Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Edmond Michelet (1899-1970) et l’Église

 | 
Nicole Lemaitre

Prises de parole

Intervention à la rencontre annuelle de l’International Christian Leadership. 1954

Texte intégral

1Michelet maîtrisait l’anglais et a pu immédiatement dialoguer avec les membres de l’ICL, organisation à laquelle il va donner beaucoup de temps et d’énergie. Cette organisation d’origine protestante favorisait la fraternité des milieux dirigeants du monde économique, politique et technique, mais transmettait aussi les conceptions américaines de la nation et même de la supranationalité. Alors que la Communauté européenne de défense avait été refusée par Michelet et ses amis, cette réflexion sur la nation montre qu’une « Europe des nations » est pensée comme un service de la réconciliation. On notera les premiers contacts avec G. Schroeder à cette occasion et l’appel à un christianisme humble et fraternel, c’est-à-dire authentique.

2La famille des Nations et le plus grand besoin du monde ». C’est ainsi du moins que j’ai traduit le texte anglais « The family of Nations and « the world’s greatest need ».

3Le plus grand besoin du monde ? Chacun des six orateurs doit s’efforcer de vous dire ce qu’il pense là-dessus en dix minutes. Je ne sais pas comment la chose se dit en anglais, en allemand ou en hollandais, mais en français cela s’appelle une… performance. Essayons-la.

4« La famille des Nations », voilà un titre qui, d’abord, est fait pour me plaire. Il ne faut pas perdre de vue que nous nous appelons une Internationale – l’International Christian Leadership. Par conséquent, nous maintenons la notion de nation. Ceci m’a l’air essentiel. Voilà la confusion du monde moderne : oublier la réalité que sont les nations. Ne pas perdre de vue cette réalité me semble un point essentiel, capital.

5On fait – et je suis bien loin de m’en plaindre – une grande consommation de textes évangéliques au cours de ces réunions. J’ai retrouvé tout à l’heure un texte de saint Luc, au chapitre 19, auquel tout chrétien doit se référer parfois. C’est ce texte, infiniment émouvant, rempli d’une certaine poésie comme savait le faire cet évangéliste qui nous représente le Christ apercevant du haut d’une montagne sa propre patrie et pleurant sur elle. Le Christ, notre Maître, a pleuré sur sa patrie qui était Jérusalem. Il ne lui est pas arrivé souvent de pleurer, selon le texte évangélique, et pourtant, Il a pleuré sur sa patrie, voulant, me semble-t-il, nous enseigner ainsi l’amour pour sa patrie, qui s’appelle aussi « nation » ; et je considère par conséquent que le titre choisi par les organisateurs de ce congrès est excellent : « La Famille des Nations ». Il est par les temps qui courent beaucoup de confusions qui peuvent s’établir et l’une de celles que je considère comme portant en elle le plus de difficultés dramatiques – je le disais hier – c’est cette notion nouvelle, imprécise et suspecte qu’on appelle supranationalité.

6Je suis un Catholique Romain. Je connais à ce titre un petit nombre d’hommes qui se disent supranationaux. Ce sont des cardinaux de curie comme on les appelle. Je porte témoignage que les cardinaux de curie, que j’ai l’honneur de connaître, ont sans doute l’étiquette « supranationale », puisqu’ils sont citoyens du Vatican, mais cela n’empêche pas chacun d’eux de rester profondément attaché à sa propre patrie… Soyons donc bien attentifs à ce fait que le titre qui nous a été proposé est excellent. Il n’y a pas encore dans ce monde en fusion, où Dieu nous a placés pour y porter notre témoignage, des supernations terrestres. Il y a des nations qui sont les nôtres, que nous avons le devoir, nous chrétiens, de réconcilier les unes avec les autres. Mais jusqu’à plus ample informé, la seule patrie collective qui est la nôtre n’est pas de ce monde, mais de l’autre.

7Cela ne veut pas dire bien sûr, et vous l’avez tous compris, puisque vous êtes ici et puisque vous appartenez, comme j’ai l’honneur d’appartenir moi-même avec tout mon enthousiasme de Français, à cette Internationale Chrétienne, que nous pratiquerons un nationalisme condamné.

8Il y a eu au cours des siècles, et au cours de ce siècle-ci en particulier, un nationalisme que condamnait la morale élémentaire et le Christianisme par conséquent. Mais il ne faut pas perdre de vue que si le nationalisme peut avoir un sens péjoratif que nous devons exclure, la patrie, la nation, c’est une réalité vivante. Nous ne réunirons notre Internationale nécessaire qu’à partir de cette réalité. Bravo donc à celui qui a relié ce texte auquel je me rapporte : la famille des Nations à cet autre « and the world’s greatest need »… Le plus grand besoin du monde.

9Aujourd’hui (une expérience récente et bien réelle qui nous est commune à tous), l’enseigne étrange sort des mots, ce n’est pourtant pas le « réalisme » dont nous avons besoin. Réalisme ! Nom contemporain qui cache une bien vieille chose que les chrétiens doivent condamner impitoyablement et qui s’appelle tout simplement le machiavélisme.

10Le machiavélisme par quelque bout qu’on le prenne, c’est une formule que ne peuvent à aucun prix accepter des chrétiens et vous savez trop pourquoi. Alors quel est donc le plus grand besoin du monde ?

11Eh bien, tout considéré, c’est d’abord la foi, cette foi dont mon frère dans le Christ, le Dr Schrœder, parlait ce matin, cette foi dont il rappelait fort opportunément qu’elle est capable de transporter les montagnes.

12Après le Dr Schrœder, mon collègue et ami Julien Brunhes rappelait que c’est sur l’espérance qu’est fondé notre Christianisme. Si, en effet, nous ne croyions pas en un Dieu ressuscité, nous ne serions pas chrétiens. L’espérance, cette petite fille qui traversera les mondes révolus comme disait le grand poète français Péguy, l’espérance est donc nécessaire, comme la foi. Mais la foi et l’espérance, ce sont ces vertus qui ne sont pas propres aux seuls chrétiens. D’autres croient en un Dieu immortel et espèrent en lui. Quel serait alors le plus grand besoin du monde pour tous ?

13Eh bien, là encore l’expérience de notre génération le démontre, c’est ce qui dépasse la foi et l’espérance. Ce n’est pas moi, modeste chrétien, qui le déclare, c’est saint Paul lui-même en son admirable épître aux Corinthiens, cette épître qui pourrait constituer le texte commun sur lequel devraient prier ensemble les chrétiens de toutes les confessions, ce texte que j’avais l’honneur de rappeler à Paris, lorsque Français et Allemands de l’ICL s’y trouvaient naguère rassemblés : « quand je parlerais le langage des anges et des hommes, si je n’ai pas la charité, je ne suis qu’un airain sonnant… ». C’est donc bien par la charité que nous allons nous distinguer, nous chrétiens, des autres hommes.

14Ce dont le monde a le plus grand besoin aujourd’hui, en fin de compte, c’est de chrétiens authentiques qui sachent à quoi les oblige cette règle impérative de la charité. De chrétiens assez humbles aussi pour ne pas se dissimuler ni minimiser les difficultés qui les attendent, de chrétiens enfin qui se souviennent du texte sacré : « Celui qui prétend aimer Dieu qu’il ne voit pas et qui n’aime pas ses frères qu’il voit, celui-là est un menteur ».

15Pour finir cette « performance » des dix minutes, j’aimerais rappeler en les modifiant à peine ces mots que prononçait un Français qui avait l’admiration des hommes de notre génération et qui s’appelait Georges Bernanos, ce texte que je relate très simplement pour faire mieux comprendre sa pensée et la nôtre : « Il n’y a aucun orgueil à être chrétien mais beaucoup de peine et de travail, un grand labeur ».

16Rencontre de l’ICL
Noordwijck (Pays-Bas),
29 mai 1954
Brive, CEM, 4 EM 397 (D117-3)

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540