Version classiqueVersion mobile

Aspects de l’artisanat en milieu urbain : Gaule et Occident romain

 | 
Pascale Chardron-Picault

L’apport des sources : archéologie, épigraphie et iconographie

L’apprentissage et le statut de travail des artisans en Gaule romaine

Nicolas Tran

Résumé

L’épigraphie gallo-romaine apporte un éclairage ténu sur l’apprentissage dans le secteur de l’artisanat urbain. Ces documents sont ici rassemblés avec le souci de montrer comment le fait d’avoir suivi un apprentissage, puis d’encadrer des apprentis, influe grandement sur le statut des maîtres-artisans, dans l’univers du travail et au-delà dans la société tout entière.

Entrées d'index

Schlüsselwörter :

Arbeit, Handwerker, Lehre, Epigraphik

Texte intégral

1Le monde romain du travail présente une grande hétérogénéité. Ainsi, sous le nom d’artisans, sont rassemblés des individus de conditions si inégales qu’ils forment un très large éventail. La misère et l’opulence se côtoient, au sein de mêmes unités de production et au-delà. L’existence de l’entrepreneur et celle de ses subordonnés sont parfois très éloignées ; ou très proches, à l’inverse. Il arrive qu’à l’inégalité des conditions de vie et à la hiérarchie des rapports de travail s’ajoute une hétérogénéité juridique qui oppose des hommes libres à des esclaves, des ingénus à des dépendants serviles. De surcroît, pour appréhender toute la complexité des milieux artisanaux de l’empire romain, il faut considérer également des hiérarchies induites par l’âge. Dans les ateliers, les plus âgés transmettent aux plus jeunes des savoir-faire qu’ils ont eux-mêmes reçus de leurs aînés.

  • 1 Les contributions les plus larges et synthétiques sont les suivantes : Schulz-Falkenthal, 1972, p.  (...)

2L’étude systématique de l’apprentissage romain est encore à écrire, pour une large part1. J’ai tenté de le faire dans le cadre de recherches sur le travail dans le monde romain, sur ce que Jean Andreau appelle les statuts de travail (cf. Andreau, 1987, p. 25-33). Il s’agit d’étudier le statut du travail dans l’existence sociale des acteurs économiques, et la manière dont ce rapport différencié au travail engendre des hiérarchies statutaires. Je remercie donc vivement les organisateurs du colloque de me donner l’occasion de soumettre une partie de mes conclusions. Mon propos sera en effet très partiel, pour des raisons non seulement matérielles, mais aussi intellectuelles : je tenterai de respecter autant les délais impartis que les problématiques du colloque. Aussi privilégierai-je, en tant que point de départ tout du moins, la documentation épigraphique gallo-romaine, bien que cette démarche relève souvent de la gageure. En matière d’apprentissage, les Gaules et les Germanies ont livré très peu de documents exploitables. Et à l’échelle de l’Occident romain, l’histoire de l’apprentissage ne peut être écrite grâce au seul éclairage de l’épigraphie. Les sources juridiques ainsi qu’un petit nombre d’extraits littéraires, livrent de précieuses informations.

3Malgré tout, la transmission des savoir-faire en Gaule et dans les régions voisines doit être envisagée, car l’apprentissage était au cœur de l’identité des artisans, durant leurs années de formation et bien après, pendant toute leur vie professionnelle. L’homme de métier était un ancien apprenti devenu à son tour formateur potentiel : un maître. Cette donnée détermine la personnalité sociale des artisans romains, au point que ces individus se définissaient, notamment, comme des spécialistes de techniques manuelles constituant un savoir acquis par un apprentissage, donnant accès à une qualification professionnelle, reconnue par leurs confrères et leur clientèle.

4De fait, l’apprentissage paraît faire du métier artisanal un acquis éducatif. Il est partie prenante du, ou plutôt des, statut(s) de travail des artisans romains. La qualité d’apprenti correspondait à un statut de travail temporaire, propres aux enfants et aux adolescents présents dans les ateliers. L’encadrement des apprentis était un élément constitutif du statut de travail des maîtres artisans. Au-delà du quotidien de cet encadrement, les maîtres concevaient leur rapport au travail, en tenant grand compte de leur rôle de formateurs potentiels. Ces pistes de réflexion peuvent éclairer le très maigre corpus épigraphique gallo-romain.

I. Un très pauvre corpus épigraphique gallo-romain

5Les inscriptions gallo-romaines évoquant directement l’apprentissage des métiers artisanaux sont rarissimes. Il faut leur adjoindre quelques documents plus allusifs, tout aussi peu nombreux.

  • 2 CIL XII, 4502 : L(ucio) Aponio Celati / l(iberto) Eroti, pistori / cand(idario), / Venusta, contube (...)
  • 3 ILingons, 515 ; CIL XIII, 5826.

6Datée de la première moitié du ier siècle, du fait de l’absence d’invocation des dieux Mânes et de la mention du défunt au datif, une inscription de Narbonne met vraisemblablement en scène le discens d’un boulanger2. Proposée par O. Hirschfeld, la restitution finale semble fort plausible. Elle intègre l’épitaphe à une série assez large de documents citant, à Rome et dans l’Empire, des discentes. Comme les textes juridiques, plus prolixes que les inscriptions, en attestent, ce participe présent actif désigne bien des individus recevant ou ayant reçu un apprentissage. L’intérêt de l’épitaphe d’Eros est de révéler, par la mention d’un métier, la nature professionnelle de cet enseignement. Bien souvent, les pierres taisent les disciplines auxquelles les discentes ont été formés, si bien qu’il est impossible de distinguer les artisans apprentis des élèves recevant un enseignement scolaire ou religieux. Cette difficulté apparaît sur des inscriptions romaines ou italiennes, mais aussi sur une épitaphe provenant de la cité des Lingons3. L. Aponius Eros est, lui, présenté comme un boulanger « qui fait du pain blanc ». Par l’adjectif candidarius, les proches du boulanger insistent sur une spécialité sans doute appréciée de la clientèle : en somme, sur un savoir-faire, lié à l’affinement du blé, à transmettre à un apprenti.

  • 4 CIL XIII, 3225 (AE, 1978, 500) : T(itus) Sen(nius) c(iuis) Pu/teolanus fec(it) // et Amor, c(iuis) (...)
  • 5 ICalvet, 107 (CIL XII, 3447).

7Par ailleurs, un document de Gaule septentrionale recourt à un autre terme latin désignant les apprentis. Une mosaïque de Lillebonne (Darmon, 1994, no 885, p. 90-102), dans la cité des Calètes, porte la signature des dénommés T. Sennius et Amor, au cœur du dessin de tabulae ansatae4. Et le second personnage est qualifié de discipulus. Comme P.-M. Duval l’a souligné, il n’y a pas lieu de douter que les signataires sont les constructeurs du pavement (Duval, 1977, p. 226). Le maître est un Italien venu de Pouzzoles, tandis que le second est d’origine locale, probablement pérégrin, ce qui permet de placer la réalisation de la mosaïque sous le Haut-Empire. Au total, la courte inscription éclaire de manière fugace les modalités de diffusion de l’opus musiuum en Gaule, la transmission d’un savoir-faire italien par la formation d’un artisan indigène. Une inscription de Nîmes évoque une discipula, mais sans préciser le métier que celle-ci a pu exercer5.

  • 6 CIL XIII, 2036 : D(is) M(anibus) / et / memoriae aeternae / Valeriae Leucadiae, infantis / dulcissi (...)
  • 7 CIL XIII, 5154 : D(is) M(anibus), / Camill(ius) Polynices, / natione Lydus, artis / aurifex, corpor (...)

8Enfin, un autel funéraire lyonnais du iiie siècle présente le texte le plus disert à la disposition des historiens. L’épitaphe est dédiée à Valeria Leucadia et à Vireius Vitalis6. Les deux défunts sont morts à trente jours d’intervalle, à six et dix-neuf ans. Or, le jeune homme est décrit comme un éminent spécialiste de l’ars fabrica ferraria, du travail du fer. Il doit la maîtrise de son art à son beau-père, sans doute le second époux de sa mère Iulia Secundina : Valerius Maximus, « uitricus, qui eu[m] sibi filium adoptauerat et art[e] educauerat ». L’expression « in quo spem aetatis suae conlocauerat » sous-entend peut-être que Vitalis était destiné à prendre la succession de Maximus, dans la direction de l’entreprise familiale. En réalité, l’autel de Vireius Vitalis éclaire des épitaphes bien plus laconiques, qui confirment que les fils étaient des destinataires prioritaires de l’apprentissage artisanal. Ainsi, une inscription découverte à Amsoldingen, chez les Helvètes, mentionne un orfèvre originaire de Lydie, Camillius Polynices, et son fils, Camillius Paulus7. Le père et le fils pratiquent le même métier, que le premier a sûrement appris au second.

  • 8 CIL XIII, 8345 : Iulio Verino, / fulloniae artis magistro, / Alexander, frater, / p(osuit).
  • 9 CIL XII, 722 (CLE, 483) : D(is) M(anibus), //
    Q(uinti) Candi[di] Benigni, fab(ri) tig(nuarii) c/orp(
    (...)

9Pour enrichir cette très maigre recension, il est possible d’y ajouter deux inscriptions mentionnant des magistri. Comme on peut l’établir grâce à des parallèles étrangers aux Gaules, ce terme désigne des maîtres-artisans, dont est mis en valeur le savoir-faire professionnel. Or, ce savoir technique pose ces magistri en maîtres d’apprentissage, au moins en puissance. À Cologne, tout d’abord, Iulius Verinus8 est présenté par son frère comme un fulloniae artis magister. L’hypothèse d’A. Pelletier, considérant le titre de magister comme une possible dignité collégiale (Pelletier, 1996, p. 133-136), ne semble guère solide, en l’absence de toute référence à un collegium. Il semble peu probable que l’expression « fulloniae artis magister » soit ici employée comme exact synonyme de « magister collegii fullonum ». Iulius Verinus n’est autre, vraisemblablement, qu’un maître-foulon. Enfin, à Arles, la réputation professionnelle de Q. Candidius Benignus9 est ainsi décrite : « quem magni artifices semper dixsere magistrum ». Par une célèbre épitaphe poétique, ce faber tignuarius définit son excellence professionnelle (ars summa) par son savoir (doctrina). Sa supériorité sur ses confrères s’exprime sur ce terrain du savoir. « Doctior hoc nemo fuit », a-t-il fait graver. Mais, pour mieux les comprendre, replaçons ces quelques documents dans un contexte plus large.

II. L’organisation matérielle de l’apprentissage

  • 10 CIL VI, 9437 ; CLE, 403 : D(is) M(anibus). / Quicumque es, puero lacrimas effunde, uiator. /Bis tul (...)

10La pauvreté de la documentation gallo-romaine est aussi qualitative. La personnalité des apprentis reste pour le moins mystérieuse. Rien n’est su, par exemple, de leur âge. Il faut donc avoir recours à des sources d’autres provenances pour conjecturer la présence d’enfants dans le monde du travail gallo-romain. Quelques épitaphes de Rome, mais aussi des districts miniers d’Hispanie, évoquent de très jeunes travailleurs. Par exemple, un poème funéraire romain met en scène le petit joailler Pagus10, mort à douze ans seulement. Malgré tout, l’autel lyonnais de Vireius Vitalis est représentatif de l’ensemble de la documentation occidentale. Les épitaphes d’artisans âgés entre seize et vingt ans sont plus courantes que les épitaphes d’enfants ou de jeunes adolescents. Ces jeunes hommes ont dû recevoir, dans leur enfance et dans leur adolescence, un apprentissage complet qui, supposant la maîtrise d’un savoir-faire précis, justifie leur titre professionnel. De manière générale, l’attribution épigraphique d’un nom de métier était sélective. Aussi peut-il sembler assez logique que les dédicants aient peu songé à décrire des enfants, en cours d’apprentissage, comme de véritables professionnels.

11Les inscriptions recensées jettent tout de même un éclairage fugace sur le statut et le quotidien des apprentis. On peut remarquer, tout d’abord, que les savoir-faire artisanaux étaient transmis à des enfants et adolescents dont le statut juridique et familial variait. À l’instar de Vireius Vitalis, l’apprenti pouvait être un fils de famille, instruit par son propre père. Cette situation, très courante dans toutes les sociétés pré-industrielles, était sans doute la plus fréquente dans le monde romain. Toutefois, la recension des sources ne permet pas de prouver ce caractère majoritaire, pour des raisons bien compréhensibles. La transmission héréditaire du métier n’est fondée sur aucun contrat, susceptible d’aboutir à des litiges analysés par les juristes. Et sur les pierres, les fils instruits par leur père n’ont pas de raison particulière de se présenter comme apprenti ou ancien apprenti. Par ailleurs, les propriétaires d’esclaves se souciaient beaucoup de l’instruction professionnelle de leurs dépendants. Suivant l’expression utilisée par les juristes, les propriétaires d’esclaves « faisaient » des artifices. De fait, la rentabilité de la main d’œuvre servile devait passer par la reproduction naturelle des esclaves, puis par leur éducation. Les frais engagés à ce moment de la vie se justifiaient par la perspective d’une exploitation future plus rentable, par le travail qualifié. Aussi le maître-artisan était-il bien souvent un dominus, entouré d’apprentis de condition servile. Opseus, apprenti désigné par un nom unique, était certainement l’esclave du boulanger L. Aponius Eros.

12Mais quelle relation unissait le mosaïste T. Sennius à Amor, son discipulus ? Citoyen calète, Amor était un homme libre, de condition pérégrine. Il n’était pas de la famille de T. Sennius, citoyen romain originaire d’Italie. Il faut donc considérer que l’employeur et l’employé étaient liés par un contrat de travail. Or les fragments juridiques conservés au Digeste décrivent les contrats de placement des apprentis auprès de maîtres-artisans (De Robertis, 1963, p. 160 et suiv.). En fait, la locatio-conductio pouvait organiser l’apprentissage, selon deux modes distincts. Elle pouvait prendre la forme d’une locatio-conductio operarum, d’un contrat de travail par lequel l’artisan embauchait un jeune apprenti ; ou bien d’une locatio-conductio operis, d’un louage d’ouvrage ou contrat d’entreprise par lequel l’artisan-entrepreneur s’engageait à délivrer un enseignement. Dans un troisième cas de figure, les prestations respectives du maître et de son jeune assistant étaient conçues comme équilibrées et pouvaient donc s’inscrire dans un cadre gratuit, sans rémunération particulière, dans le cadre d’un mandat en particulier.

  • 11 ILAfr, 79 : [E]x of(f)icina // Bas(s)i, quadra/tari(i), Aggerita/ni, // cum suis discipulis.

13Au-delà de ces questions juridiques, l’épitaphe de Vireius Vitalis et la signature d’Amor montrent que le quotidien des discipuli comportait deux pans complémentaires : apprendre et travailler. Si on lit « educauerat » sur le monument funéraire de Vireius Vitalis, le verbe « docere » apparaît le plus souvent, sous la plume des juristes qui font allusion à l’instruction professionnelle. L’habileté technique de Pagus, le jeune joaillier romain, est saluée par les dédicants de son épitaphe. Il savait (« nouerat ») fabriquer des colliers, d’une main parfaitement formée (« docta dextra »). De fait, l’adjectif doctus fait écho à la doctrina qu’évoque l’épitaphe de Q. Candidius Benignus. L’apprentissage vise à l’acquisition d’un bagage technique constitutif de l’identité et de la fierté des artisans ; bagage qui constitue la doctrina du faber tignuarius arlésien. Celui-ci était acquis, par imitation, même si des extraits littéraires mentionnent d’autres méthodes d’apprentissage, par simulation notamment. Apprenant sur le tas, les élèves contribuaient au travail de l’atelier. Ainsi, la signature de T. Sennius et Amor peut être rapprochée d’un dé de calcaire d’Afrique Proconsulaire portant la marque d’un quadratarius et de ses discipuli11. Par ailleurs, les juristes traitent des conditions dans lesquelles des artisans pouvaient déléguer auprès de leurs discipuli une partie du commerce juridique qu’ils entretenaient avec leur clientèle.

  • 12 RIT, 447 : Iulius hic fuerat nomine summo artificioque Statutus / tractabatque uiris aurum, mulieri (...)
  • 13 Dig., IX, 2, 5, 3 (Ulpien) : Si magister in disciplina uulnerauerit seruum uel occiderit, an Aquili (...)

14Les maîtres-artisans réalisaient donc leurs travaux avec le concours de discentes et d’operarii, avec lesquels ils formaient une communauté de travail. Ainsi, l’épitaphe de L. Aponius Eros, dédiée par sa contubernalis et son discens, tend à souligner l’intégration des apprentis à la sphère familiale de leur employeur. Il en découlait des liens affectifs. L’épitaphe d’un orfèvre de Tarragone12, dont la mémoire est célébrée par un reconnaissant disciple, en apporte le témoignage. Toutefois, la relation entre maître et apprenti consacrait l’autorité du premier, son statut supérieur. Et cette autorité s’exprimait parfois de manière violente, si l’on en croit un fragment d’Ulpien13.

III. Transmission du savoir-faire et statut du maître-artisan

  • 14 Dig., XLVI, 3, 31 : inter artifices longa differentia est et ingenii, et naturae, et doctrinae, et (...)

15L’étude de l’apprentissage permet de mieux comprendre le rapport au travail des artisans, quel que soit leur âge. Tout d’abord, la présence de jeunes apprentis aux côtés des artisans adultes contribue à donner aux seconds le statut de petits entrepreneurs. Les entreprises romaines correspondaient sûrement, dans leur grande majorité, à de petites unités de production. Toutefois, les entreprises strictement individuelles devaient être rares, car l’usage voulait que le maître-artisan soit entouré de quelques subordonnés. Parmi ceux-ci, se trouvaient des discipuli. L’éducation professionnelle apparaît comme une source lucrative de main d’œuvre. Par ailleurs, le savoir-faire, transmis après avoir été reçu, constituait un capital essentiel dans la définition de l’identité des artisans. L’apprenti accédait autant à la maîtrise de gestes techniques qu’à une culture professionnelle, à même de souder un corps de métier par les codes distinctifs qu’elle comprenait. À la lecture des sources, il n’est pas infondé de regarder les artisans romains comme des « hommes de savoir ». L’apologie de la doctrina que contient l’épitaphe de Q. Candidius Benignus n’est pas réductible à la gloriole d’un seul individu. Une série de textes, rédigés dans des contextes très différents, associent le travail aux notions de doctrina, d’experientia ou encore de peritia : à l’enseignement reçu de manière à permettre la mise en œuvre pratique d’une qualification. Un fragment d’Ulpien, par exemple, exprime une vérité générale, en faisant de la doctrina un des éléments de différenciation entre les artifices14. L’adjectif « doctus », qui suppose l’acquisition d’une doctrina, sert parfois à souligner la valeur professionnelle, sous la plume des auteurs satyriques, par exemple. Au total, l’homme de métier peut se considérer comme un homme éduqué, grandi par un savoir progressivement acquis.

  • 15 Paul, Sent., II, 8, 3.
  • 16 CIL X, 1959 : D(is) M(anibus), / M(arcus) Perpernius / Zmaragdus, / Martiali, ma/gistro suo, stru/c (...)

16La détention et la transmission d’un savoir fondent la supériorité du maître-artisan dans le monde du travail. Or, cette supériorité s’exprime par l’affichage d’un titre qui renvoie notamment au rôle d’éducateur : le titre de magister. Sous la plume du juriste Paul15, par exemple, les magistri tabernae sont dits responsables des actes conclus par leurs discipuli. Le terme est utilisé de manière neutre. En revanche, dans la langue épigraphique, « magister » apparaît comme un titre valorisant. Celui-ci peut être associé à une référence, plus ou moins explicite, à l’apprentissage artisanal. Secundinius Felicissimus, orfèvre de Tarragone, apostrophe son magister, Iulius Statutus, en tant que discipulus. De manière significative, un habitant de Pouzzoles utilise un adjectif possessif, au moment d’adresser un dernier salut à un maçon, son maître bien méritant16. Il semble clair que M. Perpernius Zmaragdus a été l’apprenti de Martialis. De fait, dans la langue latine en général, le terme magister s’illustre par sa grande polysémie. Les artisans à qui il est attribué partagent cette appellation avec les maîtres d’école autant qu’avec les magistrats de collectivités publiques ou associatives. Néanmoins, les différents emplois de « magister » dans le monde du travail ne sont pas incohérents. Qu’il soit appliqué au magister d’un discipulus ou au magister d’un collège, le titre repose sur la reconnaissance d’une supériorité, au sein d’une communauté de métier. L’ancienneté, la maîtrise des savoir-faire et le statut d’employeur comptaient parmi les critères essentiels de cette supériorité, tout en habilitant certains artisans à se poser en maîtres d’apprentissage. Le statut de maître-artisan conduisait à des actes visant à assurer la pérennité à la fois des traditions techniques et des entreprises. Le cas de Vireius Vitalis, en qui son père adoptif plaçait l’espoir de ses vieux jours, peut être rappelé. Secundinius Felicissimus exprime, plus explicitement, le sentiment d’appartenir à la lignée de son magister. Grâce à son enseignement, Iulius Statutus laisse en effet des rejetons (suboles), en la personne de ses ministri. Son atelier et son entreprise perdureront, en gardant une « raison sociale » associée à son nom : « per quos ut statio Statutiq(ue) nomen habebit ».

17De fait, l’apprentissage structure le monde romain du travail, en suscitant des solidarités et des communautés durables. Les apprentis restaient souvent auprès de leur formateur, en devenant leurs operarii ; avant, parfois, de prendre leur succession. Pour un maître-artisan, la stabilité d’une main d’œuvre formée par ses soins était sans doute un facteur de confiance, une garantie de voir le travail bien accompli, dans une ambiance qui confortait en soi le sentiment de dominer sereinement son environnement professionnel. Dans des sociétés où le modèle de la clientèle et du patronat était structurant, les magistri et les discipuli étaient liés par des devoirs et des attentes réciproques, de services et d’affection. Ainsi, Secundinius Felicissimus affirme avoir agi à l’égard de son maître avec le sentiment de lui être redevable. L’apprentissage, conçu comme un don créant une dette, est générateur de lien social, de relations personnelles qui organisent des milieux économiques et sociaux.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Andreau J., 1987, La vie financière dans le monde romain : les métiers de manieurs d’argent, Rome, École française de Rome, 792 p. (BEFAR, 265).

Darmon J.-P., 1994, Recueil général des mosaïques de la Gaule. II, Province de Lyonnaise, 5, Partie nord-ouest, Paris, CNRS éd., 137 p.-XCVIII p. (10ème suppl. à Gallia).

De Robertis Fr.-M., 1963, Lavoro e lavoratori nel mondo romano, Bari, Adriatica editrice, XI-436 p.

Duval P.-M., 1977, « Chronique gallo-romaine », Revue des Études Anciennes, 78-79, p. 226.

Gummerus H., 1916, RE, IX, 2, col. 1381-1535, s.v. « Industrie und Handel ».

Pelletier A., 1996, « Les métiers du textile en Gaule d’après les inscriptions », in : Aspects de l’artisanat du textile dans le monde méditerranéen (Égypte, Grèce, monde romain), Lyon, Université Lumière-Lyon 2/Paris, De Boccard, p. 133-136 (Coll. de l’Institut d’archéologie et d’histoire de l’Antiquité, 2).

Schulz-Falkenthal H., 1972, « Zur Lehrlingsausbildung in der römischen Antike », in : Discipuli und discentes, Klio, 54, p. 193-212.

Notes

1 Les contributions les plus larges et synthétiques sont les suivantes : Schulz-Falkenthal, 1972, p. 193-212 ; Gummerus, 1916.

2 CIL XII, 4502 : L(ucio) Aponio Celati / l(iberto) Eroti, pistori / cand(idario), / Venusta, contubern(alis), / et Opseus, di[s]ce[n]s. « À Lucius Aponius Eros, affranchi de Celatus, boulanger faisant du pain blanc, Venusta, sa compagne, et Opseus, son affranchi. »

3 ILingons, 515 ; CIL XIII, 5826.

4 CIL XIII, 3225 (AE, 1978, 500) : T(itus) Sen(nius) c(iuis) Pu/teolanus fec(it) // et Amor, c(iuis) K(aletus), discipulus. « Titus Sennius, de la cité de Pouzzoles et Amor, de la cité des Calètes, ont fait (cette mosaïque). »

5 ICalvet, 107 (CIL XII, 3447).

6 CIL XIII, 2036 : D(is) M(anibus) / et / memoriae aeternae / Valeriae Leucadiae, infantis / dulcissimae quae uixit annis / VI, d(iebus) XXX, et / Virei Vitalis, iuuenis incompa/rabilis ingeni artis fabricae/ferrariae, fratris eiusdem Leu / cadiae quorum mortem soli / XXX dies interfuerunt, corpo / rato inter fabros tign(arios) Lugud(uni), / qui uixit ann(os) XVIIII, m(enses) X, d(ies) VI[I] II, / cuius aetas talis fuit ut uirgo / defunctus sit, cuiusque sapien/tia omnibus amicis et parenti[b(us)] / admirabilis fuit, huius de aeta[te] mors inique iudicauit, / Val(erius) Maximus, uitricus, qui eum / sibi filium adoptauerat et art[e] / educauerat, in quo spem aeta/tis suae conlocauerat, et Iu/lia Secundina, mater infeli/cissima, qui sibi ab eis id fieri spe/rauerant, et / Vireii Marinianus et Secundi/nianus et Val(erius) Secundinus, fra/tres, p(onendum) c(urauerunt) et sibi uiui sub asc(ia) dedic(auerunt). « Aux dieux Mânes et à la mémoire éternelle de Valeria Leucadia, très douce enfant qui vécut six ans et trente jours, et de Vireius Vitalis, jeune homme d’un talent incomparable dans l’art de façonner le fer, membre du corps des charpentiers de Lyon, frère de la même Leucadia – ils sont morts à seulement trente jours d’intervalle – qui vécut dix-neuf ans, dix mois et neuf jours. Il était d’une telle jeunesse qu’il est mort vierge, et que par sa sagesse il faisait l’admiration de ses amis et de ses parents. La mort s’est méprise sur son âge. Valerius Maximus, son beau-père, qui l’avait adopté, l’avait instruit dans son art et avait placé en lui l’espérance de ses vieux jours, et Iulia Secundina, sa mère malheureuse – qui avaient espéré recevoir d’eux l’hommage qu’ils leur rendent – et Vireius Marianus, Vireius Secundinianus et Valerius Secundinus, leurs frères, ont élevé ce tombeau et l’ont dédié sous l’ascia. »

7 CIL XIII, 5154 : D(is) M(anibus), / Camill(ius) Polynices, / natione Lydus, artis / aurifex, corporis / [f]abr(um) tignuariorum, / apud eosdem omnib(us) / [h]onoribus functus, / [---] / us uixit ann(is) LX[---], / [e]t Camillio Paulo, / [f]ilio, eiusdem artis / [e]t corporis, qui uixit / annos aetatis XXXIII. « Aux dieux Mânes. Camillius Polynices, Lydien, orfèvre de métier, membre du corps des charpentiers, ayant accompli tous les honneurs auprès d’eux, a vécu... années... (pour lui) et pour Camillius Paullus, son fils, exerçant le même métier et appartenant au même corps, qui a vécu trente-trois ans. »

8 CIL XIII, 8345 : Iulio Verino, / fulloniae artis magistro, / Alexander, frater, / p(osuit).

9 CIL XII, 722 (CLE, 483) : D(is) M(anibus), //
Q(uinti) Candi[di] Benigni, fab(ri) tig(nuarii) c/orp(orati) Ar(elate),
ars cui summa fuit / fabricae, studium, doctrin(a), / pudorque,
quem magni / artifices semper dixsere / magistrum ;
doctior hoc ne/mo fuit, potuit quem uinc/ere nemo,
organa qui nosse/t facere, aquarum aut duce/re cursum ;
hic co[n]uiua fui/t dulcis, nosset qui pasce/re amicos,
ingenio studio/docilis animoque benig/nus ;
Candidia Quintina, / patri dulcissimo et Val(eria) / Maxsimina, coniugi kar(issimo).
« Aux dieux Mânes de Quintus Candidius Benignus, membre du corps des charpentiers d’Arles. Le plus grand savoir-faire artisanal, l’intense application, le savoir et la pudeur le carctérisaient, lui que les grands artisans ont toujours qualifié de maître. Personne ne fut plus savant, personne ne pouvait le surpasser, lui qui savait construire des machines hydrauliques ou diriger le flux des eaux. C’était un doux convive qui savait nourrir ses amis, doté d’un caractère docile et d’une âme bienveillante. Candidia Quintina, au plus doux des pères, et Valeria Maximina, au plus cher des époux. »

10 CIL VI, 9437 ; CLE, 403 : D(is) M(anibus). / Quicumque es, puero lacrimas effunde, uiator. /Bis tulit hic senos primaeui germini<s=T> annos, / deliciumque fuit domini, spes grata parentum, / quos male deseruit longo post fata dolori. /Nouerat hic docta fabricare monilia dextra/et molle in uarias aurum disponere gemmas. /Nomen erat puero Pagus. At nun<c=T> funus acerbum / et cinis in tumulis iacet et sine nomine corpus. /Qui uixit annis XII, / mensibus VIIII, diebus XIII, ho(ribus) VIII. « Aux dieux Mânes. Qui que tu sois, verse tes larmes sur cet enfant, passant. Il porta les deux fois six années du germe du premier âge ; il fut le garçon chéri de son maître, l’espoir agréable de ses parents qu’il abandonna malheureusement à une longue douleur, après l’accomplissement de son destin. Il savait fabriquer des colliers d’une main bien formée et disposer, avec délicatesse, différentes pierres précieuses dans de l’or. L’enfant avait pour nom Pagus. Et maintenant, mort prématurée, cendre parmi les tertres, il gît, corps sans nom. Il a vécu douze ans, neuf mois, treize jours, huit heures. »

11 ILAfr, 79 : [E]x of(f)icina // Bas(s)i, quadra/tari(i), Aggerita/ni, // cum suis discipulis.

12 RIT, 447 : Iulius hic fuerat nomine summo artificioque Statutus / tractabatque uiris aurum, mulieribus atque puellis. / Plenus omni ope, moribus, uita, discipulina beatus, / non uno contentus erat, pluribus gaudebat amicis. / H(a)ec illi semper uita fuit : mane et sexta lauari. / Reliquit suboles suae posteros stationis futuros, / per quos ut statio Statutiq(ue) nomen habebit, / tres paene aetate pares artificio ministros. / Scripsi haec unus ego ex discipulis prior omnibus illis, / Secundinius Felicissimus ego, set nomine tantum,/hoc quot potui, magister : tibi contraria munera fo[ui ?]. /Addo scriptura tuis tumulis sensus, siue exter ubique / serues utque tuos amicos meque cum illis ;/ ut quotienscumque tibi annalia uota dicamus, / ut et uoce pia dicamus : Carnunti sit tibi terra leuis. « Ici repose Iulius Statutus qui fut très grand par son nom et son art et qui travaillait l’or pour les hommes, les femmes et les jeunes femmes. Plein de ressources de toutes sortes, heureux dans ses mœurs, sa vie, sa discipline, il ne se contentait pas d’un seul ami, mais jouissait de l’amitié de beaucoup. Telle fut toujours sa vie : se laver le matin et à la sixième heure. Il laisse pour héritiers futurs de son atelier, ceux par qui, comme l’atelier, sera conservé le nom de Statutus : trois serviteurs d’un âge et d’un art presque égaux. Moi, l’un de ces disciples, le premier de tous, j’ai écrit ces mots, moi, Secundinius Felicissimus, mais seulement de nom. Maître, j’ai fait ce que j’ai pu, et j’ai choyé les services reçus de toi en retour. J’ajoute à ces mots, affecté par ton tombeau, que tu conserves, au loin et ici, tes amis, et moi avec eux, de sorte que nous formulons pour toi des vœux annuels et que nous disons d’une voix pieuse : (à ?) Carnuntum, que la terre te soit légère. » (d’après J. Gomez Pallarès). »

13 Dig., IX, 2, 5, 3 (Ulpien) : Si magister in disciplina uulnerauerit seruum uel occiderit, an Aquilia teneatur, quasi damnum iniuria dederit ? Et Iulianus scribit Aquilia teneri eum, qui eluscauerat discipulum in disciplina. Multo magis igitur in occiso idem erit dicendum. Proponitur autem apud eum species talis : sutor, inquit, puero discenti ingenuo filio familias, parum bene facienti quod demonstrauerit, forma calcei ceruicem percussit, ut oculus puero perfunderetur. Dicit igitur Iulianus iniuriarum quidem actionem non competere, quia non faciendae iniuriae causa percusserit, sed monendi et docendi causa. An ex locato, dubitat, quia leuis dumtaxat castigatio concessa est docenti. Sed lege Aquilia posse agi non dubito. « Si un maître blesse ou tue un esclave durant son apprentissage, est-il soumis à la loi Aquilia, pour avoir commis un dommage d’iniuria ? Julien écrit qu’est soumis à la loi Aquilia celui qui a éborgné son apprenti pendant l’apprentissage. Il faudra donc s’exprimer de même, d’autant plus, en cas de mort. Julien met aussi ce cas en avant. Un cordonnier frappa au cou, avec une forme, un fils de famille ingénu en apprentissage, qui n’avait pas assez bien fait ce qu’il lui avait montré, de sorte que le garçon perdit son œil. Julien affirme que, dans ce cas, l’action pour les iniuriae ne s’applique pas, car le cordonnier a porté un coup, non pour commettre une iniuria, mais pour corriger et instruire l’apprenti. Julien se demande si peut s’appliquer une action sur le contrat de location, puisque l’enseignant n’a le droit d’administrer qu’un châtiment léger. Mais je ne doute pas que l’action puisse être menée en vertu de la loi Aquilia. »

14 Dig., XLVI, 3, 31 : inter artifices longa differentia est et ingenii, et naturae, et doctrinae, et institutionis.

15 Paul, Sent., II, 8, 3.

16 CIL X, 1959 : D(is) M(anibus), / M(arcus) Perpernius / Zmaragdus, / Martiali, ma/gistro suo, stru/ctori, b(ene) m(erenti).

© ARTEHIS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search