Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tránsitos materiales e inmateriales entre África, Latinoamérica y El Caribe

 | 
César Ross
, 
Mbuyi Badi Kabunda

Tercera Parte. El movimiento de flujos inmateriales

De la théorie de la dependencia : de l’importation à la réception locale à Lubumbashi (République Démocratique du Congo)

Germain Ngoie Tshibambe

Texte intégral

Introduction

  • 1 Mittleman, J. H., “The Dynamics of Globalization”, In Mittelman J.H. (ed.). Globalization. Critical (...)
  • 2 Foucault, Michel, L’ordre du discours, Paris, Gallimard, 1971, pp. 10-11.

1La circulation des idées est un phénomène qui a commencé depuis la nuit des temps. Si, actuellement et à travers l’Internet et les médias, « la contraction du temps et de l’espace »1 constitutive de la mondialisation rend instantanée cette circulation des idées, il importe de prendre la mesure de la portée, de l’impact et de la réception des idées dans un passé pas très lointain lorsque dans un espace comme Lubumbashi, une ville universitaire, des intellectuels recevaient des flux immatériels par des ouvrages qui se distillaient à compte-goutte en raison de l’abandon de l’Université par l’Etat congolais. Cette époque est celle des années 1970-1980. C’est l’ère du règne du président Mobutu qui a réussi à instaurer un régime autoritaire assis sur le monopartisme. Cette administration mit au pas les institutions de l’enseignement supérieur et universitaire pour en contrôler le fonctionnement, surtout sur le plan de la production des idées. Cette question de l’emprise de l’Etat congolais sur l’Université renvoie à l’articulation de rapports entre le pouvoir et le savoir et se dénoue dans les dispositifs de la régulation du discours dont Michel Foucault fixe les termes en ce sens : « dans toute société la production du discours est à la fois contrôlée, sélectionnée, organisée et redistribuée par un certain nombre de procédures qui ont pour rôle d’en conjurer les pouvoirs et les dangers, d’en maîtriser l’événement aléatoire, d’en esquiver la lourde, la redoutable matérialité »2. A cette époque-là, l’Université congolaise a fonctionné avec une orientation vers la pensée unique, celle que voulait bien distiller le parti-Etat. Les autres idées étaient à peine tolérées, sinon combattues.

2Lorsque l’Université congolaise est fusionnée dans la formule de l’Université Nationale du Zaïre (UNAZA) -sous la houlette du parti-État, en 1971, avec trois campus universitaires (Kinshasa, Kisangani et Lubumbashi)-, une répartition des facultés est faite spatialement. Lubumbashi accueille la faculté des Sciences Sociales, Politiques et Administratives et la faculté des Lettres. Les professeurs et chercheurs en sciences humaines dans le campus de Lubumbashi sont soumis aux influences de différents courants de pensée de l’après-1968. Alors que le discours ambiant est celui du conformisme se ressourçant aux théories de la modernisation, le marxisme est considéré comme un contre-discours et réprimé. Dans ce contexte, le prône sur la théorie de la dépendance est accueilli avec ferveur. Ce discours provient de l’Amérique latine et c’est à travers des livres traduits en français que les chercheurs congolais de Lubumbashi le découvrent et l’exploitent. Dans l’atmosphère triomphale du tiers-mondisme prévalant dans les années 70, le discours de la théorie de la dépendance a un impact réel sur le milieu universitaire aussi bien chez les enseignants et les analystes que chez les étudiants. Dans ce texte, nous entendons présenter l’environnement intellectuel à l’époque, dans la ville universitaire de Lubumbashi, avant de présenter la réception de la théorie de la dépendance, son impact dans ce milieu et les différentes métastases que cette dernière a subies dans la durée.

1. La vie intellectuelle à Lubumbashi et la pensée unique

  • 3 Ivoirien et Docteur d'Etat en Lettres et Sciences humaines de l'Université de Paris III-Sorbonne No (...)

3Dans les années 1970, Lubumbashi est une ville minière dont la vie est impulsée sous la bannière de la Générale des Carrières et des Mines (Gécamines). Sur le plan universitaire, le Campus de Lubumbashi abrite deux facultés des sciences humaines, notamment celles des Lettres et des Sciences Sociales, Politiques et Administratives. Dans l’essaimage sous forme de la partition des facultés, ces deux facultés ont été choisies pour être logées à Lubumbashi, à 2.000 kilomètres loin de Kinshasa, la capitale du pays. En les plaçant loin de cette ville, le gouvernement voulait soustraire le centre du pouvoir d’être si près de l’épicentre de la fronde éventuelle des étudiants des Sciences po et de la philosophie. En fait, selon affirme Pierre N´Da3, « les ‘littéraires’ et les hommes des sciences sociales apparaissent trop enclins à la critique et à la contestation ». Il y a lieu de rappeler que cette partition des facultés découlait d’une décision politique sanction prise pour répondre à la protestation estudiantine de 1970. Les étudiants devraient être contrôlés et, donc, les frondeurs de 1970 ont été forcés de faire une année sous le drapeau avant de continuer les études universitaires. Les structures du parti unique ont été instituées dans les établissements de l’enseignement universitaire.

  • 4 Le culte de la personnalité du chef s’inspirait du modèle nord-coréeen de Kim Il-Sung.

4L’embrigadement des institutions de l’enseignement supérieur et universitaire dans le moule du parti-Etat a eu des conséquences manifestes et, par exemple, les étudiants devenaient des agents de renseignement contrôlant d’autres acteurs sur les campus. La pensée dominante était celle qui reproduisait le refrain entonné par le régime en place. Il fallait un discours accommodant, ça veux dire, pas de critique de la pratique du pouvoir en place, éloge du monopartisme, valorisation des valeurs culturelles traditionnelles, glorification et culte de la personnalité du chef4.

  • 5 Dans les années 1980, quelques assistants du département de Sociologie et du département des Relati (...)
  • 6 En 1979, le Chef de l’État, Mobutu, a visité les Cités universitaires où il a vu un panneau portant (...)

5Il importe de relever que les professeurs et chercheurs congolais enseignant à l’Université étaient, tous, formés dans des établissements en Europe et aux Etats-Unis. Cette origine de la formation a eu un impact sur le choix des théories et des idées qui circulaient. Les théories sociales sur le développement qui étaient enseignées participaient au socle de la modernisation et du développementalisme selon W. Rostow et consorts. Le marxisme était enseigné, en format distillé, avec un regard de son ‘inopérationalité’ dans le contexte africain. Tout en étant enseigné avec réserve, le marxisme était présenté comme un contre-discours qu’il fallait réprimer et dont il fallait détourner des étudiants congolais5. Il renvoyait à la révolution. Cette répression du référent marxiste dans la vie universitaire va se manifester lorsqu’au cours d’une visite officielle sur le Campus de Lubumbashi, en 1980. Le Chef de l’État Mobutu Sese Seko s’est énervé en taquinant les étudiants après avoir vu une avenue sur les Cités universitaires portant le nom de « Che Guevara » et une place portant dénomination « Quartier Latin »6. Alors que la posture scientifique politiquement correcte était celle tolérée par le pouvoir, il y avait une soif d’un autre prône. Le grand récit du monde que déroulait le marxisme, accompagné de la méthode dialectique fondée sur le matérialisme historique, rencontrait un écho positif auprès d’une importante frange des étudiant

2. La réception de la théorie de la dépendance et son influence locale

  • 7 Voir en particulier Frank Gunder, André, Le développement du sous-développement, Paris, Maspero, 19 (...)
  • 8 Voir Rodney, Walter, Comment l'Europe sous-développa l'Afrique : analyse historique et politique du (...)
  • 9 Buffa, Diego, “Pasado y presente en los estudios e investigaciones sobre África en Argentina”, in G (...)

6C’est dans les années 1975 que la Banque Mondiale et la Fondation Rockfeller ont fait des dons importants en des ouvrages au Campus de Lubumbashi. La plupart des ouvrages en rapport avec les théories sociales du développement ont été logés à la bibliothèque de la faculté des Sciences Sociales, Politiques et Administratives. C’est dans ce lot des ouvrages que l’on a trouvé des écrits sur la théorie de la dépendance. Il s’agit des traductions en français des publications des auteurs latinoaméricains comme Osvaldo Sunkel, Raúl Prebisch, Celso Furtado, Ruy Mauro Marini, Fernando Henrique Cardoso, Enzo Faletto, Theotonio Dos Santos ou Paulo Freire. Les écrits de l’allemand André Gunder Frank7 et du guyanais Walter Rodney8 ont été distribués dans ce lot. La circulation des idées de la théorie de la dependencia a entrainé un courant de pensée et de recherche productif et contre-hégémonique sur le Campus de Lubumbashi. Ou, selon le professeur Buffa9, les théoriciens de la dependencia avaient contribué, à travers leurs œuvres, à mettre en exergue autres visions et lectures, révolutionnaires (anti-impérialistes et anticapitalistes), de la réalité et de l’histoire de l’Afrique.

7A la faculté des Lettres, l’enseignant congolais Mudimbe V.Y. va publier deux essais en tant que récits discursifs produisant la recherche d’une voie contre-hégémonique sur la prédominance de la pensée occidentale dans les sciences humaines en Afrique et au Congo. Il s’agit de L’autre face du royaume (1973) et de L’odeur du père : essai sur des limites de la science et de la vie en Afrique noire (1982). Dans le premier ouvrage, Mudimbe soulève des questions existentielles pertinentes qui participent au débat ontologique de l’être africain dans la science et dans le monde. Il s’agit de la problématique de la libération de l’être africain. Mudimbe va écrire :

  • 10 Mudimbe, Vumbi Yoka, L’autre face du royaume, Lausanne, Editions L’age d’Homme, 1973, p. 35.

Il s’agirait, pour nous Africains, d’investir la science, en commençant par les sciences humaines et sociales, et de saisir les tensions, de reanalyser pour notre compte les appuis contingents et les lieux d’énonciation, de savoir quel nouveau sens et quelle voie proposer à nos quêtes pour que nos discours nous justifient comme existences singulières engagées dans une histoire, elle aussi singulière. En somme, il nous faudrait nous défaire de l’odeur d’un Père abusif : l’odeur d’un Ordre, d’une région essentielle, particulière à une culture, mais qui se donne et se vit paradoxalement comme fondamentale à toute l’humanité. Et par rapport à cette culture, afin de nous accomplir, nous mettre en état d’excommunication majeure, prendre la parole et produire différemment10.

  • 11 Roman écrit par Camara Ley et publié, à Paris, en 1953, par Editions Pocket.
  • 12 Voir Friedrich Engels et Karl Marx. 1969. La Sainte famille ou Critique de la critique critique con (...)
  • 13 Le cas du professeur Mudimbe qui publie à l’étranger –dans les années 1970 et 1980, ses ouvrages on (...)

8La théorie de la dépendance devient ainsi comme une autre bouffée d’oxygène qui permet à la communauté des chercheurs en sciences sociales du campus de Lubumbashi de se ressourcer et de revitaliser leur pensée face à tous les questionnements qu’ils soulèvent. Dans cette quête de la libération face à l’Occident, la théorie de la dépendance apporte un nouveau carburant dans le débat. Si on a fait état d’une catégorisation des étudiants en fonction de leur posture intellectuelle face à des débats sur le campus universitaire, il y a lieu de noter qu’une telle différenciation pouvait également bien se faire au niveau des professeurs et chercheurs. Ces derniers formés à « l’école des Blancs », pour reprendre l’expression du roman L’enfant noir11 se mettaient en position de reproduire ce qu’ils ont appris à cette école. A cet égard, on trouvait les « pro-occidentaux » et les « tiers-mondistes ». Ces deux groupes s’affrontaient lors des discussions dans des conférences publiques qui étaient organisées souvent sur le campus. Les « pro-occidentaux » reproduisaient des discours conservateurs et pro-pouvoir tandis que les « tiers-mondistes » étaient bien critiques vis-à-vis du pouvoir, de l’ordre des choses et de la posture scientifique. Ils faisaient « la critique de la critique critique », pour reprendre le titre de l’écrit de Karl Marx et Friederich Engels12. A ce compte-la, les gourous latino-américains devenaient des nouveaux « Karl Marx » dans les milieux universitaires de Lubumbashi. Au sein de la faculté des Sciences Sociales, c’est au département de Sociologie et Anthropologie du campus de Lubumbashi que le discours « tiers-mondiste », marxiste et de la dependencia était reproduit par des professeurs et des étudiants. Dans les deux autres départements des sciences politiques et administratives et celui des relations internationales, professeurs et étudiants s’intéressaient à ce speech « tiers-mondiste ». Dans cette vie universitaire de Lubumbashi où les publications n’étaient pas faites dans des maisons d’éditions à l’étranger13, les traces de tous ces débats se sont englouties dans les poussières des publications locales. Mais des traces, il en y a. C’est le cas de thèses de doctorat qui ont été défendues au Département de sociologie dans le cadre des études sociologiques du développement et des enseignements du professeur Mwabila Malela qui y dédiait d’importants espaces aux théories structuralistes de la dépendance. La plupart de ces thèses ont porté sur l’application de la théorie de la dépendance aux cas spécifiques de la République Démocratique du Congo, pour expliquer comment la dynamique du capitalisme a contribué au développement du sous-développement en ce pays.

  • 14 Il s´agissait d´un projet dangereux, éventuellement téléguidé de l´extérieur, et « dirigé contre le (...)

9Dans le même ordre d’idées, en pleines luttes anti-impérialistes à échelle mondiale, avaient prévalu la manière de penser de Samir Amin -dichotomie centre-périphérie et échange inégal- et les réflexions de Frantz Fanon -en sociologie, avec Longandjo et Kalele, et en relations internationales, avec Mbuyi Kabunda, surtout après la publication de La déconnexion (1985) de l’auteur mentionné et l’ouvrage, au contenu panafricaniste, de Edem Kodjo :… Et demain l’Afrique (1985). Par ailleurs, ce groupe, encouragé par la publication du Plan d’Action de Lagos (1980) de l’Organisation de l’Unité africaine (OUA) -basé sur le nationalisme économique et le développement endogène proches de ses schémas de pensée-, défendait le panafricanisme nkrumahiste (contre l’Authenticité mobutiste ou sa proposition de la « Ligue des États d’Afrique noire » destinée à prendre le contre-pied de la Ligue Arabe14) et le modèle de développement endogène et autocentré, en rupture avec les Plans d’ajustement structurel (PAS) du Fond Monétaire International (FMI) et de la Banque mondiale (BM), qui venaient d’être imposés aux gouvernements congolais et zaïrois à l’époque. Le livre de Kalele, sous la forme d’un pamphlet, est à ce sujet illustratif : « Le Fond Monétaire InternationaI et la Banque mondiale au Zaïre : Basusu na bisengo, basusu na mawa » (« Le FMI et la Banque mondiale au Zaïre : certains dans l’opulence et d’autres dans la misère »).

3. De la dépendance à l’auto-livraison

  • 15 Bartelson, Jens, A Genealogy of Sovereignty, Cambridge, Cambridge University Press, 1995, pp. 7-8.

10Plusieurs professeurs de sociologie se sont inspirés des théories sociales du développement se ressourçant au marxisme et à la théorie de la dépendance pour traverser le Rubicon en défendant leurs thèses. Cela a été déjà dit. Ce qui est important à noter est le fait que la lecture de la théorie de la dépendance a donné lieu à une multiplicité des grilles de lecture pour comprendre la situation du sous-développement de la République Démocratique du Congo. Avant de procéder à l’analyse des différents courants d’étude qui vont proliférer en tant qu’expression de la réception locale de cette théorie, il importe de rappeler le contenu de cette dernière et le versant qui s’est le plus imposé dans le milieu universitaire de Lubumbashi. Le contenu de la théorie de la dépendance relève d’une « analyse archéologique ». Trois choses peuvent être dites sur l’analyse généalogique, selon Jens Bartelson15. D’abord, en tant que méthode historique, la généalogie se veut être une histoire effective. Elle n’est pas l’histoire du passé. Elle est plutôt l’histoire du présent en termes de son passé. Appliquée à l’analyse de la théorie de la dépendance, elle nous permet d’en comprendre le contexte d’émergence et les différentes configurations discursives auxquelles elle a été soumise sur une longue durée. Ensuite, la généalogie doit être épisodique : elle ne veut pas décrire ou expliquer les âges passés ou leurs idées dans leur totalité, mais elle s’intéresse à des épisodes du passé qui sont cruciaux à la compréhension de ce qui est l’enjeu d’analyse au présent. Enfin, tout en étant épisodique, la généalogie se veut être exemplaire. Cet argument entend faire reposer cette dernière sur des exemples, qui, selon Aristote, sont ce qui est gouverné par la multiplicité et l’excès de sens. Au cœur des études généalogiques, se trouve la déconstruction devenant ainsi une stratégie qui s’adresse elle-même à questionner ce qui est pris pour certitude et soumettant la référence et la signification des concepts à une critique interne. Avec cet outil méthodologique, il ne s’agit pas de dégager la définition de cette théorie, mais bien d’en donner la fonction sociale dans le champ discursif où elle est utilisée. A cet effet, c’est à Carlos Peixoto que nous allons recourir :

  • 16 Peixoto, Antonio Carlos, La théorie de la dépendance : bilan critique, in Revue française de scienc (...)

L’élaboration de la théorie de la dépendance s’est faite dans un effort pour établir des liens entre les processus réels et la construction théorique. Le cadre théorique cherche un soutien et une légitimité dans la réalité elle-même. Partant d’une situation concrète, engendrée par le processus historique et possédant des caractéristiques historiquement déterminées, cette analyse est plus qu’empirique car, ne voulant pas être une simple description de la réalité, elle veut produire, en même temps, une interprétation qui contienne les éléments du changement de la structure sociale. La situation concrète est désignée comme une situation de dépendance ; la théorie qui veut l’interpréter apparaît comme le résultat de l’application du concept (de dépendance) à cette situation. Le concept gagne sa signification à partir du mouvement dans l’histoire qui a produit la situation de dépendance. La théorie de la dépendance consiste donc en un ensemble de propositions explicatives, groupées derrière le concept, et qui s’organisent à partir d’ une situation donnée16.

11Bref, cette école de pensée explique le concept, l’origine et les caractéristiques du sous-développement.

  • 17 Entretien avec le professeur Kazadi Kimbu, Septembre 2015 à Lubumbashi.

12Le versant qui s’est le plus imposé est celui qui saisit la relation de conditionnement de la société congolaise par celles capitalistes avancées. Ce conditionnement a commencé avec l’œuvre coloniale et se perpétue actuellement à travers les liens du néo-colonialisme et de l’impérialisme. Ainsi, les thèses de doctorat en sociologie ont analysé l’impact du capitalisme dans le sous-développement local (celles de Longandjo et de Kalele), le rôle des multinationales dans la périphérisation de certains espaces dans la République Démocratique du Congo (Bofamba) tandis que d’autres chercheurs se sont intéressés à la lutte des classes dans la formation sociale postcoloniale (Kazadi Kimbu) et l’idéologie de la famine dans les sociétés paysannes de la République Démocratique du Congo (Mulowayi Dibaya)17. Quelles que soient les variations conceptuelles utilisées pour analyser la situation du développement et du sous-développement au Congo, la situation de dépendance est bien relevée. Les structures internes sont saisies dans leur position altérée à la suite d’un long processus d’interactions avec le capitalisme central développé. Il y a une certaine mécanique de la prédominance de l’externe sur l’interne. Ceci va rendre le discours produit dans ce contexte dans des travaux à Lubumbashi trop répétitif et plat.

  • 18 Le signe "+" c'est pour honorer la mémoire des professeurs décédés.
  • 19 L’expression “trio NBL” vient des noms Ngoy Nduba (N), Bonko Lula (B) et Lumanu Mulenda (L).
  • 20 Le courant qui pourfend la théorie de la dépendance va naître à Lubumbashi dans les années 1989 et (...)

13La difficile articulation du poids de la domination extérieure et des structures internes a conduit à Lubumbashi à des débats dans les méandres desquels certains professeurs ont contesté la pertinence de la théorie de la dépendance en évacuant l’externe pour insister sur l’interne. Plutôt que de la dépendance externe, ne convient-il pas de parler de l’auto-livraison ? Il ne s’agit pas tellement d’un questionnement, mais d’une affirmation qui va donner lieu à la théorie de l’auto-livraison dont les défenseurs vont utiliser l’argument pour battre en brèche l’attractivité, sinon la dictature locale de l’épistème de la théorie de la dépendance. Les professeurs Ngoy Nduba (+), Bonko Lula (+)18 -les deux étant du Département des relations internationales- et Lumanu Mulenda -du Département des sciences politiques- (appelons ce groupe le trio NBL19) vont avancer que dans les relations internationales, les acteurs animant les Etats de l’Afrique cherchent la dépendance en tant que stratégie d’accumulation des soutiens diplomatiques dans le positionnement sur le champ local. A ce compte, les Africains, disent les défenseurs de la théorie de l’auto-livraison, sont des sujets en quête de dépendance20. Des représentants politiques africains postcoloniaux s’engagent dans des transactions qui induisent le consentement à l’ingérence des puissances étrangères. La dépendance n’est pas un lien d’imposition. Elle devient, aussi, une relation normale souhaitée par la partie considérée comme dominée.

14Par le détour de la durée historique, ces élaborations conceptuelles ébauchées de manière éparse à Lubumbashi par le trio NBL vont rejoindre ce que va dire, en 1999, Jean-François Bayart lorsqu’il forge le concept de stratégie d’extraversion en tant qu’élément constitutif de l’historicité de l’Afrique dans le monde. A ce sujet, Bayart écrit :

  • 21 Bayart, Jean-François, « L’Afrique dans le monde : une histoire d’extraversion », in Critique inter (...)

Terroir et action : telles semblent bien être les deux notions clefs susceptibles de nous faire saisir à la fois l’ambivalence, la différenciation et le dynamisme de la relation de l’Afrique avec le reste du monde. De ce point de vue, le paradigme de la stratégie de l’extraversion, qui insiste sur la fabrication et la captation d’une véritable rente de la dépendance comme matrice historique de l’inégalité, de la centralisation politique et des luttes sociales, continue d’être heuristique, même si toutes les trajectoires historiques concrètes ne sont pas équivalentes sur ce plan et si les cas des royaumes de Madagascar ou de la côte angolaise, par exemple, paraissent extrêmes21.

15Au début des années 1990, le contexte du pays devient délétère en raison de l’impasse du processus de la libéralisation des institutions politiques. Cette crise s’exacerbe dans la précarité sociale et la détérioration des conditions de vie de la population dont les programmes d’ajustement structurel mis en œuvre depuis une décennie renforcent les contradictions sociales. Les institutions de l’enseignement supérieur et universitaire sont à l’abandon et, en fait, les enseignants et les chercheurs ne sont pas bien payés et la plupart vivent des activités extra-muros, ce qui entraîne un déclin du niveau de la recherche. Entre-temps, au Katanga, l’ancienne province dont Lubumbashi est le chef-lieu, la politique de diviser pour bien régner est appliquée par le régime décadent et finissant du Président Mobutu et ses lieutenants locaux. Des pratiques xénophobes conduisent à chasser les Congolais non ressortissants de la province. Une forte émigration interne se manifeste. La plupart des enseignants d’université quittent ainsi cette province et se rendent ailleurs au Congo. Ce départ a des conséquences sur le plan de la recherche scientifique à l’université de Lubumbashi. En fait, l’investigation recule, car elle est absente. Il n’y a plus de débats scientifiques.

  • 22 Ngoie Tshibambe, ob. cit., p. 247.

16Avant de clore ce point, il y a lieu de relever que lors du règne du Président Mobutu, la volonté de contrôle du savoir était tellement prégnante à travers les services de sécurité que les milieux universitaires devenaient un site des luttes subreptices pour la production du discours hégémonique et contre-hégémonique. A ce compte, disons que le discours sur la théorie de la dépendance –et le marxisme dont il avait des liens- était « à la fois craint par le pouvoir en place et toléré. Craint, en raison de son appel (latent) à la révolution et au bouleversement des structures politiques établies –lors des fréquentes manifestations étudiantes, les professeurs prétendument marxistes sont considérés comme fomenteurs de troubles, et les meneurs étudiants présentés comme « trotskistes ». Toléré, dès lors que dans les analyses des relations internationales, l’impérialisme et le capitalisme sont donnés comme facteurs explicatifs du sous-développement… Le socle du discours sur la théorie de la dépendance masquant l’incurie des dirigeants congolais et leurs responsabilités dans la panne de développement que subit alors cette formation sociale périphérique semble jouer un rôle politique de justification »22.

17La liberté académique relative qui prévalait sur les campus universitaires jouait un rôle de soupape de sécurité et paradoxalement entretenait un climat des discussions dans lequel se déployait la circulation des idées conformistes et non conformistes, dont celle de la théorie de la dépendance. La fin du régime Mobutu entraine un changement dans le champ du contrôle du savoir. Toute la stratégie de neutralisation des élites non conformistes ou qui s’étaient inspirées des théories de la dépendance, s’inscrit dans le cadre global des pratiques cyniques des gouvernements africains du même genre, et qui peuvent se résumer en ces termes :

l’État en allant au-devant de groupes sociaux non détenteurs de base économique et en se les alliant, récupère en profondeur les membres de l’intelligentsia ou en tout cas une partie, et diminue le risque qu´ il courrait de laisser l’intelligentsia devenir puissante, de lui laisser la possibilité de se mettre au service d’autres causes, celles des masses populaires par exemple. De manière structurale, une partie des intellectuels se retrouve ainsi neutralisée en devenant des fidèles serviteurs de l’État » (N’Da, 1987: 70).

4. L’essoufflement de la théorie de la dépendance ou l’invisibilité de l’Amérique latine

18Lorsque la guerre éclate en République Démocratique du Congo, le pays se trouve confronté à des nouveaux défis. Il faut reconstruire la paix et les discussions sur la culture de la paix se multiplient. Entre-temps, la crise économique continue à frapper et l’Etat et la population. La précarité sociale se ressent sur les institutions de l’enseignement universitaire. Les programmes d’ajustement structurel ont déjà fini par enfoncer dans l’abandon les institutions de l’enseignement universitaire. On se débat pour vivre et on ne débat plus sur les idées. En fait, une double dynamique du phénomène migratoire se déploie alors. D’une part, la migration internationale de l’intelligentsia intellectuelle et scientifique naît, car quelques professeurs congolais ont été obligés de quitter le pays pour échapper à la dictature du régime Mobutu -c’est le cas de Mudimbe Vumbi Yoka, Georges Ngal, Kabamba Mbikayi, Ntambunoza et Guy Mbuyi Kabunda (cette liste n’est pas exhaustive)- et, d’une autre, une migration interne se manifeste. En fait, de Lubumbashi vers Kinshasa (ou d’autres provinces du pays), des professeurs partent, laissant l’université de Lubumbashi en mauvaise posture. Cette double migration a un impact sur la recherche. C’est le recul de cette dernière et de la pensée en débats ou de la pensée critique tout court, avec le risque de basculer dans le verbalisme et la médiocrité collective.

  • 23 Council for the Development of Social Science Research in Africa
  • 24 Toutes ces questions sont bien abordées par Jean-Loup Amselle, L’Occident décroché. Enquête sur les (...)

19La génération des enseignants restés à Lubumbashi n’a pas la même énergie d’activisme scientifique et d’investigation scientifique comme il en était le cas avec ceux qui sont partis. Si ces facteurs internes peuvent être invoqués, il suffit de se référer, également, à des facteurs externes. Ici, il importe de citer la fin de la guerre froide et l’acceptation/imposition de l’épistème de la mondialisation. La fin de la rivalité idéologique Est-Ouest et la mondialisation s’imposant ont entrainé des changements importants dans le champ discursif et théorique avec une incidence sur le déplacement des « problématiques légitimes ». Le marxisme entre en hibernation et, avec lui, la théorie de la dépendance. Les questions qui se posent en s’imposant sont relatives à l’effondrement de l’État et au « retour de l’anarchie », pour reprendre l’expression de Robert Kaplan. Une déconnexion s’est ainsi installée subrepticement entre les milieux universitaires de Lubumbashi et l’Amérique latine en ce qui concerne la circulation des idées. Alors qu’au niveau du Codesria23 des tentatives sont faites pour brancher l’Afrique sur la production des pensées venant de l’Amérique latine et de l’Inde, ici on songe à l’œuvre de Mamadou Diouf, qui veut introduire les études subalternes indiennes dans l’historiographie africaine. Les chercheurs congolais de la RDC sont indifférents à ce branchement24. C’est la littérature politologique de l’Europe occidentale et des États-Unis qui règne en maîtresse dans la République Démocratique du Congo. C’est cette littérature euro-américaine qui devient le référent théorique et épistémologique dans la production et la reproduction du savoir à Lubumbashi et au Congo en général.

Conclusion

  • 25 Interview avec Kazadi Kimbu, 20 octobre 2015 à Lubumbashi.

20La production de la connaisance et la circulation des idées jouent un rôle important dans la vie universitaire. Dans les milieux universitaires de Lubumbashi, la vie académique et la recherche se déclinent sous un mode dépendant de la reproduction du savoir et des idées déjà sanctionnés ailleurs. Cette posture académique a connu des variations car si nous partons des années 1970 jusqu’à nos jours, nous allons constater des trajectoires diverses, faites d’activisme scientifique et de recul, sinon de profil bas, trop faible comme il en est le cas actuellement. Dans les années 1970, la prédominance des idées euro-occidentales dans les milieux universitaires de Lubumbashi, conduisant à la reproduction des théories de la modernisation et le développementalisme, s’est retrouvée fortement concurrencée presqu’au même moment par des discours contre-hégémoniques ou non-conformistes, dont le marxisme et la théorie de la dépendance sont une expression dans le contexte politique de dictature de Mobutu. Cette rivalité épistémique entre le conformisme –soit les idées dominantes occidentales et du pouvoir en place – et le non-conformisme –soit les idées du marxisme et de la théorie de la dépendance – a introduit sur le champ scientifique de Lubumbashi les idées émises à partir de l’Amérique latine. Avec cette présence de l’Amérique latine, le pôle euroaméricain était concurrencé sinon contesté. Selon Kazadi Kimbu, « les milieux des sciences sociales de Lubumbashi regardaient dans les années 1980 vers l’Amérique latine et l’Asie (la référence à l’Asie renvoie au maoïsme). On y puisait des idéologies théoriques et pratiques. Cela permettait de faire contrepoids à l’Occident. La crise économique rampante en RDC continuant, l’impact de la mondialisation a un effet surprenant sur nous des sciences sociales ici à Lubumbashi. On est reconnecté seulement à l’Occident25». C’est le triomphe de l’occidentalocentrisme ou de l’européocentrisme ! L’invisibilité de l’Amérique latine et de l’Asie dans la circulation des idées à Lubumbashi est l’expression de la continuation de la posture subalterne de cet espace, sinon de l’absence des efforts de la décolonisation de l’esprit dont on a besoin pour imposer les sciences sociales dans cette société postcoloniale.

Bibliographie

Bibliographie

Amselle, Jean-Louis (2010). L’Occident décroché. Enquête sur les postcolonialismes. Paris : Editions Stock.

Bartelson J. (1995). A Genealogy of Sovereignty. Cambridge: Cambridge University Press.

Bayart Jean-Francois (1999). L’Afrique dans le monde : une histoire d’extraversion. Critique internationale, no 5 - automne 1999.

Buffa, Diego (2008). Pasado y presente en los estudios e investigaciones sobre África en Argentina. En Lechini, Gladys (Comp.), Los estudios afroamericanos y africanos en América Latina. Herencia, presencia y visiones del otro (pp. 341-355). Buenos Aires: CLACSO.

Engels, Friedrich & Marx, Karl (1969). La Sainte famille ou Critique de la critique critique contre Bruno Bauer et consorts. Paris : Les Éditions Sociales. Foucault, Michel (1971). L’ordre du discours. Paris : Gallimard.

Mittelman, J.H. (1997). The Dynamics of Globalization. En Mittelman, J.H. (Ed.), Globalization Critical Reflections. Boulder and London: Lynne Rienner Publishers

Mudimbe, V.Y., (1973). L’autre face du royaume. Lausanne : Éditions L’Age d’homme.

Mudimbe, V.Y. (1982). L’odeur du Père : essai sur des limites de la science et de la vie en Afrique noire. Paris : Présence Africaine.

N’Da, Paul (1987). Les intellectuels et le pouvoir en Afrique noire. Paris : L’Harmattan.

Ngoie Tshibambe, G. (2013). République démocratique du Congo (chapitre 12). En Ramel, F. & Balzacq, Thierry (sous la direction de), Traité des relations internationales (pp. 237-257). Paris : Editions de la Fondation nationale des sciences politiques.

Peixoto, A.C. (1977). La théorie de la dépendance : bilan critique. Revue française de Science politique, no 4-5, pp. 601-629.

Notes

1 Mittleman, J. H., “The Dynamics of Globalization”, In Mittelman J.H. (ed.). Globalization. Critical Reflections. Boulder and London, Lynne Rienner Publishers, 1997, p. 3.

2 Foucault, Michel, L’ordre du discours, Paris, Gallimard, 1971, pp. 10-11.

3 Ivoirien et Docteur d'Etat en Lettres et Sciences humaines de l'Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle.

4 Le culte de la personnalité du chef s’inspirait du modèle nord-coréeen de Kim Il-Sung.

5 Dans les années 1980, quelques assistants du département de Sociologie et du département des Relations internationales, candidats à la bourse pour les Etats-Unis, ont été désélectionnés après les interviews, se voyant reprocher leur penchant pour des analyses sur le marxisme. (Entretien avec les professeurs Kazadi Kimbu (sociologue) et feu Biyoya Makutu (internationaliste)

6 En 1979, le Chef de l’État, Mobutu, a visité les Cités universitaires où il a vu un panneau portant « Avenue Che Guevara » et une place dénommée « Quartier Latin ». Dans son allocution devant les étudiants, Mobutu a regretté que les étudiants du Campus de Lubumbashi baptisent les lieux sous des référents étrangers au lieu de songer aux références nationales.

7 Voir en particulier Frank Gunder, André, Le développement du sous-développement, Paris, Maspero, 1970.

8 Voir Rodney, Walter, Comment l'Europe sous-développa l'Afrique : analyse historique et politique du sous-développement, Éditions Caribéennes, París, 1972.

9 Buffa, Diego, “Pasado y presente en los estudios e investigaciones sobre África en Argentina”, in Gladys Lechini (comp.), Los estudios afroamericanos y africanos en América Latina. Herencia, presencia y visiones del otro, Buenos Aires, CLACSO, 2008, p. 342.

10 Mudimbe, Vumbi Yoka, L’autre face du royaume, Lausanne, Editions L’age d’Homme, 1973, p. 35.

11 Roman écrit par Camara Ley et publié, à Paris, en 1953, par Editions Pocket.

12 Voir Friedrich Engels et Karl Marx. 1969. La Sainte famille ou Critique de la critique critique contre Bruno Bauer et consorts, Paris, Les Editions Sociales.

13 Le cas du professeur Mudimbe qui publie à l’étranger –dans les années 1970 et 1980, ses ouvrages ont été publiés à Lausanne, en Suisse- est une exception. Il a existé, sous la formule de l’UNAZA, une seule maison d’éditions, les Presses Universitaires du Zaïre (PUZ), qui a publié des ouvrages de certains professeurs. Pour les autres, ainsi du cas de toutes les publications et réflexions menées autour du courant « tiersmondiste », c’est dans les publications locales (qui ont disparu) qu’ont été coulées toutes ces œuvres. Voir Ngoie Tshibambe, République démocratique du Congo, in Ramel, Fréderic et Thierry Balzacq (sous la dir.), Traité des relations internationales, Paris, Editions de la Fondation nationale des Sciences politiques, 2013, pp. 237-256.

14 Il s´agissait d´un projet dangereux, éventuellement téléguidé de l´extérieur, et « dirigé contre les peuples blancs du nord de l´Afrique et contre l´Organisation de l´Unité Africaine (OUA) et des complaisances en chaîne envers le régime de l´apartheid ». Cf. Amondji, Marcel, L´Afrique noire au miroir de l´Occident, Editions Nouvelles du Sud, Paris, 1993 p. 108.

15 Bartelson, Jens, A Genealogy of Sovereignty, Cambridge, Cambridge University Press, 1995, pp. 7-8.

16 Peixoto, Antonio Carlos, La théorie de la dépendance : bilan critique, in Revue française de science politique, no 4-5, 1977, p. 615.

17 Entretien avec le professeur Kazadi Kimbu, Septembre 2015 à Lubumbashi.

18 Le signe "+" c'est pour honorer la mémoire des professeurs décédés.

19 L’expression “trio NBL” vient des noms Ngoy Nduba (N), Bonko Lula (B) et Lumanu Mulenda (L).

20 Le courant qui pourfend la théorie de la dépendance va naître à Lubumbashi dans les années 1989 et 1992. Lorsque la violence politique éclate au Katanga, en 1991, et que la chasse contre les Kasaïens est déclenchée, beaucoup de professeurs de la Faculté des sciences sociales, politiques et administratives de Lubumbashi migrent vers Kinshasa.

21 Bayart, Jean-François, « L’Afrique dans le monde : une histoire d’extraversion », in Critique internationale, no 5, Automne, 1999, p. 100.

22 Ngoie Tshibambe, ob. cit., p. 247.

23 Council for the Development of Social Science Research in Africa

24 Toutes ces questions sont bien abordées par Jean-Loup Amselle, L’Occident décroché. Enquête sur les postcolonialismes, Paris, Editions Stock, 2010, pp. 94-96.

25 Interview avec Kazadi Kimbu, 20 octobre 2015 à Lubumbashi.

Auteur

Licenciado en Relaciones Internacionales y Licenciado en Filología inglesa de la Universidad de Lubumbashi (República Democrática del Congo). Doctor en Relaciones Internacionales. Catedrático en el Departamento de Relaciones Internacionales y exdecano de la Facultad de Ciencias Sociales, Políticas y de la Administración de la misma casa de estudios. Autor de varias publicaciones sobre las relaciones internacionales africanas. Ha efectuado varios viajes de estudios y de docencia en países africanos, europeos y latinoamericanos. Actualmente, es catedrático en el Departamento de Relaciones Internacionales de la Universidad de Lubumbashi. Sus campos de investigación son los flujos migratorios en África, los procesos de integración regional, las cuestiones de paz y los sistemas de pensamiento. Entre sus publicaciones destacan un capítulo (sobre las Relaciones Internacionales en la República Democrática del Congo) publicado en Traité des Relations Internationales (Editions de Sciences Po, Paris, 2013), y otro (sobre la durabilidad de la paz en la República Democrática del Congo) publicado en Durability of Peace in Africa (Kwa-Nzulu Nathal University Press, Durban, 2016).

Acheter

Volume papier

amazon.fr