Version classiqueVersion mobile

Verrerie de l’Est de la France. XIIIe-XVIIIe siècles

 | 
Jean-Olivier Guilhot
, 
Stéphanie Jacquemot
, 
Pierre Thion

Château de l’aigle (Jura) verrerie des XIV-XVIèmes siècles

Jean-Luc Mordefroid

Texte intégral

Nous tenons à remercier tout particulièrement H. Cabon et E. Queniel pour leur participation à l'étude du verre plat.

CIRCONSTANCES DE LA FOUILLE

  • 1 L'U.A. 1008 du CNRS est depuis le 1er janvier 1989 l'U.R.A. 1008 ; cette équipe, placée sous la res (...)

1Le matériel de verre présenté ici a été mis au jour de 1986 à 1989 lors des fouilles effectuées dans le cadre du programme de recherche de l'U.A. 1008 du CNRS1 au château de l’Aigle.

2Le château de l'Aigle (Chaux-du-Dombief, Jura) est un site d'éperon barré du troisième plateau du Jura, à 965 m d'altitude. Le fort, qui occupe un piton isolé du rebord du plateau par un fossé creusé dans le substrat calcaire, a été érigé en 1304 par Jean de Chalon dans le cadre d'un pariage avec les chartreux de Notre-Dame de Bon-Lieu. L'Aigle est le centre administratif et judiciaire d'un petit fief issu du démembrement de la seigneurie monastique et érigé en baronnie au XVIème siècle. Le château contrôle la "cluse" de Chaux-du-Dombief ou d'Ilay qui permet aux marchands bressans, mais également du Revermont et des premiers plateaux d'accéder, au bas Moyen Age, à la montagne et d'écouler le sel, les vins et les fers, ainsi que les produits laitiers "comtois" sur les foires "suisses", notamment genevoises. A la fin du XVIème siècle, le contexte économique a changé : la route passant au pied des murailles a perdu de son importance au profit de l'axe Champagnole-Saint-Laurent-en-Grandvaux par la vallée de la Lemme. On dote alors la forteresse d'une basse-cour qui évolue vers le petit château rural dans lequel désormais les titulaires du fief résident alors qu'auparavant seuls un capitaine-châtelain et quelques hommes occupaient les lieux. En 1684 les chartreux font casser l'acte de pariage par le Parlement de Besançon : la seigneurie de l'Aigle réintègre le fief monastique de Bon-Lieu tandis que les matériaux du château de l'Aigle sont mis aux enchères en 1687 et en grande partie dispersés. Durant les deux siècles suivants, la communauté de Chaux-du-Dombief exploite régulièrement cette carrière de pierres (MORDEFROID, 1987).

CONTEXTE DE LA DECOUVERTE

3Le matériel de verre provient de deux secteurs (Fig. 1) :

  • Secteur A : latrines de la salle 3 de la tour médiévale. Les trois monnaies qui accompagnent le verre permettent de le dater de la première moitié du XIVème siècle ;

  • Secteur B : le fossé Nord, comblé de 1304 aux années 1595 par quatre dépotoirs ; le plus récent, niveau III : 1489/90 vers 1595, intéresse directement le sujet traité ici. Ce niveau est daté par le monnayage abondant et les textes.

LA VERRERIE

4La verrerie de l'Aigle peut être présentée selon trois volets : la vaisselle, les objets de parure et le verre plat.

I. La vaisselle de verre (Fig. 2 et 3)

5La vaisselle de verre mise au jour comprend d'une part, un verre à boire trouvé dans les latrines ; d'autre part, des verres à boire ainsi que des bouteilles, des fioles et des flacons appartenant au dépotoir le plus récent, daté du XVIème siècle.

a) Un verre à boire du XIVème siècle (Fig. 2, no 1)

6Les latrines de la salle 3 ont livré un verre à boire dont la forme générale reste incomplète. Il peut toutefois être comparé aux coupes 402.67 et 547.31 de Troyes (CABART, 1987, p. 113-114), à une coupe de Maastricht (HARDEN, 1975, p. 36 ; RENAUD, 1985, p. 198).

7Ce verre-ou cette coupe- de teinte brunâtre est oxydé. De grosses côtes verticales ornent le contenant. Le pied est formé d'une tige fine et creuse ; les parois de cette dernière n'atteignent pas 2 mm. La base circulaire forme un disque de 9,5 cm de diamètre assurant la stabilité du verre, fragilisé par la minceur des parois du pied.

8Datation : première moitié du XIVème siècle.

b) Les verres à boire du XVIème siècle (Fig. 2, no 2-5)

9Plusieurs verres biconiques ou bitronconiques ont été mis au jour dans le niveau III couvrant tout le XVIème siècle. Cette verrerie présente une oxydation en profondeur et une fragmentation importante. Le matériel est incolore ou à peine teinté de verdâtre ou de jaunâtre. Les verres se caractérisent par une absence de décor, par leur finesse-1 mm d'épaisseur en général-, et par leur rebord simple : la lèvre arrondie n'est jamais ourlée.

10La forme du no 2, coupe en verre irisé d'un verre biconique, de 8,5 cm de diamètre, est bien connue (MEYER et alii, 1979, Fig. 14 ; BERTRAND, 1985, p. 33 ; CABART, 1985, p. 35 ; BARRERA, 1987a, Fig. 4 ; CABART, 1987, p. 116).

11Signalons également une jambe formée d'un petit bouton torsadé (no 3), une jambe en verre plein (no 4) et au moins 7 pieds de verres biconiques en verre irisé représentés par la forme no 5.

c) Les bouteilles, les fioles et flacons divers du XVIème siècle (Fig. 3, no 6-10)

12Les bouteilles, les fioles et les flacons divers sont également présents dans les formes inventoriées à l'Aigle : les rares fragments d'anses et de fonds en témoignent. Cependant, aucune forme complète ne peut être restituée.

13L'anse latérale oxydée (no 6) paraît plus décorative que fonctionnelle. Peut-être était-elle appliquée à la base d'un goulot de fiole ou de bouteille. L'absence de trace d'un cordon, qui aurait pu faire la boucle de plusieurs anses en courant le long de la panse de la bouteille, tendrait à prouver que cette anse devait être unique.

14Il ne reste plus d'une petite fiole en verre bleuâtre que des fragments de panse et de fond (no 7). D'autres fonds en verre, oxydés en profondeur, témoignent de la présence de flacons (no 8).

15Les quelques fragments de fonds ne suffisent pas pour nous donner un aperçu de la vaisselle utilisée pour contenir et servir les liquides. Notons seulement l'évolution ( ?) de l'épaisseur des fonds en verre foncé des bouteilles : 5 mm environ ou plus dans la première moitié du XIVème siècle (no 9), plus que 3 mm au maximum au XVIème siècle (no 10).

II. Les objets de parure (Fig. 3)

  • 2 De multiples comptes-rendus de fouilles, voir également Lambert, 1982-1983, p. 218-220, mentionnent (...)

16Le verre est également représenté par des objets de parure. Tous ont été mis au jour dans le niveau III : ils appartiennent ainsi à la séquence chronologique 1489/90-vers 1595. Il s'agit de perles, bien connues sur les sites médiévaux2, mais également d'un anneau et d'un chaton de bague.

a) Perles et grains de pendentifs (Fig. 3, no 11-16)

17Les perles de colliers ainsi que les grains de pendentifs découverts sont monochromes. Seuls les éléments représentatifs figurent ici.

18No 11, grain translucide ovoïde et facetté, 7 facettes inégales D : 1 cm ; H : 1,2 cm

19No 12, grain opaque et tonnelé orné d'un réseau de sillons blancs verticaux D : 0,7 cm ; H : 0,65 cm

20No 13, perle opaque à profil facetté en pâte de verre bleu foncé D : 0,5 cm ; H : 0,6 cm

21No 14, perle opaque, ovoïde et aplatie, en pâte de verre orange clair D : 0,9 cm ; H : 0,7 cm

22No 15, perle opaque sphérique, aplatie et irrégulière, en pâte de verre bleu pâle

23D : 0,55 cm ; H : 0,6 cm no 16, perle translucide torique

24D : 1,7 cm ; H : 1,5 cm

b) Anneau (Fig. 3, no 17)

  • 3 Ce type de bracelet est répandu dans tout l'Empire romain (ZOUHDI, 1973-1974, p. 85-99).

25Le fragment de bracelet ou d'anneau mis au jour est en verre clair et opaque, de section circulaire-5 mm de diamètre-. Des stries enroulées en spirales le décorent. La section de jonc conservée ne permet pas de savoir si le bracelet était fermé ou ouvert3. Remarquons seulement que cet anneau a pu appartenir à un verre à tige ; toutefois, l'absence de verre à boire de pâte comparable nous conduit à placer ce fragment d'anneau parmi les objets de parure.

c) Chaton de bague (Fig. 3, no 19)

26Un chaton de bague représente une autre utilisation du verre en parure. La bague est constituée d'un jonc en bronze lisse et fin, de section rectangulaire et circulaire, de 2 mm de longueur ou de diamètre no 18). Le chaton carré se compose d'une plaque brasée sur l'anneau. Il sertissait la verroterie claire et translucide, épaisse de 3 mm au maximum et d'environ 7 mm de diamètre, sur laquelle quatre encoches en arc brisé témoignent du mode de sertissage.

III. Le verre plat (Fig. 4)

  • 4 L'étude comparative a été effectuée avec les verres plats de Provence, du Roussillon, du Languedoc (...)

27Certes, le matériel de verre plat présenté ici souffre de l'absence d'éléments régionaux de comparaison mais il contribue à une meilleure connaissance archéologique des matériaux et des vitraux comtois de la fin du Moyen Age et du XVIème siècle4.

a) Contexte

  • 5 Les vitres n'apparaissent pas à Paris avant 1446 (ROUX, 1973, p. 181, 193-194).

28Les fragments de verre à vitres, incolores (Fig. 4, no 20-22, 25-32) et colorés (Fig. 4, no 23) appartiennent tous au niveau III. Les ouvertures du château ne sont par conséquent pas garnies de vitres avant la dernière décennie du XVème siècle5. Le verre apparaît dès la première phase de remplissage du dépotoir, ce qui implique que la pose du vitrage intervient lors de la réfection d'ensemble de la forteresse en 1489/90. La présence constante de ce matériel dans le niveau III, dont la phase de remplissage la plus récente est de la dernière décennie du XVIème siècle, et la présence du même matériel dans le niveau II, avec des matériaux contemporains du démantèlement du château en 1687, indiquent que ce type de vitrage, posé à la fin du XVème siècle, perdure partiellement au XVIème siècle et au XVIIème siècle. Des apports, sous forme de verre à vitres plus mince-1,5 mm d'épaisseur-interviennent dans la phase finale de remplissage, à partir des années 1550 environ (Fig. 4, no 25).

b) Etat de conservation et couleurs

29Le verre plat est souvent altéré, certains fragments se délitent en lamelles noirâtres, d'autres se dévitrifient en surface, nombreux sont ceux à avoir perdu leur poli d'origine et leur transparence. Toutefois le verre incolore est en meilleur état de conservation que le verre coloré. Aucun décor n'est à signaler, mais est-ce bien étonnant ? Après avoir été une forteresse, l'Aigle évolue vers le type du petit château rural...

30Les verres dits incolores sont en fait légèrement verdâtres : cela est dû aux impuretés contenues dans les sables. Quelques fragments ont une couleur jaune ambre ; ils ne représentent que 36 fragments sur un total de 514, soit 7 % de l'ensemble.

c) Les formes et les plombs

31La majeure partie des pièces est taillée au grugeoir ; les vitres résulteraient donc d'un découpage préalable de plaques de verre. Toutefois, la présence de rebords rectilignes laisse supposer un procédé de soufflage en manchon. Les fragments ont entre 1,5 mm et 4 mm d'épaisseur (Fig. 4, no 22).

32Les formes sont diversifiées : triangle, rectangle, pentagone, disque, entre autres. La surface des pièces oscille entre 7 cm2 et 30 cm2. Les formes les plus fréquentes, les triangles et les rectangles, font partie de bordures rectilignes dont la largeur atteint 3,3 cm. Des triangles appartiennent à des modules différents ; leurs côtés varient entre 3,2 cm et 8,4 cm. Certaines pièces triangulaires participent à des médaillons circulaires de petite taille : 10 à 11 cm de diamètre.

33Certes, les traces de plombs figurent encore sur la majorité des fragments (no 25, 27 et 32), mais les éléments de plombs retrouvés avec les verres constituent un échantillonnage réduit (Fig. 4, no 24). Ils permettent cependant de mieux connaître l'architecture qui supporte les vitraux. L'âme des plombs présentés ici est mince, les ailes sont courtes et de section rectangulaire.

CONCLUSION

34Au terme de cette présentation du verre mis au jour au château de l'Aigle, plusieurs remarques peuvent être faites :

  • une partie seulement de la vaisselle de verre servant quotidiennement à la forteresse a été reconnue ; son état de fragmentation et d'oxydation est important. Les récipients de tout type devaient être plus diversifiés : gobelets, coupelles, gourdes, plats notamment. L'histoire des matériaux trouve, ici, une petite contribution bien cernée dans le temps ; il en va de même pour les éléments de parure.

  • en revanche, les techniques de fabrication utilisées, tant pour le verre à boire que pour le verre plat, ainsi que les lieux de production et les modes de diffusion nous échappent. L'apport des textes devrait intéresser l'archéologue ou l'historien des techniques. Enfin, une analyse chimique des verres et des plombs reste à effectuer.

35La quasi-absence de verrerie dans le dépotoir le plus ancien (première moitié du XIVème siècle) et son abondance dans le dépotoir le plus récent correspondant au niveau III, témoignent de la diffusion de cette matière au XVème siècle dans la montagne jurassienne.

Fig. 1

Fig. 1

- Position des deux secteurs où la verrerie a été mise au jour.
Secteur A : latrines du XlVème siècle
Secteur B : fossé Nord et dépotoir du XVIème siècle
Relevé J.-P. Micard et J.-L. Mordefroid, 1988.
- Stratigraphie du fossé Nord
Niveau IX : dépotoir de la première moitié du XIVème siècle
Niveau III : dépotoir dont la phase de remplissage débute en 1489/90 et se termine dans les années 1595
Dessins J.-L. Mordefroid.

Fig. 2

Fig. 2

Dessins J.-L. Mordefroid.

Fig. 4

Fig. 4

Dessins J.-L. Mordefroid.

Notes

1 L'U.A. 1008 du CNRS est depuis le 1er janvier 1989 l'U.R.A. 1008 ; cette équipe, placée sous la responsabilité du professeur Bur de l'Université de Nancy II, est chargée de l'inventaire et de l'étude des fortifications médiévales de terre, de bois et de pierre dans l'Est de la France.

2 De multiples comptes-rendus de fouilles, voir également Lambert, 1982-1983, p. 218-220, mentionnent leur présence (Foy, 1988, p. 270).

3 Ce type de bracelet est répandu dans tout l'Empire romain (ZOUHDI, 1973-1974, p. 85-99).

4 L'étude comparative a été effectuée avec les verres plats de Provence, du Roussillon, du Languedoc et d’Avignon (FOY, 1988, p. 289-354). Rappelons que les vitraux étudiés proviennent, eux, d'édifices religieux ou civils.

5 Les vitres n'apparaissent pas à Paris avant 1446 (ROUX, 1973, p. 181, 193-194).

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende - Position des deux secteurs où la verrerie a été mise au jour.Secteur A : latrines du XlVème siècleSecteur B : fossé Nord et dépotoir du XVIème siècleRelevé J.-P. Micard et J.-L. Mordefroid, 1988.- Stratigraphie du fossé NordNiveau IX : dépotoir de la première moitié du XIVème siècleNiveau III : dépotoir dont la phase de remplissage débute en 1489/90 et se termine dans les années 1595Dessins J.-L. Mordefroid.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/1011/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Titre Fig. 2
Légende Dessins J.-L. Mordefroid.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/1011/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Fig. 3
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/1011/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 4
Légende Dessins J.-L. Mordefroid.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/1011/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 201k

© ARTEHIS Éditions, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search