Version classiqueVersion mobile

Aspects de l’artisanat en milieu urbain : Gaule et Occident romain

 | 
Pascale Chardron-Picault

Techniques et savoir-faire des artisans

La fabrication du bleu égyptien dans les Champs Phlégréens (Campanie, Italie) durant le ier siècle de notre ère

Laëtitia Cavassa, François Delamare et Monique Repoux

Résumé

Le bleu égyptien, premier pigment de synthèse créé par les Égyptiens durant le iiie millénaire avant notre ère, est un produit qui connaît une grande diffusion à l’époque romaine. Après un rapide tour d’horizon des différentes utilisations de ce pigment, nous nous attarderons sur les lieux de production. D’après nos recherches, plusieurs éléments nous poussent à croire que les Champs Phlégréens ont abrité plusieurs ateliers ayant fabriqué ce pigment entre le ier siècle av. J.-C. et le ier siècle de notre ère. Enfin, nous conclurons par les fouilles du Centre Jean Bérard à Cumes, où l’étude de creusets ayant servi à la fabrication du pigment a été complétée par des analyses chimiques du pigment.

Texte intégral

I. Le bleu égyptien

I.1. Les emplois

1Le bleu égyptien est le premier pigment de synthèse connu ; il a été mis au point durant le iiième millénaire avant notre ère. La littérature classique et archéologique parle de kyanos, de caeruleum, de bleu Vestorien, de bleu de Pouzzoles, de bleu pompéien. Ces différentes appellations qualifient toutes une seule et même réalité : un pigment bleu, synthétique, créé de toute pièce. L’hypothèse couramment acceptée est que les Égyptiens auraient cherché à obtenir, pour la décoration pariétale, une teinte bleue égalant l’éclat du lapis-lazuli, minerai que sa rareté réservait à la bijouterie. Cette innovation technologique manifeste la maîtrise des Égyptiens dans le maniement des matières premières, leurs connaissances chimiques et leur habileté dans la manipulation à hautes températures.

2Les textes hiéroglyphiques parlent ainsi de lapislazuli, hsbd et de « lapis-lazuli fabriqué », hsbd iryt que l’on cherche à identifier au « bleu égyptien ».

3Ce produit est l’unique pigment bleu utilisé en peinture murale depuis la IVe dynastie égyptienne (2613-2494 av. J.-C.) jusqu’au haut Moyen Âge. La dernière attestation d’utilisation est datée du ixe siècle de notre ère, dans la décoration pariétale de l’église San Clemente de Rome (Lazzarini, 1982).

4Ainsi, les analyses menées par H. Brecoulaki ont montré que le seul bleu utilisé pour les peintures murales des tombes macédoniennes datées entre le ive et le iie siècle avant notre ère est du bleu égyptien (Brecoulaki, 2006, p. 423). La teinte bleue employée pour l’ornement des stèles alexandrines d’époque hellénistique étudiées et publiées par A. Rouveret et Ph. Walter est exclusivement due à ce pigment (Rouveret, 2004). À Pompéi, Selim Augusti n’a décelé que du bleu égyptien parmi l’ensemble des pigments bruts ou prêts à l’emploi qu’il a pu analyser (Augusti, 1967, p. 72). Outre la peinture, le bleu égyptien est attesté comme composant de mosaïque pariétale (l’opus musivum) principalement pour les décors de grottes, nymphées et fontaines dès le ier siècle avant notre ère en Italie (Lavagne, 1988, p. 398). Les boules de bleu sont alors simplement cassées en fragments et appliquées telles quelles dans le mortier.

5Mais le bleu égyptien n’était pas seulement employé pour la décoration pariétale. Dès la période pharaonique, son utilisation s’élargit à la glyptique et à l’ornement de vases et de divers objets. En effet, de nombreux scarabées, sceaux, statuettes et vases ont été fabriqués en bleu égyptien massif, à ne pas confondre avec les vases glaçurés dénommés « faïence » égyptienne. Enfin, les récentes analyses sur la polychromie des statues témoignent de l’utilisation du bleu égyptien (Bourgeois, Jockey, 2007).

I.2. La fabrication

6Aucune source directe d’époque pharaonique ne nous renseigne réellement sur la naissance, les techniques de production ou sur la date même. Sur ce dernier point, la chronologie établie repose sur la plus ancienne attestation d’utilisation de ce pigment (Lucas, 1962, p. 342).

7Ce n’est qu’à partir de la période hellénistique que nous en trouvons des mentions, d’abord chez Théophraste (De lapidibus, VIII, 55), puis, au ier siècle avant J.-C., chez Vitruve (De architetura, VII, 12) et, au ier siècle après J.-C., chez Pline l’Ancien (Histoire naturelle, XXXIII, 161-164). Nous ne nous attarderons dans ce présent article qu’au texte de Vitruve qui, dans son chapitre consacré aux pigments, nous livre de précieux renseignements quant à l’unique pigment bleu de synthèse qu’il mentionne.

8Voici ce qu’il écrit : « La fabrication du bleu céruléen a été mise au point à Alexandrie, et plus tard Vestorius en a fondé une fabrique à Pouzzoles. C’est un produit tout à fait étonnant par les ingrédients à partir desquels il a été mis au point. On broie en effet du sable avec de la fleur de nitre, assez finement pour obtenir une sorte de farine ; et, lorsqu’on y mélange du cuivre à l’état de limaille à l’aide de grosses limes, on arrose le tout, pour qu’il s’agglomère ; puis en le roulant dans ses mains, on en fait des boulettes que l’on rassemble pour les faire sécher ; une fois sèches, on les met dans un pot de terre cuite, et les pots sont portés dans des fours : ainsi, quand le cuivre et le sable entrant en effervescence sous la violence du feu se sont fondus ensemble, en se donnant l’un à l’autre et en recevant l’un de l’autre leurs sueurs ils abandonnent leurs caractères individuels, et, leur être propre anéanti par la violence du feu, ils sont réduits à l’état de couleur bleue. » (Livre VII, 12, traduction de B. Liou et M. Zuinghedau, Les Belles Lettres, 1995).

9Tout en concision, Vitruve livre plusieurs informations fondamentales concernant le « bleu céruléen ». L’une d’elles a particulièrement attiré l’attention des chercheurs et chimistes : la recette de fabrication. Dès la fin du xviiie siècle, avec les fouilles réalisées à Pompéi, le monde scientifique découvre l’existence d’un pigment bleu sous forme de petites boules de quelques centimètres de diamètre. Les chimistes vont dès lors tenter d’en percer le secret de fabrication (Delamare, 1998). En 1809, les résultats d’analyses chimiques de sept échantillons de pigments (dont deux sont bleus) provenant des fouilles de Pompéi sont publiés par Chaptal (Chaptal, 1809). Bien que cela eut été tentant d’y voir la vraie recette du « bleu céruléen », il faut se rendre à l’évidence : la recette n’est pas opérationnelle. Il y manque l’un des principaux ingrédients, celui qui apporte le calcium. De plus, ni les quantités, ni les conditions du chauffage à haute température (durée et température) ne sont indiquées (Delamare, 2003).

I.3. Le bleu égyptien, pigment de synthèse

10Le « bleu égyptien » appartient à la famille des pâtes de verre : c’est un milieu vitreux dans lequel a pris naissance et est dispersé un matériau cristallisé d’indice de réfraction différent. Dans le cas du bleu égyptien, ces deux matériaux sont tous deux colorés en bleu par le cuivre. La composition du verre est bien sûr assez variable, mais celle de la phase cristallisée est bien représentée par la formule brute CaCuSi4O10. Il s’agit d’un silicate double de cuivre et de calcium. Extrêmement rare dans la nature, il a reçu le nom de cuprorivaïte.

Fig. 1. Photos de différents échantillons de bleu égyptien provenant de Pompéi (L. C.).

11Obtenu par mélange de sable siliceux, de calcium, de cuivre et de fondants (tels que les cendres végétales ou le natron par exemple), il est porté à haute température (autour des 900° C) pendant 24 à 48 heures. Les expériences réalisées ont montré la nécessité de bien contrôler la température au risque d’obtenir une couleur noire ou verte (Ullrich, 1987, p. 331).

12Le bleu égyptien se présente à l’état brut sous forme de petites boules de deux à trois centimètres de diamètre, ou sous forme de pains de plusieurs centimètres de dimensions comme cela est le cas à Pompéi (fig. 1). Enfin, de nombreuses découvertes mentionnent le bleu égyptien en poudre, dans des godets à peinture ou des palettes improvisées sur des tessons, prêt à être utilisé par le peintre, tel que les fouilles de la domus des chastes amants à Pompéi (Reg. IX, ins. 12, 6) l’ont révélé.

II. La production du bleu égyptien dans les Champs Phlégréens

13Trois sites en particulier nous renseignent à l’heure actuelle sur la production du bleu égyptien en Italie du Sud : Pouzzoles, Liternum et Cumes. Les sources sont de diverses natures : littéraires, archéologiques et chimiques.

II.1. Pouzzoles

14Dès la première phrase du passage cité plus haut, Vitruve mentionne la fabrique de Vestorius à Pouzzoles. Une simple phrase riche en informations : il nous livre l’emplacement géographique d’un atelier, le nom de son propriétaire et par la suite, la recette même de mise au point du produit.

Fig. 2. Carte des Champs Phlégréens (L. C.).

15Pouzzoles (fig. 2) était connue dans l’Antiquité pour la production de céramique (Dubois, 1907, p. 120-121), de verre, de parfums (Camodecca, 1977, p. 65-66) et de pigments.

16La colonie romaine de Puteoli fut dès le iie siècle avant J.-C. l’un des ports de Rome, le principal même avant l’aménagement du port d’Ostie sous Claude. La plus grande part des marchandises en provenance de Méditerranée orientale transitait par Pouzzoles. De par sa position, la ville de Pouzzoles entretenait des relations privilégiées avec l’Orient et plus particulièrement avec Alexandrie. Son rôle de port de commerce en faisait un lieu d’importation et de développement des techniques. Le transfert des technologies a été facilité par ce transit des marchandises depuis l’Orient.

17Vitruve mentionne très clairement le nom du propriétaire, Vestorius. Il s’agit d’un nom connu à Pouzzoles. Cicéron mentionne dans vingt-trois lettres un personnage appelé Vestorius, citoyen de Pouzzoles. Il le décrit comme un homme d’affaires, en des termes peu flatteurs, mais ne le lie en aucune manière au négoce ou à la fabrication de produits tel que le bleu égyptien. Toutefois, ces lettres étant datées entre 56 et 44 avant notre ère, nous pouvons nous poser la question de savoir si Cicéron et Vitruve parlent du même personnage. Quoiqu’il en soit, la gens Vestoria est bien ancrée dans la vie de la cité putéolane. Une inscription datée de 92-93 de notre ère, mise au jour à Pouzzoles, mentionne un vicus Vestorianum (Camodeca, 1977, p. 73). Ce quartier a été localisé dans le secteur nord-ouest de la ville actuelle, dans la zone même où à la fin du xixe siècle, un abbé de Pouzzoles nommé De Criscio pensait avoir découvert et fouillé l’atelier de Vestorius. Il précise que lors de sa fouille il découvrit des fragments de céramique recouverts d’une croûte bleue compacte mais ayant un aspect sableux : il s’agit probablement de fragments de creusets (De Criscio, 1881, p. 16).

18Comme l’a bien souligné Jean-Paul Morel à propos de Vestorius et de la fabrication du bleu égyptien : « Ce qui, en fait, est extraordinaire, voire peut-être unique, c’est que Vitruve et Pline citent le nom d’un producteur de biens artisanaux » (Morel, 1983, p. 29-30). Tout est dit, nous sommes en face d’un cas tout à fait exceptionnel car le producteur sort de l’anonymat. Ceci reposant certainement sur la spécificité de la production qui représente une réelle innovation technologique. Quant à l’origine même du « bleu céruléen », Vitruve en fait bien un produit égyptien, mais de création alexandrine. Il s’agit manifestement d’une erreur puisque les premières traces du pigment remontent au iiie millénaire avant notre ère, mais l’information reste intéressante en ce sens qu’elle témoigne, à Alexandrie au ier siècle avant notre ère, de l’existence d’ateliers de production du bleu égyptien assez connus ou renommés pour retenir l’attention de Vitruve.

II.2. Liternum

19Le site de Liternum (fig. 2) a fait l’objet de fouilles intensives conduites à partir de 1995 par la Dott. Patrizia Gargiulo, fonctionnaire de la Surintendance archéologique de Naples et Caserte. Lors de ces fouilles, menées le long du tracé hypothétique de la muraille occidentale de l’antique cité, un dépôt de matériel daté du ier siècle de notre ère a été mis au jour. Il contenait notamment des panses de vases de grande taille caractérisées par la présence, sur leur paroi interne et quelquefois externe, d’une « croûte » bleue, ainsi que de petites boules de couleur bleue (Gargiulo, 1998, p. 61). Ces fragments céramiques ont été identifiés comme des conteneurs ayant servi à la fabrication du pigment bleu égyptien.

Fig. 3. Dessin de l’un des creusets mis au jour sur le site de Liternum. Échelle 1 :5 (dessin L. C.).

  • 1 Nous remercions particulièrement la Dott. Patrizia Gargiulo de la Surintendance archéologique de Na (...)

20Lors de ces mêmes fouilles, un exemplaire complet de ces creusets a été mis au jour dans une nécropole datée du ier siècle de notre ère (inv. 284242). Utilisé comme sépulture d’enfant en enchytrismos, il a été préservé dans son intégralité. Évidemment pour cette utilisation particulière, c’est un exemplaire neuf qui a été choisi : le creuset ne porte pas de traces du pigment ni même de chauffe, mais le rapprochement typologique avec les fragments précédemment mis au jour ne laisse aucun doute quant à l’identification. Le récipient mesure 51 cm de hauteur pour 37 de diamètre à l’ouverture et 39 à la base, ce qui équivaut à une contenance de 50 litres environ. Il s’agit d’une forme assez simple, ouverte, avec un fond plat et un bord caractérisé par une petite lèvre très légèrement épaissie (fig. 3)1. La pâte est réfractaire, de couleur beige clair.

21Ces découvertes indiquent donc une activité de production du pigment sur le site même de Liternum.

II.3. Cumes

22Les fouilles du site de Cumes (fig. 2), effectuées ces dernières années, ont livré de nombreux fragments de céramiques recouverts de restes sableux de couleur bleue (Caputo, Cavassa, 2009). Il paraît aujourd’hui bien établi qu’un ou plusieurs ateliers de fabrication de bleu égyptien y ont fonctionné entre le ier siècle avant et le ier siècle de notre ère.

Fig. 4. Plan général du site de Cumes avec la localisation des fouilles du Centre Jean Bérard et détail du secteur fouillé. 1. Le dépotoir ; 2. l’escalier du mausolée A63 (plans C.J.B.).

23Les fouilles récentes du Centre Jean Bérard apportent quelques précisions.

24En 1994, dans le cadre d’un projet de recherche appelé « KYME », la Surintendance archéologique de Naples et de Caserte a confié au Centre Jean Bérard la recherche des ports grecs et romains ainsi que des études géomorphologiques destinées à restituer le paysage du site. Depuis 2001, les recherches conduites par J.-P. Brun et P. Munzi se sont concentrées au nord de la ville, à proximité du rempart de la cité (fig. 4), mettant au jour plusieurs voies antiques dont un tronçon de la voie Domitienne bordé de nombreux monuments funéraires (Brun, Munzi, 2003, 2006 et 2007).

25Parmi les divers contextes fouillés, deux intéressent notre problématique. Le premier est un dépotoir dont la formation est datée de l’époque flavienne. De nombreux fragments de céramique ayant une épaisseur moyenne de deux centimètres sont recouverts à l’intérieur et quelquefois à l’extérieur d’une « croûte » d’aspect sableux de couleur bleue. La comparaison avec les fragments mis au jour à Liternum a permis une identification rapide et sûre comme étant des creusets de productions du pigment. Nous en avons comptabilisé 153 fragments dont 105 panses, 28 fonds et 20 bords, ainsi que de nombreux échantillons de pigment, sous forme de boulettes ou de fragments détachés des parois.

Fig. 5. Photos des creusets de Cumes (photos L. C.).

26Il s’agit de vases de grandes dimensions. La pâte renferme des inclusions grossières (argile, sable, cailloux…) ainsi que des particules volcaniques caractérisant une production locale. La grande majorité de ces fragments ont les parois recouvertes d’une substance bleue dont l’intensité de la couleur est plus ou moins forte. Certains ont également la particularité d’être déformés et recouverts de bleu sur les parois extérieures (fig. 5). Cela a certainement été causé par les très fortes températures auxquelles les creusets et le pigment ont été exposés, et nous incite donc à y voir des traces de fabrication de bleu égyptien à Cumes.

27Une particularité est toutefois à relever. Les fragments de creusets issus des fouilles du dépotoir sont de deux types. Le premier type est identique au creuset mis au jour à Liternum. Nous le qualifierons de « forme ouverte » (fig. 6). Le deuxième type, qualifié de « forme fermée », est caractérisé par une lèvre à ourlet aplatie et un pied en anneau. Les diamètres d’ouverture varient entre 18 et 20 centimètres, les diamètres du fond entre 19 et 20 centimètres (fig. 7). Comme pour la forme précédente, ces creusets se distinguent par la présence sur les parois internes (et quelquefois externes en débordement) d’un résidu de couleur bleue. Bien qu’ayant l’aspect sableux, ce dépôt est très compact et adhère particulièrement bien aux parois.

28Le deuxième contexte étudié (fig. 4) est le comblement, à la fin du ier siècle de notre ère, de l’escalier d’accès à la chambre funéraire d’un mausolée (MSL A63) daté de l’époque augustéenne. Contrairement au matériel du dépotoir, seuls des fragments de creuset de « forme ouverte » ont été mis au jour.

29Les recherches de D. Ullrich montrent l’importance de porter le mélange à des températures proches des 850-900° C pendant 24 à 48 h. Il mentionne également l’importance de l’apport en oxygène lors de la fabrication du pigment : « thus production in an open crucible is not only possible but desirable. It is crucial to maintain a constant temperature over the entire production period, such as could be achieved by blowing air into the crucible » (Ullrich, 1987, p. 331).

Fig. 6. Les creusets de Cumes : forme « ouverte ». Échelle 1 :5 (dessins L. C.).

Fig. 7. Les creusets de Cumes : forme « fermée ». Échelle 1 :5 (dessins L. C.).

30Ces « creusets ouverts » nécessaires à la fusion des composants éclairent la fonction d’une partie des récipients trouvés à Cumes et à Liternum. Les creusets dont les diamètres d’ouverture et de base oscillent autour de 30 cm pour une hauteur d’une quarantaine de centimètres ont les propriétés requises pour un apport d’oxygène.

31L’abondance de fragments de creusets (dont certains portent des traces de sur-cuisson) et de boules de bleu égyptien mis au jour sur les sites de Cumes et de Liternum est la preuve d’une activité artisanale liée à la production du bleu égyptien dans plusieurs villes en dehors de Pouzzoles.

32L’attestation de cette activité dans ces deux localités prend tout son sens grâce à l’éclairage fourni par Pline l’Ancien à propos de la fabrication du verre à base de sable du Volturne : « Mais à présent on utilise aussi un sable blanc venant du fleuve du Volturne en Italie et que l’on trouve entre Cumes et Literne, sur six mille pas du rivage côtier, là où il est le plus tendre, et on le broie au mortier ou à la meule. » (Livre XXXVI, 194).

33Ce passage indique l’existence d’ateliers primaires de verre dans cette zone. À l’heure actuelle, aucun atelier de ce type n’a pour autant été mis au jour dans le secteur, ni même en Occident. Des analyses des sables du Volturne ont récemment été faites et les résultats indiquent que la composition du sable fluvial était propice à la réalisation de verres colorés (Verità, 2006, p. 168). Il s’agit d’un sable riche en quartz et contenant du calcaire (CaCO3), utilisable pour la fabrication du verre et pour celle du bleu égyptien. Verre et bleu égyptien sont deux produits de synthèse mis au point en Orient, de compositions et de techniques de productions sensiblement proches, sans pour autant que le bleu égyptien n’entre dans la composition du verre coloré.

IV. Les analyses

  • 2 Ces dernières analyses, réalisées par C. Grifa et V. Morra, sont toujours en cours.

34Face à un matériel bien spécifique tel que les creusets de Cumes, il nous a semblé utile de compléter nos recherches par la caractérisation la plus complète possible des matériaux, d’une part le matériau bleu, et de l’autre l’argile des creusets, afin d’essayer d’en préciser l’origine géographique ainsi que celle du dégraissant utilisé2.

35Dans le cadre des analyses du pigment, dix-sept échantillons ont été prélevés. Nous avons échantillonné parmi les boules de bleu (pigment brut), et prélevé des restes de pigments sur les parois des creusets de forme fermée et de forme ouverte (fig. 8).

36Nous nous posions les questions suivantes : pourquoi avoir deux types de creusets ? Les deux formes de creusets ont-elles servi à produire deux types de produits ? S’agit-il de restes de bleu égyptien ? S’agit-il toujours de restes de bleu égyptien ?

V. Les résultats : examen du matériau bleu

37Les tessons examinés sont recouverts sur leur face interne d’une couche d’un matériau bleu, plus ou moins complète, dont l’épaisseur peut atteindre 10 mm (fig. 9).

38Dans la passé, de telle couches ont été considérées comme étant du bleu égyptien. Est-ce réellement le cas ? Rappelons que le bleu égyptien est une dispersion de cuprorivaïte (CaCuSi4O10) dans une matrice vitreuse. En Italie romaine, on lui donnait le nom de cæruleum. L’observation à la loupe binoculaire des divers échantillons à des grossissements compris entre 7 et 50 ne révèle que des mélanges de grains bleus et de grains incolores analogues à ceux habituellement observés avec les cæruleums. La présence de grains majoritairement bleu foncé correspond aux teintes les plus saturées.

n.

Description

Provenance

1

Panse de creuset de forme ouverte

dépotoir, Ier s. ap. J.-C.

2

Bord de creuset de forme fermée

dépotoir, Ier s. ap. J.-C.

3

Fond de creuset de forme fermée

dépotoir, Ier s. ap. J.-C.

4

Fond de creuset de forme fermée

dépotoir, Ier s. ap. J.-C.

5

Fond de creuset de forme ouverte

niveau de surface

6

Boule de pigment

dépotoir, Ier s. ap. J.-C.

7

Fragment de pigment

dépotoir, Ier s. ap. J.-C.

8

Panse de creuset de forme ouverte

comblement mausolée, Ier s. ap. J.-C.

9

Fragment de pigment détaché d’une paroi de creuset

dépotoir, Ier s. ap. J.-C.

10

Fragment de pigment détaché d’une paroi de creuset

dépotoir, Ier s. ap. J.-C.

11

Panse de creuset de forme ouverte

ramassage de surface

12

Panse de creuset de forme ouverte

dépotoir, Ier s. ap. J.-C.

13

Fragment de pigment détaché d’une paroi de creuset

dépotoir, Ier s. ap. J.-C.

14

Panse de creuset de forme ouverte

comblement mausolée, Ier s. ap. J.-C.

15

Panse de creuset de forme fermée

dépotoir, Ier s. ap. J.-C.

16

Fond de creuset de forme fermée

dépotoir, Ier s. ap. J.-C.

17

Panse de creuset de forme ouverte

comblement mausolée, Ier s. ap. J.-C.

Fig. 8. Tableau des échantillons analysés, provenant de Cumes.

Fig. 9. Aspect typique d’une couche bleue, vue de dessus en haut (échantillon 8) ou en coupe, en bas (échantillon 1) (Photos F. D.).

V.1. Mesure de la couleur

39Les surfaces de ces couches colorées étant très irrégulières, la couleur de chaque échantillon est mesurée par comparaison avec un nuancier de référence, le système Polyton (Fillacier, Lemonnier, 1968). Les mesures sont effectuées sur échantillons secs, en prenant en compte, autant que possible, la couleur sous-jacente et non celle de la surface, qui peut avoir été modifiée lors du séjour en terre. Les coordonnées déterminées (fig. 10) le sont dans l’espace colorimétrique CIE 1931.

40Rappelons qu’une couleur peut se définir par trois paramètres, et peut donc être représentée par un point dans un espace à trois dimensions. Pour des raisons de commodité, on représente plutôt les projections sur un espace à deux dimensions, ici le plan xOy.

41La figure 11 permet de comparer les teintes des couches bleues étudiées à celles des cæruleums bruts, non employés, retrouvés lors des fouilles de Pompéi (Delamare et alii, 2004).

Fig. 10. Coordonnées trichromatiques des couleurs des couches bleues adhérant aux tessons provenant de Cumes (document F. D.).

42La figure du haut montre que la majorité des teintes des cæruleums retrouvés à Pompéi se situe sur une courbe joignant le point achromatique W à un point (x ; y) de coordonnées (0,148 ; 0,190). La couleur est d’autant plus saturée que ces deux coordonnées décroissent. Cinq couleurs se distinguent des autres par le fait que leur point représentatif est nettement au-dessus de cette courbe. Cette dispersion n’est pas due à une imprécision de la mesure de la couleur. Les analyses effectuées montrent que les pigments correspondants ne sont pas de cæruleums proprement dit, c’est-à-dire des cristaux de cuprorivaïte dispersés dans une matrice vitreuse, mais un simple verre sodo-calcique teinté en bleu par de l’oxyde de cuivre.

43La figure du bas montre que les teintes relevées sur les matériaux bleus en provenance de Cumes suivent le même schéma. La majorité des points représentant leurs teintes s’aligne sur la même courbe maîtresse. D’autres semblent vouloir s’en écarter avec, là aussi, des ordonnées un peu trop fortes. Ce sont les échantillons 2, 3, 15 et 16.

44Il est temps de déterminer s’il y a des minéraux présents dans ces matériaux bleus, et si c’est le cas, d’établir leur identité.

V.2. Détermination des minéraux présents par diffraction de rayons X

45Le diffractomètre utilisé est un X’ PertPro de la société Panalytical avec goniomètre θ-θ. L’échantillon est fixe, dans un montage en réflexion avec configuration de Bragg-Brentano, monochromateur arrière et fentes fixes. L’anticathode est en cuivre. On utilise le logiciel HighScore pour identifier les minéraux (les phases cristallisées) présents, à partir de la base de données ICPDD.

46Une mesure de qualité nécessitant pour être réalisée un certain volume de poudre bleue, nous avons choisi de broyer l’échantillon 13, qui est identique aux échantillons 9 et 10, et dont le point représentatif de la couleur se trouve sur la courbe maîtresse de la figure 11.

Fig. 11. Détail de l’espace colorimétrique 2D CIE 1931. En haut, répartition des points représentatifs des couleurs mesurées sur les cæruleums bruts retrouvés à Pompéi. En bas, comparaison des couleurs des bleus provenant de Cumes et des précédentes. Les couleurs des bleus retrouvés à Cumes ne se distinguent en rien de celles des cæruleums bruts retrouvés à Pompéi (document F. D.).

Fig. 12. Diffractogramme obtenu sur l’échantillon 13 réduit en poudre. Les minéraux détectés sont la cuprorivaïte et le quartz, ce qui est caractéristique d’un cæruleum. Il y a aussi une phase vitreuse (document F. D.).

47La figure 12 montre le diffractogramme obtenu. En dépit de leur grand nombre, les pics détectés n’appartiennent qu’à deux minéraux, la cuprorivaïte (CaCuSi4O10) et le quartz (SiO2). Si d’autres sont présents, ils sont suffisamment peu abondants pour être en dessous du seuil de détection de la méthode, soit environ 8 % en poids. La légère colline qu’esquisse la ligne de base pour les valeurs de 2θ comprises entre 20° et 40° traduit la présence d’une phase vitreuse peu abondante.

48La présence de cuprorivaïte et d’une phase vitreuse, nous l’avons dit, est caractéristique d’un cæruleum. Dans un bleu égyptien, la cuprorivaïte est toujours associée au quartz (les grains incolores précédemment observés), quartz qui est l’un des quatre ingrédients servant à cette fabrication. Son excès est recherché, car il facilite la formation de la cuprorivaïte et augmente le rendement de cette réaction (Delamare, 2008). La forte proportion de cuprorivaïte par rapport à la phase vitreuse (disons 70/30 en poids comme ordre de grandeur) correspond à un cæruleum typique.

V.3. Observation des morphologies au microscope électronique à balayage et analyse élémentaire locale

49Le microscope utilisé est un microscope environnemental Philips XL30 ESEM à filament LaB6. Sur cet appareil est monté un spectromètre pour photons X fonctionnant en dispersion d’énergie (EDX) de marque Oxford, exploité avec le logiciel Inca, système qui permet de pratiquer l’analyse élémentaire ponctuelle ou sur des zones rectangulaires de dimensions déterminées.

50Des micro-échantillons ont été prélevés sur chaque tesson sous loupe binoculaire. Ils ont été observés et analysés à l’aide de ces deux techniques. Trois phases distinctes sont détectées par leur composition : des cristaux de cuprorivaïte, des particules de silice (SiO2) et une matrice vitreuse.

51De manière assez générale, comme l’on peut s’en convaincre en regardant les clichés a, b, c et d de la figure 13, les cristaux de cuprorivaïte présentent un aspect tout à fait particulier, en fines lamelles dont l’épaisseur ne dépasse guère 1 micromètre. Ces lamelles sont planes ou courbées. Elles se présentent souvent sous forme de « familles » dont les orientations sont similaires. L’aspect bidimensionnel de ces cristaux contraste avec celui habituellement observé sur les pigments bruts ou sur ceux extraits des couches picturales, qui est celui de cristaux massifs, tridimensionnels, comme ceux que l’on peut voir sur les clichés de la figure 14. On trouve pourtant des zones peuplées de cristaux de cuprorivaïte tridimensionnels, comme le montrent les clichés e et f de la figure 13. L’analyse EDX décèle sans difficulté les éléments calcium, cuivre, silice et oxygène dans ces lamelles ou cristaux. Il est plus difficile de réaliser une analyse quantitative crédible, car il faut pour cela trouver une lamelle qui ait une orientation ad hoc par rapport au spectromètre. Lorsqu’on en trouve, la composition déterminée est proche de la composition théorique de la cuprorivaïte comptée en pourcent atomique, soit, hors oxygène : calcium 16,7 % ; cuivre 16,7 % ; silicium 66,6 % (fig. 15), composition qui correspond à la formule brute CaCuSi4O10.

Fig. 13. Morphologies typiques des cristaux de cuprorivaïte observées en microscopie électronique à balayage. En lamelles (clichés a, b, c, d). Le cliché d montre les lamelles entourant un grain de quartz, qui apparaît plus gris (les rectangles correspondent aux zones analysées). Les clichés e et f montrent des cristaux de cuprorivaïte plus massifs (document M. R.). a : échantillon 4 ; b : échantillon 9 ; c : échantillon 16 ; d : échantillon 8 ; e : échantillon 15 ; f : échantillon 11.

Fig. 14. Cæruleums non broyés observés en microscopie électronique à balayage. a : cristaux de cuprorivaïte observés dans une boulette de cæruleum trouvée dans l’épave de Planier 3, au large de Marseille (47 avant J.-C.). b : grain polycristallin extrait d’une boulette provenant de l’épave de la Madrague de Giens (70-50 avant J.-C.). Tous deux sont formés d’un conglomérat de cristaux de cuprorivaïte. c : grain monocristallin provenant d’une couche picturale de l’acropole de Lero (île Sainte-Marguerite, Cannes) (document F. D.).

52Les échantillons 2, 3, 15 et 16, qui se sont fait remarquer par leur couleur un peu particulière, se distinguent une fois encore par leur très faible proportion de cuprorivaïte (en lamelles) par rapport à une phase vitreuse extrêmement abondante. Le rapport pondéral semble être de l’ordre de 10/90 (au lieu de 70/30 comme nous l’avons estimé pour l’échantillon 13).

53Les grains de silice sont facilement repérés : ils apparaissent plus gris que la cuprorivaïte sur les images (fig. 13, d). L’analyse élémentaire n’y décèle que silicium et oxygène. Il s’agit donc bien de grains de silice, sans que l’on puisse préciser s’il s’agit de silice amorphe ou cristallisée. Compte tenu des résultats obtenus en diffraction des rayons X, on peut, au moins pour la plupart d’entre eux, les attribuer au quartz. Un peu de tridymite, une silice se formant à haute température, pourrait aussi être présente.

54La phase vitreuse a une composition localement assez variable, ce qui est normal puisqu’elle joue le rôle de solvant minéral au sein duquel se développent les cristaux de cuprorivaïte. Elle contient le fondant et les impuretés métalliques. Sa composition (en pourcent atomique), déterminée comme moyenne de dix-sept zones analysées, est :

55Le silicium et le calcium jouent le rôle d’oxydes formateurs du réseau vitreux ; le sodium et le potassium sont les fondants qui les désorganisent. Aluminium (dont la teneur est inhabituellement élevée), cuivre (qui colore ce verre) et fer sont des oxydes métalliques dissous. On notera la teneur relativement importante en fondants (Na + K = 9,6 %), plus élevée que celles relevées à Pompéi, et qui explique l’abondance de cette phase vitreuse.

56De même, on notera une absence de corrélation entre les teneurs en sodium et potassium (fig. 16). La teneur en potassium est très variable tandis que celle en sodium est la plupart du temps aux alentours de 5 %. Ces deux éléments ne proviennent donc pas d’une source unique : les fabrications correspondant à ce lot de tessons ont été faites avec des fondants provenant de sources différentes.

V.4. Discussion

57Depuis une vingtaine d’années, de très nombreux cæruleums ont été observés et analysés, bruts ou extraits de couches picturales. On connaît bien la morphologie des cristaux de cuprorivaïte.

Fig. 15. Spectre EDX réalisé sur la zone 2 représentée sur le cliché d de la figure 14 (échantillon 8). En ne prenant pas en compte l’oxygène, le calcul des concentrations donne : calcium 15,9 % ; cuivre 17,5 % ; silicium 66,3 %, ce qui est typique de la composition élémentaire d’une cuprorivaïte (document M. R.).

Fig. 16. Recherche de corrélation entre les teneurs en sodium et potassium (document F. D.).

58Aujourd’hui, les fouilles de Cumes et de Liternum mettent au jour des couches de bleu égyptien encore attachées aux parois de terre cuite contre lesquelles elles ont pris naissance. Leur étude décèle une morphologie très particulière des cristaux de cuprorivaïte, qui ne sont pas tridimensionnels comme il est habituel, mais en lamelles.

59Deux interprétations possibles :

  1. Il s’agit d’un nouveau type de fabrication du cæruleum. Les fabriques de Cumes et de Liternum se distinguent des autres. Mais pourquoi n’a-t-on encore jamais observé cette production sur les sites archéologiques de Campanie ?

  2. Pour la première fois, nous examinons des cæruleums qui se sont formés près de la paroi des creusets. Pour une raison encore inconnue, cette proximité (qui expliquerait l’abondance de l’aluminium dans la matrice vitreuse) empêche la croissance cristalline de la cuprorivaïte dans l’une des directions de l’espace et engendre des lamelles. Plus loin des parois, la croissance des cristaux de cuprorivaïte serait normale.

60La zone à lamelles étant quasiment soudée à la paroi de terre cuite, elle n’est pas présente dans le bleu égyptien marchand. On n’a donc aucune chance de trouver des lamelles de cuprorivaïte dans les échantillons bruts ou bien dans les couches picturales que l’on rencontre sur sites. On serait donc ici dans le cadre d’une fabrication normale.

61C’est cette seconde interprétation qui nous paraît la plus probable et que nous adopterons jusqu’à plus ample informé.

62Notons qu’en 1894, Flinders Petrie a relaté avoir à Tell el Amarna des creusets en forme de jattes ayant servi à faire du bleu égyptien (Petrie, 1894). Leur face interne était recouverte d’une épaisse couche de bleu égyptien. Sans avoir à sa disposition nos moyens d’observation et d’analyses, il était arrivé à des conclusions assez proches des nôtres. En particulier, il notait que sur certain d’entre eux, les fondants avaient réagi avec la terre du creuset, changeant la composition du mélange et diminuant la quantité de bleu égyptien obtenue. Ce dernier était soudé à la poterie.

Conclusions

63Les analyses des restes de cette « croûte » bleue sur les parois des creusets apportent des premiers éléments de réponse aux questions précédemment posées : du bleu égyptien a bien été produit dans les deux types de creusets présents sur le site.

64La mise au jour de ces creusets sur les sites de Liternum et de Cumes ne laisse plus aucun doute quant à la localisation d’ateliers de production du bleu égyptien. Ces pots sont bien liés à la production : la naissance de la couleur ne se faisant qu’au moment de la fusion des divers ingrédients obtenue par le maintien pendant plusieurs heures à de hautes températures. Cumes, dont les activités artisanales commencent à être de mieux en mieux cernées (en particulier en ce qui concerne la production céramique) pour le ier siècle de notre ère se voit enrichie d’une nouvelle branche d’activité : la mise au point de produits de synthèse, le bleu égyptien en étant une parfaite illustration.

65Enfin, les analyses chimiques du pigment devront être complétées par les résultats des analyses pétrographiques des creusets, réalisées au laboratoire du département des Sciences de la Terre de l’Université Federico II de Naples. L’objectif est double : préciser leur origine (très certainement locale) et essayer de comprendre s’il y a une interaction entre leur composition et le développement particulier du pigment contre la paroi.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Augusti S., 1967, I colori pompeiani, Studi e documenti I, Roma, De Luca editore, 163 p., 12 p. de fig. (Studi e documentazioni, 1).

Bourgeois B., Jockey Ph., 2007, « Le marbre, l’or et la couleur : nouveaux regards sur la polychromie de la sculpture hellénistique de Délos », in : Descamps-Lequime S. dir., Peinture et couleur dans le monde grec antique, Actes du colloque, Musée du Louvre, 10 et 27 mars 2004, Paris, éd. du Musée du Louvre/Milan, 5 Continents, p. 163-191.

Brecoulaki H., 2006, La peinture funéraire de Macédoine : emplois et fonctions de la couleur, ive-iie s. av. J.-C., Athènes, Centre de Recherche de l’Antiquité grecque et romaine, Fondation Nationale de la Recherche Scientifique/Paris, De Boccard, 2 vol. : 482, 182 p., 1 CD-Rom (Mελethmata, 48).

Brun J.-P., Munzi P., 2003, « Alla ricerca del porto di Cuma : relazione preliminare sugli scavi del Centre Jean Bérard », AION, Nuova Serie N. 7, Napoli, p. 131-155.

Brun J.-P., Munzi P., 2006, « Activités archéologiques de l’École française de Rome, Chronique, Cumes », Mélanges des Écoles Françaises de Rome et d’Athènes, 118-1, 2006, p. 342-349.

Brun J.-P., Munzi P., 2007, « Activités archéologiques de l’École française de Rome, Chronique, Cumes », Mélanges des Écoles Françaises de Rome et d’Athènes, 119-1, 2007, p. 287-299.

Camodeca G., 1977, « L’ordinamento in regiones e in vici di Puteoli », Puteoli I, p. 62-98.

Caputo P., Cavassa L., 2009, « La fabrication du bleu égyptien à Cumes », in : Brun J.-P. éd., Artisanats antiques d’Italie et de Gaule, Mélanges offerts à Maria-Francesca Buonaiuto, Naples, p. 169-179 (Coll. du Centre Jean Bérard, 32 - Archéologie de l’artisanat antique, 2).

Chaptal A. J., 1809, « Sur quelques couleurs trouvées à Pompéïa », Annales de chimie, LXX, 1ère série, B4, p. 22-31.

De Criscio G., 1881, Notizie istoriche archeologiche topografiche dell’antica città di Pozzuoli e dei suoi aquidotti Serino e Campano, Napoli, F. Mormile, 80 p.

Delamare F., 1998, « Le bleu égyptien : essai de bibliographie critique », in : Colinart S., Menu M., éd., La couleur dans la peinture et l’émaillage de l’Égypte ancienne, Actes de la table ronde, Ravello, 20-22 mars 1997, Bari, Edipuglia, p. 143-162 (Scienze e materiali del patrimonio culturale, 4).

Delamare F., 2003, « La recette du caeruleum de Vitruve : le point de vue de la science des matériaux », Archives Internationales d’Histoire des Sciences, 150-151, 53, p. 3-18.

Delamare F., 2008, « Le bleu égyptien, bleu de l’Antiquité méditerranéenne : du hsbd iryt égyptien au cæruleum romain », in : Delamare F., Bleus en poudres : de l’art à l’industrie : 5000 ans d’innovations, Paris, Presses de l’École des Mines, p. 15-70.

Delamare F., Monge G., Repoux M., 2004, « À la recherche de différentes qualités marchandes dans les bleus égyptiens trouvés à Pompéi », Rivista di Studi Pompeiani, XV, p. 89-107.

Dubois Ch., 1907, « Pouzzoles antique », Bull. des Écoles Françaises d’Athènes et de Rome, 98, p. 120-121.

Fillacier J., Lemonnier A., 1968, Procédé et dispositif pour l’étalonnage des couleurs, brevet français 1554843.

Gargiulo P., 1998, « Contenitori con depositi di colore blu egiziano e officine vetrarie nell’area dell’antica Liternum e nel territorio Flegreo : aspetti tecnologici e prospettive di studio », in : Il vetro dall’antichità all’età contemporanea : aspetti tecnologici, funzionali e commerciali, Atti 2e giornate nazionali di studio A.I.H.V. - Comitato Nazionale Italiano, 14-15 dicembre 1996, Milano, p. 61-65 et tav. V.

Lavagne H., 1988, Operosa antra : recherches sur la grotte à Rome de Sylla à Hadrien, Rome, École française de Rome/Paris, de Boccard, 752 p., 8 pl. (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 272).

Lazzarini L., 1982, « The discovery of Egyptian Blue in a Roman fresco of the Mediaeval period (Ninth Century A. D.) », Studies in conservation, 27, p. 84-86.

Lucas A., 1989, Ancient egyptian materials and industries, 4ème édition revue et augm. par J. R. Harris, Londres, Histories and mysteries of man, 523 p.

Morel J.-P., 1983, « Les producteurs de biens artisanaux en Italie à la fin de la République », in : Les ’bourgeoisies’ municipales italiennes aux iie et ier siècles av. J.-C., Actes du colloque international du CNRS no 609, Centre Jean Bérard/Institut français de Naples, 7-10 déc. 1981, Paris, éd. du CNRS, p. 21-39 (Publ. du Centre Jean Bérard, 2ème série, VI).

Petrie W. M. F., 1894, « The manufactures », in : Tell el Amarna, Londres, Methuen & Co, p. 25-26, et pl. XIII.

Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, Livre XXXIII, texte établi, traduit et commenté par Hubert Zehnacker, Paris, Les Belles Lettres, 1983, 327 p.

Rouveret A., 2004, Peintures grecques antiques : la collection hellénistique du musée du Louvre, Paris, éd. Fayard/Paris, éd. Musé du Louvre, 192 p. (Coll. Trésors du Louvre).

Théophraste, De Lapidibus, edited with introduction, translation and commentary by D. E. Eichholz, Oxford, At the Clarendon Press, 1965, VI-141 p.

Ullrich D., 1987, « Egyptian Blue and Green frit : characterization, history and occurrence, synthesis », in : Delamare F., Hackens T., Helly B. éd., Datation-caractérisation des peinture pariétales et murales, Ravello, p. 323-332 (PACT, Revue du groupe européen d’études pour les techniques physiques, chimiques et mathématiques appliquées à l’archéologie, 17).

Verità M., 2006, « Nature et technique des verres pompéiens à travers les analyses chimiques des pièces archéologiques », in : Beretta M., Di Pasquale G. dir., Le verre dans l’Empire romain, Catalogue d’exposition, Cité des sciences et de l’industrie de Paris, du 31 janv.-27 août 2006, p. 165-169.

Vitruve, De l’architecure, Livre VII, texte établi et traduit par Bernard Liou et Michel Zuinghedau et commenté par Marie-Thérèse Cam, Paris, les Belles Lettres, 1995.

Notes

1 Nous remercions particulièrement la Dott. Patrizia Gargiulo de la Surintendance archéologique de Naples et de Caserte pour nous avoir autorisé à étudier, dessiner et publier ce creuset.

2 Ces dernières analyses, réalisées par C. Grifa et V. Morra, sont toujours en cours.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Photos de différents échantillons de bleu égyptien provenant de Pompéi (L. C.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10224/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 2. Carte des Champs Phlégréens (L. C.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10224/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 3. Dessin de l’un des creusets mis au jour sur le site de Liternum. Échelle 1 :5 (dessin L. C.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10224/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 4. Plan général du site de Cumes avec la localisation des fouilles du Centre Jean Bérard et détail du secteur fouillé. 1. Le dépotoir ; 2. l’escalier du mausolée A63 (plans C.J.B.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10224/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 5. Photos des creusets de Cumes (photos L. C.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10224/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Fig. 6. Les creusets de Cumes : forme « ouverte ». Échelle 1 :5 (dessins L. C.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10224/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 7. Les creusets de Cumes : forme « fermée ». Échelle 1 :5 (dessins L. C.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10224/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 9. Aspect typique d’une couche bleue, vue de dessus en haut (échantillon 8) ou en coupe, en bas (échantillon 1) (Photos F. D.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10224/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 10. Coordonnées trichromatiques des couleurs des couches bleues adhérant aux tessons provenant de Cumes (document F. D.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10224/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 11. Détail de l’espace colorimétrique 2D CIE 1931. En haut, répartition des points représentatifs des couleurs mesurées sur les cæruleums bruts retrouvés à Pompéi. En bas, comparaison des couleurs des bleus provenant de Cumes et des précédentes. Les couleurs des bleus retrouvés à Cumes ne se distinguent en rien de celles des cæruleums bruts retrouvés à Pompéi (document F. D.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10224/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 12. Diffractogramme obtenu sur l’échantillon 13 réduit en poudre. Les minéraux détectés sont la cuprorivaïte et le quartz, ce qui est caractéristique d’un cæruleum. Il y a aussi une phase vitreuse (document F. D.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10224/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 13. Morphologies typiques des cristaux de cuprorivaïte observées en microscopie électronique à balayage. En lamelles (clichés a, b, c, d). Le cliché d montre les lamelles entourant un grain de quartz, qui apparaît plus gris (les rectangles correspondent aux zones analysées). Les clichés e et f montrent des cristaux de cuprorivaïte plus massifs (document M. R.). a : échantillon 4 ; b : échantillon 9 ; c : échantillon 16 ; d : échantillon 8 ; e : échantillon 15 ; f : échantillon 11.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10224/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Légende Fig. 14. Cæruleums non broyés observés en microscopie électronique à balayage. a : cristaux de cuprorivaïte observés dans une boulette de cæruleum trouvée dans l’épave de Planier 3, au large de Marseille (47 avant J.-C.). b : grain polycristallin extrait d’une boulette provenant de l’épave de la Madrague de Giens (70-50 avant J.-C.). Tous deux sont formés d’un conglomérat de cristaux de cuprorivaïte. c : grain monocristallin provenant d’une couche picturale de l’acropole de Lero (île Sainte-Marguerite, Cannes) (document F. D.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10224/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10224/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 15. Spectre EDX réalisé sur la zone 2 représentée sur le cliché d de la figure 14 (échantillon 8). En ne prenant pas en compte l’oxygène, le calcul des concentrations donne : calcium 15,9 % ; cuivre 17,5 % ; silicium 66,3 %, ce qui est typique de la composition élémentaire d’une cuprorivaïte (document M. R.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10224/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 16. Recherche de corrélation entre les teneurs en sodium et potassium (document F. D.).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10224/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 100k

© ARTEHIS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search