Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Edmond Michelet (1899-1970) et l’Église

 | 
Nicole Lemaitre

Prises de parole

Le malentendu entre catholiques. 1967

Texte intégral

1Dans un discours prononcé lors du 650e anniversaire de la fondation des évêchés de Luçon et Maillezais, Edmond Michelet, alors ministre de la Fonction publique, avait reproché à l’Église de France de ne pas soutenir assez nettement le gouvernement du Général de Gaulle. Témoignage Chrétien s’en indigne et la polémique s’installe, Edmond Michelet répondant point par point à ses détracteurs.

2Rien n’illustre mieux le malentendu entre catholiques sur un certain nombre de notions essentielles que vos réactions devant mes réflexions vendéennes.

3Soyez tout d’abord absolument persuadés que ces réflexions ne m’ont été commandées par personne. Elles me sont venues spontanément à l’esprit et, tout « inconditionnel » que je sois aux yeux de mes amis, le Général ne m’avait nullement demandé de les formuler, comme vous l’écrivez. Il en eu connaissance, comme tout le monde, je pense, par la diffusion qu’en a donnée l’AFP C’est à propos de cette diffusion que je voudrais maintenant faire une seconde remarque : Témoignage Chrétien, comme d’ailleurs un autre journal catholique de nos amis, oublie purement et simplement de publier l’essentiel de ces réflexions, à savoir le passage où je précise qu’il était deux aspects au moins de la politique gouvernementale qui rejoignaient les objectifs de Rome, à savoir le désir d’abolir progressivement ce que les marxistes appellent l’aliénation des travailleurs, et cela dans l’orientation formulée par les encycliques dites sociales de Rerum Novarum à Pacem in Terris. Par ailleurs, j’ai souligné que la politique française d’aide au Tiers Monde rejoint dans ses grandes lignes les directives de Populorum Progressio.

4Il n’est jamais entré dans mon esprit l’idée aberrante de vouloir « morigéner » l’Église. J’appartiens à une génération qui croit encore à l’existence d’une Église enseignante et d’une Église enseignée. Disons, pour parler sommairement, que c’est en tant que membre de la seconde que je demande respectueusement à la première de ne pas oublier de m’attribuer un bon point, quand elle croit devoir, au nom de sa responsabilité, me réserver un pensum. Tout cela mériterait un bien long développement.

5Disons pour terminer que ce que l’État me semble être en droit d’attendre de l’Église, ce n’est pas, bien sûr, comme semble le croire le Père Biot, une approbation de tout ce qu’il fait, mais, plus simplement, une compréhension fraternelle, surtout dans les efforts qu’il déploie pour être fidèle à ce qu’il considère comme sa raison d’être : le bien commun. Que si l’on blâme parfois, on n’oublie pas d’encourager, quand l’occasion s’en présente.

6Ajouterai-je que je ne demande pas, bien loin de là, qu’on en revienne aux hommages obséquieux mais qu’on se contente de prier pour les pouvoirs publics ? Comme en Espagne, bien sûr, mais aussi comme à Varsovie, où, je vous l’apprends peut-être, on prie publiquement tous les dimanches pour le gouvernement qu’inspire M. Gomulka.

7Témoignage chrétien
7 septembre 1967

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540