Version classiqueVersion mobile

Aspects de l’artisanat en milieu urbain : Gaule et Occident romain

 | 
Pascale Chardron-Picault

La pierre

Ateliers de sculpture d’Autun, Langres et Dijon

Simone Deyts

Résumé

C’est grâce au très grand nombre de stèles funéraires dégagées en 2004 sur le site de Pont-l’Évêque à Autun qu’on a pu mettre en évidence les empreintes que des artisans sculpteurs ont pu laisser dans des agglomérations comme celle des ‘Bolards’ à Nuits-Saint-Georges. Dès lors on peut poser quelques jalons pour essayer d’appréhender le rayonnement possible d’Autun et de Langres sur la sculpture connue entre les deux capitales éduenne et lingone.

Texte intégral

1L’apport de la nécropole de Pont-L’Évêque à Autun, fouillée entre 2003 et 2004, est considérable à plus d’un titre. Le plus directement manifeste est la mise au jour, sur environ trois hectares, de deux cents stèles entières ou fragmentaires dont une centaine a pu faire l’objet d’une identification suffisante pour se prêter à un développement raisonné. Si certaines, en calcaire, ont mal résisté à l’usure du temps, le relief ayant comme fondu au contact prolongé de terrains acides, les stèles en grès, les plus nombreuses, sont restées en bon état.

2Deux groupes se distinguent clairement. Un premier ensemble est constitué par des monuments marqués à la partie supérieure d’un croissant lunaire couché qui ponctue un cartouche portant le nom d’un défunt ou d’une défunte. Ce signe est fréquent aussi sur les monuments voisins des Bituriges (Kooy, 1961). C’est le deuxième ensemble, constitué de personnages figurés, eux aussi le plus souvent nommés mais sur le bandeau supérieur du monument (Venault et alii, 2006), que nous retiendrons ici.

3La forme de la stèle est simple, à sommet plat, triangulaire ou arrondi, parfois bordé aux angles supérieurs par des amorces d’acrotères. À de rares exceptions près les défunts sont représentés seuls, homme ou femme, voire enfant, en assez faible relief dans une niche peu profonde ; ils sont pratiquement toujours en buste. Le plus souvent le vêtement est suggéré par quelques incisions et le tissu prend seulement un peu de volume sur l’avant-bras pour souligner le geste des mains ramenées en avant. L’expression des visages est limitée à des traits peu accentués. Révélateur à cet égard est le rendu des yeux : le globe est lisse, rond, détaché par une ligne incisée et parfois même c’est l’arcade sourcilière seule qui suggère le regard. La bouche est petite, les lèvres peu marquées. La chevelure masculine est simplifiée, ramenée en avant en mèches régulières. Ce sont là des caractéristiques dominantes. S’il ne s’agit pas, bien sûr, de portraits individualisés, c’est le reflet global de leur réalité qui a inspiré les sculpteurs, révélateur à ce titre du faciès d’une population éduenne. Quant à la présentation en buste, elle ne traduit pas ici une inspiration puisée dans l’art italique mais une simplification des formes due sans doute en grande partie à la dureté de la pierre à travailler. De la main droite levée, le défunt présente fréquemment le poculum, gobelet symbolique de formes variées, rond ou carré, parfois à pied. La main gauche a pu tenir des outils identifiables d’activité artisanale (Deyts, Venault, 2007) mais parfois un objet peu lisible ; et dans certains cas la main a été escamotée.

4Cette sobriété technique, relevée notamment dans les physionomies, à Autun – qu’on ne saurait confondre, loin de là, avec de la fadeur – se retrouve dans une série de stèles autour de la nécropole des Bolards/Nuits-Saint-Georges, dégagées en 1973 (Planson dir., 1982). En nombre bien moindre qu’à Pont-l’Évêque, certains des personnages révélaient par leur facture une identité telle que nous avions été amenée à qualifier leur appartenance à un style « de la Côte » en raison d’une évidente diffusion le long de la côte viticole actuelle (Deyts, 1971). En effet on pouvait facilement remarquer une même communauté de « ciseau » aussi bien à la nécropole de « Gratte-Dos » de Meuilley (Ratel, 1977 ; Deyts et alii, 1977), à quelques kilomètres à peine à l’ouest des Bolards, que surtout échelonnée au nord sur le tracé de la voie dite d’Agrippa (de Chalon à Dijon et au-delà vers Trèves). Tous les villages de cette côte ont fait l’objet jadis et aujourd’hui encore de découvertes dispersées (car l’occupation du sol, on le comprend aisément, est restée dense sur ce territoire) : dans les périmètres des communes de Gilly, Gevrey-Chambertin, Brochon et Marsannay-la-Côte. Ce sont des stèles d’une population à n’en pas douter rurale, regroupées pour ce que l’on peut en juger dans de petits cimetières liés à des fermes ou à des villae. Certaines sont conservées au musée archéologique de Dijon mais d’autres sont restées la propriété privée d’exploitants agricoles ou viticoles.

5Jusqu’alors les rapprochements entre les Bolards et la Côte n’étaient manifestes que par les personnages masculins, les personnages féminins restant à l’écart en raison de leur faible nombre, concentré de surcroît sur les Bolards. La nécropole de Pont-l’Évêque a permis de combler cette lacune et même d’apporter une preuve supplémentaire – on pourrait dire capitale – des influences réciproques qui s’exercèrent entre Autun et Nuits-Saint-Georges. Est exemplaire en effet la mise en vis à vis de la stèle de Pacata découverte à Autun avec celle de Fortunata provenant des Bolards (fig. 1 et 2) : même forme ovale du visage, mêmes traits, même coiffure en bandeaux couronnés d’un petit chignon tressé, mêmes gestes des mains ramenées sur la poitrine, poings serrés. Fait à souligner : la stèle d’Autun est en grès, la stèle des Bolards en calcaire ; et en calcaire aussi l’ensemble des monuments funéraires des Bolards, Meuilley et de la Côte.

  • 1 Il semble important de relever qu’un seul autel funéraire trouvé dans l’ensemble des stèles se dis (...)

6Si le champ des suppositions reste large pour expliquer cette interdépendance, on peut privilégier l’hypothèse d’un déplacement d’atelier depuis la capitale éduenne vers une agglomération secondaire dans une même cité, au fil de la demande, ou la création d’un atelier nouveau utilisant les cartons de son atelier initiateur. On sait par ailleurs que les artisans de la pierre, tailleurs de pierre1 et sculpteurs, employaient le plus souvent, pour des commandes importantes, les carrières qu’ils trouvaient sur place (Lorenz et alii, 2000), ce qui expliquerait le changement de matériau. Le passage d’une pierre dure à une pierre tendre se traduisant apparemment par une seule différence, la présentation privilégiée des défunts en pied, et non en buste, sur les lieux d’exploitation des calcaires.

  • 2 Si une stèle de cette série figure aujourd’hui en remploi sur la façade de l’hôtel de Vesvrotte à (...)

7L’atelier qui a fourni en nombre important l’actuelle côte viticole ne semble pas avoir pénétré Dijon2. S’il est difficile de classer dans une même et seule série les stèles trouvées pour la plupart en remploi dans le castrum divionense, il est évident que globalement elles procèdent d’un travail plus élaboré, notamment dans le rendu des volumes du corps, la souplesse des vêtements comme dans le modelé des visages.

  • 3 Haut. 0,40 m, larg. 0,31 m, ép. 0,40 m (Espérandieu, 1911, t. 4, 3223). Un Mars juvénile plutôt qu (...)

8C’est sur un autre plan, celui de la grande statuaire, qu’on peut faire des parallèles entre, cette fois, Dijon et Langres. En effet, dégagés du castrum, une stèle monumentale (Espérandieu, 1911, 3490 ; Deyts, 1976, p. 90) (fig. 3) et un visage détaché d’un autre monument funéraire (Deyts, 1976, p. 91) peuvent être rapprochés d’une tête de divinité trouvée à Langres et conservée au musée de la Ville3 (fig. 4). La comparaison s’impose par le rendu très particulier des traits des visages : c’est notamment le cas dans le travail de l’œil dont l’iris, profondément creusé, détache en pastille la pupille, dans celui de la bouche entrouverte aux lèvres puissamment modelées qu’accentue le découpage des commissures. Cette technique, savante et parfaitement maîtrisée, dégage une expression de mélancolie sereine. Elle concerne en Gaule de rares œuvres en ronde-bosse de grande taille, essentiellement des représentations divines, et il semble exceptionnel qu’elle ait été appliquée sur des sculptures funéraires à Dijon.

Fig. 1. Autun, Pont-l’Évêque. Stèle de Pacata. Photo Loïc de Cargouët, INRAP.

Fig. 2. Nuits-Saint-Georges/les Bolards. Stèle de Fortunata. Photo musées de Troyes.

Fig. 3. Dijon, Musée archéologique. Détail d’une stèle monumentale ( Espérandieu, 1911, 3490). [Sans crédit photographique].

Fig. 4. Langres, Musée de Langres. Tête de divinité ( Espérandieu, 1911, 3223). [Sans crédit photographique].

Fig. 5. Langres, Musée de Langres. Stèle de Divixta, face antérieure. Photo Dominique Geoffroy.

9Un deuxième élément peut entrer en ligne de compte : la possibilité que des contacts se soient aussi établis entre Langres et Dijon autour d’une forme monumentale, celle du pilier ou de la stèle à couronnement pyramidal.

  • 4 Haut. 1,62 m, larg. 0,23 m, ép. 0,23 à 0,42 m. Royer, 1931, no 45 : « Sur la face postérieure est (...)

10Au musée de Langres est conservée une stèle funéraire dont la face principale, inscrite, présente une niche dans laquelle figure une défunte. Or la face postérieure porte en relief, sur toute sa hauteur, une pyramide, avec rampants profilés en courbe et contre-courbe, surmontée d’un petit chapiteau et d’un appendice ovoïde4 (fig. 5 et 6). Seule la partie supérieure de la pyramide est écaillée et il apparaît clairement que le tracé de cet ensemble a été abandonné en cours de fabrication, qu’il s’agisse soit d’une ébauche d’atelier, soit d’un raté de fabrication. Le repentir du sculpteur aurait alors consisté dans la récupération du bloc de pierre suffisamment épais pour être utilisé sur une autre face et creusé en niche.

Fig. 6. Langres, Musée de Langres. Stèle de Divixta, face postérieure. Photo Dominique Geoffroy.

  • 5 Haut. 1,50 m, larg. 0,50 m, ép. 0,42 m. Royer, 1931, no 39. Espérandieu, 1911, t. 4, 3276.

11Toujours à Langres un petit pilier funéraire5 présente la forme simplifiée, à son sommet, d’une pyramide à profil concave et extrémité ovoïde ainsi que quatre acrotères miniatures aux angles (fig. 7).

Fig. 7. Langres, Musée de Langres. Petit pilier funéraire ( Espérandieu, 1911, 3276). Photo Dominique Geoffroy.

  • 6 Je ne souscris pas à l’assertion de Y. Le Bohec qui parle ici d’une flamme embrasée prise à tort p (...)
  • 7 D’Arbaumont, 1894 ; Espérandieu, 1911, t. 4, 3502 ; Deyts, 1976, p. 242 : si la pierre ne figure q (...)
  • 8 Très justement relevé par Ch. Vernou, conservateur du musée archéologique de Dijon dans le petit j (...)

12À Langres, donc, l’esquisse d’un couronnement pyramidal de stèle et un petit pilier funéraire. Parallèlement on peut voir au musée archéologique de Dijon la partie supérieure d’une stèle monumentale trouvée à Gevrey-Chambertin (D’Arbaumont, 1894, no 173 ; Le Bohec, 2003, no 14). Il en subsiste le haut d’une niche cintrée, avec son bandeau inscrit et le sommet pyramidal comportant chapiteau et terminaison ovoïde, forme globale d’une pomme de pin6. Les éléments architectoniques sont bien découpés, mais sans aucun rehaut décoratif, et le profil de la pyramide présente une courbe très prononcée qui retombe bas sur l’arrondi du bandeau. Enfin un monument de grande taille, de deux mètres cinquante de hauteur, répond apparemment à un schéma abouti7. La stèle, d’une épaisseur peut-être amputée aujourd’hui (de dix à dix-huit centimètres), mais qui ne semble pas avoir été fortement réduite de son volume initial, présente une pyramide sommitale qui constitue près du tiers de sa hauteur totale : pyramide écaillée, à profil concave, avec chapiteau ponctué d’une rosette mais qui ne semble pas avoir été coiffé d’un appendice en ronde-bosse ; et deux masques au faciès tragique sont placés aux angles en acrotères (fig. 8). Si ce monument dédié aux Mânes d’Atticilla semble bien atypique dans l’ensemble de la production funéraire connue à Dijon et dans son environnement proche8, il n’en réunit pas moins les éléments architectoniques (excepté son appendice ovoïde sommital) et leurs décors de toiture qui peuvent en faire un modèle presque parfaitement complet.

Fig. 8. Dijon, Musée archéologique. Stèle d’Atticilla. Photo Thierry Blais.

13Il faut bien voir que ces exemples de Dijon (et de sa périphérie sud) ainsi que de Langres sont suffisamment remarquables dans leur exception pour être rapprochés. La filiation des monuments des Leuques et des Trévires pourrait apparaître comme assurée (Castorio, 2003), mais il est encore difficile de se prononcer sur les rapports entre sculpture « lingonne » et sculpture « leuque » ; dans ce large domaine funéraire, les datations restent, on le sait, bien aléatoires.

14Ainsi les capitales de cités ont-elles pu jouer un rôle dans la diffusion du travail de la pierre. Rôle évident pour Autun et sa transmission d’un art populaire qui trouva apparemment une importante clientèle jusqu’aux portes de Dijon. Emprise plus ténue pour Langres qui a pu propager plus occasionnellement un art savant et plus élitiste : ses techniques et ses formes furent connues à Dijon et ont pu déborder le site de l’ancienne Divio à la demande de grands propriétaires établis au sud de ce site précisément sur les mêmes terres que celles de certains domaines de « la Côte » ; ce dernier point restant grandement dans un registre de l’hypothèse. Le rattachement de cette « circulation d’ateliers » à des communautés respectivement éduenne et lingonne pourrait aussi inspirer éventuellement une nouvelle réflexion sur les frontières de ces deux grands territoires de la Gaule.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Castorio J.-N., 2003, « Remarques sur la typologie des monuments funéraires de la cité des Leuques : emprunts et originalités », in : Noelke P., Schneider B., Naumann-Steckner F. éd., Romanisation und Resistenz in Plastik, Architektur und Inschriften der Provinzen des Imperium Romanum : neue Funde und Forschungen, Akten des VII. internationalen Colloquiums über Probleme des provinzialrömischen Kunstschaffens Köln, 2-6. Mai 2001, Mainz, Ph. von Zabern, p. 234-239.

D’Arbaumont J., 1894, Catalogue du Musée de la Commission des Antiquités du Département de la Côte-d’Or, Dijon.

Deyts S., 1971, « Recherches sur les ateliers de sculpture gallo-romaine dans la région de Dijon », R.A.E., t. 22, fasc. 3-4, p. 353-391.

Deyts S., 1976, Sculptures gallo-romaines mythologiques et religieuses : Dijon, Musée Archéologique, Paris, éd. des Musées Nationaux, [160 p.] (Inventaire des Collections publiques françaises, 20).

Deyts S., 1982, « La sculpture funéraire », in : Dastugue J., Gauthey J., La nécropole gallo-romaine des Bolards, Nuits-Saint-Georges, Paris, éd. du CNRS, p. 103-145.

Deyts S., 2000, « Sculptures et carrières », in : Lorenz J., Tardy D., Coulon G. dir., La pierre dans la ville antique et médievale : analyse, méthodes et apports, Actes du colloque d’Argentomagus, 30-31 mars 1998, p. 33-36 (18ème suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France – Mémoire du Musée d’Argentomagus, 3).

Deyts S., Venault S., 2007, « La nécropole de Pont-l’Évêque : stèles et signes » (étude épigraphique Y. Le Bohec), in : Chardron-Picault P. dir., Hommes de feu, hommes du feu : l’artisanat en pays éduen, Catalogue d’exposition, Ville d’Autun, Musée Rolin, p. 226-233.

Deyts S., Le Bohec Y., 2009, « Le catalogue des stèles », in : Venault S., Deyts S., Le Bohec Y., Labeaune Y., « Les stèles funéraires de la nécropole de Pont-l’Évêque : contextes de découverte et étude du corpus », Bull. archéologique du C.T.H.S., t. 35, p. 144-201.

Deyts S., Sénéchal R., Hofmann B., Sénnequier G., Dhénin M., Chabeuf M., Ratel R., 1977, « La nécropole gallo-romaine de ’Gratte-Dos’, commune de Meuilley, Côte-d’Or (suite) », R.A.E., t. 28, fasc. 3-4, p. 235-273.

Espérandieu É., 1911, Recueil général des bas-reliefs : statues et bustes de la Gaule romaine, Paris, t. 4.

Kooy C., 1961, « Le croissant lunaire sur les monuments funéraires gallo-romains », Gallia, t. 39, p. 46-62.

Le Bohec Y., 2003, Inscriptions de la Cité des Lingons, Paris, éd. du C.T.H.S., 368 p., fig.

Lorenz J., Tardy D., Coulon G. dir., 2000, La pierre dans la ville antique et médievale : analyse, méthodes et apports, Actes du colloque d’Argentomagus, 30-31 mars 1998, 186 p. (18ème suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France – Mémoires du Musée d’Argentomagus, 3).

Planson E., 1982 dir., La nécropole gallo-romaine des Bolards, Nuits-Saint-Georges, Paris, éd. du CNRS, 190 p.

Ratel R., 1977, « La nécropole gallo-romaine de ’Grattedos’, commune de Meuilley, Côte-d’Or », R.A.E., t. 28, fasc. 1-2, p. 63-98.

Royer J., 1931, Catalogue du Musée de Langres fondé et administré par la Société historique et archéologique, Langres, 268 p.

Venault S., Deyts S., Labaune Y., Symonds R., 2006, « Artisanat et monde des morts : le cas de la nécropole de Pont-l’Évêque », in : Chardron-Picault P. dir., Autun : une capitale gallo-romaine, Dijon, éd. Faton, p. 90-95 (Dossiers Archéologie, no 316).

Vernou Ch., 2004, « Femmes et enfants au musée archéologique », in : Maternité et petite enfance dans l’Antiquité romaine, Journal de l’exposition, Musée archéologique de Dijon, avril-sept. 2004 (Fragments d’archéologie, no 7).

Notes

1 Il semble important de relever qu’un seul autel funéraire trouvé dans l’ensemble des stèles se distingue aussi par le nom et la qualité d’un tailleur de pierre ayant incontestablement travaillé pour fournir des pierres pour la nécropole. Inscription : opera / ri(us) Sacilus / lapida(rius) : (Ci-gît) l’ouvrier tailleur de pierre Sacilus. Lecture Y. Le Bohec.

2 Si une stèle de cette série figure aujourd’hui en remploi sur la façade de l’hôtel de Vesvrotte à Dijon, sa provenance précise n’est pas connue (Espérandieu, 1911, t. 4, 3494).

3 Haut. 0,40 m, larg. 0,31 m, ép. 0,40 m (Espérandieu, 1911, t. 4, 3223). Un Mars juvénile plutôt qu’un Apollon, étant donné le volume de la calotte crânienne qui a pu porter un casque.

4 Haut. 1,62 m, larg. 0,23 m, ép. 0,23 à 0,42 m. Royer, 1931, no 45 : « Sur la face postérieure est grossièrement sculpté un autel surmonté d’une pomme de pin ». Espérandieu, 1911, t. 4, 3280 : ne mentionne pas la face postérieure.

5 Haut. 1,50 m, larg. 0,50 m, ép. 0,42 m. Royer, 1931, no 39. Espérandieu, 1911, t. 4, 3276.

6 Je ne souscris pas à l’assertion de Y. Le Bohec qui parle ici d’une flamme embrasée prise à tort pour une pomme de pin (Le Bohec, 2003, p. 40, 14).

7 D’Arbaumont, 1894 ; Espérandieu, 1911, t. 4, 3502 ; Deyts, 1976, p. 242 : si la pierre ne figure que sous le vocable « provenance locale », il faut noter qu’elle est vue dans les collections dès 1862 et mentionnée ensuite surtout pour son inscription. Et si sa faible épaisseur ne semble pas conforme aux blocs choisis pour les remplois dans la muraille du castrum de Dijon, sa taille et son ancienneté dans les collections imposent l’idée d’une provenance de proximité dijonnaise.

8 Très justement relevé par Ch. Vernou, conservateur du musée archéologique de Dijon dans le petit journal accompagnant l’exposition « Maternité et petite enfance dans l’Antiquité romaine », qui écrit : la stèle d’Atticilla « est tout à fait atypique car elle emprunte au vocabulaire architectural des grands tombeaux (mausolées) » (Vernou, 2004, p. 2-8).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Autun, Pont-l’Évêque. Stèle de Pacata. Photo Loïc de Cargouët, INRAP.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10392/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Légende Fig. 2. Nuits-Saint-Georges/les Bolards. Stèle de Fortunata. Photo musées de Troyes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10392/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Légende Fig. 3. Dijon, Musée archéologique. Détail d’une stèle monumentale ( Espérandieu, 1911, 3490). [Sans crédit photographique].
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10392/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende Fig. 4. Langres, Musée de Langres. Tête de divinité ( Espérandieu, 1911, 3223). [Sans crédit photographique].
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10392/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 5. Langres, Musée de Langres. Stèle de Divixta, face antérieure. Photo Dominique Geoffroy.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10392/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 6. Langres, Musée de Langres. Stèle de Divixta, face postérieure. Photo Dominique Geoffroy.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10392/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Légende Fig. 7. Langres, Musée de Langres. Petit pilier funéraire ( Espérandieu, 1911, 3276). Photo Dominique Geoffroy.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10392/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Légende Fig. 8. Dijon, Musée archéologique. Stèle d’Atticilla. Photo Thierry Blais.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10392/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 318k

© ARTEHIS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search