Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Edmond Michelet (1899-1970) et l’Église

 | 
Nicole Lemaitre

Prises de parole

Edmond Michelet à l’assemblée générale de l’ICL. 1969

Texte intégral

1Le service de la réconciliation et la responsabilité du monde supposent l’éveil des consciences et la compétence, non pas d’abord un choix confessionnel. Il s’agit d’être médiateur pour nourrir l’œcuménisme mais aussi, à l’intérieur de chaque confession, les liens entre clergé et laïcs, conservateurs et progressistes, et plus encore pour définir des causes éthiques communes avec les non-croyants : c’est « la jubilation d’une amitié sans frontières » dont parlait le fondateur de l’ICL Abraham Vereide, maintenant disparu, que Michelet considérait comme son « second père ».

2Plutôt que de vous donner des renseignements numériques sur nos activités, nous préférons (croyons plus utile) de parler de notre recherche d’une meilleure qualité. Nous pensons en effet que la fécondité de notre action dépend de la qualité de la formation (éducation permanente) que nous acceptons de recevoir de l’Écriture et que nous nous donnons les uns aux autres dans nos groupes et dans nos réunions plus larges et retraites.

3Nous nous réunissons pour apprendre sans cesse et sans cesse nous corriger. Nous apprenons : à prier – à réfléchir sur des situations – à mettre les choses à leur vraie place, à découvrir les priorités – et à réviser en conséquence l’organisation et le « style » de notre vie.

4Plus nous faisons cela, plus nous devenons conscients, d’une manière aiguë, douloureuse, de nos responsabilités vis-à-vis de la génération montante, de ceux qui nous entourent et du monde entier. Nous nous reconnaissons responsables de leur communiquer notre espérance et de partager avec eux les moyens de mieux vivre – ou tout simplement de vivre. C’est en ce sens que nous entendons le mot « responsable ». Si nous utilisons parfois en anglais le mot leader, en réalité nous nous considérons plutôt comme les serviteurs de nos frères, à l’exemple de J.-C. (« voici que je suis avec vous comme celui qui sert »). De même Paul VI à Bogota : « Nous ne nous refuserons jamais à être pour les hommes des frères, des amis, des consolateurs, des serviteurs ». (Selon le temps et les circonstances, lire ou ne pas lire ici le papier en 5 points qui commence par « Christian leadership can be now other but humble service of our fellow men… ») [barré : C’est pourquoi, si le business meeting envisage une modification du nom de notre mouvement (indication donnée par Wallace) nous aimerions que l’on renonçât au terme trop ambigu de « leadership »].

5Comment se manifestent ce sentiment de notre responsabilité et ce souci du service ? Récemment il nous a poussé à sortir de nos réunions spirituelles entre chrétiens pour informer et pour éveiller les consciences. Avec le concours d’hommes choisis pour leur compétence plutôt que pour leurs convictions religieuses (une fois ce fut un athée) nous nous sommes adressés aux hommes de bonne volonté de toutes opinions, responsables et futurs responsables, sur des questions qui relèvent de l’éthique et qui nous ont paru revêtir un caractère d’urgence pour notre société : éthique de l’assistance technique, continuation de l’aide au développement malgré nos difficultés budgétaires. Nous aurions pu de même prendre pour thème le respect de la vie, ou la lutte contre la violence dans les esprits et dans les mœurs, ou l’alphabétisation des travailleurs immigrés – nous le ferons peut-être. C’est ainsi qu’au cœur même des événements de mai nous avons tenu à annoncer, et un peu plus tard à diffuser, les recommandations de la conférence de Beyrouth sur le développement, dont Auguste Vanistendael parlera sûrement demain et dont nous tenons ici le texte à votre disposition.

6Bref, sans vouloir dessiner trop précisément le profil, le portrait robot du chrétien moderne idéal, et en laissant la plus grande liberté aux vocations individuelles, nous pensons actuellement que notre meilleure manière de servir, en général, sera d’être des médiateurs et des éveilleurs.

7Médiateurs entre chrétiens d’Églises différentes et dans notre propre Église, entre clergé et laïcs, entre conservateurs et progressistes, divisés en matière de cathéchèse comme par les options politiques et qui détiennent chacun sans doute un aspect de la vérité. Médiateurs [e.m. pas dans ses aspects théologiques mais au sens de « hommes de liaison »] entre militants chrétiens et non chrétiens pour définir des causes communes au niveau éthique. Médiateurs d’informations importantes peu connues entre la source et le public qui en a besoin…

8Éveilleurs de nos propres consciences et des consciences d’autrui, que nous voulons rendre plus exigeantes dans la recherche de la vérité, moins dociles à l’effet conformant et sécurisant des propagandes et des moyens de communication de masse, plus sensibles aux appels de la justice et de la charité.

9En quoi un chrétien se distinguera-t-il de tant d’autres militants sociaux, dont le dévouement est exemplaire ? Peut-être par cette intrépidité et par cette sérénité que donne l’espérance qui nous est propre. Car l’Esprit qui nous habite, si nous acceptons d’être son temple, est un Esprit « non de crainte, mais de force, d’amour et de maîtrise de soi » (2Tim, 1,7 souvent cité par Abraham [Vereide]).

10En quoi un membre de notre mouvement se distinguera-t-il d’autres militants chrétiens ? Peut-être parce que chez lui, au sens aigu, douloureux, du tragique qu’il reçoit de sa culture, de sa situation dans la société et du sentiment de ses responsabilités, se joint l’esprit d’enfance, cette fraîcheur qui nous a séduits chez les premiers membres rencontrés de l’I.C.L. : la simplicité d’un enfant qui vit dans l’admiration et la gratitude des merveilles et des délicatesses de Dieu et dans la jubilation de ce miracle perpétuel d’une amitié sans frontières, ni nationales ni confessionnelles, imaginée et osée par la vocation, le charisme d’Abraham Vereide. [e.m. nécessité du travail intellectuel]

11« Schéma d’une intervention de 15 mn », 1969
Brive, CEM, 5 EM 74 (D119/6)

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540