Version classiqueVersion mobile

Aspects de l’artisanat en milieu urbain : Gaule et Occident romain

 | 
Pascale Chardron-Picault

L’apport des sources : archéologie, épigraphie et iconographie

Écriture et travail du schiste : analyse d’une complémentarité artisanale dans l’Occident romain

Monique Dondin-Payre

Résumé

Des séries d’objets, tous fabriqués en schiste d’Autun pendant la domination romaine, présentent une particularité : ils portent des phrases (fusaïoles), ou des mots (dés à jouer, pions), alors que leurs semblables sont en général anépigraphes (fusaïoles, pions) ou marqués de points (dés). Cette caractéristique, réservée aux productions autunoises, témoigne du niveau culturel des artisans du schiste, qui maîtrisaient non seulement des techniques de fabrication sophistiquées, mais aussi l’écriture et la lecture de textes élaborés, en partie en celtique, en partie en latin. Adresse manuelle et agilité intellectuelle allaient de pair pour ces fabricants et pour leur clientèle, alliance qui s’explique par l’ambiance particulière de la capitale éduenne.

Texte intégral

1Il ne s’agit pas ici d’exposer l’apport de l’épigraphie à la connaissance de l’artisanat (Dondin-Payre, 2005), mais d’étudier une imbrication subtile entre deux savoir-faire qu’un type de fabrication autunoise permet d’aborder.

2L’utilisation du schiste autunois pour toutes sortes de récipients, d’ustensiles, d’éléments de décoration est bien connue ; la diversité de cette production s’explique par la présence d’un matériau spécifique que les ateliers locaux ont exploité avec une remarquable imagination (Pinette, Rebourg éd., 1985 ; Rebourg, Olivier, 1996 ; Chardron-Picault dir., 2007). Une catégorie de cette fabrication est particulière car elle associe des objets sans relation entre eux qui nécessitent des compétences a priori dissociées ; il s’agit de choses qui, ailleurs anépigraphes, sont gravées ici non de lettres, mais de mots : essentiellement des fusaïoles, ou pesons de fuseau, et des dés et pions à jouer (Pinette, Rebourg, 1985, nos 205, 207, 430 ; Rebourg, Olivier, 1996, nos 119-128 ; Chardron-Picault, Dondin-Payre, 2002 ; Dondin-Payre, 2004 ; Binet, Dondin-Payre, 2002 ; Dondin-Payre, 2006a, b, c ; Dondin-Payre, 2007b, notices nos 307, 308, 315 et 316). La particularité qui unit ces accessoires disparates est la présence de l’écriture là où elle est soit sans utilité (les fusaïoles), soit, pour les dés et pions, substituée à des symboles d’ordinaire élémentaires (des points) qui marquent le déroulement du jeu. Un raisonnement validé par une enquête pétrographique permet désormais d’affirmer que la présence insolite de l’écrit sur des objets en pierre identifie le matériau comme du schiste autunois (Dondin-Payre et alii, 2003 ; cf. Blanc, Blanc, 2006).

3Le dossier du schiste inscrit, c’est-à-dire écrit, comprend actuellement une trentaine de fusaïoles, une petite dizaine de dés et de pions de jeu et deux objets isolés.

4Les fusaïoles sont de petits ustensiles extrêmement banals utilisés dans le travail du textile lors du filage (fig. 1) : percées d’un trou, elles sont insérées à l’extrémité inférieure du fuseau à filer dont elles accélèrent la rotation et améliorent la verticalité, assurant la régularité du filage (appelées aussi pesons de fuseau, elles sont à différencier des pesons de métier à tisser, Béal, 1996) (fig. 2). Accessoires servant à une activité quotidienne, les fusaïoles sont donc très communes en tous temps et en tous lieux, y compris dans l’empire romain. Mais c’est Antoine Héron de Villefosse qui, au début du xxe s., perçut l’originalité des quinze exemplaires épigraphes gallo-romains alors connus, disséminés dans des musées et des collections (Héron de Villefosse, 1914a et b) et établit le corpus de ces objets, anodins pris isolément, mais qui, rapprochés, acquièrent une signification particulière (Dondin-Payre, 2004, 2005 et 2007b).

5Les fusaïoles inscrites romaines partagent trois caractéristiques extérieures :

  • leur zone de répartition est circonscrite aux provinces nord-occidentales avec une concentration au cœur des Trois Gaules. Autun et ses environs ont livré non pas la totalité, mais une proportion considérable, plus de la moitié, des exemplaires connus. Outre chez les Éduens et dans les cités contiguës (Sénons, Lingons, Bituriges), des exemplaires ont été découverts, isolément, chez les Trévires, les Ambiens, les Helvètes, les Namnètes, les Pétrucores, les Allobroges. Compte tenu de l’aisance de circulation et de transport d’objets aussi légers, il est évident que cette concentration ne dépend pas des hasards de la curiosité et de la conservation ;

  • la seconde caractéristique est le matériau. Normalement adapté au poids de la fibre à filer (pierre, terre cuite, métal, verre, bois, bois de cerf), il est, pour les exemplaires inscrits, remarquablement homogène puisque tous, y compris ceux qui avaient été décrits comme « en terre cuite » ou en roches diverses, sont en fait en schiste, ce schiste d’Autun aux propriétés très précises, notamment une faible métamorphisation (Rebourg, Olivier, 1996 ; Dondin-Payre et alii, 2003 ; Blanc, Blanc, 2006) ;

  • contrairement aux fusaïoles communes, d’aspect varié décliné autour de la sphère, les fusaïoles épigraphes ont une forme particulière qu’on désigne comme « deux cônes opposés ».

Fig. 1. Fusaïoles en pierre et céramique, fuseau en os.

Fig. 2. Fusaïole (peson de fuseau) et poids de métier à tisser (peson de tisserand).

6La gravure peut aussi être définie par des critères externes (fig. 3) :

  • les faces planes sont ornées de motifs géométriques ; jusqu’à présent aucune face plane ne porte de mot : le texte devait être lisible pendant le travail et quand la fusaïole était posée ;

  • l’écriture est insérée entre deux traits ;

  • elle est disposée en deux lignes, tracées chacune sur une bande plane ; -ces lignes se lisent soit tête bêche soit dans le même sens ;

  • l’écriture s’apparente à l’épigraphie latine monumentale la plus soignée : majuscules, apices, ponctuation par hederae, tabula ansata. Ce travail n’a aucun rapport avec la graphie cursive qu’on associe avec l’instrumentum (Dondin-Payre, 2007a). À plusieurs reprises apparaît une lettre celte, sans équivalent dans l’alphabet latin, le D barré : D (fig. 4) ;

  • les traits incisés sont emplis d’une matière qualifiée de « blanche » car elle l’est devenue à cause de la calcification, mais qui ne l’était pas à l’origine. Cette matière, longtemps considérée comme un dépôt accumulé au cours des siècles d’enfouissement, s’est révélée, après des analyses croisées indépendantes, être un alliage qui comporte toujours un élément métallique : de l’or (fusaïole de Trèves, Schwinden, 2003), de l’étain (Nyon et Autun au moins pour certaines ; Dondin-Payre et alii, 2003 ; Chardron-Picault, 2004 ; Dondin-Payre, 2007b ; Chardron-Picault, 2007, no 334).

7Les textes sont totalement inutiles ; leur ajout n’apporte rien à la fonctionnalité. L’emploi du mot « textes » est volontaire, car il ne faut pas lire cet écrit comme une série de mots juxtaposés. Ce sont des phrases qui ne prennent leur sens que si on les considère comme un tout. Un exemple simple et flagrant est celui de LAVTA LAVTA (Rebourg, 1979) qui, compris comme « (Tu es) élégante », répété deux fois, est un compliment plat et redondant, même bégayant ; alors que lu comme une phrase : « Lauta lauta », « Lauta, (tu es) élégante », il devient une plaisanterie flatteuse et astucieuse à partir du nom féminin. En effet, ces intitulés apparemment simplistes sont d’une grande complexité (pour toutes les interprétations, Dondin-Payre, 2001, 2004, 2005, 2007a). Dès le début il était apparu que certains mots étaient bizarres pour du latin : quelques-uns connus mais extrêmement rares (curmi : bière) ; d’autres absolument ignorés (vimpi, morucin…, voir ci-dessous, les exemples nos 3-5). Il s’agissait donc d’une langue différente, en l’occurrence du celtique. Il est avéré que le celtique, langue orale, a été transcrit en grec, mais ici c’est une graphie latine qui est employée. Voilà pourquoi les celtisants se sont emparés de ce corpus dont ils ont considéré les éléments comme « passe-partout, gravés pour des clients quelconques », « non personnalisés » (Lejeune, 1977 ; Lambert, 1994, avec une évolution 2003). À tort parce que ces noms communs sont connus aussi comme des anthroponymes, notamment en fonction de la langue, latin ou celtique, à laquelle on les rattache : ainsi Totunuci (Chardron-Picault, Dondin-Payre, 2002 ; Dondin-Payre, 2007b, no 307). Admettre que certains mots peuvent être des noms communs en latin, des noms propres en celtique, implique que l’on accepte que le celtique et le latin s’imbriquent, association qui a scandalisé les linguistes latinistes et celtisants, réconciliés pour l’occasion.

Fig. 3. Formes et décors des fusaïoles épigraphes.

Fig. 4. Graphie des fusaïoles : tabula ansata, ligatures, D gaulois, hedera.

8Ces objets destinés exclusivement à des utilisatrices féminines qui s’adonnent à l’activité la plus féminine, le filage, portent des messages subtils et très équivoques, bien loin du classique : « Elle fila la laine et garda la maison ». Par exemple (les noms propres sont mis en gras) :

  • 1 : SALVE / SOROR : « Salut, (ma) sœur » (CIL XII, 568819 ; région de Vienne). Le fuseau parle à la quenouille ou à la fileuse, mais aussi le jeune homme à la jeune fille.

  • 2 : IMPLE ME / SIC VERSA ME : « Garnis-moi et fais-moi virevolter » ; ou « Remplis-moi et fais-moi tourner la tête » (CIL XIII, 10019 ; RIG II2, p. 319, g ; en dernier lieu Schwinden, 2003 ; Löwenbrücken, près de Trèves) ; même ambiguïté.

  • 3 : NATA VIMPI / B(ENE) S(ALVE) V(ALE) / TOTVNVCI : « Belle fille, bonjour, porte-toi bien, pour Totunuca » (Chardron-Picault, Dondin-Payre, 2002 ; RIG II2, L-118 ; Dondin-Payre, 2007b, no 307 [aucune des fusaïoles de la fig. 229 ne correspond à celle de la notice] ; Autun).

  • 4 : NATA VIMPI / CVRMI DA : « Belle fille, donne (moi) de la cervoise » ; ou « Nata, ma belle, donne-moi de la cervoise » ; ou « Nata, fille de Vimpus, donne-moi de la cervoise » (ILTG 529 ; RIG II2, L-112 ; Autun).

  • 5 : TIONO VIMPI / MORVCIN : « File (moi) une couverture, sirène ? » ; « Divine ? et belle jeune fille » (CIL XIII, 1324 ; RIG II2, L-111 ; Gièvres, Loir-et-Cher).

  • 6 : MARCOSIOR / MATERNIA : « Que je monte à cheval » ; ou/et « Que je (te) chevauche » ; « Puissé-je faire le cheval avec Maternia » est à préférer à « Puissé-je (te) chevaucher les organes maternels » (ILTG 527 ; RIG II2, L-117 ; Autun).

  • 7 : GENETA / VIS CARA ou VISCARA (ILTG 526 ; RIG II2, L-114 ; Autun) : cette formule de deux ou trois mots peut avoir de multiples sens et être adaptée individuellement à trois femmes différentes, Geneta, Cara, Viscara, ou, indifféremment, à n’importe quelle femme. À titre d’exemple, voici une rapide énumération des interprétations qui coexistent.

9* Avec uis, impératif du verbe latin uolere : « Aimable jeune fille, veux-tu ? » ; le fuseau parle à la fileuse (« Veux-tu bien m’utiliser ? ») ; le jeune homme parle à la jeune fille, sans complément au verbe, donc tous les sous-entendus sont envisageables, y compris des allusions grivoises ;

10* avec uis, nom commun latin désignant la « force virile » : « Jeune fille, la force est aimable (ou aimante) » ;

11* avec vis, verbe celtique, « filer » : « File, ma chère fille » ;

12* si vis forme avec cara un seul mot celte, viscara : « Jeune fille (sois) gentille ».

13Cara, Geneta et Viscara sont aussi des noms propres, celtes et latins ; et on peut adapter la lecture pour obtenir, par exemple : « Chère Geneta, veux-tu ? », etc. ; « Geneta, veux-tu, ma chère ? » ; ou « Cara, veuxtu, jeune fille ? » ; ou « File, ma chère Geneta » ; « Cara, file, jeune fille » ; ou « Geneta, la force est aimable » ; « Viscara, ô jeune fille ».

14De quelles qualités doivent faire preuve les artisans qui conçoivent et réalisent pareils objets ?

15De qualités techniques :

  • la compétence dans le choix du bloc de schiste à travailler pour que le feuilletage de la roche n’entrave ni le formatage ni les incisions ; les objets sont polis jusqu’à briller, comme toutes les réalisations en schiste ;

  • la capacité de concevoir un façonnage en fonction de l’écrit : la forme de « double cône » si reconnaissable, qui a été sans doute élaborée peu à peu, a permis de ménager sur un objet à l’origine sphérique deux bandes plates susceptibles d’être inscrites ;

  • l’adaptation du support pour permettre l’écriture de mots qui se déroulent le long d’une courbe : les deux lignes qui encadrent chaque bande écrite définissent un champ épigraphique qui guide le graveur contraint de faire tourner la fusaïole au fur et à mesure.

16Ces qualités techniques doivent être associées à des qualités culturelles et artistiques :

  • la dextérité manuelle et la minutie pour inciser sur un support minuscule des lignes sinueuses, pour tracer losanges ou tabula ansata (fig. 4), pour insérer la matière métallique destinée à mettre en valeur les tracés des dessins et des mots, pour répartir les caractères le long de la circonférence ;

  • enfin la maîtrise de l’écrit et la compréhension de deux langues, le celtique et le latin, avec invention de jeux de mots et de superposition des significations (Meid, 1980 ; Dondin-Payre, 2001, 2005, 2007a).

17Cette dernière compétence mérite discussion. On rechigne à admettre que le celtique et le latin puissent s’imbriquer dans un mode de communication quotidien et intime ; il ne va donc pas de soi qu’une même personne fasse preuve de talents manuels et de compétences intellectuelles poussées. La réfutation la plus simple argue d’une division du travail : un, ou plusieurs ouvriers – des manuels – taillent, sculptent et polissent le support en schiste, un autre – un intellectuel – conçoit un texte, qu’un dernier grave ; les deux dernières étapes pouvant se concentrer dans la même personne. Ou bien un seul artisan assure la totalité de la réalisation. Cette seconde solution me semble s’imposer puisque la forme des fusaïoles a été adaptée pour en faciliter l’écriture. Si la fabrication avait été dissociée, des va-et-vient entre le tailleur du support et le graveur auraient été nécessaires pour ajuster la forme de l’objet à l’ajout de mots. Une globalisation du travail mené de bout en bout par un même exécutant est la structuration la plus probable. L’enjeu est moins une polyvalence d’artisans, qui ne pose guère de difficultés, que la diffusion de l’alphabétisme et la maîtrise de l’écrit dans des milieux plus humbles que ceux où elles sont attestées sans conteste. Les deux compétences – capacité de lire et capacité d’écrire – ne sont pas nécessairement associées ; l’artisan qui grave le texte ne maîtrise pas obligatoirement l’écriture ; on sait que, pour les inscriptions sur pierre, il n’en allait pas toujours ainsi (Corbier, 2006). Le graveur pouvait être tributaire d’une matrice qu’il ne comprenait pas ; en ce cas, il serait néanmoins parvenu à disposer intelligemment sur un support si particulier des signes dont il ignorait le sens, à façonner ces signes selon un tracé précis, à la fois conforme à celui de l’épigraphie monumentale et à une graphie adaptée (les D). Il est plus vraisemblable que l’artisan du schiste spécialisé dans les petits objets faisait preuve d’une élémentaire compréhension de l’écrit. Maîtrisait-il véritablement la langue, c’est-à-dire concevait-il les intitulés ? Certains intitulés étant personnalisés, ils peuvent être attribués aux clients, à la fois acheteurs et commanditaires, l’exécutant restant hors du domaine intellectuel ; dans ce cas de figure, les acquéreurs rédigent le texte en l’adaptant à leur intention, s’incluant eux-mêmes et/ou la personne à laquelle ils destinent leur don ; ils en écrivent ou en font écrire la matrice ; les artisans exécutent le modèle, en respectant des normes techniques mises au point par eux. Cette structure complexe aurait été mise en œuvre pour produire des objets en quantité nécessairement très limitée puisque la participation active de chaque client est requise. Surtout, un certain nombre de textes sont généraux, certains sont inspirés de formules connues pour des récipients, des fibules, des bijoux, des pesons de tisserands (Monteix, 2006, fig. 2-104 et 2-105) ; la culture des artisans y est donc manifeste, d’autant que, sur beaucoup, des éléments se répètent. Les fabricants participaient donc directement à la conception du message, en collaboration avec ceux qui s’en portent acquéreurs. Habiles dans le travail du schiste, ils partageaient la langue et la culture celto-latines, gallo-romaines au sens plein, et les associaient au point de concevoir et de comprendre des jeux de mots et des niveaux de lecture dans les deux langages. La collaboration entre les protagonistes du marché du schiste – artisans, clients – est indispensable pour faire d’une fusaïole, ustensile domestique commun donc bon marché, un instrument luxueux, élégant, aux fioritures inutiles, à valeur ajoutée matérielle et culturelle importante, bref pour en augmenter le prix, au sens concret et métaphorique. Aucune séparation ne divisait les « manuels » et les « intellectuels », les ouvriers exécutants et les acheteurs aisés et lettrés.

18Cette complémentarité de compétences est illustrée par les dés inscrits de mots à la place des traditionnels points, de 1 à 6 comme aujourd’hui, toujours en schiste autunois (Pinette, Rebourg éd., 1985, no 207). Les associations de mots ne sont pas identiques sur tous ; les dés transcrivent probablement des interjections, toujours latines pour autant qu’on puisse les interpréter, qui ponctuent le jeu, mais, à ce jour, la logique qui permettrait de comprendre les règles ayant inspiré leurs agencements n’a pas été élucidée (Jouer, 1991). Ils se conforment tous au même schéma technique : leurs faces sont de taille similaire, chacune est entourée d’une ligne qui délimite un cadre, comme les traits sur les fusaïoles (fig. 5) ; le tracé des lettres, des majuscules traditionnelles, est exactement semblable à celui des fusaïoles (ex. : Schwinden, 2003). Il en va de même pour une variante, les pions de jeu inscrits (Rebourg, Olivier, 1996, p. 100-101). Il ne fait aucun doute que ces productions sortent des mêmes mains. Ceux qui ont eu l’idée d’apposer des mots sur un support qui portait d’ordinaire d’autres symboles, les dés et pions, ont fait de même pour d’autres catégories de productions, notamment les fusaïoles. L’initiative paraît naturelle à propos des dés, sur lesquels des mots se substituent à un code numérique, des pions, sur lesquels elle identifiait les joueurs, et elle a été exploitée en une seconde phase pour des objets en même roche, élaborés par les mêmes artisans, ces fusaïoles sur lesquelles l’écrit n’a aucune utilité.

Fig. 5. Dés à jouer épigraphes.

Fig. 6. Polissoir en schiste inscrit (dessin Y. Labaune, in : Labaune, Dondin-Payre, 2007, fig. 231).

19Que cette initiative soit à la portée des artisans, sans intervention extérieure, est prouvé par un objet très récemment découvert à Autun. Il s’agit d’une petite plaque qui partage avec les dés et des fusaïoles trois caractéristiques : le matériau, du schiste autunois (fig. 6) ; la présence de lettres là où les exemplaires semblables sont anépigraphes ; la paléographie, des majuscules soignées ; le S est inversé, comme il arrive fréquemment. Le signe final, un V à l’envers, plus grand, maladroitement incisé, se distingue du reste. Chargé de l’étude du petit mobilier, Yannick Labaune hésitait entre une palette à fards, un polissoir et un socle (Stephenson, 2005 ; Labaune, Dondin-Payre, 2007b, no 310) ; cette dernière solution avait sa préférence car la lecture Cosa qui lui avait été proposée le faisait pencher en faveur d’une représentation en relation avec l’Italie, dont un nom de ville aurait été figuré. Mais cos signifie « polissoir » : l’ouvrier du schiste a écrit sur une face l’usage de son outil pour pouvoir l’identifier, une fois rangé dans son atelier. La graphie est la même que pour les dés et les fusaïoles, l’auteur est donc le même. Il a complété le mot générique identificateur, cos, par ce V, précision technique, de catégorie, ou de taille, dont la présence est intentionnelle, ajoutée d’une main plus rapide : on pense à la façon dont on indique, encore aujourd’hui, le gabarit, la taille, le diamètre des outils pour les différencier les uns des autres. L’utilisateur, et propriétaire probable, du polissoir autunois travaillait au façonnage du schiste et savait aussi lire et écrire assez facilement pour utiliser ce moyen de se repérer dans ses instruments de travail.

20Les ouvriers du schiste sont très polyvalents. Certes, on ignore à quel niveau se situait la séparation, s’il y en a une, entre ceux qui débitent dans un bloc un petit morceau de schiste dans le but d’en faire une fusaïole et ceux qui confectionnent celle-ci. On revoit régulièrement à la hausse l’utilisation de ce matériau, mais la structure de cette production n’a pas encore fait l’objet d’études synthétiques (Chardron-Picault, 2006). L’esprit d’invention, l’initiative dont font preuve ces artisans qui renouvellent la conception des objets qu’ils façonnent, qui en adaptent les caractéristiques techniques pour mettre en application leurs trouvailles, les font apparaître non comme des exécutants sans imagination de schémas traditionnels, mais comme des innovateurs. Le raffinement des méthodes, une grande méticulosité, une organisation élaborée des ateliers où l’on peut supposer une spécialisation dans certaines productions accompagnent une maîtrise de l’écrit si large et si quotidienne qu’elle est mise au service d’objets banals. Les artisans qui taillent, façonnent, polissent et gravent le schiste sont des indigènes qui savent lire et écrire le latin et le celtique. Ils mettent à profit leur virtuosité dans l’exploitation de cette roche particulière, leur fantaisie, pour donner une plus-value à des objets ordinaires qu’ils transforment en objets uniques d’un point de vue tant esthétique que culturel.

21Pourquoi ces choses utilitaires et mineures tirées du schiste autunois – fusaïoles, dés, pions – portent-elles de l’écrit quand leurs semblables sont anépigraphes ailleurs ? Parce que deux conditions sont réunies à Autun : d’une part un matériau local travaillé avec dextérité, goût et imagination ; de l’autre une maîtrise de l’écrit et du bilinguisme dans le contexte culturel raffiné d’une capitale de cité restée célèbre pour la vitalité de son activité intellectuelle (Pinette, Rebourg éd., 1985). Celle-ci n’était pas réservée à des privilégiés ; elle était partagée par certains des ouvriers du schiste et par certains de leurs clients, qui savaient lire, rédiger, plaisanter, écrire, en deux langues. Fusaïoles et dés inscrits reflètent une image du monde artisan sans rapport avec celle d’exécutants incultes, un monde où la beauté, la culture et l’inutile ont leur place dans le quotidien.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Béal J.-Cl., 1996, « Instrumentum et production textile en Gaule romaine : l’exemple des pesons en terre cuite », in : Aspects de l’artisanat du textile dans le monde méditerranéen (Égypte, Grèce, monde romain), Lyon, Inst. d’Archéologie et d’Histoire de l’Antiquité/Paris, diff. de Boccard, p. 121-132 (Coll. de l’Inst. d’Arch. et d’Hist. de l’Antiquité Univ. Lyon 2, 2).

Binet E., Dondin-Payre M., 2002, « La première fusaïole inscrite trouvée à Amiens », Revue du Nord, t. 84, p. 133-137.

Blanc A., Blanc Ph., 2006, « Caractéristiques géologiques et méthodes d’analyse », in : Chardron-Picault P. dir., Autun : une capitale gallo-romaine, Dijon, éd. Faton, p. 44 (Dossiers d’archéologie, 316).

Chardron-Picault P., 2004, L’artisanat à Autun-Augustodunum : chronologie et topographie des activités manufacturières dans la capitale de la Ciuitas Aeduorum, Thèse de doctorat de l’Université de Bourgogne, Dijon, inédit.

Chardron-Picault P., 2006, « Le schiste d’Autun : son emploi et sa diffusion », in : Chardron-Picault P. dir., Autun : une capitale gallo-romaine, Dijon, éd. Faton, p. 46-47 (Dossiers d’archéologie, 316).

Chardron-Picault P., 2007, « Les objets en schiste d’Autun, en roche importée et les instruments d’accompagnement », in : Chardron-Picault P. dir., Hommes de feu, hommes du feu : l’artisanat en pays éduen, Catalogue d’exposition, Autun, Musée Rolin, sept. 2007-janv. 2008, p. 210-211 et notices, passim.

Chardron-Picault P. dir., 2006, Autun : une capitale gallo-romaine, Dijon, éd. Faton, 96 p. (Dossiers d’archéologie, 316).

Chardron-Picault P. dir., 2007, Hommes de feu, hommes du feu : l’artisanat en pays éduen, Catalogue d’exposition, Autun, Musée Rolin, sept. 2007-janv. 2008, 243 p.

Chardron-Picault P., Dondin-Payre M., 2002, « Une nouvelle fusaïole inscrite à Autun », Antiquités nationales, t. 32-2000, p. 209-217.

Corbier M., 2006, Donner à voir, donner à lire : mémoire et communication dans la Rome ancienne, Paris, éd. du CNRS, 292 p.

Dondin-Payre M., 2001, « L’onomastique des cités de Gaule centrale », in : Dondin-Payre M., Raepsaet-Charlier M.-Th. éd., Noms, identités culturelles et romanisation sous le Haut-Empire, Bruxelles, Le Livre Timperman, p. 330-341.

Dondin-Payre M., 2004, « Les pesons de fuseau inscrits en Gaule romaine », Bull. de la Soc. Nationale des Antiquaires de France, 2000, p. 198-205.

Dondin-Payre M., 2005, « Épigraphie et acculturation : l’apport des fusaïoles inscrites », in : Desmulliez J., Hoet-Van Cauwenberghe C. éd., Le monde romain à travers l’épigraphie : méthodes et pratiques, Lille, p. 133-146 (Coll. Travaux et Recherches UL, 3).

Dondin-Payre M., 2006a, « Du nouveau dans un dossier original : la fusaïole inscrite de Mâcon (Saône-et-Loire) : la fusaïole inscrite de Nyon (Confédération Helvétique) », A. Cl., t. 75, p. 143-154.

Dondin-Payre M., 2006b, « Un objet rare au musée des Ursulines : une fusaïole inscrite d’Autun », Un mois à Mâcon, t. 51, avril 2006, p. 12.

Dondin-Payre M., 2006c, « Les objets inscrits en schiste », in : Chardron-Picault P. dir., Autun : une capitale gallo-romaine, Dijon, éd. Faton, p. 45 (Dossiers d’archéologie, 316).

Dondin-Payre M., 2007a, « Instrumentum et épigraphie lapidaire : scission ou complémentarité ? l’exemple des fusaïoles inscrites », in : Mayer i Olivé M., Baratta G., Guzmán-Almagro A. éd., Acta XII congressus internationalis epigraphiae graecae et latinae : provinciae imperii romani inscriptionibus descriptae, Barcelona, 3-8 sept. 2002, Barcelone, p. 425-432 (Monografies de la Secció històrico-arqueològia, 10).

Dondin-Payre M., 2007b, Notices nos 307, 308, 310, 315, 316 319, 320, in : Chardron-Picault P. dir., Hommes de feu, hommes du feu : l’artisanat en pays éduen, Catalogue d’exposition, Autun, Musée Rolin, sept. 2007-janv. 2008.

Dondin-Payre M., Maggetti M., Jornet A., Rey-Vodoz V., 2003, « La fusaïole gallo-romaine inscrite de Nyon : provenance et technique », Poster, Congrès d’archéométrie, Bordeaux, 16-19 avril 2003.

Héron de Villefosse A., 1914a, « Un peson de fuseau portant une inscription latine incisée trouvé à Sens », Bull. du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, 1914, p. 213-230.

Héron de Villefosse A., 1914b, « Un peson de fuseau avec inscription latine, trouvé près de Saint-Révérien (Nièvre) », Bull. du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, 1914, p. 489-490.

ILTG = Wuilleumier P., 1963, Inscriptions latines des Trois Gaules, Paris, éd. du CNRS, 260 p. (17ème suppl. à Gallia).

Jouer, 1991 = Jouer dans l’Antiquité, Catalogue d’exposition, Marseille, Musée de la Vieille Charité, nov. 1991-février 1992, Marseille, Musées de Marseille/Paris, RMN, 205 p.

Labaune Y., Dondin-Payre M., 2007, Notice no 310, in : Chardron-Picault P. dir., Hommes de feu, hommes du feu : l’artisanat en pays éduen, Catalogue d’exposition, Autun, Musée Rolin, sept. 2007-janv. 2008.

Lambert P.-Y., 1994 et 2003, La langue gauloise : description linguistique, commentaire d’inscriptions choisies, Paris, éd. Errance, 1ère éd., 1994, éd. rev. 2003, 239 p. (Coll. des Hespérides).

Lejeune M., 1977, « Notes d’étymologie gauloise », Études celtiques, t. 15, 1976-77, p. 96-104.

Meid W., 1980, Gallisch oder Lateinisch ? Soziolinguistische und andere Bemerkungen zu populären gallo-lateinischen Inschriften, Innsbruck, 40 p. (Innsbrucker Beitr. zur Sprachwissenschaft, 24) [repris sous le titre Zu populären gallo-lateinischen Inschriften, dans ANRW 29 II2, 1983, p. 1019-1044].

Monteix N., 2006, Les lieux de métier : boutiques et ateliers d’Herculanum, Thèse de doctorat de l’Université de Provence, Aix-en-Provence, inédit.

Pinette M., Rebourg A. éd., 1985, Autun-Augustodunum : capitale des Éduens, Catalogue d’exposition, Autun, mars-oct. 1985, 411 p., fig.

Rebourg A., 1979, « À propos d’un peson en schiste trouvé à Autun », Mém. de la Soc. Éduenne, t. 54, p. 27-28.

Rebourg A., Olivier A., 1996, L’œuvre au noir : l’emploi du schiste à Augustodunum, Catalogue d’exposition, Autun, Musée Rolin, nov. 1996-mars 1997, 117 p.

RIG II2 = Lambert P.-Y., 2002, Recueil des inscriptions gauloises, t. II, vol. 2, Textes gallo-latins sur instrumentum, Paris, éd. du CNRS, 431 p. (45ème suppl. à Gallia).

Schwinden L., 2003, « Ein Spielwürfel mit Buchstaben aus dem römischen Trier », Funde und Ausgrabungen im Bezirk Trier, t. 35, p. 36-45.

Stephenson A.-P., 2005, Autun : clinique du Parc, Rapport final d’opération, Dijon, S.R.A. de Bourgogne.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Fusaïoles en pierre et céramique, fuseau en os.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10098/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 2. Fusaïole (peson de fuseau) et poids de métier à tisser (peson de tisserand).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10098/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 3. Formes et décors des fusaïoles épigraphes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10098/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 4. Graphie des fusaïoles : tabula ansata, ligatures, D gaulois, hedera.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10098/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 5. Dés à jouer épigraphes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10098/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 6. Polissoir en schiste inscrit (dessin Y. Labaune, in : Labaune, Dondin-Payre, 2007, fig. 231).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10098/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k

© ARTEHIS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search