Version classiqueVersion mobile

Verrerie de l’Est de la France. XIIIe-XVIIIe siècles

 | 
Jean-Olivier Guilhot
, 
Stéphanie Jacquemot
, 
Pierre Thion

Besancon, rue de Vignier. Verreries des XIV-XVIèmes siècles

Jean-Olivier Guilhot et Claudine Munier

Texte intégral

CIRCONSTANCES DE LA FOUILLE

1En 1986, la Direction des Antiquités de Franche-Comté était saisie d'un projet de Résorption d'Habitat Insalubre (R.H.I.) Mairie de Besançon/S.E.D.D., rue de Vignier à Besançon.

2Cette rue mentionnée pour la première fois en 1253 est située dans l'ancien bourg de Pont, constitué au X-XIIème siècles sur la rive droite du Doubs. La rue de Vignier tire son nom de la population vigneronne qui occupait ce quartier jusqu'à l'époque moderne. En effet, le vignoble est alors "la vraie substance de la Cité" comme l’affirment les édits municipaux du XVIème siècle.

3L'opération a été conduite en deux temps : une phase de diagnostic en 1987 (Guilhot, Munier, Goy, Croizat, Card : sondages en présence du bâti existant, XVIIIème siècle) qui a permis de définir une zone d'habitat de 200 m2 occupée aux XIII-XIVème siècles. La fouille de ce secteur a été réalisée en 1988 (Guilhot, Munier, Goy) après destruction des bâtiments.

CONTEXTE DES XIII-XIVème siècles (Fig. 12)

4Cette phase est marquée par la construction, au milieu du XIIIème siècle, lors du percement de la rue, d'une maison de 34 m2 composée de deux espaces séparés par un mur de refend. Fondé sur un sous-sol en maçonnerie, le bâtiment présentait une élévation en pan de bois et torchis.

5Cette maison est associée à une citerne circulaire (US 502) de 2,25 m de diamètre, creusée de 3,50 m environ dans le terrain naturel et partiellement parementée en pierre sèche. A la fin XIIIème-début XIVème siècles, cette citerne est transformée en dépotoir (US 500). La date dendrochronologique 1309/1310 (C. Orcel, C. Dormois : Archéolabs) situe approximativement la fin du comblement. Outre la grande quantité de céramique, le milieu humide et anaérobique a permis une excellente conservation des macro-restes (pépins de raisin, noyaux...), des bois (écuelles, éléments de construction,...) des cuirs, des tissus et bien entendu des verres. Ceux-ci, très fragiles, ont dû être consolidés sur place, avec succès, par imprégnation de Paraloïd B 72 à 5 %, puis prélevés en motte.

6Ce dépotoir n'était plus en fonction vers le milieu du XIVème siècle lors de l'incendie de la maison. Cette structure et les matériaux abandonnés dans l'incendie de la maison permettent d’attribuer une double activité à son occupant : une activité artisanale de comatier (découverte d'un nombre impressionnant de chevilles osseuses) attestée dans ce quartier par les recensements des XIII-XIVème siècles et une activité viticole (petit pressoir, résidus, éléments de tonnelet...). Cette dernière activité semble secondaire et le comblement de la citerne marque peut-être son abandon au début du XIVème siècle.

7Une série de fosses (US 115, US 36,...) d'un diamètre moyen de 2,80 m pour 0,80 m de profondeur, scelle le niveau de destruction de la maison. Leur comblement se situe aux environs de 1355 (datation dendrochronologique). Si les matériaux du comblement rappellent ceux de la citerne, l'état de conservation n'est pas équivalent : le verre est particulièrement altéré, seuls les fragments d'une certaine épaisseur ont été préservés.

LA VERRERIE

I. Les verres à boire

a) Les verres à tige creuse (dépotoir-citerne US 500, début XlVème siècle) (Fig. 1 ; PL 7d)

810 exemplaires de verre à tige creuse proviennent du remplissage de la citerne. Le verre est de teinte verte, parfois altéré. Contrairement aux autres objets en verre de ce contexte, certains verre à tige creuse, peut-être de composition différente, ont conservé leur teinte et leur transparence originelles.

9Ce type de verre est connu sur le site du Louvre (BARRERA, 1987a, Fig. 2, no 6066) pour les XIII-XIVème siècles ou à Orléans (BARRERA, 1987b, Fig. 2, no 116 et p. 347), à Metz (BAUMGARTNER et KRUEGER, 1988, no 235 p. 240, no 243 p.244, no 262 p. 251, no 268 & 269 p. 254) pour le XIVème siècle et aux Pays-Bas (RENAUD, 1982, no 3 & 4 p. 323, p. 324 A) dans la première moitié du XIVème siècle. L'atelier de Pairu en Argonne (JANNIN, à paraître) a produit ce type de verres aux XIII-XIVème siècles. "Les études iconographiques nous montrent que ce type de verre est le verre qu'on utilise de la fin du XIIIème au début du XVème siècle". (BARRERA, 1987b, p. 347).

b) Les verres à tige pleine (dépotoir-citerne US 500, début XIVème siècle) (Fig. 1, no 12 & 13, Fig. 2, no 14 & 15)

10Ces verres rappellent ceux du type précédent. Ici, la tige n'est plus soufflée mais étirée puis soudée au pied. Le contenant moulé est décoré de côtes saillantes. Seuls deux fragments de tige, dont un avec pied, et deux fonds de contenant nous sont parvenus.

11Ce type est représenté au Louvre, parfois décoré d'un anneau rapporté sur la tige, du milieu du XIIIème siècle jusqu'à la fin du XIVème siècle, parallèlement aux verres à tige creuse (BARRERA, à paraître). D'autres exemplaires ont été découverts à Orléans (BARRERA, 1987b, no 117 p. 346) de la fin du XIIIème siècle jusqu'au début du XVème siècle ; à Troyes (CABART, 1987, no 11 & 12 p. 115) où un verre sur tige fine est issu d'un contexte du XIVème siècle ; en Argonne (JANNIN, à paraître), où les ateliers

12de Pairu (XIII-XIVème siècles) et de Bercettes (XIIIème siècle) produisent des pièces avec anneau sur la partie médiane de la tige ; dans le Sud de la France, des fragments de tige pleine (avec ou sans anneau médian) et de pied conique ont été rencontrés à Montauban (FOY, 1986, Fig. 3, no 1, 7, 8 & 9), datés de la première moitié du XIVème siècle ; aux Pays-Bas (RENAUD, 1982, p. 323, Fig. 1, no 5 & 6 ; p. 324, Fig. 2D) à la fin du XIIIème siècle.

c) Gobelet (fosse-dépotoir US 115, milieu du XIVème siècle) (Fig. 5 no 37)

13Ce gobelet apode, globulaire avec ouverture resserrée, découvert dans la fosse 115 est caractérisé par sa forte épaisseur.

14La bibliographie ne nous a pas permis d'établir de comparaison.

II. Bouteille

15Ce goulot (dépotoir-citerne US 500, début XIVème siècle, Fig. 2 no 22) appartient sans doute à une bouteille globulaire à panse large et basse. En effet, l'embouchure resserrée puis évasée ainsi que l'épaulement très marqué le rapprochent d'une pièce découverte à Châlons-sur-Marne (CABART, 1985, no 16 p. 53) datée du XVème siècle.

III. Les gourdes (Pl. 1)

16Ces gourdes (dépotoir-citerne US 500, début XIVème siècle, Fig. 3 et 4 ; fosse-dépotoir US 115, milieu XIVème siècle, Fig. 5 no 38) présentent un goulot court évasé à l'embouchure avec renflement à sa base, d'où partent deux ou quatre rubans pincés (anses), symétriquement rapportés sur l'épaulement de la panse.

17Une dizaine d'exemplaires de gourdes proviennent de la structure 500 ; les anses sont facultatives et les décors variés. La découverte dans la fosse 115 d'un fond appartenant vraisemblablement à une gourde atteste leur usage jusqu'au milieu du XIVème siècle.

18Deux gourdes complètes, datées du XIVème siècle, ont été découvertes dans le Sud de la France (FOY, 1988, Fig. 122) provenant de tombes. Au Louvre (BARRERA, 1987a, Fig. 2, no 18356 & 21349), deux goulots datés des XIIIème-XIVème siècles sont à rapprocher de ce type de gourde. A Chevreuse (TROMBETTA, 1982, p. 76, no 10058/17), une pièce du même type est datée du XIVème siècle par la fouille. J. Barrelet présente une "bouteille côtelée" provenant d'une tombe du XIIIème siècle, rappelant la forme étudiée (BARRELET, 1953, p. 36). De même, le catalogue de Bonn (BAUMGARTNER ET KRUEGER, 1988, p. 271, no 303), publie une bouteille ("Rippenflasche") de forme peu éloignée, provenant du musée de Pezzoli et datée du XIIIème siècle ( ?).

19Le terme de "gourde" est emprunté à D. Foy (FOY, 1988, p. 252) car deux pièces trouvées rue de Vignier rappellent la gourde de Viviers. Elles ont en commun : le goulot, les anses qui s'y rattachent et le pied annulaire. Elles s'en distinguent cependant par des flancs moins aplatis. Le décor évoquant le clissage se retrouve sur deux des gourdes étudiées (no 25 et 26, Fig. 3) ; il joue un rôle de renfort. Cette fonction peut aussi être assurée par un décor côtelé (no 33 et 36, Fig. 4). Certaines gourdes ne présentent cependant aucun de ces éléments décoratifs.

20Comme l'a souligné D. Foy, la fragilité de ces récipients ne les destine pas à un transport aisé. Les anses (présentes sur quatre exemplaires) jouent plus un rôle décoratif que fonctionnel. Ce type évoque les gourdes en terre ou en métal. La proportion importante de ces gourdes dans le contexte vigneron de Besançon doit relativiser le caractère précieux attribué à l'exemplaire de Viviers.

CONCLUSION

21Sur 24 formes identifiables provenant de l'US 500, hormis une bouteille, deux types sont réellement représentés : les verres à tige (10 à tige creuse, 4 à tige pleine) et les gourdes (9 pièces). Cet échantillonnage semble bien représentatif du début du XIVème siècle.

22Les deux seuls exemplaires issus de la fosse datée du milieu du XIVème siècle ne permettent pas de tirer de conclusion sur leur représentativité.

© ARTEHIS Éditions, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search