Version classiqueVersion mobile

Aspects de l’artisanat en milieu urbain : Gaule et Occident romain

 | 
Pascale Chardron-Picault

L’apport des sources : archéologie, épigraphie et iconographie

L’apport de la documentation épigraphique à la connaissance de l’artisanat à Narbonne (fin ier siècle av. J.-C. – ier siècle ap. J.-C.)

Maria Luisa Bonsangue

Résumé

La documentation épigraphique sur l’artisanat à Narbonne laisse apprécier l’importance de l’activité productive dans une ville connue surtout pour le dynamisme des échanges commerciaux. Elle contribue, en outre, à retracer le statut des artisans au sein de la société locale et à établir l’existence d’une hiérarchie relative des activités artisanales en tant que sources de richesse et de prestige. En s’appuyant sur les données minces de l’archéologie, elle permet enfin de formuler des hypothèses sur une éventuelle exportation à l’échelle régionale de la production urbaine entre l’époque augustéenne et le début du Haut-Empire.

Texte intégral

  • 1 Pour une synthèse récente sur ces questions et sur les notions de « ville de production » et de « v (...)
  • 2 À ce propos, Morel, 1992, p. 267-302 et, plus récemment, Béal, Goyon, 2002.

1L’étude de l’artisanat dans une ville de l’Empire romain comme Narbonne apporte une réponse ponctuelle aux questions que les historiens se sont posées à propos de l’économie et de la société antique et relance, à l’échelle d’un microcosme, les débats sur les questions suivantes : quelle est l’importance de la production artisanale en milieu urbain ?1 Quels sont le statut social et le niveau d’intégration des artisans dans la société romaine ?2 Narbonne constitue un exemple extrêmement bien documenté qui permet de compléter les connaissances sur les systèmes socio-économiques dans l’Antiquité.

  • 3 Strabon, Géographie, 4, 1, 6 et 12 et Diodore de Sicile, Bibliothèque Historique, 5, 38, 4-5, qui s (...)

2Colonie de citoyens romains depuis 118 av. J.-C. et capitale de la province de Transalpine puis de celle de Narbonnaise (Gayraud, 1981, p. 119-136 et 375-384), Narbonne apparaît dans les textes d’époque républicaine et augustéenne comme « l’emporion de la Celtique entière », c’est-à-dire un pôle commercial de premier plan3. En effet, elle était située à l’entrée de l’Isthme gaulois et constituait la plaque tournante des trafics méditerranéens en Gaule (Roman, 1983, p. 102-105 ; Sanchez, 2002, p. 117-123). Les sources littéraires, épigraphiques et archéologiques contribuent à montrer qu’elle contrôlait l’exploitation des ressources du sol et du sous-sol d’un arrière-pays très vaste (Christol, 2002, p. 41-54). Plus particulièrement, une documentation abondante qui date des dernières décennies de la République jusqu’à la fin du ier siècle ap. J.-C., témoigne de l’existence dans cette ville de plusieurs activités économiques, et notamment d’activités artisanales (Bonsangue, 2002, p. 201-232).

3Cette documentation est essentiellement épigraphique. Si pour la plupart des villes antiques, ce sont les sources archéologiques qui apportent le plus d’éléments permettant de reconstituer les réalités de l’artisanat urbain, dans la capitale de la Narbonnaise, c’est l’épigraphie qui offre la majorité des renseignements sur cette activité. De telles informations viennent compléter les données de l’archéologie plus minces et lacunaires, aujourd’hui rassemblées dans la Carte Archéologique de la Gaule 11/1 (Dellong, 2002). Or, la documentation épigraphique, même si elle est connue depuis le livre de Michel Gayraud (Gayraud, 1981, p. 479-558), n’a pas été reconnue à sa juste valeur, ni totalement exploitée. De plus, la découverte de nouvelles inscriptions à Narbonne, conjointement aux éclairages apportés par la bibliographie récente sur les milieux du travail dans le monde romain (Andreau, 1987 ; Cristofori, 1994 ; Veyne, 2000 ; Tran, 2007), invite à réexaminer l’ensemble de l’épigraphie des métiers de la ville.

  • 4 Il s’agit du volume XII du Corpus Inscriptionum Latinarum, édité par O. Hirschfeld en 1888 ; du vol (...)

4Dans ma thèse de doctorat, j’ai effectué une reprise critique de cette documentation en me fondant sur les principaux recueils épigraphiques et les découvertes récentes (Bonsangue, 2006b, p. 217-433)4. Celle-ci se compose d’un corpus d’inscriptions funéraires, mentionnant des métiers exercés à Narbonne. Il s’agit des métiers du commerce maritime et de la banque, des métiers liés à l’exercice des professions libérales, mais aussi des métiers concernant le monde de l’artisanat urbain. Le recensement établit un total de 53 métiers différents connus par 81 inscriptions qui s’échelonnent des dernières décennies de l’époque républicaine à la fin du ier siècle après J.-C. Ce corpus exceptionnel n’est dépassé que par celui de Rome, avec ses 160 métiers rassemblés pour toute la période antique (Bonsangue, 2002, p. 206). Si on laisse de côté les métiers du commerce maritime et les professions libérales (medicus, medicus ocularius, etc.), il est possible d’isoler à Narbonne un total de 42 métiers différents relevant de l’artisanat en ville, connus par 59 attestations épigraphiques.

  • 5 Sur ces définitions, voir aussi De Robertis, 1963, p. 13, p. 66-67 et p. 80-83.

5L’analyse s’appuie sur une définition large du terme artisanat, qui comprend non seulement la production de biens matériels finis mais aussi l’activité de gérants d’échoppe, de petits commerçants et de revendeurs, qui, à l’époque romaine, composaient le monde multiforme des métiers urbains (Morel, 1987, p. 128-129). En effet, les inscriptions prises en considération font référence aussi bien à des travailleurs attachés à la production d’objets mobiliers manufacturés (aurifices, fabri aerarii) qu’à des travailleurs impliqués dans la gestion de petites boutiques pour la mise à disposition de marchandises et de « services » (lardarii, tonsores et copones)5. Tous ces personnages correspondent aux opifices/artifices et tabernarii, que S. Treggiari avait étudiés à travers la documentation de Rome (Treggiari, 1980, p. 52). En outre, dans les épitaphes narbonnaises apparaissent de façon prioritaire des artisans indépendants qui travaillent dans la sphère publique.

6Dès lors, il est légitime de poser la question des apports et des limites de cette riche documentation pour évaluer l’importance de l’artisanat à Narbonne entre les dernières décennies de la République et le ier siècle ap. J.-C.

7Cette documentation, qui n’a certes qu’une valeur d’échantillon, atteste l’existence d’un artisanat urbain prospère et varié, exercé par des hommes de métier de statut moyen, et malgré ses lacunes, en partie comblées par les données de l’archéologie, autorise à formuler des hypothèses sur une relative importance de la production artisanale à Narbonne.

Une activité artisanale prospère et variée

  • 6 Ce décompte a été fait pour Aquilée sur les indices du volume V du CIL et sur les indices des Inscr (...)
  • 7 Sur les différentes raisons qui pourraient expliquer la répartition inégale dans le monde romain de (...)

8L’abondance de la documentation épigraphique sur les métiers de l’artisanat à Narbonne est significative, comparée à ce dont on dispose pour d’autres villes du monde romain connues comme étant des pôles d’artisanat très florissants dans l’Antiquité. Alors que dans la capitale de la Narbonnaise les inscriptions permettent de recenser 42 métiers de l’artisanat sur un total de 53 attestations épigraphiques, on ne trouve à Aquilée que 21 métiers différents sur un total de 38 occurrences épigraphiques, 11 à Pouzzoles sur un total de 29 et seulement 10 à Capoue sur un total de 206. Il semble peu probable que cette disparité quantitative puisse être attribuée au hasard des découvertes épigraphiques. Certes, on pourrait expliquer ces chiffres par des différences d’habitudes épigraphiques d’une région à l’autre de l’Empire ou par des différences de mentalités qui auraient plus ou moins incité les artisans à mentionner leur activité sur les inscriptions7. Cela étant dit, Narbonne était une ville peuplée par beaucoup d’Italiens qui avaient gardé les coutumes épigraphiques importées d’Italie. La mentalité à Narbonne ne devait pas être très différente de celle d’Aquilée qui, elle aussi, était une colonie éloignée du centre du pouvoir, Rome, où le poids des préjugés aristocratiques devait être le plus écrasant. Il faut davantage penser que l’abondance des attestations épigraphiques des métiers de l’artisanat à Narbonne est significative d’une réalité spécifique à la ville. Ces métiers se laissent classer en deux domaines principaux : d’une part les métiers de l’alimentation et « des services aux particuliers » et, d’autre part, les métiers consacrés à la fabrication et la vente de produits finis.

Les métiers de l’alimentation et des « services »

  • 8 CIL XII, 4472 (D. 7494) ; CIL XII, 4482 ; ILGN, 588 ; CIL XII, 4483 (D., 7497a) et CIL XII 5001 ; C (...)
  • 9 CIL XII, 5967 ; CIL XII, 4468 add. ; CIL XII, 5968 ; CIL XII, 4377 (D., 7476) ; CIL XII, 4470 ; CIL(...)

9Huit attestations épigraphiques concernent l’alimentation et font référence à six métiers différents. Il y a un fabarius (marchand de fèves), un lanius (boucher), deux lardarii (charcutiers), un olearius (marchand d’huile), deux pistores et un propola [s]al[is ?] (revendeur de sel ?)8. Quant aux services, quatorze attestations épigraphiques se réfèrent à huit métiers différents : un balneator (intendant aux bains), un cocus (cuisinier), deux aubergistes (copo et hospitalis), un culinarius (aide-cuisinier), un iumentarius (conducteur de bêtes de somme), une plicatrix (plieuse d’habits), six tonsores (coiffeurs) et un turarius (marchand d’encens)9.

  • 10 CIL XII, 4377 (D., 7476) ; CIL XII, 4517.

10Le fait de trouver plusieurs attestations pour le même métier indique que ces activités étaient largement pratiquées car elles étaient sans doute assez rentables. Certaines appellations professionnelles ne sont connues dans la documentation romaine qu’à travers les inscriptions de Narbonne. C’est le cas du métier d’hospitalis, aubergiste, ou de celui de tonsor humanus (barbier pour hommes et femmes en opposition au tondeur d’animaux)10. Quelques activités, comme celle de cabaretier et d’aubergiste par exemple, semblent relativement lucratives car elles attiraient des étrangers qui s’implantaient à Narbonne : ainsi L. Licinius Capito, copo, était-il originaire de Fréjus (Christol, 2005, p. 49-52) et L. Afranius Eros, hospitalis venait-il de Tarragone (Bonsangue, 2006a, p. 39-43). La capitale provinciale, qui comptait probablement à elle seule 30 000 habitants environ, accueillait de nombreux immigrés ou étrangers de passage, qui ensemble ont dû favoriser le développement de ces activités.

11Au total, vingt-deux attestations épigraphiques de quatorze métiers différents témoignent d’un monde des boutiques liées à l’alimentation et aux petites tâches de la vie quotidienne, qui était assez effervescent et dynamique. Ces petites professions urbaines devaient exister aussi dans toutes les villes du monde romain, même si elles n’y sont pas toujours attestées. En revanche, les métiers de l’artisanat produisant des biens manufacturés destinés à la vente paraissent plus nombreux et plus typiques de Narbonne.

Les métiers de la production de biens manufacturés et de leur vente

  • 11 CIL XII, 3220 (Nîmes).

12Ce sont des activités qui portaient sur le travail des matières premières en provenance de la campagne et qui servaient à la production d’objets finis. Cet artisanat de fabrication était souvent exercé dans des boutiques qui s’occupaient aussi de la commercialisation des produits. Parfois, les fabricants vendaient leurs produits à des marchands, qui se chargeaient de leur diffusion et qui étaient désignés par le type de marchandise vendue. Il est, dans quelques cas, difficile de savoir si certains de ces noms de métiers se réfèrent aux boutiquiers/producteurs ou aux négociants spécialisés dans la vente des produits : c’est le cas par exemple du métier de uestiarius qui pourrait se référer à un tailleur ou à un marchand d’habits. Cependant, même s’il est délicat de proposer une traduction exacte, les activités de vente devaient, selon toute probabilité, dépendre des unités de production locale dont on doit supposer l’existence à Narbonne. Autrement les commerçants venus d’ailleurs auraient ouvertement indiqué l’origine lointaine de leur marchandise, comme le uestiarius italicus de Nîmes11. Compte tenu de ces éléments, la documentation révèle un artisanat développé dans plusieurs domaines.

  • 12 CIL XII, 4456 ; CIL XII, 4391 ; CIL XII, 4464 ; CIL XII, 4465 ; CIL XII, 4473 ; CIL XII, 4474 ; CIL(...)

13On peut identifier à Narbonne un artisanat des métaux, clairement défini et représenté par sept métiers différents pour une douzaine d’attestations concernant un anularius, trois aurifices, un faber aerarius (bronzier), un faber argentarius (bijoutier), un ferrarius, quatre limarii (serruriers) et un uasclarius (fabricant de vases en or et en argent)12. Le fer tiré des mines des Martys et le cuivre extrait des mines des Corbières, ainsi que l’argent provenant de celles du Biterrois, étaient acheminés en ville par la voie terrestre (voie d’Aquitaine, voie des Corbières, voie Domitia) ou par la voie fluviale. Ces sites miniers étaient donc reliés à la ville : des exploitants narbonnais sont attestés dans les gisements d’argent du Biterrois dès l’époque républicaine (Christol, Bellan, 1986, p. 33-44).

  • 13 CIL XII, 4481 ; CIL XII, 4480 ; CIL XII, 5969 ; CIL XII, 4484 ; CIL XII, 5970 ; CIL XII, 5973 ; CIL(...)
  • 14 Cicéron, Pro Quinctio, III, 12.
  • 15 À ce propos, voir aussi la contribution de Marquita Volken dans le présent volume.

14L’artisanat textile était, avec le travail des métaux, une des activités les plus caractéristiques de Narbonne. Sept métiers sont évoqués dans onze inscriptions mentionnant par exemple deux lanarii (artisans de la laine), un linarius, un lintiarius (marchand de produits en lin), un lintio (artisan du lin), un mercator panu(n)cularius (marchand de bobines de fil), un purpurarius (teinturier), un sagarius (fabricant ou marchand de sayons) et trois uestiarii (tailleurs ou marchands d’habits)13. Les matières premières provenaient des domaines de l’arrière-pays narbonnais, dont certains appartenaient aux negotiatores italiens, comme ceux de Quinctius et Naevius, mentionnés dans le Pro Quinctio de Cicéron14. Les élevages des domaines ruraux fournissaient la laine et les peaux pour les ateliers textiles et pour ceux du traitement du cuir15.

  • 16 CIL XII, 4466 ; CIL XII, 4980 ; CIL XII 4500 ; CIL XII, 4510 ; CIL XII, 4513.

15En ce qui concerne le travail du cuir, cinq métiers sont attestés dont un capistrarius (sellier), un coriarius (tanneur), un pellio (fourreur), un solearius (fabricant de chaussures), un tabernac(u)larius (fabricant de tentes en cuir, ou garnies en cuir à l’usage surtout des troupes)16. Ces différentes appellations professionnelles semblent renvoyer aux différentes étapes de la chaîne productive dans le travail du cuir, du tannage des peaux à la production d’objets finis (Leguilloux, 2004).

  • 17 CIL XII, 4467 add. (D., 7635) ; CIL XII, 4781 add. ; ILGN, 580 ; CIL XII, 4477 ; CIL XII, 4479 (D., (...)
  • 18 CIL XII, 4478 add. et CIL XII, 4612 ; CIL XII, 4455 (D., 7650).

16Le travail du bois et de la construction faisait également appel aux matières locales et on en trouve sept attestations : il est représenté par un clauarius materiarius (fabricant de chevilles en bois), un faber tout court, un faber lapidarius (tailleur de pierres), un faber tignuarius (charpentier), un gypsarius (stucateur - décorateur) et un structor (maçon)17. Ces activités paraissent cependant moins bien attestées par l’épigraphie que le travail des métaux et du textile. Enfin, il existait aussi des travailleurs de l’argile comme le figulus et l’ampullarius (producteur de fioles en verres ou en argile)18. Il est intéressant de noter que ce métier de figulus apparaît rarement dans les inscriptions.

17Cette documentation abondante témoigne de l’existence à Narbonne d’une activité de production d’objets manufacturés extrêmement variée qui s’exerce dans plusieurs domaines bien définis en fonction des matières travaillées. On compte trente-neuf attestations concernant vingt-neuf métiers différents. Le nombre important d’attestations de certains métiers dans un domaine précis montre que celui-ci devait être florissant et dynamique. Les artisanats les plus caractéristiques de Narbonne semblent être ceux du fer et de l’orfèvrerie ; viennent ensuite celui du textile et celui du cuir. Le travail de l’argile n’était pas négligeable non plus puisque le métier de figulus est rarement attesté ailleurs. Or, la documentation épigraphique est assez ample pour permettre de formuler des hypothèses sur l’extension de la clientèle des artisans narbonnais.

Des unités productives spécialisées desservant une clientèle assez large

  • 19 CIL XII, 4502.

18Les métiers sont très précisément définis : par exemple dans le domaine de l’alimentation, il n’y a pas seulement un pistor mais aussi un pistor candidarius (le boulanger qui fait du pain blanc)19 ; dans le domaine de l’orfèvrerie, existent l’aurifex (orfèvre), l’anularius (fabricant de bagues) et le uasclarius (fabricant de vases en or et en argent). On sait qu’à Narbonne, comme ailleurs dans le monde romain, cette extrême précision lexicale ne répond pas au principe de la « division du travail » dont le but serait la parcellisation des tâches pour augmenter la production. Elle reflète, en revanche, une certaine tendance à la « division des métiers » qui viserait surtout à améliorer la qualité de l’objet fini (Andreau, 2004, p. 120-121). En tout cas, il est clair que cette spécialisation des métiers présuppose une clientèle importante aux exigences diversifiées. La clientèle des artisans narbonnais n’était peut-être pas seulement locale et de passage : elle dépassait probablement les limites de la cité, Narbonne étant la seule grande ville romaine de la région jusqu’à l’époque augustéenne. Elle constituait un marché riche où l’on trouvait de tout, des produits d’importations et des productions locales. Beaucoup de personnes venaient s’y approvisionner : la population de la ville et de la campagne certes, mais aussi les indigènes et les Italiens qui occupaient le vaste arrière-pays soumis au régime de l’ager publicus provincial s’étendant autour de la cité (Christol, 2002, p. 50-51). L’impression est que cet artisanat ne répondait donc pas aux seuls besoins locaux.

19Finalement, l’épigraphie révèle un monde de l’artisanat très prospère aussi bien pour les petites professions urbaines que pour les boutiques et ateliers qui produisaient des objets finis destinés à la vente. La production artisanale à Narbonne devait être assez considérable. La spécialisation des métiers suggère que les artisans narbonnais produisaient pour une clientèle assez nombreuse dont l’ampleur dépassait probablement le cadre de la cité. Cette même documentation permet aussi d’identifier le statut juridique des artisans, leurs conditions d’activité et leur niveau de richesse relatif.

Des hommes de métier d’un niveau social « moyen »

20Pour connaître la place occupée par les artisans de Narbonne dans les structures sociales de la cité, il est d’abord nécessaire d’appréhender leur statut juridique et d’évaluer les conditions d’exercice de leur activité. Il s’agit en somme d’identifier leur « statut de travail » (Andreau, 1987, p. 25-33 et 2001, p. 128-130), à savoir « l’organisation matérielle de la vie de travail ; le mode de rémunération et l’influence qu’il exerce sur la mentalité de l’agent » (Andreau, 1992, p. 232). Il faut aussi essayer d’établir quel était leur niveau de richesse relatif et si des conditions sociales différentes et hiérarchisées existaient en fonction des métiers pratiqués.

Statut juridique et conditions d’activité

  • 20 CIL XII, 4509 ; CIL XII, 4467 ; CIL XII, 4456 ; CIL XII, 4483 ; CIL XII, 4516.
  • 21 Il s’agit en effet de cognomina appartenant à des affranchis aux gentilices italiens : Licinus (CIL(...)
  • 22 CIL XII, 4422 : V(iuit). Q(uintus) Terentius Q(uinti) l(ibertus) Serenus, / Q(uinto) Terentio Q(uin (...)
  • 23 CIL XII, 4502 : L(ucio) Aponio Celati / l(iberto) Eroti, pistori / cand(idario), / Venusta contuber (...)
  • 24 CIL XII, 4455 :------ / C(ai) l(ibertus) Philomusus, / ampullarius, / frugi, heic est / sepultus. « (...)
  • 25 CIL XII, 4468 add. : Viuit. / M(anius) Egnatius / Lucius, cocus, / Antistia (mulieris) l(iberta) El (...)
  • 26 À ce propos, voir les conclusions de J.-Cl. Béal dans le présent volume.

21Le statut juridique des hommes de métier de Narbonne reste, pour la plupart des cas, assez modeste : on retrouve une majorité d’affranchis ou d’affranchis d’affranchis, tandis que les ingénus sont peu nombreux. La plupart de ces affranchis ont été libérés par des individus d’origine italienne, comme leurs gentilices, parfois très rares, le laissent penser (Actorius, Cervius, Consius, Nerfinius, Voltilius, etc.)20. Les noms celtiques sont peu présents21. Ces artisans ont dû acquérir un savoir-faire très spécialisé auprès de leurs anciens maîtres pendant leur état servile. Ce savoir-faire était vraisemblablement imprégné d’usages importés d’Italie. En ce qui concerne les conditions matérielles de l’exercice de leur activité (le statut de travail), il est clair que les artisans de Narbonne n’agissent pas dans la sphère domestique mais sont des travailleurs indépendants opérant pour le public. Ils semblent en outre être les responsables de leurs boutiques, sinon les propriétaires (Tran, 2007, p. 119-141). Souvent les épitaphes montrent que les artisans partagent leur tombeau avec leurs esclaves et leurs affranchis. Dans ce cas là, ces derniers ne portent pas la mention du métier et semblent alors être des subordonnés ou des employés dans la boutique de leurs maîtres. Dans quelques exemples, c’est l’affranchi lui-même qui dédie le tombeau à son patron qui seul porte la mention du métier (uestiarius)22. On a aussi le cas d’un artisan, pistor candidarius, qui dispose d’un apprenti (discens)23. Ces personnages gèrent donc leurs activités à l’aide de quelques esclaves et affranchis qui ne sont jamais très nombreux, deux ou trois tout au plus. Les formes juridiques qui régissaient les relations entre les responsables des firmes artisanales et leurs collaborateurs (préposition, location, société), devaient être des plus variées (Aubert, 1994 ; Andreau, 2004, p. 111-126). Fiers de leur travail, les artisans de Narbonne mettent en évidence leur profession sur les épitaphes par l’ordinatio épigraphique (fig. 1)24 et en faisant graver parfois sur la pierre les outils de métiers (fig. 2)25. Ce sont des témoignages d’un travail valorisant qui leur a apporté une certaine réussite économique26.

Fig. 1. Narbonne, épitaphe d’un artisan. Inscription mentionnant un ampullarius, CIL, XII, 4455 (cliché Centre Camille Jullian).

Des artisans d’un niveau social « moyen »

  • 27 CIL XII, 4422 et CIL XII, 4391.
  • 28 CIL XII, 4500 : Anicia T(iti) f(ilia) / Hilara, u[iua], / sibi fecit [et] / Sex (to) Vibio [Sex(ti) (...)
  • 29 C’est le cas par exemple des saccarii (porteurs de sacs) de Rome (CIL VI, 4417).

22Cette réussite économique permet aux artisans de Narbonne de disposer de sépultures individuelles ou « familiales » de belle facture et de dimensions semblables à la moyenne des autres sépultures narbonnaises (15 pieds de long et 15 pieds de large) (Gayraud, 1981, p. 311). L’élévation d’un tombeau est le signe d’une réussite sociale due, dans le cas de ces artisans, à leur travail. En outre, les hommes de métier peuvent parfois acquérir le titre de seuir Augustalis, comme les affranchis Quintus Terentius Daphnus, uestiarius, et Lucius Cornelius Optatus, aurifex27. L’obtention de ce sacerdoce municipal pour des travailleurs de statut affranchi traduisait un enrichissement certain reconnu par la communauté car cette charge était payante. Cette dignité plaçait les travailleurs au sommet des couches plébéiennes de la cité. Certains artisans peuvent aussi contracter des mariages assez prestigieux avec des femmes de naissance libre, comme l’affranchi Sextus Vibius Pamphilus, pellio, qui épouse l’ingénue Anicia Hilara28. C’était probablement la réussite économique dans l’exercice du métier qui permettait à un ancien esclave de constituer une union légitime avec une femme libre. Ces éléments font penser que les artisans appartiennent à un milieu plébéien relativement aisé. Cependant, aucun travailleur ne semble avoir atteint le seuil des élites foncières ni avoir obtenu des magistratures locales. Les artisans de Narbonne semblent se situer à un niveau intermédiaire entre ceux qui disposent de véritables fortunes foncières et les individus les plus pauvres de la société. En effet, même si les témoignages manquent, il existait sans doute à Narbonne, ainsi que dans d’autres villes romaines, des groupes de travailleurs encore plus pauvres qui n’avaient pas les moyens de se faire ériger des tombeaux individuels ; ceux-ci atteignaient une certaine visibilité épigraphique seulement par le biais des sépultures collectives dans les cadres des collèges29. En somme, même si leur ascension sociale ne leur permet pas d’accéder à l’élite municipale, et encore moins à l’élite impériale, les artisans de Narbonne avaient acquis un niveau de richesse que l’on peut qualifier de « moyen ». Ils semblent relever de ce groupe social que P. Veyne appelait la plebs media (Veyne, 2000, p. 1169-1199), même si cette notion nécessite des nuances et doit être employée avec précaution (Bonsangue, 2006b, p. 687 ; Tran, 2006, p. 46-48).

Fig. 2. Narbonne, épitaphe d’un artisan. Inscription portant le dessin d’un couteau, CIL, XII, 4468 (cliché Centre Camille Jullian).

Des métiers hiérarchisés

  • 30 CIL XII, 4422 ; CIL XII, 4391 ; CIL XII, 4500 et CIL XII, 4481 : C(aius) Nigidius / Primus, / lanar (...)
  • 31 Grenier, 1959, no 33, p. 212 : (Thêta nigrum). / Viuit. / Sex(tus) Statius Sex(ti) l(ibertus) / Ruf (...)

23Dans ce milieu plébéien de niveau moyen, des différences de statut et de richesses peuvent être discernées en fonction du métier exercé. L’analyse fine de la documentation laisse l’impression que certains métiers étaient plus valorisants que d’autres. On peut le déduire à partir de certains indices épigraphiques concernant le statut juridique de l’artisan, les dimensions du tombeau, les mariages avec des femmes de condition ingénue, la présence de titres honorifiques et l’existence de personnel subordonné, esclave ou affranchi. À Narbonne, les métiers du textile, des métaux et du cuir semblent plus valorisants que les métiers de l’alimentation et des services. Dans ces derniers, l’on retrouve une majorité d’affranchis d’affranchis qui possèdent des sépultures plus modestes que la moyenne des sépultures narbonnaises, qui ont fait des mariages peu prestigieux et qui ne disposent pas de personnel subordonné ni de titres honorifiques. C’est ainsi qu’au sommet de la hiérarchie des artisans de Narbonne se situent des individus comme le uestiarius et l’aurifex, qui étaient seuiri augustales ; de même, le pellio qui avait épousé une ingénue et le lanarius qui avait affranchi deux de ses anciens esclaves30. À l’autre bout de l’échelle, on peut placer des travailleurs tels que les deux frères tonsores qui n’ont pu se procurer qu’un tombeau plus petit que les autres artisans (douze pieds de long et de large)31.

24En fin de compte, l’épigraphie révèle que le statut juridique des artisans narbonnais reste assez modeste. Il s’agit néanmoins de travailleurs indépendants, propriétaires ou responsables de leurs boutiques, fiers de leur travail qui leur assure une certaine aisance. La réussite dans le métier leur permet parfois d’être reconnus par la cité (seuiri Augustales) et de conclure des mariages avec des femmes ingénues. Des signes extérieurs de richesse sont plus facilement perceptibles dans le cas des artisans produisant des biens manufacturés ; au contraire, ceux qui travaillent dans l’alimentation ou qui fournissaient certains « services » à la population, semblent avoir un statut plus modeste et un niveau de vie plus bas. Mais ces apports essentiels de l’épigraphie pour la connaissance de l’artisanat et des artisans à Narbonne n’épuisent pas toutes les questions.

Limites de la documentation épigraphique de Narbonne

25L’épigraphie présente certaines limites : le recours à l’archéologie est nécessaire pour évaluer ou, au moins, formuler des hypothèses sur l’importance du développement de l’artisanat à Narbonne. Dans ce domaine, plusieurs points restent à éclaircir, concernant l’implantation topographique des unités artisanales, les traces matérielles de leur production et l’ampleur de celle-ci.

L’implantation topographique des ateliers et des boutiques (fig. 3)

  • 32 CIL XII, 4503.
  • 33 CIL XII, 4429-4430 : [---] pr(aetor) duomuir solo p[---] / macellum de sua pecunia fecit. « (Anonym (...)

26Les inscriptions funéraires, trouvées dans les remparts de la ville médiévale, ne donnent pas d’indications précises quant à la localisation des boutiques et des ateliers. Il y une seule exception : un pistor ad septe[m]aras dont la boutique se trouvait près d’un lieu de culte non identifié32. On peut supposer que les boutiques qui produisaient des denrées alimentaires étaient concentrées autour du macellum, le marché alimentaire. À Narbonne, il était situé près du forum et d’autres lieux de culte, proche de la uia Domitia, c’est-à-dire le cardo maximus de la ville33 (De Ruyt, 1983, p. 114).

  • 34 Ces données demandent à être complétées avec les apports très récents de Sanchez, 2009a, p. 471-492 (...)

27Concernant les unités artisanales qui produisaient des objets finis, le doute demeure. Il existe peu d’indices sur l’implantation topographique de ces boutiques et de ces ateliers. Les données archéologiques permettent d’apprécier l’existence d’ateliers de bronziers et de forgerons d’époque augustéenne sur le site du Clos de la Lombarde, à la périphérie de la ville antique, et à proximité de la « nécropole romaine de la voie Domitienne nord » datant du Haut-Empire (Dellong, 2002 [262 ville] 119*, p. 361 ; Sabrié, 2004, p. 57 ; Dellong 2002, p. 185). Hélas, la présence du cimetière moderne empêche une connaissance plus fine des structures archéologiques de ces lieux de production. Toujours dans le même secteur, un peu plus au nord du cimetière actuel, des traces d’ateliers de potiers d’époque augustéenne ont été mis au jour depuis quelque temps (Dellong, 2002 [262 ville] 87*, p. 333 et 94*, p. 350)34. Dans cette partie du suburbium, les installations artisanales étaient donc relativement nombreuses (Sabrié, 2002, p. 186). Quelques traces d’activités artisanales d’époque impériale, moins abondantes, ont été identifiées, dans l’état de la documentation, seulement dans le quartier de l’amphithéâtre, dans la périphérie est de la ville romaine (Dellong, 2002 [262 ville] 146*, p. 379 et 155*, p. 386). Par conséquent, on peut envisager qu’au début de l’Empire une bonne partie des unités productives de Narbonne se trouvaient regroupées à la périphérie nord de la ville, donc à l’écart du noyau urbain d’époque romaine.

Quelques traces matérielles de la production artisanale

  • 35 Voir l’Index thématique dans Dellong, 2002, p. 632-646.

28La documentation épigraphique ne mentionne pas explicitement les objets produits. Les fouilles ont apporté quelques résultas. Dans le domaine de la céramique, les traces nombreuses de déchets de cuisson et de vases aux caractéristiques communes et locales ont permis de supposer l’existence d’ateliers urbains de céramique dite « pré-sigillée » près de la « nécropole romaine de la voie Domitienne nord » (Passelac et alii, 1986, p. 52-55). Quant aux produits des ateliers métallurgiques, la Carte Archéologique de la Gaule 11/1 a signalé la découverte de nombre d’objets en alliages cuivreux, fer, or et argent en ville35 ; cependant, malgré de récentes contributions (Feugère, Mauné, 2006, p. 437-458), une étude synthétique de cette production fait encore défaut à Narbonne. Pour le textile, il n’existe aucune trace d’emplacement de métier à tisser : en revanche, on retrouve quelques pesons de tisserands en terre cuite, concentrés dans le secteur de la ville où les installations artisanales sont bien présentes, au nord du Clos de la Lombarde, près de la « nécropole romaine de la voie Domitienne nord » (Dellong, 2002 [262 ville] 117*, p. 358). Il est donc bien difficile de connaître d’un point de vue archéologique la taille des ateliers narbonnais et d’appréhender dans le détail l’importance et la diffusion des productions urbaines.

Les ateliers de Narbonne produisaient-ils en vue de l’exportation ?

29Les inscriptions funéraires font référence à des unités de travail petites ou modestes qui sont caractéristiques de la structure artisanale antique (Morel, 1992, p. 288) et qui feraient penser à des productions en quantité modeste faites par une multitude de petits artisans indépendants. Or, on ne peut pas oublier les indices épigraphiques concernant le statut social intermédiaire des artisans de Narbonne, ni les preuves d’une aisance certaine pour quelques-uns d’entre eux. Il s’agit notamment des artisans qui façonnaient des objets finis : ils montrent des signes de richesse et de réussite majeurs par rapport aux autres boutiquiers actifs dans l’alimentation et dans les « services ». Ils sont bien nombreux et leur activité très spécialisée devait servir une clientèle assez large. Pour écouler leurs marchandises, ils pouvaient user des circuits commerciaux bien établis depuis longtemps qui reliaient Narbonne à son arrière-pays, soit en direction de l’Isthme gaulois, soit vers le reste de la province. On peut donc émettre l’hypothèse que la production artisanale de Narbonne ne se limitait pas aux seuls besoins locaux mais qu’elle faisait aussi l’objet d’une exportation.

Fig. 3. Carte des principales installations artisanales à Narbonne (ier siècle av. J.-C.- ier siècle ap. J.-C.) (fond de carte E. Dellong, 2002, CAG 11/1).

30L’archéologie permet de repérer des traces d’une certaine diffusion des productions narbonnaises, au moins dans le domaine de la céramique. Les études sur la céramique dite « pré-sigillée », produite dans les ateliers urbains et à la périphérie de la ville, ont montré qu’elle était exportée vers le sud (en Roussillon et en Catalogne) et, dans l’arrière-pays, sur une partie de l’Isthme gaulois (à Toulouse et à Montans) mais sans doute en quantité relativement modeste (Sanchez, 2001, p. 204 ; Martin, 2002, p. 226 et 2005, p. 434). Il s’agissait en effet d’une production à moyenne échelle, et donc non massive. Pour les productions métalliques et textiles, il est plus difficile de faire la part des choses. Des produits finis sont présents en grande quantité dans la ville mais des études synthétiques de ces objets (typologie, techniques, lieux de production et de diffusion) restent encore à faire. Malgré cette lacune, qui commence à être en partie comblée par des travaux récents et d’autres qui sont en cours de préparation, l’analyse de la documentation épigraphique et les données archéologiques concernant la céramique « pré-sigillée » laissent supposer qu’une partie de la production des ateliers des aurifices, limarii, fabri aerarii, uestiarii et pelliones de Narbonne était destinée à l’exportation dans l’arrière-pays. Cependant, il faudrait encore une fois envisager une exportation à l’échelle régionale, une sorte de voie intermédiaire entre l’artisanat de proximité et l’artisanat de masse. En revanche, rien ne permet de supposer une diffusion considérable de ces produits manufacturés sur les routes du grand commerce méditerranéen. Narbonne contrôlait les itinéraires commerciaux le long de l’Isthme gaulois dès l’époque républicaine et jusqu’au développement de Bordeaux à la fin du ier siècle ap. J.-C. Elle était la seule ville romaine d’importance aux époques républicaine et augustéenne : il n’y avait pas d’autres lieux de productions d’ampleur dans la région, excepté le cas de Bram qui a dû desservir, du moins dans le domaine de la céramique, la partie la plus occidentale du marché aquitain, au début du Principat (Martin, 2005, p. 427-445). Les études de D. J. Mattingly et J. Salmon ont montré l’existence de villes qui produisaient pour une exportation régionale dans certaines provinces de l’Empire, à l’exemple de Leptiminus en Afrique (Mattingly et alii, 2001, p. 66-89). En Orient, la ville d’Aphrodisias de Carie avait développé une production artisanale textile qui était diffusée à moyenne échelle dans la région alentour (Pleket, 1988, p. 29-37). En Gaule, c’était le cas d’Arles qui exportait ses miroirs estampillés tout le long de la vallée du Rhône au cours du ier siècle ap. J.-C. (Liou, Sciallano, 2003, p. 437-440). À Narbonne, l’épigraphie permet de supposer un type semblable d’organisation économique, à savoir une ville qui développe un artisanat urbain qui atteint une certaine ampleur et dont l’impact est régional.

31L’épigraphie montre à Narbonne un artisanat urbain varié et prospère, destiné à une clientèle élargie et exercé par des hommes de métiers d’aisance moyenne. Malgré les limites de la documentation, Narbonne apparaît comme une ville à l’artisanat important dont les produits connaissent une diffusion régionale. Mais leur exportation ne se fait pas à l’échelle de l’Empire. Cette vision s’accorde à l’image que les sources littéraires et archéologiques donnent de Narbonne comme étant l’un des pôles économiques les plus importants de Gaule, depuis l’époque républicaine et jusqu’au ier siècle ap. J.-C. Cette cité, qui se trouve à l’entrée de l’Isthme gaulois, contrôle un arrière-pays très vaste dépassant les limites de la colonie, et draine le commerce des produits méditerranéens vers l’intérieur des terres. Si elle exporte en outre ses productions urbaines dans le domaine de la céramique, elle le fait peut-être aussi pour les objets issus du travail des métaux, du textile et du cuir. En dépit de nombreuses lacunes, l’abondante documentation épigraphique suggère que l’artisanat urbain a eu une place considérable dans l’économie de Narbonne et que les artisans ont connu une certaine aisance et des formes de reconnaissance de la part de la communauté civique. Or, considérer cette documentation comme le reflet d’une riche activité productive à Narbonne constitue un élément de nouveauté dans la mesure où les études historiques précédentes ne mettaient en valeur que les aspects portuaires et commerçants de l’économie de cette cité. Les progrès de l’archéologie pourraient contribuer à confirmer, à enrichir ou à nuancer cette évaluation du monde de l’artisanat à Narbonne.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Recueils épigraphiques

AE : L’Année Épigraphique, Paris, 1889-

CIL : Corpus Inscriptionum Latinarum, Berlin, 1863-

D. : Dessau H., 1882-1916, Inscriptiones Latinae Selectae, Berlin, Weidmann.

HGL : Lebègue A., 1895, Histoire Générale du Languedoc (Narbonne), XV, Paris.

ILGN : Espérandieu É., 1929, Inscriptions Latines de la Gaule (Narbonnaise), Paris.

InscrAquileiae : Brusin G., 1991-1993, Inscriptiones Aquileiae, Udine, Pubblicazioni della Deputazione di Storia Patria per il Friuli, 3 vol., 1407 p.

Ouvrages et articles

Andreau J., 1987, La vie financière dans le monde romain : les métiers de manieurs d’argent (ive siècle av. J.-C. - iiie siècle ap. J.-C.), Rome, École Française de Rome, 792 p. (Bibliothèque de l’École Française d’Athènes et de Rome, 265).

Andreau J., 1992, « L’affranchi », in : Giardina A. dir., L’homme romain, Paris, éd. du Seuil, p. 219-246 ; 2ème éd. : p. 227-255.

Andreau J., 2001, La banque et les affaires dans le monde romain : ive s. av. J.-C.- iiie s. ap. J.-C., Paris, éd. du Seuil, 332 p. (Coll. Point. Histoire, 285).

Andreau J., 2004, « Les esclaves hommes d’affaires et la gestion des ateliers et commerces », in : Andreau J., France J., Pittia S. dir., Mentalités et choix économiques des Romains, Bordeaux, Ausonius, p. 111-126 (Scripta antiqua, 7).

Aubert J.-J., 1994, Business managers in Ancient Rome : a social and economic study of institutores, 200 B.C.-A.D. 250, Leyde, E. J. Brill, 520 p. (Columbia studies in the classical tradition, 21).

Béal J.-Cl., Goyon J.-Cl. éd., 2002, Les artisans dans la ville antique, Table ronde organisée par l’Institut d’archéologie et d’histoire de l’Antiquité, 16-17 nov. 2000, Lyon, Université Lumière-Lyon 2, 252 p. (Coll. Archéologie et Histoire de l’Antiquité, 6).

Bonsangue M. L., 2002, « Aspects économiques et sociaux du monde du travail à Narbonne d’après la documentation épigraphique (ier siècle av. J.-C.- ier siècle ap. J.-C.) », Cahiers du Centre Glotz, t. 13, p. 201-232.

Bonsangue M. L., 2006a, « Des affaires et des hommes : entre l’emporion de Narbonne et la péninsule ibérique (ier siècle av. J.-C.- ier siècle ap. J.-C.) », in : Demougin S., Caballos Rufino A. éd., Migrare : la formation des élites dans l’Hispanie romaine, Pessac, Ausonius, p. 15-68.

Bonsangue M. L., 2006b, L’emporion de Narbonne : économie et société (iie siècle av. J.-C.- ier siècle ap. J.-C.), Thèse de doctorat, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2 vol., 730 p.

Christol M., 2002, « Narbonne : un autre emporion à la fin de l’époque républicaine et à l’époque augustéenne », in : Müller Chr., Hasenohr C. éd., Les Italiens dans le monde grec (iie siècle av. J.-C.- ier siècle ap. J.-C.) : circulation, activités, intégration, Actes de la table ronde de l’E.N.S., Paris, 14-16 mai 1998, Athènes, École française d’Athènes, p. 41-54 (41ème suppl. au Bull. de Correspondance Hellénique).

Christol M., 2005, « Notes d’épigraphie 9-10 », Cahiers du Centre Glotz, t. 15, p. 45-56.

Christol M., Bellan G., 1986, « Une inscription romaine à Villemagne-l’Argentière : le site de Saint-Martin-le-Vieux », Bull. de la Société Archéologique et Historique des Hauts Cantons de l’Hérault, t. 9, p. 33-44.

Cristofori A., 2004, Non arma virumque : le occupazioni nell’epigrafia del Piceno, Bologne, Lo Scarabeo, 792 p. (Studi di antichistica, 2).

Dellong E., 2002 éd., Narbonne et le Narbonnais, Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 704 p. (Carte Archéologique de la Gaule, 11/1).

De Robertis F. M., 1963, Lavoro e lavoratori nel mondo romano, Bari, Adriatica Editrice, 439 p.

De Ruyt C., 1983, Macellum : marché alimentaire des Romains, Louvain-la-Neuve, Institut supérieur d’Archéologie et d’Histoire de l’Art, 404 p. (Publ. d’histoire de l’art et d’archéologie de l’Université catholique de Louvain, 35).

Feugère M., Mauné S., 2006, « Les signacula de bronze en Gaule Narbonnaise », Revue Archéologique de Narbonnaise, t. 38-39, p. 437-458.

Gayraud M., 1981, Narbonne antique, des origines à la fin du iiie siècle, Paris, Éditions de la Revue Archéologique de Narbonnaise, 591 p., 67 fig. (8ème suppl. à la Revue Archéologique de Narbonnaise).

Leguilloux M., 2004, Le cuir et la pelleterie à l’époque romaine, Paris, éd. Errance, 190 p. (Coll. des Hespérides).

Liou B., Sciallano M., 2003, « Trois nouvelles montures en plomb de miroir issues de l’atelier arlésien de Quintos Likinios Touteinos », in : Bats M., Dedet B., Garmy P., Janin Th., Raynaud Cl., Schwaller M. éd., Peuples et territoires en Gaule méditerranéenne : hommages à Guy Barruol, Montpellier, éd. de la Revue Archéologique de Narbonnaise, p. 437-440 (35ème suppl. à la Revue Archéologique de Narbonnaise).

Martin Th., 2002, « Le rayonnement aquitain des présigillées augustéennes du bassin de l’Aude : bref état de la question », in : Rivet L., Sciallano M. éd., Vivre, produire et échanger : reflets méditerranéens, Mélanges offerts à Bernard Liou, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 223-234.

Martin Th., 2005, « Pré-sigillées languedociennes de Narbonne et de Bram à Bordeaux : l’apport des fouilles récentes », in : Spécificités et diffusion de la céramique gallo-romaine en Région Centre, Actes du congrès de La SFECAG, Blois, 5-8 mai 2005, Marseille, SFECAG, p. 427-446.

Mattingly D. J., Stone D., Stirling L., Ben Lazreg N., 2001, « Leptiminus (Tunisia) : a ‘producer city’ ? », in : Mattingly D. J., Salmon J. éd., Economies beyond Agriculture in the Classical World, Londres-New York, Routledge, p. 66-89.

Morel J.-P., 1987, « La topographie de l’artisanat et du commerce dans la Rome antique », in : L’Urbs : espace urbaine et histoire (ier siècle av. J.-C. – iiie siècle ap. J.-C.), Actes du colloque international de Rome, 1985, Rome, École Française de Rome, p. 107-155.

Morel J.-P., 1992, « L’artisan », in : Giardina A. dir., L’homme romain, Paris, éd. du Seuil, p. 267-302.

Passelac M., Sabrié M., Sabrié R., 1986, « Centre de production de Narbonne », in : Bémont C., Jacob J.-P. éd., La terre sigillée gallo-romaine : lieux de production du Haut-Empire : implantations, produits, relations, Paris, éd. de la MSH, p. 52-55 (Documents d’Archéologie Française, 6).

Pleket H. W., 1988, « Greek epigraphy and comparative ancient History : two case studies », Epigraphica Anatolica, 12, p. 29-37.

Polfer M., 2001, « L’archéologie de l’artisanat et le débat sur la nature de l’économie romaine : quelques réflexions critiques », in : Polfer M. éd., L’artisanat romain : évolution, continuité et rupture (Italie et provinces occidentales), Actes du 2ème colloque d’Erpeldange 26-28 oct. 2001, Montagnac, éd. M. Mergoil (Monographies instrumentum, 20).

Roman Y., 1983, Un axe économique au ier s. av. J.-C., 125 av. J.-C. – 14 ap. J.-C. : de Narbonne à Bordeaux, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 333 p.

Sabrié M., Sabrié R., 2002, « Nécropoles et pratiques funéraires », in : Dellong E. éd., Narbonne et le Narbonnais, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles Lettres, p. 185-194 (Carte archéologique de la Gaule, 11/1).

Sabrié M., Sabrié R., 2004, Le Clos de la Lombarde à Narbonne : espaces publics et privés du secteur nord-est, Montagnac, éd. M. Mergoil, 327 p.

Sanchez C., 2001, « L’apport des fouilles récentes à la connaissance des pré-sigillées de Narbonne », Rei Cretariae Romanae Fautorum Acta, t. 37, p. 203-209.

Sanchez C., 2002, « Au carrefour des influences méditerranéennes et continentales : le rôle de Narbonne dans le commerce antique », in : Dellong E. éd., Narbonne et le Narbonnais, Paris, Acad. des Inscriptions et Belles Lettres, p. 117-123 (Carte archéologique de la Gaule, 11/1).

Sanchez C., 2009a, « Production et consommation des céramiques communes de la colonie romaine de Narbonne (iie siècle av./ve de n. è.) », in : Pasqualini M. éd., Les céramiques communes d’Italie et de Narbonnaise : structures de production, typologies et contextes inédits (iie siècle av. J.-C.-iiie s. ap. J.-C.), Actes de la table ronde de Naples, 2-3 nov. 2006, Naples, Centre Jean Bérard, p. 471-492.

Sanchez C., 2009b, Narbonne à l’époque tardo-républicaine : chronologies, commerce et artisanat céramique, Montpellier, éd. de la Revue Archéologique de Narbonnaise, 496 p. (38ème suppl. à la Revue Archéologique de Narbonnaise).

Tran N., 2006, Les membres des associations romaines : le rang social des collegiati en Italie et en Gaules sous le Haut-Empire, Rome, École française de Rome, 577 p. (Coll. de l’École française de Rome, 367).

Tran N., 2007, « La mention épigraphique des métiers artisanaux et commerciaux dans l’épigraphie de l’Italie centro-méridionale », in : Andreau J., Chankowski V. éd., Vocabulaire et expression de l’économie dans le monde antique, Bordeaux, Ausonius, p. 119-141 (Études, 19).

Treggiari S., 1980, « Urban Labour in Rome : mercennarii and tabernarii », in : Garnsey P. éd., Non-slave labour in the Greco-Roman world, Cambridge, p. 48-65 (Proceedings of the Cambridge Philological Society. Supplementary volumes, 6).

Veyne P., 2000, « La ‘Plèbe moyenne’ sur le Haut-Empire romain », Annales ESC, t. 55, f. 6, p. 1169-1199.

Notes

1 Pour une synthèse récente sur ces questions et sur les notions de « ville de production » et de « ville de consommation », voir Polfer, 2001, p. 7-17, avec la bibliographie antérieure.

2 À ce propos, Morel, 1992, p. 267-302 et, plus récemment, Béal, Goyon, 2002.

3 Strabon, Géographie, 4, 1, 6 et 12 et Diodore de Sicile, Bibliothèque Historique, 5, 38, 4-5, qui s’inspirent de l’œuvre aujourd’hui perdue de Posidonius d’Apamée, auteur de récits ethnographiques, composés au début du ier siècle av. J-C.

4 Il s’agit du volume XII du Corpus Inscriptionum Latinarum, édité par O. Hirschfeld en 1888 ; du volume XV de l’Histoire Générale du Languedoc, publié par A. Lebègue en 1895 ; de l’ouvrage d’É. Espérandieu, Inscriptions Latines de Gaule Narbonnaise, Paris, 1919 ; de l’Appendice Épigraphique contenu dans la Forma Orbis Romani, Carte Archéologique de la Gaule (Aude), réalisée par A. Grenier en 1959 et des volumes de l’Année Épigraphique, publiés postérieurement à cette dernière date.

5 Sur ces définitions, voir aussi De Robertis, 1963, p. 13, p. 66-67 et p. 80-83.

6 Ce décompte a été fait pour Aquilée sur les indices du volume V du CIL et sur les indices des InscrAquileiae, vol. I, II et III ; pour Pouzzoles et Capoue sur les indices du volume X du CIL.

7 Sur les différentes raisons qui pourraient expliquer la répartition inégale dans le monde romain des inscriptions mentionnant des métiers, voir Cristofori, 2004, p. 93-103.

8 CIL XII, 4472 (D. 7494) ; CIL XII, 4482 ; ILGN, 588 ; CIL XII, 4483 (D., 7497a) et CIL XII 5001 ; CIL XII, 4499 add. ; CIL XII, 4503 ; CIL XII, 4502 et CIL XII, 4506 add.

9 CIL XII, 5967 ; CIL XII, 4468 add. ; CIL XII, 5968 ; CIL XII, 4377 (D., 7476) ; CIL XII, 4470 ; CIL XII, 5032 add. ; CIL XII, 4504 ; CIL XII, 4514 ; CIL XII, 4515 ; Grenier, 1959, no 33, p. 212 (deux fois) ; CIL XII, 4516 add. ; CIL XII, 4517 ; CIL XII, 4518 add.

10 CIL XII, 4377 (D., 7476) ; CIL XII, 4517.

11 CIL XII, 3220 (Nîmes).

12 CIL XII, 4456 ; CIL XII, 4391 ; CIL XII, 4464 ; CIL XII, 4465 ; CIL XII, 4473 ; CIL XII, 4474 ; CIL XII, 5163 ; CIL XII, 4475 ; CIL XII, 4476 ; CIL XII, 4523 ; CIL XII, 4733 ; CIL XII, 4519.

13 CIL XII, 4481 ; CIL XII, 4480 ; CIL XII, 5969 ; CIL XII, 4484 ; CIL XII, 5970 ; CIL XII, 5973 ; CIL XII, 4507 et 4508 ; CIL XII, 4509 ; CIL XII, 4520 ; CIL XII, 4521 ; CIL XII, 4422.

14 Cicéron, Pro Quinctio, III, 12.

15 À ce propos, voir aussi la contribution de Marquita Volken dans le présent volume.

16 CIL XII, 4466 ; CIL XII, 4980 ; CIL XII 4500 ; CIL XII, 4510 ; CIL XII, 4513.

17 CIL XII, 4467 add. (D., 7635) ; CIL XII, 4781 add. ; ILGN, 580 ; CIL XII, 4477 ; CIL XII, 4479 (D., 7669) ; CIL XII, 4511.

18 CIL XII, 4478 add. et CIL XII, 4612 ; CIL XII, 4455 (D., 7650).

19 CIL XII, 4502.

20 CIL XII, 4509 ; CIL XII, 4467 ; CIL XII, 4456 ; CIL XII, 4483 ; CIL XII, 4516.

21 Il s’agit en effet de cognomina appartenant à des affranchis aux gentilices italiens : Licinus (CIL XII, 4521) et Segeius (CIL XII, 5163).

22 CIL XII, 4422 : V(iuit). Q(uintus) Terentius Q(uinti) l(ibertus) Serenus, / Q(uinto) Terentio Q(uinti) lib(erto) Daphno, uestiar(io), seuiro / aug(ustali) C(olonia) I(ulia) P(aterna) C(laudia) N(arbone) M(artio), patrono optimo et piissimo et / Octauiae Valentinae et T (ito) Pompeio Firmo, uiro/et Firmino, Secundillae, Pusinno et Pompeiae/Firmulae, liberis et libertis eorum omnium, item/libertorumque liberis et libertis et sibi et suis. « De son vivant Quintus Terentius Serenus, affranchi de Quintus (a fait faire ce tombeau) pour Quintus Terentius Daphnus, affranchi de Quintus, tailleur/marchand d’habits, sévir augustal de la Colonie Iulia Paterna Claudia Narbo Martius, son patron très bon et très pieux, et pour Octavia Valentina et pour Titus Pompeius Firmus son mari et pour Firminus, Secundilla, Pusinnus et Pompeia Firmula, ainsi que pour leurs enfants et tous leurs affranchis, de même que pour les enfants et les affranchis de leurs affranchis, et encore pour lui-même et pour les siens ».

23 CIL XII, 4502 : L(ucio) Aponio Celati / l(iberto) Eroti, pistori / cand(idario), / Venusta contubern(alis) / et Ospeus ( ?) di[s]ce(n)s [---]. « Pour Lucius Aponius Eros, affranchi de Celatus, boulanger qui fait du pain blanc, Venusta sa compagne et O(rph)eus ou [H]ospes ?, son apprenti (ont fait faire ce tombeau) ».

24 CIL XII, 4455 :------ / C(ai) l(ibertus) Philomusus, / ampullarius, / frugi, heic est / sepultus. « … Philomusus, affranchi de Caius, fabricant (ou marchand) de vases sobre, gît ici ».

25 CIL XII, 4468 add. : Viuit. / M(anius) Egnatius / Lucius, cocus, / Antistia (mulieris) l(iberta) Elpis, / contuber(nalis). / P(edes) q(uadrati) XV. « De son vivant. Manius Egnatius Lucius, cuisinier, Antistia Elpis, affranchie d’une femme, sa concubine. Quinze pieds de fond et de large ».

26 À ce propos, voir les conclusions de J.-Cl. Béal dans le présent volume.

27 CIL XII, 4422 et CIL XII, 4391.

28 CIL XII, 4500 : Anicia T(iti) f(ilia) / Hilara, u[iua], / sibi fecit [et] / Sex (to) Vibio [Sex(ti)] / l(iberto) Pamphilo, / uiro, pellio[ni]. « De son vivant Anicia Hilara, fille de Titus, a fait ériger (ce tombeau) pour elle-même et pour Sextus Vibius Pamphilus affranchi de Sextus son époux, fourreur ».

29 C’est le cas par exemple des saccarii (porteurs de sacs) de Rome (CIL VI, 4417).

30 CIL XII, 4422 ; CIL XII, 4391 ; CIL XII, 4500 et CIL XII, 4481 : C(aius) Nigidius / Primus, / lanarius, / sibi et / Probo, / Mer[ulae], / liber(tis) / sui[s]. « C. Nigidius Primus, artisan de la laine (a fait faire ce tombeau) pour lui même et pour ses affranchis, Probus et Merula ».

31 Grenier, 1959, no 33, p. 212 : (Thêta nigrum). / Viuit. / Sex(tus) Statius Sex(ti) l(ibertus) / Rufio, tonsor, / sibi et suis. / Sex(tus) Statius Sex(ti) l(ibertus) Gemellus, / tonsor, frugi, hic sepultus est. / Vrbanus l(ibertus) uiuit V [---] us. / P(edes) Q(uadrati) XII. « Theta nigrum. De son vivant, Sex. Statius Sex. l. Rufio, coiffeur (a fait ériger ce tombeau) pour lui-même et pour les siens. Sex. Statius Sex. l. Gemellus, coiffeur sobre, gît ici. Urbanus, leur affranchi de son vivant… Douze pieds de profondeur et de largeur ».

32 CIL XII, 4503.

33 CIL XII, 4429-4430 : [---] pr(aetor) duomuir solo p[---] / macellum de sua pecunia fecit. « (Anonyme), préteur duovir, sur un emplacement public ou privé, a fait construire un macellum (marché alimentaire) à ses frais ».

34 Ces données demandent à être complétées avec les apports très récents de Sanchez, 2009a, p. 471-492 ; 2009b, passim.

35 Voir l’Index thématique dans Dellong, 2002, p. 632-646.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Narbonne, épitaphe d’un artisan. Inscription mentionnant un ampullarius, CIL, XII, 4455 (cliché Centre Camille Jullian).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10035/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 2. Narbonne, épitaphe d’un artisan. Inscription portant le dessin d’un couteau, CIL, XII, 4468 (cliché Centre Camille Jullian).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10035/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Fig. 3. Carte des principales installations artisanales à Narbonne (ier siècle av. J.-C.- ier siècle ap. J.-C.) (fond de carte E. Dellong, 2002, CAG 11/1).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/10035/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 603k

© ARTEHIS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search