Version classiqueVersion mobile

Les Écrivains français du XXe siècle et la Chine

 | 
Christian Morzewski
, 
Qian Linsen

Debray et le problème des intellectuels chinois

Zhou Xian

Texte intégral

1Au XXe siècle, surgissent en France de nombreux grands penseurs. Ici, j’ai choisi d’éclairer le problème des intellectuels chinois à la lumière de Professeurs, Écrivains, Personnalités : les intellectuels de la France moderne (1979) de l’écrivain français Régis Debray. La réflexion de Debray sur le problème des intellectuels est précisément orientée sur le rapport entre les intellectuels et le système social. D’après lui, les intellectuels sont ceux qui transmettent, répètent, ou changent les symboles et les images culturels. Ils contrôlent les systèmes de symboles, de signes, et de sens. Les intellectuels regroupent les professeurs, écrivains, journalistes, dirigeants politiques et administratifs, etc. Debray a analysé en détail les trois étapes que les intellectuels français ont passées depuis la Révolution et leurs rôles différents.

2La première étape, de 1880 à 1930, est celle des universités. À ce stade, les universités exercent une grande influence sur les intellectuels, car elles symbolisent la lutte contre l’Église et la défense de la Troisième République. L’Université de Paris est alors un lieu de refuge contre les persécutions de l’Église et la dictature de Napoléon, dont les victimes sont protégées au nom de spécialistes et professeurs de toutes les disciplines. Ainsi, les universités elles-mêmes sont transformées en bases importantes pour accueillir les intellectuels libéraux et progressistes. Le lien étroit entre les universités et l’État capitaliste moderne a, dans une large mesure, déterminé les relations compliquées entre les intellectuels et le pouvoir. De plus, à la légalisation de l’État capitaliste, les universités assument une certaine fonction légitime, surtout elles produisent sans cesse des valeurs culturelles légitimes complètement différenciées des valeurs vulgarisées et commercialisées que contrôlent les mass-media.

3 Pendant la deuxième étape, de 1930 à 1960, la forme du système social qui influence profondément les intellectuels et leurs activités est représentée par les maisons d’édition. Après les années trente, l’importance des universités diminue, tandis que les éditions sont devenues le lieu de parole et le refuge essentiels d’intellectuels célèbres. Les écrivains, comme leurs représentants, sont une nouvelle force qui entre en scène. À ce moment-là, les intellectuels les plus célèbres sont des écrivains unis dans des « familles d’esprits » aux côtés des éditeurs. La substitution des écrivains aux professeurs à la place représentative des intellectuels marque que les maisons d’édition commencent à assurer d’importantes fonctions culturelles par rapport au système social. Cela veut dire aussi que la façon de parler des écrivains est différente de celle des professeurs. D’une part, les écrivains expriment librement leurs propres pensées et valeurs dans leurs œuvres ; d’autre part, leur expression se distingue radicalement de celle des églises jadis, stricte et rigide, aussi bien que du style commercial de la culture populaire en vogue.

4La troisième étape qui date de l’année 1968 est qualifiée de post-moderne. Après le mouvement de Mai 1968, le rôle des intellectuels semble beaucoup changer. Les intellectuels engagés comme Sartre déclinent progressivement. Debray croit qu’après avoir quitté les maisons d’édition, les intellectuels se convertissent aux mass-media et jouent divers rôles dans des domaines tels que la télévision, les journaux, les revues, la publicité, etc. De notre point de vue, les éditions font partie des mass-media, mais Debray montre qu’il existe une différence radicale entre les mass-media et les maisons d’édition sur lesquelles s’appuient les intellectuels avant les années soixante. Cette différence réside dans ce que les mass media sont vulgarisés et commercialisés, alors que les maisons d’édition constituent la base de la légitimité culturelle. La fonction principale des intellectuels est de diffuser leur influence dans la société, et ce processus dépend des moyens qu’ils emploient pour acquérir ou accroître leur influence. Le fait que les mass-media sont devenus la voie principale de la systématisation des cultures et des connaissances après les universités et les maisons d’édition démontre une grande modification sociale. Debray se tient sur la position de l’école de Francfort, son point de vue fondamental est que les mass-media représentent un pouvoir symbolique de la société moderne. Depuis les années soixante, les intellectuels se passent du soutien des universités et des éditions pour se tourner vers les mass-media, cela indique incontestablement la décadence des universités et des maisons d’édition en tant que moyens de légitimation culturelle. Pour Debray, c’est aussi une trahison des intellectuels, il tire de cette base une conclusion plus excessive : une des causes du déclin de la culture moderne française est que les intellectuels, en poursuivant la célébrité, sont réduits à la trahison. Si les universités, en tant que moyens de légitimation culturelle, et les professeurs, comme représentants des intellectuels, peuvent encore apporter à la société des connaissances, les mass-media anéantissent cette possibilité. La décadence des universités entraîne directement deux résultats : l’effondrement des sciences humaines authentiquement critiques et la réorganisation des couches intellectuelles sous une autre suprématie. La raison est simple : les mass-media, en obéissant à la rigoureuse logique du marché, provoquent inévitablement l’homogénéisation des masses et la disparition des voix et des juges indépendants. Notamment, le contrôle direct du capital sur les intellectuels détruira finalement la base des couches intellectuelles classiques, Par conséquent, dans les institutions d’aujourd’hui, ce dont on se préoccupe, c’est de répondre aux demandes d’emploi des étudiants, et non pas d’éclairer et de guider les esprits. Des années trente jusqu’aux années soixante, la production et les éditeurs dirigent la circulation du capital dans les maisons d’édition, lors de leur dégradation, la circulation du capital l’emporte sur la production et les éditeurs. Voilà un indice de l’appauvrissement culturel. Selon Debray, les maisons d’édition commencent à dépérir parce qu’elles n’ont plus la possibilité d’être polarisées dans le « champ magnétique » des couches intellectuelles, ainsi, leurs règles du jeu sont entièrement remplacées par celles des mass-media et de la circulation du capital. Si sous le règne des maisons d’édition, la communication entre les intellectuels et le public est encore possible, quand les mass-media prédominent, les maisons d’édition et les recherches se soumettent à la loi du marché et à la circulation du capital. Le retrait des professeurs et des écrivains manifeste l’avènement des personnalités. Aux yeux de Debray, les personnalités sont le résultat logique de la poursuite de « pouvoir d’influence » des intellectuels. Il suffit de jeter un coup d’œil sur les lettrés, les auteurs de best-sellers ou les savants qui se montrent fréquemment dans les programmes de télévision les plus appréciés. Ils se présentent sans relâche sur l’écran. Mentionnés et présentés par d’autres mass-media, ils gagnent le pouvoir de parler des affaires publiques au public. Plus ils apparaissent sur l’écran, plus grand est le public de la télévision, plus leur pouvoir, leur statut social, et leur valeur commerciale deviennent importants. Ils ne contribuent pas à la légitimation des mass-media, au contraire, ils obtiennent leur propre légitimité des mass-media. Sans doute, au cours de leur légitimation, renforcent-ils ultérieurement la légitimité des mass-media.

5En vertu du système d’analyse de Debray, nous arrivons à tirer quelques conclusions : professeurs, écrivains et personnalités sont trois groupes représentatifs des intellectuels français, ils correspondent respectivement aux trois formes systématiques qui prédominent successivement : universités, maisons d’édition, mass-media. Ici, Debray pose un problème qu’aucune théorie gauchiste ne peut contourner : dans la société des mass-media, l’esprit critique des intellectuels décline de jour en jour, les sciences humaines perdent progressivement leur statut de ressources critiques, elles ont des tendances de plus en plus remarquables soit à l’opération technique académique et spécialisée, soit à la loi du marché et la valeur commercialisée flatteuse. Ce problème touche un important aspect de notre réflexion sur le rapport entre les intellectuels chinois modernes et les mass-media. Bien sûr, nous avons aussi d’autres sujets de réflexion : quel rapport les intellectuels ont-ils ou peuvent-ils avoir avec les mass-media ? Y a-t-il des divergences provoquées par des conditions sociales différentes en Chine et en France dans ce rapport ?

6L’analyse décapante de Debray sur les intellectuels, qui donne un avertissement à leur narcissisme, nous apporte un éclairage pour envisager le problème des intellectuels chinois.

7Grosso modo, l’évolution du rôle public des intellectuels chinois modernes peut être divisée en trois étapes : la première est celle des universités et des éditions, à peu près de 1890 à 1930 où les intellectuels prédominants sont des professeurs et écrivains. Leur tâche principale dans cette phase est d’établir un nouveau système intellectuel, de propager les nouvelles connaissances, de former les jeunes, et d’implanter une nouvelle conception du monde. Cette période, différente des deux premières étapes françaises séparées, est définie par la réalité sociale particulière de la Chine. La mutation de la société chinoise depuis l’époque moderne est étroitement liée à la propagation des connaissances et conceptions nouvelles. On remarque clairement que, de la fin du XIXe siècle jusqu’au Mouvement du 4 mai, de nombreux nouveaux intellectuels n’ont pu jouer un rôle spécial que grâce à l’établissement des universités et des maisons d’édition modernes. À cette époque difficile de crise et de mutation de la Chine, les intellectuels modernes ont une nette conscience de leur fonction qu’ils ne peuvent exercer qu’à travers les systèmes modernes tels que les universités et les maisons d’édition : ils sont initiateurs et diffuseurs des nouvelles connaissances. Les universités et les maisons d’édition d’alors sont la voie de production et de transmission des nouvelles connaissances, et le domaine fondamental des activités des intellectuels modernes. Cela rejoint pour l’essentiel les fonctions des intellectuels français dans l’analyse de Debray. Si après la Révolution, la fonction principale des universités françaises est de défendre le nouveau système républicain, celle des universités chinoises, même des maisons d’édition modernes, réside aussi dans la lutte contre l’impérialisme et le féodalisme, dans la diffusion des nouvelles notions de démocratie et de science, ensuite dans la transformation d’une Chine traditionnelle en une société moderne. Autrement dit, les universités et les maisons d’édition ont non seulement créé le rôle fondamental des intellectuels chinois modernes, mais aussi leur ont offert un grand espace d’action et ont forgé leur appartenance à un groupe souvent associé aux notions modernes d’indépendance nationale, d’éveil du peuple, de modernisation, etc.

8Une autre caractéristique de cette étape est la théorie et la pratique de la sauvegarde de la nation par la littérature. Il est en Chine une tradition de considérer l’écriture comme un moyen de gouverner le pays. La modernisation culturelle fait rayonner cette tradition et lui donne un nouveau sens. En même temps, cette tradition est rattachée aux éditions modernes et au système de publication. Comme les universités offraient un espace commun aux actions collectives des intellectuels chinois modernes, la structure du nouveau système de publication leur donne la possibilité d’agir. Dans cette période, beaucoup d’intellectuels connus sont d’une part des professeurs des universités, d’autre part des écrivains qui ont de bonnes relations avec les éditeurs. Selon Debray, la première place des intellectuels français est occupée d’abord par les professeurs, puis par les écrivains, et les maisons d’édition s’épanouissent quand les universités dépérissent. Si on observe l’histoire contemporaine de la Chine à l’aide de son système d’analyse, on peut trouver que les universités et les maisons d’édition existent simultanément et qu’elles sont interdépendantes, il n’y a pas remplacement des premières par les secondes. À mon avis, des années quatre-vingt-dix du XIXe siècle jusqu’aux années trente du XXe siècle s’est déroulée une phase de mutation pour la Chine où divers systèmes étaient en train de se former et de se développer, offrant ainsi un grand espace d’action et une grande liberté de parole aux intellectuels.

9La deuxième étape de l’évolution des intellectuels chinois, des années trente jusqu’à la fin des années soixante-dix, dure à peu près un demi-siècle. Dans cette période, le rôle des universités et des maisons d’édition en tant que facteurs du système social diminue, cela signifie que la production des connaissances est laissée de côté pour le moment, tandis que la pratique s’accroît et prédomine. Ce changement a deux raisons principales : premièrement, avec le déclenchement de la guerre anti-japonaise, les conflits nationaux deviennent plus intenses que jamais, et la tâche pour les intellectuels d’éveiller le peuple cède la place au thème de la sauvegarde de la souveraineté nationale ; deuxièmement, après la fondation de la République populaire de Chine, toutes les contradictions et les pressions à l’intérieur et à l’extérieur imposent l’alliance entre l’autorité politique et les systèmes culturels tels que les universités et les maisons d’édition privées désormais de leur rôle d’intermédiaire entre l’État et la société. Les intellectuels perdent ainsi leur statut de producteurs et de diffuseurs des connaissances, ils jouent le rôle d’un instrument ou d’une pièce en servant d’interprètes des appareils idéologiques de l’État. Ils sont mêlés à la libération du peuple et à l’établissement d’un pays socialiste. En outre, après la fondation de la République populaire de Chine, l’État s’associe avec la société, les unités systématiques contrôlent tout. Étant l’autorité politique, le gouvernement retient strictement toutes les ressources spirituelles et matérielles. Les universités, même les maisons d’éditions, sont devenues des maillons des appareils idéologiques de l’État. Les intellectuels passent du rôle de producteurs et diffuseurs de connaissances à celui d’interprètes rattachés à l’autorité politique. S’il existe déjà une relation tendue entre la théorie et la pratique dans la première étape, dans la période suivante, cette tension ne fait que s’aggraver. Dans la première phase, la théorie l’emporte sur la pratique, dans la deuxième phase, la pratique prend la place de la théorie, les mouvements supplantent les connaissances, et l’instrumentalisme remplace « l’esprit indépendant et la pensée libérale ». Évidemment, les situations et les contraintes des intellectuels chinois dans la deuxième étape n’ont presque aucune relation avec la théorie de trois étapes de Debray, elles ne reflètent que l’histoire particulière de la société chinoise.

10La nouvelle ère d’ouverture et de réforme peut être considérée comme la troisième étape de l’évolution des intellectuels chinois. La séduction et l’impact des mass-media, ainsi que la transformation des intellectuels de symboles moraux de l’autodiscipline en personnalités poursuivant la célébrité, provoquent en Chine un grand problème. Dans la troisième phase, les intellectuels, en présence des problèmes multiples, s’interrogent sur la représentation et l’identification de leur propre position. Après une éphémère lune de miel avec le pouvoir, ils sont obligés à la marginalisation.

11La marginalisation des intellectuels résulte de plusieurs causes extérieures, mais aussi de l’exagération de leurs propres représentations. L’assouplissement politique semble leur créer un nouvel espace de parole, mais cela n’apporte pas la légitimité formelle de leur liberté d’opinion. La limitation de liberté de parole entraîne une dure épreuve de désillusion. D’ailleurs, l’importance croissante des facteurs économiques dans la société, voire dans la vie culturelle, marginalise les intellectuels idéalistes qui se perçoivent encore comme des symboles moraux. Autrefois, même dans la période de l’instrumentalisme, en tant que producteurs et diffuseurs de parole, ils se trouvaient dans un « centre » véritable ou hypothétique ; aujourd’hui, la réforme économique affaiblit l’autorité de l’État qui a été longtemps la seule force de monopole des ressources. Les principes du commercialisme et du consumérisme ne sont plus considérés comme immoraux ou illégitimes. Cette réforme, en fendillant les systèmes intimes d’autrefois, crée les conditions de l’avènement des nouveaux phénomènes, impose en même temps de nouvelles restrictions et pressions aux intellectuels toujours fiers de leur autodiscipline culturelle. L’infiltration complète de la loi d’échange du commercialisme abolit l’autodiscipline de la culture, c’est ainsi que, dans le nouveau contexte historique de l’ouverture et de la réforme, le capital culturel passe pour une ressource tellement captivante que les intellectuels doivent se disputer avec acharnement. Si autrefois le peuple et l’État étaient reliés par les connaissances, à l’époque du commercialisme et de l’individualisme d’aujourd’hui, les relations entre les connaissances et la renommée ou l’intérêt de l’individu se font remarquer. L’analyse de Debray fait toucher du doigt la nature des intellectuels : ils ne sont que des êtres qui chassent la célébrité.

12 L’ouverture économique et le renouvellement des idées renforcent la légitimité des activités des intellectuels contemporains. Autrefois, c’est le savoir pour le savoir, ou le savoir pour le peuple et la patrie, aujourd’hui l’acquisition des connaissances sert à la gloire et à l’accumulation personnelle du capital culturel. L’ouverture économique inflige en même temps une nouvelle pression au domaine culturel. Si auparavant la littérature pouvait assumer la responsabilité de l’éveil du peuple et la sauvegarde de la nation, elle est aujourd’hui menacée par le marché et la mode. La célébrité signifie le capital, la vente facile, et la valeur pour le marché. Les connaissances, qui jadis ne pouvaient pas être mesurées ainsi, peuvent maintenant se transformer en capital, en valeur, en gloire et en intérêt par plusieurs moyens. Dans ce processus, le rôle des mass-media n’est pas négligeable. Voilà la valeur de référence de la théorie de Debray.

13La marginalisation entraîne une plus grande scission des lettrés : les uns se contentent du petit cercle de leur spécialité, et ne prêtent attention qu’au niveau technique ou technologique des recherches ; d’autres, comme ceux que Debray décrit, se résignent aux mass-media, conquièrent leur capital en s’appuyant sur ceux-ci, confondent les recherches et les courants, et laissent corrompre l’autodiscipline des recherches et des arts par les mesures et les critères des mass-media. Cependant, la théorie de Debray n’atteint pas le fond : en face des mass-media, que peuvent faire les intellectuels ? En Chine, où les mass-media sont à la fois menés par la demande du marché et contrôlés par l’autorité politique, comment les intellectuels peuvent-ils agir ? Le problème n’est pas si simple que Debray l’imagine. Le troisième groupe des intellectuels garde la fidélité à son rôle idéal de force publique de critique. Mécontents des changements de rôle des deux premiers groupes, ils s’efforcent de lutter contre deux tendances : l’une, c’est le confinement dans leur spécialité. Ils rêvent de franchir les frontières de leur spécialité et aspirent à sortir des limites professionnelles pour entrer dans le domaine plus large des sciences humaines ; l’autre, c’est la servilité des intellectuels envers les mass-media. Ils refusent l’envahissement des mass-media dans le domaine des recherches et des arts dont ils maintiennent les critères et les règles propres. Malgré leur résistance radicale et ferme, la voix des intellectuels critiques apparaît très faible devant l’infiltration complète de ces deux tendances. La discussion sur l’humanisme au début des années 90 en a apporté le témoignage.

14En conclusion, dans le nouveau contexte historique, le rôle conventionnel des intellectuels affronte un grand changement inévitable. Bien que Debray avec sa théorie apporte une référence à l’analyse de l’histoire de l’évolution des intellectuels, il n’arrive pas à trouver une solution praticable dans l’avenir. La situation culturelle de la société chinoise est bien différente de celle de la France, et il est donc plus difficile de trouver une solution. Il ne faut pas surestimer l’image idéale des intellectuels et négliger la réalité sociale déjà changée. Avec la réglementation et la rationalisation, de plus en plus d’intellectuels deviennent des spécialistes travaillant dans un domaine concret, comme ce que déclare Foucault dans son analyse : les « intellectuels universaux » ont déjà disparu, il y a partout des « intellectuels particuliers » (ou des spécialistes) ; Lyotard a aussi raison de dire qu’il n’existe plus d’intellectuels comme Voltaire et Sartre, la spécialisation supprime la communicabilité entre toutes les disciplines, « la narration macroscopique » que les intellectuels idéalistes chérissent décline de jour en jour, « la narration microscopique » l’emporte. La situation chinoise est à peu près la même, en tant que producteurs et diffuseurs des connaissances, comment les intellectuels peuvent-ils faire leur choix ?

15Tout cela nous rappelle les propos de Lu Xun : la vraie classe intellectuelle ne calcule pas son intérêt. Les intellectuels ne sont jamais contents de la société, ils sentent toujours la douleur et ils ne voient que les défauts. Ils sont prêts au sacrifice futur. La société devient plus animée grâce à eux, mais eux-mêmes sont toujours souffrants physiquement et mentalement.

Auteur

Université de Nankin

© Artois Presses Université, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search