdalensberges mit Aquileia », in : Lebendige Altertumskunde : Festgabe zur Vollendung des 70. Lebensjahres von Hermann Vetters, Wien, Verlag Adolf Holzhausens Nfg., p. 252-254.

Zabehlicky-Scheffenegger S., 1998, « NG/34-SH/4-SH/5 : Terra sigillata aus verbrannten Händlerdepots vom Magdalensberg », in : Piccottini G., 1998a, p. 265-287.

Notes

1 Diverses recherches ont traité des gisements de fer exploités dans l’Antiquité. Des analyses des minerais ont été exécutées : voir Cech, 2008. Les sources épigraphiques mentionnent une série de locataires des gisements : voir Alföldy, 1974, p. 115-116 ; sur la propriété impériale des gisements, voir Alföldy, 1970.

2 Pour un résumé en français consulter Piccottini, 2003, avec bibliographie complète ; pour les études récapitulatives de l’histoire de la ville, voir en plus Piccottini, 1977 ; idem 1989 ; Piccottini, Vetters, 2003 ; RGA2 s.v. Magdalensberg (H. Dolenz) ; concernant le nom de Virunum pour le site du Magdalensberg, voir Dobesch, 1997. La présente contribution se borne à donner un sommaire des résultats ciblés sur l’artisanat du métal et s’abstient de donner une bibliographie détaillée.

3 La périodisation est contenue dans le plan couleur de Piccottini, 1989.

4 Sommaire des résultats dans Dolenz et alii, 2008.

5 Voir la bibliographie dans Piccottini, 2003 ; pour l’artisanat du métal et les objets en fer en particulier, Dolenz, 1998 et Schütz, 2003 ; Dolenz, 2004 et Deimel, 1987 pour les ateliers de bronziers et les objets en bronze ; Egger, 1961 pour les grafittis relatifs au commerce du métal ; le grand nombre de fibules du Magdalensberg a été récemment publié (Sedlmayer, 2009) ; les rebuts et déchets de fabrication de l’artisanat du métal n’ont pas encore fait l’objet de recherche approfondie.

6 Voir Piccottini, Vetters, 2003, p. 135-148 pour les inscriptions funéraires ; pour la provenance des marchands Vetters, 1954 ou Bandelli, 2003, avec la bibliographie.

7 Le terme taberna est utilisé pour les bâtiments ouverts directement sur le forum, qui servaient comme ateliers, boutique, dépôt de marchandises et peut-être même de logis.

8 Dolenz, 1998 ; Schütz, 2003.

9 Voir Straube, 1996, avec références bibliographiques ; références sur le ferrum Noricum également dans Piccottini, 1981, Grassl, 1989, p. 54, ou Gostenčnik, 2005b, p. 99.

10 L’artisanat du fer a été identifié dans plusieurs secteurs et il comporte : en dessous du sanctuaire, avant sa construction, les structures T/O, T/I-unité E, à l’est de T/I unité F, T/J, unité A ; à l’ouest de la basilique du forum, dans l’angle nord-est et sur le flanc est du forum le secteur OR/6, les ateliers OR/23-13-14, OR/21, OR/16 et OR/17 (en fonction accessoire), OR/19, OR/20 ; à l’ouest du sanctuaire les structures en dessous de M et dans le souterrain de Q/1. 23 ciseaux, en plus des ciseaux semi-finis et des lingots de fer viennent du secteur OR 1, 2 à l’est du sanctuaire, sans doute le dépôt d’un forgeron. Les secteurs sont indiqués sur la fig. 3.

11 Sur le recyclage dans la ville sur le Magdalensberg voir Schindler Kaudelka, 2007.

12 Voir les résultats de la fouille SH/5 au sud du forum dans Piccottini, 1998b, p. 61-75 ; la publication exhaustive du mobilier fait encore défaut ; pour les sigillées voir Zabehlicky-Scheffenegger, 1998.

13 Deimel, 1987 ; Dolenz et alii, 1995 ; Dolenz, 2004 ; Sedlmayer, 2009.

14 Les ateliers d’époque augustéenne (fig. 8) : en marge ouest du forum Secteur O et sur les terrasses supérieures l’atelier en dessous de T/5-T/7 ; en marge nord-est OR/17, OR/19-20, sur les terrasses supérieures au nord-est NG/9 ; pour la production des fibules, voir Sedlmayer, 2009, p. 87-89.

15 Les ateliers de l’époque tibério-claudienne (fig. 8) sur les terrasses à l’ouest du forum T/4, T/5, ainsi que les rebuts de production ayant glissé d’une terrasse supérieure (marqués par une flèche fig. 8) ; sur les terrasses au nord-est du forum NG/15-16, NG/15 (après restructuration), NG/19, NG/31, NG/32, NG/10, NG/14, SG I/73.

16 Sur l’exploitation des mines en Carinthie voir Piccottini, 2000.

17 Piccottini, 1994 ; idem, 2001.

18 La présentation détaillée des fouilles des édifices de la fabrica auraria impériale sera publiée dans le rapport des fouilles du Magdalensberg tome 18 [en préparation].

19 Piccottini, 2001 ; sur l’unité AA/45 éventuellement utilisée comme coffre-fort et la cave à provision qui le camouflait, voir Schindler Kaudelka, 2000.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Le Noricum et le Magdalensberg (d’après Schindler Kaudelka et alii, 2001, fig. 20 ; © E. Schindler Kaudelka).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10434/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 485k
Légende Fig. 2. Magdalensberg. Vue aérienne de la ville du sud-est, vue du sommet de l’est et plan général (photo S. Tichy et E. Wappis ; plan d’après Piccottini, Vetters, 2003 ; © LMK, Klagenfurt).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10434/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Légende Fig. 3. Magdalensberg. Situation des ateliers de forgerons (d’après Dolenz, 2004, Beilage 14 ; © LMK, Klagenfurt).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10434/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 4. Magdalensberg. Tabernae et basilique précoce au nord-est du forum avant l’occupation romaine (d’après Dolenz, 1998, fig. 6 ; © LMK, Klagenfurt).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10434/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 5. Magdalensberg. Plan des ateliers de forgeron T/O et T/I (d’après Dolenz, 1998, fig. 1-2 ; © LMK, Klagenfurt).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10434/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 6. Magdalensberg. Marchandises en fer du magasin SH/5 incendié au début de l’époque claudienne (d’après Piccottini, 1998b, fig. 59 ; © LMK, Klagenfurt).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10434/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 7. Magdalensberg. Graffitis relatifs au commerce du métal découverts sur les murs des boutiques OR/23 et OR/26 (d’après Egger, 1961 ; © LMK, Klagenfurt).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10434/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Fig. 8. Magdalensberg. Situation des ateliers de bronziers (d’après Dolenz, 2004, Beilage 14 ; © LMK, Klagenfurt).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10434/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 9. Magdalensberg. Ateliers secteurs O et T/5 et fours en fosse (d’après Dolenz, 2004, Beilage 14 ; © LMK, Klagenfurt).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10434/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 10. Magdalensberg. Ateliers NG/31 et NG/19 et fours à voûte (d’après Dolenz, 2004, Beilage 14 ; © LMK, Klagenfurt).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10434/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Légende Fig. 11. Magdalensberg. Déchets de fabrication provenant des ateliers de bronziers (d’après Dolenz, 2004, fig. 68-69 ; © LMK, Klagenfurt).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10434/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 12. Magdalensberg. Sélection d’objets en bronze produits localement (d’après Dolenz, 2004, pl. 4 ; © LMK, Klagenfurt).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10434/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende Fig. 13. Magdalensberg. Fabrica auraria impériale dans le secteur AA inférieur (photo S. Tichy ; © LMK, Klagenfurt).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10434/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 470k
Légende Fig. 14. Magdalensberg. Fabrica auraria impériale ; plan des ateliers AA/41 et AA/41A et vue de détail (d’après Piccottini, 2001, pl. 2 et fig. 6 ; © LMK, Klagenfurt).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10434/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 545k
Légende Fig. 15. Magdalensberg. Fabrica auraria impériale ; reconstitution des fours et vue de détail (d’après Piccottini, 2001, fig. 8a ; 7 ; © LMK, Klagenfurt).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10434/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 381k
Légende Fig. 16. Magdalensberg. Moules à lingots d’or découverts dans le secteur AA inférieur (d’après Piccottini, 2001, fig. 1-2 ; © LMK, Klagenfurt).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10434/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 286k

Auteur

Équipe Magdalensberg, c/o Archäologischer Park Magdalensberg, A-9064 Pischeldorf, Autriche ; CRAFTS-Noricum, FWF-projet no. P16646, sous la direction du Prof. Karl Strobel, Université de Klagenfurt, Département d’Histoire Ancienne ; kgosten@gmail.com.
Un grand merci à mes collègues de l’équipe Magdalensberg pour leur soutien continu, spécialement à E. Schindler Kaudelka pour l’idée de participer à la rencontre et pour la traduction du texte, à Pascale Chardron-Picault pour avoir accepté ma communication et pour sa patience concernant mon texte, ainsi qu’à Christian Trapič pour son aide pour les illustrations.

© ARTEHIS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search