Version classiqueVersion mobile

Verrerie de l’Est de la France. XIIIe-XVIIIe siècles

 | 
Jean-Olivier Guilhot
, 
Stéphanie Jacquemot
, 
Pierre Thion

Montbéliard - porte Pouhat : verrerie de la fin du XVIème siècle

Bernard Goëtz

Texte intégral

1De septembre à novembre 1987, la Direction des Antiquités Historiques de Franche-Comté, en accord avec la ville de Montbéliard, m'avait confié le suivi des travaux de réfection et d'assainissement de la rue de Belfort.

2Ces travaux ont permis de mettre au jour les différents niveaux d'utilisation de cette rue sur une profondeur allant jusqu'à 2 m sous le niveau actuel.

3Lors du passage de la tranchée sur le site de la porte Pouhat, qui avait fait l'objet dans le même temps d'une campagne de fouilles suivie par M. Jean-Claude Voisin, il nous a été permis de retrouver dans la base de la tour de flanquement de la porte Pouhat un important matériel archéologique, verrerie, poteries communes et carreaux de poêle. L'avance des travaux ne permettant pas une fouille complète sur place, la couche intéressante fut prélevée à la pelleteuse et fouillée ultérieurement.

CONTEXTE DE LA DECOUVERTE

4La porte Pouhat apparaît à la fin du XIIIème siècle, sa première mention dans les textes remonte à 1361. Elle est l’une des cinq portes de l'enceinte urbaine de Montbéliard, du XIVème au XVème siècle, et sera abandonnée en 1489 au profit d'une autre porte construite plus en avant, la porte Saint-Pierre.

5Cet abandon a conduit à une appropriation du domaine public, et de nouvelles constructions sont apparues sur le site. La base de la tour de flanquement a servi de dépotoir dans la deuxième moitié du XVIème siècle.

CERAMIQUE ET MOBILIER DIVERS

6La céramique commune représentée par de très nombreux tessons n'a donné aucune forme archéologiquement complète. On peut noter la présence de plus de 60 pieds de pots ou marmites, de nombreuses anses, trois queues de petits poêlons, le tout en poterie vernissée verte, ainsi que des fragments vernissés bruns.

7Il a également été trouvé quelques tessons de poterie commune non vernissée à pâte grise ou noire.

8Les carreaux de poêle qui font l'objet d’une étude particulière comprennent de nombreux fragments décorés de motifs végétaux, géométriques (losanges), de personnages dont notamment la partie inférieure d’un guerrier en armure (XVème siècle), des pièces de raccordement et d'angle. Leur technique de fabrication à engobe blanche posée par chemisage du moule, est typique des productions des XVème et XVIème siècles. D'après les motifs représentés, notamment les détails vestimentaires, ces pièces se situent chronologiquement dans la seconde moitié du XVIème siècle.

9La fouille a livré également de nombreux ossements d'animaux dont des cornes de bovins qui peuvent attester l'utilisation de cette base de tour en dépotoir, du matériel métallique, clous, couteaux et un fragment de peigne en bois.

LA VERRERIE

10Elle se compose essentiellement de verres à pied dont aucun ne peut être reconstitué complètement. Ils sont formés d’un contenant ou coupe et d'un pied creux obtenu par refoulement et étranglement de la paraison.

11Les contenants de forme plus ou moins conique sont souvent décorés de filets de verre blanc opaque. Quelques-uns présentent un décor moulé de forme géométrique. A noter la présence d'un fragment de coupe décoré d'un filet bleu, seul exemplaire trouvé à Montbéliard, ainsi que le petit fragment incolore décoré de filigranes blancs.

12Ces contenants doivent certainement s'adapter à certains des pieds de la Fig. 1 ; les pieds comparables aux no 1 et 2 sont les plus répandus (une dizaine d'exemplaires).

13Les tessons présentant des côtes verticales saillantes de section triangulaire (no 5 à 10) peuvent être considérés comme appartenant à des verres apodes, genre gobelet à fond refoulé ; le tesson (no 7) peut appartenir à une forme plus fermée avec pied ( ?).

14Les trois pastilles plates rapportées (no 13) proviennent certainement d'un verre d'origine germanique, genre Stangenglas ou Nuppenbecher ; en effet, Montbéliard était rattaché au duché de Wurtemberg depuis le début du XVème siècle.

© ARTEHIS Éditions, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search