Version classiqueVersion mobile

L’Homme face à Dieu

 | 
Jean-Marie Paul

Présentation

Xavier Tilliette

Texte intégral

1L’honneur que me fait Jean-Marie Paul en m’invitant à présenter son grand ouvrage me donne l’impression de renverser les rôles. Car c’est de lui que j’ai tout à apprendre, de même, je pense, que les lecteurs cultivés. Déjà le livre précédent, Dieu est mort en Allemagne, qui prenait en aval la situation religieuse du pays voisin, nous avait beaucoup instruit, tant l’auteur est riche en érudition et expert en synthèse.

2Le professeur Jean-Marie Paul appartient en effet à la lignée, naguère si dense, des germanistes français dont les noms honorent l’Université, les Lichtenberger, les Vermeil, Minder, Colleville, Anstett, Ayrault, Susini, dont les publications, non moins que les exigences au jury d’agrégation, ont fait la réputation du département d’études germaniques de l’Université. Avant de prendre une chaire à la neuve et accueillante université d’Angers, il a enseigné longtemps à Nancy où il a déployé une activité intense, promouvant des rencontres, des colloques, des publications, qui ont relancé, puis stimulé, à l’instar de la Sorbonne, les études germaniques et Scandinaves en France. Jean-Marie Paul en l’occurrence s’est montré à la fois pionnier tenace et organisateur intrépide. Nancy eut tout lieu de regretter son départ.

3Le transfert au pays de Joachim du Bellay pour y poursuivre ses tâches d’enseignant aura du moins favorisé l’écrivain. Il a pu mettre en chantier le grand ouvrage auquel je ne reprocherais que son titre un peu évasif qui rejoint le recueil naguère offert au Père de Lubac (L’homme devant Dieu). Dieu est assurément le fil conducteur et l’objet invisible de cet ensemble de monographies soignées, documentées qui couvrent les théologies d’Augustin à Luther et au delà. C’est donc un panorama détaillé d’histoire des idées du Ier au XVIIe siècle qui se déploie sous nos yeux. Car Jean-Marie Paul ne se contente pas de généralités ou d’exposés de manuels. Chaque dissertation prise à part est un chef d’œuvre de synthèse et de critique, l’étude des mystiques notamment, Maître Eckhart, Tauler, Suso, Thomas a Kempis, la Theologia deutsch..., mais aussi les excentriques, « dissidents et marginaux », le génie turbulent de Jacob Böhme, Valentin Weigel, Schwenckfeld, Zinzendorf... Une lecture captivante s’offre alors aux amateurs comme aux historiens de profession. L’analyse de pensées foisonnantes et diverses, des évidences de leur logique et des critiques qu’elle soulève, est conduite avec une probité exemplaire. Nicolas de Cues est ressaisi avec tout son chatoiement, et Luther drapé de toute sa grandeur équivoque.

4Les historiens ne seront pas les seuls à apprécier la somme érudite et lisible que le maître lorrain, à force de travail, a menée à bien. Elle figurera dans toutes les bibliothèques. Elle n’a donc nul besoin de notre suffrage, acquis d’avance et aussitôt conforté. C’est une randonnée extraordinaire dans le domaine germanique. La fameuse devise Gott mit uns qui bouclait les ceinturons des uhlans trouve ici une justification inattendue. Il resterait à étudier les retombées de cette foi véhémente et exclusive des Germains dans leur littérature et leur philosophie, de Goethe à Schelling et de Schleiermacher à Nietzsche, où nous retrouverions le précédent ouvrage cité ci-dessus de Jean-Marie Paul : nul n’est mieux qualifié que lui pour reprendre et continuer l’enquête jusqu’à Karl Barth et Ernst Bloch. Nos souhaits l’accompagnent. Gott befohlen !

© Artois Presses Université, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search