Version classiqueVersion mobile

Verrerie de l’Est de la France. XIIIe-XVIIIe siècles

 | 
Jean-Olivier Guilhot
, 
Stéphanie Jacquemot
, 
Pierre Thion

L’artisanat du verre en Argonne. L’atelier de « Pologne », commune de Chatrices (51) XVI-XVIIèmes siècles

François Jannin

Texte intégral

L'ATELIER

  • 1 Cet article, qui ne constitue nullement la publication définitive, vise à informer les chercheurs d (...)

1L'existence d'un atelier de verrerie au lieu-dit "Pologne", dans les bois appartenant autrefois à l'abbaye de Chatrices (Marne) a été signalée la première fois par Brouillon (BROUILLON, 1903). Ses vestiges furent détectés en 1985 lors d'une prospection sélective et une fouille de sauvetage y fut entreprise durant l'hiver 1987-88, volontairement limitée à la partie du "crassier" dont la protubérance gênait les travaux agricoles ; l'emplacement supposé du four et la zone d'habitation n'ont pas été sondés1.

I. Les "Crassiers"

2Comme dans la plupart des verreries forestières, on trouve le "crassier" entre l'emplacement du four et le ruisseau voisin. Il occupe un méplat probablement artificiel, qu'il borde au Nord du côté du ravin, où il forme un talus large de 2 à 3 mètres, haut de 40 à 60 cm. On y découvre de nombreux tessons de verre ouvragé, fruit du nettoyage, peut-être hebdomadaire, de l'atelier de fabrication.

3Il est vraisemblable qu'un premier crassier s'est formé à cet endroit dès les premiers temps d'utilisation du four. Les "pieds refoulés" de la couche inférieure peuvent avoir été produits jusqu'au premier quart du XVIIème siècle.

4Ce crassier a ensuite été nivelé, et dispersé tout le long de la pente, en remontant vers la source du ruisseau. Le nivellement n'a cependant pas été total : la couche la plus ancienne est restée en place, et les nouveaux apports s'y sont superposés. On peut penser que ce nivellement date de la remise en route du four, après une période d'arrêt.

5Ces nouveaux apports ont été faits par déversements successifs à partir du fond de l'aire d'épandage. Ainsi, la succession chronologique ne se fait pas par strates horizontales, mais par tranches obliques, dont chacune contient des objets de même catégorie correspondant à une "campagne" de fabrication. Il n'est pas impossible qu'après tassement, une seconde série de déversements ait recouvert la première, à partir du fond du terrain.

6On peut supposer que le "dallage" de tessons de creusets (voir ch. III) a été disposé au cours de la seconde période d'activité du four : le verre bleu de plusieurs d'entre eux est identique à celui des débris d'objets de la deuxième couche du "crassier". Comme les creusets reconstitués sont ovales, on peut en déduire qu'à ce moment le four devait comporter au moins quatre "pots" (cf. infra).

  • 2 Calcination du sol par brûlage des broussailles avant une reprise d'activité du four.

7La fouille a révélé une et parfois deux couches dont la couleur rougeâtre tranche nettement sur le gris clair du sol et le noir charbonneux des cendres. Ce peut être la trace d'un écobuage2 aussi bien que le dépôt de particules d'argile cuite, riche en oxyde de fer, entraînées par le lessivage des pluies à travers les couches supérieures. Des observations similaires ont été faites sur d'autres sites voisins (la Mitte, Pairu). Un autre crassier, en bordure de l'emplacement du four, est pauvre en verre ouvragé, mais riche en crasses, mâchefer, matériaux à demi fondus, tessons de creusets. Il s'agit certainement du crassier du "tiseur" qui décendrait chaque jour l'alandier du four.

8La superstructure du four ayant entièrement été arasée, on pouvait penser retrouver ses ruines éboulées dans la pente. Seuls quelques moellons vitrifiés et éclatés ont été retrouvés. Des matériaux et des tuiles ont dû être récupérés pour édifier peut-être le nouveau four de Chatrices ou quelqu’autre four voisin (Bellefontaine reconstruit en 1720, Courupt).

II. La production

a) Le verre plat

9Du verre plat en disques (dits aussi couronnes, cives ou boudines) a été retrouvé en petite quantité sur les sites verriers voisins des XVI-XVIIème siècles, mais sa fabrication locale n'est pas certaine. A Pologne, son abondance ne peut guère laisser de doute. Le diamètre des disques est de 33 cm, l'épaisseur de 1 à 4 mm, la trace du pontillage central serait à peine visible si elle n'était signalée par quelques ondulations concentriques. Les morceaux de bords sont nombreux, attestant un découpage en losanges sur place (chutes) mais peut-être seulement pour les besoins locaux. La matière et son aspect sont semblables au reste de la production.

b) La gobeleterie (Fig. 1 ; Fig. 2 ; Fig. 3, no 51-68)

10La presque totalité du verre était sans doute incolore et transparent ; il est maintenant corrodé, au moins légèrement, souvent profondément, et d'aspect grisâtre à noirâtre allant jusqu'à l'opacification. Il s'agit certainement d'un verre à la potasse (test probant à la flamme) mais des analyses précises seraient nécessaires, ainsi que sur des échantillons de Chatrices, du Four aux Moines et des Vieux Etangs, pour vérifier si les verriers italiens ont gardé en Argonne leurs recettes ancestrales ou les ont adaptées aux matériaux disponibles sur place (BARRERA et VELDE, 1989).

  • 3 Les types 8, 16, 22, 29, 52, 54, 55 et 64 sont très abondants avec quelques variantes de forme et s (...)

11Il y a cependant quelques couleurs : jaune topaze pâle pour des coupes à balustre massif ; vert très clair rappelant le "vert fougère" des XIII-XIVème siècles ; bleu azur (rare) et opalin bleuté, en particulier pour des aiguières à bec pincé avec anse ; violacé pour quelques creusets3.

III. LES CREUSETS

a) Typologie

12Des tentatives de reconstitution de creusets, menées depuis une vingtaine d'années sur de nombreux sites verriers d'Argonne, n'ont pu aboutir que dans de très rares cas : au four de Pairu (XIIIème siècle), à celui de Binois (XVIème siècle), où la majorité des tessons du même creuset, repérables par une particularité quelconque (couleur de la pâte ou du verre adhérent, forme...) se trouve rassemblée dans un espace réduit. Les tessons étant très abondants et peu différenciés sur le site de Pologne, il semblait difficile de reconstituer des formes complètes.

13Un sondage en bordure interne du crassier révéla un pavage sommaire de tessons, destiné sans doute à faciliter la circulation dans une zone boueuse. Les fragments d'un même creuset brisé étant regroupés sur une surface de 1 à 2 m2, il a été possible de reconstituer non seulement les formes, mais aussi des objets presque complets, et de constater le processus de dégradation qui a abouti à leur destruction.

14Les types jusqu'alors retrouvés en Argonne, pour les XVI-XVIIèmes siècles, étaient extrêmement variés, mais toujours de section horizontale circulaire. Le site de Pologne présente également des formes circulaires à la base, mais s'ovalisant progressivement vers le sommet.

15Il semble que le creuset modelé à la main, sans emploi du tour, ait d'abord été cylindrique, et que le potier ait ensuite profité de la plasticité de l'argile pour déformer la panse.

16Certains indices permettent d'identifier la position du creuset dans le four :

  • les coulures de verre sur la face externe du creuset sont plus abondantes du côté de l'ouvreau, à l'endroit du passage de la canne, dans le grand axe de l'ellipse ;

  • l'empreinte laissée par l'appui du creuset voisin atteste qu'ils étaient placés côte à côte, rayonnant vers l'alandier. Leur forme ovale serait donc caractéristique des fours à 4 ou 6 pots, où elle permettait un gain de place.

17Le plus grand nombre de creusets dans les verreries modernes, permet d'augmenter la production tout en améliorant le rendement calorifique. Dans les fours plus anciens, il paraît plutôt répondre à des nécessités techniques dues à la complexité de la fabrication. C'est en particulier le cas des fours à 6 pots des XIII-XIVèmes siècles où les coupes à haute tige et pied rapporté demandaient le travail simultané de plusieurs ouvriers dont au moins deux souffleurs, opérant ensemble du même côté du four.

18Le gobelet à pied refoulé du XVIème siècle, techniquement moins contraignant, était obtenu avec une seule paraison ; le four pouvait n'avoir que deux creusets. Il en est de même pour la fabrication des bouteilles. Le creuset n'avait donc pas besoin d'être ovale. Le four de Pologne a dû fonctionner un certain temps à deux creusets, peut-être à ses débuts, puisque des formes rondes ont aussi été retrouvées.

19Plus tard, des creusets seront modelés entièrement de forme ovale, y compris la base. Aucun n'a jusqu'ici été retrouvé en Argonne. La fabrication de pièces de plusieurs couleurs nécessitait naturellement plusieurs creusets, ou tout au moins des coupelles si la quantité de verre de couleur était faible. On se servait également dans ce cas de creusets détériorés. Sur le site de Pologne, l'un d'eux a servi pour du verre marbré opaque, bleu clair-bleu foncé : "l'aventurine". D'autres creusets avaient contenu du bleu azur très pur.

20Ces découvertes attestent la production de verre de couleur sur le site de Pologne, bien qu'aucun tesson de verre bicolore, et seulement deux bleus, aient été retrouvés lors de la fouille du crassier.

b) Causes d'altération des creusets

21Tout d'abord, l'argile peut être attaquée par les alcalis de la "composition" : si le verre fondu n'attaque qu'assez peu le creuset, par contre la potasse non encore combinée dans la "fritte" le dissout fortement. C'est pourquoi, à la première mise en service et avant le remplissage, le creuset était enduit intérieurement d'une bouillie de groisil qui, en fondant, le revêtait d'un émail protecteur. Malgré cette précaution, les parois s'amincissaient à la longue, au niveau de la lèvre, plus exposée. Cette dernière prenait un profil en "lame de couteau", devenait très fragile et se brisait au choc de la canne ou du "pochon" qui servait au remplissage.

22Si la brisure n'était pas trop grave, le creuset pouvait encore servir, avec une capacité réduite. Mais ce n'était qu'un court sursis. Une note de Monsieur de Parfonrut, verrier aux Senades au début du XIXème siècle, précise qu'ils durent environ un mois, parfois beaucoup moins. Les grands creusets à bouteilles de cette époque (le Four de Paris, la Harazée, le Neufour), remplis sans doute sans trop de précautions, présentent sur la paroi externe non protégée, de profonds sillons verticaux.

23Le fond du creuset est, malgré sa forte épaisseur, souvent corrodé. On n'observe pas, comme pour les parois, un amincissement progressif, mais des attaques localisées et profondes, formant des crevasses qui finissent par traverser ou briser le fond. On peut supposer qu'un manque d'homogénéité de l'argile, ou un séchage trop rapide, y auraient amorcé des fissures.

24"L'aventurine", matière à l'aspect marbré constituée par un mélange imparfait de deux verres différents, ne pouvait être fabriquée qu'au moment de son utilisation, donc en petite quantité. Pour l'exécution de médaillons, cabochons, etc, elle était prélevée à l'aide d'un pontil de petit diamètre (6 à 8 mm) dont le frottement répété à la jonction du fond et de la paroi du creuset a fini par le traverser.

25La rupture de creusets ovales est due, dans deux cas, à la formation à mi-hauteur d'une fissure amorcée par l'ovalisation. Elle s'ouvre ensuite sous l'action conjuguée de la pression du verre fondu et d'une surchauffe ramollissant la paroi du côté exposé aux flammes.

HISTOIRE DE L'ATELIER

I. Trois destins liés : Pologne, les vieux Etangs, Chatrices

26Tout ce que nous savions jusqu'ici de la verrerie de "Pologne" est rapporté par Brouillon (BROUILLON, 1903), qui malheureusement n'indique pas ses sources. Le toponyme lui fait supposer son installation vers 1573 (élection du duc d'Anjou, futur Henri III, au trône de Pologne). En l'absence de tout document, on peut la situer dans le contexte des défrichements et de la mise en valeur des forêts qui accompagnent l'expansion démographique du XVIème siècle : dans la haute vallée de la Biesme, l'abbaye de Beaulieu fait édifier en 1555 la verrerie de Courupt, le duc de Lorraine et de Bar permet de construire en 1579 une forge sur le ruisseau de Parfonrut, puis en 1581 aux Mettes, pendant que les verriers s'installent aux Senades et à Futeau, bientôt à Trois Fontaines (la Contrôlerie) et Bellefontaine.

27Il est possible que les moines de Chatrices, en assurant un débouché au versant oriental peu accessible de leur forêt, aient voulu en même temps marquer leur frontière et prévenir les empiètements de leurs voisins. Le duc, de son côté, témoignait du même souci, et, un peu plus tôt, les Bénédictins de Moiremont avaient dû pour le même motif intenter un procès aux Cisterciens de la Chalade.

28Les résultats de la fouille ne permettent pas de mieux cerner cette date, car, si nous connaissons globalement les productions locales du XVIème siècle, nous ne savons pas comment elles ont évolué dans le détail. La présence de balustres soufflés à décor moulé dans les strates inférieures du crassier indique plutôt la seconde moitié du siècle.

29Brouillon est encore plus vague sur la suite : "Après une période de prospérité, ces divers établissements (les verreries de Champagne) finirent par disparaître, par suite des avantages que les ouvriers non nobles trouvaient à aller travailler dans le Clermontois... Les religieux, qui tiraient grand profit des verreries, essayèrent d'en établir une nouvelle, et, cette fois, sous les murs de l'abbaye".

  • 4 Prospection superficielle des Vieux-Etangs de la Cour de Chatrices, de l'atelier forestier de Parfo (...)

30Aujourd'hui la prospection pédestre, les recherches en archives et en bibliothèque, nous permettent de mieux connaître l'histoire de l'Argonne et ses verreries4.

31Les guerres de religion ont touché le Sud de l'Argonne : les abbayes de Beaulieu et Chatrices ont été pillées en 1562 et beaucoup de verriers se sont convertis au protestantisme, leurs prénoms bibliques en faisant foi.

32De plus, les sources anciennes nous apprennent qu'un pasteur résidait à Epense et qu'il existait à Futeau un terrain "où l'on enterrait les personnes de la religion". Malgré ces antagonismes religieux, les liens familiaux et professionnels entre verriers étaient tels, que la production des fours n'a guère été troublée.

33En revanche, la guerre de Trente Ans lui a été beaucoup plus néfaste. Jusqu'au traité de Liverdun (1632) où le Clermontois passe au domaine royal, famines, épidémies se succèdent, aggravées plus tard par les hivers terribles de 1638/40. Un tiers de la population du Clermontois disparaît en 1637. Tous les fours sont éteints, bien souvent ruinés. Durant la Fronde, le prince de Condé, nouveau seigneur du Clermontois, se révolte contre le roi. Clermont assiégée capitule.

34La plupart des archives de Chatrices disparaissent dans le pillage de 1652. La seule mention de Pologne qui y ait échappé est un "Bail des biens de la mense abbatiale" du 16/09/1649 à Pierre HANOTET de Châlons-sur-Marne, qui énumère "fermes, censes, météryes, pressoirs, vignes, vergers, moulins, étangs... même de la couppe de 60 arpens de bois taillis, y compris les 3 arpens qui étaient ci-devant annexés avec le bail de la Vierye de Pologne et qui ont été distraits par les baux précédents... à charge... d'entretenir... les pressoirs thuilleries et autres bâtiments... et y faire toutes réparations nécessaires excepté ruines et villain fondoire après qu'ils auront été réparés et remis en bon et suffisant état".

35On peut donc situer la reprise d'activité de la verrerie vers 1649. Il est probable qu'elle n'intervint qu'à la fin des hostilités (1654). On ne peut attribuer au XVIème siècle, ni même au début du XVIIème siècle, les gobelets apodes à la base ornée d'un cordon pincé, les pieds de coupe à paroi simple et balustre massif qui sont nombreux aux strates supérieures du crassier. Bientôt la verrerie fut transférée à Chatrices.

36L'abbaye possédait déjà, au début du XVIème siècle et probablement avant, au bord de l'Aisne, à la lisière Sud-Ouest de la forêt, une verrerie au lieu-dit "le Four à verre". A ce moment, le combustible y était encore abondant et bon marché. Le peuplement et la mise en culture de la vallée allaient bientôt le raréfier, d'où l'intérêt du déplacement à Pologne, en pleine forêt. Comment expliquer la démarche inverse, économiquement aberrante ?

37Le 09 juillet 1667, le "Privilège du Roi" (monopole) dans un rayon de dix lieues est accordé à Mr TILMAN D'HEUR, maître verrier originaire des Pays-Bas établi à Verdun, pour la fabrication de cristaux de cristallin (non pas encore cristal au plomb, mais verre fin incolore et transparent) et de miroirs à la façon de Venise. De longues recherches ont situé le four, non à Verdun, mais 10 km au Sud au lieu-dit "les Vieux Etangs" près de Dieue-sur Meuse, entre Senoncourt et Maujouy. Une prospection superficielle y a fourni des tessons de très beau verre à la soude, parfois filigrané, de creusets, dont l'un quadrangulaire qui a dû servir pour la coulée des glaces, et des morceaux de manganèse (décolorant dit "savon des verriers").

38Ce privilège fut pour l'Argonne une catastrophe. Tous les fours en service étant inclus dans le périmètre concerné devaient abandonner leur principale activité : la gobeleterie, comme en témoigne une mise en demeure adressée à l'abbaye. La plupart s'orientèrent vers le flaconnage, où la demande était forte (sans doute eau-de-vie, peut-être eaux minérales, un peu plus tard vin de Champagne) et elles soufflèrent ces bouteilles grossières de couleur vert-jaunâtre à la panse aplatie, au col sommairement tranché, qu'ont fourni en abondance les fouilles urbaines de Châlons et la prospection des fours de la vallée de la Biesme (la Mitte, Parfonrut, la Cavette). Pologne ne fut pas épargné : nous avons retrouvé quelques tessons de ces bouteilles dans une des couches supérieures avec quelques bonbonnes de meilleure facture. Une production aussi fruste ne devait laisser qu'une marge bénéficiaire assez faible, réduite encore par le transport en forêt (en 1795, les bouteilles de Bellefontaine sont toujours transportées aux Islettes à 5 km, à la hotte, par des femmes !).

39Pour échapper au monopole et conserver la gobeleterie, il a suffi de déplacer les verreries au-delà du rayon de dix lieues, ce que firent aussitôt Antoine DE BROSSARD, à la Grangette, près de Sainte Menehould, et les moines de Chatrices, dans la cour même de l'abbaye. C'est de ce moment que date sans doute l'abandon du four de Pologne. Etablies à la lisière occidentale de la forêt, ces deux nouvelles fabriques retrouvaient le handicap habituel des verreries de Champagne, la rareté et la cherté du bois. La Grangette s'éteignit au bout d'un an ; Chatrices, avec des commandes irrégulières, périclita.

40Après la mort de Mr D’HEUR, sa veuve Marguerite DE LA MARE conclut en 1687 un accord avec les moines et vint installer un four en 1689 dans la cour de l'abbaye, où une halle de 40 pieds sur 60 (construite aux frais des moines) remplaça la verrerie précédente. La qualité de sa fabrication, dit Brouillon, lui assura des débouchés à Paris, Orléans, Rouen.

41Un dragage du lit de l'Aisne, en amont du moulin de Chatrices à peu de distance de l'emplacement de la verrerie, a fourni en août 1989 de nombreux tessons de gobelets minces, presque tous apodes, ornés de facettes plates, à fond déprimé. Leur couleur vert-bleu très clair, leur composition sodique jusqu'ici unique en Argonne, semblent confirmer leur production vers la fin du XVIIIème siècle, aux dernières années de la verrerie. Au même endroit ont été trouvées deux pièces de céramique, dont la forme rappelle les mortiers, utilisés probablement pour le façonnage des paraisons.

42Les adjudications de coupes de bois du domaine de l'abbaye ont été conservées régulièrement à partir de 1665. Elles se font par coupons de quelques arpents, adjugés à des marchands de bois ou à des agriculteurs du voisinage, qui y trouvent en morte saison une activité d'appoint. Aucun de ces documents ne mentionne la verrerie. Deux explications peuvent être avancées par référence aux coutumes des XVI-XVIIèmes siècles :

  1. la verrerie bénéficiait chaque année du taillis d'une coupe réservée, à un prix déterminé à l'ascensement, ou au prix courant des adjudications, le propriétaire se réservant en général le "merrain" (bois de charpente, de fente et de sciage, d'essences nobles). C'était le cas des 3 arpents cités plus haut, qui suffisaient juste à leurs besoins domestiques. Les verriers payaient les bûcherons et le transport ;

  2. les verriers se procuraient le bois auprès des marchands, qui le livraient habituellement à l'usine. Cette solution déchargeait les verriers du souci de l'exploitation et du transport, mais elle était certainement plus onéreuse. C'est pourtant elle qui paraît avoir été choisie à Chatrices.

43Pologne ne paraît plus dans les comptes de Chatrices que comme une ferme comportant jardinet, potager et verger, terres labourables, prés et chènevières pour un total de onze arpents. La proximité de la verrerie de Courupt amènera le fermier à jouer le rôle de cantine-auberge pour les ouvriers qui y travaillent (procès en 1780).

II. LES VERRIERS

44On pouvait espérer trouver quelques traces de l'existence des verriers dans les registres paroissiaux de Chatrices. Les plus anciens couvrent les années 1682 à 1688, qui sont celles de la décadence de la première verrerie de la cour de l'abbaye ; ils ne reprennent qu'en 1722, bien après la fermeture de la seconde. Y figure en première place Marie, née à Verrières, fille de Mr DE LA VERRIERE demeurant à Chatrices, en la cour de la verrerie (1/1/1682). Il est difficile d'être plus explicite ! Ensuite, aucune mention de verrier (il est vrai que l'indication des professions est assez rare) sauf peut-être Jean BONMARIEN, décédé en 1688 à l'âge de 80 ans, sieur de la Vererye, ci-devant capitaine major des armées du roi.

45Mais on y trouve cependant des noms familiers : Claudine COLNET en 1683, Pierre COLNET en 1684, une signature COLLENET en 1685, Biaise COLNET en 1688. C'est la première fois que cette célèbre famille verrière connue surtout aux Pays-Bas, est signalée en Argonne. On trouve aussi Jean JULIOT en 1688 (les DE JULIOT venant de la Basse Loire, sont verriers au Neufour à la fin du XVIème siècle). Mais aucun d'eux ne possède de particule ni le titre habituel "d'écuyer”. Sont-ils mésalliés et tombés en roture ? Une homonymie paraît très improbable.

46Brouillon qui avait sans doute eu la chance de consulter les registres manquants, cite en 1673 Anglebert DU BUISSON époux de Marguerite DE GORLIDOR, Julien DU BUISSON, Catherine DE BIGAULT, Paul DE SCEICOURT. Les BUISSON sont en réalité les BUSSONI, italiens d'Altare, signalés en 1572 à Lyon et à Nantes, participant en 1598 à la fondation de la verrerie de Rouen.

47On en sait plus sur la verrerie des Vieux-Etangs : Mr TILMAN D'HEUR, maître de verrerie, époux de Marie Scolastique SAILLET, d'où Anne (1668) et Henriette (1670) dont le parrain est Henri BONHOE (sans doute Bonhomme), maître de verrerie à Liège, représenté par Amy LIBEOT (les LIBON sont aussi verriers à Liège) dit BISSOUET (gentilhomme verrier) époux en secondes noces de Marguerite Jacqueline DE LA MARE d'où Théodore (1677) et Jean-Baptiste (1678).

  • Jean-Baptiste CINGANO, verrier italien qui avait obtenu le bail de 4 pots à la verrerie de Ribeauvillé, l’abandonne en 1674 pour venir à Verdun ;

  • Julien DE LA PERCHE (G.V.) époux de Marie DE LA MOTTE, d’où Jean (1668) dont la marraine est Geneviève BAILLET épouse de J.B. DE MASSART. Ce dernier est parrain en 1674 avec Anne THOMASSIN (dont la parenté est alliée au XVIème siècle aux verriers d'Argonne). Ceux-ci sont d'ailleurs présents dans les environs : ainsi les DES GABETS aux Souhesmes, dès la seconde moitié du XVIème siècle, les DE CONDE à Ancemont et Dugny en 1683 ;

  • François HUOT de Lignerol près de Chaumont, Sébastien OUET, verriers, sont cités en 1669 ; Jean PAGNON, Marc BAUDELOT (G.V.) en 1676 ;

  • Joseph MONON de Mont-de-Marsan est en 1671 époux d'Anne MASSARD, fille de Jacques MASSARD et Claude DURAND, née à Benevise (verrerie de la Vôge).

48Grâce aux études de Mr Meunier, nous pouvons remonter à l'origine des MASSART : Jean MASSART, son fils Vincent, nés à Altare (rivale de Venise) de la famille verrière des MASSARI, dont la noblesse est reconnue à maintes reprises depuis 1495 par leurs suzerains, les GONZAGUE, ducs de Montferrat et Mantoue et confirmée par ordonnance des Etats de Bourgogne à la requête de Jean DURANT et Charles MASSART G.V. demeurant à Leffond, collationnée en 1679 en présence du recteur d'école de Senoncourt et de Julien DE BISSOUET des Vieux-Etangs.

49- Vincent MASSART mourra à Chatrices en 1693. Son fils Jean-Baptiste, marié à Dugny en 1680, s'était associé en 1691 à Marguerite DE LA MARE, par devant le notaire de Passavant-en-Argonne, puis s'en était séparé en 1692 en lui versant un dédit de 3 000 livres et en abandonnant les marchandises dans les magasins des Vieux-Etangs. En 1694 il réside à Chatrices avec son fils Jean-Baptiste et ses neveux Jean-Baptiste DE MASSART (comment ne pas s'y perdre ?) et Michel DE BORNIOL, d'une famille également altariste (BORMIOLO) qui fondait en 1616 la verrerie de Roquebrussane, exerçait à Lyon en 1582 et en 1646 en forêt d'Eu.

50Les MASSART sont aussi présents à la Harazée où Jean-Baptiste (le premier) s'était remarié en 1694 à Anne DE CONDÉ, fille de feu Daniel DE CONDÉ, sieur de Monsongnes, le seul verrier dont la présence à Pologne soit à peu près certaine, puisqu'un chemin forestier voisin porte encore ce nom.

51On peut remarquer, coïncidence au moins troublante, que Louis DE GONZAGUE était gouverneur de Sainte Menehould à partir de 1581. Il pourrait ne pas être étranger à l’arrivée des MASSART en Argonne (on les voit à la fin du XVIème siècle au Four-aux-Moines).

52Les MASSART disparaissent de la région à la fin du XVIIème siècle. La veuve de Jean-Baptiste (le second), Catherine DE BIGAULT, résidait encore à Souilly en 1719. On les retrouve à Charles-Fontaine, à Saint Gobain.

53Leur départ et l'extinction de Chatrices marquent la fin de l'influence italienne dans les fours d'Argonne. Ils vont limiter leur production aux bouteilles (surtout champenoises), accessoirement aux cloches de jardin et aux bocaux, au point qu'un essai de retour à la gobeleterie vers 1780 échouera, dit un rapport, "par incapacité ou mauvaise volonté des gentilshommes". La verrerie avait cessé d'être un art pour devenir une industrie.

Notes

1 Cet article, qui ne constitue nullement la publication définitive, vise à informer les chercheurs des premiers résultats de l'étude en cours, qui ont notamment pour intérêt de recouper les données de fouilles urbaines récentes, comme celles de Châlons-sur-Marne et celles du Louvre (Cour Napoléon).

2 Calcination du sol par brûlage des broussailles avant une reprise d'activité du four.

3 Les types 8, 16, 22, 29, 52, 54, 55 et 64 sont très abondants avec quelques variantes de forme et surtout de dimensions. Les types 2, 27, 30, 33, 46, 50, 57, 60, 69, 72, 74 et 77 sont uniques.

4 Prospection superficielle des Vieux-Etangs de la Cour de Chatrices, de l'atelier forestier de Parfonrut (1612-fin XVIIème) de la Chevrie (milieu XVIIème) du Binois (1495-fin XVIème) ; Fonds Gillant (Bibliothèque municipale de Verdun) ; Archives privées des familles Bigault du et de Granrut, de Condé, de Brassard, de Julliot ; Registres BMS de Chatrices, Beaulieu, Vienne le Château ; Archives du Clermontois à Chantilly (E 44 carton) ; Archives départementales de la Marne H 410, de la Meuse C 124 ; Minutes notariales de Vienne le Château, Clermont, Passavant, Souilly, Dieue ; Recherches généalogiques de Mrs Ancement et Meunier, malheureusement non publiées et études de Mrs Poncelet et Gerdeaux sur les anciennes industries d'Argonne. Nous les remercions chaleureusement de leur collaboration.

© ARTEHIS Éditions, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search