Version classiqueVersion mobile

Aspects de l’artisanat en milieu urbain : Gaule et Occident romain

 | 
Pascale Chardron-Picault

La pierre

Recherches sur le travail du lapicide à partir d’une nouvelle dédicace à Hercule Saxsetanus

Jeanne-Marie Demarolle

Résumé

Les inscriptions lapidaires sont d’abord étudiées comme des « textes ». Elles représentent pourtant les « vestiges archéologiques » d’une production artisanale. Dans cette perspective on compare deux dédicaces d’époque flavienne à Jupiter Très bon, Très grand et à Hercule Saxsetanus retrouvées sur le site des carrières de Norroy-lès-Pont-à-Mousson, l’une en 1994, l’autre en 1916.

Texte intégral

1L’adoption des pratiques mémorielles romaines dans les Gaules dote les antiquisants d’inscriptions nombreuses et diversifiées. Or, paradoxalement, en dépit du foisonnement des recherches épigraphiques, du développement considérable des colloques et des études sur l’artisanat (Ferdière, 2003), de l’intérêt porté à l’histoire de l’outillage (Bessac, 1986), les documents lapidaires épigraphiques restent prioritairement abordés comme des « textes ». La démarche privilégie la compréhension d’un écrit, donc la restitution d’un discours, et non les conditions matérielles de fabrication. Quant à la paléographie c’est d’abord aux fins de datation qu’elle est le plus souvent prise en compte. De nos jours encore, les aspects matériels de l’élaboration d’une inscription font naître peu d’interrogations dans les manuels d’épigraphie. Certes les inscriptions représentent un apport inestimable et de plus en plus sollicité en matière religieuse, institutionnelle, sociale ou encore juridique, mais elles sont aussi les seuls « vestiges archéologiques » d’une production, au terme de la chaîne opératoire du travail de la pierre. Celui-ci a suscité depuis une trentaine d’années des études novatrices et des programmes de recherche, de l’extraction dans les carrières (Bedon, 1984 ; Lukas, 2002) à la sculpture (Éveillard, 1998) et à l’emploi des roches décoratives (Chardron-Picault et alii, 2004). Mais dans les Gaules l’ultime étape, celle de l’épigraphie proprement dite, n’a pas suscité l’intérêt auquel on aurait pu s’attendre, après nombre de recherches fondamentales (Susini, 1966 ; Gordon, 1983 ; Di Stefano Manzella, 1987 ; Grasby, 1996). En revanche de vifs débats ont eu lieu à propos des deux phases de l’élaboration manuelle de l’inscription (Mallon, 1952 ; Robert, 1955), débats considérés comme clos aujourd’hui (Mulliez, 1998). Il est vrai que dans l’Empire et plus encore dans les Gaules, la documentation ne facilite pas l’approche de l’artisanat de l’écriture lapidaire.

  • 1 Epist. 3, 12, 5, lettre datée de 469 où Sidoine se préoccupe de faire graver, à la suite d’une prof (...)
  • 2 Par exemple à Arles (CIL XII, 732) ou à Dijon (CIL XIII, 5475) pour lapidarius. Le lapicide de Bava (...)

2Les sources antiques laissent dans l’ombre, on le sait, le graveur de lettres toujours anonyme, y compris dans le lexique, même si, après avoir été synonyme de lapidarius, lapicida (pour lapidicida) a peut-être servi à le désigner. Cette évolution sémantique, connue par le témoignage, tardif certes et discuté de Sidoine Apollinaire1, traduit-elle une reconnaissance de l’activité en tant que telle ? Peut-on discerner le signe d’une certaine spécialisation ? Rien n’est moins sûr puisque Sidoine, une phrase plus loin, utilise quadratarius. Il ne faut pas oublier que l’enseigne bilingue de Palerme si souvent citée (CIL X, 7926 = ILS, 7680) pour les deux phases distinguées dans le travail (ordinare, sculptere) concerne des bâtiments publics ou sacrés, requérant donc a priori un travail d’une certaine qualité, partagé entre deux intervenants. Le contexte est différent pour les lapidaires de cités provinciales, à qui nous devons la majorité des inscriptions connues, des épitaphes. L’Édit de Dioclétien ne mentionne pas explicitement les graveurs d’inscriptions, distinguant seulement entre la rétribution du marmorarius et celle du lapidarius structor. De façon générale, dans la mesure où, pour l’époque romaine, nous ne disposons pas de comptes de sanctuaires comparables à ceux de Délos, de Delphes ou d’Épidaure (Mulliez, 1998), nous ignorons les conditions de rétribution de l’activité épigraphique. Dans sa lettre, Sidoine distingue effectivement « le prix de la pierre et le coût du travail » mais sans autre précision. Le lapidarius est attesté épigraphiquement en Gaule même, et le lapicida vient de l’être par une inscription du iie siècle retrouvée à Bavay (Hanoune et alii, 2000, p. 132-134 ; AE, 2000, 977) : sous une épitaphe d’assez bonne facture l’artisan a, en quelque sorte, apposé sa « signature » en gravant en plus petits caractères : scibit (sic) Gaverius la (picida), autrement dit, « Gaverius, lapicide, écrit (ce texte) »2.

  • 3 Même à Rome une seule étude de ce genre a été conduite, sur une officine de la Via Appia (Manacorda (...)
  • 4 Elle a été présentée l’année suivante, assortie d’un dessin (Georges-Leroy, 1995, p. 27), et retenu (...)
  • 5 Mais des expériences positives et des propositions bienvenues sur les rapports entre la métrologie (...)

3Dans les scènes gallo-romaines de métier, relativement nombreuses, aucune représentation iconographique ne donne à voir cette activité alors que plusieurs témoignages apparaissent à Rome dans l’art funéraire paléochrétien (Leclercq, 1928, fig. 6773-6779, où sont représentés maillet et pointe). La difficulté tient aussi à ce que, aujourd’hui encore, l’historien dispose rarement, en particulier en milieu provincial3, de séries conséquentes et chronologiquement bien datées pour conduire sur le matériel épigraphique des enquêtes d’ordre artisanal. Les autels tauroboliques de Lectoure (ILA, Lectoure, p. 87-90) et des inscriptions de Périgueux (ILA, Petrucores, p. 37) l’ont permis, mais la situation documentaire n’est pas aussi favorable dans la plupart des cités des Gaules. En Gaule mosellane, seules les séries paléochrétiennes de Trèves ont fait l’objet d’une analyse de ce type (Gauthier, 1975, p. 27-36 et pl. v). Aussi, faute de pouvoir envisager de reconnaître un « atelier », nous bornerons-nous ici à voir ce que peut apporter l’analyse comparative de la mise en page et de l’écriture épigraphique dans une enquête centrée sur la production. La découverte en 1994 (fig. 1) d’une nouvelle inscription consacrée à Jupiter Très bon, Très grand et à Hercule Saxsetanus (Hercule « carrier ») sur le site de Norroy-lès-Pont-à-Mousson, aujourd’hui en Meurthe-et-Moselle, autrefois dans la cité des Médiomatriques, invite à tenter une telle comparaison : en effet, cette inscription (AE, 2004, 954) qui n’a pas encore été étudiée comme un produit4, offre la particularité d’avoir été dédiée par un détachement de légionnaires dont le responsable, G. Appius Capito, était déjà connu sur le site par une dédicace analogue (ILTG, 387), mise au jour en 1916 (fig. 4). Ces deux dédicaces émanent-elles d’un ou de deux lapicides, qu’elles correspondent à un seul ou à deux séjours des soldats ? Bien que très réduite5, cette épigraphie de Norroy permet de soulever quelques questions, puisqu’elle émane de deux détachements dont nous ignorons à quel intervalle de temps ils sont venus. Si l’extraction proprement dite, relevant de travaux du génie, incombait au détachement de soldats, à qui attribuer le travail épigraphique ? Au-delà, confrontés à d’autres textes gravés chez les Médiomatriques au ier siècle après J.-C., en particulier la dédicace à l’empereur Claude retrouvée à Marsal (CIL XIII, 4565), et l’inscription de Bavay, ces documents lapidaires s’inscrivent dans la perspective plus large des métiers de l’écriture dans les Gaules (Feugère, Lambert, 2004).

Fig. 1. Autel no 1, face antérieure (cliché A. Hecker).

Présentation de deux autels inscrits d’époque flavienne

  • 6 Les dimensions sont données en cm. Les indications « dr. » et « g. » s’entendent par rapport à l’ob (...)

4Les deux autels6 que nous nous proposons de comparer, en partant de la découverte la plus récente, encore peu connue, appartiennent à une série de témoignages mis au jour sur le site de Norroy à partir du xviiie siècle. Ils ont été retrouvés dans les bois (Bois-le-Prêtre) qui couvrent le revers de la cuesta de la Moselle, mais en deux points différents. L’un à environ 1100 m du village de Norroy, le deuxième plus au sud-est, à environ un kilomètre de Pont-à-Mousson. Ils ne sont identiques ni par leur taille, ni par leur fonction, ni par leur décor. En revanche, les textes des deux dédicaces sont, quant à eux, pratiquement identiques. L’examen de leur aspect matériel peut-il aider à comprendre les conditions de leur fabrication sur le lieu d’exploitation de la pierre ?

  • 7 Toutefois ces hypothèses ne sont pas fondées sur des analyses pétrographiques mais les blocs gallo- (...)
  • 8 Toutefois un des autels conservés au Musée Lorrain se différencie des autres pièces par sa couleur (...)
  • 9 Nous remercions vivement J.-M. Blaising, archéologue INRAP, et F. Boura, tailleur de pierre, pour l (...)

5Ils ont chacun pour support un autel consacré à Jupiter Très bon, Très grand et à Hercule Saxsetanus et taillé dans du calcaire de Norroy. Les carrières de Norroy, sur la rive gauche de la rivière, sont bien connues (Lukas, 2002, p. 158) pour avoir approvisionné en matériau de qualité des centres urbains du Nord-Est : il a servi au décor architectonique des villes et des camps de la Moselle et du Rhin (Scarponne, Metz, Trèves, Mayence, Bonn, Cologne) et il a également été employé pour la sculpture votive, pour la sculpture funéraire civile et militaire7. À Bonn il a été remplacé par le trachyte des Siebengebirge au iie siècle et à Trèves par le grès gris vers 170. La roche de Norroy correspond à du calcaire bajocien du Jurassique moyen. La carte géologique de Pont-à-Mousson permet de distinguer deux affleurements. L’un, de calcaire oolithique dénommé « balin », n’a que quelques dizaines de mètres de large et forme une couche mince de 10 à 15 m de profondeur ; sa structure homogène lui donne une assez belle apparence. Le « balin » est plus tendre et plus fin que le calcaire à polypiers, de structure plus grossière, dur et compact, dont la couche atteint 25 à 30 m d’épaisseur sur le site dit « Les carrières ». Le banc a été exploité jusqu’au xixe siècle (le pont de Frouard a été construit en calcaire de Norroy), mais aucun vestige d’extraction antique n’existe plus, à part, peut-être, près du « Haut du Rieupt », où a eu lieu la découverte de 1994. Il est difficile d’être affirmatif, tant le secteur, qui appartient à la zone tristement célèbre du Bois-le-Prêtre, a été bouleversé pendant la guerre de 1914-1918. Le calcaire de Norroy, de couleur jaunâtre8, est une pierre mi-dure, comparable au calcaire d’Einville ou à la pierre de Jaumont classée à 5,5 sur l’échelle de dureté AFNOR qui va de 1 à 149. En raison de l’homogénéité de la structure, le lapicide ne rencontre pas de difficultés particulières pour la mise en page et la gravure.

  • 10 La localisation des découvertes anciennes manque de précision. L’autel anépigraphe conservé au Musé (...)

6En matière d’épigraphie divine, les carrières de Norroy sont citées (Bedon, 1984, p. 212) au même titre que celles de la vallée de la Brohl pour avoir livré plusieurs dédicaces à Hercule émanant de détachements venus des légions VIII Augusta, X Gemina, XXI Rapax et XIIII Gemina. L’une était gravée à même la paroi dans un cartouche à queue d’aronde (CIL XIII, 4623), les trois autres (CIL XIII, 4624, 4625 et ILTG, 387) l’étaient sur des autels et c’est aussi le cas de la dernière découverte. On a déjà constaté que sur d’autres sites de carrières (du Bois de Lens, de Rapp avec dédicaces de marmorarii, de la vallée de la Brohl ou encore de Locuon) ce sont aussi des autels votifs qui ont fourni du mobilier épigraphique. Outre l’inscription rupestre et les quatre autels inscrits, un autel anépigraphe (h. : 105) à fût cubique, base moulurée et couronnement décoré de deux puluini lisses et sans lien, a été exhumé dans le même secteur10 en 1827, au pied de la paroi inscrite (Robert, 1884, p. 336). Toutes les dédicaces gravées relèvent de la sphère religieuse privée et de la pratique romaine du uotum.

Autel et inscription no 1 découverts en 1994 (ae, 2004, 954)

7Provenance : découverte en juillet 1994, à l’occasion de travaux forestiers, dans le bois communal de Pont-à-Mousson, sur la rive gauche de la Moselle, au lieu-dit « Haut de Rieupt », à proximité du chemin descendant vers la Moselle. Le toponyme « Le chemin » passe pour correspondre à la voie de descente des blocs avant leur embarquement sur la rivière. L’autel semble avoir été retrouvé dans des terrains liasiques, responsables de divers glissements de terrain, mais il était peut-être encore en place. On a noté, en effet, la présence d’un possible « remblai d’installation ». Toutefois, en raison des perturbations apportées par la guerre de 14-18, ce n’est qu’une hypothèse. À une trentaine de mètres gisaient deux gros blocs grossièrement équarris (130 x 160 x 115 pour le mieux dégagé), (en cours d’expédition ?) et « peut-être des traces d’anciens fronts de taille » (Georges-Leroy, 1995).

8Lieu de conservation : musée de Pont-à-Mousson.

9Nature et état du support : autel en calcaire jurassique de Norroy à base moulurée, fût cubique et couronnement. Toute la partie droite du couronnement est abîmée (fig. 1). Traces de ripe sur la face postérieure, qui ne devait pas être appuyée contre une paroi.

10Dimensions totales : 94 x 47 x 47.

  • 11 Le dessin publié ne montre que la face antérieure et ne permet donc pas au lecteur une comparaison (...)

11Décor11 : base moulurée ; couronnement orné d’un focus entre deux puluini lisses et sans lien ; sur la face latérale gauche (fig. 2), massue à gros nœuds placée en diagonale et canthare à panse incisée, empiétant en haut sur le coin gauche de la moulure ; sur la face latérale droite (fig. 3), placé dans l’axe vertical, peuplier touffu en relief, empiétant en haut sur la moulure supérieure.

Fig. 2. Autel no 1, face latérale gauche (cliché A. Hecker).

12Champ épigraphique : non mouluré ; confondu avec la face antérieure (47 x 38), polie ; bien conservé ; traces de rubricature.

13Disposition : mise en page en neuf lignes, logique mais très malhabile du point de vue technique et mal équilibrée en hauteur ; des traces de lignes de guidage sont visibles mais n’ont pas toujours été respectées (p. ex. aux lignes 1 et 2 ; pour le I final l. 4 et celui de la l. 8 ; les premières lettres à g. sont alignées seulement aux l. 5-7). La plupart des lignes sont mal centrées y compris la première et la dernière ; hederae (très petite entre I et O) aux lignes 1, 2 et 5 ; points séparatifs ronds ou triangulaires (l. 5 à 8). À la fin de la ligne 4, l’artisan semble avoir d’abord gravé un M, remplacé ensuite par un S, ce qui donne SVB CVRAS : s’agit-il vraiment d’une double faute grammaticale, le lapicide persistant à faire suivre sub sans mouvement de l’accusatif d’abord au singulier puis au pluriel, ou le S doit-il être restitué en s (unt) ? En effet, le lapicide, qui ne gère pas très bien l’espace, n’avait peut-être pas laissé assez de place pour écrire SVNT en entier.

Fig. 3. Autel no 1, face latérale droite (cliché A. Hecker).

14Hauteur des lettres : L. 1 : 5 ; L. 2 : 4,3 ; L. 3 : 4,3 ; L. 4 : 3,7 ; L. 5 : 3,5 ; L. 6 : 3,5 ; L. 7 : 3,1 ; L. 8 : 3,4 ; L. 9 : 3,8. Les noms des divinités sont bien mis en valeur.

15Écriture : capitales carrées, profondément incisées, aux empattements marqués ; caractères plutôt larges (M, N, X) alternant avec d’autres (T, L) plus grêles. Beaucoup de caractères sont irréguliers (par ex. les trois E de la ligne 8) ; le linteau du T est tantôt horizontal (l. 2), tantôt oblique (l. 7) ; la traverse rectiligne des A est au tiers supérieur de la hauteur (l. 3), mais parfois (l. 6) au tiers inférieur ; les barres médianes des E, du H sont alignées à mi-hauteur où se croisent les traits en diagonale du X ; A pointu avec trait dr. montant ; B aux deux boucles égales ; C ouverts ; G nettement tracé ; M aux traits verticaux, les deux obliques se croisant en bas ; O bien ronds ; P à petite boucle resserrée ; Q à très longue queue prolongée au-delà du V ; R à trait oblique raide ; S aux deux boucles égales ; biseaux des V ouverts ; traits obliques des X se croisant au centre.

16Exemple de dittographie (XS au lieu de X) (l. 3 et 4) pour SAXSETANO et VEXSILLARI.

17Peu d’abréviations, aucune ligature, aucun I montant ; aucune coupure asyllabique.

18Formulaire : conforme à la pratique romaine dans l’acte libératoire d’un vœu à Jupiter Très bon, Très grand et à Hercule Saxsetanus par des soldats détachés de la XIVe légion. Ils étaient placés sous la responsabilité d’un centurion, ici chef de chantier, dont le grade est inscrit sous la forme symbolique du cep de commandement. Le nom de C. Appius Capito a déjà été restitué dans une inscription gravée dans un bloc de construction utilisé pour l’agrandissement du camp de Mayence sous les Flaviens (CIL XIII, 6926). Il dirigeait sa centurie dans ces travaux. La XIVe légion a partagé le camp de Mayence avec la Ière légion Adiutrix à partir de 71 et l’a quitté en 92. Elle devait ses épithètes honorifiques de Martia Victrix à son rôle déterminant dans la guerre contre Boudicca.

19Sous la forme Saxsetanus cette épiclèse d’Hercule, dérivant de saxsetum lui-même formé sur saxum (rocher), n’est attestée que sur les deux inscriptions présentées ici. En Italie (Tivoli et Trente), dans les carrières de la vallée de la Brohl (quinze occurrences), chez les Bellovaques (CIL XIII, 3475 = ILTG, 358) et sur les trois autres inscriptions de Norroy, Hercule est toujours dit Saxanus. La force légendaire d’Hercule est propre à assurer la protection des carriers.

20Datation : au début de l’époque flavienne, puisque la XIVe légion a quitté Mayence en 92 et qu’à partir de 84 ou 85 Mayence est devenue la capitale de la province de Germanie supérieure. Le détachement a travaillé vraisemblablement avant cette date, lorsque le district de Germanie supérieure n’était pas encore détaché de la Gaule Belgique où se trouvait Norroy.

21Transcription : I(oui) O(ptimo) M(aximo) / et Herculi / Saxsetano/ uexsillari(i)/ leg(ionis) XIIII G(eminae) M(artiae) V(ictricis) / qui sub curas(sic) / G (aii) Appi(i) Capitonis / c(enturionis) leg(ionis) eiusdem / u(otum) s(oluerunt) l(ibentes) l(aeti) m(erito).

22Traduction : À Jupiter Très bon, Très grand et à Hercule Saxsetanus, les soldats détachés de la XIVe légion Gemina Martia Victrix, placés sous la responsabilité de Gaius Appius Capito, centurion de cette légion, ont accompli leur vœu avec joie, de bon cœur et à bon droit.

Autel et inscription no 2 découverts en 1916 (iltg, 387)

23Provenance : découverte fin février ou début mars 1916, dans le bois communal de Pont-à-Mousson, à cent mètres des lignes françaises sur la rive gauche de la Moselle, à 1100 m du village de Norroy par la 6ème compagnie du 93ème régiment allemand d’infanterie de réserve, occupée à creuser un boyau de tranchée ; la face inscrite était enfouie à deux mètres sous terre (Keune, 1921, col. 272). L’autel était sans doute à sa place initiale sur son socle, avant de basculer et d’être recouvert par la végétation.

Fig. 4. Autel no 2, face antérieure (d’après Lehner, 1916, p. 270).

24Lieu de conservation et no d’inventaire : au Musée Lorrain à Nancy, no 2005.0. 338. Après le retour de la Moselle à la France en 1918, l’autel a quitté Metz pour le musée de Nancy (Catalogue, 2003, p. 46).

25Nature et état du support : autel / piédestal en calcaire jurassique de Norroy comprenant un socle, une base moulurée, un fût cubique, un couronnement. Table supérieure creusée d’un évidement central rectangulaire (38 x 36 x 9 de profondeur) prévu pour installer une statue. Vu les circonstances de la découverte et le poids du monument (environ 800 kg), J.B. Keune, alors conservateur du musée de Metz, le fit enfouir pour le protéger mais il fut coupé en deux et gravement endommagé par une explosion d’obus peu après. Il fut remonté et restauré après son entrée au musée de Metz en octobre 1916 (Catalogue, 2003, p. 18, fig. 9 et p. 47), les soldats ayant recueilli la plupart des éclats. Plusieurs lignes de fracture restent visibles et toute la partie arrière de la face latérale dr. manque, ainsi que les deux côtés du couronnement. Les ornements visibles (au-dessus de la face principale) sur la photographie prise au moment de la découverte (fig. 5) ont disparu.

Fig. 5. Autel no 2, face latérale droite (d’après Lehner, 1916, p. 268).

26Dimensions conservées : 140 x 98 x 61.

27Décor : base moulurée sur trois côtés seulement et face postérieure juste épannelée. L’autel devait être appuyé contre une paroi. Traces de ripe sur les deux faces latérales. Sur la table supérieure représentation abîmée d’une patella. La face antérieure de la corniche porte une frise de rinceaux végétaux à enroulement alterné, sortant d’un vase. À la face latérale dr. (fig. 5) un arc et un carquois rempli de cinq flèches ; à la face latérale g. (fig. 6), un peuplier touffu sculpté en position axiale ; entre les deux, en haut, un petit objet rond interprété comme le couvercle du carquois (Keune, 1921, col. 272) mais qui pourrait être une petite patère.

28Champ épigraphique : non mouluré, confondu avec la face antérieure (65 x 68) polie, très restauré.

29Disposition : mise en page en neuf lignes, assez mal-habile du point de vue technique et illogique. Traces de lignes de guidage (au-dessus des lignes 3 et 6) respectées ; la plupart des lignes sont mal centrées, y compris la première et la dernière mais la ligne 4, avec une marge de 11,5 cm de chaque côté, fait exception. À la ligne 6 le C de VIC est une lettre « naine » ; aux lignes 6-7 coupure asyllabique de CAP /ITO ; hederae aux lignes 1 et 2 ; points séparatifs triangulaires.

Fig. 6. Autel no 2, face latérale gauche (d’après Lehner, 1916, p. 266).

30Hauteur des lettres : L. 1 : 9 ; L. 2 : 7 ; L. 3 : 6,5 ; L. 4 : 4,5 ; L. 5 : 4,5 ; L. 6 : 6 ; L. 7 : 6,5 ; L. 8 : 6 ; L. 9 : 7,5. Les noms des divinités sont bien mis en valeur.

31Écriture : capitales carrées, profondément incisées, empattements marqués ; des caractères larges (M, N, H, V) mais aussi des caractères grêles (L, P). À la ligne 7, à la suite de la restauration, le premier P de APPI a été transformé en R et il reste moins d’un cm de la barre supérieure horizontale du E à la ligne 8 où on lit nettement EIIVSDEM ; peu d’abréviations ; aucune ligature ; aucun I montant. Le tracé des caractères est bien ordonné : les barres transversales des E et du H (l. 2), des A, du E et la croisée des traits obliques du X (l. 3), du E, du A et la croisée des traits obliques du X (l. 4) sont bien alignées à mi-hauteur.

32A pointu avec trait dr. montant ; B à boucles égales ; C ouvert ; E à trois barres égales ; G nettement tracé ; L à petite base ; M à traits verticaux et traits obliques se croisant en bas ; O ronds avec traces de compas aux lignes 3 et 6 ; P à petite boucle fermée ; Q à longue queue qui rejoint le V dans QVI ; R avec trait oblique raide ; S à boucles égales ; T à petit linteau rectiligne ; V à biseaux ouverts ; traits obliques du X se croisant au centre.

33On note un contraste entre les caractères, assez réguliers dans l’ensemble, et la disposition, défectueuse.

34Formulaire : conforme à la pratique romaine, pratiquement identique à celui de l’autel no 1. Toutefois, la présence de l’imparfait à la ligne 5 peut signifier que les soldats détachés n’ont été placés sous la responsabilité de G. Appius Capito que pendant leur présence dans la carrière, le centurion faisant office sur place d’un chef de chantier à qui on envoyait des vexillaires différents (Richier, 2004). Enfin, reflétant deux types sensiblement différents de travail, ces deux autels correspondent à l’envoi de deux détachements distincts. D’autres centurions, mais dans la vallée de la Brohl cette fois, ont connu la même situation : C. Terentius Bassus (CIL XIII, 7695-7696) et M. Iulius Cossatus (CIL XIII, 7697, 7715, 7716) ont été responsables de détachements venus successivement.

35Cette inscription a été la première à faire connaître l’épiclèse Saxsetanus. Elle présente les mêmes exemples de dittographie (XS pour X) que la précédente.

36Datation : dans la même fourchette que la précédente dédicace.

37Transcription : I(oui) O(ptimo) M(aximo)/ et Herculi/ Saxsetano/ uexsillari(i) / leg (ionis) XIIII Gem (inae) Mar(tiae) Vic(tricis) / qui erant sub / cura G(aii). Appi(i) Cap/ itonis c(enturionis) leg(ionis) eiiusdem / u(otum) s(oluerunt) l(aeti) l(ibentes) m(erito).

38Traduction : À Jupiter Très bon, Très grand et à Hercule Saxsetanus, les soldats détachés de la XIVe légion Gemina Martia Victrix et qui étaient placés sous la responsabilité de Gaius Appius Capito, centurion de cette légion, ont accompli leur vœu avec joie, de bon cœur et à bon droit.

Deux types d’élaboration épigraphique

39La comparaison entre les dédicaces porte sur les quatre éléments qui donnent son sens à une inscription : le support, le texte, l’écriture, l’environnement topographique et social.

40Le matériau, l’environnement topographique et social sont identiques. Ces deux autels exprimaient l’acquittement du vœu fait par les soldats pour leur mission, à l’emplacement même du travail. Ils occupaient donc un site isolé, où ne se rendaient que des gens de métier et le focus et la patella qu’ils comprenaient n’ont certainement reçu que peu d’offrandes et de sacrifices. La peinture rouge des caractères de l’autel no 1 servait certes à masquer les nombreuses irrégularités mais facilitait aussi la lisibilité dans un contexte peu éclairé. Les deux monuments témoignaient donc d’abord des rapports entre les hommes et les dieux, tout en gardant la mémoire, pour les détachements suivants, de la pietas de la XIVe légion. En ce qui concerne les supports, les textes et les écritures, des différences sont manifestes.

41L’autel exhumé en 1916 est beaucoup plus imposant et plus décoré. Par ses dimensions, il dépasse la moyenne (environ un mètre de haut) des autels retrouvés dans ce genre de site, ainsi qu’à Norroy même. Surtout, il devait servir de piédestal à une statue ou à un groupe sculpté puisque la dédicace s’adresse à Jupiter et à Hercule. On ignore si la mise en place a été effective. Il n’en subsiste aucun élément. L’autel était destiné à être appuyé contre une paroi. En effet, sa face postérieure n’est que grossièrement épannelée et la base ne porte des moulures que sur trois côtés. Sa fonction ne permettait pas un décor de puluini sur la table supérieure et le focus central est remplacé par une patella placée à l’avant. L’ornementation est plus complète que sur l’autel no 1 puisque la face antérieure du couronnement porte un décor végétal stylisé.

42Les faces latérales des deux fûts empruntent leur décor à une thématique herculéenne originale mais qui n’est pas reproduite à l’identique d’un autel à l’autre.

  • 12 Un autel à Hercule retrouvé à Lodi (CIL V, 6351) est décoré d’un arc et d’un carquois sur la face d (...)

43Un arbre touffu et compact apparaît sur les deux autels en position axiale, mais à des emplacements différents, la face droite pour l’autel no 1 et la face gauche pour l’autre. Les deux arbres sont sculptés de façon identique : un entrecroisement de profondes incisions délimite des rangées de petits losanges, en fort relief. Cet arbre est identifié depuis J.B. Keune comme un peuplier. En effet, Pline l’Ancien (Histoire Naturelle, XII, 3) cite le peuplier comme consacré au héros, au même titre que le laurier à Apollon et l’olivier à Minerve. Mais dans l’iconographie connue, lorsqu’un arbre est associé à Hercule, ce qui est assez rare, c’est toujours celui du jardin merveilleux des Hespérides : voir par exemple LIMC, s.v. Hercules (t. V, 1 p. 253-263 et t. V, 2, p. 186-188). Le sculpteur a mal géré l’espace de l’autel no 1 puisque le sommet du peuplier (fig. 3) mord sur la moulure. N’a-t-il pas su adapter son modèle à l’espace dont il disposait ? Le décor des deux autres faces latérales est radicalement différent d’un autel à l’autre : la massue, attribut récurrent du héros combattant (fig. 7), apparaît12 sur l’autel retrouvé en 1994, associée à un canthare qui pourrait faire référence à Hercule bibax, très présent dans l’art romain. Sur l’autre, l’équipement de l’archer occupe toute la face latérale droite. L’Odyssée fait du demi-dieu un des meilleurs archers de l’époque héroïque et ces attributs renvoient à plusieurs exploits : les flèches qu’Hercule avait trempées dans le sang de l’hydre de Lerne ont infligé à Geryon et aux oiseaux du lac Stymphale des blessures incurables. Les deux puluini de l’autel no 1 ne peuvent être comparés qu’à ceux de l’autel anépigraphe mais ce dernier est dépourvu de focus. En conclusion, au niveau des supports, les deux autels inscrits étudiés ici ne semblent pas correspondre à un travail fait en série, reproduisant à l’identique le même modèle. Ils sont néanmoins d’inspiration commune et tout à fait originale par la présence du peuplier. Leur élaboration relève d’un savoir-faire comparable, d’un niveau moyen analogue.

Fig. 7. Massue sculptée sur l’autel découvert en 1721 (d’après Espérandieu, 1913, no 4613).

Fig. 8. Juxtaposition des faces antérieures des deux autels.

44Qu’apporte la comparaison entre les deux dédicaces, en ce qui concerne le texte et l’écriture ?

45Les formulaires sont similaires mais non pas identiques. Là où l’autel no 1 porte « qui subcuras (sic) » ou « qui subcura s(unt) » on lit sur le no 2 « qui erant subcura ». Les abréviations des noms de la légion XIIII Gemina sont différentes avec seulement les trois lettres GMV sur le no 1 alors qu’on trouve GEM MAR VIC pour l’autel no 2. L’intitulé de la légion occupe une ligne entière à chaque fois mais les deux artisans ne montrent pas la même maîtrise. Soucieux de mettre en valeur le nom de la légion en évitant toute coupure mais disposant de moins de place que son collègue, le lapicide de l’autel no 1 s’est adapté : il s’en est tenu aux trois initiales des épithètes de la XIVe légion. Au contraire, l’autre lapicide a si mal géré la longueur de la ligne qu’il a été obligé de recourir à un O nain. Les deux textes ont en commun la correction grammaticale (à condition de restituer s(unt) sur l’autel no 1), les mêmes dittographies et l’absence de I montant, autrement dit l’absence d’intérêt pour la perfection phonétique.

46La disposition du texte, en neuf lignes, sur un champ épigraphique aux dimensions différentes, présente des analogies : les trois premières lignes forment un premier espace mais aucun des deux artisans n’a réellement soigné dans le détail la mise en page des noms et des épiclèses de Jupiter et d’Hercule. Au contraire VEXSILLARI, seul à la ligne 4 (et très bien centré sur l’autel no 2), est mis en valeur ainsi que la titulature de la légion à la ligne 5. La mention de l’encadrement occupe toute la ligne 6 sur l’autel no 1 ; en revanche elle déborde sur la ligne suivante sur l’autre autel avec une coupure asyllabique et illogique. La disposition des caractères est moins soignée sur la dédicace no 1 : le linteau des T dépasse de la ligne et il est oblique et les lignes de guidage sont très peu respectées.

47L’irrégularité des caractères rend difficile la comparaison (fig. 8 et 9) du style d’écriture. On peut toutefois noter que les caractères sont plus réguliers dans l’ensemble sur le texte no 2 que sur le no 1, mais qu’ils sont toujours de même type : des A à traverse rectiligne, des L à petite base horizontale, des E aux trois barres d’égale longueur ; les V ont dans les deux cas des biseaux ouverts, les traits des obliques des M se croisent tout en bas. Si les caractères relèvent du type alors en vigueur (à comparer avec le tableau donné dans Lassère, 2005, p. 39) le style se différencie toutefois par les points séparatifs employés : l’autel no 2 ne comprend que des points triangulaires et les hederae taillées sur les deux autels n’ont pas la même orientation.

Fig. 9. Tableau paléographique.

48En dépit des nombreuses analogies et des marques de « fabrication » (présence du peuplier, épiclèse d’Hercule) qui en l’état des connaissances leur donnent une véritable spécificité, ces deux autels témoignent de deux mises en œuvre distinctes mais sans doute à peu d’intervalle. Les différences de qualité d’exécution entre les deux monuments semblent plus importantes au niveau de l’écriture gravée que de la sculpture. Malheureusement, on ne peut préciser le statut, militaire ou civil, des derniers intervenants de la chaîne opératoire. Le détachement des légionnaires, s’il était à même d’extraire les blocs, comprenait-il aussi des soldats formés à la taille, à la sculpture et à la gravure ? Les militaires, en général, semblent plutôt avoir été utilisés à des travaux du génie et de construction. Peut-on alors penser que le détachement venait accompagné de sculpteurs, chargés d’élaborer des autels (tel l’autel anépigraphe retrouvé à Norroy) et des éléments d’architecture avant de les envoyer à Mayence ? Ou bien faisait-on appel à des artisans locaux qui, sous les Flaviens, avaient acquis une certaine maîtrise des techniques apportées par Rome ?

  • 13 On sait que la position du graveur (à plat ventre dans ces cas ?) a aussi des effets sur le temps n (...)

49Il est de fait que les noms des sculpteurs de la colonne de Mayence dédiée à Néron en 66 ap. J.-C. comportent des éléments onomastiques (Samus, Venicarus) à coloration indigène. Au iie siècle, en tout cas, à Bavay le lapicide porte un nom, Gaverius, « très probablement germanique » (Hanoune et alii, 2000, p. 134). Dans quelle mesure peut-on transposer chez les Médiomatriques ce qui est avéré à Mayence ? La dédicace à Claude (CIL XIII, 4565) témoigne qu’en 44 les uicani de Marsal ont trouvé un graveur connaissant la pratique épigraphique. Inscrite dans un champ mouluré, la mise en page reste bien défectueuse pour une inscription publique en l’honneur d’un empereur. Autre incertitude, l’élaboration de chaque inscription de Norroy est-elle due à une seule personne, chargée à la fois de l’ordinatio et de la gravure ? Nous aurions tendance à le penser : si le graveur n’avance évidemment pas son ciseau au hasard, l’ordinatio est dans les deux cas bien médiocre et le tracé, assez mal élaboré, ne paraît pas relever d’un « spécialiste ». Or, les expériences de gravure d’inscriptions antiques faites de nos jours (Grasby, 1996, p. 132-136) montrent que la mise en place du texte nécessite deux fois plus de temps que la gravure13 proprement dite. De surcroît on imagine mal qu’on ait disposé et d’ordinatores et de sculptores dans cette carrière. L’outillage nécessaire pour le tracé (règle, compas pour les cercles mais aussi pour les mesures) et la taille en creux des lettres (ciseau fin : Bessac, 1986, fig. 30, no 3, gravelet 11e) était limité, facile à transporter. Comme aux portes des cimetières dont parle B. Helly, une seule personne était donc à même de tout faire.

  • 1 Nous ne saurions terminer sans assurer de notre gratitude Mme Hélène Schneider, Conservateur du mus (...)

50Les dédicaces de Norroy représentent certes un cas particulier, puisqu’elles sont dues à un détachement légionnaire, étranger à la cité des Médiomatriques. Mais les remarques qu’elles nous ont inspirées montrent, nous semble-t-il, leur dimension artisanale et les questions qui en découlent. Au même titre que d’autres productions, les inscriptions latines de Gaule mosellane mériteraient de faire l’objet d’expérimentations pour mieux les situer dans leur contexte socio-économique et dans les types d’artisanat véhiculés par Rome1.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Les abréviations sont reprises de l’Année Philologique et complétées par : AE : l’Année épigraphique ; CIL : Corpus Inscriptionum Latinarum ; DACL : Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie ; ILA : Inscriptions latines d’Aquitaine ; RE : Realencyclopädie der Altertum-swissenschaft.

Bedon R., 1984, Les carrières et les carriers de la Gaule romaine, Paris, éd. Picard, 247 p.

Bessac J.-C., 1986, L’outillage traditionnel du tailleur de pierre de l’Antiquité à nos jours, Paris, éd. du CNRS, 319 p. (14ème suppl. à la Revue Archéologique de Narbonnaise).

Bozic D., Feugère M., 2004, « Les instruments de l’écriture », Gallia, t. 61, p. 21-41.

Catalogue, 2003 : De la frontière au front : un point de vue allemand : campagnes photographiques 1914/1917, Catalogue d’exposition, Metz, Musées de la Cour d’Or, 14 nov. 2003-16 fév. 2004, 92 p.

Chardron-Picault P., Lorenz J., Rat P., Sauron G. dir., 2004, Les roches décoratives dans l’architecture antique et du haut Moyen Âge, Actes du colloque d’Autun, 18-19 nov. 1999, Paris, éd. du CTHS, 388 p. (Coll. d’Archéologie et d’histoire de l’art, 16) Di Stefano Manzella I., 1987, Mestiere di epigrafista : guida alla schedatura del materiale epigrafico lapideo, Rome, Quasar, 315 p. (Vetera, 1).

Éveillard J.-Y., 1998, « Sur quelques aspects originaux de la sculpture en pierre de l’Armorique romaine », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 105, fasc. 2, p. 71-86.

Ferdière A., 2003, Les Gaules (provinces des Gaules et Germanies, provinces alpines) : IIe s. av. J.-C.-Ve s. ap. J.-C., Paris, A. Colin, p. 241-254.

Feugère M., Lambert P.-Y. dir., 2004, « L’écriture dans la société gallo-romaine : éléments d’une réflexion collective », Gallia, t. 61, p. 1-192.

Gauthier N. éd., 1975, Recueil des inscriptions chrétiennes de la Gaule antérieure à la Renaissance carolingienne. I, Première Belgique, Paris, éd. du CNRS, 637 p.

Georges-Leroy M., 1995, « Pont-à-Mousson Le Bois communal », Bilan Scientifique de la région Lorraine 1994, Metz, S.R.A., p. 27.

Gordon A., 1983, Illustrated introduction to Latin Epigraphy, Berkeley, Univ. of California Press, XXV-264 p.

Grasby R., 1996, « A comparative study of five latin inscriptions : measurement and making », Papers of the British School at Rome, t. 64, p. 95-138.

Hanoune R., Loridant F., Louvion C., Muller A., 2000, « Recherches archéologiques à Bavay XXIV-XXVII (basilique du forum et kardo oriental) », Revue du Nord (archéologie), 82, p. 132-134.

Helly B., 1979, « Ateliers lapidaires de Thessalie », in : Pippidi D. M. éd., Actes du VIIe congrès international d’épigraphie grecque et latine, Constantza, 9-15 sept. 1977, Bucarest, éd. Academiei/Paris, Les Belles Lettres, p. 63-90.

ILA. Lectoure : Fabre G., Sillières P., Inscriptions latines d’Aquitaine (ILA). Lectoure, Bordeaux, Ausonius/Paris, de Boccard, 2000, 254 p.

ILA Petrucores : Bost J.-P., Fabre G., Inscriptions latines d’Aquitaine (ILA). Petrucores, Bordeaux, Ausonius, 2001, 304 p.

Keune J. B., 1921, « Saxanus », RE, t. II, A1, col. 270-273, 295, 300-301, 308.

Lassère J.-M., 2005, Manuel d’épigraphie romaine, Paris, éd. Picard, 2 vol. (Antiquité-synthèse, 8).

Leclercq H., 1928, « Lapicides », DACL, 8,1, col. 1326-1378.

Lehner H., 1916, « Uber einige Altertumsfunde von der Westfront », Bonner Jarhbücher, 123, p. 268-274.

Lukas D., 2002, « Carrières et extraction romaines dans le nord-est de la Gaule et les Germanies », in : Bessac J.-C., Sablayrolles R. éd., « Carrières antiques de la Gaule », Gallia, t. 59, p. 155-174.

Mallon J., 1952, Paléographie romaine, Madrid, C.S.I.C., Inst. Antonio de Nebrija de filologia, 189 p., 32 pl. (Scriptura. Monumenta et studia, 3).

Manacorda D., 1979, Un’officina lapidaria sulla via Appia : studio archeologico sull’epigrafia sepolcrale d’eta giulio-claudia in Roma, Rome, L’Erma di Bretschneider, 119 p. (Studia archaeologica, 26).

Moitrieux G., 2002, Hercules in Gallia : recherches sur le culte et la personnalité d’un dieu romain en Gaule, Paris, éd. de Boccard, 518 p. (Gallia romana, 5).

Mulliez D., 1998, « Vestiges sans ateliers : le lapicide », Topoi, t. 8, fasc. 2, p. 815-830.

Richier N., 2004, Centuriones ad Rhenum : les centurions légionnaires des armées romaines du Rhin, Paris, éd. de Boccard, 773 p. (Gallia romana, 6).

Robert L., 1955, « Épigraphie et paléographie », C. R. de l’Acad. des Inscriptions et Belles-Lettres, p. 195-219.

Robert P.C., 1884, « Inscriptions laissées dans une carrière de la Haute Moselle par des légions romaines », in : Omont H., Mélanges Graux : recueil de travaux d’érudition classique dédié à la mémoire de Charles Graux, Paris, E. Thorin, p. 329-340.

Sartori A., 1994, « La composizione delle epigrafilatine : un ‘accorta tecnica spontanea’ », L’Africa Romana, t. 11, p. 215-222.

Susini G., 1966, Il lapicida romano : introduzione all’epigrafia latina, Rome, L’Erma di Bretschneider, 103 p.

Notes

1 Epist. 3, 12, 5, lettre datée de 469 où Sidoine se préoccupe de faire graver, à la suite d’une profanation, une nouvelle inscription sur le tombeau de son grand-père. Il enjoint à son neveu de vérifier le travail : « Vide ut uitium non faciat in marmore lapidicida. »

2 Par exemple à Arles (CIL XII, 732) ou à Dijon (CIL XIII, 5475) pour lapidarius. Le lapicide de Bavay a manifestement commis une faute de gravure en omettant le R de scribit. Mais a-t-il pour autant « confondu » scribit et scripsit ? N’a-t-il pu employer sciemment le présent dans le sens « C’est Gaverius qui est en train d’écrire », ne commettant ainsi qu’une seule faute, purement matérielle, et non une « double faute » (AE, 2000, 977). Les caractères de l’épitaphe sont tracés avec une certaine élégance mais la disposition laisse à désirer, en particulier aux lignes 3 et 4.

3 Même à Rome une seule étude de ce genre a été conduite, sur une officine de la Via Appia (Manacorda, 1979). Mais, dans le monde grec, l’enquête de B. Helly sur les stèles de Thessalie a mis en œuvre une méthodologie particulièrement intéressante (Helly, 1979).

4 Elle a été présentée l’année suivante, assortie d’un dessin (Georges-Leroy, 1995, p. 27), et retenue, pour son texte, dans deux thèses récentes (Moitrieux, 2002 ; Richier, 2004).

5 Mais des expériences positives et des propositions bienvenues sur les rapports entre la métrologie des monuments et celle des lettres ont été faites même sur des échantillons réduits (Sartori, 1994 ; Grasby, 1996).

6 Les dimensions sont données en cm. Les indications « dr. » et « g. » s’entendent par rapport à l’observateur. Nous avons volontairement attribué le numéro 1 à l’inscription découverte en 1994 parce qu’elle sert de point de départ à notre analyse.

7 Toutefois ces hypothèses ne sont pas fondées sur des analyses pétrographiques mais les blocs gallo-romains, environ une soixantaine, retrouvés en remploi dans un pont carolingien à Scarponne vont faire l’objet de telles investigations, ce que D. Gucker, archéologue à l’INRAP, a eu l’obligeance de nous faire savoir.

8 Toutefois un des autels conservés au Musée Lorrain se différencie des autres pièces par sa couleur grisâtre.

9 Nous remercions vivement J.-M. Blaising, archéologue INRAP, et F. Boura, tailleur de pierre, pour les renseignements qu’ils nous ont très aimablement fournis.

10 La localisation des découvertes anciennes manque de précision. L’autel anépigraphe conservé au Musée Lorrain à Nancy (Inv. A 95 220) est très abîmé. Les quatre faces portent des traces de ripe. Il n’était donc pas prévu de l’appuyer contre une paroi.

11 Le dessin publié ne montre que la face antérieure et ne permet donc pas au lecteur une comparaison de la décoration dans son ensemble.

12 Un autel à Hercule retrouvé à Lodi (CIL V, 6351) est décoré d’un arc et d’un carquois sur la face droite mais d’une massue sur l’autre face. Quant à la massue sculptée sur l’autel retrouvé à Norroy en 1721 (fig. 7), elle relève d’une facture très différente de celle utilisée pour les deux autels consacrés par les soldats de la XIVe légion.

13 On sait que la position du graveur (à plat ventre dans ces cas ?) a aussi des effets sur le temps nécessaire. F. Boura a bien voulu nous faire savoir qu’il suffit de moins d’une minute pour graver un I comparable à ceux de l’autel no 1 dans une pierre mi-dure.

Notes de fin

1 Nous ne saurions terminer sans assurer de notre gratitude Mme Hélène Schneider, Conservateur du musée de Pont-à-Mousson, M. Patrick Bourgeois, assistant, pour l’excellent accueil qu’ils nous ont réservé et M. Robert Bedon, Professeur à l’Université de Limoges, pour ses nombreuses remarques constructives.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Autel no 1, face antérieure (cliché A. Hecker).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10326/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 2. Autel no 1, face latérale gauche (cliché A. Hecker).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10326/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 3. Autel no 1, face latérale droite (cliché A. Hecker).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10326/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 4. Autel no 2, face antérieure (d’après Lehner, 1916, p. 270).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10326/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 5. Autel no 2, face latérale droite (d’après Lehner, 1916, p. 268).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10326/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 6. Autel no 2, face latérale gauche (d’après Lehner, 1916, p. 266).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10326/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 7. Massue sculptée sur l’autel découvert en 1721 (d’après Espérandieu, 1913, no 4613).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10326/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 8. Juxtaposition des faces antérieures des deux autels.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10326/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Légende Fig. 9. Tableau paléographique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10326/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 89k

© ARTEHIS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search