Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Edmond Michelet (1899-1970) et l’Église

 | 
Nicole Lemaitre

Prises de parole

Rencontre franco-allemande au Vieil-Armand. 1964

Texte intégral

1Edmond Michelet prend la parole lors d’une rencontre franco-allemande au Vieil-Armand, haut lieu de mémoire vosgien de la première guerre mondiale. Le 50e anniversaire du début de la guerre lui inspire une méditation particulièrement éloquente qu’il conclut en plaçant la réconciliation franco-allemande sous le sceau de l’Eucharistie.

2Loin de moi la prétention de me substituer à ceux qui ont charge et vocation d’enseigner dans l’Église ! Au-delà de toutes les exégèses qu’il me soit pourtant permis de me souvenir ici d’un de ces textes de base. Je ne le trouve aucunement déplacé, et encore moins sacrilège, sur ce haut lieu où il y a un demi-siècle, tant de héros, parmi lesquels beaucoup de chrétiens, s’entretuèrent : « Si, lorsque tu te présentes à l’autel, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi… ».

3L’heure est venue de nous présenter à l’autel. Réconciliés avec notre frère. Apaisés. C’est maintenant le moment, pour finir, et l’endroit, de nous souvenir de cette « Messe, là-bas » qu’inspirait à Claudel il y a cinquante ans le spectacle de la guerre, à Claudel qui fut, ne l’oublions pas, un des pionniers de la réconciliation.

4Tout d’abord, ne méritons pas les sarcasmes de l’offertoire du poète indigné :

Ce n’est pas positivement que l’on s’ennuie.
Chacun sait simplement qu’on est là pour attendre que ce soit fini
Et regarde vaguement le prêtre à l’autel qui trafique on ne sait pas trop quoi
Le Seigneur est avec nous, mes frères ! Mes frères, êtes-vous avec moi ?

5Oui, nous voulons être avec vous. Et considérant tout ce que recèle d’espérance un spectacle comme celui-ci, précurseur de beaucoup d’autres semblables, sachant tout ce que le monde attend de nous, souvent sans se l’avouer, en cette aube qui précède le troisième millénaire de notre ère chrétienne, nous reprendrons après le poète son chant de l’Introït :

La cloche sonne. Le prêtre est là. La vie est loin. C’est la messe.
J’entrerai à l’autel de Dieu, vers le Dieu qui réjouit ma jeunesse.

62 août 1964
Brive, CEM, 4 EM 1139

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540